Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Une perspective urbaine de la rég...

Une perspective urbaine de la régionalisation du monde : Tanger, métropole (eur)africaine

An Urban Perspective on the Regionalization of the World: Tangier, a (Eur)African Metropolis
Nora Mareï et Steffen Wippel

Résumés

La région de Tanger est considérée comme un angle économique dynamique du Maroc. Elle est le réceptacle de projets d’aménagement et de développement portés par l’Etat et des investisseurs internationaux. Le projet le plus impressionnant est celui du port Tanger-Med et sa panoplie de zones franches. L’ouverture aux capitaux étrangers et aux échanges internationaux modifie notablement la connectivité de Tanger au reste du monde et en particulier à l’Afrique occidentale. Cette dernière est souvent ciblée dans les stratégies des investisseurs utilisant Tanger comme hub transrégional. La ville (re)devient une métropole internationale, une « porte de l’Afrique ». Nous formulons l’hypothèse que Tanger (une ville secondaire) se transforme à travers trois processus, liés, relativement concomitants, mais distincts : une métropolisation qui se lit à travers une diversification de l’économie tangéroise et sa montée en gamme ; une mondialisation, brutale mais pas inédite, autour de Tanger-Med qui inscrit la région dans la division internationale des processus de production ; une régionalisation qui l’insère dans des réseaux économiques transnationaux et urbains, avec des liens jusqu’en Afrique de l’Ouest. L’ensemble des processus analysés sont à lire à la lueur des (ré)orientations régionales et africaines affichées depuis l’accession au trône de Mohamed VI. L’exemple de Tanger illustre les imbrications entre mondialisation et régionalisations au service d’un développement économique international et libéral.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. Une perspective urbaine de la régionalisation du monde

1Tanger, porte du monde, de l’Europe, de l’Afrique – Le marketing territorial ou encore la presse de tous types n’hésitent pas à utiliser ces qualitatifs pour évoquer les transformations de Tanger et ses nouvelles fonctions réelles ou espérées. Des liens macro-régionaux et mondiaux à partir de Tanger sont en construction ; avec un cadre national quelque peu effacé, comme si Tanger était de toute façon déjà ailleurs. Tout comme ces « villes mondiales » qui commandent l’économie globalisée et qui se définissent d’abord par leurs liens translocaux d’envergure mondiale (v. global et world cities selon Sassen, 1991 ; Friedmann, 1986).

  • 1 Terme introduit par Rondinelli (1983) ; récemment repris par Roberts (2014) ; Mainet et Racaud (201 (...)

2Les analyses des relations interurbaines et des « arrière-mondes » (hinterworlds) qui démontrent l’intégration mondiale des grandes villes ont élargi l’éventail des villes investiguées par la recherche urbaine (Taylor, 2004). Des concepts comme le « worlding » renvoient au fait que les villes des Suds déploient des stratégies afin de s’intégrer à la mondialisation et d’offrir des installations de « classe mondiale » (world-class) (Roy et Ong, 2011 ; Beier, 2019). Dans ce contexte, une approche qui mise sur les « villes secondaires » (secondary cities1) ou encore « ordinaires » (ordinary cities ; Robinson, 2002) dirige le projecteur sur un immense nombre de villes sous-estimées dans les travaux académiques : nous formulons l’hypothèse que Tanger est dans ce spectre. Ces études montrent que de telles villes de second rang sont aussi capables de se « mondialiser », ou plutôt de se « régionaliser » ; elles s’efforcent de se positionner favorablement comme nœuds et interfaces sur des réseaux étendus spécifiques, mais régionalement importants tels que le transport, le commerce ou la migration. Par conséquent, aujourd’hui il n’y aurait plus que des « villes en cours de mondialisation », même si le niveau de leur intégration varie considérablement (Marcuse et van Kempen, 2000). D’autres distinguent des villes « actrices » et des villes « exposées » (Scholz, 2005) suivant qu’elles subissent passivement la mondialisation ou essaient de la co-façonner de manière plus active. Ces processus n’affectent pas les villes dans leur totalité, mais uniquement quelques « fragments mondialement intégrés ». Il s’agit notamment de ces « portails de la mondialisation » (Baumann et al., 2017), tels les sièges de multinationales, zones franches, grands ports, etc., caractéristiques d’un « développement fragmenté », mondialisé et multiscalaire retrouvé dans de nombreuses villes des Suds.

3Il faut notamment noter que les villes portuaires avec leurs avant- et arrière-pays transrégionaux revêtent un intérêt particulier à une période où centralités mondiales des villes et des ports ont souvent été séparées. Ces villes portuaires sont des points nodaux dans le système de commerce maritime mondial (Debrie et al., 2005). Afin de mieux comprendre les liens entre mondialisation et villes de toutes tailles, la notion de gateway cities qu’on peut traduire en « villes-portes » s’est répandue dans la littérature scientifique (Bird, 1980 ; Short et al., 2000). Les aspirations mondiales et régionales dans un contexte néolibéral et, par conséquent, de compétition interurbaine incitent également les villes de taille moyenne à exposer davantage leurs connections mondiales et à se soumettre à un marketing territorial poussé. S’il existe une tradition d’étudier les villes moyennes et petites des pays occidentaux, le nombre d’études dans les pays des Suds demeure toujours restreint.

  • 2 Lewis et Wigen (1997, ix) définissent « métagéographie » comme « une série de structures spatiales (...)
  • 3 L’intensité relative du commerce est le quotient de la part d’un partenaire dans le commerce nation (...)

4Dans l’analyse suivante, Tanger et le Maroc se confondent parfois, politiques urbaines et nationales se faisant écho dans un pays fortement centralisé (malgré des efforts de déconcentration). En observant les échanges commerciaux du Maroc, des aires régionales d’influence se dessinent ; elles chevauchent les zones « méta-géographiques »2 habituellement considérées (Maghreb, Méditerranée) et parfois plus ou moins institutionnalisées (zone Euromed, Union du Maghreb Arabe). L’analyse des « intensités commerciales relatives bilatérales »3 permet de voir que ces aires forment un bloc presque cohérent du Sud-Ouest de l’Europe en passant par le Nord-Ouest africain jusqu’à l’Afrique centrale, avec des prolongements jusqu’en Asie méridionale et en Amérique du Sud (fig. 1). En particulier, Tanger se situe au cœur d’un continuum terrestre eurafricain qui marque durablement Tanger et le Maroc, autant sur le plan politique qu’économique.

Figure 1. Les intensités relatives bilatérales des échanges du Maroc (2010-2015).

Figure 1. Les intensités relatives bilatérales des échanges du Maroc (2010-2015).

5Dans ce contexte géographique accentué par une politique africaine volontariste, nous nous interrogeons sur les modalités et les déterminants des orientations régionales subsahariennes de Tanger et du Maroc, sur leur intensité dans un contexte de régionalisations multidirectionnelles (vers l’Europe, vers la Méditerranée, vers l’Afrique), et sur les faits concrets qui permettent d’affirmer une transformation radicale de cette ville secondaire par des influences nationale, régionale et mondiale.

6Les analyses proposées dans cet article sont basées sur une approche transdisciplinaire au croisement de la géographie, de l’économie politique et de l’histoire. Les matériaux mobilisés sont issus de recherches menées depuis deux décennies par les auteurs sur le Maroc et Tanger et l’article est à la fois une synthèse et une mise en lien de leurs réflexions. Les données utilisées relèvent d’une part d’enquêtes de terrain répétées à Tanger mais aussi à Casablanca, Rabat et dans le Sud du Maroc pendant la dernière décennie (observations in situ, visites portuaires, entretiens semi-directifs avec des acteurs du secteur public et privé, entretiens informels, et échanges avec des collègues académiques marocains), auxquels s’ajoutent des terrains subsahariens (Sénégal et Mauritanie). D’autre part, elles résultent de l’analyse de documents de planification et communication d’institutions diverses, du suivi de la presse locale, et de relevés de statistiques internationales et locales. Au vu de la quantité de données amassées sur deux décennies, nous ne citerons, à part les publications scientifiques, que très ponctuellement des sites internet, des documents et des médias qui ont contribués à nos connaissances et résultats.

7Cette double entrée menée sur le temps long et croisant géographie et économie politique permet de clarifier les modalités, les processus et les échelles de ce contexte spatial métropolitain, régional et mondial autour de Tanger. En trois temps et en mixant les échelles nous verrons que les transformations urbaines de Tanger (parties I et II) interagissent avec le multi-régionalisme étatique (partie III) et réciproquement. Cet itinéraire vise ainsi deux objectifs : 1°/ révéler que les configurations locales et régionales connues sont en profondes mutations sur des territoires fortement soumis à la mondialisation, et que Tanger est un cas d’école ; 2°/ contribuer ensuite au débat sur une nécessaire approche macro-régionale des territoires dans la mondialisation, malgré les complexités empiriques et théoriques, en s’inscrivant dans le nouveau régionalisme ou new régionalism approach (Hettne et Söderbaum, 2000). Ce dernier marqué par le constructivisme social et spatial se consolide depuis la fin des années 1990. Dans ce contexte, métropolisation, mondialisation et régionalisations de Tanger sont trois processus distincts mais également une force commune de transformation de la ville dont le résultat est l’émergence d’une métropole fortement eurafricaine.

Tanger aujourd’hui, une ville secondaire entre métropolisation, mondialisation et régionalisations

8Avant d’entrer dans le vif de la question régionale, il faut saisir que ce sont les mutations d’une ville secondaire dans le paysage urbain marocain, Tanger, qui vont enclencher des transformations, à différentes échelles (Tafersiti, 2012 ; Haller et al., 2016 ; Wippel, 2019). Ces changements sont impulsés par le haut et soutenus par de nombreux acteurs économiques, en particulier étrangers. Au cœur du dispositif, un boom des investissements publics et privés transforme la ville et l’intègre dans des circuits mondiaux nouveaux. Situation remarquable pour un Nord-Maroc longtemps oublié par les politiques de développement national, négligé par le roi Hassan II (reg. 1961-1999), et reconsidéré par Mohamed VI depuis son accession au trône en 1999.

Une transformation fulgurante de la ville et de ses fonctions

9Le nouveau port Tanger-Med, hub international construit à 40 kilomètres de la ville, a été un facteur déclenchant des transformations rapides de l’agglomération tangéroise depuis la fin des années 2000. Tanger-Med, avec actuellement trois grands terminaux à conteneurs au cœur de l’installation, est accompagné par une panoplie de plateformes industrielles, logistiques, et zones franches, amenant en particulier au déploiement du secteur automobile et de la logistique internationale (Debrie et Mareï, 2019). Avec la construction du port, de nouvelles voies rapides voient le jour : infrastructures autoroutières et ferroviaires et mise en service du premier TGV sur le sol africain fin 2018 afin de favoriser la connectivité de Tanger avec son hinterland jusqu’à Casablanca. L’essor des infrastructures touristiques, poussé par la reconversion de la friche de l’ancien port, amène à l’aménagement de la corniche et du front de mer urbain, avec accueil aujourd’hui d’un nombre croissant de navires de croisière au pied de la médina. De nouvelles infrastructures immobilières complètent ce paysage « modernisé » : buildings de résidences, d’affaires et de commerces poussent en centre-ville comme en périphérie, en particulier le long d’une corniche transformée et réhabilitée (photo ci-dessous).

10Tanger, un front de mer modernisé

Figure 2. Tanger, organisation de l’espace et connexions urbaines.

Figure 2. Tanger, organisation de l’espace et connexions urbaines.

11À travers une somme de projets terminés, en cours ou projetés, la ville se transforme durablement et de nouvelles fonctions voient le jour :

  • Une fonction nouvelle de hub multimodal et logistique : elle concerne principalement les modes maritimes et terrestres et favorise les connexions nationales et macro-régionales.

  • Un accueil d’investissements étrangers et le déploiement d’une production industrielle : désormais le Maroc est considéré comme un pays qui compte dans la construction automobile (Renault y produit depuis 2012). De nombreux distributeurs internationaux sont également présents dans les zones logistiques du port (Décathlon, Bosch, Adidas, 3M, Inditex, Takata…), comme une diversité d’entrepreneurs internationaux dans la Tanger Free Zone, proche de l’aéroport.

  • Un pôle d’emploi régional et national : la ville devient une zone d’attraction pour la main d’œuvre qualifiée et non-qualifiée.

12S’opère ainsi un renouvellement de l’image urbaine : la ville de passage, de mauvaise réputation devient une ville (post-)moderne, dynamique où on peut s’installer et investir. En quelques années, Tanger devient le deuxième pôle économique national derrière Casablanca, et la ville dépasse le million d’habitant (4e pôle urbain du pays par le nombre d’habitants).

Entre métropolisation et régionalisations : la mondialisation d’une ville secondaire

13Ce phénomène d’ouverture d’une ville secondaire se base sur les interrelations entre métropolisation – mondialisation – régionalisations, processus distincts mais intimement liés. Ces évolutions rapides reposent ainsi sur une interaction forte entre des politiques volontaristes, des infrastructures d’une grande portée et de nombreux flux, réseaux et échanges de biens et d’hommes qui s’y greffent et se déploient dans le temps et l’espace. L’ensemble de ces activités donne des fonctions nouvelles à Tanger en la plaçant dans des réseaux internationaux du commerce, de l’industrie et des affaires, dans un réseau urbain transnational, dans la division internationale des processus de production ou dans les chaînes de valeurs internationales ; elle la situe également dans des réseaux de mobilités humaines (tourisme, migrations de travail et « irrégulières »). Le résultat est un cas exemplaire d’une ville, secondaire par ses fonctions urbaines initiales et par sa place dans le réseau national, mais qui se « mondialise » en dehors du champ classiquement défini des villes mondiales. Sont retrouvées à Tanger des fonctions spécifiques comme le transport, les infrastructures de connexions régionales et transrégionales, l’industrie, qui en modifiant l’accessibilité de la ville modifient sa place dans les réseaux mondiaux et régionaux.

14Le contexte spatial dans lequel évolue Tanger se reconfigure lui-même avec des conséquences importantes sur les relations Nord-Sud (et donc euro-africaines) et Sud-Sud (notamment maghrébo-africaines). A regarder de plus près les liens mondiaux de Tanger, on constate que Tanger est davantage pris dans une régionalisation multidirectionnelle qu’une mondialisation, par définition plus uniforme, si on accepte de définir la mondialisation comme une mise en connexion à peu près égale avec toutes les parties du monde.

15Il ne faut pas omettre de signaler que les transformations précédemment décrites ne pénètrent pas de manière uniforme la ville, d’apparence de plus en plus fracturée, dans le contexte général d’une mondialisation sélective retrouvée ailleurs au Maroc (Barthel et Planel, 2010) et dans le monde (Scholz, 2005). Ce triple processus de métropolisation – mondialisation – régionalisations vient transformer certains quartiers et zones de la ville à destination des touristes, des investisseurs internationaux ou des flux de marchandises. Il en résulte, en réalité, une désintégration locale forte au sein de Tanger et son arrière-pays ; qui englobe perte d’emplois, hausses des prix de l’immobilier et de la vie, infrastructures urbaines insuffisantes, expulsion d’habitants, immigration clandestine et pollution environnementale (Wippel, 2020).

Tanger demain, une métropole (eur)africaine

16Historiquement, Tanger est fortement orientée vers la Méditerranée et l’Europe occidentale. Aujourd’hui, les nouvelles infrastructures et notamment le port et les routes renforcent ce cadre européen tout en modifiant la connectivité mondiale de la ville. Ainsi, si les relations africaines du Maroc sont anciennes, le rôle de Tanger dans ces liens est quant à lui renouvelé par la position de hub maritime. Cette position géographique d’interface Europe/Afrique est rhétoriquement mise en valeur et retrouvée dans les communications stratégiques destinées aux acteurs locaux et internationaux ; dans le cadre d’une politique africaine du Maroc qui se décline dans de nombreux secteurs et « s’affiche » dans le marketing urbain.

Munie d’un port mondial qui capte les flux marchands régionaux

  • 4 Lloyds List (2018), One Hundred Ports 2018, London, Maritime intelligence | informa.

17Tanger-Med, premier port à conteneurs africain et au 46e rang mondiale en 20174, est un facteur primordial de redéfinition des relations avec l’Afrique subsaharienne. Il permet de reconnecter du point de vue maritime Tanger et le Maroc à l’Afrique de l’Ouest et, inversement, l’Afrique via Tanger aux autres régions du monde (fig. 3). Il faut savoir que dans la première décennie 2000, il n’y a plus aucune connexion directe entre le Maroc et ses voisins subsahariens (tout passe par Algeciras, sur la rive espagnole) ; par contre, dans les années 1980-90 une liaison mensuelle de la COMANAV, entre Casablanca et Dakar (avec parfois escale à Nouakchott), a fonctionné (Mareï, 2017). Et il faut remonter aux années 1910 et à la compagnie maritime Paquet pour retrouver l’établissement d’une liaison régulière Tanger–Afrique subsaharienne.

Figure 3. Liens régionaux transafricains de Tanger-Med.

Figure 3. Liens régionaux transafricains de Tanger-Med.

18L’ouverture du port a changé la donne. Il permet des liaisons hebdomadaires vers l’ensemble de la façade atlantique de l’Afrique jusqu’à l’Angola : desservant 27 ports et 21 pays subsahariens, 40 % de son trafic est à destination de l’Afrique de l’Ouest. Ainsi, la mise en place de lignes régulières et la modernisation de l’ensemble des ports africains concernés font que se combinent des effets de structure, d’infrastructure et de flux qui autorisent à décrire un véritable système régional maritime et portuaire sur lequel s’adosse Tanger-Med. La question de l’émergence d’une région portuaire est discutable mais la combinaison de deux systèmes sous-régionaux (celui du golfe de Guinée et de la Méditerranée occidentale) au profit de Tanger-Med et de la desserte de la côte ouest de l’Afrique est évidente. A noter qu’il ne s’agit pas seulement d’une stratégie des gérants du port mais aussi des transporteurs internationaux qui ont décidé de faire de Tanger un hub central dans leurs propres réseaux euro-africains et mondiaux.

Tête de pont d’une nouvelle route régionale

  • 5 Depuis l’ère coloniale, le projet historique d’une transsaharienne traverse l’Algérie et le Sahara (...)

19Il faut également noter que les échanges se renforcent par la route transsaharienne, c’est-à-dire la route littorale depuis Tanger / Tanger-Med jusqu’à Dakar en passant par Casablanca, le Sahara occidental et Nouakchott. C’est une route relativement nouvelle qui bénéficie de la réouverture de la frontière Maroc–Mauritanie en 2002 et de la finalisation du tronçon mauritanien en 2006 (Antil et Choplin, 2003 ; Marfaing et Wippel, 2005). La route traditionnelle des caravanes ne passait pas par la côte, mais sans remonter jusque-là, le conflit au Sahara occidental a longtemps bloqué cette route (et l’entrave toujours occasionnellement). Elle est considérée aujourd’hui comme la première « Transsaharienne » achevée (malgré quelques tronçons difficiles au niveau des frontières).5 S’y échange tout un tas de marchandises et pas seulement un petit commerce de subsistance. Des filières commencent à se structurer, en particulier celles des agrumes et des autres fruits et légumes frais marocains vers l’Afrique sahélienne ; et qui concurrencent d’autres approvisionnements en particulier sud-africains. Si le flux Nord-Sud est dominant, au retour les cargaisons depuis le Sénégal ou la Mauritanie sont composées de poissons, vêtements, matériels électroniques, fruits tropicaux, mais les camions remontent aussi parfois à vide. S’articulent ainsi sur cette route des mouvements de personnes et de produits de consommation à courte distance (transfrontaliers) et des flux régionaux sur des distances plus longues.

20Comme sur la voie maritime, sont donc retrouvés des effets de structure, d’infrastructure renouvelée et de flux qui se combinent et qui autorisent à parler, une fois encore, de la consolidation d’un espace régional. La route transsaharienne est une sorte de prolongement africain du réseau transeuropéen des transports (RTE-T) et connecte aussi les corridors panafricains littoraux et sahéliens du programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA). Tanger se retrouve ainsi dans un espace de transports et de circulations maghrébo-africain au sein duquel mobilités d’hommes (étudiants, commerçants, force de travail, migrants) et de « choses » sont de plus en plus intenses. Et cela malgré l’existence de difficultés politiques et socio-économiques sur les espaces concernés, mais qui étonnamment n’entravent qu’à la marge les réseaux en constitution. La construction de ces échelles régionales fonctionnelles, au détriment de la consolidation locale et nationale, place Tanger dans ces processus de redimensionnement scalaire ou rescaling décrits par Neil Brenner (1999), et qui touchent fortement les villes des Suds.

Au cœur d’un marketing urbain pro-africain

21Les orientations africaines de Tanger (et des grandes firmes et projets qui s’y sont installés) se reflètent dans son marketing urbain (ou place branding). Déjà, le projet d’organiser l’exposition universelle 2012, proposé au milieu des années 2000, communiquait sur la position intermédiaire entre l’Afrique, l’Europe et le monde arabe6. L’accent mis sur la position d’interface, de carrefour et de jonction entre continents, grandes régions et mers est essentielle dans la promotion du site. Cela concerne tout d’abord le secteur du transport maritime. Ainsi, la communication de l’agence spéciale pour la gestion de la plateforme Tanger-Med met en exergue sa fonction de trait d’union, de pont entre l’Europe et l’Afrique et entre la Méditerranée et l’Atlantique. L’armateur français CMA-CGM, par exemple, présente le port Tanger-Med comme hub central de transbordement pour ses services atlantico-africains qui lui permet « de relier le monde à l’Afrique »7. Le même type de rhétorique est utilisé par les agences économiques, comme celle des zones franches de l’agglomération ou le centre régional d’investissements. En particulier, la communication est pléthorique autour de l’expression « Porte de l’Afrique » (voir encadré) qui table sur le développement des rapports Nord-Sud et arrive dans les textes temporellement après la désignation « Porte de l’Europe ». De la même manière, beaucoup de cartes publicitaires mettent en avant la situation géostratégique favorable de la péninsule tingitane et ses multiples liens transrégionaux.

22Enfin, les agences touristiques et les associations culturelles focalisent sur l’héritage cosmopolite, nommément arabo-islamique (« andalou »), européen et méditerranéen, mais présentent également la dimension africaine de la ville. L’organisation de festivals à Tanger, devenue monnaie courante dans le marketing des villes marocaines, inclut des présentations du cinéma et de l’art subsahariens et de la musique africaine. Depuis longtemps déjà, les grottes d’Hercule, lieu récemment rénové et à la mode du tourisme tangérois, est présenté comme l’endroit où le héros antique se reposa après avoir séparé l’Afrique de l’Europe le long du détroit de Gibraltar et dont l’ouverture vers la mer est dite représenter la silhouette inversée du continent africain.

23Tanger – la « Porte de l’Afrique » (extraits de brochures publicitaires)

● Tanger Med Platform

Thanks to the unique position of this platform, located strategically on the Strait of Gibraltar, at the conjunction of major maritime routes, [TangerMed Zones] offers a wide access to target markets through Tanger Med Port, the gateway to Europe and Africa…. […] Thanks to its full integration with Tanger Med Port, the gateway to Europe, Mediterranean and Africa, TMZ offers a compelling value proposition meeting the genuine needs of international investors... http://www.tangermedzones.com/​en/​message-from-general, 5.9.2017.

● Les raisons d’investir – La position géostratégique

La situation géographique de la Région Tanger-Tétouan sur la rive sud du détroit de Gibraltar, lui a donné, depuis toujours, une place privilégiée du point de vue stratégique, économique et culturel. Etant en constante relation avec, d’une part l’Europe, et les grandes routes maritimes d’autre part, elle est considérée comme « la porte de l’Afrique », http://www.investangier.com/​index.php?menuid=55, 21.3.2013.

● EUROGATE Tanger – Africa’s gateway to the world

… Tangier is at the intertrade crossroads of various liner services in the Med-West gateway to the Atlantic Ocean. […], the EUROGATE Tanger container terminal is Africa’s gateway to the world and a bridge between continents. Most of all, it is the ideal transhipment hub for the western Mediterranean as well as for Africa and South America, http://www.eurogate-tanger.com/​About-us/​EUROGATE-Tanger, 10.9.2017.

● Vision 2020 : Territoire Touristique « Cap Nord » – Positionnement du territoire

Porte de l’Afrique, la destination Cap Nord capitalisera sur ses histoires multiples, sa situation géographique de carrefour et son dynamisme économique. […] Tanger [est] le point de rencontres entre l’Afrique et l’Europe, le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest, la Méditerranée et l’Atlantique, http://www.tourisme.gov.ma/​fr/​territoires-touristiques/​cap-nord, 10.9.2017.

● Mettez les voiles sur la marina ! – Une ville unique

Tanja Marina Bay bénéficie d’un emplacement exceptionnel au croisement entre l’océan Atlantique et la Méditerranée, entre l’Occident et l’Orient. C’est une véritable porte d’entrée entre l’Europe et l’Afrique, http://www.tanjamarinabay.ma/​fr/​presentation/​, 5.9.2017.

Les orientations multirégionales du Maroc et de Tanger

24Tanger voit sa position profondément transformée par son insertion dans tous types de réseaux internationaux. Elle apparaît comme un miroir grossissant des transformations du Maroc voire d’une forme d’émergence ou de visibilité nouvelle sur la scène internationale et macrorégionale.

Régionalisation multidirectionnelle, multi-scalaire et transrégionale : considérations conceptuelles

  • 8 Pour approfondir le débat conceptuel qui suit voir Wippel (2013) ; Mareï et Richard (2018). Ces ouv (...)

25La régionalisation multidirectionnelle peut être intentionnelle et institutionnelle, imposée « par le haut », basée sur les idéologies et programmes politiques, sous forme de ce qui est souvent appelé « régionalisme » (Oman, 1994 ; Siroën, 2000)8. Mais elle peut aussi émerger « par le bas », à partir d’intérêts, de décisions et d’actions « quotidiennes » des acteurs individuels et collectifs (Werlen, 2005), et de manière plus fonctionnelle à partir des flux et des réseaux de toutes sortes. Les infrastructures de transport et de communication constituent des bases importantes pour initier et renforcer les régionalisations comme c’est le cas à Tanger. Mais rarement les deux phénomènes, régionalisations par le haut et par le bas, coïncideront entièrement.

26Une appréhension complexe de la régionalisation se fait notamment dans le mouvement du new regionalism approach (NRA), une approche interdisciplinaire et plurielle (Hettne et Söderbaum, 2000 ; Bach 2016). À l’inverse des approches politiques et économiques traditionnelles, le NRA focalise beaucoup moins sur l’Etat comme acteur de la construction des territoires. Il aide alors à saisir les ambivalences multiples et la multidimensionalité de la régionalisation en tant que processus de construction, déconstruction et reconstruction permanentes des contextes géographiques. En général, ces considérations partagent un intérêt pour la multitude de formes, de contenus et d’acteurs, d’objectifs et d’effets ; en soulignant l’ambiguïté, le décloisonnement et la différenciation aussi bien que l’enchevêtrement des divers espaces géographiques et institutions. S’y ajoutent un intérêt pour des microrégionalismes transnationaux et de la coopération transfrontalière.

27Dans ce contexte, les espaces régionaux sont de plus en plus difficiles à définir clairement. Ils se chevauchent, s’interpénètrent et présentent des limites floues voire variables selon les circonstances. La multiplicité des acteurs étatiques et non-étatiques et leurs interactions mutuelles projettent ainsi les territoires dans une dimension multi-scalaire, transétatique (Bach, 1998) et surtout transrégionale (Middell, 2019 ; Wippel et Fischer-Tahir, 2018). D’autres renvoient à l’importance des connections en forme de réseaux (Castells, 1996) ou d’archipels (Veltz, 1996) qui déconstruisent les représentations d’espaces continus. Dans ce contexte, les mers et les déserts longtemps pris pour des barrières aux échanges et aux mobilités, peuvent être (ré)appréhendés pour leurs opportunités de contacts et leurs transgressions historiques (Bentley et al., 2007 ; Lewis et Wigen, 1997) afin de transcender les strictes séparations des entités comme l’Europe, le Maghreb ou l’Afrique subsaharienne ; comme les routes caravanières et réseaux des savants d’antan jusqu’aux routes migratoires et lignes maritimes contemporaines dans le cas des liens entre Afrique du Nord, Sahara et Sahel (entre autres : Marfaing et Wippel, 2004 ; Choplin et al., 2017 ; Mareï et Ninot, 2018).

28En observant Tanger par ces prismes conceptuels, on constate que les acteurs publics et privés engagés dans le développement de Tanger participent, consciemment ou inconsciemment, aux processus de régionalisations de cette aire métropolitaine. Tanger « se régionalise » alors avec ses propres zones d’influence et d’interdépendance : ces zones régionales se perçoivent au pluriel, selon les flux concernés (transports marchandises, mobilités, migrations, …). En raison de la forte imbrication des échelles spatiales, parfois il semble alors raisonnable de confondre le Maroc et Tanger dans cette perspective multirégionale.

Orientations régionales marocaines et tangéroises : considérations empiriques

29Différentes directions de régionalisation du Maroc et de Tanger sont donc à envisager (Wippel, 2012). Sans pouvoir entrer dans les détails, on peut observer (voir fig. 4) :

30Une régionalisation européenne, ancienne, qui pour Tanger a connu une apogée à l’époque de l’administration internationale quand la ville fut sous le contrôle d’un directorat de pouvoirs occidentaux. Une importance relative de l’Europe est toujours présente et forte aux niveaux institutionnel, commercial et migratoire. Elle s’exprime, par exemple, au niveau national par les efforts d’un « partenariat privilégié » avec l’Union européenne et les négociations en cours d’un accord de libre-échange complet et approfondi ; il s’y ajoute une dépendance élevée du commerce extérieur aussi bien qu’une forte présence de migrants marocains dans les pays européens. La mise en place de la politique euro-méditerranéenne depuis les années 1990 a aussi amené les responsables du Royaume à redécouvrir la façade méditerranéenne longtemps négligée du Maroc (Zaïm, 1990).

31Une régionalisation méditerranéenne qui a du mal à s’institutionnaliser et qui a des limites. Malgré une proximité géographique, historique et culturelle, une fracture socio-économique forte continue à diviser les partis Nord et Sud du bassin méditerranéen. Un bloc cohérent européen s’oppose à un bloc complexe de pays méridionaux à développements et intérêts largement divergents tandis que les frontières politiques entre les deux oscillent entre ouverture (pour les produits) et fermeture (pour les hommes) (Mareï, 2012). Les liens du Maroc et de Tanger sont beaucoup plus forts avec la Méditerranée occidentale qu’avec le reste du pourtour méditerranéen. Tanger, en particulier, se retrouve dans un contexte ambivalent de coopération et de concurrence entre villes et ports dans de nombreux domaines : investissements étrangers, tourisme, rotations portuaires.

32Etroitement liée aux deux orientations précédentes, il faut envisager une régionalisation magrébine quasiment au point mort (Ranelletti, 2018). Nés au crépuscule du colonialisme français, les pays concernés ne sont jamais arrivés à s’unir. Notamment les problèmes diplomatiques avec l’Algérie et le manque de connexions transfrontalières posent des problèmes immenses. Sur le plan institutionnel, l’Union du Maghreb Arabe, créée en 1989, ne fonctionne pas. Les résultats sont similaires pour la coopération intra-arabe (Vignal, 2017), avec une coordination politique et économique faible, voire inexistante.

  • 9 En 2015, l’Afrique subsaharienne prenait 7% des exportations marocaines, tandis qu’elle ne fourniss (...)

33Enfin une régionalisation africaine qui prend des dimensions nouvelles depuis l’accession au trône de Mohamed VI et cela après un long refroidissement suite à la question du Sahara occidental et la sortie marocaine de l’Organisation de l’Unité Africaine en 1984 (Marfaing et Wippel, 2004 ; Rousselet, 2016 ; Mareï, 2017). Aujourd’hui nous observons le développement d’une ambition africaine globale, qui se fait sur fonds de rapports historiques, humains, religieux et commerciaux. Elle se déploie sur les plans politique et culturel, et notamment économique. Ce dernier s’exprime dans la promotion des exportations marocaines,9 mais aussi des investissements et autres formes de coopération entre entreprises – surtout dans des secteurs stratégiques comme la finance et les télécommunications, mais aussi dans l’agriculture, le secteur minier ou la construction. Des politiques de coopération importantes sur les champs religieux et des études académiques complètent les instruments de cette stratégie africaine du Maroc. En outre, le Maroc s’engage dans des politiques de sécurité et des missions militaires pour stabiliser la région du Sahel et d’autres pays africains. Casablanca, à travers son centre financier et son aéroport, est devenue une plaque tournante africaine, comme Tanger-Med pour les liaisons maritimes. Le résultat de cette offensive continentale est une réintégration du Maroc dans l’Union africaine et une demande d’adhésion à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) début 2017. De plus en plus, un accent est ainsi mis sur la « façade atlantique » du continent africain (El Houdaïgui, 2016).

Figure 4. Les régionalisations du Maroc et de Tanger.

Figure 4. Les régionalisations du Maroc et de Tanger.

© Nora Mareï & Steffen Wippel, 2020

Conclusion. Villes secondaires et régionalisations : Tanger, un cas d’école

34Les transformations de Tanger passent par un redéploiement des connexions mondiales de la ville, avec un accent mis sur les liens transafricains. Le processus d’ouverture de Tanger est ainsi façonné par une interrelation entre métropolisation, mondialisation et régionalisation multidirectionnelle qui renouvelle l’image internationale de la ville. La montée en puissance de ce triptyque se fonde elle-même sur une interaction forte entre infrastructures, structures matérielles et organisationnelles, et de nombreux flux, réseaux et échanges de biens et d’hommes qui se déploient dans le temps et l’espace. En même temps, ces mutations reflètent des bouleversements géopolitiques en cours qui se manifestent dans un renouveau des liens avec l’Afrique subsaharienne. Ces liens africains contemporains de Tanger et du Maroc rappellent, certes, les relations « transsahariennes » d’antan, associées au commerce caravanier à longue distance, sans pour autant les reproduire de manière identique au vu de la portée géographique des modes de transport et des biens échangés, ainsi que des acteurs qui ont fondamentalement changé.

35En analysant et décrivant la mondialisation en cours de la ville plutôt comme une régionalisation multidirectionnelle, translocale, transnationale et transcontinentale, l’idée est d’insister sur les transformations, parfois brutales des villes secondaires qui, sans être aux commandes de l’économie mondiale, et donc sous le projecteur de la recherche sur les global cities, se retrouvent néanmoins fortement insérées dans des réseaux internationaux et métamorphosées ainsi que dans leurs fonctions que leurs configurations urbaines. Tanger apparaît alors comme un cas d’école d’une ville « secondaire » en cours de métropolisation dans les tissus urbains marocain et ouest-africain.

36Les acteurs de ce puissant rescaling dessinent une gouvernance complexe mais retrouvée autour de nombreux grands projets au Maroc. Différents travaux sur l’évolution des registres d’action de l’Etat sous le règne de Mohamed VI ont montré que la décentralisation du pouvoir politique est davantage une déconcentration territoriale, accompagnée, d’une part, du maintien d’une autorité centrale forte, et d’autre part, d’une montée des prises d’intérêt privées (Planel, 2009 ; Piermay, 2010 ; Debrie et Mareï, 2019). Les agences et opérateurs de l’Etat comme l’Agence spéciale Tanger-Med (TMSA) ou la Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger (SAPT), fortement impliquées dans les transformations tangéroises, s’inscrivent dans cette association, parfois confusion, entre le public et le privé. Grandes multinationales des transports et de la logistique, grande distribution, industrie automobile, banques et finances internationales, etc., complètent un tableau local de plus en plus dominé par des intérêts extérieurs.

37Les régionalisations de Tanger accompagnent ainsi celles du Maroc, sans les reproduire entièrement. Elles transgressent fortement les métagéographies macro-régionales établies et forment de vastes espaces régionaux spécifiques autour de la ville et du pays. Cela met en exergue l’importance de repenser en permanence les aires d’interconnexion et d’influence réciproques. En appréhendant les régionalisations du monde par le prisme urbain, nous souhaitons ainsi insister sur l’importance des connections inter-scalaires et les nouveaux rapports à l’espace mondialisé qui constituent des enjeux scientifiques évidents pour étudier la fabrique des territoires contemporains. Tournants spatiaux et des mobilités renouvellent sans cesse les recherches sur les lieux et leurs liens, autant les méthodes que les concepts : le magma territorial complexe dans lequel se trouve Tanger aujourd’hui permet de prendre la mesure de ces bouleversements. En s’accrochant autant à une panoplie d’activités mondialisées et littoralisées, Tanger tourne résolument le dos au reste du Rif occidental, un arrière-pays montagneux, pauvre et en mal de développement.

Haut de page

Bibliographie

ANTIL A., CHOPLIN A. (2003), « Le chaînon manquant, Notes sur la route Nouakchott-Nouadhibou, dernier tronçon de la transsaharienne Tanger-Dakar », Afrique contemporaine, 208, 4, p. 115-126.

BACH D.C. (éd.) (1998), Régionalisation, mondialisation et fragmentation en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala.

BACH D.C. (éd.) (2016), Regionalism in Africa : Genealogies, Institutions and Trans-State Networks, Abingdon, Routledge.

BARTHEL P.A., PLANEL S. (2010), « Tanger-Med and Casa-Marina, prestige projects in Morocco : new capitalist frameworks and local context », Built Environment, 36, 2, pp. 176-191.

BAUMANN C., DIETZE A. & MARUSCHKE M. (2017), « Portals of Globalization – An Introduction », Comparativ, 27, 3-4, pp. 7-20.

Beier R. (2019), « Worlding Cities in the Middle East and North Africa : Arguments for a Conceptual Turn », Middle East – Topics & Arguments, 12, pp. 28-34.

BENTLEY J.H., BRIDENTHAL R., WIGEN K. (eds.) (2007), Seascapes : Maritime Histories, Littoral Cultures, and Transoceanic Exchanges, Honolulu, University of Hawai’i Press.

BRENNER N. (1999), « Beyond state-centrism ? Space, territoriality, and geographical scale in globalization studies », Theory and Society, 28, pp. 39-78.

BIRD J. (1980), « Seaports as a Subset of Gateways for Regions : A Research Survey », Progress in Geography, 4, 3, pp. 360-370.

CASTELLS M. (1996), The Information Age: Economy, Society and Culture, vol. 1: The rise of the network society, Cambridge, Mass., Oxford, Blackwell.

CHOPLIN A., MAREÏ N. & PLIEZ O. (eds.) (2017), L’Afrique du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Neuilly, Atlande.

DEBRIE J., ELIOT E. & SOPPE M. (2005), « Un modèle transcalaire des nodalités et polarités portuaires : exemple d’application au port de Hambourg », Mappemonde, 79.

DEBRIE J., MAREÏ N. (2019), « Politiques territoriales et évolution des registres d’action de l’Etat au Maroc : une entrée par la logistique », L’Espace Politique 36, 3.

EL HOUDAÏGUI R. (ed.) (2016), La façade atlantique de l’Afrique : Un espace géopolitique en construction, Rabat, OCPPC.

FRIEDMANN J. (1986), « The World City Hypothesis », Development and Change, 17 1, pp. 69-83.

HALLER D., WIPPEL S. & REIFELD H. (eds.) (2016), Focus sur Tanger : Là où l’Afrique et l’Europe se rencontrent, Rabat, KAS.

HETTNE B., SÖDERBAUM F. (2000), « The New Regionalism Approach: Theorising the Rise of Regionness », New Political Economy, 5, 3, pp. 457-473.

LEWIS M.W., WIGEN K.E. (1997), The Myth of Continents: A Critique of Metageography, Berkeley et al., University of California Press.

MARCUSE P., VAN KEMPEN R. (eds.) (2000), Globalizing Cities: A New Spatial Order?, London, Cambridge, Blackwell.

MAREÏ N. (2012), Le détroit de Gibraltar, Porte du Monde, Frontière de l’Europe. Analyse et perspectives de territorialité d’un espace de transit, Thèse de doctorat, Université de Nantes.

MAREÏ N. (2017), « Régionalisation entre Maghreb et Afrique de l’ouest : regard géographique », Interventions économiques, mars 2017, pp. 33-36.

MAREÏ N., NINOT O. (2018), « Entre Afrique du Nord et de l’Ouest, les relations transsahariennes à un moment charnière », Bulletin de l’Association de géographes français, 95, 2, pp. 277-296.

MAREÏ N., RICHARD Y. (2018) (éd.), Dictionnaire de la régionalisation du monde, Neuilly, Atlande.

MARFAING L., WIPPEL S. (éd.) (2004), Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine : Un espace en constante mutation, Paris, Berlin, Karthala, ZMO.

MARFAING L., WIPPEL S. (2005), « Die Öffnung des Landwegs Dakar-Tanger und die Wiederbelebung transsaharischer Beziehungen », Comparativ, 15, 4, pp. 109-140.

Mainet H., Racaud S. (2015), « Secondary Towns in Globalization: Lessons from East Africa », Articulo, Journal of Urban Research, 12.

MIDDELL M. (ed.) (2019), The Routledge Handbook of Transregional Studies, Abingdon, New York, Routledge.

OMAN C. (1994), Globalisation and Regionalisation: The Challenge for Developing Countries, Paris, OECD.

PIERMAY JL. (2010), « Le Makhzen est-il soluble dans la mondialisation ? La fabrique du territoire marocain à l’heure de l’ouverture du monde », EchoGéo, 13.

PLANEL, S. (2009), « Transformations de l’État et politiques territoriales dans le Maroc contemporain », L’espace politique, 7, 1.

RANELLETTI A. (2018), Enhancing Regional Governance and Multilateral Cooperation in Maghreb, Roma, Edizioni Nuova Cultura.

ROBERTS B.H. (2014), Managing Systems of Secondary Cities: Policy Responses in International Development, Bruxelles, Cities Alliance.

ROBINSON J. (2002), « Global and World Cities : A View from off the Map », International Journal of Urban and Regional Research, 26, 3, pp. 531-554.

RONDINELLI D.A. (1983), « Dynamics of Growth of Secondary Cities in Developing Countries », Geographical Review 73, 1, pp. 42-57.

ROUSSELET L. (2016), La stratégie africaine du Maroc : Un nouveau rôle pour la politique étrangère marocaine ?, Saarbrücken, Ed. universitaires européennes.

Roy A., Ong, A. (eds.) (2011), Worlding Cities : Asian Experiments and the Art of Being Global, Malden, Oxford, Wiley-Blackwell.

SASSEN S. (1991), The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, London, Princeton University Press.

SCHOLZ F. (2005), « The Theory of Fragmenting Development », Geographische Rundschau International Edition, 1, 2, pp. 4-11.

SHORT J.R., BREITBACH C., BUCKMAN S. & ESSEX J. (2000), « From World Cities to Gateway Cities : Extending the Boundaries of Globalization Theory », City, 4, 3, pp. 317-340.

SIROËN J.-M. (2000), La régionalisation de l’économie mondiale, Paris, La Découverte.

SÖDERBAUM F. (2016), Rethinking Regionalism, London, New York, Palgrave Macmillan.

TAFERSITI R. (2012), Tanger : Réalités d’un Mythe. Le mythe résiste, Tanger, Zarouila.

TAYLOR P.J. (2004), World City Network: A Global Urban Analysis, London, New York, Routledge.

VELTZ P. (2006), Mondialisation, villes et territoires : l’économie d’archipel, Paris, Presses Universitaires de France.

VIGNAL L. (ed.) (2017), The Transnational Middle East : Places, People, Borders, Abingdon, New York, Routledge.

WERLEN B. (2005), « Regions and Everyday Regionalizations : From a Space-centred Towards an Action-centred Human Geography », in van Houtum H., Kramsch O. & Zierhofer W. (eds.), B/ordering Space, Aldershot, Burlington, Ashgate, pp. 47-60.

WIPPEL S. (2012), « Marokko in globalen und regionalen grenzüberschreitenden Handelsströmen », in Breuer I., Gertel J. (eds.), Alltagsmobilitäten : Aufbruch marokkanischer Lebenswelten, Bielefeld, Transcript, pp. 241-265.

WIPPEL S. (2013), « Conceptual Considerations of ‘Space’ and ‘Region’ : Political, Economic and Social Dynamics of Region-Building », in Wippel S. (ed.), Regionalizing Oman : Political, Economic and Social Dynamics, Dordrecht et al., Springer, pp. 21-42.

WIPPEL S. (2020), « Re-Developing Tangier : The Globalisation of a Secondary City and its Local Consequences », Trialog, A Journal for Planning and Building in a Global Context, 135, 4, pp. 4-11.

WIPPEL S., FISCHER-TAHIR A. (eds.) (2018), Jenseits etablierter Meta-Geographien : Der Nahe Osten und Nordafrika in transregionaler Perspektive, Baden-Baden, Nomos.

ZAÏM F. (1990), Le Maroc et son espace méditerranéen : Histoire économique et sociale, Rabat, Confluences.

Haut de page

Notes

1 Terme introduit par Rondinelli (1983) ; récemment repris par Roberts (2014) ; Mainet et Racaud (2015) et autres, souvent dans la recherche sur les villes africaines.

2 Lewis et Wigen (1997, ix) définissent « métagéographie » comme « une série de structures spatiales à travers lesquels les gens arrangent leur savoir du monde : le cadre souvent inconscient qui organise études de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences économiques et politiques et même de l’histoire naturelle » (traduction des auteurs).

3 L’intensité relative du commerce est le quotient de la part d’un partenaire dans le commerce national et de la part de ce partenaire dans le commerce mondial. Elle permet de déterminer la régionalisation du commerce (pour des quotients supérieurs à un) de manière inductive et élimine les effets de taille des partenaires ou de régions prédéfinies.

4 Lloyds List (2018), One Hundred Ports 2018, London, Maritime intelligence | informa.

5 Depuis l’ère coloniale, le projet historique d’une transsaharienne traverse l’Algérie et le Sahara central mais ce dernier n’est toujours pas entièrement achevé.

6 Association Tanger (2012) (s.d.), Routes du monde, Rencontre des cultures : Pour un monde plus uni. Résumé exécutif, Tanger.

7 https://www.cma-cgm.fr/detail-news/292/le-groupe-cma-cgm-annonce-la-reorganisation-de-ses-services-depuis-l-europe-et-la-mediterranee-vers-l-afrique-de-l-ouest-et-sert-le-c%C5%93ur-de-l-afrique-au-travers-de-solutions-intermodales (12.9.2017).

8 Pour approfondir le débat conceptuel qui suit voir Wippel (2013) ; Mareï et Richard (2018). Ces ouvrages renvoient à de nombreuses références plus détaillées sur les régionalisations.

9 En 2015, l’Afrique subsaharienne prenait 7% des exportations marocaines, tandis qu’elle ne fournissait que 1,4% des importations. Le volume des échanges a presque triplé de 700 millions à 2 milliards dollars US entre 2005 et 2015 (données du Fonds Monétaire International, http://data.imf.org, 16.8.2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les intensités relatives bilatérales des échanges du Maroc (2010-2015).
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/43518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/43518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Figure 2. Tanger, organisation de l’espace et connexions urbaines.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/43518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 3. Liens régionaux transafricains de Tanger-Med.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/43518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Titre Figure 4. Les régionalisations du Maroc et de Tanger.
Crédits © Nora Mareï & Steffen Wippel, 2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/43518/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Mareï et Steffen Wippel, « Une perspective urbaine de la régionalisation du monde : Tanger, métropole (eur)africaine »Belgeo [En ligne], 4 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/43518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.43518

Haut de page

Auteurs

Nora Mareï

Chargée de recherche CNRS & UMR Prodig, Paris, France, nora.marei@cnrs.fr

Articles du même auteur

Steffen Wippel

Chercheur indépendant, Berlin & membre associé au Center for Near and Middle Eastern Studies, Philipps Universität Marburg, Allemagne, steffen.wippel@t-online.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Belgeo est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search