Navigation – Plan du site

De Tito à Alexandre : vers la construction d’un paysage urbain postsocialiste à Skopje (République de Macédoine) ?

From Tito to Alexander: towards the construction of a post-socialist urban landscape in Skopje (Republic of Macedonia)?
Hervé Amiot

Résumés

Cet article questionne l’ampleur des transformations symboliques qui ont touché Skopje, capitale de la République de Macédoine, depuis 2010. Le projet urbain « Skopje 2014 », qui s’inscrit dans une politique plus large de réécriture de l’histoire autour de la période antique, vise à effacer les traces de l’héritage yougoslave de l’espace urbain, pour y inscrire une nouvelle iconographie. Cet article, basé sur une méthodologie alliant analyse de paysages et entretiens qualitatifs, identifie le contenu iconographique véhiculé par le projet, mais aussi la forme que prend la transformation du paysage urbain. Les stratégies de modification du bâti et de localisation de nouveaux monuments, utilisées par les aménageurs, ont créé de nouvelles configurations visuelles modifiant en profondeur le paysage urbain. A partir du cas de Skopje, on formule une grille d’analyse paysagère permettant de lire les politiques de mise en scène de l’identité nationale et du pouvoir dans d’autres contextes urbains.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En mai 2005, le Premier ministre macédonien, Branko Crvenkovski annonçait le projet d’ériger sur la place centrale de Skopje une statue de Josip Broz Tito, président de la Yougoslavie socialiste de 1953 à 1980, pour commémorer les vingt-cinq ans de sa disparition. Aujourd’hui, c’est pourtant une statue d’Alexandre le Grand qui trône au centre de la ville. Cet exemple, symbolisant le passage « de la yougonostalgie à l’antiquisation » dans le récit national macédonien (Marinov, 2010, p.339), est révélateur des mutations symboliques que connaissent les espaces urbains des anciens pays socialistes.

2Avec la disparition de l’URSS, des démocraties populaires et de la Yougoslavie, les Etats indépendants ont dû fonder leur légitimité sur de nouveaux récits nationaux (Kolstø, 2000 ; Kolstø, 2014). Ils se sont lancés dans la production de nouveaux symboles, c’est-à-dire de « réalités matérielles qui communiquent quelque chose d’immatériel » (Monnet, 1998, p.1), l’ensemble de ces symboles formant des iconographies (Gottmann, 2007). Les iconographies nationales sont diffusées par des vecteurs textuels ou oraux, comme la littérature ou la presse, mais aussi par des vecteurs non-textuels. La matérialité de la ville, à travers la disposition des bâtiments, le tracé des rues ou le style architectural, constitue un de ces « systèmes non-verbaux » (Choay, 1972). En tant que lieu de la pratique quotidienne du citadin, l’espace urbain permet un apprentissage de l’iconographie nationale, certes plus passif que celui diffusé par le système éducatif, mais non moins efficace. En effet, l’espace physique de la ville possède « cette caractéristique singulière que ne possèdent sans doute pas avec la même efficacité les systèmes de signes verbaux : celle de permettre […] la chosification des intellections, de donner pour naturels ou acquis les construits sociaux » (Chivallon, 2000, p.306).

3Les autorités macédoniennes ont ainsi lancé, en janvier 2010, le projet d’aménagement « Skopje 2014 ». Celui-ci vise à inscrire le nouveau récit national dans l’espace urbain de la capitale macédonienne, et s’inscrit dans une politique plus large de révision du passé communiste (Marinov, 2010) et de réécriture de l’histoire autour de la période antique. Dans son court texte de présentation du projet1, la municipalité du Centre de Skopje, maîtresse d’œuvre officielle, affirme sa volonté d’ôter au centre-ville cette image maussade que lui a donnée le style « réaliste socialiste » utilisé sous Tito. Il s’agit, par le biais de constructions monumentales, de redonner au centre un visage historique pour « rappeler aux Macédoniens qu’ [ils] ont une histoire », différente de celle de la Yougoslavie socialiste.

4Cet article propose un éclairage sur le contexte, encore peu étudié, de la Macédoine. Les articles et ouvrages de synthèse sur les mutations des espaces urbains postsocialistes (par exemple Stanilov, 2007 ; Czepczynski, 2008 ; Czaplicka, Geladis & Ruble, 2009 ; Diener & Hagen, 2015) traitent essentiellement des villes de l’ex-URSS ou des anciennes démocraties populaires. Ce manque d’intérêt relatif pour la Macédoine dans les années 1990 et 2000 s’explique par le fait que, contrairement à la plupart des pays d’Europe centrale, la ville de Skopje n’a pas connu de modifications profondes de son paysage urbain directement après l’indépendance (Janev, 2016).

  • 2 Exception faite de l’ouvrage de Rozita Dimova, qui accorde un chapitre à « Skopje 2014 », avec une (...)

5Depuis 2010, néanmoins, différents auteurs se sont penchés sur le projet « Skopje 2014 » pour y lire le recentrage du récit national autour de la période antique dans un contexte d’alternance politique et de conflit diplomatique avec la Grèce (Vangeli, 2011 ; Dimova, 2013), les stratégies de promotion nationale dans le contexte de compétition néolibérale (Graan, 2013 ; Graan, 2016), un moyen pour le pouvoir d’instaurer une division ethnique de l’espace urbain (Janev, 2011 ; Janev, 2016 ; Dimova, 2013) et de marginaliser l’héritage urbain ottoman (Mattioli, 2013). Les auteurs mentionnent également les contestations d’un projet vu comme coûteux, kitsch et non démocratique dans sa mise en œuvre (Janev, 2011 ; Dimova, 2013 ; Graan, 2016 ; Véron, 2016 ; Véron, 2017). Cet article vise à éclairer deux aspects peu traités dans cette littérature. Alors que ces contributions prennent « Skopje 2014 » comme point de départ pour étudier les thèmes énoncés plus haut, la description du contenu du projet est souvent réduite à une dizaine de lignes, mentionnant quelques monuments emblématiques ou le mélange des styles architecturaux utilisés, sans analyse iconographique et paysagère2. Adoptant une démarche de géographie urbaine et culturelle, cet article propose une analyse détaillée et spatialisée de « Skopje 2014 », qui met en évidence les stratégies des aménageurs (choix de localisation des bâtiments, association de monuments) et les configurations spatiales qui en résultent (impression de monumentalité, nouvelles perspectives). En outre, cet article est centré sur la façon dont « Skopje 2014 » traite de l’héritage urbain yougoslave, thème moins traité dans la littérature que son rapport avec l’héritage urbain ottoman et la minorité albanaise.

  • 3 Amiot H. (2014), « Skopje 2014 » : Aménagement urbain et construction de la nation macédonienne, mé (...)
  • 4 On regroupera sous ce terme tous les acteurs impliqués dans la réalisation du projet, sans les décr (...)
  • 5 La toponymie n’est pas abordée dans l’article. Ce sujet demanderait de développer des méthodes diff (...)

6Cet article est issu d’un travail de terrain qualitatif mené de janvier à mars 2014 à Skopje3, reposant sur une double méthodologie. Partant du principe que l’espace urbain est signifiant (Choay, 1972), l’enquête repose sur une analyse de paysages issue d’un parcours photographique réalisé dans le centre-ville. Cette démarche permet d’adopter le point de vue des différents acteurs (citadins, touristes) qui pratiquent l’espace urbain, et de mettre en évidence à la fois le contenu de l’iconographie développée par « Skopje 2014 », et la forme des nouvelles configurations spatiales créées par les aménageurs4. En outre, on a mené une série d’entretiens avec différents acteurs du projet : architectes ayant participé au projet, guides touristiques, architectes opposés au projet, architecte de l’époque yougoslave, activistes opposés au projet. Les documents officiels présentant le projet et les articles de presse ont permis de saisir de façon plus complète les positions des différents protagonistes5.

7Le régime titiste a laissé un important héritage dans le paysage urbain de Skopje, mais les stratégies spatiales mises en œuvre par le nouveau gouvernement nationaliste dans le cadre du projet « Skopje 2014 » contribuent à effacer l’héritage socialiste et construire une nouvelle iconographie urbaine, centrée sur l’antiquité et la religion orthodoxe. Au-delà du contexte macédonien et des contingences liées à celui-ci, « Skopje 2014 » permet de mettre en évidence les stratégies de « mise en scène » (Fauve & Gintrac, 2009) des idéologies dans l’espace urbain.

Skopje, ville ottomane et yougoslave confrontée aux changements politiques post-indépendance

Une histoire urbaine riche, marquée par l’empreinte de Tito

8Fondée sous l’Empire romain, Skopje connaît un âge d’or aux XVe et XVIe siècles, sous l’Empire ottoman, dont témoigne aujourd’hui le quartier du Vieux Bazar, ou Stara Čaršija (figure 1). Constitué de petites rues pavées, bordées de maisons ne dépassant pas deux étages, de mosquées et de hammams, son paysage contraste avec celui du reste de la ville, et notamment la rive droite du Vardar, quadrillée par des blocs d’immeubles et de larges boulevards.

Figure 1. Une rue de Stara Čaršija, le Vieux Bazar ottoman.

Figure 1. Une rue de Stara Čaršija, le Vieux Bazar ottoman.

Photo. : Amiot, 2014

9A la suite des Guerres balkaniques de 1912-1913, la ville passe sous contrôle du royaume des Serbes, Croates et Slovènes, et des édifices sont construits pour renforcer l’aspect européen et occidental de la ville, comme le Théâtre Alexandre Ier (1927), la Maison des Officiers du Royaume (1925), construite sur la place centrale après la destruction de la mosquée Burmali, ou le Palais Ristić (1925-1926) en style Art Nouveau. Ces initiatives contribuent à créer une nouvelle centralité européenne et moderne sur la rive droite.

  • 6 La population double de 1945 à 1961, pour atteindre 171 000 habitants (Home, 2006).
  • 7 Notamment : le Grand hôtel (1954-1964), les tours d’habitation le long de la rive droite du Vardar (...)
  • 8 Les plus notables sont la banque commerciale sur la rive gauche (1954) et l’immeuble de la compagni (...)
  • 9 Celle-ci se caractérise par des bâtiments de volume important – en hauteur et/ou en longueur – pour (...)

10L’après Seconde Guerre Mondiale est une période de croissance démographique pour Skopje6 et un premier plan d’urbanisme est élaboré en 1948 pour faire face à l’étalement urbain. Mais c’est surtout au niveau de l’architecture que le régime yougoslave va laisser sa marque dans la ville. Que ce soit pour des bâtiments résidentiels7, administratifs ou commerciaux8, l’architecture fonctionnaliste9 tend à devenir prédominante et à noyer les styles précédents : Art-Nouveau, néo-baroque, ou néo-byzantin.

11Le 26 juillet 1963, la ville est touchée par un séisme, faisant un millier de morts, plus de 150 000 sans-abris et détruisant la plupart des bâtiments publics et des logements (Home, 2006). Tito déclare son intention de reconstruire Skopje de fond en comble, en en faisant un symbole de la fraternité entre les peuples et de la solidarité internationale, dans un monde divisé par la Guerre Froide. Il s’agit de planifier l’aménagement sur le long terme et faire de Skopje un exemple de ville moderne.

12Un plan d’ensemble de la métropole est mis en place à partir de 1965 par le Polonais Adolf Ciborovski et modifie en profondeur l’organisation de Skopje (Tolić, 2012). Il oriente le développement urbain selon un axe est-ouest, épousant le cours de la rivière Vardar, alors que l’axe de développement historique suivait une orientation nord-sud (figure 2). De vastes boulevards sont créés, le long desquels sont construits des ensembles d’habitats collectifs séparés par des espaces verts, selon les principes de l’urbanisme moderne.

Figure 2. Skopje, une ville marquée par les plans d’aménagement de l’époque yougoslave.

Figure 2. Skopje, une ville marquée par les plans d’aménagement de l’époque yougoslave.

Réalisation : Amiot, 2017

13Le plan du Japonais Kenzo Tange pour le centre-ville ne concerne pas la veille ville ottomane, mais le centre-ville des XIXe et début du XXe siècle (figure 2). Le projet de Tange est directement inspiré des principes de l’urbanisme fonctionnaliste. Il pense la ville comme une série de pôles hébergeant différentes fonctions, et connectés entre eux : pôle d’échanges, centres administratifs, complexe culturel, centres commerciaux, immeubles de logement, places publiques. Cet ambitieux projet n’a jamais été réalisé dans son ensemble, mais les éléments isolés dont il a accouché marquent fortement le paysage de Skopje : la place Macédoine, bordée de son imposant centre commercial, les bâtiments gouvernementaux, la gare routière, le grand Opéra ou encore l’Université. L’héritage le plus visible du plan de Tange dans le paysage urbain est le « City Wall », la ceinture d’immeubles entourant le centre-ville (figure 3). Le style brutaliste, caractérisé par des formes massives et géométriques en béton brut, rend certains bâtiments très reconnaissables (figure 4).

Figure 3. Le « City Wall » du plan de Kenzo Tange (1966-1972).

Figure 3. Le « City Wall » du plan de Kenzo Tange (1966-1972).

Photo. : Amiot, 2014

Figure 4. Un exemple d’architecture brutaliste : la résidence universitaire Goce Delčev (1971-1975).

Figure 4. Un exemple d’architecture brutaliste : la résidence universitaire Goce Delčev (1971-1975).

Photo. : Amiot, 2014

D’un héritage préservé par les sociaux-démocrates à un héritage menacé par les nationalistes

  • 10 Entretien avec Miroslav Grčev, architecte ayant contribué au plan de 1997, janvier 2014, traduit de (...)

14Ces aménagements urbains de l’époque socialiste ne sont pas remis en cause dès l’indépendance. Ceci est dû à la continuité du personnel politique dans les années 1990 : les anciens communistes forment la majorité des membres du nouveau Parti social-démocrate (SDSM), et la transition entre la Fédération yougoslave et la Macédoine indépendante se fait en douceur (Marinov, 2010). Cette continuité se retrouve dans l’aménagement urbain. En 1997, la municipalité du Centre de Skopje, alors social-démocrate, lance un concours d’urbanisme pour combler les vides du plan de Kenzo Tange. Il s’agissait d’adopter un tracé des rues plus proche des centres-villes ouest-européens, mais en gardant le cadre du plan de 196510.

  • 11 Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne – Parti démocratique pour l’unité nationale ma (...)
  • 12 Le VMRO avait remporté les élections législatives d'octobre-novembre 1998, mais l’expérience fut de (...)
  • 13 Avec la reconnaissance du macédonien comme langue officielle en 1944 et la création d’une Eglise or (...)
  • 14 Le premier dirigeant du VMRO, Ljubčo Georgievski, avait donné au parti, en plus de l’anticommunisme (...)

