Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ControversePour une histoire ottomane d’Athènes

Controverse

Pour une histoire ottomane d’Athènes

For an Ottoman History of Athens
Edhem Eldem

Résumés

Peut‑on écrire une histoire ottomane d’Athènes ? Si l’on considère que la ville vécut sous domination ottomane pendant des siècles, la question ne devrait même pas se poser ; pourtant, il est frappant que la contribution ottomane au récit historique de cette ville au passé prestigieux reste minime, voire quasi inexistante. Tout en adoptant une approche oblique à cette question en étudiant le moment très particulier du siège de la ville par l’armée ottomane en 1826, cette contribution propose d’examiner le contexte plus général des distorsions qui viennent grever l’histoire de la Grèce ottomane, du « nombrilisme » de l’historiographie national(ist)e turque aux conséquences du syndrome de la tourkokratia en Grèce, et de l’eurocentrisme occidental à la tendance de l’historiographie post-saïdienne à vouloir à tout prix blanchir les Ottomans de clichés et d’accusations orientalistes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Texte remanié de la conférence inaugurale prononcée lors de la journée d’études Histories, Spaces and Heritages at the Transition from the Ottoman Empire to the Greek State organisée par l’École française d’Athènes le 15 septembre 2017. L’auteur tient à exprimer toute sa reconnaissance aux deux rapporteurs anonymes pour leurs corrections, remarques et suggestions.

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet Eldem 2013. Sur l’historiographie turque au sujet de la Grèce, voir en particulier (...)

1L’histoire ottomane est un sujet bien trop important pour qu’il soit abandonné au bon plaisir des historiens turcs. J’aurais aimé dire que les historiens turcs ne peuvent pas écrire seuls l’histoire ottomane, mais c’eût été faux, étant donné que c’est précisément là ce qu’ils n’ont cessé de faire, tandis que d’autres les laissaient faire ou se désintéressaient tout simplement de la question. Devant cet état des choses, je ne peux donc qu’exprimer un vœu, pieux peut‑être, en disant que les historiens turcs ne devraient pas écrire seuls l’histoire de cet étrange animal qu’est l’Empire ottoman. Le monopole de fait qu’ils se sont depuis bien longtemps arrogé sur le sujet a déjà fait assez de mal ; il est temps que l’on tente d’y mettre fin, car il faut bien reconnaître que la responsabilité n’en incombe pas uniquement aux auteurs, mais aussi à ceux qui les ont laissés faire. La complexité de l’Empire ottoman est restée bien trop longtemps ignorée, voire même rejetée, par ceux qui auraient pu s’assurer de ce qu’elle ne fût pas réduite à une sorte de prélude glorieux au récit simpliste de l’histoire de la nation turque1.

  • 2 S’il est vrai que l’histoire ottomane a de tout temps été l’apanage d’auteurs musulmans et turcoph (...)

2Il ne devrait désormais plus être possible ni acceptable de négliger, d’ignorer, ou de nier le passé ottoman, maintenant que l’obsession historiographique pour la construction et l’invention de l’État-nation est ­– ou devrait être – révolue. Il est temps, à cette fin, que les non-Turcs réclament leur part du passé et de l’héritage ottomans. Je n’ai guère la nostalgie d’un retour au bon vieux temps d’un empire idéalisé et sans cesse réinventé. Je pense néanmoins que l’Empire ottoman mérite un sérieux détour et qu’une approche multiple et des regards croisés sur la diversité de sa structure sociale et de son tissu culturel ne peuvent que contribuer à faire de ce passé un sujet légitime d’enquête et à le sauver des griffes de la stérile uniformité qui l’a envahi depuis que la Turquie s’en est emparée pour en faire sa chasse gardée, tandis que d’autres, à commencer par la Grèce, choisissaient tout simplement de faire l’impasse sur un passé qu’ils jugeaient sans rapport avec leur propre récit historique2.

3Évidemment, la tâche est rendue de plus en plus ardue par l’environnement néfaste né des derniers développements de la politique turque et, surtout, par la manière presque enfantine avec laquelle le gouvernement actuel et ses cadres « intellectuels » se sont mis à l’heure ottomane en encensant tout ce qui leur paraissait relever d’un empire mythique puisant son identité dans une « synthèse » turco-islamique. La dimension xénophobe du nationalisme turc, toujours doublée d’une paranoïa anti-occidentale, ayant atteint un paroxysme ces dernières années, l’histoire ottomane est devenue plus que jamais l’apanage d’une rhétorique politique dont les relents nationalistes n’ont d’égal que le populisme islamisant qui vient renforcer cette nouvelle langue de bois. Pour les « jeunes » de ma génération, il est fascinant – mais aussi fort déprimant – de voir à quel point ces nouveaux courants paraissent calqués sur le modèle et l’argumentation kémalistes que l’on croyait morts et enterrés. Faut‑il le préciser, c’est l’histoire qui en pâtit directement, puisqu’elle est ramenée, encore une fois, au statut de petit bois censé raviver la flamme de la conscience et de la cohésion nationales.

  • 3 Je revendique la paternité des néologismes « cliomane » et « cliopathe » que j’ai utilisés pour dé (...)

4Raison de plus pour faire pression sur ceux qui sont épargnés par cette frénésie cliomane et – à long terme – cliocidaire, à commencer par les historiens grecs3. On objectera avec raison que l’historiographie grecque, elle aussi, a ses faiblesses, ses talons d’Achille. Je viens de le dire, si l’histoire ottomane a été – et continue d’être – si facilement défigurée et manipulée par les historiens turcs, c’est en partie à cause du peu d’intérêt que lui ont accordé leurs collègues grecs. Le trou noir historiographique que constituent près de cinq siècles de Tourkokratia est encore là pour prouver à quel point le récit national grec est tenace dans sa détermination à évacuer tout élément exogène qui viendrait interrompre sa continuité, de la Grèce antique à Byzance et de Byzance à l’État grec moderne. Les historiens de l’art n’ont toujours pas perdu cette étrange habitude de qualifier de « post‑byzantin » tout ce qui est produit par la population orthodoxe de l’Empire ottoman, probablement parce qu’ils sont convaincus que la seule notion d’un art orthodoxe ottoman est une aberration, une contradiction dans les termes. Ma propre expérience dans certains cercles universitaires grecs m’a parfois montré à quel point certains clichés avaient la vie dure. Mes propos étant souvent critiques à l’égard de l’histoire et de l’historiographie turques, parfois au point de l’autodérision et de l’autoflagellation, je suis généralement bien reçu, jusqu’à ce que je m’aventure à critiquer certains péchés mignons de l’historiographie grecque. C’est particulièrement le cas du doublet magique « occupation/libération » qui résume en grande partie la logique de la présence ottomane et musulmane en Grèce. J’ai souvent le plus grand mal à convaincre certains de mes interlocuteurs qu’appeler occupation une présence longue de quatre ou cinq siècles, loin d’évoquer un martyre national, donne une bien piètre image de la résistance grecque. Pour me tirer d’embarras, je rebondis immédiatement sur l’anecdote tout à fait authentique de la découverte, faite il y a quelques années, que la ville turque de Mardin fêtait sa libération le 21 novembre alors qu’elle n’avait en fait jamais été occupée.

  • 4 Voir à ce sujet les travaux d’Hercules (Iraklis/Herkül) Millas sur les perceptions et les clichés (...)

