Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Quêtes odysséennes, ou comment ph...Introduction

Quêtes odysséennes, ou comment photographier Homère ? Victor Bérard et Fred Boissonnas sur les traces d'Ulysse

Introduction

Estelle Sohier et Alexandre Farnoux
p. 1-6

Texte intégral

Victor Bérard, une figure inépuisable

1Helléniste, explorateur de l’Arcadie antique, auteur d’une traduction de l’Odyssée en français plusieurs fois rééditée, Victor Bérard fut directeur à l’École pratique des hautes études où il enseignait la géographie ancienne, professeur à l’École supérieure de la Marine, mais aussi directeur de la Revue de Paris et spécialiste des affaires étrangères, notamment de la question d’Orient. Observateur engagé, il fut élu en 1920 sénateur du Jura, impliqué notamment dans les réformes de l’enseignement, jusqu’à son décès prématuré en 1931. Le caractère inclassable de ce personnage et la polyphonie d’une œuvre consacrée tout à la fois à l’Antiquité, à la philologie et aux affaires politiques de son temps, ont été soulignés à plusieurs reprises. L’École française d’Athènes lui avait consacré un colloque en 2013, organisé par Sophie Basch et Alexandre Farnoux, où se dessinaient les portraits du philologue, du journaliste, de l’homme politique et de l’intellectuel engagé1. Cette rencontre n’épuisait cependant pas le sujet : l’étude de l’entreprise homérique en particulier méritait d’être approfondie.

Sur les traces d’Ulysse et de Victor

  • 2 Phéniciens et l’Odyssée (1901-1902, 2 vol.) ; L’Odyssée. Poésie homérique (1924, 3 vol.) ; Introdu (...)

2Durant quatre décennies, Victor Bérard a posé un regard ample sur l’Odyssée, qu’il traduisit et explora sous différents prismes au fil de nombreux volumes2. Sa traduction en français publiée en 1924 est en même temps une vaste enquête à la recherche du texte primitif, qui le conduisit à bouleverser la structure des chants, à déplacer des vers et à identifier des ajouts tardifs. Il prit part au débat sur la question homérique en adoptant une position originale, entre les deux camps qui divisaient depuis plus d’un siècle l’homérologie, unitaires et analystes : si Homère avait pour lui bel et bien existé, l’Iliade et l’Odyssée étaient en revanche des œuvres issues de plusieurs siècles de transmission qui en avaient altéré la forme originale. Son apport le plus important a toutefois été de travailler inlassablement à réactiver la lecture de l’Odyssée au sein de la société française, ses écrits ayant acquis au fil de sa carrière une dimension engagée, presque militante, afin de redonner à Homère sa prééminence dans la culture de ses contemporains. Si tel était le but de sa traduction, c’était aussi l’un des ressorts de ses enquêtes sur les pourtours méditerranéens visant à identifier les lieux qui ont été le théâtre des aventures d’Ulysse, sur la base des savoirs disparus des anciens marins phéniciens. Cette recherche topographique a été nourrie par plusieurs voyages : le premier avec son épouse, Alice, en 1901, transformant leur voyage de noce en enquête odysséenne, le deuxième mené en deux temps avec le photographe Fred Boissonnas, de juillet à novembre 1912, sur les côtes de Ceuta et Gibraltar, en Italie, en Grèce et en Tunisie. Cet aspect de son travail a parfois été mal compris ou caricaturé, en partie par manque de sources.

  • 3 Nous remercions infiniment Étienne Bérard d’avoir mis à disposition de l’équipe cet ensemble.

3Des archives inédites et de différentes natures permettent aujourd’hui de relire à nouveaux frais cette œuvre. Étienne Bérard, petit‑fils de Victor Bérard et collaborateur de ce projet, a réalisé un long travail d’inventaire du fonds conservé au Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve. Il comprend une grande partie de la correspondance professionnelle et familiale de V. Bérard, de nombreuses notes de travail (formation à l’ENS et à l’École française d’Athènes, enseignement, activité au Sénat) et rapports (notamment pour les affaires étrangères), ainsi que des carnets de voyage. Grâce à Étienne Bérard encore, nous avons pu avoir accès à d’autres pans de la correspondance personnelle de Victor Bérard, en particulier les lettres destinées à son épouse, Alice, durant le voyage sur les traces de l’Odyssée mené en 1912 : seules les lettres de la seconde partie du voyage ont été retrouvées, sous la forme de 240 feuillets manuscrits réunis en 17 lettres3. Tout à la fois correspondance familiale, journal intime et carnet de terrain, cet ensemble éclaire l’aventure intellectuelle de cette mission : la complexité de son approche des paysages et des sociétés méditerranéennes, ses méthodes d’enquête plurielles et sa lecture en perpétuel mouvement du texte odysséen. Enfin, les photographies réalisées pour accompagner sa pensée et développer sa thèse sont aujourd’hui disponibles à la Bibliothèque de Genève qui conserve les photographies de l’Odyssée prises par Alice Bérard en 1901 et les 2000 plaques de verre de Fred Boissonnas en 1912. Cet ensemble permet d’approcher au plus près le projet homérique de Bérard et de Boissonnas, antérieur à la publication Dans le sillage d’Ulysse réalisée de manière posthume (1933).

L’Odyssée, du mythe à la photographie

  • 4 Réalisé avec Raphaël Pieroni et Odile Magnenat : https://www.unige.ch/sciences-societe/geo/ulysse/ (...)
  • 5 « Fred Boissonnas et la Méditerranée. Une odyssée photographique », exposition présentée au musée (...)
  • 6 Sohier 2020. La traduction en grec est publiée aux éditions du musée de la Photographie de Thessal (...)

4Inscrit dans la programmation scientifique de l’École française d’Athènes (2017-2021) en collaboration avec le département de géographie de l’Université de Genève et la Bibliothèque de Genève, et avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique, le programme intitulé « L’Odyssée, du mythe à la photographie », avait pour objectif de porter un nouveau regard sur cette entreprise à la lumière de cette documentation inédite. Il s’agissait aussi de la relire sous d’autres prismes, en particulier celui de l’histoire culturelle des premières décennies du xxe siècle. Ce projet se développait sur plusieurs axes : il s'agissait d'une part de réévaluer la nature et la portée artistique, scientifique et politique du projet photographique de Victor Bérard et Fred Boissonnas, à la suite des travaux entrepris à l’École française d’Athènes sous la direction de Sophie Basch autour de Victor Bérard, et à l’Université de Genève, sous la direction d’Estelle Sohier et Jean-François Staszak autour de l’œuvre de Fred Boissonnas. Nous avons d’autre part considéré ce projet photographique comme un cas d'étude inédit et remarquable pour questionner la notion d’imaginaire géographique, l'utilisation scientifique de la photographie, l’histoire de la géographie et de ses méthodes d'interprétation du paysage, l’histoire des voyages en Méditerranée avec le développement des croisières scientifiques, et enfin les modalités du rapport possible entre géographie et fiction. Un important travail de collecte, de dépouillement et de mise à disposition d’archives à l’aide d’un Carnet numérique de l’EFA a été réalisé à cette occasion. Nous avons exploité en particulier les archives de Victor Bérard au Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve ; la correspondance de Fred Boissonnas durant son voyage avec Victor Bérard en 1912 conservée au musée de la Photographie de Thessalonique ; les archives photographiques et écrites au Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève. Les images de l’Odyssée ont été mises en ligne sur les sites de la Bibliothèque de Genève et de l’Université de Genève : 600 des 2000 photographies ont été géolocalisées et rendues accessibles à l’aide de différentes cartes géographiques4. Ces photographies ont aussi fait l’objet d’une exposition présentée en 2020-2021 au Musée d’art et d’histoire de Genève5 et en 2022-2023 au Musée de la photographie de Thessalonique, et d’une publication6.

Comment photographier Homère ?

5L’objectif de ce numéro est de donner des clefs de compréhension de l’enquête que Victor Bérard mena sur l’Odyssée et de son interprétation du mythe odysséen. Nous les inscrivons dans le contexte de l’histoire de la philologie et de « l’autopsie » ou de l’enquête de terrain, dans l’histoire des relations entre l’Europe et l’espace méditerranéen au début du xxe siècle, et enfin dans l’histoire intellectuelle de l’École française d’Athènes et de disciplines comme la géographie alors en cours d’institutionnalisation. Cette enquête prend aussi selon nous tout son sens au regard du développement des voyages en Méditerranée et de l’essor de médias comme la photographie et le cinéma, qui ont bouleversé la perception de l’Antiquité en général et d’Homère en particulier. L’objectif de ce numéro du BCHmc est donc d’étudier la quête odysséenne de Bérard et Boissonnas comme un fait contemporain relevant d’une histoire récente de la Méditerranée où la recherche académique, l’engagement politique, la mise en valeur patrimoniale et l’invention de nouvelles pratiques culturelles s’entrecroisent.

6Dans le premier article, intitulé « Victor Bérard, Homère et l'École française d'Athènes », Alexandre Farnoux analyse ce que le jeune Bérard doit à l’institution athénienne, moins sa « monomanie » homérique qu’une méthode de terrain, d’analyse du paysage et d’utilisation des sources qui sont au cœur de l’entreprise qui l’occupa pendant toute sa carrière. « École d’application », l’École d’Athènes offre d’abord à ses membres l’accès au terrain, en favorisant l’observation, la collecte des données et la confrontation avec les sources antiques. L’application de cette méthode aux rivages de la Méditerranée et au texte homérique constitue la spécificité de V. Bérard qui a vu dans la photographie le moyen de prouver la topographie homérique. Le deuxième article, « Une École buissonnière. Victor Bérard et la Géographie (1884-1914) », interroge le positionnement académique de Victor Bérard dans et hors des murs de l’université, et ce faisant permet de mieux comprendre le façonnement d’une pensée transdisciplinaire à l'heure même où les disciplines se renforçaient dans leur objet et leurs méthodes. Désigné tantôt comme helléniste, historien ou encore géographe, Victor Bérard est d’autant plus difficile à classer qu’il appartenait simultanément à plusieurs mondes académiques et politiques. Ségolène Debarre éclaire la polyvalence de cette carrière en la replaçant dans un espace socio-professionnel et institutionnel lui‑même en mouvement. Elle confronte aussi la définition que Bérard a donné de la géographie au fil de ses publications à celles de ses contemporains, adoptant tout au long de sa carrière une position liminale. Étienne Bérard, dans « Ulysse en Politique », montre ensuite l’intrication du travail d’historien de Victor Bérard avec ses engagements politiques, à l'aide d'archives inédites. Il démontre combien son travail odysséen avait aussi, à ses yeux, une dimension politique. L’article « Une brèche dans le réel. Les photographies de l’Odyssée dans l’histoire des images » est consacré à la mission photographique de Victor Bérard et Fred Boissonnas en Méditerranée en 1912. Estelle Sohier montre combien ce voyage était une vaste enquête nourrie, certes, par la philologie, l’histoire, la géographie, mais aussi par l’histoire de l’art. L’entreprise de Bérard reposait sur l’intuition que pour transmettre l'histoire auprès du grand public, il fallait désormais compter avec le spectacle d’images et que celles‑ci avaient la capacité de créer de nouvelles connexions avec le passé, mais aussi qu’Homère était une ressource de sacré et de narration utile à une IIIe République laïque, liée aux pourtours méditerranéens par l’essor du colonialisme. Deux articles de Jean-François Staszak mettent en perspective l’œuvre de l’helléniste avec l’histoire de l’adaptation de l’antiquité grecque au cinéma, à une période où le cinéma évolue vite et profondément. « Filmer l’Odyssée et la Grèce antique in situ : autour du projet de film de Victor Bérard (1930) » revient sur quatre projets de film nés dans le sillage des nouvelles interprétations de l’Odyssée proposées par Bérard, dont les ambitions et les échecs sont confrontés aux réalités de l’industrie du cinéma dans les années 1910-1920. Ces projets soulèvent plus généralement la question des rapports entre le cinéma, le lieu et le récit, et des enjeux du tournage in situ des films mettant en scène l’antiquité grecque. « Homère au cinéma : filmer l’Iliade et l’Odyssée, des années 1890 aux années 1930 » clôt le dossier en l’ouvrant aux premières adaptations d’Homère au grand écran : en étudiant sept productions balisant l’histoire du cinéma muet en France, en Allemagne, en Italie et aux États-Unis, il examine les sources sur lesquelles ils se fondent, et les légitimités dont ils se réclament pour exploiter le récit homérique et mettre en images le passé, avec ou sans la Méditerranée.

7Ces six contributions, fruits d’échanges et de travaux communs menés pendant plusieurs années, dressent un nouveau portrait de Victor Bérard. Nous sommes sûrs que ce n’est pas le dernier.

Haut de page

Bibliographie

Basch 2015
Sophie Basch (éd.), Portraits de Victor Bérard : Actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (5‑6 avril 2013), Athènes, EFA, 2015. En ligne : http://books.openedition.org/efa/4028.

Bérard 1902
Victor Bérard, Phéniciens et l’Odyssée, Paris, Armand Colin, 1901-1902, 2 vol.

Bérard 1924
Victor Bérard, L’Odyssée. Poésie homérique, Paris, Les Belles-lettres, 1924, 3 vol.

Bérard 1925
Victor Bérard, Introduction à l’Odyssée, Paris, Les Belles-lettres, 1924-1925, 3 vol.

Bérard 1929
Victor Bérard, Les navigations d’Ulysse, Paris, Armand Colin, 1927-1929, 4 vol.

Bérard 1930
Victor Bérard, La résurrection d'Homère. Au temps des héros, Paris, Grasset, 1930.

Sohier 2020
Estelle Sohier, Fred Boissonnas et la Méditerranée. Une odyssée photographique, Paris, La Martinière, 2020.

Sohier 2022
Estelle Sohier, Ο Φρεντ Μπουασονα και η Μεσογειος. Μια φωτογραφικη οδυσσεια, Thessalonique, MOMus – Thessaloniki Museum of Photography, 2022.

Haut de page

Notes

1 Basch 2015.

2 Phéniciens et l’Odyssée (1901-1902, 2 vol.) ; L’Odyssée. Poésie homérique (1924, 3 vol.) ; Introduction à l’Odyssée (1924-1925, 3 vol.) ; Les navigations d’Ulysse (1927-1929, 4 vol.) ; La résurrection d'Homère. Au temps des héros (1930).

3 Nous remercions infiniment Étienne Bérard d’avoir mis à disposition de l’équipe cet ensemble.

4 Réalisé avec Raphaël Pieroni et Odile Magnenat : https://www.unige.ch/sciences-societe/geo/ulysse/fr/.

5 « Fred Boissonnas et la Méditerranée. Une odyssée photographique », exposition présentée au musée Rath à Genève du 25 septembre 2020 au 31 mars 2021, par le Musée d’art et d’histoire de la Ville de Genève, l’Université de Genève et la Bibliothèque de Genève, sous la direction d’Estelle Sohier et Lada Umstätter, avec Mayte Garcia et Nicolas Schätti. L’exposition a été présentée au musée de la Photographie de Thessalonique – MOMus du 8 septembre 2022 au 12 février 2023. https://www.momus.gr/en/exhibition/boissonnas.

6 Sohier 2020. La traduction en grec est publiée aux éditions du musée de la Photographie de Thessalonique : Sohier 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Sohier et Alexandre Farnoux, « Introduction »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain, 6 | -1, 1-6.

Référence électronique

Estelle Sohier et Alexandre Farnoux, « Introduction »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.996

Haut de page

Auteurs

Estelle Sohier

Université de Genève

Articles du même auteur

Alexandre Farnoux

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search