15L’année 2006 marque un tournant dans la vie politique macédonienne, avec la victoire aux élections législatives des nationalistes du VMRO-DPMNE11, menés par Nikola Gruevski. Au-delà du tournant politique12, c’est un tournant symbolique et culturel qui se profile. Alors que les sociaux-démocrates sont fidèles à la thèse de l’origine slave des Macédoniens, prédominante à l’époque yougoslave et considèrent que c’est dans le cadre de la Yougoslavie socialiste que l’identité macédonienne s’est le plus développée13, le VMRO de Nikola Gruevski place au cœur du récit national la lutte de l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (ORIM) contre les Ottomans, au tournant du XXe siècle, et surtout la période antique14. Au-delà de la promotion de l’héritage antique, c’est une véritable révision du passé communiste qui a lieu, se traduisant par la réhabilitation de militants pro-macédoniens, ayant joué un rôle important dans le mouvement des partisans pendant la Seconde Guerre mondiale, mais ayant été rapidement réprimés à cause de leur tendance anti-yougoslave.

16Le projet « Skopje 2014 » s’inscrit donc dans ce contexte d’alternance politique, et vise à répondre à des objectifs à différentes échelles.

17A l’échelle internationale, « Skopje 2014 » est partie prenante d’une stratégie de promotion d’une image de marque de la Macédoine (Graan, 2011 ; Graan, 2016). Relayée par des campagnes publicitaires, la rénovation de la ville vise à attirer des touristes et des capitaux, dans un contexte de concurrence entre les villes à l’échelle mondiale.

  • 15 La Bulgarie considère la langue macédonienne comme un dialecte du bulgare et proteste contre l’usur (...)
  • 16 En Serbie, le Patriarcat de Belgrade, qui possède une place importante dans le nationalisme serbe, (...)
  • 17 La Macédoine a pu entrer à l’ONU en 1993, mais sous le nom d’Ancienne République Yougoslave de Macé (...)

18D’un point de vue diplomatique, la spécificité de l’identité macédonienne est contestée par ses voisins immédiats : la Bulgarie15, la Serbie16, et surtout la Grèce, qui refuse de reconnaître la Macédoine sous son nom constitutionnel (« République de Macédoine »)17 et accuse Skopje de lui voler son héritage culturel, mettant son veto à toute tentative d’entrée de la Macédoine dans l’Union Européenne et l’OTAN. « Skopje 2014 » vise alors à affirmer le caractère macédonien des symboles nationaux également revendiqués par les Etats voisins.

  • 18 La questions des relations interethniques en Macédoine est bien documentée. On renverra particulièr (...)

19Au plan interne, la Macédoine est un pays multiethnique. Selon le recensement de 2002, le dernier en date, la population s’est déclarée à 64% macédonienne ethnique, à 25% albanaise, à 4% turque et à 3% rome. Malgré les Accords d’Ohrid, qui ont réglé le bref conflit armé ayant opposé, en 2001 les forces de sécurité macédoniennes à des insurgés albanais, les relations restent tendues entre les deux communautés18. Les divisions rejouent dans l’espace urbain : Skopje compte 20,5% d’Albanais, principalement concentrés sur la rive gauche du Vardar, dans la municipalité de Čair, dont ils forment 50% de la population (Ragaru, 2008). Dans ce contexte, le projet « Skopje 2014 » vise à donner une identité européenne et chrétienne à la capitale, et donc à la nation, en excluant sa composante musulmane et orientale, circonscrite à certains espaces de la rive gauche. Ainsi, le projet renforce la fragmentation de la ville en territoires ethniquement marqués (Janev, 2011 ; Ragaru, 2011 ; Mattioli, 2013). Le projet s’inscrit également dans un contexte de compétition politique interne : la référence à l’Antiquité permet au parti de droite nationaliste du VMRO de se présenter comme l’unique défenseur du pays face aux attaques grecques concernant la question du nom, ou aux revendications trop virulentes de la minorité albanaise. En retour, il dépeint ses adversaires sociaux-démocrates comme héritiers des communistes et incapables de défendre les intérêts nationaux.

« Skopje 2014 » : un héritage socialiste effacé au profit d’une nouvelle iconographie urbaine

20Ce tournant politique et identitaire se matérialise dans l’espace urbain. « Skopje 2014 » vise à construire un nouveau récit national par l’effacement de l’héritage yougoslave, qualifié de « communiste » par les promoteurs du projet, et par la construction de bâtiments et de monuments liés à d’autres périodes de l’histoire, et notamment à l’Antiquité. L’impact du projet sur le Vieux Bazar ottoman (Mattioli, 2013 ; Amiot, 2014) et sur les relations interethniques (Janev, 2011 ; Janev, 2016 ; Dimova, 2013 ; Véron, 2017) ayant été bien documenté, cette partie est davantage centrée sur le traitement de l’héritage yougoslave.

Un héritage yougoslave refoulé, caché et effacé

21Le texte de présentation de « Skopje 2014 », publié en janvier 2010 sur le site internet de la municipalité du Centre de Skopje19 s’adresse aux Skopiotes en ces termes :

  • 20 Traduction du macédonien.

« Vous qui êtes lassés du réalisme socialiste gris et des bâtiments en béton, et voulez vous en séparer, car ils représentent l’esthétique décadente et la corruption, qui sont au fond de la morale communiste ; (…) vous qui êtes nés en Macédoine indépendante et qui ne comprenez pas pourquoi il vous est interdit de vous rappeler que votre pays a une histoire ; il est temps d’obtenir (…) ce dont nous avons été séparés si longtemps, par une ville étrangère, des rues étrangères et des monuments étrangers »20.

22Dans le discours officiel, le projet est donc directement dirigé contre l’héritage yougoslave « communiste », dépeint comme « étranger » à la Macédoine. Le régime yougoslave, par la bétonisation de la ville, aurait fait oublier aux Macédoniens leur histoire et leurs « vraies » références culturelles.

23La volonté d’éradiquer la période yougoslave du récit national s’observe clairement dans l’espace urbain. Deux stratégies principales sont mises en œuvre : masquer les bâtiments de l’époque yougoslave par des bâtiments nouveaux ; transformer les principaux bâtiments socialistes en bâtiments néo-classiques ou néo-baroques.

24La comparaison des deux cartes de la figure 5 illustre bien la première stratégie. Autour de la place Macédoine, de la place Philippe II, le long du Vardar ou de la rue Macédoine, de nouveaux bâtiments administratifs, musées ou hôtels ont été construits, et contribuent à masquer les bâtiments remarquables de l’époque yougoslave.

Figure 5. Le centre-ville de Skopje au début des années 2000 (à gauche) et en 2017 (à droite).

Figure 5. Le centre-ville de Skopje au début des années 2000 (à gauche) et en 2017 (à droite).

Réalisation : Amiot, 2017

  • 21 S’agissant du projet « Skopje 2014 », je préfère le mot « inspiration » à celui de « style », étant (...)

25L’exemple le plus marquant est le waterfront construit sur la rive gauche du Vardar. Lorsque l’observateur arrive du Sud, depuis la place Macédoine, il aperçoit en face une rangée de nouveaux bâtiments d’inspiration21 historiciste (figure 6), qui cache les bâtiments à l’architecture moderniste construits sous la période socialiste : la banque commerciale (1954) et le grand centre culturel imaginé par Kenzo Tange (1979). Avec le nouveau waterfront, image de marque pour la ville, ces deux bâtiments sont masqués et deviennent invisibles depuis la rive droite du Vardar (figure 7). À la place, le spectateur voit la rangée de nouveaux bâtiments néo-classiques et néo-baroques. La figure 8 illustre la fonction purement esthétique des nouveaux bâtiments construits. Le bâtiment de l’Agence des communications électriques, fin comme un décor de théâtre, sert davantage à masquer les bâtiments de l’époque yougoslave et les minarets des mosquées du Vieux Bazar, situés derrière lui, qu’à héberger des bureaux.

Figure 6. Le « waterfront » néoclassique du Vardar.

Figure 6. Le « waterfront » néoclassique du Vardar.

Photo.: Amiot, 2014

Figure 7. Une colonnade néoclassique édifiée devant l’Opéra yougoslave.

Figure 7. Une colonnade néoclassique édifiée devant l’Opéra yougoslave.

Photo.: Amiot, 2014

Figure 8. Le bâtiment de l’Agence des communications électriques.

Figure 8. Le bâtiment de l’Agence des communications électriques.

Photo.: Amiot, 2014

26Cette stratégie est également employée sur la rive droite du Vardar. Un parking à étages à l’architecture historiciste a été construit entre la Poste centrale yougoslave, de style brutaliste, et la rivière. Le siège de la compagnie électrique MEPSO a subi un ravalement de façade d’inspiration néoclassique, qui contraste avec le bâtiment des télécommunications yougoslaves, situé juste derrière lui (figure 5).

27Le siège de MEPSO illustre la deuxième stratégie à l’œuvre, qui consiste à modifier directement les façades des bâtiments de l’époque socialiste, conformément à l’inspiration historiciste de « Skopje 2014 ». Sur la figure 6, on voit que des bâtiments de l’époque yougoslave situés autour des places Macédoine et Philippe II ont subi un ravalement de leur façade. Le premier bâtiment à avoir connu ce traitement est l’immeuble Pelister, sur la place Macédoine (figure 9). Construit en 1957 dans un style moderniste – façade en béton droite, sobre, sans ornements – il a connu un ravalement de façade complet et apparaît maintenant dans une inspiration néo-baroque : des colonnes et des pilastres ont été rajoutés entre les étages, des balustres ornent les balcons et une corniche décorée chapeaute l’édifice. La partie gauche de la façade n’avait pas encore été concernée par le ravalement en février 2014, permettant ainsi de se rendre compte de la stratégie employée par les aménageurs. Cette restauration de façades s’étend à tout le centre-ville : à terme, le but est de remplacer le plus possible les façades des bâtiments reconstruits après le séisme de 1963 dans le but de changer en profondeur le paysage urbain.

Figure 9. L’immeuble Pelister en cours de transformation.

Figure 9. L’immeuble Pelister en cours de transformation.

Photo.: Amiot, 2014

  • 22 Les bâtiments modernistes n’étaient toutefois pas exempts de symboles nationaux. Les cinq blocs con (...)

28Plus marquantes sont les modifications qui touchent les bâtiments officiels. Contrairement au cas des anciennes démocraties populaires (Czepczynski, 2008), le siège du Parti communiste de Macédoine n’a pas subi de changement de fonction. Il reste le centre du pouvoir, mais a subi une rénovation totale de sa façade dans une inspiration néo-classique : quatre grandes colonnes corinthiennes, un imposant fronton et un attique surplombé de statues. En transformant ainsi l’ancien siège du Parti communiste de Macédoine, modèle d’architecture moderniste22, le gouvernement actuel rompt symboliquement avec le gouvernement de la Macédoine socialiste, et affirme son orientation nationaliste et anticommuniste.

Antiquisation et baroquisation : l’invention d’une nouvelle iconographie urbaine

29L’effacement du Skopje yougoslave va de pair avec l’inscription dans l’espace d’autres périodes de l’histoire nationale, du Royaume antique de Macédoine (IVe – IIe siècles av. J.-C.) à la période serbe des années 1920 et 1930, en passant par les royaumes slaves du Moyen-âge.

  • 23 Entretien avec Valentina Stefanovska, février 2014, traduit de l’anglais.

30Parmi les 130 statues et monuments construits dans le cadre de « Skopje 2014 », les figures de la Macédoine antique sont centrales. Le monument à Alexandre le Grand domine la place Macédoine de ses vingt-cinq mètres de haut, mis en valeur par une fontaine et des jeux de lumière (figure 10). La statue de Philippe II, père d’Alexandre, lui fait face à trois cent mètres au Nord. Au Sud de la place Macédoine se dresse un Arc de Triomphe monumental, dont les bas-reliefs représentent, selon son auteure23, les principales périodes de l’histoire de la Macédoine (figure 11), matérialisant ainsi le « mythe de la continuité historique » (Smith, 1999) entre les différentes périodes de l’histoire macédonienne.

Figure 10. La statue monumentale du « Guerrier à cheval », représentant Alexandre le Grand.

Figure 10. La statue monumentale du « Guerrier à cheval », représentant Alexandre le Grand.

Photo.: Amiot, 2014

Figure 11. L’Arc de Triomphe ou « Porta Makedonija ».

Figure 11. L’Arc de Triomphe ou « Porta Makedonija ».

Photo.: Amiot, 2014

  • 24 Le pouvoir macédonien a choisi Metdodija Andonov-Čento, membre du mouvement des partisans pendant l (...)

31Ce mythe de la continuité historique est aussi matérialisé par la disposition des statues à l’échelle du centre-ville (figure 12). Le spectateur est amené à circuler entre des figures représentant des périodes très différentes de l’histoire, allant de Philippe II de Macédoine (IVe siècle avant J.-C.) au chanteur Toše Proeski (années 2000). Sur la place Macédoine, la statue d’Alexandre est entourée de monuments représentant le Moyen Âge slave orthodoxe, la période de renaissance culturelle (XIXe siècle), et les révolutionnaires de l’ORIM (fin XIXe-début XXe siècle). Toutes les statues dirigent leur regard vers Alexandre, placé au centre du récit national. A l’inverse, d’autres moments de l’histoire macédonienne sont passés sous silence : la période ottomane (avec l’unique statue de Karpoš, qui s’est soulevé contre les Ottomans en 1689), celle de la Seconde Guerre mondiale (avec la seule statue de Metdodija Andonov-Čento24 sur la place Macédoine) et surtout la période yougoslave (aucun monument).

Figure 12. Le mythe de la continuité historique lu à travers les monuments de « Skopje 2014 ».

Figure 12. Le mythe de la continuité historique lu à travers les monuments de « Skopje 2014 ».

Source : observations de terrain (H. Amiot, 2014)

32L’observation détaillée des nouveaux bâtiments montre toutefois que l’inspiration architecturale est davantage marquée par l’éclectisme que par la référence exclusive à l’Antiquité. S’il est manifeste que de nombreux éléments ont été empruntés à l’Antiquité classique - les colonnades, les pilastres, les frontons monumentaux, les bas-reliefs – d’autres formes sont davantage néo-baroques, comme les balcons à l’italienne du nouveau Théâtre national. À ce mélange de ces inspirations historiques s’ajoute également l’utilisation de matériaux et de formes modernes : le musée d’archéologie possède deux coupoles en métal et une façade vitrée derrière les colonnades.

  • 25 Entretien de Jovan Stefanovski-Žan par le journal Nova Makedonia, le 23/01/2013, consultable à l’ad (...)
  • 26 Certains auteurs montrent que l’aménagement socialiste avait également pour but de faire de Skopje (...)

33L’architecte du nouveau Théâtre national, édifié sur le modèle de l’ancien théâtre de 1927, a déclaré que son but était « non pas de faire une copie de l’ancien théâtre, ni de faire un théâtre flambant neuf, mais de restaurer l’esprit du lieu, qui est resté gravé profondément dans la mémoire des anciens citoyens de Skopje et qui évoque une grande émotion pour tous »25. L’essentiel n’est donc pas la véracité historique mais l’invention d’une tradition néoclassique et baroque, permettant de créer une atmosphère urbaine qui aurait prétendument existé avant le séisme de 1963. La période présocialiste des années 1920 et 1930, pourtant considérée comme une période de domination serbe par l’historiographie macédonienne, est paradoxalement valorisée dans le projet, avec la reconstruction du Théâtre national ou de la maison des Officiers. Ces reconstructions sont épurées de leur origine serbe, pour ne conserver que leur image « européenne »26.

La présence de la religion orthodoxe dans l’espace urbain

34Le retour de la religion orthodoxe dans l’espace public est un trait souvent présent dans les projets de renouvellement urbain des Etats postsocialistes (Vendina, 1999 ; Eckert, 2001). Le cas de Skopje ne fait pas exception, la religion orthodoxe étant une composante essentielle du récit national prôné par le gouvernement nationaliste. L’ancrage territorial de la religion orthodoxe est un enjeu à Skopje, ville ou environ un tiers de la population est musulmane, et où le paysage de la rive gauche est marqué par les mosquées.

35En 2002, l’Eglise orthodoxe, avec le soutien du gouvernement VMRO de l’époque, a érigé la Mileniumski Krst, une croix de 66 mètres de haut, au sommet du mont Vodno (1066 m). Cette croix, éclairée la nuit et très visible depuis le Vieux Bazar, a été perçue par les Albanais comme une volonté des Macédoniens ethniques de s’approprier la ville de Skopje (Ragaru, 2008). En 2006, la municipalité de Čair, contrôlée par le parti albanais DUI (Union Démocratique pour l’Intégration) a érigé une statue du héros albanais Skanderbeg, sur la rive droite, faisant face à la Croix du Millénaire (Ragaru, 2008).

  • 27 Entretien avec le président du Conseil pour la restauration de la mosquée Burmali et d’un think-tan (...)

36Cette bataille des identités religieuses dans l’espace se poursuit dans le cadre de « Skopje 2014 ». En 2008, c’est-à-dire avant l’officialisation du projet, le ministère de la Culture fait part de son intention de reconstruire l’église Saint-Constantin-et-Hélène, édifiée en 1927 et détruite par le séisme de 1963, sur la place principale. Cette décision mécontente la communauté musulmane, qui réclame la reconstruction de la mosquée Burmali, érigée en 1495 sur la place principale, et détruite en 1924 par les autorités serbes. L’église est finalement construite, mais un peu plus au Sud, dans la rue Macédoine. De nombreux monuments faisant référence à des figures religieuses ont également été érigés, comme les statues de Saint Cyrille et Méthode, de Saint Clément et Saint Naum, leurs disciples. Certains observateurs vont même jusqu’à dire que les grands écrans, installés dans le centre-ville à des fins publicitaires, servent en réalité à masquer l’appel à la prière des muezzins, provenant de la rive gauche27.

37Au-delà de ces réalisations matérielles, « Skopje 2014 » est un révélateur des liens privilégiés qu’entretiennent l’Etat et l’Eglise orthodoxe, bien que le principe de laïcité soit inscrit dans la Constitution. D’un côté, l’Etat favorise la diffusion de l’orthodoxie dans l’espace public, avec la construction d’églises, de monuments représentant des figures religieuses ou des valeurs traditionnelles (figure 13). De l’autre, l’Eglise soutient le gouvernement VMRO dans sa politique conservatrice, comme en témoigne la présence de membres du clergé aux événements officiels (Mattioli, 2013).

Figure 13. La fontaine des Mères macédoniennes : un exemple des valeurs conservatrices diffusées par « Skopje 2014 ».

Figure 13. La fontaine des Mères macédoniennes : un exemple des valeurs conservatrices diffusées par « Skopje 2014 ».

Photo.: Amiot, 2014

« Skopje 2014 » et les stratégies de mise en scène des idéologies dans l’espace urbain

  • 28 Selon un sondage conduit par l'Institut des Sciences Sociales et Humaines de Skopje (ISSHS), mené e (...)
  • 29 Le site internet ‘’Skopje 2014 Uncovered’’ évalue à 684 millions d’euros le coût total du projet. h (...)
  • 30 L’attachement à l’héritage architectural yougoslave est surtout présent dans le milieu des architec (...)

38« Skopje 2014 » est loin de faire l’unanimité au sein de la population. Au-delà de la perception du projet par l’opinion (Kolozova, 2013)28, des voix se sont élevées pour dénoncer le coût exorbitant du projet29, le kitch des nouveaux bâtiments, la destruction d’une architecture yougoslave de grande valeur30, le processus de décision non démocratique ou encore la disparition des espaces publics au profit d’espaces marchands. Cet article ne s’étendra pas sur les arguments des opposants, bien étudiés par ailleurs (Janev, 2011 ; Dimova, 2013 ; Graan, 2013 ; Graan, 2016), ni sur les stratégies spatiales utilisées par ces derniers (Amiot, 2014 ; Veron, 2016 ; Veron, 2017).

  • 31 «Macedonia’s New Govt Halts Skopje 2014 Makeover», Balkan Insight, 31/05/2017, http://balkaninsight (...)
  • 32 « Macédoine : Les bâtiments de Skopje 2014 prennent l’eau, les archives nationales en péril », Le C (...)

39Le projet est également menacé par l’alternance politique. En mai 2017, les sociaux-démocrates ont formé un nouveau gouvernement ; ils ont relancé les négociations avec la Grèce sur la question du nom et annoncé leur volonté de stopper « Skopje 2014 »31. Il n’est pas dit que tous les bâtiments et monuments réalisés dans le cadre du projet soient retirés, au vu des coûts que cette opération représenterait, mais des voix s’élèvent pour que certains bâtiments retrouvent l’apparence qu’ils avaient à l’époque yougoslave. A cela s’ajoute l’état de dégradation de certains bâtiments de « Skopje 2014 », piètrement conçus32, qui risque d’accélérer leur retrait.

  • 33 Par exemple : «Is Macedonia's capital being turned into a theme park?», CNN, 10/10/2011, https://ed (...)

40Mais au-delà des contingences liées à l’alternance politique, « Skopje 2014 » a marqué en profondeur la capitale macédonienne. En seulement six ans, de 2010 à 2016, plus de 130 bâtiments, monuments et statues ont été installés sur un espace d’à peine 2 km². Au-delà du caractère extrême de ces transformations, qui ont amené certains observateurs à comparer la ville à Disneyland33, la forme que prennent ces changements peut se retrouver, de façon plus atténuée, dans d’autres villes. Il est ainsi possible de systématiser l’analyse paysagère réalisée dans le cas de Skopje, pour en faire une grille de lecture applicable à d’autres contextes urbains.

41Au cours de l’enquête, on a mis en évidence trois grandes stratégies de localisation des différents bâtiments et monuments, développées par les autorités, représentées sur la figure 14.

Figure 14. Stratégies de localisation et effets visuels créés par « Skopje 2014 ».

Figure 14. Stratégies de localisation et effets visuels créés par « Skopje 2014 ».

Réalisation.: Amiot, 2014

42La figure 14 montre d’abord que les modifications du bâti touchent les espaces les plus centraux, ceux qui sont les plus fréquentés par les touristes ou les Skopiotes lors de leur temps libre : rue Macédoine, place Macédoine, place Philippe II, berges du Vardar. Dans ces espaces, les aménageurs se sont attachés à créer des associations de bâtiments et monuments d’inspiration historiciste, pour créer des images de marque, des paysages de type « carte postale », destinés à un public qui déambule à pied dans le centre. Ainsi, lorsqu’un observateur regarde en direction de la place Macédoine depuis la rue du 11 octobre, il voit dans le même alignement l’Arc de Triomphe, la statue d’Alexandre le Grand et, en arrière-plan, un nouveau bâtiment d’inspiration historiciste, qui cache l’ancien bâtiment des télécommunications, de style brutaliste.

43Ensuite, certaines réalisations de « Skopje 2014 » sont localisées à la marge du centre-ville, le long d’axes de communication, davantage parcourus par les automobilistes. Il s’agit, dans ce cas, non pas de créer un panorama à contempler, mais de rappeler d’un coup d’œil l’atmosphère urbaine que l’on trouvera dans le centre. C’est le cas du siège du Gouvernement, à l’Ouest, et des bâtiments administratifs construits boulevard Cyrille et Méthode, au Sud, rue Philippe de Macédoine, au Nord-Est. A l’Est, sur le boulevard Goce Delčev (hors carte) un parking baroque et un nouveau Palais de Justice, marquent l’entrée de la ville en provenance de l’aéroport.

44Enfin, des lieux symboliques ont été choisis par les aménageurs pour véhiculer la nouvelle iconographie. Ce sont d’abord des lieux prétendument représentatifs de l’ancien Skopje qui ont été reconstruits (Théâtre National, Maison des Officiers sur la place Macédoine). Ce sont ensuite des bâtiments de l’époque yougoslave (Ancien siège du Parti communiste de Macédoine, Centre commercial GTC) ou précédente (Parlement) qui ont subi un ravalement de façade (et la pose de coupoles pour le Parlement).

45On propose une grille de lecture des modifications symboliques du paysage urbain qui croise les stratégies architecturales, à l’échelle des bâtiments et les stratégies de localisation à l’échelle du centre-ville (tableau 1).

Tableau 1. Synthèse des stratégies spatiales mises en œuvre dans la transformation de Skopje. 

Tableau 1. Synthèse des stratégies spatiales mises en œuvre dans la transformation de Skopje. 

Conclusion

46La ville de Skopje fournit un exemple des conséquences que peuvent avoir les changements politiques des régimes postsocialistes sur la production de l’espace urbain. En seulement sept ans, de 2010 à 2017, plus de 130 bâtiments, monuments et statues ont été installés sur un espace de 2 km². Le mélange des influences néoclassiques et néobaroques, des références à l’Antiquité et à la religion orthodoxe, visent à créer un centre-ville européen, en supprimant son image yougoslave et en marginalisant sa composante ottomane et musulmane.

47Le cas de Skopje permet toutefois de nuancer, comme le font certains auteurs (Diener & Hagen, 2013), le caractère nécessaire du mouvement de « retour à la nation » qu’auraient connu les Etats postsocialistes. En effet, plus qu’un projet consensuel réalisé par un « Etat postsocialiste » impersonnel, « Skopje 2014 » est le projet d’un parti politique particulier, qui, en effaçant les traces du régime yougoslave de l’espace urbain, tente de se construire une légitimité face à ses adversaires sociaux-démocrates, identifiés aux « communistes ». L’exemple macédonien montre ainsi la nécessité de rattacher les transformations des espaces urbains postsocialistes à des événements politiques contingents, qui ne touchent ni tous les Etats postsocialistes, ni toutes les villes de ces Etats.

48Néanmoins, malgré le caractère exceptionnel des transformations, le cas de Skopje fournit une grille d’analyse permettant d’étudier la diffusion des idéologies nationale, et plus généralement, la matérialisation du pouvoir dans l’espace urbain. Ravalement de façades, dissimulation voire destruction de bâtiments attachés au régime précédent, construction de nouveaux bâtiments publics, monumentalité des édifices, utilisation d’un style architectural hybride mélangeant façades en verre et colonnades néoclassiques, prolifération des statues et des fontaines, mises en valeur par des jeux de lumière, sont autant de stratégies développées pour mettre en scène des idéologies dans les espaces urbains, qu’ils soient postsocialistes ou non. Le détour par un projet radical, tel que « Skopje 2014 », permet de dévoiler des stratégies d’aménagement potentiellement l’œuvre dans d’autres contextes urbains, mais de façon plus discrète.

  • 34 R. Dimova utilise le terme de « baroque » en ce sens, pour décrire « Skopje 2014 » : à la manière d (...)

49S’ils visent à impressionner34 les Macédoniens en incarnant la grandeur de la nation et la puissance du parti au pouvoir, ces aménagements sont aussi vus par les autorités comme un moyen de diffuser à l’étranger une image attractive du pays. Le cas de Skopje invite donc à remettre en cause l’opposition classique entre politiques de repli identitaire et politiques d’ouverture à l’international, qui se trouvent ici intimement liées. Il invite à étudier la production de l’espace urbain par ces régimes politiques originaux, mêlant repli conservateur et ouverture aux capitaux et aux organisations régionales et internationales (ici OTAN, Union Européenne). Entre le retour à la nation dans l’aménagement urbain et la fabrique néolibérale de la ville, il semble exister des modèles hybrides, dont Skopje est un représentant.

Haut de page

Bibliographie

AMIOT H. (2014), « Skopje 2014 ». Aménagement urbain et construction de la nation macédonienne, mémoire de master en géographie, sous la direction de G. Prévélakis, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.

CHIVALLON C. (2000), « D’un espace appelant forcément les sciences sociales pour le comprendre », in LUSSAULT J., LEVY, M. (éd.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, pp. 299-318.

CHOAY F. (1972), « Sémiologie et urbanisme », in CHOAY F. (dir.), Le sens de la ville, Paris, Seuil.

CZAPLICKA J., GELAZIS N. & RUBLE B.A. (dir.) (2009), Cities after the Fall of Communism: Reshaping Cultural Landscapes and European Identity, Baltimore, Johns Hopkins University Press, Washington, D.C., Woodrow Wilson Center.

CZEPCZYNSKI M. (2008), Cultural landscapes of post-socialist cities. Representation of powers and needs, Aldershot, Burlington, VT, Ashgate.

DIENER A.C., HAGEN J. (2013), “From Socialist to Post-socialist Cities. Narrating the Nation through Urban Space”, Nationalities Papers, 41, 4, Routledge, pp. 487-514.

DIENER A.C., HAGEN J. (dir.) (2015), From Socialist to Post-socialist Cities. Cultural Politics of Architecture, Urban Planning and Identity in Eurasia, London, New York, Routledge.

DIMOVA R. (2013), Ethno-baroque. Materiality, aesthetics, and conflict in modern-day Macedonia, New York, Oxford, Berghahn Books.

DIMOVA R. (2016), “The new 'old' face of Skopje. Photo-essay on the rise and demise of a Balkan city”, in O’CIARDHA E., VOJVODA G. (dir.), Politics of Identity in Post-Conflict States, New York, Routledge, pp. 143-159.

ECKERT D. (2001), « Moscou : les mutations d’une capitale (1990-2000) », Revue Russe, 19, Association française des russisants, pp. 29-36.

FAUVE A., GINTRAC C. (2009), « Production de l’espace urbain et mise en scène du pouvoir dans deux capitales "présidentielles" d’Asie Centrale », L’Espace Politique, [En ligne], 8 | 2009-2.

GOTTMANN J. (2007), La politique des Etats et leur géographie, Paris, Editions du CTHS.

GRAAN A. (2013), “Counterfeiting the Nation? Skopje 2014 and the Politics of Nation Branding in Macedonia”, Cultural Anthropology, 28, 1.

GRAAN A. (2016), “The Nation Brand Regime: Nation Branding and the Semiotic Regimentation of Public Communication in Contemporary Macedonia”, Signs and Society, 4, S1, The University of Chicago Press.

HOME R. (2006), “Reconstructing Skopje. Macedonia after the 1963 earthquake: The Master Plan forty years on”, Planning History, 28, pp. 17-24.

JANEV G. (2011), “Narrating the Nation, Narrating the City”, Cultural Analysis, 10, The University of California, pp. 3-21.

JANEV G. (2016), “Contesting Ethnocratic Spatial Order: Narrative Spaces in Skopje”, European Quarterly of Political Attitudes and Mentalities - EQPAM, 5, 2, EPAM Research Group, Faculty of Political Science, University of Bucharest, pp. 42-35.

KOLOZOVA K. (dir.) (2013), “Who owns Alexander the Great? A question upon which EU Enlargement relies”, Institute of Social Science and Humanities, Skopje.

KOLSTØ P. (2000), Political construction sites: nation-building in Russia and the post-Soviet states, Boulder, Westview press.

KOLSTØ P. (dir.) (2014), Strategies of symbolic nation building in South Eastern Europe, Farnham & Burlington, VT, Ashgate.

MATTIOLI F. (2013), “Unchanging boundaries: the reconstruction of Skopje and the politics of heritage”, International Journal of Heritage Studies, London, Routledge.

MARINOV T. (2010), La Question macédonienne de 1944 à nos jours. Communisme et nationalisme dans les Balkans, Paris, L’Harmattan.

MONNET J. (1998) « La symbolique des lieux : pour une géographie des relations entre espace, pouvoir et identité », Cybergeo: European Journal of Geography, [En ligne], document 56, mis en ligne le 7 avril 1998.

PENČIĆ D., TOLIĆ I., STEFANOVSKA B. & DAMČEVSKA S. (2009), Skopje, an architectural guide, Trench, Skopje.

RAGARU N. (2008), “The Political Uses and Social Lives of 'National Heroes': Controversies over Skanderbeg Statue in Skopje”, Südosteuropa, 56, De Gruyter Oldenburg, pp. 528-555.

RAGARU N. (2011), « La Macédoine et l’Union Européenne : une relation au futur antérieur ? », Les Dossiers du CERI, Paris, pp. 1-13.

SMITH, A.D. (1999), Myths and Memories of the Nation, Oxford, Oxford University Press.

STANILOV K. (dir.) (2007), The Post-Socialist City. Urban Form and Space Transformations in Central and Eastern Europe after Socialism, Dordrecht, Springer.

TOLIĆ I. (2012), “Notes on the Reconstruction of Skopje after the Earthquake (July 26th 1963) ”, in HEROLD S., LANGER B. & LECHLER J. (eds.), Reading the City, Urban space and Memory in Skopje, Berlin, Universitätsverlag der Technischen Universität Berlin.

VANGELI A. (2011), “Nation-building ancient Macedonian style: the origins and the effects of the so-called antiquization in Macedonia”, Nationalities Papers, 39, 1, Routledge, pp. 13-32.

VENDINA O. (1999), « Le nouveau visage de Moscou et la contribution de la municipalité à la modernisation de la ville », Cybergeo: European Journal of Geography, [En ligne], document 82, mis en ligne le 10 mars 1999.

VERON O. (2016), “Contesting the Divided City: Arts of Resistance in Skopje”, Antipode, 48, Antipode Foundation Ltd., pp. 1441-1461.

VERON O. (2017), “Challenging Neoliberal Nationalism in Urban Space: Transgressive Practices and Spaces in Skopje”, in ERDI G., ŞENTÜRK Y. (dir.), Identity, Justice and Resistance in the Neoliberal City, London, Palgrave Macmillan, pp. 117-142.

Haut de page

Notes

1 www.opstinacentar.gov.mk. La municipalité du Centre est maîtresse d’œuvre officielle du projet, mais toutes les décisions émanent directement du gouvernement.

2 Exception faite de l’ouvrage de Rozita Dimova, qui accorde un chapitre à « Skopje 2014 », avec une description de nombreux bâtiments et monuments inclus dans le projet (Dimova, 2013). Néanmoins, la localisation absolue et relative des réalisations est peu étudiée. C’est ce que cet article, par l’analyse paysagère, se propose de réaliser.

3 Amiot H. (2014), « Skopje 2014 » : Aménagement urbain et construction de la nation macédonienne, mémoire de master soutenu en juillet 2014, sous la direction de Georges Prévélakis, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.

4 On regroupera sous ce terme tous les acteurs impliqués dans la réalisation du projet, sans les décrire en détail ici. Retenons simplement que l’initiative du projet émane directement du Premier ministre Nikola Gruevski et l’essentiel des financements, du ministère de la Culture, le Parlement n’ayant pas été consulté. Le projet est officiellement mis en œuvre par la municipalité du Centre de Skopje, qui sélectionne, pour chaque bâtiment ou monument, un artiste ou architecte chargé de son dessin, et une entreprise chargée de sa réalisation. Pour une description détaillée des acteurs impliqués dans le projet et du processus de décision, je renvoie à la deuxième partie de mon mémoire (Amiot, 2014).

5 La toponymie n’est pas abordée dans l’article. Ce sujet demanderait de développer des méthodes différentes de l’analyse paysagère, et pourrait faire l’objet d’un article à part entière au vu des importants changements de noms qu’ont connus les rues de Skopje ces dernières années. A titre d’exemple, une des premières mesures du gouvernement nationaliste, à son arrivée au pouvoir en 2006, fut de donner à l’aéroport de Skopje le nom d’Alexandre le Grand.

6 La population double de 1945 à 1961, pour atteindre 171 000 habitants (Home, 2006).

7 Notamment : le Grand hôtel (1954-1964), les tours d’habitation le long de la rive droite du Vardar (1956), l'immeuble Pelister sur la Place Macédoine (1957), la résidence étudiante Kuzman Josifovski-Pitu (1958).

8 Les plus notables sont la banque commerciale sur la rive gauche (1954) et l’immeuble de la compagnie publique d'électricité sur la place Macédoine (1962).

9 Celle-ci se caractérise par des bâtiments de volume important – en hauteur et/ou en longueur – pour permettre la concentration des hommes et des fonctions, des façades sobres et possédant de nombreuses ouvertures, des toits plats, et parfois des pilotis.

10 Entretien avec Miroslav Grčev, architecte ayant contribué au plan de 1997, janvier 2014, traduit de l’anglais.

11 Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne – Parti démocratique pour l’unité nationale macédonienne. Le parti reprend le nom de l’ORIM, une importante organisation politique et militaire, qui, à la fin du XIXe et début du XXe siècle, luttait pour l’autonomie de la Macédoine ottomane (et, pour certains de ses membres, son rattachement à la Bulgarie).

12 Le VMRO avait remporté les élections législatives d'octobre-novembre 1998, mais l’expérience fut de courte durée puisque ce sont les sociaux-démocrates qui sont revenus au pouvoir lors des législatives de 2002.

13 Avec la reconnaissance du macédonien comme langue officielle en 1944 et la création d’une Eglise orthodoxe macédonienne autocéphale en 1967.

14 Le premier dirigeant du VMRO, Ljubčo Georgievski, avait donné au parti, en plus de l’anticommunisme, une orientation explicitement pro-bulgare, abandonnée à son départ en 2004 (Marinov, 2010).

15 La Bulgarie considère la langue macédonienne comme un dialecte du bulgare et proteste contre l’usurpation par la Macédoine de figures telles que Cyrille et Méthode ou l’empereur Samuel.

16 En Serbie, le Patriarcat de Belgrade, qui possède une place importante dans le nationalisme serbe, refuse de reconnaître l’autocéphalie de l’Église macédonienne.

17 La Macédoine a pu entrer à l’ONU en 1993, mais sous le nom d’Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ANRYM, FYROM en anglais). Dans cet article, j’emploie le nom consitutionnel, celui qui est utilisé en Macédoine.

18 La questions des relations interethniques en Macédoine est bien documentée. On renverra particulièrement à PETTIFER J. (2002), « The Albanians in western Macedonia after FYROM independance », in Pettifer J., The New Macedonian Question, New York, Palgrave; NEOFOTISTOS V. (2012), The Risk of War. Everyday Sociality in the Republic of Macedonia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press; THIESSEN I. (2007), Waiting for Macedonia. Identity in a changing world, Peterborough, Broadviex Press ; DE MUNCK V., MOLDOW J. (2013), « Africa : Europe : Albania : Macedonia. A zero-sum game, ecological fallacy theory of ethnic divisiveness », in De Munck V., Macedonnia. The Political, Social, Economic and Cultural Foundations of a Balkan State, London, New York , I.B.Tauris, pp. 233-257.

19 www.opstinacentar.gov.mk.

20 Traduction du macédonien.

21 S’agissant du projet « Skopje 2014 », je préfère le mot « inspiration » à celui de « style », étant donné que les bâtiments et monuments ne relèvent pas d’un style architectural précis, mais d’un mélange de traditions principalement néoclassiques et néobaroques.

22 Les bâtiments modernistes n’étaient toutefois pas exempts de symboles nationaux. Les cinq blocs constituant le siège du Parti communiste de Macédoine (actuel siège du Gouvernement) ont été conçus par l’architecte Petar Muličkovski sur le modèle des maisons macédoniennes traditionnelles (Dimova, 2016). La différence avec l’architecture historiciste employée pour « Skopje 2014 » est que, dans le premier cas, la référence historique est abstraite et difficilement décelable par l’observateur non aguerri, tandis que dans le second cas, elle est explicite et représentée de façon réaliste.

23 Entretien avec Valentina Stefanovska, février 2014, traduit de l’anglais.

24 Le pouvoir macédonien a choisi Metdodija Andonov-Čento, membre du mouvement des partisans pendant la Seconde Guerre mondiale, mais non-communiste. La présence de cette statue est utilisée pour diaboliser la Yougoslavie titiste, comme le confirme la plaque explicative située sous la statue: : « Entré en conflit avec les leaders du parti yougoslave, du fait de son combat pour le droit à l’auto-détermination (…) il fut arrêté en novembre 1946 et condamné à onze ans de détention rigoureuse (…) Il ne fut pas autorisé à obtenir de traitement médical et mourut dans d'atroces souffrances ».

25 Entretien de Jovan Stefanovski-Žan par le journal Nova Makedonia, le 23/01/2013, consultable à l’adresse : http://archive.li/mdmPb.

26 Certains auteurs montrent que l’aménagement socialiste avait également pour but de faire de Skopje une ville européenne et moderne, notamment par la sécularisation de l’espace public et les politiques de mise sous cloche du Vieux Bazar (Mattioli, 2013). Néanmoins, les décideurs de « Skopje 2014 » ne considèrent pas la période yougoslave comme représentative de l’idée européenne, contrairement à la période serbe, vue comme une Belle-Epoque macédonienne.

27 Entretien avec le président du Conseil pour la restauration de la mosquée Burmali et d’un think-tank, février 2014, traduit de l’anglais.

28 Selon un sondage conduit par l'Institut des Sciences Sociales et Humaines de Skopje (ISSHS), mené en 2013, 73% des enquêtés ont répondu ne pas vouloir que le projet se poursuive.

29 Le site internet ‘’Skopje 2014 Uncovered’’ évalue à 684 millions d’euros le coût total du projet. http://skopje2014.prizma.birn.eu.com/en.

30 L’attachement à l’héritage architectural yougoslave est surtout présent dans le milieu des architectes. Un professeur d’architecture de l’Université Saint Cyrille et Méthode déclare en entretien que « Le projet vise à supprimer (…) les rares bâtiments que l’on pourrait placer dans les encyclopédies mondiales d’architecture. (…) Le siège du Gouvernement (ancien siège du Parti communiste de Macédoine) est un des meilleurs exemples de l’architecture moderniste des années 1970 et rivalise avec d’autres bâtiments de cette époque, en France, en Grande-Bretagne. Nous étions modernes, parfois même avant-gardistes. « Skopje 2014 » ne rivalise avec rien du tout, sauf peut-être avec certaines réalisations des dictatures postsoviétiques d’Asie centrale, ou avec le kitsch de Las Vegas » (entretien de janvier 2014, traduit de l’anglais)

31 «Macedonia’s New Govt Halts Skopje 2014 Makeover», Balkan Insight, 31/05/2017, http://balkaninsight.com/en/article/macedonia-s-new-govt-to-stop-skopje-2014-revamp-05-30-2017.

32 « Macédoine : Les bâtiments de Skopje 2014 prennent l’eau, les archives nationales en péril », Le Courrier des Balkans, 13/02/2018, https://www.courrierdesbalkans.fr/Macedoine-les-batiments-de-Skopje-2014-prennent-l-eau-les-archives-nationales.

33 Par exemple : «Is Macedonia's capital being turned into a theme park?», CNN, 10/10/2011, https://edition.cnn.com/2011/10/04/world/europe/macedonia-skopje-2014/index.html.

34 R. Dimova utilise le terme de « baroque » en ce sens, pour décrire « Skopje 2014 » : à la manière de l’Eglise catholique lors de la Contre-réforme, le pouvoir macédonien a cherché à se légitimer en produisant une architecture à la fois monumentale et exubérante (Dimova, 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une rue de Stara Čaršija, le Vieux Bazar ottoman.
Crédits Photo. : Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2. Skopje, une ville marquée par les plans d’aménagement de l’époque yougoslave.
Crédits Réalisation : Amiot, 2017
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 3. Le « City Wall » du plan de Kenzo Tange (1966-1972).
Crédits Photo. : Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 4. Un exemple d’architecture brutaliste : la résidence universitaire Goce Delčev (1971-1975).
Crédits Photo. : Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5. Le centre-ville de Skopje au début des années 2000 (à gauche) et en 2017 (à droite).
Crédits Réalisation : Amiot, 2017
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Figure 6. Le « waterfront » néoclassique du Vardar.
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 7. Une colonnade néoclassique édifiée devant l’Opéra yougoslave.
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 8. Le bâtiment de l’Agence des communications électriques.
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 9. L’immeuble Pelister en cours de transformation.
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 10. La statue monumentale du « Guerrier à cheval », représentant Alexandre le Grand.
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 11. L’Arc de Triomphe ou « Porta Makedonija ».
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 12. Le mythe de la continuité historique lu à travers les monuments de « Skopje 2014 ».
Crédits Source : observations de terrain (H. Amiot, 2014)
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 13. La fontaine des Mères macédoniennes : un exemple des valeurs conservatrices diffusées par « Skopje 2014 ».
Crédits Photo.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Figure 14. Stratégies de localisation et effets visuels créés par « Skopje 2014 ».
Crédits Réalisation.: Amiot, 2014
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Tableau 1. Synthèse des stratégies spatiales mises en œuvre dans la transformation de Skopje. 
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/21184/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Amiot, « De Tito à Alexandre : vers la construction d’un paysage urbain postsocialiste à Skopje (République de Macédoine) ? », Belgeo [En ligne], 4 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/21184 ; DOI : 10.4000/belgeo.21184

Haut de page

Auteur

Hervé Amiot

UMR 5912 Passages, Université Bordeaux-Montaigne, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, herve.amiot@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals