Navigation – Plan du site

Les eurorégions dans la presse en ligne : procédés discursifs d’attribution de reconnaissance sociale

Euroregions in the online press: discursive processes of attribution of social recognition
Marie-Hélène Hermand

Résumés

Cet article analyse des discours de presse qui prolifèrent sur le web depuis le milieu des années 2000 au sujet des eurorégions et qui témoignent d’une volonté de médiatiser ces entités transfrontalières. À partir d’un corpus numérique multilingue et en s’appuyant sur la théorie du contrat d’information médiatique, trois observables discursifs sont analysés : l’héritage eurolectal, le discours rapporté et le lexique saillant de la créativité. Les résultats montrent comment s’opèrent la création d’une scène médiatique eurorégionale et la reconnaissance d’identités complexes en quête de visibilité. Ces analyses aboutissent à préciser les modalités de capture de l’attention des publics médiatiques sur le thème eurorégional.

Haut de page

Texte intégral

Les eurorégions au cœur de l’évolution du régionalisme

1L’objectif de cet article est de comprendre comment les eurorégions gagnent de la visibilité dans le discours de presse. L’analyse de la couverture médiatique des eurorégions intéresse les géographes car elle éclaire la manière dont la presse parle d’entités géographiques complexes inscrites au cœur de la dynamique de l’évolution des régions et du régionalisme en Europe. Sanguin (2007) définit les eurorégions comme des « entités territoriales transfrontalières dont l’objectif est de créer un espace transfrontalier intégré à travers des politiques spécifiques d’aménagement du territoire » et identifie plusieurs vagues de développement qui, d’Ouest en Est, aboutissent à couvrir d’eurorégions l’actuelle Union européenne (UE). Une première vague concerne les expérimentations visant le développement économique urbain de l’espace régional de Bâle et de ses influentes industries pharmaceutique et textile (Regio Basiliensis fondée en 1963 et connue aujourd’hui sous le nom TriRhena). Une deuxième vague concerne l’extension au cœur du noyau historique de l’UE dans les zones frontalières du Benelux, de l’Allemagne et de la France (Meuse-Rhin créée en 1976, Rhein-Waal en 1978, Pamina en 1988, Saarlorlux en 1995). Une troisième vague concerne les zones frontalières entre l’ancienne UE à 15 et les nouveaux pays entrés en 2004 dans l’UE (Pomerania en 1991, Pro Europa Viadrina et Egrensis en 1993) et une quatrième vague concerne des pays de l’ancien empire soviétique (Eurorégion trinationale Danube-Kries-Mures-Tisza). Depuis le milieu des années 2000, le nombre d’eurorégions continue de croître (Pyrénées-Méditerranée en 2004, Bánát Triplex Confinium en 2009, Aquitaine-Euskadi en 2011…) pour dépasser actuellement la centaine (Perrin, 2014).

2Outre cette prolifération d’eurorégions dans l’espace européen, il convient de rappeler que le cheminement temporel de leur mise en place ouvre la perspective d’un glissement progressif des centres névralgiques en Europe (Alliès, 2011, p. 253). Souvent autoproclamées et dotées d’une forte valeur symbolique, les eurorégions ont d’abord eu pour mission de « cicatriser l’histoire » (Rougemont, 1972) de part et d’autre des frontières lors de la réconciliation après la Seconde Guerre mondiale. En 1980, les accords entre régions frontalières sont légitimés et facilités par l’adoption de la convention-cadre européenne sur la coopération transfrontalière (dite Charte de Madrid). Les années 1990 marquent ensuite une étape d’encouragement de la politique de coopération transfrontalière et la multiplication des eurorégions. La Commission européenne finance des projets transfrontaliers au moyen du programme INTERREG (créé en 1990) tandis que le Conseil de l’Europe souligne, dans la Déclaration de Vienne (1993), l’importance de la coopération transfrontalière pour la stabilité démocratique de l’espace européen. Les eurorégions profitent aussi du contexte lié à la création du Comité européen des régions (1994) né dans la foulée du Traité de Maastricht pour se développer au sein de l’UE et installer progressivement des représentations à Bruxelles. Les dispositifs transfrontaliers sont enfin élargis aux pays d’Europe centrale et orientale lors de la politique de voisinage lancée en 2003 par l’UE. Les eurorégions s’inscrivent ainsi dans les logiques de régionalisation observées à la fois en Europe de l’Ouest (Cole, Palmer, 2009) et de l’Est (Wassenberg, 2010).

  • 1 Règlement (CE) 1082/2006 modifié par Règlement (UE) 1302/2013 applicable à partir de 22/06/2014.
  • 2 1er protocole additionnel (1995), 2ème protocole additionnel (1998), 3ème protocole additionnel (20 (...)

3Le droit, par voie conventionnelle ou institutionnelle, contribue également à leur formalisation. Plusieurs outils juridiques, qui ont fait l’objet d’un guide pratique publié par la Mission opérationnelle transfrontalière (2013), visent à structurer et à consolider les coopérations transfrontalières. On citera le Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) qui formalise des accords bilatéraux de coopération transfrontalière entre collectivités territoriales et organismes publics locaux (p.ex. Accord de Karlsruhe en 1996, Accord de Bruxelles, 2002), le Groupement européen de la coopération transfrontalière (GECT) créé en 20061 pour offrir une structure pérenne et autonome dotée d’une forte visibilité européenne, ou encore le Groupement eurorégional de coopération (GEC), créé en 20132, qui présente une structure très similaire à celle du GECT. La carte des GECT mise à jour en 2018 permet de se représenter la portée géographique de cette gouvernance transfrontalière en construction (figure 1).

4Les eurorégions renvoient enfin à des structures de droit public (accords interétatiques) ou de droit privé (associations à but non lucratif, fondations)3 chargées de répondre à des enjeux transfrontaliers dans de nombreux domaines tels que la santé, l’éducation et la recherche, les transports, l’environnement, la culture ou les technologies. Cette situation évolutive à tous les niveaux (géographique, historique, juridique) aboutit à une grande diversité d’associations territoriales et à des degrés variables de formalisation institutionnelle qui rendent le thème eurorégional particulièrement complexe à vulgariser.

L’émergence de la couverture médiatique des eurorégions sur le web

5L’analyse du discours de presse dédié aux eurorégions a pour objectif d’alimenter les réflexions engagées sur la production sémantique de lieux transfrontaliers (Hamez et al., 2013 ; Reitel, Moullé, 2015). Par discours de presse, nous entendons les discours d’information qui constituent des « lieux de passage » (Beacco, Moirand, 1995, p. 50) à la croisée des discours institutionnels et économiques et qui cherchent à « être le plus crédible possible tout en attirant le plus grand nombre possible de récepteurs » (Charaudeau, 1997, p. 72).

  • 4 Eurobaromètre du 15/12/2015 : https://ec.europa.eu/regional_policy/fr/newsroom/news/2015/09/cross-b (...)

6La manière dont les eurorégions sont relayées dans la presse renvoie à la question de la distinction centre-périphérie dans le sens où les eurorégions cherchent à conquérir une « centralité visible » (Sanguin, 2007) alors qu’elles sont composées de régions frontalières éloignées des centres de décision nationaux. Comprendre cette quête de visibilité constitue un enjeu de taille pour des chercheurs en géographie et en communication. En effet, les eurorégions concernent une population évaluée, selon les études, entre 40 % et 60 % des personnes qui résident au sein de l’UE (Morata, 2010). Et force est de constater qu’elles sont mal connues des citoyens : selon l’Eurobaromètre de 2015, 31 % seulement des personnes vivant dans des régions frontalières connaissent les activités de coopération transfrontalière financées par l’UE dans leur région4.

7Nous aborderons la question de la médiatisation eurorégionale par le biais de la presse en ligne car, en tant que « medium qui ne laisse pas indifférents les acteurs décidés à promouvoir l’idée européenne » (Utard, 2014), le web constitue un observatoire très vivant des contenus véhiculés dans la presse au sujet des eurorégions. Nous faisons l’hypothèse générale que le discours de presse est susceptible de contribuer à la diffusion du référent « eurorégion » auprès des publics médiatiques. Pour envisager cette hypothèse, nous avons extrait 177 articles de presse de notre corpus de thèse dédiée à l’analyse des différents types de discours en ligne (institutionnels, économiques, médiatiques, associatifs) consacrés aux eurorégions (Hermand, 2017). Tous différents, ces articles de presse publiés entre 1996 et 2014 forment un corpus multilingue (français, italien, espagnol, anglais, allemand, néerlandais) (figure 2). Dispersés dans 160 titres disponibles en ligne, ils émanent essentiellement et à parts presqu’égales d’organes de presse nationale et régionale, la presse européenne et les titres transfrontaliers constituant des sources moins fournies (figure 3). Chaque article inséré dans le corpus contient au moins une occurrence du nom commun eurorégion ou de ses traductions (p. ex. euregio, euroregione, eurorregión) ou une dénomination propre eurorégionale (p. ex. Pyrénées-Méditerranée) (figure 4). Les eurorégions mentionnées dans le corpus médiatique peuvent être en activité (p. ex. Aquitaine-Euskadi rebaptisée en 2016 Nouvelle Aquitaine-Euskadi-Navarre) ou dissoutes (p.ex. Transmanche), dotées (p. ex. Lille-Courtrai-Tournai) ou non (p.ex. Alpes-Méditerranée) d’un statut de GECT.

8Le nombre d’articles dédiés aux eurorégions augmente par à-coups correspondant aux périodes d’élargissement de l’UE (2004) et d’octroi par le Parlement européen de fonds visant à promouvoir la politique régionale (2009)5. Mais c’est surtout avec le développement remarquable du statut de GECT (à partir de 20126) qu’augmente le nombre d’articles sur le thème eurorégional (figure 5). Les eurorégions font enfin l’objet d’une publicisation éparse : les articles qui leur sont consacrés figurent dans une très grande variété de rubriques de presse dont l’intitulé peut être générique (p. ex. Actualités) ou très spécifique (p.ex. Limbourg Locales, Chiemgau) (figure 6).

Figure 2. Répartition des articles dédiés aux eurorégions en fonction des langues.

Figure 2. Répartition des articles dédiés aux eurorégions en fonction des langues.

Figure 3. Répartition des articles dédiés aux eurorégions en fonction des types de presse.

Figure 3. Répartition des articles dédiés aux eurorégions en fonction des types de presse.

Figure 4. Nombre d’articles en fonction des eurorégions citées dans le corpus de presse dédié aux eurorégions.

Figure 4. Nombre d’articles en fonction des eurorégions citées dans le corpus de presse dédié aux eurorégions.

Figure 5. Progression des nombres d’articles et d’occurrences de noms propres d’eurorégions par année de publication.

Figure 5. Progression des nombres d’articles et d’occurrences de noms propres d’eurorégions par année de publication.

Figure 6. Répartition des articles en fonction des intitulés (traduits par nos soins) des rubriques de presse.

Figure 6. Répartition des articles en fonction des intitulés (traduits par nos soins) des rubriques de presse.

La méthodologie

L’analyse du discours

9L’analyse du discours, déjà mobilisée en géographie pour envisager des questions européennes (Beauguitte, Richard, 2012 ; Dessouroux, 2003) ou frontalières (Guenebeaud, 2015 ; Hermand, 2016), vise ici à identifier des procédés discursifs récurrents utilisés par la presse pour parler des eurorégions. En partant du positionnement complexe des eurorégions et des données descriptives de notre corpus, nous posons trois questions pour estimer la capacité du discours médiatique à mieux faire connaître les eurorégions : (I) la presse facilite-t-elle l’appréhension du thème eurorégional ? ; (II) la presse favorise-t-elle la reconnaissance sociale de ce thème mal connu ? ; (III) la presse garantit-elle la visibilité de ce thème émergent ?

10Pour y répondre, la méthode utilisée combine une analyse qualitative du discours et des résultats textométriques. Concernant l’analyse qualitative, nous mobilisons la théorie du contrat d’information médiatique (Charaudeau, 1997) selon laquelle les discours de presse visent à la fois à informer (« faire savoir ») et à capter (« faire ressentir ») des publics. Concernant l’analyse quantitative, nous utilisons une plate-forme développée pour l’analyse de discours multilingue qui articule l’analyseur morphosyntaxique TreeTagger (fourni par l’université de Stuttgart) à une base de données (SQLite). Les données textométriques sont convoquées, lorsque c’est possible, de manière à alimenter des axes de recherche qualitative. L’analyse quantitative du lexique n’a pu s’appliquer à l’ensemble du corpus de presse, le repérage manuel étant parfois imposé par le fait que TreeTagger ne permet pas toujours la reconnaissance automatique d’items utiles à l’analyse (p.ex. sigles, acronymes).

11Enfin, nous nous limitons dans cet article à l’examen des contenus de presse favorables aux eurorégions pour montrer comment se construit la valorisation de ces territoires auprès des publics. Nous écartons les textes défavorables, par ailleurs en trop faible nombre dans le corpus pour faire l’objet d’une analyse quantitative. Davantage construits sur le mode allusif plutôt que sur le mode polémique, ils nécessitent une analyse linguistique qualitative spécifique.

Les observables discursifs retenus pour l’analyse

12Pour répondre à nos questions, trois observables discursifs sont analysés : l’eurolecte, le discours rapporté et le lexique.

13L’eurolecte désigne la langue technique forgée dans les textes institutionnels européens depuis l’élaboration des grands traités (CECA, CEE, Euratom). Empreint de sigles et d’acronymes, de technicismes et de mots abstraits pour les publics (p.ex. politique de cohésion, convergence, subsidiarité), il concerne la pratique de communication tant à l’intérieur des institutions européennes (réunions, conférences) qu’à l’extérieur (par le biais des outils de communication et de traduction). Largement diffusé dans les discours juridiques, techniques, académiques et médiatiques relatifs à l’UE et émis dans les États membres de l’UE, l’eurolecte est aussi qualifié d’« eurojargon » par ses détracteurs et fait l’objet de vives critiques (d’hommes politiques et même d’eurodéputés), y compris au sein de la presse, en raison de son opacité qui décourage les non-initiés de s’intéresser à l’Europe (Goffin, 2005). Déceler les manifestations de l’eurolecte permet d’examiner le degré de technicité des articles et vise à estimer si le langage utilisé dans la presse facilite ou entrave l’appréhension du thème eurorégional. Parmi les principaux marqueurs de l’eurolecte, nous avons retenu pour l’analyse la prolifération de sigles et d’acronymes, les emprunts d’une langue à l’autre et la productivité néologique, c’est-à-dire la faculté à produire de nouveaux mots relatifs au thème considéré.

14Le discours rapporté désigne la présence de discours d’autrui dans le discours analysé : il peut s’agir de discours cités (repérables par des guillemets), de discours narrativisés (p.ex. actions ou événements relatés) ou encore de discours simplement évoqués (Charaudeau, Maingueneau, 2002, p. 194). Identifier les voix convoquées dans la presse pour incarner le thème eurorégional doit permettre d’estimer si elles confèrent de la légitimité aux eurorégions. Cette reconnaissance sociale est en effet indispensable aux eurorégions pour dépasser le simple stade de la visibilité obtenue par l’existence d’articles de presse. Parmi les marqueurs du discours rapporté, nous avons retenu l’« interview de témoignage » (Charaudeau, 1997, p. 203), genre discursif qui sert à établir des faits, à donner une opinion permettant d’éclairer des faits, ou encore à édifier un portrait de personnalité chargée de représenter une communauté. Repérable manuellement par des lectures approfondies du corpus, l’interview de témoignage est particulièrement intéressante car elle est « censée conforter l’existence des faits et déclencher l’émotion » (Ibid., p. 204).

  • 7 Selon les partitions linguistiques, les racines morphologiques qui font l’objet de requêtes automat (...)

15L’observation du lexique est enfin concentrée sur les noms communs et les noms propres en lien avec les univers lexicaux de la création et de la créativité7. Ces univers sont retenus parce qu’ils sont saillants (c’est-à-dire qu’ils renvoient à des groupes d’occurrences lexicales fréquentes dans le corpus) et parce qu’ils renvoient au modèle du développement culturel qui s’impose aujourd’hui aux institutions internationales et aux collectivités territoriales pour développer leur visibilité (Andonova, 2015 ; Poirson, 2014, p. 275). L’objectif consiste à analyser leurs occurrences contextualisées pour déceler une dynamique d’aménagement symbolique des eurorégions dans la presse.

Procédés discursifs d’attribution de reconnaissance sociale aux eurorégions

Appréhension du thème eurorégional facilitée par un usage modéré de l’eurolecte

16Les sigles et acronymes sont peu nombreux dans notre corpus médiatique : « GECT », « GEC » et « Interreg » sont les principales constructions abrégées relevées manuellement. Du point de vue de l’usage des sigles ou acronymes, l’héritage eurolectal est si faible qu’il ne constitue pas une entrave à la lecture des articles.

17Pour ce qui concerne les emprunts ou les calques d’une langue à l’autre, nous avons repéré une mise en circulation du mot-valise eurorégion sous des formes variées (tableau 1).

Tableau 1. Variété morphologique et nombre d’occurrences (fréquence absolue) du mot eurorégion dans le corpus médiatique eurorégional, en fonction des partitions linguistiques.

Tableau 1. Variété morphologique et nombre d’occurrences (fréquence absolue) du mot eurorégion dans le corpus médiatique eurorégional, en fonction des partitions linguistiques.

18Les résultats montrent à la fois une absence d’harmonisation du mot-pivot central eurorégion (avec ou sans majuscule, avec variantes morphologiques) et sa transposition dans différentes langues. Comme l’avait déjà signalé Goffin (1994, p. 641) dans son analyse de l’eurolecte, cette pratique de transposition renvoie à la capacité d’influence majeure de certains moules linguistiques. Ainsi la circulation du moule linguistique gréco-latin encourage les mécanismes transculturels : euro [du grec Εὐρώπη] – regio(n) [du latin regio] se transpose dans plusieurs langues européennes et favorise l’appropriation du terme eurorégion. Cet euronyme bénéficie dès lors d’une transparence sémantique accrue par ses déclinaisons dans chaque langue-culture. Dans le sens où il continue d’assurer la circulation de termes à vocation européenne dans différentes langues de l’UE, le discours médiatique dédié aux eurorégions prolonge l’héritage eurolectal tout en permettant la reconnaissance du terme eurorégion dans plusieurs communautés linguistiques.

  • 8 Élément lexical qui s'ajoute à un mot ou à un radical pour en modifier le sens ou pour créer un nou (...)

19Pour ce qui concerne la productivité néologique, l’influence du moule linguistique allemand autorise des constructions inédites comprenant euro ou regio pour évoquer les réalités eurorégionales. On constate d’abord un prolongement net de la tendance qui consiste à multiplier les constructions avec l’affixe8 euro. Source d’enrichissement du lexique politique et administratif mais aussi du vocabulaire courant et familier dédié à l’Europe, le préfixe euro sert à construire le mot eurorégion (et ses traductions), renvoie à la forme adjectivale eurorégional (et ses traductions) ou désigne une ville-frontière au cœur des eurorégions (eurométropole, eurociudad). Dans d’autres constructions où euro est un infixe, il s’agit de donner une indication géographique centrale (Kerneuropa) ou d’exprimer une portée européenne (paneuropean). Le discours de presse dédié aux eurorégions prolonge ainsi l’usage de l’affixe euro, qui constitue selon les analyses eurolectales « un instrument de propagande politique et surtout économique, de publicité à moindre coût mais à forte efficacité, car l’emploi de ce morphème à la mode assure à un nom déposé une sonorité facile à retenir et la confiance du public » (Corescu cité par Bozhinova, 2011, p. 180).

  • 9 MOT : mission opérationnelle transfrontalière.

20Si la confiance du public envers l’UE n’est plus au rendez-vous, euro est toujours utilisé par les médias pour désigner de nouvelles institutions, entreprises, produits techniques ou culturels issus de l’UE. Mais contrairement aux discours institutionnels qui mobilisent des sigles dont la connaissance préalable s’impose pour saisir la référence transfrontalière (euroMOT)9, les discours de presse créent des mots qui explicitent la référence à l’eurorégion (euroregionenews, euroBIOrregión, traumacentrumeuregio).

21L’affixe regio est lui aussi à l’origine de constructions néologiques eurorégionales. Celles-ci sont surtout localisées dans la partition allemande, langue qui se prête à la création lexicale par combinaisons de mots (tableau 2).

Tableau 2. Nombre de constructions comprenant l’affixe *regio*, en fonction des partitions linguistiques.

Tableau 2. Nombre de constructions comprenant l’affixe *regio*, en fonction des partitions linguistiques.

22Leur analyse en contexte permet surtout de préciser la portée de la référence eurorégionale par rapport à celle de la région. Lorsque regio sert de préfixe, il est suivi de mots évoquant la gouvernance (Regiomanagement/-minister/-Obmann/-direktion), la culture (Regiotheater) ou la topographie dans des noms de subdivisions naturelles ou administratives (Regio-Alpi/-Provinz/-Schleswig). Lorsque regio est un suffixe, il s’agit principalement de désigner directement une eurorégion (euro-/euregio), de préciser un point de vue ou un positionnement eurorégional par rapport aux entités régionales (macro-/über-/twin-/trans-/supraregio) et à l’Europe (teil-/subregio) ou encore d’indiquer une modalité d’échange entre régions frontalières (grenz-/inter-/intra-/Nachbar-/Partnerregio).

23Enfin, là où l’eurolecte avait créé à l’aide du préfixe supra des dénominations de nouvelles réalités nées au cours de la construction européenne (comme dans supranationalité), ce que nous appelons par commodité « eurorégiolecte » crée des dénominations de phénomènes remarquables de la construction eurorégionale à l’aide du préfixe latin trans : celui-ci exprime l’idée de changement et de traversée et se retrouve dans les adjectifs transfrontalier, transnational, transeuropéen, transrégional ou transculturel déclinés dans les six langues du corpus.

Prise en compte d’identités plurielles favorisée par le discours rapporté

24Les locuteurs à l’origine des discours rapportés sous la forme d’interview de témoignages sont surtout des dirigeants et des experts : leurs titres, systématiquement déployés, confèrent une marque d’autorité et de prestige aux représentants eurorégionaux (Director of the Archive in Lugano, Directeur UnionCamere Piemonte, Geschäftsführerin der Metropolregion Nürnberg, Gouverneur van de Euregio...). Nous développons ci-dessous un exemple dont l’analyse linguistique a été amorcée dans une autre publication (Calabrese, Hermand, sous presse) car il montre bien comment une symbolique eurorégionale positive se crée dans la presse autour d’identités territoriales non finies. Il s’agit d’un entretien mené avec Antonio Gili, directeur des archives de Lugano par le journal swissinfo, anciennement Radio Suisse Internationale et aujourd’hui plateforme multilingue dédiée aux liens politiques, économiques et culturels de la Suisse avec l’étranger. Ce texte prend place dans une composition d’articles dédiés à la Regio Insubrica, eurorégion partagée entre la Suisse et l’Italie (figure 7).

Figure 7. Regio Insubrica.

Figure 7. Regio Insubrica.

Source : https://www.regioinsubrica.org (consulté le 21/12/2018)

25Dans une mise en scène caractéristique de l’interview de témoignage, le directeur des archives endosse un rôle privilégié de témoin parce qu’il est lui-même concerné par l’impossible délimitation et l’impossible formulation d’une seule identité. Avant d’évoquer ses propres racines familiales trop emmêlées pour être départagées, il situe son expérience transfrontalière comme un fait résultant de la dualité même du Tessin, historiquement ballotté entre la Suisse et l’Italie et seul canton suisse géographiquement situé entièrement au sud des Alpes. Son récit insiste ensuite sur la difficulté de faire reconnaître des identités multiples en Europe à travers l’histoire : tandis que le XIXe siècle autorise le frontalier à se définir culturellement binational, une telle définition provoque, au cours de la transition vers le XXe siècle marquée par la création des États-nations, une assimilation à des idées séparatistes ou fascistes. Au XXIe siècle et dans le contexte de renforcement de l’intégration européenne, le témoin interviewé juge cette fois inaudible et informulable l’obligation de choisir, pour se définir, l’un des deux pays de rattachement politique et d’appartenance culturelle. Toute question du journaliste qui implique de poser une option ferme est dès lors rejetée car elle suppose d’y apporter une réponse forcément mensongère.

26Au fil de l’entretien, le discours de la construction d’identités résolument plurielles forge le paradigme d’une identité transfrontalière mouvante et dynamique, préféré à celui d’une identité nationale fixe et rigide. Assumée par le témoin, la revendication d’identités imbriquées est présentée comme une volonté de ne pas se limiter à une position unique. En construisant une identité hybride composée d’identités non exclusives les unes des autres, le discours du témoin fonctionne directement dans un cadre européen. Le sentiment d’appartenance territoriale ainsi créé renvoie à une entité géographique plus vaste et aux contours plus flous que ceux imposés par les frontières nationales. Confortant l’idée d’une certaine appartenance territoriale nouvelle parce que transfrontalière (Trillo-Santamaría, 2010), l’eurorégion apparaît dès lors comme une « occasion de détermination identitaire » (Duchêne-Lacroix, 2007), c’est-à-dire un lieu d’interactions qui amènent les individus à activer une identité au-delà des représentations collectives normées.

27Dans le témoignage considéré, on observe aussi l’argument de remplacement progressif des axes diplomatiques de référence (Berne-Rome) par des axes de circulation mieux adaptés aux échanges commerciaux (Lugano-Milan). Ce remplacement répond à la question pratique du choix de nouveaux lieux décisionnels et de gestion administrative et commerciale proches des frontières. Un tel argument, purement pragmatique, permet de mettre en évidence les apports de la configuration eurorégionale en termes de logistique et de relations professionnelles.

28Cet exemple de discours rapporté n’est pas isolé dans le corpus : outre les discours rapportés de témoins, d’autres discours rapportés sont issus de personnes notoires dispersées dans différentes zones eurorégionales (bâloise, hambourgeoise, limbourgeoise…). Nous avons par exemple observé les propos de sénateurs engagés dans la réflexion collective sur les différentes expressions contemporaines du fédéralisme européen : ils fournissent à leur tour des exemples-types de discours relayés par la presse pour apporter de la reconnaissance aux eurorégions. Il n’est pas étonnant que ces prises de parole éloignées d’un sentiment national exclusif et ces revendications d’identités plurielles proviennent régulièrement de discours suisses et allemands, marqués tous les deux par une tradition fédérale et, pour les seconds, par une charge symbolique nationale historiquement négative. De tels exemples rappellent aussi l’influence des États allemands qui, dans le milieu du XVIIIe siècle, ont déjà constitué « de véritables petits laboratoires micro-étatiques, qui ont pu servir de modèles et comme de lieux d’expérimentation » (Foucault, 2004, p. 325) d’une nouvelle gouvernementalité européenne.

Visibilité eurorégionale garantie par la mise en scène de la créativité

29Pour ce qui concerne les noms communs, les mots-pivots création et créativité sont présents dans 32 % des articles du corpus. Préfixés (p. ex. cocréateurs, cocreazione), ils annoncent un idéal de création en collaboration. Voisins de noms propres dont le repérage automatique fait apparaître une remarquable diversité d’artistes en eurorégions, ils soulignent l’engagement de metteurs en scène, comédiens, choristes, photographes, poètes, écrivains, danseurs, musiciens, peintres et sculpteurs sur la scène transfrontalière. Une scène de confrontation et de concurrence caractéristiques du milieu artistique (Kris, Kurz, 2010, pp. 120-123) est ainsi créée pour forger l’image d’eurorégions stimulantes dans une Europe en quête d’inspiration et de renouveau (figure 8).

Figure 8. Brève extraite du corpus.

Figure 8. Brève extraite du corpus.

Source : La libre Belgique, 28/10/2002

30Élargie à des professionnels de domaines mêlant création esthétique et maîtrise technique (professionnels des industries créatives, designers), cette scène est marquée par l’émulation pour construire une nouvelle Europe. Comme le montrent des brèves chargées de préciser les rôles des uns et des autres au sein d’organigrammes régulièrement remis à jour, le discours médiatique tend à forger l’image de zones transfrontalières mouvantes et adaptables. Enfin, la publicité faite aux résidences de jeunes artistes en eurorégions, à des fonds de financements ou à des expositions temporaires est mise au service de la promotion de l’art contemporain et tout particulièrement du design, vecteur caractéristique des industries créatives dont les bénéfices sont davantage symboliques que fonctionnels (Bouquillion, Le Corf, 2010, p. 20).

31D’autres manifestations de la créativité eurorégionale sont observables dans l’usage de noms communs qui évoquent la création d’identités nouvelles. En témoigne la fragmentation du concept d’ « européanité » – lequel désigne « le discours européen sur l’Europe qui produit l’espace politique d’un vivre-ensemble fondé sur la préservation de la paix » (Bélanger, 2015, p. 73) – en d’autres concepts (italicità, méditerranéité) qui déclinent l’idée de création de nouvelles communautés de valeurs et de sentiments capables d’intégrer des différences et des inégalités au-delà des frontières nationales et dans un ensemble culturel recomposé.

Conclusion 

32Cette analyse avait pour objectif le décryptage du processus de valorisation des eurorégions dans le discours de presse. Nous avons d’abord montré que la saillance du thème eurorégional est assurée par la prolifération d’articles de presse en ligne depuis le milieu des années 2000 et que sa prégnance est limitée par une importante dispersion dans différents types de rubriques. En prenant appui sur la théorie du contrat d’information médiatique, nous avons ensuite observé comment les eurorégions se voient attribuer de la reconnaissance sociale dans le discours médiatique.

33L’analyse corrobore notre hypothèse selon laquelle les discours de presse peuvent contribuer à médiatiser les entités transfrontalières auprès des publics médiatiques. Nous avons d’abord vu que le public susceptible d’être intéressé par ces articles constitue une cible plus large que celle habituellement visée par les articles, davantage techniques, dédiés à l’UE. Si la difficulté première d’accéder au thème eurorégional réside dans son éclatement, le jeu de constructions morphologiques et néologiques montre que le discours médiatique tend à faciliter l’appréhension du thème eurorégional : il s’inscrit dans le prolongement de la tradition eurolectale (circulation de moules linguistiques déjà connus, productivité de néologismes explicites) sans abuser des pratiques qui perdent le lectorat (siglaison, acronymie). Il affirme aussi la portée multidimensionnelle (institutionnelle, administrative, économique, culturelle) et les positions relatives (à l’Europe, aux régions) des eurorégions, ainsi que la dynamique à l’œuvre (changement, traversée) à l’échelle transfrontalière.

34Outre cet usage modéré de l’eurolecte, la parole donnée à des témoins ou à des personnes notoires met en valeur des récits de vécus personnels transfrontaliers, des identités multiples et des attachements plurinationaux adossés à des ressorts affectifs. Des cautions rationnelles sont en outre apportées par une lecture pragmatique (économique, voire commerciale) des espaces transfrontaliers plutôt que par un argument politique ou diplomatique. Le discours de presse propose enfin une nouvelle pratique sociale, transfrontalière, qui s’écarte de l’habitude consistant à faire référence à un seul pays, à une seule culture ou à une seule langue. La présence d’identités plurielles en Europe et non figées dans l’appartenance à un seul État apparaît à la fois comme une prise de distance avec les normes nationales ­établies et comme une valeur positive attribuée à des communautés de valeurs et de sentiments.

35L’analyse a ainsi mis en avant comment le discours médiatique se met au service des intérêts eurorégionaux, au risque de brouiller les frontières entre information et communication. À cet égard, le « discours médiatique eurorégional » se situe entre l’information et les relations publiques car il n’hésite pas à se faire le porte-voix d’une vision tantôt affective et tantôt réduite au volet économique sans vraiment expliquer le projet politique ni les ressorts des configurations eurorégionales. Ces résultats méritent un approfondissement au niveau des pratiques des journalistes travaillant pour la presse régionale afin de préciser les relations qui s’établissent entre information et relations publiques en eurorégions.

Haut de page

Bibliographie

Alliès P. (2011), « La notion d’Eurorégion et sa mise en œuvre dans l’Union européenne », in Pacheco Amaral C. (dir.), Autonomie régionale et relations internationales. Nouvelles dimensions de la gouvernance multilatérale, Paris, L’Harmattan, pp. 245-255.

Andonova Y. (2015), « Promesses et paradoxes de la référence créative », Les Enjeux de l’Information et de la Communication, 16/3B, Grenoble, GRESEC, pp. 5-15.

Beacco J.-C., Moirand S. (1995), « Autour des discours de transmission des connaissances », Langages, 29, 117, Paris, Armand Colin, pp. 32-53.

Beauguitte L., Richard Y. (2012), « Analyse géographique d’un discours politique : L’exemple des brochures L’Union européenne dans le monde (2000-2007) », Belgeo, 4, https://journals.openedition.org/belgeo/8604.

Bélanger M.-È. (2015), Territoires européens : discours et pratiques de l’élargissement, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, 282 p.

Bouquillion P., Le Corf J.-B. (2010), Les industries créatives et l’économie créative dans les rapports officiels européens, Rapport pour le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication, Paris, CEMTI. En ligne : http://www.observatoire-omic.org/pdf/1110743245Bouquillion_LeyCorf_Icrea_Europe_rapport_OMIC_1.pdf.

Bozhinova K. (2011), « La terminologie eurolectale en usage dans les relations européennes », Revue internationale d’études en langues modernes appliquées, 4, Cluj-Napoca, Risoprint, pp. 175-188.

Calabrese L., Hermand M.-H. (sous presse), « Les dénominations d’eurorégions : analyse de la construction discursive d’un acteur social dans le discours médiatique », in Auboussier J., Nossik S. (dir.), Les acteurs du discours, Limoges, Lambert-Lucas.

Charaudeau P. (1997), Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan, 286 p.

Charaudeau P., Maingueneau D. (dir.) (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 661 p.

Cole A., Palmer R. (2009), « Logiques de territorialité et de régionalisation en Europe de l’Ouest », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 39, 3, Vineuil, Necplus, pp. 19-36.

de Rougemont D. (1972), « Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières », in Bulletin du Centre Européen de la Culture, L’Europe des Régions III, Confrontation des Régions Frontalières, 12, 6, pp. 66-79.

Dessouroux C. (2003), « La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes », Belgeo, 1, https://journals.openedition.org/belgeo/15293.

Duchêne-Lacroix (2007), « La place de l’Europe dans l’identité socioterritoriale des Français de Berlin », Revue des Sciences sociales, 37, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, pp. 68-77.

Foucault M. (2004), Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France (1977-1978), in Ewald F., Fontana A. (dir.), Paris, Gallimard/Seuil/EHESS, 448 p.

Goffin R. (1994), « L’eurolecte : oui, jargon communautaire : non », Meta : journal des traducteurs, 39, 4, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, pp. 636-642.

Goffin R. (2005), « Quels corpus et quelles approches pour une description contrastive de l’eurolecte ? », Actes des 7èmes Journées scientifiques du réseau de chercheurs en lexicologie, terminologie, traduction, Bruxelles, Éditions des archives contemporaines.

Guenebeaud C. (2015), « Vivre en voisins à la frontière : Enjeux autour de la présence de migrants sans-papiers dans la ville de Calais », Belgeo, 2, https://journals.openedition.org/belgeo/15476.

Hamez G., Amilhat Szary A.-L., Paris D., Reitel B. & Walther O. (2013), Modelling and Benchmarking of Borders. Modèles de frontières, frontières modèles ?, Belgeo, 1, https://journals.openedition.org/belgeo/10659.

Hermand M.-H. (2017), Les eurorégions : éclosion de groupes d’intérêt transfrontaliers et transnationaux en Europe. Analyse de la formation discursive multilingue et du scénario sémiotique sur le web, thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles, 425 p.

Hermand M.-H. (2016), « La fabrique discursive des Eurorégions : créer un environnement spatial par l’incitation », L’Espace géographique, 45, 2, Paris, Belin, pp. 97-111.

Kris E., Kurz O. (2010), La Légende de l’artiste, Paris, Allia, 160 p.

Mission Opérationnelle Transfrontalière (2013), Cadre juridique de la coopération transfrontalière. Outils juridiques au service des projets transfrontaliers, Paris, MOT, 24 p.

Morata F. (2010), « Euroregions i integració europea », Universitat Autònoma de Barcelona/Universitat de Girona (dir.), Documents d’Anàlisi Geogràfica, 56, 1, Barcelone, UAG/UdG, pp. 41-56.

Perrin T. (2014), « From euroregions to macroregions : a reasonable step? An appraisal from Western Mediterranean », Closer to Brussels, Bruxelles, Malopolska Region Brussels Office, pp. 6-11.

Poirson M. (2014), « Capitalisme artiste et optimisation du capital attentionnel », in Citton Y. (dir.), L’économie de l’attention, Paris, La Découverte, pp. 267-285.

Reitel B., Moullé F. (2015), « La resémantisation de la ligne frontière dans des régions métropolitaines transfrontalières : le Jardin des 2 Rives à Strasbourg et la place Jacques Delors à Lille », Belgeo, 2, https://journals.openedition.org/belgeo/16527?lang=de.

Sanguin A.-L. (2007), « Les nouvelles perspectives frontalières de l’union européenne après l’élargissement de 2004 », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, 1, Reims, EA 2076 Habiter – Université de Reims Champagne-Ardenne.

Trillo-Santamaría J.-M. (2010), « La région transfrontalière : des idées de Rougemont aux processus actuels d’institutionnalisation », Revue Mosella, 23, 1/4, pp. 241-264.

Utard J.-M. (2014), « La construction d’un ordre du discours européen sur Internet », in Aldrin P., Hubé N., Ollivier-Yaniv C. & Utard J.-M. (dir.), Les médiations de l’Europe politique, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, pp. 322-338.

Wassenberg B. (2010), « Le voisinage de proximité : les eurorégions « géopolitiques » aux frontières externes de l’UE (1993-2009) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1, Nanterre, La contemporaine, pp. 45-49.

Haut de page

Notes

1 Règlement (CE) 1082/2006 modifié par Règlement (UE) 1302/2013 applicable à partir de 22/06/2014.

2 1er protocole additionnel (1995), 2ème protocole additionnel (1998), 3ème protocole additionnel (2009, en vigueur en 2013) à la Convention-cadre européenne sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales relatif aux Groupements eurorégionaux de coopération (GEC).

3 Lexique de l’Aménagement du territoire européen : http://www.ums-riate.fr/lexique/modeleterme.php?id=21 (consulté le 21/12/2018).

4 Eurobaromètre du 15/12/2015 : https://ec.europa.eu/regional_policy/fr/newsroom/news/2015/09/cross-border-cooperation-in-the-european-union-an-opportunity-for-europe-s-border-regions (consulté le 21/12/2018).

5 http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/presenta/international/external_fr.pdf, voir p. 10-11, §.4. La nécessité de la coopération transfrontalière (consulté le 18/12/2018).

6 Selon la liste des GECT datée du 4 février 2014 et disponible dans le registre tenu par le Comité́ européen des régions, le statut de GECT s’est installé́ de manière remarquable à partir de 2012 (6 nouveaux GECT ont été́ créés en 2012 et 11 en 2013).

7 Selon les partitions linguistiques, les racines morphologiques qui font l’objet de requêtes automatiques sont : *.créa.* (français), *.crea.* (italien, espagnol, anglais, néerlandais) et *.schaff.*/*.krea.* (allemand).

8 Élément lexical qui s'ajoute à un mot ou à un radical pour en modifier le sens ou pour créer un nouveau mot : il est appelé préfixe, infixe ou suffixe selon qu'il est placé au début, à l'intérieur ou à la fin du mot.

9 MOT : mission opérationnelle transfrontalière.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les GECT créés en Europe, 2018.
Crédits Source : http://www.espaces-transfrontaliers.org/​ressources/​cartes/​maps/​show/​les-gect-crees-en-europe/​ (consulté le 21/12/2018)
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2. Répartition des articles dédiés aux eurorégions en fonction des langues.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3. Répartition des articles dédiés aux eurorégions en fonction des types de presse.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4. Nombre d’articles en fonction des eurorégions citées dans le corpus de presse dédié aux eurorégions.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5. Progression des nombres d’articles et d’occurrences de noms propres d’eurorégions par année de publication.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 6. Répartition des articles en fonction des intitulés (traduits par nos soins) des rubriques de presse.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 1. Variété morphologique et nombre d’occurrences (fréquence absolue) du mot eurorégion dans le corpus médiatique eurorégional, en fonction des partitions linguistiques.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2. Nombre de constructions comprenant l’affixe *regio*, en fonction des partitions linguistiques.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 7. Regio Insubrica.
Crédits Source : https://www.regioinsubrica.org (consulté le 21/12/2018)
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8. Brève extraite du corpus.
Crédits Source : La libre Belgique, 28/10/2002
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/30574/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Hermand, « Les eurorégions dans la presse en ligne : procédés discursifs d’attribution de reconnaissance sociale », Belgeo [En ligne], 2 | 2019, mis en ligne le 05 janvier 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/30574 ; DOI : 10.4000/belgeo.30574

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Hermand

Centre de recherche en information et communication (ReSIC), Université libre de Bruxelles, marie-helene.hermand@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • OpenEdition Journals