Navigation – Plan du site

Appel à contributions pour un numéro thématique : Région, vous avez dit région ? Le kaléidoscope régional de l’Union européenne/Call for papers for a topical issue: Region you said? The regional kaleidoscope of the European Union

Appel à contributions pour un numéro thématique

Ce numéro traitera des régions et des dynamiques territoriales dans l’Union européenne (UE). Notion paradoxale et polysémique s’il en est, la « région » occupe une place fondamentale – voire fondatrice – pour la géographie, même si elle a pu tomber en désuétude au profit des notions de territoire et d’espace (Frémont & Guermond, 2016). Elle reste cependant, notamment de par sa plasticité, une notion de premier plan pour les travaux interdisciplinaires qui lient la géographie à l’économie, à la sociologie ou à la science politique, entre autres (Bourdieu, 1980 ; Grabher & Mathis-Moser, 2015). Sur le terrain, la région reste aussi une unité récurrente de l’organisation territoriale et spatiale des sociétés, située entre le local et l’État, central ou fédéral (Lussault, 2007 ; OCDE, 2010 ; Bonnet-Pinneau & Vandermotten, 2016).

La construction européenne a d’ailleurs particulièrement contribué à valoriser cette échelle intermédiaire, « méso », d’aménagement du territoire et de représentation sociopolitique (Paasi, 2009 ; CdE, 2016 ; AER, 2017). L’UE a créé en 1975 le Fonds européen du développement régional (FEDER) et, à partir des années 1990, encouragé une implication plus forte des régions dans la gouvernance européenne, dans un contexte de globalisation économique (Lachapelle & Paquin, 2004 ; Massart-Piérard, 2005 ; Scully & Wyn Jones, 2010). On a pu également observer l’émergence de formes d’organisation territoriale et spatiale « européanisées », d’« eurorégions » à l’échelle transfrontalière et transnationale (Bussi, 2009 ; Hamez et al., 2013 ; Bellini & Hilpert, 2013 ; Moullé & Duhamel, 2015).

De fait, la question régionale et l’organisation territoriale évoluent constamment, tant sur le plan spatial que sociopolitique (Picouet, 2012 ; Perrin, 2017), par exemple : nouvelle carte régionale en France et création de nouveaux groupements intercommunaux, les métropoles (Bourdin & Torre, 2015, Frémont & Guermond, 2016) ; développement d’organismes d’aménagement du territoire sous la forme de « régions métropolitaines » en Allemagne (Kawka, 2016) ; perspective d’une nouvelle étape de la dévolution au Royaume-Uni depuis les référenda sur l'indépendance écossaise (2014) et sur le Brexit (2016), avec également la création du statut de villes-régions (combined authorities) ; projet de création de régions en Roumanie et de métropolisation en Pologne ; dynamique de régionalisation renforcée en Italie depuis les années 2000 et création des villes métropolitaines en 2015. Dans certains cas, la « question régionale » peut remettre en question l’unité territoriale de certains États européens plurinationaux, comme en témoignent les tensions sur l’indépendance de la Catalogne, de l’Écosse ou de la Flandre, exacerbées par la « polycrise » à laquelle l'Union européenne est confrontée (Falkner, 2016 ; King & Le Galès, 2017).

Or le processus d’intégration supranationale tel que l’Union européenne vient ajouter une échelle territoriale supplémentaire à ce kaléidoscope en mouvement des « territoires d’Europe ». Même si l’hypothèse d’une Europe des Régions et son opérationnalité tant pratique que théorique ont été invalidées (Elias, 2008), elle n’a pas pour autant minoré l’importance de l’échelon régional dans la (re)configuration territoriale de l’Union européenne (Lépine, 2016 ; Perrin, 2017), d’un ensemble qui est plus qu’une simple union d’États, mais loin d’être une fédération, et qui combine différentes spatialités : États, nations, régions, métropoles, collectivités locales, espaces ruraux.

Ce numéro spécial propose de traiter cette problématique à travers notamment les questions suivantes, qui ne prétendent pas à l’exhaustivité :

• Comment différents États mettent-ils en œuvre leurs systèmes territoriaux et quel rôle pour les régions ? Quelles sont les évolutions et tendances en cours dans cette organisation ?
• Comment les autorités régionales s’inscrivent-elles dans le cadre européen et international ?
• Comment différents niveaux d’autorité territoriale peuvent-ils s’articuler dans le cadre de l’Union européenne ?
• L’Union européenne signifie-t-elle la fin des États, ou la création d’une myriade d’États « régionaux », ou un autre modèle est-il à trouver ?
• En quoi la construction européenne peut-elle influer sur la recomposition des territoires et sur l’émergence de nouvelles échelles d’aménagement, voire de représentation et d’identification méta-géographiques : régions transfrontalières, transnationales, réseaux de ville ?

Même si les principales entrées de cet appel sont les perspectives de géographie politique et d’aménagement du territoire, les préoccupations spatiales et territoriales, l’appel se conçoit volontairement interdisciplinaire compte tenu du caractère très polysémique des études régionales comme des études européennes.

Les propositions doivent être envoyées pour le 31 mai 2018 à Christian Vandermotten (cvdmotte@ulb.ac.be), avec copie aux deux coordonnateurs du numéro: Thomas Perrin, Maître de conférences en aménagement et urbanisme, Université de Lille, thomas.perrin@univ-lille.fr et François-Olivier Seys, Professeur de géographie, Université de Lille, francois-olivier.seys@univ-lille.fr.
Si elles sont acceptées, l’article devra parvenir pour fin août au plus tard. Pour rappel, la revue Belgeo accepte des articles en anglais, français, néerlandais et allemand. Les propositions d’article doivent se conformer aux normes de présentation de la revue : http://journals.openedition.org/belgeo/7113. La sélection suivra le processus d’évaluation en vigueur dans la revue.

Call for papers for a topical issue

This special issue deals with regions and territorial dynamics in the European Union (EU). The region is a particularly paradoxical and polysemous notion. Indeed, it occupies a fundamental – if not foundational – place in geography, though the academic community progressively found the notions of territory and space more operational (Frémont & Guermond, 2016). However, it remains, especially due to its plasticity, a leading notion for the interdisciplinary works that bound geography to economics, sociology or political science, among others (Bourdieu, 1980; Grabher & Mathis-Moser, 2015). At empirical level, the region also remains a recurrent unit of the territorial and spatial organisation of the societies, located between the local and the State, be it central or federal (Lussault, 2007; OECD, 2010; Bonnet-Pinneau & Vandermotten, 2016).

The European construction in particular has contributed to the development of this intermediate or “meso” scale of spatial planning and socio-political representation (Paasi, 2009; CoE, 2016; AER, 2017). The EU created the European Regional Development Fund (ERDF) in 1975 and, from the 1990s, favoured a stronger involvement of regions in European governance, in a context of economic globalisation (Lachapelle & Paquin, 2004; Massart-Piérard, 2005; Scully & Wyn Jones, 2010). We can also observe the emergence of "Europeanised" forms of territorial and spatial organisation, of "euroregions" formed on a cross-border and transnational scale (Bussi, 2009; Hamez et al., 2013; Bellini & Hilpert, 2013; Moullé & Duhamel, 2015).

In fact, the questions of regional development and territorial organisation are constantly evolving, both spatially and socio-politically (Picouet, 2012; Perrin, 2017), for instance: new regional map in France and creation of new intercommunal groupings, the metropolis (Bourdin & Torre, 2015; Frémont & Guermond, 2016); development of spatial planning bodies in the form of "metropolitan regions" in Germany (Kawka, 2016); prospect of a new stage of the devolution in the United Kingdom since the referenda on Scottish independence and on the Brexit in 2014 and 2016, with also the creation of the status of city-regions (combined authorities); project for the creation of regions in Romania and metropolisation in Poland; regionalisation in Italy since the 2000s and creation of metropolitan cities in 2015. In some cases, the "regional question" may threaten the territorial unity of some European multi-national states, as shown by the tensions over the independence of Catalonia, Scotland or Flanders, which were exacerbated by the "polycrisis" that the European Union faces (Falkner, 2016; King & Le Galès, 2017).

Moreover, the process of supranational integration such as the European Union adds an additional territorial scale to this moving kaleidoscope of "European territories". Even if the hypothesis of a Europe of the Regions was invalidated on theoretical and practical grounds (Elias, 2008), it has not diminished the importance of the regional tier in the territorial (re)configuration of the European Union (Lépine, 2016; Perrin, 2017), an ensemble that is more than just a union of States, but far from being a federation and which combines different spatialities: States, nations, regions, metropolises, local communities, rural areas.

This special issue addresses these topics according to the following questions, which are not exhaustive:

• How do different States implement their territorial systems and what role for the regions? What are the current trends and features of this organisation?
• How do regional authorities fit into the European and international framework?
• How can different levels of territorial authority be articulated within the framework of the European Union?
• Does the EU mean the end of States, or the creation of a myriad of "regional" States, or is there another model to be found?
• How can the European construction influence the recomposition of territories and the emergence of new scales of development, or even new meta-geographical representation and identification sets: cross-border or transnational regions, transnational, city networks?

Although this call is mainly based on political geography and spatial planning perspectives, on spatial and territorial concerns, the call is deliberately interdisciplinary, given the highly polysemous nature of regional studies and European studies.

Proposals can be sent by May 31th 2018 to Christian Vandermotten (cvdmotte@ulb.ac.be), with a copy to the two guest editors of the issue: Thomas Perrin, Maître de conférences en aménagement et urbanisme, Université de Lille, thomas.perrin@univ-lille.fr and François-Olivier Seys, Professeur de géographie, Université de Lille, francois-olivier.seys@univ-lille.fr.

If accepted, the paper will be expected before the end of August. The journal Belgeo accepts papers in English, French, Dutch and German. The proposals must follow the norms of presentation of the journal : http://journals.openedition.org/belgeo/7113. The selection complies with the usual reviewing process of the journal.

  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals