Navigation – Plan du site

Appel à contributions : L’Anthropocène sous les tropiques : débats et enjeux de développement / Call for proposals: The Anthropocene in the Tropics: debates and development issues

Appel à contributions

Ce numéro de la revue Belgeo vise à questionner la manière dont la discussion sur l’Anthropocène peut renouveler la géographie du développement et ou la géographie ayant pour objet le monde tropical.

La question du statut de la tropicalité en géographie a nourri des discussions à rebondissements, depuis l’ouvrage de Bruneau et Dory (1989) à la controverse rapportée par L’Espace géographique (2011), autour des travaux de Francis Hallé et Jared Diamond, en passant par les actes du colloque de Bordeaux (Velasco-Graciet, 2008). Les controverses sur la place du « milieu » dans l’analyse des dynamiques des territoires et du développement ont intéressé des milieux académiques au-delà de la France, au point de nourrir un numéro du Singapore Journal of Geography (2005).

L’objectif de ce dossier de la revue Belgeo est d’articuler la réflexion sur l’actualité de la tropicalité, en lien avec les dynamiques du développement, avec les débats ouverts sur l’Anthropocène (Bonneuil, Fressoz, 2013), intégrant la possibilité de l’effondrement (Servigne, Stevens 2014). L’empreinte des activités humaines, de plus en plus considérées comme la cause majeure du dérèglement de grande ampleur du système terre, justifierait l’identification d’une nouvelle ère qui porterait le nom de son facteur principal. La promotion de la notion d’Anthropocène a ouvert des débats conséquents : est-elle pertinente ou non (ne faudrait-il pas par exemple lui préférer d’autres notions plus critiques, comme celle de « capitalocène ») ? De quand faut-il dater cette nouvelle ère ? Et surtout, quelles en sont les implications (les solutions techniques – relevant de l’ingénierie du système terre – appelant des approches critiques) ? Le débat sur l’Anthropocène s’est invité en géographie, en questionnant les liens entre géographie humaine et physique et la place de l’environnement dans la discipline (Chartier, Rodary, 2016). Or c’est bien, notamment, l’importance des enjeux écologiques liés aux changements globaux (causes et impacts des changements climatiques, érosion de la biodiversité, etc.) qui ont réactivé l’intérêt pour la prise en compte des spécificités physiques associées à la tropicalité – à travers notamment le prisme de la vulnérabilité (de la biodiversité, des forêts tropicales, des sociétés et des milieux insulaires et littoraux... ou des zones sèches comme le Sahel).

En outre, les perspectives d’effondrement de la société pétro-industrielle, qui occupent l’horizon de l’Anthropocène, semblent remettre en cause, avec l’idéal d’un progrès linéaire des sociétés humaines enraciné dans les Lumières, le paradigme même du développement. Or celui-ci continue de structurer l’agenda politique des gouvernements dans les pays des Suds, celui des institutions internationales du développement tout comme les représentations dominantes au sein des sociétés. Si l’Anthropocène enterre le développement durable, comment les agendas de l’émergence – si prégnant dans les pays « émergés » (Chine, Brésil) comme dans ceux qui aspirent à l’être (nombreux par exemple en Afrique) – peuvent-ils cohabiter avec l’accélération des changements globaux ?

Comment la crise environnementale planétaire interagit-elle avec la diversité des dynamiques territoriales des Suds ? Les communications pourront alimenter le débat épistémologique et théorique, mais aussi documenter, à partir d’études de cas (depuis des perspectives environnementales ou de géographie humaine), l’impact des changements globaux sur les dynamiques des territoires ou encore la manière dont la réponse aux changements globaux justifie des discours, des représentations, des politiques publiques, qui expriment aussi des rapports de pouvoir. On pourra questionner par exemple la vulnérabilité ou la résilience des sociétés et des territoires, s’intéresser aux enjeux des différentes transitions (démographiques, urbaines, économiques, énergétiques, alimentaires…) à l’aune des changements globaux, à différentes échelles. Il s’agira ainsi de s’interroger sur la manière dont l’Anthropocène et l’accélération des changements globaux affectent les territoires et la manière de penser les trajectoires socio-économiques et environnementales dans les espaces tropicaux.

Les contributions doivent parvenir avant la fin novembre 2019. Elles doivent être envoyées au secrétariat de la revue (cvdmotte@ulb.ac.be).

Contacts :

- Géraud Magrin : geraud.magrin@univ-paris1.fr

- Bénédicte Thibaud : benedicte.thibaud@u-bordeaux-montaigne.fr


Call for proposals

This issue of the journal Belgeo aims to question how the discussion on the Anthropocene can renew the geography of development and/or geography related to the tropical world.

The question of the status of tropicality in geography has been the subject of heated discussions, from the book by Bruneau and Dory (1989) to the controversy reported by L’Espace géographique (2011), based on the work of Francis Hallé and Jared Diamond, and the proceedings of the Bordeaux conference (Velasco-Graciet, 2008). Controversies about the place of the “milieu” in the analysis of territorial dynamics and development have interested academic circles beyond France, to the point of contributing to an issue of the Singapore Journal of Geography (2005).

The objective of this issue of the Belgeo journal is to articulate the reflection on the current state of tropicality, in relation to the dynamics of development, with the open debates on the Anthropocene (Bonneuil and Fressoz, 2013), integrating the possibility of collapse (Servigne and Stevens 2014). The footprint of human activities, increasingly considered as the major cause of the large-scale disruption of the earth system, would justify the identification of a new era named after its main factor. The promotion of the notion of Anthropocene has opened up significant debates: is it appropriate or not (should we not, for example, prefer other more critical notions, such as that of “capitalocene”)? When should we date this new era? And above all, what are the implications (technical solutions – related to earth system engineering – requiring critical approaches)? The debate on the Anthropocene has taken place in geography, questioning the links between human and physical geography and the place of the environment in the discipline (Chartier and Rodary, 2016). However, it is indeed, in particular, the importance of the ecological challenges linked to global changes (causes and impacts of climate change, biodiversity erosion, etc.) that have reactivated interest in taking into account the physical specificities associated with tropicality – through the prism of vulnerability (of biodiversity, tropical forests, societies and island and coastal environments... or dry areas such as the Sahel).

Moreover, the prospects of the collapse of petro-industrial society, which occupy the Anthropocene horizon, seem to call into question, with the ideal of a linear progress of human societies rooted in the Enlightenment, the very paradigm of development. However, it continues to structure the political agenda of governments in the countries of the South, that of international development institutions and the dominant representations within societies. If the Anthropocene is burying sustainable development, how can the agendas of emergence – so prevalent in “emerging” countries (China, Brazil) as in those aspiring to be so (many in Africa, for example) – coexist with the acceleration of global changes?

How does the global environmental crisis interact with the diversity of territorial dynamics in the South? The papers will feed the epistemological and theoretical debate, but also document, on the basis of case studies (from environmental or human geography perspectives), the impact of global changes on the dynamics of territories or the way in which the response to global changes justifies discourses, representations and public policies, which also express power relations. For example, we could question the vulnerability or resilience of societies and territories, and focus on the challenges of different transitions (demographic, urban, economic, energy, food, etc.) in the light of global changes at different scales. The aim will be to examine how the Anthropocene and the acceleration of global changes affect territories and the way in which socio-economic and environmental trajectories in tropical areas are thought.

The deadline is on the end of November 2019. Papers have to be sent to the secretary of the journal (cvdmotte@ulb.ac.be)

Contacts :

- Géraud magrin : geraud.magrin@univ-paris1.fr

- Bénédicte Thibaud : benedicte.thibaud@u-bordeaux-montaigne.fr

  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals