Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2éditorial : « La rose coupée : tr...

éditorial : « La rose coupée : traceur du capitalisme contemporain »

Bernard Calas

Texte intégral

1à la suite de Cook (2004), on ne compte plus les recherches qui suivent un objet ou un produit d’un bout à l’autre de la planète pour décortiquer le fonctionnement du capitalisme contemporain. Parmi ceux-ci, la rose coupée, dont l’éphémère et la futilité ne doivent pas masquer l’efficacité pour mettre en lumière les recompositions actuelles du capitalisme.

2La rose est un artefact éminemment esthétique et hédonique, objet de passion chargé de valeurs et de symboles contradictoires qui ont fluctué selon les périodes, les espaces et les groupes sociaux (Goody, 1993). Cette « passion rosicole » s’est démocratisée au XIXe puis au XXe siècles en Occident puis étendue aux dimensions de la planète à mesure que les classes moyennes des pays émergents s’emparaient de ce marqueur de distinction mimétique, révélateur de leur réussite urbaine et sociale. Parallèlement, la critique de cette massification et de la standardisation esthétique qui l’accompagne a renouvelé les critères – esthétiques, génétiques et environnementaux – de la création variétale et du goût, signifiant l’intensification d’une tension entre marchandisation et patrimonialisation dans le secteur rosicole.

3Si elle est un construit culturel, la rose anime un marché qui génère des revenus importants, ceux d’une production et d’une commercialisation à la fois massive et diversifiée, comme ceux des retombées (royalties) de la propriété intellectuelle (PI) de la création variétale (Certificat d’Obtention Végétale, marques). Elle est la fleur coupée la plus vendue au monde représentant un marché annuel global de 4 milliards de US $ et compte pour la moitié des enchères hollandaises – véritable Wall Street mondial des fleurs où les prix de vente/achat ont valeur de cours mondiaux – et continue à gagner de nouveaux marchés.

En quoi la rose coupée est-elle un objet géographique ?

4On peut répondre à cette question par une pirouette, courte mais pas insignifiante : parce que les trois dimensions que lui donne sa matérialité l’inscrivent dans l’espace, parce que son esthétique l’inscrit dans le temps de la mode et sa durée de vie en vase l’inscrit dans le temps court des produits périssables, parce que des acteurs humains la transportent de lieux en lieux et parce qu’au long de sa vie, elle change de nature : de produit, elle devient marchandise, puis accessoire décoratif ou/et don. En définitive, la rose est un objet géographique parce qu’elle incarne dans l’espace une idéologie et des rapports sociaux, économiques et politiques.

5Une façon moins lapidaire de répondre est d’abord d’envisager son empreinte cartographique. En effet, sa production comme sa consommation sont localisées en des lieux qui dessinent une géographie globale. Celle-ci a été cartographiée (Calas, 2013, 2014 ; Benoit et al., 2017). Ces bassins de production, de consommation sont liés par des chaînes logistiques et commerciales moins connues des géographes, qui pour beaucoup passent par les Pays-Bas et auxquelles s’intéresse Lucie Demettre dans cette livraison. Par ailleurs, l’activité d’obtention – la création variétale qui repose sur l’hybridation – réalisée par une dizaine d’entreprises est principalement localisée dans les pays du Nord. L’ensemble dessine d’une Division Internationale du Travail (DIT) assez classique, qui fait des producteurs situés dans les pays équatoriaux d’altitude, les fournisseurs d’acteurs situés dans les pays du Nord : donneurs d’ordre et consommateurs où sont également implantés les innovateurs. On pourrait affiner cette géographie à des échelles plus grandes et cette analyse mettrait en valeur des distinctions liées à la métropolisation, aux coûts des facteurs de production, à la distance aux nœuds de communication, aux marchés (dans l’épaisseur sémantique de ce mot). Bref, ces caractères sociaux-spatiaux assez classiques font de cette rose un objet géographique.

6Elle l’est aussi parce que sa production et sa consommation sont le produit d’une réflexion socio-spatiale. Les obtenteurs mais aussi les producteurs parient sur les caractéristiques des milieux « écolonomiques » – les traduisant en potentialités voire en aménités – pour envisager un futur aux variétés qu’ils conçoivent, créent et produisent. Une même variété n’a pas les mêmes caractéristiques phénotypiques, ni les mêmes comportements agronomiques, ni a fortiori les mêmes résultats économiques en fonction des continents, des altitudes, des expositions, des exploitations, cela malgré l’artificialisation des serres. Par ailleurs, les stratégies d’investissement des entrepreneurs – par exemple la tropicalisation de la production depuis 1980 (Calas, 2011) – prennent en comptent l’espace, dans sa dimension multi-scalaire, depuis le confinement des serres jusqu’aux marchés mondiaux, dans la diversité des taux de change, des dynamiques de croissance, des politiques publiques, etc. Ainsi les changements des variétés (dans les serres, chaque année, environ 1/5 des superficies sont arrachées pour être replantées de nouvelles variétés) sont le fruit de réflexions mûries qui intègrent des paramètres socio-spatiaux multiples, complexes et souvent secrets !

7Aussi la rose coupée s’apparente-t-elle à une commodity, parmi d’autres, construit de culture et de nature, condensé de valeurs, économiques comme culturelles et sociales, dont le commerce obéit à des lois, des règles, un ordre, forcément marchand. Le cadre théorique des analyses géographiques des commodities s’est progressivement élargi et complexifié. De l’approche Global Commodity Chain à la théorie de l’acteur-réseau, en passant par les approches Global Value Chain ou Global Production Network, le curseur s’est très déplacé de l’objet stricto-sensu aux acteurs et des caractéristiques propres de l’objet à la prise en compte de l’ensemble des valeurs et des interactions que sa conception, sa production, son conditionnement, sa transformation, son transport, sa vente et sa distribution médiatisent. Progressivement, ce sont la fluidité et les réagencements permanents des stratégies d’acteurs que les analyses tentent de saisir avec ces nouveaux concepts. Au-delà, c’est le rôle de médiation joué par la fleur dans un jeu d’acteurs multi-situés et mobiles qui est souligné par les enquêtes.

Au cœur des dynamiques du capitalisme contemporain

8La rose, au carrefour des industries culturelles et de l’agro-business (Lipovestky, Serroy, 2014), offre ainsi un condensé des paradoxes du monde contemporain. Source de prestige et de revenus, la « patri-marchandisation » traverse les chaînes de coopération de rosiers de jardins et de roses coupées qui se sont progressivement spécialisées tout en adoptant des procédures conventionnelles et contractuelles proches et connectées. Outre les obtenteurs (les créateurs de variétés), les évaluateurs des concours, les éditeurs (les introducteurs de variétés sur le marché), les diverses administrations qui enregistrent les nouvelles obtentions et en garantissent l’antériorité par les titres de la propriété intellectuelle (PI), les producteurs aux business plans variés selon leur taille et le segment du marché visé, les financiers, les logisticiens (compagnies aériennes, transporteurs routiers), les commerciaux (marchés de gros et marchés au cadran, grossistes, franchisés, grande distribution, détaillants, forains), s’y côtoient également les experts, les associations de professionnels et d’amateurs, les propriétaires de jardins, les collectionneurs et les conservatoires, les divers types de consommateurs/usagers. Ces chaînes de coopération constituent « un monde social » (Becker, 1983), international depuis le XVIIIe siècle.

9En suivant ce traceur qu’est la rose coupée l’ambition est de contribuer à une géopolitique du capitalisme en articulant une observation nuancée de la division internationale du travail (DIT) à l’échelle globale et une observation des mises en marché, de la consommation variétale et des usages floricoles comme marqueurs de distinction et de fragmentation à l’échelle métropolitaine. Ainsi des rosiéristes américains et français ont-ils très tôt imaginé une organisation productive qui préfigure le post-fordisme en déléguant la production de roses protégées à de multiples partenaires encadrés par des contrats de licence (Veith, 2007). L’ambition est d’insister sur les effets de lieux, de coprésence et de multi-territorialité sur le développement et la construction des « petits mondes » (Zimmerman, 2002) localisés.

10Des chercheurs se sont intéressés à la production de roses coupées, au Kenya en particulier. Ces travaux sur les délocalisations productives (Calas, 2011), sur la clusterisation kenyane et son articulation à la métropolisation (Calas, 2013 ; Benoit et al., 2017), sur le rôle de la production des fleurs dans les débats d’écologie politique kenyans (Fautras et al., 2013) ont permis de mesurer l’importance des innovations, ici géographiques, l’importance des interdépendances croisées le long de la chaine de coopération et l’importance du dialogue entre les acteurs multi-situés de la chaîne de valeur.

11Après le travail de Ziegler en 2007 sur la rose sud-américaine et ses marchés nord-américains, ceux de Kuiper (2019), Styles (2019), et celui de Gemählich (2022) s’intéressent à la rose coupée kenyane. En se démarquant explicitement des approches de type GVC, ce dernier insiste sur les dynamiques de marchandisation induites par « la révolution des supermarchés » dans le sillage de laquelle les plates-formes d’achat internationales modifient le fonctionnement classique de la chaîne de valeur globale en incitant les producteurs à court-circuiter les enchères hollandaises au prix de leur indépendance. M. Styles (2019) réalise une monographie historique très détaillée de la région de Naivasha au Kenya, région qui produit plus de la moitié de la production kenyane et constitue le cœur du cluster est-africain de la rose coupée. Elle fait le point sur les diverses controverses éthiques, environnementales, politiques, qui ont agité le microcosme kenyan. Gerda Kuiper, à la suite des chercheur(e)s kenyan(e)s très tôt sensibles aux conditions de travail des ouvrièr(e)s du secteur de la rose (Opondo, 2005) a publié sa thèse de géographie consacrée au travail dans la région de Naïvasha. Une autre piste relativement balisée est l’étude de l’impact des certifications éthiques et environnementales (Kuiper, Gemählich, 2017 ; Riigaard, 2009) dont les chercheurs relativisent l’intérêt pour les travailleurs en montrant combien elles sont manipulées par les acteurs dominants de la chaine de valeur : entrepreneurs et surtout grossistes et combien elles révèlent la vérité de la gouvernance de la chaîne largement dominée ni par la production, ni par la consommation mais par les intermédiaires.

12Cependant, ces travaux, pour importants qu’ils soient, laissent de côté un certain nombre de points que tentent d’éclairer les différentes contributions à cette livraison de Belgeo.

13Mathilde Fautras et Blandine Veith démontrent comment la rose coupée – dans la diversité de ses variétés et des stratégies des obtenteurs – condense la tension entre les logiques de patrimonialisation et de marchandisation au cœur du capitalisme esthétique actuel. à partir de cette mise au point qui démontre l’intérêt d’une entrée par la fleur elle-même, Olivier Ballesta souligne combien les innovations et adaptations incessantes des producteurs situés sous les tropiques contribuent à une série de recompositions productives tout à fait en phase avec les tendances du capitalisme des commodities. Ces observations amènent Lucie Drevet-Démettre à proposer « une lecture géographique du voyage de la rose kenyane » dans laquelle elle souligne combien la fleur coupée dont le succès ne se comprend que grâce à la fluidité des chaînes logistiques, produit ces lieux emblématiques tout à la fois de la rose coupée mais plus généralement de cette économie interdépendante mondialisée. Elle insiste également sur la constance des efforts des logisticiens et des intermédiaires pour innover et s’adapter aux conditions changeantes du marché. Olivier Ballesta prolonge ces réflexions sur l’adaptation comme routine entrepreneuriale par une observation des réactions des acteurs de la chaine de valeur aux effets de la pandémie de Covid 19. à partir d’un étonnement initial face à la façon dont les acteurs de la chaîne de valeur ont évité le pire pour eux, c’est-à-dire l’effondrement de la production à la suite de celui de la consommation et de la rupture des chaînes d’approvisionnement, il explore les ressorts de la résilience du secteur de la rose coupée tropicale. à rebours, Léa Benoit et Bernard Calas nuancent cette hégémonie des roses coupées tropicales sur les marchés développés : la première à partir d’une recherche sur les tendances émergentes du marché français, le second à partir d’une observation de l’exception rosicole japonaise. à travers ces deux cas de figures totalement différents, c’est un panorama nuancé du monde contemporain qui est dessiné et la possibilité d’une relocalisation des segments productifs au plus près des marchés qui est envisagée.

14Un certain nombre de points auraient mérité une attention plus soutenue : l’émergence de nouveaux bassins de production comme en Chine autour de Kunming où des entrepreneurs, hollandais notamment, s’installent dans un contexte singulier marqué par le poids des acteurs étatiques ; à l’opposé, la résilience du bassin rosicole ligure ; la place de l’espace et du milieu dans les stratégies d’innovations variétales des obtenteurs ; les modalités précises de mise en marché. Un autre aspect complètement absent de ces études est la géo-anthropologie des foires horticoles, événements structurants de la chaîne de valeur globale.

15Enfin, un des angles morts de la recherche concerne les usages et la consommation. On sait que le marché est très soutenu par les fêtes calendaires, le marché de la mort et de la reproduction, mais au-delà peu de certitudes. Autant de pistes pour de futures recherches…

Haut de page

Bibliographie

BECKER H.S. (1983), « Mondes de l’art et types sociaux », Sociologie du travail, 25, 4, pp. 404-417.

BENOIT L., CALAS B., RACAUD S., BALLESTA O. & DREVET-DEMETTRE L. (2017), « Roses d’Afrique, roses du monde », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/roses-afrique-mondialisation (traduction en allemand : “Rosen aus Afrika, Rosen der Welt”, Géoconfluences).

CALAS B. (2011), « La rose coupée entre tropiques, hors-sol et mondialisation », in Bart F. (dir.), Natures tropicales. Actes des XIIIèmes journées de géographie tropicale, Presses Universitaires de Bordeaux, pp. 239-252.

CALAS B. (2013a), « Mondialisation, clusterisation et recyclage colonial : Naivasha, laboratoire du Kenya émergent », EchoGéo, 26.

CALAS B. (2013b), « La rose mondialisée », Carto, 17, pp. 41-44, http://echogeo.revues.org/docannexe/image/13586/img-1.jpg

CALAS B. (2014), « Le marché florissant de la rose », in Bautzmann A. (dir.), Atlas géopolitique mondial, pp. 174-177.

COOK I. et al. (2004), “Follow the thing : Papaya”, Antipode. A Radical Journal of Geography.

FAUTRAS M., MAUCLAIRE M., VEITH B., BLANCHON D. & CALAS B. (2013), « Objets transactionnels, environnement, territorialisations et développement en post-colonie : les poissons et les roses du lac Naivasha au Kenya », in Charlery B. (dir.), Les territorialités rurales du Sud en question, Presses Universitaires du Mirail, pp. 271-284.

GOODY J. (1993), The culture of flowers, Cambridge University Press.

KUIPER G., GEMäHLICH A. (2017), “Sustainability and Depoliticisation. Certifications in the Cut-Flower Industry at Lake Naivasha, Kenya”, Africa Spectrum, 52, 3, pp. 31-53.

KUIPER G. (2019), Agro-Industrial Labour in Kenya Cut Flower Farms and Migrant Workers’ settlements, Palgrave Macmillan.

LAWRENCE G., BURCH D. (eds.) (2007), Supermarkets and agri-food supply chains. Transformations in the production and consumption of foods, Northampton, E. Elgar.

LIPOVETSKY G., SERROY J. (2014), L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste, Gallimard.

OPONDO M. (2005), Emerging Corporate Social Responsibility in Kenya’s Cut Flower Industry, University of Nairobi, https://silo.tips/download/emerging-corporate-social-responsibility-in-kenya-s-cut-flower-industry

RIIGAARD L. (2009), “Global value chains, labor organization and private social standards : lessons from East African cut flower industries”, World Development, 37, 2, pp. 326-240.

ROUILLE G., BLANCHON D., CALAS B. & TEMPLE-BOYER E. (2016), « Environnement, écologisation du politique et territorialisations », L’Espace géographique, 44, 2, pp. 131-146.

STYLES M. (2019), Roses from Kenya Labor, Environment and the Global Trade in Cut Flowers, Washington University Press.

WEBER S. (2014), “Le retour du matériel en géographie : travailler avec les objets. Une introduction”, Géographie et cultures, 91/92.

ZIEGLER C. (2007), Favored Flowers Culture and Economy in a Global System, Duke.

ZIMMERMANN J.-B. (2002), « “Grappes d’entreprises” et “petits mondes”. Une affaire de proximités », Revue économique, 53, 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Calas, « éditorial : « La rose coupée : traceur du capitalisme contemporain » »Belgeo [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/54842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.54842

Haut de page

Auteur

Bernard Calas

Professeur de géographie, Université Bordeaux Montaigne, Les Afriques dans le Monde LAM, Bernard.Calas@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search