5Certes, tout n’est pas si sombre. Nous sommes témoins, depuis quelques décennies déjà, du développement d’une production intellectuelle qui vise à combler ces lacunes, à corriger ces erreurs et à explorer les moyens de libérer l’histoire du carcan des nationalismes. J’en exclus toutefois l’engouement iréniste et fort superficiel qui s’empara notamment du public turc dans les années 1990 en lui faisant découvrir les ressemblances entre Grecs et Turcs, généralement sur les thèmes – ô combien féconds – de la cuisine, de la musique ou de la danse, ce que je me plais à appeler le syndrome du chiche-kebab/souvláki et du rebétiko/çiftetelli. S’il est vrai que cette vogue n’était pas foncièrement néfaste et qu’elle était certainement née de bonnes intentions, elle reposait quand même sur des notions qui allaient à l’encontre de tous les principes de base de l’analyse historique. En effet, dans leur désir de « rapprocher les deux rives de la mer Égée », selon le poncif si fréquemment utilisé, les partisans et contributeurs de cette nouvelle tendance insistaient tellement sur les ressemblances supposées entre les deux peuples qu’ils finissaient par gommer toutes les différences et animosités qui les avaient opposés à travers les siècles. Il en a résulté une découverte d’un « autre » qui avait le mérite d’être une sorte de copie imparfaite de « soi », tuant ainsi dans l’œuf tout besoin de creuser plus loin dans l’histoire pour comprendre la complexité de plus de cinq siècles de domination, coexistence, collaboration et animosité4.

6Évidemment, il paraît difficile de se plaindre de ce péché mignon de l’histoire et de la culture populaires d’il y a une vingtaine d’années, lorsqu’on constate que nous nous trouvons aujourd’hui au creux de la vague, dans un climat politique et idéologique qui risque bien de faire chavirer toute tentative de normalisation des tensions historiographiques gréco-turques. En Turquie, le fait que l’histoire ottomane soit devenue le cheval de bataille du populisme islamo-nationaliste d’Erdoğan ne présage rien de bon au sujet de l’avenir de la discipline en général et plus particulièrement de sa dimension grecque. Il faut ajouter à cela la montée de la tension diplomatique entre les deux pays dans la mer Égée et dans le bassin oriental de la Méditerranée. Enfin, il est plus que probable que la célébration du bicentenaire de la Révolution grecque aura un effet très similaire sur la production historique en Grèce qui ne manquera pas de refléter un renouveau d’enthousiasme pour des récits héroïques profondément ancrés dans le paradigme binaire de la Tourkokratia.

  • 5 Ilıcak 2011.
  • 6 Karabıçak 2020.
  • 7 Je pense notamment au travail remarquable de Christine Philliou sur les Phanariotes et en particul (...)

7Il faut néanmoins savoir apprécier les acquis récents dans le domaine. Du côté grec, si je suis conscient du développement dans les dernières décennies des études ottomanes, notamment à Rethymnon, Athènes et Thessalonique, il ne me revient pas d’en dresser un bilan. Du côté turc, les avancées sont plus modestes, ne serait‑ce qu’en raison d’un déséquilibre inévitable entre les deux historiographies. En effet, s’il est difficile de faire l’impasse sur quatre ou cinq siècles d’histoire grecque sous domination ottomane, les visions turques ont eu moins de mal à contourner ou tout simplement ignorer la dimension grecque d’une histoire impériale. C’était pourtant là un défi qu’ont relevé nombre de chercheurs travaillant à partir d’une documentation ottomane mais prenant en compte l’importance que pouvait souvent revêtir une focalisation sur cette dimension particulière. Il faut certainement citer la thèse de Şükrü Ilıcak, soutenue en 2011, qui constitue la première tentative d’étudier l’impact de la Révolution grecque sur la société et l’État ottomans5. On peut évidemment regretter que cette thèse n’ait pas été publiée ou qu’une décennie la sépare de celle que Yusuf Karabıçak a soutenue l’année dernière sur le rôle joué par le Patriarcat dans la politique ottomane pendant le demi-siècle précédant l’indépendance grecque6. Il n’en reste pas moins que des publications, dont le nombre réduit est compensé par la qualité, témoignent de la ténacité d’une perspective dont il faut espérer qu’elle trouvera les moyens et les circonstances nécessaires pour son développement dans les années à venir7.

8L’intitulé de cette contribution porte sur un sujet bien plus spécifique que les considérations générales que je viens d’aborder. Toutefois, l’âge et l’expérience m’ont encouragé à commencer par cette digression avant de me lancer dans le vif d’un sujet que je ne maîtrise que très imparfaitement. En effet, je n’ai jamais travaillé de manière systématique sur la Grèce ottomane, ni sur Athènes pendant cette période. Le hasard des circonstances a voulu que mes derniers travaux sur le vaste et inépuisable sujet de l’histoire de l’archéologie et des collections dans l’Empire ottoman m’aient amené à découvrir un certain nombre de documents concernant Athènes ou, plus exactement, la perception de cette ville par les Ottomans. C’est donc autour de ces quelques documents que je vous propose de revoir Athènes et l’Empire ottoman durant les premières décennies du xixe s.

  • 8 Comme beaucoup d’autres institutions, les archives de la Présidence du Conseil ont été rattachées (...)
  • 9 Archives de l’État, archives ottomanes (BOA), HAT 946/40721, plan d’Athènes et de sa citadelle, s. (...)
  • 10 Stathi 2015, p. 168‑184. Si le projet d’une publication à trois, envisagée avec Georges Tolias, ne (...)

9Il y a de cela quelques années, j’avais découvert aux archives de la Présidence du Conseil, à Istanbul8, une magnifique carte d’Athènes et de ses environs, de toute évidence dressée pour l’état-major ottoman pendant le siège de la ville par les troupes de Mehmed Reşid Pacha – Kioutahi pour les Grecs – en 18269. J’avais par la suite découvert que Katerina Stathi avait elle aussi été conquise par le même document et en avait tiré un excellent article, paru en 2015 dans les mélanges dédiés à Rhoads Murphey10. Encore un excellent exemple d’une contribution fondée sur l’exploitation systématique des fonds documentaires ottomans par une chercheuse grecque et constituant un apport original et novateur à l’histoire de la Grèce et d’Athènes pendant cette période si fascinante.

10Il va de soi qu’un gouffre sépare la ville d’Athènes telle qu’elle était perçue par les Ottomans qui la détenaient depuis plus de trois siècles et telle que l’Europe philhellène commença à se l’imaginer dès le xviiie s. Petite bourgade provinciale pour les uns, vestiges d’un passé glorieux pour les autres, il s’agit de deux visions fort différentes qui finirent néanmoins par converger au xixe s., sous le double impact de la rébellion et/ou guerre d’indépendance grecque et de l’occidentalisation de l’élite ottomane. C’est cette convergence progressive qui rend particulièrement intéressante l’étude de l’image de cette ville durant les années 1820, au moment même où elle s’apprêtait à changer de main.

  • 11 BOA, Mühimme defterleri, 33, fo 181, hüküm 357, 985/1577. On y lit : « Ordre au bey d’Eubée et aux (...)
  • 12 Paksoy 1993, p. 202‑203, 213.

11Il ne faut guère s’étonner de ce que les Ottomans aient porté bien peu d’intérêt à Athènes et à ses antiquités avant que celles‑ci ne fussent exposées au regard à la fois avide et curieux de l’Europe. Bien évidemment, on trouvera toujours des documents et des textes qui, de manière sporadique, évoquent une reconnaissance par les Ottomans de la valeur historique et symbolique de la cité grecque. Un document tiré du mühimme defteri (registre des affaires importantes) pour l’année 985/1577 interdit sévèrement la vente de marbres provenant d’Athènes, de Livadia et de Thèbes ainsi que leur usage par les chrétiens de ces localités pour la construction d’églises11. Certains y ont vu une expression précoce d’une prise de conscience archéologique et d’une reconnaissance de certains sites comme faisant partie d’un héritage historique et symbolique12. Il est probable qu’il ne faille y voir qu’un effort visant à protéger un matériau de construction fort accessible et facilement recyclable.

  • 13 Voir notamment Çelebi 2011, p. 270‑282.
  • 14 Voir à ce sujet la thèse de Gülçin Tunalı (Tunalı 2013), ainsi que l’article qu’en a tiré Elizabet (...)

12Les références plus tardives à Athènes dans la documentation et les sources ottomanes sont rares au point de suggérer un authentique manque d’intérêt pour la ville et son passé. Le célèbre – et unique – voyageur ottoman Evliya Çelebi visita le site en 1667 et vanta la beauté de ses acaibat u garaibat, ses merveilles, mais sa description ne va guère au‑delà de ces platitudes13. L’histoire de la ville rédigée par un certain Mahmud Efendi, cadi ou juge de la ville de 1688 à 1715, est une exception qui confirme la règle. Intitulé Tarih‑i Medinetü’l‑Hükema, ou « Histoire de la ville des philosophes », reprise du titre de la ville dans la tradition islamique, son ouvrage retrace le passé d’Athènes depuis les temps mythologiques jusqu’à l’année 1715. Outre le fait que le bon Mahmud Efendi fut secondé dans cette entreprise par deux prêtres grecs, Sotiriadis et Kleridis, le caractère unique et atypique de ce manuscrit semble confirmer que la vision que les Ottomans avaient d’Athènes n’allait guère au‑delà de quelques vagues clichés repris sans grande conviction ni connaissance14.

  • 15 BOA, C AS 240/10131, requête pour la réparation de la citadelle d’Athènes, Safer-Rebiyülevvel 1215 (...)

13Que cela nous plaise ou non, il semble bien qu’il faille se faire à l’idée que, si la perception ottomane d’Athènes changea quelque peu dans les décennies ou siècles à venir, c’était en grande partie grâce à quelque forme d’influence occidentale. À l’inverse des longs silences ottomans, il est évident que la sensibilité européenne à l’égard d’Athènes était pluriséculaire et presque constante. Récits de voyage, journaux, croquis, gravures ont constamment décrit et représenté ce site et tout particulièrement la très visible colline de l’Acropole. Le tristement célèbre épisode du siège vénitien de 1687 attira encore plus d’attention sur les monuments athéniens, au moment même où les Lumières commençaient à poindre, promettant un renouveau des perceptions occidentales de l’Antiquité grecque. D’un certain point de vue, il est plausible d’imaginer que c’est cette nouvelle prise de conscience, combinée avec un sentiment de danger imminent en provenance de l’Occident, qui provoqua en Mahmud Efendi ce soudain désir de se pencher sur l’histoire de sa ville. On est même tenté de voir une forme de continuité entre cet état d’esprit et la supplique signée par les officiers et habitants d’Athènes en juin 1800, demandant que soit entreprise la réparation de la citadelle – l’Acropole, évidemment – selon l’argument qu’il s’agit là « de la base des Terres d’Islam et du désir des maudits infidèles15 ».

  • 16 Eldem 2011, p. 287‑288.

14Cependant, il fallait plus que des visiteurs occasionnels ou des menaces sporadiques pour que les Ottomans se penchassent vraiment sur le caractère historique d’Athènes. Étant donné leur penchant pour la bureaucratie, on pourrait imaginer que les requêtes de plus en plus fréquentes des diplomates en poste à Constantinople visant à autoriser leurs agents et autres hommes de main à visiter, étudier et explorer les ruines d’Athènes aient joué un rôle. Il semble bien que Choiseul-Gouffier, nommé ambassadeur à Constantinople en 1784, ait inauguré cette coutume. Il avait déjà visité la Grèce et l’Anatolie vers la fin des années 1770 et son célèbre Voyage pittoresque de la Grèce était paru en 1782. Philhellène passionné d’antiquités, Choiseul avait recruté le peintre Fauvel pour croquer et peindre les ruines d’Athènes et d’autres sites grecs. Les archives de l’ambassade de France à Constantinople ont conservé plusieurs requêtes de Choiseul allant dans ce sens. Fauvel y est souvent qualifié de peintre (musavvir) et l’objet de sa mission assez naïvement défini comme « d’anciens bâtiments et autres lieux de plaisir situés à Athènes » ou « d’anciens bâtiments et objets merveilleux ». Son activité était fort innocente : « observer et admirer » (seyr ü temaşa). Seul un document spécifiait que l’autorisation ne serait accordée qu’« à condition que l’ordre et les règles de la localité où se trouvaient lesdits anciens bâtiments soient observés avec la plus grande rigueur16 ».

  • 17 Sur Fauvel, voir les travaux d’Alessia Zambon, notamment Zambon 2006 ; Zambon 2010 ; Zambon 2014.
  • 18 Williams 2009 ; Eldem 2011, p. 284‑292.

15Ces requêtes étaient bien modestes et, même s’il est vrai que Fauvel finit par se constituer à Athènes une collection assez importante pour mériter le nom de musée17, l’impact de ces quelques documents sur les perceptions ottomanes d’Athènes ne peut qu’avoir été fort réduit. Cela étant dit, il est probable que ces pétitions constituèrent le fondement d’une seconde campagne, bien plus agressive cette fois, visant les antiquités d’Athènes, celle de l’ambassadeur britannique Lord Elgin. L’histoire des marbres d’Elgin est bien connue et je ne compte pas remuer le couteau dans la plaie. Je n’entrerai pas non plus dans le détail de la question de l’authenticité du firman d’Elgin18 ou de celle de l’appropriation des antiquités du site par des intellectuels tels Ioannis Benizelos ou par la population locale. Je me contenterai d’étudier l’impact que les demandes réitérées d’Elgin pourraient avoir eu sur la perception d’Athènes par ses interlocuteurs ottomans.

  • 19 Ellis 1833, p. 3.

16Il faut se souvenir qu’un des arguments majeurs en faveur des déprédations d’Elgin était celui de la destruction imminente de ces objets par les « Turcs » qui « démolissaient le monument pièce par pièce pour en proposer les fragments aux voyageurs19 ». Il reste à prouver jusqu’à quel point cette accusation de destruction et de spoliation était exacte ; mais il est évident que si un « marché » des antiquités s’était formé autour de l’Acropole et de ses temples, c’était là une conséquence directe de la demande croissante de voyageurs et de curieux occidentaux visitant le site.

  • 20 Williams 2004 ; Eldem 2011, p. 288‑292.

17Toutefois, il semble que la réaction du gouvernement ottoman aux demandes d’Elgin ait provoqué bien peu de prise de conscience concernant l’importance d’Athènes dans une vision globale. Le contexte dans lequel l’ambassadeur britannique émit ses prétentions était tellement politique que l’emplacement des objets qu’il convoitait resta une considération secondaire aux yeux des autorités ottomanes concernées. Après tout, il ne faut pas oublier qu’à peine deux années avant les frises du Parthénon, Lord Elgin avait réussi à se faire céder des fragments de sarcophages impériaux de porphyre que sa femme et lui‑même avaient identifiés dans divers emplacements de Constantinople. À peine une année après le traumatisme de l’invasion de l’Égypte par Bonaparte, les Ottomans n’avaient pas hésité à offrir ces objets à leurs alliés britanniques dont ils attendaient le soutien pour combattre l’ennemi commun. Il ne fait guère de doute que le firman de 1801 fut accordé dans le même état d’esprit, probablement en guise de récompense pour la victoire qui avait finalement libéré l’Égypte après trois années d’occupation française20.

  • 21 BOA, HAT 1277/49548, 1225/1810 ; Eldem 2011, p. 292.

18Bon nombre de documents datant de la décennie suivante et concernant l’expédition des antiquités athéniennes qu’Elgin avait dû laisser en attente prouvent bien que les Ottomans se souciaient avant tout des retombées diplomatiques et de la procédure y afférente. Une fois qu’il fut prouvé que « quelques fragments de pierre gravés d’images » avaient précédemment bien été cédés aux Anglais, la chancellerie notait, non sans cynisme, que le retard mis à répondre à l’ambassadeur « n’était pas dû à un obstacle imprévu, mais plutôt au désir de laisser passer quelque temps pour que l’affaire gagne en importance et qu’à la fin il puisse être dit que l’autorisation impériale avait été obtenue par respect pour l’ambassadeur21 ».

  • 22 BOA, HAT 1277/49548B, 1226/1811 ; Eldem 2011, p. 293.

19De toute évidence, pour les bureaucrates ottomans, ces « fragments de pierre » étaient un atout diplomatique de taille qu’il fallait faire miroiter assez longtemps pour s’assurer de ce qu’ils ne manqueraient pas d’être reconnaissants de cette faveur impériale. Toutefois, lorsque la chancellerie s’adressa au voïvode d’Athènes pour lui demander de libérer les caisses d’Elgin, elle changea de registre pour justifier cette décision en soulignant la différence de perception des objets par les deux parties : « étant donné que ce genre de pierres décorées de figures ne sont guère appréciées par les musulmans mais qu’elles le sont par les États francs, il n’y a pas de mal à accorder l’autorisation pour leur transport et leur expédition22 ».

20L’élite ottomane en était donc arrivée à comprendre que ces morceaux de marbre sans intérêt avaient toutes les chances d’acquérir une valeur politique, voire même marchande, en raison de l’engouement des Européens pour ces objets. Cette prise de conscience s’accompagnait d’une vision de ces mêmes objets comme étant essentiellement étrangers à leur propre culture, ce qui en rendait la valeur à l’échange d’autant plus alléchante.

21Il est impossible que bon nombre d’Ottomans n’aient pas fait le rapport entre cette nouvelle situation et le prestige de la ville d’Athènes qui attirait tant de curiosité et de convoitises. Pourtant, la culture ottomane et ses représentations d’Athènes ne semblent pas s’en être ressenties ; aucun bureaucrate ou intellectuel ne semble avoir eu de velléité d’imiter l’exemple du kadi Mahmud Efendi un siècle auparavant.

  • 23 Şanizade 1284/1867, p. 8‑9.

22Nous sommes en 1820 après Jésus-Christ. Tous les Ottomans se détournent d’Athènes. Tous ? Non ! Un intellectuel résiste encore et toujours à l’ignorance. Şanizade Ataullah Efendi, historiographe et chroniqueur de l’empire, rédigeant alors l’introduction (mukaddime) de son histoire (tarih), se penche sur la question de la chronologie et des preuves en histoire, et en donne pour illustration le cas très particulier des « inscriptions et des visages gravés sur des plaques de marbre qui furent découvertes sur l’île de Paros » où l’on trouve « gravé et inscrit que l’histoire de la ville d’Athènes, fameuse parmi les anciens et siège des philosophes les plus célèbres, et qui, avec l’aide et la protection du Créateur, se trouve aussi aujourd’hui sous la domination de l’État Sublime victorieux, a été écrite et gravée deux cent soixante-trois ans avant la naissance du Christ23 ».

23Quelle joie, quelle satisfaction ! Şanizade avait donc pris la relève de Mahmud Efendi avec en sus une sensibilité à la méthode en histoire et en archéologie que pouvaient lui envier ses contemporains européens. Certes, son vocabulaire était limité et il donnait franchement dans les conventions, surtout quand il s’agissait de qualifier Athènes et de chanter les louanges de l’empire et de son souverain, mais il parlait là du rapport entre la découverte archéologique des marbres dits d’Arundel et la chronologie de la ville. Que demander de plus ?

  • 24 Eldem 2014.

24Hélas, c’était trop beau pour être vrai. Une lecture attentive et critique de l’introduction de Şanizade révèle qu’il ne s’agissait en fait que d’une très mauvaise version plagiée de l’article « Histoire » de Voltaire dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Şanizade n’avait probablement pas la moindre idée de ce qu’étaient vraiment les marbres de Paros ni même l’histoire athénienne. C’est tout juste s’il avait pu qualifier celle‑ci de son sobriquet de ville des philosophes et rappeler qu’elle se trouvait entre les mains des Ottomans. Ces dernières remarques, absentes de la version originale de Voltaire, révélaient probablement une sorte de fierté à l’idée que la ville tant admirée et convoitée par les occidentaux était une possession ottomane24.

  • 25 Finlay 1861, p. 347.

25Quelques années plus tard, les Ottomans eurent l’occasion de se faire une idée beaucoup plus nette du poids idéologique et symbolique d’Athènes. Une décennie après que les dernières caisses d’antiquités d’Elgin eurent quitté le sol ottoman, et pratiquement au moment même où Şanizade cherchait son inspiration dans l’œuvre de Voltaire, une rébellion grecque était sur le point de se transformer en guerre de libération. En juin 1822, la ville d’Athènes, « libérée du joug ottoman », pouvait mettre son capital symbolique au service de la cause grecque. Ainsi que l’exprimait Finlay dans son Histoire de la révolution grecque, « la capitulation d’Athènes fut un événement de grande importance morale et militaire à la cause grecque. Le nom d’Athènes amplifia ce succès aux yeux de tout le monde civilisé25 ». C’est dans cette même logique qu’après sa mort à Missolonghi en 1824, il fut envisagé de déposer la dépouille mortelle de Lord Byron au Parthénon.

26Pourtant, dès 1826, les Ottomans, soutenus par les troupes et la flotte de Mehmed Ali d’Égypte, avaient commencé à retourner la situation à leur avantage. La conquête de Missolonghi, le 23 avril 1826, marqua ce revirement et le commandant de l’armée impériale, Mehmed Reşid Pacha, put envisager la reconquête d’Athènes, aux mains des rebelles depuis l’été 1822. En juin 1826, il était clair que la ville était sur le point d’être assiégée à nouveau, cette fois par les Ottomans.

27C’est à ce moment précis que Stratford Canning, ambassadeur britannique à la Porte depuis 1825, décida d’envoyer une longue missive à Mehmed Reşid Pacha. Datée du 4 juin 1826, cette lettre est un des documents diplomatiques les plus surprenants de l’époque. Après les compliments d’usage, l’ambassadeur s’empressait de spéculer sur les conséquences de la prise probable de la ville et de sa citadelle par les Ottomans. L’objectif était de trouver un moyen de mettre l’Acropole à l’abri de la dévastation qui la menaçait. Pour cela il fallait tout d’abord faire comprendre au général ottoman ce que représentaient exactement ces ruines, sans pour autant tomber dans un philhellénisme qui s’avérerait contreproductif et en évitant tout faux pas culturel.

Tout le monde sait qu’il se trouve dans la citadelle d’Athènes et dans ses environs un grand nombre de bâtiments anciens et bien que ces vestiges soient de peu d’importance du point de vue de la raison et de la religion et qu’ils n’aient aucun rapport avec les affaires de l’État, ce sont là des objets d’une beauté extraordinaire et la perfection de l’art et de la science de leur construction en a fait des modèles pour le monde entier.

28Une fois les ruines définies en termes de beauté architecturale, il fallait flatter les Ottomans en rappelant que la sauvegarde de ces monuments dépendait du bon plaisir et de la magnanimité des sultans. Toutefois, il fallait aussi ménager les susceptibilités de son interlocuteur qui risquait de s’offusquer de cette ingérence dans une opération militaire des plus légitimes. Comment empêcher les Ottomans de bombarder l’Acropole où s’étaient retranchés les défenseurs grecs, menés par Gouras ? Pour ce faire, Stratford Canning donnait l’exemple des grands généraux qui savaient protéger le beau et l’innocent des basses et viles intentions de la canaille et de la soldatesque. Quoi de plus inspirant que l’exemple donné par l’empereur d’Autriche qui, entrant dans Paris, avait épargné une colonne fondue dans le bronze de canons autrichiens dérobés par Napoléon, uniquement parce qu’elle était belle ?

29Mehmed Reşid connaissait‑il la colonne Vendôme ? Probablement pas ; d’ailleurs l’ambassadeur ne la nommait pas, pas plus que la bataille d’Austerlitz qui avait fourni la matière première du monument. En tout cas, Canning pouvait désormais porter le coup de grâce ; il ne lui restait plus qu’à chatouiller l’amour-propre de l’officier :

  • 26 BOA, HAT 943/40671A, lettre de Stratford Canning à Mehmed Reşid Pacha, 4 juin 1826 ; Eldem 2011, p (...)

Il est inutile d’exhorter Votre caractère plein de bravoure à suivre l’exemple de grandeur et de générosité précité en épargnant les anciens bâtiments d’Athènes, puisque leur destruction n’apportera ni gloire à votre nation ni prestige à votre personne. […] Par ailleurs, je suis convaincu que la préservation desdits bâtiments procurera gloire et renommée à Votre Excellence, ainsi que la plus grande des joies à mon Seigneur et Souverain, que j’ai l’honneur et la fierté de servir26.

30Étrange et fascinante combinaison de naïveté et de condescendance, la missive de Stratford Canning tentait de sauver l’Acropole d’une destruction imminente. En effet, Mehmed Reşid Pacha assiégea la ville avec son armée, forte de 7 000 fantassins, 700 cavaliers et 26 canons et mortiers. Il se mit à bombarder la citadelle tout en sapant ses fortifications. Son offensive ne suffit pas à déloger la garnison, mais elle vida la ville de ses habitants. C’est alors qu’une seconde tentative diplomatique vit le jour, cette fois‑ci orchestrée par les Français. L’ambassadeur de France, le comte Guilleminot, fit parvenir au pacha une lettre par l’intermédiaire de l’amiral de Rigny, commandant de la flotte française du Levant.

31La lettre semble avoir disparu, mais nous possédons la réponse que lui fit Mehmed Reşid Pacha. Or celle‑ci est particulièrement intéressante parce qu’elle réagit à la fois aux requêtes britannique et française. Usant de toute la rhétorique diplomatique ottomane, le général exprimait ses sentiments les plus sincères à l’égard des inquiétudes des ambassadeurs occidentaux, tout en les assurant de ses meilleures et plus pures intentions, expliquant que la responsabilité de tout malheur devant frapper la ville appartenait aux Grecs dont l’ingratitude vis‑à‑vis de l’État ottoman constituait la principale menace qui planait sur les célèbres ruines :

  • 27 BOA, HAT 943/40671B, brouillon d’une lettre de Mehmed Reşid Pacha à l’amiral de Rigny, 15 Muharrem (...)

Nous avons bien reçu votre amicale missive faisant état de votre requête que la citadelle d’Athènes, site antique contenant bien des bâtiments construits avec art et science, soit protégée afin de n’être pas détruite par la guerre. […] Par amitié pour vous et en conformité avec le contenu de votre honorée, des hommes ont été expressément nommés afin de prendre soin de ce que les anciens monuments ne soient pas détruits. Remplis d’ingratitude envers les nombreuses faveurs que leur a accordées le sultanat sublime, la nation (millet) grecque, brandissant la bannière de la révolte depuis tant d’années, a maintenant déclaré la guerre, et quand même ce serait bien peu de chose pour moi que de détruire et d’annihiler ceux qui sont assiégés dans Athènes, devant la grande compassion et l’infinie miséricorde dont l’État sublime a toujours fait preuve à l’égard des démunis, malgré leurs fautes, ils se verront quand même offrir une proposition de pardon et d’amnistie. Cependant vous voyez bien le cours du conflit et comme l’intelligence et la compréhension font défaut aux Grecs, en se retranchant dans un lieu de telle beauté artistique, ils finiront par devenir la cause de leur propre destruction, de même que celle de ces merveilleux objets. Cependant, quoi qu’il arrive, au nom de votre amitié, des ordres et des avertissements ont été donnés à qui de droit pour que les anciens monuments soient protégés et sauvegardés27.

32De toute évidence le pacha était exaspéré par ces requêtes et par la suggestion qu’il devrait prendre des gants pour conquérir la ville. De plus, il devait lui paraître de plus en plus difficile de distinguer la neutralité prétendue des gouvernements français et britannique des légions de philhellènes des mêmes nations qui combattaient aux côtés des Grecs. C’est cette frustration, cachée dans la réponse aux ambassadeurs sous une couche de politesse, qui fait surface dans le rapport du pacha au palais trois jours après sa victoire contre les forces de Fabvier et Karaiskakis près du village de Haidari. Après une longue description des vicissitudes du combat, le commandant ottoman concluait sur l’importance toute particulière qu’attachaient ses adversaires, tant Grecs qu’Européens, à Athènes :

  • 28 BOA, HAT 943/40671, rapport de Mehmed Reşid Pacha au palais, 23 Muharrem 1242 / 27 août 1826 ; Eld (...)

Cette citadelle est très aimée et respectée aussi bien par les infidèles Grecs que par les Francs, qui ont tous promis de sacrifier leur vie pour elle, ainsi que Votre serviteur a pu s’en assurer par les rapports des espions musulmans que j’ai placés dans toutes les places tenues par les rebelles, ainsi que par les déclarations et avertissements des non-musulmans encore assujettis. […] Ils ont ainsi imaginé un stratagème pour gagner un peu de temps et l’amiral de Rigny nous a transmis une lettre en provenance de leur ambassadeur au Seuil de Félicité pour demander que, comme la citadelle d’Athènes était très ancienne, contenant bien des monuments anciens, elle soit épargnée par les hostilités. Ledit amiral a aussi proposé verbalement de remettre de grosses sommes afin d’enlever des pierres de la citadelle et des monastères environnants. Il lui a été répondu que grâce à Sa Majesté le maître du monde, l’argent ne manquait guère et l’affaire n’a plus été évoquée depuis28.

33De Rigny avait‑il essayé de damer le pion aux Anglais en imaginant un moyen d’emmener à Paris l’équivalent des marbres d’Elgin ? C’est possible, voire probable ; auquel cas, nous devons reconnaître à Mehmed Reşid Pacha le mérite de s’être opposé à cette deuxième spoliation, d’autant plus que ses rapports contenaient de fréquents rappels de l’état d’extrême dénuement dans lequel se trouvait son armée.

34Quoi qu’il en soit, ces documents montrent bien que, pour mineure que la question ait été du point de vue de l’état-major ottoman, les pressions réitérées concernant la protection des monuments athéniens étaient devenues une source d’ennui. L’exaspération des Ottomans était apparemment moins due au problème concret de la destruction des monuments qu’à celui des manœuvres politiques et idéologiques qu’ils voyaient se dessiner en toile de fond. Ces demandes devenaient une preuve éclatante de la duplicité des nations européennes. Mehmed Reşid Pacha évoquait plus ou moins consciemment un processus beaucoup plus puissant et général que la simple campagne d’Athènes, et qui préfigurait les sources de la légitimité de l’État grec à venir. Dans une lettre interceptée par les Grecs, il faisait part à la Sublime Porte de ses inquiétudes :

  • 29 Gordon 1832, p. 353 ; Eldem 2011, p. 311.

Comme la citadelle d’Athènes est fort ancienne et pleine de monuments, et comme bien des philosophes s’y sont succédé, elle remplit d’admiration les hommes de lettres parmi les Francs. Toutes les nations infidèles, appelées Nazaréens, la vénèrent comme un lieu saint et considèrent qu’elle leur appartient. C’est pourquoi ils conspirent tous ensemble, promettant de se soutenir mutuellement et de fournir tous les efforts nécessaires pour qu’elle n’échappe jamais aux mains des infidèles29.

35L’interrogatoire d’un chef grec du nom de Yorgakis Drakos, capturé en mai 1827, ne faisait que confirmer ces craintes :

  • 30 Demirel, Erdoğan, Akbayar (éd.) 1999, p. 46 ; Eldem 2011, p. 311.

Q : Quelle est la cause des attaques contre Athènes depuis le début de la rébellion ?
R : Athènes est une localité ancienne. Elle est connue à travers le monde. C’est le centre de l’administration grecque. Les généraux anglais Cochrane et Church, qui nous encouragent et nous fournissent beaucoup d’argent et d’équipement, nous ont instruits de la nécessité de tenir ferme à Athènes.
Q : Les actions de ces personnes représentent‑elles leur État ?
A : Bien qu’il n’y ait pas de mention ouverte de l’État, ils n’auraient certainement pas pu dépenser tant d’argent sans des ordres émanant de leur État30.

  • 31 Eldem 2011, p. 311‑312.

36Au printemps 1827, les Ottomans avaient l’avantage et il était clair qu’Athènes capitulerait sous peu. La perspective causait bien de l’émotion auprès des gouvernements européens et des cercles philhellènes, doublée d’une attente morbide de la catastrophe à venir. Il fallait à tout prix trouver une solution qui sauverait à la fois l’Acropole et sa garnison, un moyen de proposer une capitulation honorable que les deux parties pourraient accepter. Non sans ironie, la situation avait évolué à un point où le danger qui planait sur l’Acropole n’était plus celui d’un bombardement ottoman, mais plutôt celui des Grecs qui avaient commencé à menacer de se faire sauter avec les ruines afin de mobiliser l’opinion et le soutien européens31.

37La pression était telle que l’écrivain et homme politique François-René de Chateaubriand terminait son discours du 18 juin 1827 à la Chambre des Pairs avec cette tragique prémonition de la chute de l’Acropole :

  • 32 Journal des débats politiques et littéraires, 19 juin 1827, p. 4 ; Eldem 2011, p. 312.

Mais Athènes chrétienne, trop longtemps abandonnée par les chrétiens, la mère de la civilisation, trahie par la civilisation elle‑même, ne succombera‑t‑elle point avant d’être secourue ? Le coup qui peut tuer la Grèce moderne, peut détruire ce qui reste de la Grèce antique. La même explosion qui feroit sauter la garnison héroïque de l’Acropolis, disperseroit dans les airs les ruines du temple de Minerve : mémorable destinée ! Le dernier souffle de la liberté de la Grèce seroit‑il attaché aux derniers débris de ses chefs-d’œuvre ? Est‑il écrit qu’il s’évanouira avec eux32 ?

38Alors que Chateaubriand se lamentait sur la disparition prochaine de l’Acropole, les Ottomans avaient déjà pris possession de la ville depuis deux semaines. Une capitulation avait été signée le 5 juin, grâce à la médiation de de Rigny et à l’insistance de Fabvier. Les troupes ottomanes avaient pacifiquement investi la citadelle une fois que les défenseurs avaient pu la quitter sains et saufs. Aucune des catastrophes et des tragédies anticipées n’avait eu lieu. À l’exception de quelques dommages soufferts pendant le siège, l’Acropole avait été remise intacte aux Ottomans.

  • 33 The Times, 10 juillet 1827, p. 2 ; Eldem 2011, p. 312.

39L’une des conditions imposées par le pacha, insérée dans le texte de la capitulation, avait été l’envoi de « trois hommes de confiance » chargés de contrôler les mines de la citadelle. L’article 10 insistait sur l’importance de garder l’Acropole intacte : « Si les officiers du pacha envoyés à la citadelle y notent le moindre dommage réalisé aux tours et murs par des mines après l’acceptation de la capitulation, celle‑ci sera déclarée nulle et non avenue33. » Évidemment, les préoccupations du pacha ne concernaient pas l’intégrité des monuments mais la préservation des structures défensives. Néanmoins, on ne peut s’empêcher de remarquer l’ironie du fait qu’après toutes les tentatives des diplomates européens pour sauver la place de la violence attendue des Ottomans, c’était le commandant ottoman qui s’était avéré le plus inquiet de l’état de conservation de l’Acropole.

40La victoire des Ottomans fut de courte durée. Peu de temps après, la ville d’Athènes et son Acropole furent restituées aux dignes descendants de la nation qui les avait bâties. Athènes disparut ainsi des préoccupations ottomanes. Il faudra attendre des décennies pour qu’elle réapparaisse, bien timidement, dans un discours intellectuel et scolaire extrêmement limité, faisant désormais partie de l’héritage universel que les Ottomans – ou du moins une certaine section de l’élite ottomane – commençaient à apprendre à apprécier comme faisant partie de la mission civilisatrice qu’ils s’étaient imposée.

  • 34 Eldem 2010, p. 60‑63.
  • 35 Bent 1888, p. 729.

41Le contexte historique et archéologique d’Athènes ressurgit dans les décennies qui suivirent, notamment une fois que les Ottomans eux‑mêmes se mirent à l’heure de l’archéologie. On sait qu’Osman Hamdi Bey s’inspira librement de la loi grecque de 1834 pour composer le règlement des antiquités dont il obtint la promulgation en 188434. Certains rapportent par ailleurs que le célèbre directeur du Musée impérial vouait une haine toute particulière à Lord Elgin pour ses crimes envers Athènes et le Parthénon35.

42Certes, la contribution ottomane à l’histoire d’Athènes reste bien limitée. Néanmoins, remarquons tout d’abord que les Ottomans, contrairement à l’attente de plus d’un philhellène, ne détruisirent pas ce joyau de la civilisation grecque. Vu la réputation qu’ils avaient de barbares destructeurs, ce simple fait, pour négatif qu’il puisse paraître, mérite d’être signalé. Plus généralement, la version ottomane des faits offre une vision alternative du récit dominant auquel la version eurocentrée de la découverte de la Grèce antique nous a habitués, sans pour autant le changer radicalement. Elle dévoile aussi à quel point une histoire que l’on pense généralement culturelle est en fait imbriquée dans des considérations et des choix politiques que l’on a tendance à oublier ou simplement à ignorer. J’espère simplement que cette présentation, malgré ses faiblesses et ses défauts, aura tout de même le mérite de rappeler que l’avantage d’un empire, c’est qu’il offre une variété de visions qui font bien trop souvent défaut à l’État-nation.

Haut de page

Bibliographie

Bent 1888
J. Theodore Bent, « Hamdy Bey », Contemporary Review 54, 1888, p. 724‑733.

Bouquet, Kuneralp (éd.) 2015
Olivier Bouquet, Sinan Kuneralp (éd.), Les Musurus : une famille de diplomates ottomans. Lettres et documents (1852-1910), Istanbul, Éditions Isis, 2015.

Byzantios 2019
Skarlatos Byzantios, Constantinople: A Topographical, Archaeological and Historical Description, trad. Haris Theodorelis-Rigas, Istanbul, İstos, 2019.

Çelebi 2011
Evliya Çelebi, An Ottoman Traveller: Selections from the Book of Travels of Evliya Çelebi, trad. Robert Dankoff, Sooyong Kim, Londres, Eland Books, 2011.

Demirel, Erdoğan, Akbayar (éd.) 1999
Yücel Demirel, Tamer Erdoğan, Nuri Akbayar (éd.), Vak’anüvis Ahmed Lutfi Efendi Tarihi, t. I, Istanbul, Tarih Vakfı, Yapı Kredi Yayınları, 1999.

Eldem 2009
Edhem Eldem, « Greece and the Greeks in Ottoman History and Turkish Historiography », The Historical Review. La Revue historique 6, 2009, p. 27‑40.

Eldem 2010
Edhem Eldem, Osman Hamdi Bey Sözlüğü, Istanbul, Kültür ve Turizm Bakanlığı, 2010.

Eldem 2011
Edhem Eldem, « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1799–1869 », in Zainab Bahrani, Zeynep Çelik, Edhem Eldem (éd.), Scramble for the Past: A Story of Archaeology in the Ottoman Empire, 1753–1914, Istanbul, SALT, 2011, p. 281‑330.

Eldem 2013
Edhem Eldem, « Osmanlı Tarihini Türklerden Kurtarmak [Sauver l’histoire ottomane des Turcs] », Cogito 73, 2013, p. 260‑282.

Eldem 2014
Edhem Eldem, « Début des Lumières ou simple plagiat ? La très voltairienne préface de l’histoire de Şanizade Mehmed Ataullah Efendi », Turcica 45, 2014, p. 269‑318.

Eldem 2018
Edhem Eldem, L’Empire ottoman et la Turquie face à l’Occident, Paris, Fayard, 2018.

Ellis 1833
[Sir Henry Ellis], The British Museum: Elgin and Phigaleian Marbles, t. I, Londres, Charles Knight, 1833.

Finlay 1861
George Finlay, History of the Greek Revolution, t. I, Édimbourg, Londres, William Blackwood and Sons, 1861.

Fowden 2019
Elizabeth Key Fowden, « The Parthenon Mosque, King Solomon, and the Greek Sages », in Maria Georgopoulou, Konstantinos Thanasakis (éd.), Ottoman Athens: Archaeology, Topography, History, Athènes, Gennadius Library, Aikaterini Laskaridis Foundation, 2019, p. 67‑95.

Gordon 1832
Thomas Gordon, History of the Greek Revolution, t. II, Édimbourg, Londres, William Blackwood and Sons, 1832.

Ilıcak 2011
Şükrü Ilıcak, A Radical Rethinking of Empire: Ottoman State and Society during the Greek War of Independence, thèse de doctorat, Harvard University, 2011.

Karabıçak 2020
Yusuf Karabıçak, Local Patriots and Ecumenical Ottomans: The Orthodox Patriarchate of Constantinople in the Ottoman Configuration of Power, 1768–1828, thèse de doctorat en cotutelle, université McGill et École des hautes études en sciences sociales, 2020.

Millas 2002
Hercules Millas, Do’s and Don’ts for Better Greek-Turkish Relations, Athènes, Papazisis, 2002.

Millas 2004
Hercules Millas, The Imagined “Other” as National Identity: Greeks & Turks, Ankara, CSDP, 2004.

Millas 2016
Hercules Millas, Nations and Identities: The Case of Greeks and Turks, Istanbul, Bilgi University Press, 2016.

Paksoy 1993
İsmail Günay Paksoy, « Bazı Belgeler Işığında Osmanlı Devleti’nin Kültür Mirası Politikası Üzerine Duşunceler [Réflexions sur la politique de patrimoine culturel de l’État ottoman à partir de quelques documents] », in Zeynep Rona (éd.), Osman Hamdi Bey ve Dönemi, Istanbul, Tarih Vakfı Yurt Yayınları, 1993, p. 201‑221.

Philliou 2011
Christine M. Philliou, Biography of an Empire: Governing Ottomans in an Age of Revolution, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 2011.

Şanizade 1284/1867
[Şanizade Mehmed Ataullah Efendi], Şanizade Tarihi, t. I, Istanbul, s.n., 1284/1867.

Sariyannis 2018
Marinos Sariyannis, « Εικόνες των αρχαίων Ελλήνων στις οθωμανικές γραμματειακές πηγές πριν από τον 19ο αιώνα », in Olga Katsiardi-Hering, Anastasia Papadia-Lala, Katerina Nikolaou, Vangelis Karamanolakis (éd.), ΈλληνΡωμηόςΓραικός: συλλογικοί προσδιορισμοί και ταυτότητες, Athènes, Evrasia, 2018, p. 229‑244.

Stathi 2015
Katerina Stathi, « The Carta Incognita of Ottoman Athens », in Marios Hadjianastasis (éd.), Frontiers of the Ottoman Imagination: Studies in Honour of Rhoads Murphey, Leyde, Boston, Brill, 2015, p. 168‑184.

Tunalı 2013
Gülçin Tunalı, Another Kind of Hellenism? Appropriation of Ancient Athens via Greek Channels for the Sake of Good Advice as Reflected in Tarih‑i Medinetü’l-Hükema, thèse de doctorat, Ruhr-Universität Bochum, 2013.

Williams 2004
Dyfri Williams, « From Constantine the Great to Robert the Bruce: The Elgin Porphyry », Minerva 15.1, 2004, p. 40‑42.

Williams 2009
Dyfri Williams, « Lord Elgin’s Firman », Journal of the History of Collections 21.1, 2009, p. 49‑76.

Zambon 2006
Alessia Zambon, « Fauvel et les vases grecs », Journal des savants 1, 2006, p. 3‑63.

Zambon 2010
Alessia Zambon, « Louis François Sébastien Fauvel, le consul antiquaire (1753-1838) », in Jörg Ulbert, Lukian Prijac (éd.), Consuls et services consulaires au xixe siècle – Consulship in the 19th Century – Die Welt der Konsulate im 19. Jahrhundert, Hambourg, Dokumentation & Buch, 2010, p. 139‑156.

Zambon 2014
Alessia Zambon, Aux origines de l’archéologie en Grèce : Fauvel et sa méthode, Paris, INHA, CTHS, 2014.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet Eldem 2013. Sur l’historiographie turque au sujet de la Grèce, voir en particulier Eldem 2009. Il va sans dire que tous les historiens turcs ne peuvent être mis dans le même panier et accusés d’abus et de distorsion historiographiques. Après tout, l’auteur, lui‑même turc, ose espérer que ses propos ne seront pas pris pour un mea culpa et de l’autoflagellation, mais plutôt comme l’expression de la frustration ressentie par des historiens turcs – hélas peu nombreux et dont il espère faire partie – face à l’emprise de fait que des acteurs idéologiquement motivés exercent sur leur domaine d’expertise. Dans le même ordre d’idées, le vœu exprimé d’une plus grande participation non turque ne remet nullement en cause les contributions de la communauté scientifique internationale ; il s’agit plutôt d’un appel dirigé vers les ressortissants ou descendants de pays successeurs de l’empire dont l’angle d’approche est susceptible d’amener un renouveau de la discipline.

2 S’il est vrai que l’histoire ottomane a de tout temps été l’apanage d’auteurs musulmans et turcophones, je pense qu’il faut tout de même distinguer la tradition historiographique ottomane de celle de la République. Tout d’abord, l’histoire « traditionnelle » était plus dynastique que nationale. Par ailleurs, au xixe s., l’ottomanisme fut à l’origine d’une perception plus écuménique de l’histoire. Enfin et surtout, malgré une forte prédominance des « Turcs », on ne peut ignorer la présence de certains auteurs non musulmans, particulièrement arméniens et grecs, dans l’écriture de l’histoire impériale. Pour ces derniers, il suffirait de rappeler les exemples de Michalis Kritovoulos au xve s., de Dimitrie Cantemir au xviiie s. ou de Skarlatos Byzantios au xixe s. Cela étant dit, il est indéniable que la naissance d’une historiographie nationaliste exclusivement turque et musulmane a précédé d’au moins une décennie la création de la République de Turquie. Cette transformation pourrait être symboliquement datée de la création de la Société d’histoire ottomane (Tarih‑i Osmani Encümeni) en 1909 et, surtout, la publication de la revue de cette société à partir de 1913. Il est significatif qu’avec la République, cette société fut rebaptisée Türk Tarih Encümeni (Société d’histoire turque) avant d’être refondue en 1935 dans la Türk Tarih Kurumu.

3 Je revendique la paternité des néologismes « cliomane » et « cliopathe » que j’ai utilisés pour décrire le rapport pathologique de la Turquie à l’histoire lors de ma conférence inaugurale au Collège de France (Eldem 2018, p. 27‑28). « Cliocide » en est un troisième qui, selon moi, décrit le risque que court la discipline lorsqu’elle est confrontée à des accès de cliomanie et de cliopathie.

4 Voir à ce sujet les travaux d’Hercules (Iraklis/Herkül) Millas sur les perceptions et les clichés concernant les identités nationales grecque et turque (Millas 2002 ; Millas 2004 ; Millas 2016).

5 Ilıcak 2011.

6 Karabıçak 2020.

7 Je pense notamment au travail remarquable de Christine Philliou sur les Phanariotes et en particulier Vogoridès (Philliou 2011), mais aussi à nombre d’éditions de textes qui permettent de combler un vide documentaire notable. C’est notamment le cas des éditions Isis dont on retiendra, entre autres, une collection de documents issus des archives Musurus (Bouquet, Kuneralp [éd.] 2015) et des éditions İstos à qui nous devons depuis peu une remarquable édition anglaise de l’histoire de Constantinople de Skarlatos Byzantios (Byzantios 2019).

8 Comme beaucoup d’autres institutions, les archives de la Présidence du Conseil ont été rattachées à la Présidence de la République après le passage du régime parlementaire au régime présidentiel en 2018.

9 Archives de l’État, archives ottomanes (BOA), HAT 946/40721, plan d’Athènes et de sa citadelle, s.d.

10 Stathi 2015, p. 168‑184. Si le projet d’une publication à trois, envisagée avec Georges Tolias, ne verra vraisemblablement pas le jour, c’est là un moindre mal étant donné l’existence et la qualité de l’article de K. Stathi.

11 BOA, Mühimme defterleri, 33, fo 181, hüküm 357, 985/1577. On y lit : « Ordre au bey d’Eubée et aux kadis d’Athènes, Livadia et Thèbes : une requête ayant été présentée à mon Seuil de Félicité déclarant que dans les endroits sous votre juridiction certaines colonnes sculptées [yonulmuş mermer direkler] et des marbres de porphyre [sic, somaki mermerler] avaient été emportés par les infidèles [kefere taifesi] afin de bâtir des églises et vendus à des infidèles étrangers [harbi kâfirler], je décrète que sur réception [de mes ordres] vous aurez à placer ces colonnes et marbres de porphyre en des lieux convenables sous votre juridiction et à empêcher les infidèles de les acquérir ».

12 Paksoy 1993, p. 202‑203, 213.

13 Voir notamment Çelebi 2011, p. 270‑282.

14 Voir à ce sujet la thèse de Gülçin Tunalı (Tunalı 2013), ainsi que l’article qu’en a tiré Elizabeth Key Fowden (Fowden 2019, p. 67‑95). Pour une vision moins sévère et mieux documentée que la mienne des connaissances ottomanes concernant la Grèce et son passé, voir Sariyannis 2018.

15 BOA, C AS 240/10131, requête pour la réparation de la citadelle d’Athènes, Safer-Rebiyülevvel 1215 / juin-juillet 1800.

16 Eldem 2011, p. 287‑288.

17 Sur Fauvel, voir les travaux d’Alessia Zambon, notamment Zambon 2006 ; Zambon 2010 ; Zambon 2014.

18 Williams 2009 ; Eldem 2011, p. 284‑292.

19 Ellis 1833, p. 3.

20 Williams 2004 ; Eldem 2011, p. 288‑292.

21 BOA, HAT 1277/49548, 1225/1810 ; Eldem 2011, p. 292.

22 BOA, HAT 1277/49548B, 1226/1811 ; Eldem 2011, p. 293.

23 Şanizade 1284/1867, p. 8‑9.

24 Eldem 2014.

25 Finlay 1861, p. 347.

26 BOA, HAT 943/40671A, lettre de Stratford Canning à Mehmed Reşid Pacha, 4 juin 1826 ; Eldem 2011, p. 298‑303.

27 BOA, HAT 943/40671B, brouillon d’une lettre de Mehmed Reşid Pacha à l’amiral de Rigny, 15 Muharrem 1242 / 19 août 1826 ; Eldem 2011, p. 306, 308.

28 BOA, HAT 943/40671, rapport de Mehmed Reşid Pacha au palais, 23 Muharrem 1242 / 27 août 1826 ; Eldem 2011, p. 307, 309.

29 Gordon 1832, p. 353 ; Eldem 2011, p. 311.

30 Demirel, Erdoğan, Akbayar (éd.) 1999, p. 46 ; Eldem 2011, p. 311.

31 Eldem 2011, p. 311‑312.

32 Journal des débats politiques et littéraires, 19 juin 1827, p. 4 ; Eldem 2011, p. 312.

33 The Times, 10 juillet 1827, p. 2 ; Eldem 2011, p. 312.

34 Eldem 2010, p. 60‑63.

35 Bent 1888, p. 729.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edhem Eldem, « Pour une histoire ottomane d’Athènes »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 4 | 2021, mis en ligne le 22 mars 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.853

Haut de page

Auteur

Edhem Eldem

Département d’histoire, université de Boğaziçi ; chaire internationale d’histoire turque et ottomane, Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search