Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Marchandisation et patrimonialisa...

Marchandisation et patrimonialisation du végétal : les critères esthétiques de la création variétale de roses coupées

Plant Commodification and patrimonialization: the aesthetic criteria for cut roses breeding
Mathilde Fautras et Blandine Veith

Résumés

Marchandisation et patrimonialisation de la nature ont souvent été étudiées séparément ou considérées comme contradictoires. A la suite de recherches qui soulignent la combinaison de ces logiques sociales en tension, cet article interroge leur intrication en se focalisant sur une plante ornementale en apparence anodine : la rose destinée aux bouquets. Il s’intéresse en particulier au processus de création, moins étudié que celui de production ou de préservation, afin d’analyser les caractéristiques des nouvelles variétés, objets commerciaux aux valeurs symboliques et usages codifiés. A partir de données empiriques, l’article montre l’évolution des roses coupées créées en Europe et produites au Kenya, en retraçant la diffusion partielle de l’esthétique des variétés pseudo-anciennes. Il montre comment l’entrelacement des logiques marchandes et patrimoniales, matérialisé dans l’esthétique d’une plante, peut éclairer les dynamiques d’une filière de production mondialisée.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier toutes les personnes auprès de qui nous avons réalisé notre enquête de terrain et qui ont accepté de répondre à nos questions. Cette recherche a bénéficié du financement de l’Agence nationale de la recherche en France (programme RosesMonde, 2015-2019) et d’une aide financière de l’Institut français de recherche en Afrique (IFRA-Nairobi) pour les séjours de terrain en 2009-2010 et 2017. Merci enfin aux deux évaluateur.ices anonymes pour leurs remarques qui ont permis d’améliorer la première version de cet article.

Introduction

  • 1 I.e. trouvées dans la nature.

1Le rapport des sociétés à la nature est une question de recherche abondamment documentée en sciences sociales de l’environnement (Castree, Braun, 2001 ; Fairhead, Leach, 1995 ; Robbins, 2012). La littérature a mis en évidence la prépondérance d’un rapport marchand. Au sens large, la marchandisation désigne l’application des mécanismes du marché à la gestion de la nature – notamment avec la privatisation et la monétarisation de la biodiversité dans un contexte néolibéral (Aubertin, Vivien, 1998 ; Aubertin, Pinton & Boisvert, 2007 ; Tordjman, Boisvert, 2012). Cette marchandisation, qui culmine avec les brevets du végétal, a généré dès les années 1970 des mouvements de défense et de conservation de la nature, notamment dans le domaine agricole (Peschard, Randeria, 2020). Une partie de ces mouvements adopte et promeut un rapport patrimonial au végétal, fondé sur le maintien de sa diversité, en favorisant son accès à tous (Via Campesina, 2007). Le concept de patrimoine, défini en tant que processus de préservation d’un objet digne d’intérêt et de valeur afin de le transmettre aux générations futures, s’est étendu à des objets de plus en plus variés : paysages, pratiques et biens immatériels (Heinich, 2009 ; Lazzarotti, 2011). Dans le domaine des jardins ornementaux, la patrimonialisation se caractérise plus spécifiquement par une critique de la réduction de la diversité et de l’esthétique des plantes disponibles sur le marché, ce qui a permis la revalorisation d’espèces botaniques1 et de variétés anciennes qui avaient disparu du commerce (Dubost, 1994).

  • 2 Comme les conditions de production découlant des délocalisations, ou encore les mécanismes de mis (...)

2Dans la littérature, marchandisation et patrimonialisation ont souvent été étudiées séparément ou considérées comme contradictoires. Cependant, des études soulignent la combinaison de ces deux rapports à la nature (Calvo-Mendieta et al., 2011 ; Lavoie, 2014). En particulier, plusieurs s’accordent sur le fait que la conservation peut elle-même créer de nouvelles opportunités de profit et d’accumulation favorables à la reproduction du mode de production capitaliste (Arsel, Büscher, 2012 ; Büscher, Dressler & Fletcher, 2014). Notre objectif est d’interroger l’intrication de ces deux logiques en tension, en s’intéressant au processus de création, peu visible et moins étudié que ceux de production ou de préservation2. Ce processus est implicitement arrimé à des valeurs et à un rapport symbolique au végétal, considéré comme digne d’être transmis et diffusé. Nous nous focalisons sur une plante ornementale éphémère, en apparence peu conflictuelle et anodine – la rose destinée aux vases et bouquets – pour analyser les caractéristiques des nouvelles variétés de roses, en termes de formes des fleurs, de palette des couleurs, d’absence ou de présence du parfum.

3La rose coupée que l’on offre, notamment à l’occasion d’événements ritualisés, est un objet commercial éminemment esthétique aux usages codifiés. Les variations de l’apparence, des goûts et les effets de mode constituent l’un des ressorts de la production marchande dans le système capitaliste. Ces composantes permettent d’étendre le marché en le segmentant par le jeu de la diversification des produits destinés à la consommation de masse (Lipovetskyn, Serroy, 2013). Les logiques de création, de production, de promotion et de commercialisation sont donc étroitement imbriquées. Pour les roses coupées, l’apparence représente l’un des éléments clés de la création variétale, étant donné qu’elles sont achetées en premier lieu pour décorer des espaces intérieurs. L’esthétique est définie comme une appréciation, un jugement de goût motivé par la perception, en particulier de l’apparence. Cette perception dépend du contexte culturel et social, c’est pourquoi l’esthétique est une dimension pertinente à prendre en compte pour analyser le rapport à la nature qui est sous-jacent aux processus de marchandisation et de patrimonialisation. En effet, les critères de choix, de préservation ou de promotion des variétés varient selon les lieux et les époques. Loin d’être futile, la question de l’esthétique mérite davantage d’attention en sciences sociales (Hess, 2018), en particulier dans les études sur le rapport au végétal. Dans cet article, l’objectif est de saisir précisément comment l’évolution du rapport au végétal, matérialisé dans l’esthétique des nouvelles roses, éclaire les dynamiques d’une filière de production mondialisée.

4Après avoir précisé notre démarche conceptuelle et méthodologique, il s’agit de suivre, à travers des observations empiriques, l’évolution esthétique des variétés de roses coupées créées en Europe de l’Ouest et produites en Afrique de l’Est, en particulier au Kenya. A partir d’entretiens semi-directifs, il est possible de saisir les ressorts de la diffusion partielle de l’esthétique des variétés pseudo-anciennes. L’entrelacement des logiques marchandes et patrimoniales dans le processus de création éclaire alors l’amont et l’aval de la filière de production.

Analyser l’articulation entre marchandisation et patrimonialisation du végétal ornemental

Marchandisation et patrimonialisation dans le monde des roses : construction de deux idéaux types

5La marchandisation et la patrimonialisation sont des logiques sociales en tension qui sont apparues dans des espaces géographiques précis et à des moments variés. Elles sont portées par des individus et des groupes sociaux en relation à l’échelle internationale au sein d’une « chaîne de coopération » (Becker, 1988) – ici celle des roses. Pour appréhender la tension entre ces logiques sociales, notre article se focalise moins sur leur opposition que sur la façon dont les individus sont amenés à les mettre en relation – ce qui est plus rarement traité dans la littérature. Le recours au concept d’idéaux types (Weber, 1989 [1904]), issu de la sociologie qualitative allemande, permet de rendre compte avec nuance de la complexité de ces situations et de leurs évolutions. Par abstraction successive de situations sociales, la construction d’idéaux types (ou modèles caricaturaux) vise à rendre compte des transformations, voire des rapports de force entre des logiques qui semblent contradictoires. Elle permet aussi de saisir la façon dont des individus et des collectifs, dans des situations concrètes, sont amenés à combiner et concilier des éléments relevant de modèles différents.

  • 3 Cette conceptualisation a été réalisée en partie dans le cadre du programme RosesMonde, financé par (...)
  • 4 Aux Etats-Unis et en France, les premiers titres de la Propriété Intellectuelle de nouvelles plan (...)

6En appliquant cette démarche conceptuelle au domaine des roses, nous avons élaboré deux idéaux types de marchandisation et de patrimonialisation, à partir des situations sociales existantes qui évoluent en parallèle ou de manière décalée dans le temps3. C’est dans le secteur de la fleur coupée qu’une production massive s’est développée, afin de répondre à une demande croissante liée à la démocratisation de la consommation de roses pour bouquets en Europe à la fin du XXe siècle. Cette mise en marché s’est accentuée avec l’adoption de lois sur la Propriété Intellectuelle de nouvelles variétés, permettant la rémunération de la création variétale. Initiées aux Etats-Unis dans le cadre du Plant Patent Act en 1930, ces lois ont abouti à la mise en œuvre de Certificats d’Obtention Végétale dans plusieurs pays européens (Veith, 2007)4. Au-delà des contextes spécifiques, l’idéal type de la marchandisation correspond alors à la production massive et intensive d’une sélection drastique des meilleures variétés de roses au goût du jour, standardisées et calibrées pour répondre aux contraintes de la logistique des transports et de la commercialisation, et protégées par des titres de la Propriété Intellectuelle.

  • 5 Cette gamme de rosiers romantiques propose des roses à la forme « chiffonnée ou en quartier [… év (...)
  • 6 A la différence des roses botaniques trouvées dans la nature, les roses horticoles sont celles cr (...)

7La réduction de la diversité variétale disponible sur le marché, ainsi que l’évolution des goûts, ont suscité une critique esthétique portée par des propriétaires de grands domaines. En Grande-Bretagne dès les années 1950, en Allemagne et en Belgique puis en France, ces élites sociales ont remis à la mode les variétés anciennes disparues de la vente. Des rosiéristes collectionneurs se sont spécialisés dans la production de ces roses oubliées (Dubost, 1994 ; Bérard, Marchenay, 2004 ; Juhé-Beaulaton et al., 2013). Des obtenteurs (i.e. des créateurs de variétés) ont commencé à sélectionner de nouvelles roses qui ressemblent à ces dernières, comme ‘Constance Spry’ créée par David Austin en Angleterre en 1960, ou encore les premières variétés de la collection Romantica5 créées par la famille Meilland et introduites sur le marché français dès les années 1980. La rose parfumée ‘Yves Piaget’ créée en 1981, produite pour les jardins mais aussi pour les bouquets vendus aujourd’hui en circuit court, est emblématique de cette gamme. L’idéal type de la patrimonialisation correspond à cette conservation et valorisation de la diversité des espèces botaniques, mais aussi et surtout d’un patrimoine horticole6 ancien, en faisant la part belle à des roses oubliées et à de nouvelles variétés qui leur ressemblent, qualifiées de « romantiques » ou « nostalgiques » et que nous appelons « pseudo-anciennes » dans cet article.

  • 7 Sont aussi concernées les fleurs annuelles, les fruits et les légumes cultivés dans les potagers (...)

8Ces idéaux types sont utilisés en tant qu’outil conceptuel pour analyser avec finesse le rapport au végétal des acteurs de la chaîne des roses : il s’agit de mettre en lumière la façon dont les situations concrètes peuvent relever à la fois de la marchandisation et de la patrimonialisation, en jouant sur les deux tableaux de manière successive ou simultanée. Historiquement, la patrimonialisation du végétal, notamment ornemental7, est d’abord apparue dans le secteur des jardins (Dubost, 1994). Nous avons cherché à comprendre comment le modèle de la patrimonialisation a influencé le secteur typiquement marchand des fleurs coupées. Cette démarche permet de rendre compte de l’évolution de la diversité de l’offre en se focalisant sur l’évolution esthétique des roses (1.2) dans un espace-temps précis, celui du Kenya au cours de la période 2009-2021 (cf. 1.3).

Retracer l’évolution esthétique des variétés de roses coupées

Tableau 1. Vocabulaire des roses coupées.

Tableau 1. Vocabulaire des roses coupées.

* Dans les faits, la distinction entre ces deux idéaux types est moins tranchée, comme le montrent les parties 2 et 3.

Source : Classification des roses en cours au Kenya en 2009

  • 8 C’est ce que nous avons observé après le dépouillement systématique de la revue horticole spécial (...)

9Les critères strictement esthétiques constituent l’un des éléments clés du processus de création variétale, aux côtés des critères de résistance aux maladies, de robustesse de la plante, d’abondance et de durée de la floraison, ou encore du parfum. La marchandisation et la patrimonialisation décrites ci-dessus infléchissent toutes deux les critères esthétiques contemporains, l’une par standardisation, l’autre par diversification. En effet, l’idéal type de marchandisation se traduit sur le plan esthétique par la mode des « hybrides de thé » (cf. Tableau 1), autrement dit des roses à l’élégant bouton turbiné porté par une longue tige droite (cf. aussi Figure 2). Cette esthétique, devenue standard, prédomine des années 1945 à 1960 en Europe. La palette des teintes est restreinte aux couleurs basiques et souvent vives (rouge grenat, rouge vermillon, orange, jaune citron, rose, blanc). Ces couleurs sont d’ailleurs accentuées par la mise en scène des roses dans les catalogues, souvent présentées sur un fond bleu contrasté8.

Figure 1. Diversité des formes de roses.

Figure 1. Diversité des formes de roses.

Source : SNHF, 1929

10A rebours de cette uniformisation de l’apparence des roses, la patrimonialisation amène à rechercher des formes plus proches des roses anciennes. Cela se traduit par une esthétique spécifique de fleurs aux coloris moins francs, perçus comme moins criards, plus raffinés et distinctifs. L’esthétique typique de la patrimonialisation se caractérise aussi par des branches de petites roses (sprayroses), et par des plantes aux tiges plus souples, aux formes variées (et non plus seulement des formes hybrides de thé). Concrètement, ces roses peuvent être globuleuses, en coupe, plates, imbriquées ou à quartiers, et présentent un nombre élevé de pétales (cf. Figure 1). Fondé sur les esthétiques typiques de la marchandisation et de la patrimonialisation, le tableau 2 liste les variables que nous avons retenues pour évaluer l’évolution de l’apparence des nouvelles roses créées et introduites dans le secteur de la fleur coupée au Kenya, cas d’étude présenté dans la section suivante.

Tableau 2. Critères retenus pour évaluer l’évolution de l’esthétique des roses vers la patrimonialisation.

Tableau 2. Critères retenus pour évaluer l’évolution de l’esthétique des roses vers la patrimonialisation.

* Nous n’avons pas retenu la forme « réflexe » présente sur la figure 1, car elle correspond à la forme épanouie des premières hybrides de thé créées.

Source : autrices

Cas d’étude, données et méthodes

  • 9 Cette région produit plus de la moitié des roses coupées du Kenya.
  • 10 Les roses commercialisées en Europe transitent en grande partie par les Pays-Bas où elles sont vend (...)

11Pour appréhender cette évolution esthétique, notre étude se fonde sur le cas du Kenya, l’un des principaux bassins de production de roses coupées dans le monde. Si la production était déjà standardisée en Europe au milieu du XXe siècle, elle est devenue particulièrement massive et intensive sous l’effet de sa délocalisation dans les zones équatoriales d’altitude et de l’essor des brevets du végétal. A la fin des années 1970, des rosiéristes hollandais, allemands mais aussi français et espagnols se sont installés près de Nairobi, du Mont Kenya et sur les rives de grands lacs est-africains tels Naivasha9, où était disponible une importante main-d’œuvre féminine, éduquée, aux salaires faibles comparés à ceux des ouvriers agricoles européens. Un climat tempéré en altitude et une durée constante de la journée tout au long de l’année permettent de produire des roses à moindre coût et à contre-saison en hiver, dans des serres non chauffées. La rose coupée est la fleur la plus vendue sur le marché européen, dont le Kenya reste le principal fournisseur10 en tant que leader africain (Brun, Mary, 2003, p. 220). De nombreuses études sur ce système localisé de production portent l’attention sur son insertion dans la chaîne globale des roses (Hughes, 2000 ; Riisgaard, 2009 ; Calas, 2013 ; Styles, 2019), les conséquences de la production floricole sur l’écosystème local (Harper et al., 2011), son écologie politique (Fautras et al., 2013 ; Rouillé et al., 2015), ou encore les conditions de travail des employées (Opondo, 2005 ; Tallontire et al., 2005 ; Kuiper, 2019). En complément de ces travaux, notre recherche documente les logiques et choix des obtenteurs européens, de leurs agents commerciaux et des producteurs floricoles pour introduire de nouvelles variétés dans la région. Le tableau 3 détaille les méthodes utilisées et les données produites.

Tableau 3. Données produites et analysées.

Tableau 3. Données produites et analysées.

*Il s’agit de catalogues obtenus lors de nos visites de foires floricoles au Kenya, et de catalogues disponibles en ligne.

L’émergence des variétés pseudo-anciennes dans le secteur de la rose coupée au Kenya

12Comment le mouvement de la patrimonialisation, impulsé au départ dans le monde des jardins européens, se diffuse-t-il dans le secteur des roses coupées dont la production a été délocalisée, entre autres au Kenya à partir de la fin des années 1970 ? A travers l’analyse des catalogues des obtenteurs et des roses mises en avant dans les vitrines floricoles, il est possible de retracer l’apparition diffuse de l’esthétique de la patrimonialisation dans ce pays dès la fin des années 2000 et surtout durant la décennie suivante.

L’évolution des variétés dans les catalogues d’obtenteurs européens de 2009 à 2021

  • 11 Par exemple, actuellement, ce type de variétés atteint jusqu’à près du tiers des variétés commerci (...)

13Les catalogues d’obtenteurs diffèrent d’un pays à l’autre. Pour saisir la spécificité kenyane, il est utile de voir au préalable les tendances observées en Europe où sont situés les sièges des entreprises de création variétale. La proportion des variétés pseudo-anciennes créées a sensiblement augmenté sur ce continent entre les années 2000 et aujourd’hui11. À partir des critères listés dans le tableau 2, on remarque en effet un nombre croissant de variétés à l’esthétique patrimoniale dans les catalogues d’obtenteurs. Cette évolution est perceptible jusque chez des créateurs qui n’ont pas été particulièrement moteurs du retour aux roses pseudo-anciennes. En 2009-2010, la palette des couleurs était déjà relativement large par rapport à celles typiques des roses du milieu du XXe siècle, et elle a continué à s’étendre par la suite. Par exemple, l’obtenteur français NIRP a considérablement élargi son nuancier de teintes, même s’il ne proposait au Kenya qu’une seule rose de forme ancienne, aux pétales verts, dans son catalogue de 2008-2009. Dans celui de 2017, on trouvait trois hybrides de thé au bouton rond qui s’ouvrait en quartiers, et quatre sprayroses, i.e. des roses avec des formes anciennes. Cet obtenteur est celui qui a joué la carte du plus large panel de couleurs jusqu’à aujourd’hui. En 2017, cette diversification s’était accrue avec l’introduction, dans différents catalogues, de variétés aux pétales vert pâle et orange saumoné (ex : deux variétés de la rubrique Country Spirit, catalogue de Tantau, 2017).

14Autre élément notable en Europe : les critères esthétiques de la patrimonialisation sont apparus initialement dans les gammes de sprayroses, et ce chez tous les obtenteurs dont nous avons étudié les catalogues. Et c’est encore parmi les variétés de ces branches de petites roses, qui ont toujours été un créneau haut de gamme, que l’on trouve le plus de roses patrimoniales. Mais la diversification des formes se diffuse désormais aux roses de moyennes gammes. Une hypothèse est que l’aspect distinctif, intrinsèque à l’émergence de la patrimonialisation, tend à s’estomper avec la diffusion de ces variétés qui se démocratisent. Par ailleurs, dès 2009, on trouvait quelques rares gammes de roses parfumées chez certains obtenteurs. C’était le cas en particulier chez NIRP alors même que c’est l’un des obtenteurs les moins marqués par la patrimonialisation. Ainsi, que ce soit au niveau des couleurs, des formes ou du parfum, les critères de la patrimonialisation sont davantage présents dans les catalogues de la fin des années 2010 et des années 2020, que dans ceux de 2009-2010 et a fortiori dans ceux des décennies précédentes.

  • 12 C’est sous ce profil que sont représentées la quasi-totalité des roses dans la revue Les Amis des r (...)

15Retrouve-t-on ces tendances au Kenya ? En 2009-2010, en dépit de leur nombre croissant, les variétés pseudo-anciennes sont moins proposées dans les catalogues destinés aux producteurs africains. La majorité des variétés qui sont proposées aux floriculteurs kenyans reste plutôt typique de la mode du milieu du XXe siècle, sur le modèle des hybrides de thé (HT). Néanmoins, il semble que les variétés pseudo-anciennes tendent à influencer, par petites touches, l’esthétique de ces dernières. Le bouton effilé, élégant et torsadé typique des années 1950-197012 est désormais souvent plus charnu en raison du plus grand nombre de pétales, et plus rond. La frontière esthétique entre les roses caractéristiques de la marchandisation et de la patrimonialisation est moins nette que l’on pouvait s’y attendre, et elle tend à s’estomper au fil du temps. Les HT ne sont plus aussi typiques qu’auparavant, ce qui s’explique sans doute en partie par les croisements génétiques successifs de divers types de variétés. De nombreuses variétés des catalogues allient des critères des deux idéaux types qui nous intéressent, à l’image des deux variétés orange saumoné de Tantau citées ci-dessus, au gros bouton mais à la forme légèrement imbriquée (catalogue de 2017).

Figure 2. Des hybrides de thé (HT) représentées à plusieurs stades de floraison.

Figure 2. Des hybrides de thé (HT) représentées à plusieurs stades de floraison.

Source : Meilland, 1969, p. 32

  • 13 Par exemple, les clients russes privilégient souvent l’achat de roses aux longues tiges.

16De plus, dans les catalogues récents, les hybrides de thé et les roses en général sont plus souvent présentées la fleur épanouie, ou à plusieurs stades de floraison, et non plus seulement au stade du bouton turbiné comme c’était la mode après-guerre (cf. fleur de gauche sur la Figure 2). Par exemple, dans les catalogues de l’Allemand Kordes et du Français NIRP, les roses proposées au Kenya en 2008-2009 sont présentées aux trois stades classiques (bouton et deux stades d’épanouissement floral). Terra Nigra présentait quant à lui ses variétés au stade de bouton et au stade épanoui. La même année, le Hollandais Olij en revanche ne présentait ses roses qu’au stade d’épanouissement. Dans le catalogue de Tantau en 2017, on retrouve également ce mode de présentation à trois stades pour la plupart des HT, mais pas systématiquement pour les variétés pseudo-anciennes. Chez cet obtenteur, ces dernières sont exposées dans les catalogues en bouquet, selon une présentation moins technique et plus romantique. Les roses sont rassemblées dans un bouquet de fleurs qui semblent fraîchement cueillies au jardin, et sont associées à des feuillages et des fruits telles des mûres vertes (cf. Fig. 3). Un souci de présentation – ou de distinction – de ces variétés pseudo-anciennes se dégage des bouquets ronds aux tiges coupées court (par ex. de la série piano) – alors même que le catalogue mentionne des tiges de 60 à 80 cm de haut. Ce décalage entre la caractéristique technique (tige longue) et la mise en scène (tige courte) interroge et pourrait peut-être signaler une manière de cibler différents marchés13, cependant nous manquons d’éléments pour l’affirmer.

Figure 3. Présentation de variétés pseudo-anciennes en bouquet.

Figure 3. Présentation de variétés pseudo-anciennes en bouquet.

Source : Catalogue de Tantau 2017, pp. 42-49

17Ces changements de forme des HT et de présentation des fleurs interpellent : on pourrait y voir une tendance patrimoniale fondée sur une mise en scène plus romantique des roses au bouton épanoui. Les trois stades constituent en effet la présentation classique dans les catalogues de collections de roses anciennes. Néanmoins, ce résultat ne peut être interprété avec certitude : l’analyse des catalogues présente ici la limite que chaque obtenteur a sans doute une manière singulière de présenter ses créations, et que la direction artistique de ces documents promotionnels a pu évoluer au fil du temps.

18Par ailleurs, un résultat significatif issu de l’analyse des catalogues tient au décalage temporel qui caractérise l’arrivée de plusieurs variétés pseudo-anciennes sur le marché kenyan. D’après nos observations, les nouvelles variétés sont présentées aux floriculteurs est-africains quelques années après leur création en Europe. Dans une même série, la variété la plus récente arrive en effet souvent au Kenya trois à cinq ans après avoir été créée. Ainsi dans un catalogue de 2017, l’une des séries arbore cinq variétés créées entre 2007 et 2011, mais une seule créée en 2017, année d’édition du catalogue. Si le Kenya a alors accès aux variétés les plus anciennes de la série – qui peuvent être des variétés de très bonne qualité –, il semble que les inédites sont proposées plus tardivement – nous reviendrons sur ce point plus bas.

19En somme, les documents promotionnels analysés proposent aux floriculteurs kenyans un nombre croissant de variétés pseudo-anciennes et de variétés mixant l’esthétique de la marchandisation et celle de la patrimonialisation. Bien que les frontières ne soient pas tout à fait nettes, l’étude des catalogues montre une diversification variétale en termes d’apparence. Cependant, ces roses pseudo-anciennes étaient encore peu présentes dans les exploitations floricoles que nous avons visitées au Kenya en 2009-2010 et en 2017, ce qui souligne un décalage entre l’évolution des roses créées par les obtenteurs et la réalité de la production.

Les variétés mises en avant dans les vitrines floricoles kenyanes

  • 14 Tous les entretiens cités ont été réalisés au Kenya.

20Nos observations dans les vitrines floricoles témoignent également de l’émergence de roses pseudo-anciennes dans le bassin de production kenyan. Les foires horticoles constituent un haut lieu de rencontre des acteurs de la rose coupée (obtenteurs, producteurs, prestataires et vendeurs de matériel technique) et une vitrine commerciale pour les nouvelles créations. Les showcases (serres de présentation des variétés) des obtenteurs ont quant à eux pour objectif de convaincre les floriculteurs de l’intérêt de cultiver les variétés exposées dans le contexte climatique local, en montrant « la capacité réelle des variétés, autant au niveau de leur qualité que de leur productivité » (Entretien14 avec un consultant, 2009).

21Lors de nos visites en 2009-2010, nous avons pu observer que ces vitrines, tout comme les exploitations floricoles, proposaient sur le terrain un nombre relativement réduit de variétés de roses. On trouvait en général une variété par couleur, voire quelques variantes d’un même coloris, comme le montrent les photographies de la Figure 4. Les roses étaient essentiellement des HT aux tiges droites et aux boutons turbinés, typiques de l’esthétique de la marchandisation.

Figure 4. Des variétés peu diversifiées, typiques de la marchandisation.

Figure 4. Des variétés peu diversifiées, typiques de la marchandisation.

Source : autrices, Foire horticole de Naivasha, 2009 ; showcase au Kenya, 2010

22Les floriculteurs qui intervenaient aussi comme agent commercial pour un obtenteur européen, et qui cultivaient déjà des variétés plus diversifiées, étaient assez rares. On voit cependant sur la Figure 5 que des roses aux couleurs plus pastel et aux pétales plus nombreux se distinguaient ponctuellement du panel de variétés cultivées chez l’un de ces agents.

Figure 5. Début de diversification patrimoniale chez un floriculteur.

Figure 5. Début de diversification patrimoniale chez un floriculteur.

Source : autrices, exploitation floricole au Kenya, 2009

23Lors d’une visite ultérieure en 2017, la palette des variétés s’était élargie de manière significative. Les roses pseudo-anciennes étaient plus présentes sur les présentoirs, reconnaissables par leur forme à quartier, en coupe, et par leurs coloris – des rouges certes, mais plus cramoisis, et davantage de couleurs pastel : des roses, des mauves, des blancs crème, des verts pâles (cf. Figure 6). Le changement esthétique se mesure essentiellement au niveau des fleurs et des pétales, mais pas au niveau des tiges, qui demeurent le plus souvent droites dans un souci logistique (cf. infra).

Figure 6. Une présence plus affirmée des roses pseudo-anciennes dès les années 2010.

Figure 6. Une présence plus affirmée des roses pseudo-anciennes dès les années 2010.

Source : Olivier Ballesta, Foire horticole de Naivasha, 2017 (avec l’aimable autorisation de l’auteur)

24L’analyse des variétés mises en avant dans les catalogues et vitrines floricoles met donc en lumière une évolution sensible de l’apparence des roses. L’esthétique des roses pseudo-anciennes s’affirme en effet progressivement à travers des formes et couleurs de plus en plus diversifiées. Elle ne s’impose cependant pas complètement, mais procède plutôt par intrication et mélange avec l’esthétique des HT caractéristique de la marchandisation. La partie suivante vise à saisir les raisons de ces changements.

L’imbrication de la marchandisation et de la patrimonialisation, entre conciliation et contournement des contraintes dans le secteur de la rose coupée

25Il s’agit ici de comprendre les raisons qui ont amené les obtenteurs à créer des roses coupées qui répondent non seulement aux critères esthétiques de la patrimonialisation mais aussi aux exigences de la marchandisation. Les données des entretiens avec les floriculteurs, les obtenteurs et leurs agents informent sur la façon dont leurs entreprises se sont positionnées dans ce secteur. Trois facteurs d’entrelacement des contraintes et des opportunités sont à l’origine de la diversification variétale observée au Kenya : les contraintes logistiques du transport des fleurs, les stratégies productives et les stratégies commerciales des différents acteurs rencontrés.

La double contrainte logistique du transport et son influence sur la création variétale

26Typique de la marchandisation, la production massive de roses dotées d’une longue durée de vie en vase implique une logistique rigoureuse et un transport rapide pour garantir la qualité des fleurs lors de leur livraison aux consommateurs. La contrainte est triple : elle concerne l’organisation de la cueillette, le conditionnement et la robustesse des roses transportées vers l’Europe – trois aspects cruciaux du choix des variétés de roses produites au Kenya.

27D’une part, la contrainte du conditionnement dans des boîtes limite la diversification des formes de tiges, comme l’ont souligné un grand nombre d’obtenteurs et de floriculteurs rencontrés (Entretiens, 2010 et 2017). Afin d’optimiser l’empaquetage de fleurs calibrées et de rationaliser leur envoi vers l’Europe, ils produisent exclusivement des fleurs aux tiges droites, qu’on peut aisément assembler en bouquet et ranger sans les abîmer dans des cartons prévus pour le transport dans les soutes des avions (cf. Figure 7). La création variétale est donc influencée par les acheteurs ciblés et les circuits de transport.

Figure 7. La contrainte du transport en chariot et son influence sur la forme des tiges.

Figure 7. La contrainte du transport en chariot et son influence sur la forme des tiges.

Source : autrices, exploitation floricole au Kenya, 2009

28D’autre part, la rose est un produit périssable et fragile. A quelques exceptions près, la durée de vie en vase reste un critère primordial du marché de la fleur coupée. Outre la taille du bouton, l’épaisseur des pétales, la dimension et le diamètre de la tige sont déterminants pour la résistance de la rose, notamment lorsqu’elle se trouve hors d’eau, pendant son conditionnement. Un bouton porté par une tige solide voyage mieux, a une durée de vie plus longue, se déshydrate moins et « ne pique pas du nez ». Résoudre cette équation délicate implique de favoriser des variétés plus robustes, à même de résister au temps de transport et sans se flétrir. Dans chaque vitrine floricole, les présentoirs permettent de suivre l’évolution des fleurs de l’éclosion à la sénescence, du premier au quinzième jour de cueillette, et éventuellement d’ajuster le jour de coupe si nécessaire. Ces ajustements s’ajoutent à un critère de choix des variétés qui a lieu bien en amont. La contrainte majeure de la tenue en vase tend en effet à limiter l’essor de roses parfumées plus fragiles. Les variétés anciennes, souvent plus parfumées que les HT récentes, sont moins adaptées à la production de roses coupées en raison de leur faible durée de vie en vase, excepté si la rose est destinée à un événement éphémère (Entretiens, 2009).

29Ces conditions constituent l’une des raisons pour lesquelles les critères esthétiques et olfactifs de la patrimonialisation peinent à s’imposer dans le secteur des fleurs coupées transportées sur de longues distances. Elles expliquent en partie l’apparence particulière des roses coupées pseudo-anciennes produites au Kenya, qui associent des critères de la patrimonialisation, telles les formes variées des fleurs et la large palette des couleurs, à ceux de la marchandisation, i.e. la raideur des tiges et pour la plupart l’absence de parfum. La logistique de la marchandisation agit ici comme un élément limitant la création artistique et la diffusion de certains critères esthétiques de la patrimonialisation. Un agent d’obtenteur déplorait cette contrainte qui l’amenait à perdre sa spécificité de producteur de roses pseudo-anciennes, pour produire des roses « comme les autres » (Entretien, 2017). La contrainte logistique se répercute donc sur les choix de production, qu’il s’agit maintenant d’examiner.

Stratégies commerciales : renouvellement de l’offre, montée en gamme et marché de niche

30La diversification variétale dépend aussi des stratégies commerciales des entreprises de la filière. En effet, l’un des objectifs partagés par les agents des obtenteurs et par les producteurs est de vendre des nouveautés : la rotation des variétés est en effet plus rapide dans le secteur de la fleur coupée que dans celui du jardin. L’élargissement de la palette esthétique, favorisé par le développement des variétés pseudo-anciennes, apparaît donc souvent comme une opportunité pour renouveler et diversifier l’offre notamment. Lors de la visite du showcase d’un obtenteur hollandais, son agent décrivait ainsi les variétés exposées (Entretien, 2009) :

Agent : So, what you see now is what people want : more natural shaped roses. You see, these are more like garden roses.

Autrice : Yeah, I like it. It’s another tendency of the market.

Agent : Yes. They don’t want clean factory roses, but a more natural shape.

31Ce renouvellement de l’offre des obtenteurs par des variétés pseudo-anciennes, en accord avec la demande, a contribué ces deux dernières décennies à la diffusion de la patrimonialisation dans le secteur de la rose coupée à côté des hybrides de thé qui restent dominantes sur le marché.

  • 15 Par exemple pour une variété de 30 pétales, parfumée.

32La diffusion croissante de l’esthétique de la patrimonialisation tient à la volonté de cibler de nouveaux marchés, en particulier ceux de niche. Le même agent expliquait l’intérêt de produire une variété présente dans son showcase, aux pétales vert pâle (Entretien, 2009) : “It’s a very niche but every breeder needs to have some green variety. [...] It’s a niche because of the market. It’s very occasional. Weddings, and special occasions. It’s not an accommodated product in the supermarket”. Cet argument est revenu à plusieurs reprises à propos d’autres variétés pseudo-anciennes lors de l’entretien15, mais aussi à d’autres moments de notre enquête (Entretiens, 2009-2010). Il semble que le marché de l’événementiel représente une opportunité favorisant l’émancipation d’une partie des contraintes logistiques. Le critère de la durée de vie en vase devient secondaire dans le cadre d’événements éphémères telles les célébrations, et autorise donc le transport de roses parfumées et plus fragiles. La tension entre patrimonialisation et marchandisation apparaît ici de manière singulière, à travers l’articulation entre esthétique pseudo-ancienne distinctive et consumérisme de fleurs éphémères.

  • 16 Par exemple, une rose produite à 2500 m d’altitude au Kenya et atteignant 80 cm de tige est vendue (...)
  • 17 Malgré un cycle de production plus long : 7 semaines de pousse en haute altitude, contre seulement (...)

33Par ailleurs, le plus souvent, les niches évoquées sont associées à une montée en gamme des fleurs. Au début de la production dans les années 1980, les roses kenyanes étaient surtout dédiées aux créneaux de moyenne gamme en termes de qualité, et destinées à la vente en supermarché. La montée en gamme s’est dessinée progressivement au Kenya dans le cadre du ciblage des marchés de niches. Elle relève d’une part de la logique de marchandisation, dans la mesure où la rose est vendue plus chère à l’unité16. D’autre part, elle est guidée par la valorisation des roses de luxe aux très longues tiges et aux grands boutons. L’altitude favorisant l’allongement de la tige et donc sa robustesse, les Européens achètent aussi parfois des roses très haut de gamme qui sont produites à haute altitude au Mexique, en Équateur et en Colombie17. Ceci pourrait peut-être expliquer le fait que ces gammes étaient encore relativement peu développées au Kenya à la fin des années 2010.

34Il est intéressant de noter qu’en 2009-2010, parmi les floriculteurs rencontrés au Kenya qui diversifient leur offre en termes esthétiques, l’un d’eux figurant parmi les premiers à cultiver des roses pseudo-anciennes cherchait à éviter en partie la vente aux enchères aux Pays-Bas. Il étudiait déjà l’option de l’approvisionnement direct de fleuristes en Europe, ce qui s’est confirmé lors de nos visites ultérieures (Entretiens, 2009, 2010, 2013 et 2017). Cette stratégie commerciale lui permet de réduire partiellement la contrainte logistique, par la diminution du nombre d’intermédiaires et du temps de transport. Nos données ne permettent pas d’évaluer l’ampleur de cette stratégie de vente directe, qui demeure pourtant une piste intéressante à analyser en lien avec la création variétale. Il ressort néanmoins que les stratégies commerciales de ciblage des marchés et de renouvellement de l’offre favorisent le mélange des logiques de marchandisation et de patrimonialisation, par la diffusion toute relative ou très ciblée de cette dernière.

Stratégies productives : l’influence des enjeux de la Propriété Intellectuelle

35La diversification variétale observée au Kenya résulte également de la pression de la concurrence internationale. Lors d’un entretien, un floriculteur déplorait le fait que certains obtenteurs réservent aux producteurs européens les nouvelles variétés qui se vendent aux enchères à un prix plus élevé les premières années. Ceci confirme l’analyse de la partie 2 qui montre la diffusion de nouvelles variétés de roses pseudo-anciennes dans les catalogues kenyans avec quelques années de décalage. Cette introduction tardive de nouvelles variétés au Kenya réduit fortement la concurrence est-africaine, en préservant l’avance des producteurs européens sur le marché du vieux continent. Et ce alors que les producteurs kenyans paient de manière fiable les royalties, d’après l’une des personnes enquêtées. Le Kenya figure parmi les concurrents directs des producteurs européens et notamment hollandais (Calas, 2013), ce qui n’est pas le cas des pays nord-africains au volume de production bien inférieur, ni des pays d’Amérique Centrale et du Sud qui exportent principalement à destination de l’Amérique du Nord (Ziegler, 2007).

Floriculteur : C’est le volet le plus important : les obtenteurs ne donnent pas assez [de place] de façon égalitaire avec les producteurs européens et sud-américains à toute la création variétale. Ils réservent, disons the best, ce qui correspond aux fleurs de très haut de gamme, aux producteurs hollandais et sud-américains. Ils ont un peu une conception [selon laquelle] les fleurs du Kenya c’est la fleur du supermarché, donc on va leur filer soit, même sans parler d’intermédiaire, les variétés qui ont déjà été un peu éculées en Amérique latine et en Hollande, pour prendre la suite. Donc on ne valorise jamais la prime de première arrivée sur le marché. Ou on va filer disons toutes les fleurs qui sont plutôt du commun, de la vente en bouquetterie ou en jardinerie, la plante à Monceau Fleur, enfin tout ce qui est entre le bas de gamme et le moyen de gamme. Donc ça, c’est un gros problème, qui à notre avis n’est pas conforme à la réglementation internationale du commerce. […] Et tout ça, c’est géré par leur intérêt économique à eux, et une stratification, répartition mondiale de la production qu’ils ont faite pour protéger leurs propres intérêts. Parce que c’est évident que s’ils perdent leur clientèle hollandaise, ils ont eux-mêmes des liens très forts avec les agriculteurs hollandais, et les interactions, ça risque de leur poser des problèmes. […]

[Ton outré] Une variété comme ‘Avalanche’ est toujours interdite de production au Kenya. Alors qu’elle est autorisée en Amérique du Sud, en Équateur, etc., au Maroc, ou en Tunisie, un des deux, [mais pas] au Kenya pourquoi ? Parce que c’est ici que se situe la vraie concurrence des Hollandais qui n’ont pas intérêt à voir des pays comme l’Équateur et la Colombie passer derrière le Kenya. Donc tout ça, c’est une politique des [obtenteurs] hollandais et allemands.

(Entretien collectif avec des producteurs floricoles, 2009)

36Cet extrait d’entretien étaye l’hypothèse selon laquelle les variétés à succès – dont les variétés typiques de la patrimonialisation créées en Europe – ne sont pas nécessairement rendues disponibles à la production au Kenya dès leur création. C’est en tout cas le cas de la variété ‘Avalanche+’ citée ci-dessus, à l’esthétique mixte : cette HT d’un rose pâle presque blanc, au bouton charnu plutôt rond et d’une forme presque imbriquée, était l’un des grands succès de l’année 2009, disponible sur la majeure partie des étals des fleuristes en France.

37Ceci rejoint l’un des résultats de notre analyse de catalogues, à savoir le décalage temporel qui caractérise l’introduction au Kenya de variétés pseudo-anciennes. Il n’a pas été possible de recouper cette information auprès d’autres floriculteurs. Cependant, si cette hypothèse se vérifiait, elle participerait alors à l’argumentation pour expliquer l’expansion plus tardive de la patrimonialisation dans le secteur la rose coupée kenyane – secteur lucratif pour les obtenteurs, qui s’est développé essentiellement après la mise en place des dispositifs de protection de la Propriété Intellectuelle. L’influence des grandes entreprises de création variétale, qui se positionnent dans le secteur de la rose coupée, reste donc une piste à explorer pour saisir les ressorts de la diffusion de l’esthétique de la patrimonialisation.

Conclusion

38Notre recherche sur l’évolution esthétique des roses coupées exposées et produites au Kenya confirme notre hypothèse initiale, tout en la nuançant. On observe en effet une diversification variétale significative dans ce bassin de production est-africain entre 2009 et 2017. Sans grande surprise, les contraintes logistiques tendent à renforcer les critères esthétiques marchands des hybrides de thé. Ceux de la patrimonialisation sont apparus progressivement à travers la diffusion et le développement des roses pseudo-anciennes, même si les obtenteurs réservent les nouveautés au marché européen pendant quelques années avant de les proposer aux producteurs kenyans. Cependant cette diffusion ne concerne pas toute la production et ne s’impose pas totalement face aux critères esthétiques de la marchandisation. Les roses de type hybride de thé perdurent, même si elles sont en partie remplacées par des variétés résultant d’une combinaison des modèles esthétiques emblématiques de la patrimonialisation et de la marchandisation. Les enjeux de la propriété intellectuelle et les relations de concurrence entre obtenteurs européens et producteurs kenyans constituent une piste pour comprendre cette combinaison particulière.

  • 18 Il serait intéressant de voir dans quelle mesure les nouvelles plantes pseudo-anciennes perdent l (...)

39Biologiquement, il n’est pas possible de résoudre complètement la question de la tenue en vase. Il semble donc que les circuits courts sont appelés à se développer à l’avenir. De plus, les créneaux des niches événementielles, souvent haut de gamme, pourraient favoriser la création de nouvelles roses au port plus souple et le retour du parfum. Le recours aux idéaux types éclaire non seulement la combinaison des deux modèles de patrimonialisation et marchandisation, mais aussi les facteurs conduisant à cette combinaison. Des collectionneurs et créateurs de roses pseudo-anciennes ont peu à peu intégré des critères esthétiques marchands dans leurs créations de fleurs coupées ; tandis que d’autres, initialement plus proches du modèle marchand, ont en partie adopté l’esthétique de la patrimonialisation. In fine, les deux modèles qui semblaient contradictoires tendent à se rapprocher, sous l’impulsion de dynamiques logistiques, productives et commerciales18.

40Au-delà du cas des roses, l’entrée par l’esthétique est pertinente pour analyser avec finesse les logiques et stratégies sous-jacentes à la création, production et commercialisation d’autres plantes. Elle permet d’interroger la répartition géographique de variétés cultivées, et les raisons de celle-ci. En apparence anodine mais éminemment sociale, culturelle et évolutive, l’esthétique nous renseigne sur le rapport des sociétés à leur environnement en révélant des logiques sociales en tension au sein d’une filière. L’esthétique de produits agricoles calibrés ou au contraire moins standardisés fait partie du débat sur les alternatives à l’agriculture conventionnelle. A partir d’exemples comme celui des pommes ou des tomates, il serait pertinent d’interroger la tension entre des logiques de marchandisation et de patrimonialisation, en s’intéressant aussi à la dimension gustative (qui est elle aussi culturelle) comme révélateur de logiques sociales du même ordre. Même si la fragilité qui caractérise les roses n’est pas systématiquement transposable au végétal alimentaire, l’essor ou le retour à des variétés dites anciennes de fruits, de légumes et de céréales (cf. Bessière, 2012 ; Jordan, 2015) mériterait d’être analysé à l’aune des effets conjugués des modes, de la diversification et de la standardisation.

Haut de page

Bibliographie

ARSEL M., BÜSCHER B. (2012), “NatureTM Inc. : Changes and Continuities in Neoliberal Conservation and Market-Based Environmental Policy”, Development and Change, 43, 1, pp. 53-78.

AUBERTIN C., VIVIEN F.-D. (1998), Les enjeux de la biodiversité, Paris, Ed. Economica.

AUBERTIN C., PINTON F. & BOISVERT V. (éd.) (2007), Les marchés de la biodiversité, Paris, IRD Edition.

BECKER H. S. (1988 [1982]), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

BERARD L., MARCHENAY P. (2004), Les produits de terroir. Entre cultures et règlements. Paris, CNRS Éditions.

BESSIERE J. (éd.) (2012), Innovation et patrimoine alimentaire en milieu rural, Paris, Editions Quae.

BRUN R., MARY L. (éd.) (2003), La Rose sous serre pour la fleur coupée, Paris, Astredhor, INRA Editions.

BÜSCHER B., DRESSLER W. & FLETCHER R. (2014), Nature Inc. : Environmental Conservation in the Neoliberal Age, Tucson, University of Arizona Press.

CALAS B. (2013), « Mondialisation, clusterisation et recyclage colonial : Naivasha laboratoire du Kenya émergent », EchoGéo, 26, DOI: 10.4000/echogeo.13586

CASTREE N., BRAUN B. (2001), Social Nature : Theory, Practice, and Politics, Malden, Mass., Oxford, Blackwell.

CALVO-MENDIETA I., PETIT O. & VIVIEN F.D. (2011), “The patrimonial value of water: How to approach water management while avoiding an exclusively market perspective”, Policy and Society, 30, 4, pp. 301-310.

DUBOST F. (1994), Vert patrimoine, Paris, Ed. de la MSH.

FAIRHEAD J., LEACH M. (1995), “False Forest History, Complicit Social Analysis : Rethinking Some West African Environmental Narratives”, World Development, 23, 6, pp. 1023-1035.

FAUTRAS M., MAUCLAIRE M., VEITH B., BLANCHON D. & CALAS B. (2013), « Objets transactionnels, environnement, territorialisations et développement en post-colonie : les poissons et les roses du lac Naivasha au Kenya », in CHARLERY B. (éd.), Les territorialités rurales du Sud en question, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 271-284.

HARPER D.M., MORRISON E.H.J., MACHARIA M.M. & UPTON C. (2011), “Lake Naivasha, Kenya: Ecology, society and future”, Freshwater Reviews, 4, 2, pp. 89-114.

HEINICH N. (2009), La fabrique du patrimoine : « de la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

HESS G. (2018), « Éditorial : l’environnement et l’esthétique », La Pensée écologique, 2, 1, DOI: 10.3917/lpe.002.0001

HUGHES A. (2000), “Retailers, Knowledge and Changing Commodity Networks : the Case of the Cut Flower Trade”, Geoforum, 31, pp. 175-190.

JORDAN J.A. (2015), Edible Memory. The Lure of Heirloom Tomatoes & Other Forgotten Foods, Chicago, London, The University of Chicago Press.

JUHE-BEAULATON D., CORMIER-SALEM M.-C., DE ROBERT P. & ROUSSEL B. (2013), Effervescence patrimoniale au Sud. Entre nature et société, Paris, IRD Editions.

KUIPER G. (2019), Agro-Industrial Labour in Kenya Cut Flower Farms and Migrant Workers’ settlements, Palgrave, Macmillan.

LAVOIE M. (2014), « Les enjeux de la patrimonialisation dans la gestion du développement économique : un cadre conceptuel », Sociétés, 125, 3, pp. 137-151.

LAZZAROTTI O. (2011), Patrimoine et tourisme. Histoires, lieux, acteurs, enjeux, Paris, Belin Sup-tourisme.

LIPOVETSKY G., SERROY J. (2013), L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris, Gallimard.

MEILLAND A. (1969), La Vie en roses, [s.l.] Paris, Solar.

OPONDO M. (2005), Emerging Corporate Social Responsibility in Kenya’s Cut Flower Industry, University of Nairobi, https://silo.tips/download/emerging-corporate-social-responsibility-in-kenya-s-cut-flower-industry (consulté le 21/06/2021).

PESCHARD K., RANDERIA S. (2020), “’Keeping Seeds in Our Hands’: The Rise of Seed Activism”, Journal of Peasant Studies, 47, 4, pp. 613-647.

RIISGAARD L. (2009), “Global value chains, labor organization and private social standards: lessons from East African cut flower industries”, World Development, 37, 2, pp. 326-340.

ROBBINS P. (2012), Political Ecology. A Critical Introduction, Chichester, Malden, J. Wiley & Sons.

ROUILLE G., BLANCHON D., CALAS B. & TEMPLE-BOYER E. (2015), « Environnement, écologisation du politique et territorialisations : les nouvelles politiques de l’eau (gire et pse) au Kenya », L’Espace géographique, 2, 44, DOI: 10.3917/eg.442.0131

SNHF (1929), Les plus belles roses au début du XXe siècle, Société nationale d’horticulture de France, Paris, C. Amat.

STYLES M. (2019), Roses from Kenya Labor, Environment and the Global Trade in Cut Flowers, Seattle, Washington University Press.

TALLONTIRE A., DOLAN C., SMITH S. & BARRIENTOS S. (2005), “Reaching the marginalised? Gender value chains and ethical trade in African horticulture”, Development in Practice, 15, 3-4, pp. 559-571.

TORDJMAN H., BOISVERT V. (2012), « L’idéologie marchande au service de la biodiversité ? », Mouvements, 70, 2, pp. 31-42.

VEITH B. (2007), Les restructurations productives chez de grands rosiéristes français, DOI: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01080237/document

Via Campesina (2007), Seed heritage of the people for the good of humanity (From the Women Seed Forum in South Korea), DOI: https://viacampesina.org/en/wp-content/uploads/sites/2/2008/01/seed_heritage_of_the_people_for_the_good_of_humanity-2007.pdf

WEBER M. (1989 [1904]), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Pocke.

ZIEGLER C. (2007), Favored flowers. Culture and Economy in a Global System, Durham & London, Duke University Press.

Haut de page

Notes

1 I.e. trouvées dans la nature.

2 Comme les conditions de production découlant des délocalisations, ou encore les mécanismes de mise en patrimoine d’objets existants.

3 Cette conceptualisation a été réalisée en partie dans le cadre du programme RosesMonde, financé par l’Agence nationale de la recherche en France (2015-2019), coordonné par B. Calas et B. Veith.

4 Aux Etats-Unis et en France, les premiers titres de la Propriété Intellectuelle de nouvelles plantes, qui étaient alors des brevets, protégeaient notamment des roses (ibid.).

5 Cette gamme de rosiers romantiques propose des roses à la forme « chiffonnée ou en quartier [… évoquant] les roses d’autrefois » https://www.meillandrichardier.com/rosiers/vos-envies-par-meilland/rosiers-romantiques (consulté le 30 juin 2021).

6 A la différence des roses botaniques trouvées dans la nature, les roses horticoles sont celles créées par les obtenteurs.

7 Sont aussi concernées les fleurs annuelles, les fruits et les légumes cultivés dans les potagers des châteaux (Dubost, 1994 ; Bérard, Marchenay, 2004).

8 C’est ce que nous avons observé après le dépouillement systématique de la revue horticole spécialisée Les Amis des roses. Journal de la Société française des rosiéristes (numéros des années 1947 à 1970) par B. Veith.

9 Cette région produit plus de la moitié des roses coupées du Kenya.

10 Les roses commercialisées en Europe transitent en grande partie par les Pays-Bas où elles sont vendues aux enchères. Elles sont aussi vendues directement dans divers pays européens.

11 Par exemple, actuellement, ce type de variétés atteint jusqu’à près du tiers des variétés commercialisées par des maisons comme celle de Tantau en Allemagne – une proportion significative pour un créneau de niche.

12 C’est sous ce profil que sont représentées la quasi-totalité des roses dans la revue Les Amis des roses, déjà citée (numéros de 1947 à 1970).

13 Par exemple, les clients russes privilégient souvent l’achat de roses aux longues tiges.

14 Tous les entretiens cités ont été réalisés au Kenya.

15 Par exemple pour une variété de 30 pétales, parfumée.

16 Par exemple, une rose produite à 2500 m d’altitude au Kenya et atteignant 80 cm de tige est vendue en Europe 0,50 euro par tige, soit cinq fois plus cher qu’une rose cultivée à 1100 m en Ouganda (Entretien avec un agent d’obtenteur, 2010).

17 Malgré un cycle de production plus long : 7 semaines de pousse en haute altitude, contre seulement 4 semaines dans les altitudes les plus basses (Entretien avec un agent d’obtenteur, 2010).

18 Il serait intéressant de voir dans quelle mesure les nouvelles plantes pseudo-anciennes perdent leur valeur distinctive en se démocratisant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Vocabulaire des roses coupées.
Légende * Dans les faits, la distinction entre ces deux idéaux types est moins tranchée, comme le montrent les parties 2 et 3.
Crédits Source : Classification des roses en cours au Kenya en 2009
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 1. Diversité des formes de roses.
Crédits Source : SNHF, 1929
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Tableau 2. Critères retenus pour évaluer l’évolution de l’esthétique des roses vers la patrimonialisation.
Légende * Nous n’avons pas retenu la forme « réflexe » présente sur la figure 1, car elle correspond à la forme épanouie des premières hybrides de thé créées.
Crédits Source : autrices
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Tableau 3. Données produites et analysées.
Légende *Il s’agit de catalogues obtenus lors de nos visites de foires floricoles au Kenya, et de catalogues disponibles en ligne.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Figure 2. Des hybrides de thé (HT) représentées à plusieurs stades de floraison.
Crédits Source : Meilland, 1969, p. 32
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Titre Figure 3. Présentation de variétés pseudo-anciennes en bouquet.
Crédits Source : Catalogue de Tantau 2017, pp. 42-49
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Figure 4. Des variétés peu diversifiées, typiques de la marchandisation.
Crédits Source : autrices, Foire horticole de Naivasha, 2009 ; showcase au Kenya, 2010
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 5. Début de diversification patrimoniale chez un floriculteur.
Crédits Source : autrices, exploitation floricole au Kenya, 2009
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 6. Une présence plus affirmée des roses pseudo-anciennes dès les années 2010.
Crédits Source : Olivier Ballesta, Foire horticole de Naivasha, 2017 (avec l’aimable autorisation de l’auteur)
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 7. La contrainte du transport en chariot et son influence sur la forme des tiges.
Crédits Source : autrices, exploitation floricole au Kenya, 2009
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/54852/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fautras et Blandine Veith, « Marchandisation et patrimonialisation du végétal : les critères esthétiques de la création variétale de roses coupées »Belgeo [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/54852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.54852

Haut de page

Auteurs

Mathilde Fautras

Université de Fribourg, Département de Géosciences, Suisse ; UMR 7533 LADYSS, France, mfautras@gmail.com

Blandine Veith

Centre national de la recherche scientifique, UMR 7533 LADYSS, France, veith.blandine2@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search