Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Produire des fleurs coupées en ag...

Produire des fleurs coupées en agriculture biologique en France : la quadrature du cercle ?

Growing cut flowers in organic agriculture in France : squaring the circle ?
Léa Benoit

Résumés

La production et la commercialisation des roses sont certes largement mondialisées, mais une production française existe toujours et se renouvelle. Plus la dimension mondialisée est révélée aux yeux des consommateurs, plus les velléités de relocalisation semblent nombreuses. Plus petites, plus respectueuses de l’environnement, plus diversifiées, de nouvelles structures de production viennent contester la chaîne de valeur globale dominée par des méthodes conventionnelles et par la culture des roses. Parmi ces nouvelles structures, plusieurs sont en agriculture biologique (AB), alors que cela semblait impossible compte tenu des exigences du marché. Nous faisons l’hypothèse qu’un nouveau modèle de production de fleurs coupées en AB émerge et pourrait contribuer à une relocalisation française. Une enquête auprès de producteurs en AB révèle que la quadrature du cercle n’est pas là où nous le pensions. La production est bien réelle mais fait face à des enjeux dont certains peuvent paraître insolubles. A travers cet article, nous cherchons à montrer quels éléments appuient ou au contraire entravent le développement de la production en AB.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« L’inconvénient de la filière c’est que c’est ornemental » assène un producteur de roses varois en conventionnel lors d’une discussion sur la possibilité de cultiver des fleurs coupées en agriculture biologique (AB).

  • 1 Les quatre branches de la filière horticulture sont : les fleurs et feuillages coupés, les plant (...)

2D’après le ministère de l’Agriculture « L’agriculture biologique a recours à des pratiques de culture et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. En effet, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite les intrants » (Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, 2022). Pour l’alimentaire, les produits issus de l’AB rencontrent un succès croissant et leur consommation est de plus en plus confortée par des études scientifiques (Agence Bio, 2021 ; Etude Nutrinet Santé, 2021). Pour les roses ou les végétaux d’ornement en général, la labellisation n’en est qu’à ses balbutiements. Pourtant, les fleurs coupées sont de plus en plus décriées dans les médias pour leurs impacts sur l’environnement, quand elles sont importées comme c’est majoritairement le cas (60 millions de consommateurs, 2017 ; Delmas, 2018 ; France Inter, 2022 ; Garric, 2015). Aujourd’hui la France compte moins de 400 exploitations à dominante fleurs coupées (Valhor, 2020). Les producteurs français, principalement situés dans le Sud-Est, apparaissent trop peu nombreux pour répondre à la demande et peinent à rester compétitifs. La production de fleurs coupées – et de feuillage – ne constitue d’ailleurs pas une filière à part entière mais une des quatre branches de la filière horticulture (FranceAgriMer, 2021)1.

3Le label AB pourrait constituer une opportunité pour reconquérir le marché français des fleurs coupées. Or, pour beaucoup de professionnels du secteur, cultiver des fleurs selon les principes de l’AB semble incompatible avec les exigences du marché (en termes d’esthétique, de quantités) mais aussi avec certaines méthodes de production conventionnelles actuelles. En effet, pour être vendable, une fleur coupée doit être « parfaite » et calibrée et il semble difficile d’atteindre ces objectifs sans avoir recours à des produits chimiques de synthèse. Par ailleurs, les producteurs conventionnels pratiquent souvent la culture hors-sol – interdite en AB. Enfin, ils doivent souvent amortir leurs équipements. Aussi est-il compliqué pour eux de faire évoluer leurs pratiques. Pourtant, de plus en plus de producteurs français de fleurs coupées possèdent le label AB.

  • 2 Seule une personne n’est pas productrice à proprement parler mais chargée de communication d’une (...)
  • 3 Association de loi 1901 qui promeut la production et la commercialisation de fleurs françaises e (...)
  • 4 Pour respecter la demande de certains d’entre eux, l’ensemble des citations sera anonymisé dans (...)
  • 5 Nature et Progrès est un « système de garantie participatif » plus ancien que le label AB (1964) (...)

4Face à ce paradoxe, une enquête a été menée auprès de ces producteurs pour connaître leurs pratiques, leurs trajectoires de vie, leurs motivations et plus largement les enjeux de la production de fleurs coupées en AB. Des entretiens semi-directifs ont été menés avec des producteurs déjà établis en AB ou en conversion2. L’annuaire du « Collectif de la fleur française »3 a été un point de départ important pour la création de l’échantillon. Quelques producteurs ont également été suggérés par d’autres producteurs, par des opérateurs rencontrés au marché aux enchères de Hyères, par une auditrice en AB, ou ont été trouvés dans l’annuaire de l’Agence Bio. Notre échantillon comprend 13 producteurs pour qui la culture des fleurs coupées est l’activité principale ou du moins conséquente : trois en Bretagne, un dans le Grand-Est, deux en Ile-de-France, un en Normandie, deux en Nouvelle-Aquitaine, un en Occitanie, un en Pays-de-la-Loire et deux en Provence-Alpes-Côte-d’Azur4. Ces entretiens ont été complétés par des entretiens réalisés avec des producteurs certifiés Nature et Progrès5, d’autres non labellisés, ou encore un employé de la Mutualité sociale agricole (MSA) et enfin par les données du Collectif de la fleur française. Plusieurs documents techniques (guide d’application du cahier des charges en AB, cahier des charges de la certification Nature et Progrès) et juridiques (arrêtés MSA) sont également mobilisés.

5L’objectif de l’enquête était de voir s’il est possible de produire des fleurs coupées selon les règles de l’AB. De plus, les structures de production semblaient avoir des points communs qui pourraient conduire à une nouvelle typologie et donc à un renouveau en termes de production florale.

6L’article se propose d’étudier l’émergence de ce nouveau modèle de production tout en questionnant ses possibilités de développement. Nous nous interrogerons d’abord sur les structures de production de fleurs coupées en AB. Ont-elles des caractéristiques de production et de commercialisation communes ? Ensuite, nous étudierons les défis auxquels ces structures font face. Enfin, nous verrons dans quelles mesures la production de fleurs en AB s’insère dans un mouvement plus large de production et de consommation lentes et se rapproche de modèles préexistants dans l’alimentaire.

Des structures de production qui poussent comme des champignons…

  • 6 Lorsque la surface de production est inférieure à une certaine surface (5000 m2 en Gironde pour (...)
  • 7 Contrat d’appui au projet d’entreprise.

7Avant de caractériser la production de fleurs coupées en AB, il aurait été intéressant de la quantifier et de la localiser afin de rendre compte de son développement et déterminer si des territoires lui sont plus propices que d’autres. Or, impossible de trouver des statistiques. L’Agence Bio propose bien un annuaire par l’intermédiaire duquel il est possible de sélectionner les exploitations sur lesquelles sont produites des « fleurs coupées et boutons », soit 275 structures en juillet 2021 (Agence Bio, 2021) (Figure 1). Cependant, les fleurs coupées constituent souvent une activité parmi d’autres, souvent marginale ou secondaire, au sein d’une exploitation. De plus, plusieurs structures de production certifiées en AB sont manifestement absentes de l’annuaire de l’Agence Bio. D’autres structures n’ont pas le statut d’exploitant pour diverses raisons : la surface de production réduite permet d’être cotisant solidaire6, le statut officiel est celui de fleuriste, la production a lieu sur un espace test en couveuse ou coopérative pour lequel le statut peut être différent (chômeur en contrat Cape7), etc. Difficile donc de quantifier cette production labellisée.

8Quant à la localiser, le même problème se pose. Cependant, la production apparaît éclatée que l’on se fie aux données de l’Agence Bio ou à celles du Collectif de la fleur française – où apparaissent des structures à dominante fleurs coupées en AB ou non. Toutefois selon les informations du Collectif la Bretagne semble sortir du lot, alors que la production conventionnelle privilégie le Sud-Est, l’Ouest et les couronnes périphériques des grandes villes. En dépit de cette dissémination sur le territoire français, l’enquête révèle plusieurs similitudes entre les structures de production en AB.

Figure 1. Les exploitations en agriculture biologique produisant des fleurs coupées en France métropolitaine en 2021 d’après l’Agence Bio.

Figure 1. Les exploitations en agriculture biologique produisant des fleurs coupées en France métropolitaine en 2021 d’après l’Agence Bio.

Réalisation : Léa Benoit, septembre 2021 (QGIS)
Sources : Agence Bio (2021), OpenStreetMap (2018, 2021)

9Une production sur de petites surfaces, diversifiée et de saison

10Les entretiens révèlent que les structures de production sont récentes : la plupart datent de la décennie 2010-2020. L’obtention de la certification AB l’est encore plus, puisque la majorité des structures a entamé une démarche de labellisation en 2018 ou après. La multi-activité agricole ou non est courante. Rares sont les structures de production sur lesquelles la production et la vente de fleurs constituent la seule source de revenu. Les surfaces de production dédiées aux fleurs sont de taille relativement réduite : elles font pour la plupart moins de 5000 m2, même si certaines atteignent plusieurs hectares. L’accès difficile à la terre explique en partie la taille des surfaces cultivées : « (…) quand vous voulez vous installer et que vous n’êtes pas actifs dans le secteur c’est compliqué d’avoir beaucoup de surface. Les fleurs c’est ce qui nécessite le moins de surface » ((P2)) ; « (…) il y a tellement de pression foncière, c’est la guerre des gros domaines viticoles qui rachètent tout » (P11).

11Deux types de production se rencontrent : des fleurs produites en plein air ou des fleurs produites sous serres froides sans apport de produit chimique de synthèse (Figure 2). Les producteurs soulignent qu’en plein air, les plantes sont intégrées dans un écosystème et luttent donc plus facilement contre certaines maladies et ravageurs : « un rosier en extérieur ça va être plus facile à maîtriser que sous tunnel » (P7). Sous serres froides, cela est plus compliqué, mais les plantes sont moins sujettes aux intempéries (pluie, gel) et aux nuisibles (pucerons, sauterelles, limaces) ainsi qu’aux autres animaux sauvages tels que les sangliers ou les taupes. Produire sous abris permet également d’échelonner la production dans le temps. Des produits éligibles en AB pour lutter contre les maladies et ravageurs existent. Cependant, beaucoup de producteurs tentent d’y avoir recours le moins possible en privilégiant des pratiques qui limitent les soucis culturaux : maîtrise de la saisonnalité, des rotations, observation.

Figure 2. Une production diversifiée en plein air et sous serres froides.

Figure 2. Une production diversifiée en plein air et sous serres froides.

Réalisation : Léa Benoit, 2021

12Produire en plein air et sous serres froides revient à accepter de ne produire que de mars à novembre. Cela revient à accepter la saisonnalité de la production. Cela revient également à accepter les contraintes pédo-climatiques locales. En effet, les mêmes espèces/variétés ne peuvent pas être produites partout en France et une même plante cultivée en deux endroits différents ne donnera pas des fleurs à la même période. Ainsi, il est possible de voir fleurir des hortensias en Bretagne, mais cela est plus compliqué dans le Sud de la France. De même, la production de dahlias est plus aisée dans le Sud et l’Ouest en raison d’un climat doux permettant aux tubercules de rester en terre l’hiver : « pour moi, c’est plus une question de région. Par exemple, je rêverais de faire des hortensias mais (…) il fait trop chaud (…). Par contre, je pense que je peux laisser mes dahlias en terre l’hiver sans craindre le gel (…). Je pourrais avoir quelques fleurs sur toute l’année avec un pic de production en juin. J’ai une baisse de la production au mois d’août-septembre car il y a de grosses chaleurs et beaucoup de pertes à cause de la canicule ou un ralentissement de la production. Les plantes galèrent et fleurissent moins. Le tout c’est de s’adapter à l’endroit où l’on est, à la terre (…) le climat » (P4) ; « avec notre printemps assez court et notre été très long (…) j’ai l’impression qu’on a de la chance (…) notre plus gros problème c’est la pluie » (P13) ; « après moins de diversité mai-juin et octobre-novembre, plus de diversité en juillet-août-septembre (parfait pour les mariages) » (P1).

  • 8 Seules trois des structures de l’enquête se démarquent des autres : l’une est spécialisée sur un (...)

13Le respect de la saisonnalité induit une production très diversifiée en termes d’espèces et de variétés (de 60 à plusieurs centaines de variétés produites suivant les structures). La vente directe, la vente en bouquets ou la vente pour l’évènementiel réclament une palette productive large pour éviter d’avoir à acheter des fleurs : « L’idée c’était de faire des bouquets. (…) J’ai plutôt travaillé les couleurs, les formes. (…) L’idée c’était aussi de faire des fleurs séchées » (P6) ; « Nous on a besoin d’une grande diversité car 99 % de ce qu’on produit est transformé en bouquets, compositions, etc. On n’achète pas de fleurs ni de feuillage (exception pour les mariages des fois) » (P1). Aussi, la plupart des structures produisent-elles plusieurs dizaines de fleurs différentes sur de petites surfaces8 : « (…) [Nous avons un] plan de culture avec rotation variétale pour avoir de la diversité au niveau variétal et des couleurs (…) Nous ne cultivons plus des planches entières mais jusqu’à quatre-cinq variétés par planche » (P1). Cette grande diversité de fleurs encourage la biodiversité et limite l’appauvrissement des sols : « (…) il y a un nombre tellement incalculable de familles dans les fleurs (…) je ne risque pas d’épuiser les sols » (P4).

14Les nouveaux producteurs de fleurs coupées en AB se caractérisent donc par une production sur de petites surfaces, saisonnière et très diversifiée. Cette diversité est en partie due à une volonté d’auto-suffisance pour la commercialisation en vente directe, mais d’autres modes de vente avec des intermédiaires sont également pratiquées. Ces modes de vente peuvent d’ailleurs eux aussi influencer le choix des variétés.

Une commercialisation en circuits courts

  • 9 C’est-à-dire avec un intermédiaire au maximum entre le producteur et le consommateur (Ministère (...)

15La plupart des structures de production étudiées commercialisent la totalité de leurs fleurs en circuits courts9 et combinent plusieurs modes de vente : vente pour l’évènementiel, vente sur un marché de plein air, vente auprès de fleuristes et jardineries, vente en ligne (via un site personnel ou sur une plateforme comme La Ruche qui dit Oui), sur l’exploitation, en dépôt vente sur une autre exploitation, vente via un magasin bio ou un magasin de producteurs, vente au cours d’ateliers, ou encore vente pour des décorations de vitrines, etc. Ces structures sont donc fortement intégrées localement. La vente directe dans le cadre d’une prestation dans l’évènementiel ou sur un marché de producteurs contraste avec les pratiques dominantes des producteurs de fleurs coupées qui réalisent 45 % de leur chiffre d’affaires via des grossistes et 25 % via des grandes et moyennes surfaces (Valhor, 2020). Les producteurs en AB vendent beaucoup en direct auprès des consommateurs, par choix, mais aussi pour le plaisir : « J’aime aussi cet échange direct avec le client » (P10). C’est aussi parfois une nécessité car les volumes peuvent ne pas être suffisants pour satisfaire un grossiste voire un fleuriste. La contrainte logistique peut également expliquer la vente directe. Plusieurs producteurs déplorent en effet le temps perdu à effectuer des livraisons auprès des fleuristes et le coût induit. Enfin, certains commercialisent par l’intermédiaire d’une plateforme en ligne.

16Globalement, les producteurs testent de multiples modes de vente, s’adaptent et continuent de se former car ils sont souvent installés depuis peu et en reconversion professionnelle.

Des producteurs aux trajectoires de vie communes

17Les producteurs se ressemblent.

18Pour la plupart, il s’agit de femmes en reconversion et sans formation horticole voire agricole ou de fleuristes qui souhaitent s’auto-approvisionner (stratégie de sécurisation des approvisionnements et d’intégration verticale). Sur les 13 personnes concernées par l’enquête, dix sont des femmes. Elles travaillent parfois en couple. Une n’est pas productrice mais chargée de communication dans une structure qui n’emploie que des femmes en insertion. Les trajectoires de formation sont multiples mais se ressemblent souvent. Certains avaient déjà une formation agricole (BAC professionnel, BTS horticole) et/ou travaillaient déjà dans l’agriculture, mais pour la plupart, avant de s’installer, ils se sont tournés vers une formation en production et/ou en fleuristerie. Alors que certains ont suivi une formation dans l’horticulture (BTS horticole), d’autres ont choisi une formation dans le maraîchage (BPREA maraîchage), ou en fleuristerie (CAP fleuriste), ou encore, en ligne à l’étranger (Floret Flowers, 2021). Les formations proposées en France semblent souvent insuffisantes pour répondre à leurs besoins. En effet, cultiver des fleurs en AB sur une petite surface tout en maîtrisant la commercialisation en circuits-courts nécessite un savoir-faire de fleuriste pour proposer aussi bien des bouquets que des bottes. Les formations en maraîchage en AB se rapprocheraient davantage des besoins en techniques de production par rapport aux formations horticoles, considérées comme trop axées sur les méthodes conventionnelles, alors que le CAP fleuriste apporte uniquement la technique des bouquets : « toutes les formations que je trouvais dans les fleurs étaient très orientées conventionnel, avec fleurs chauffées et tout ça » (P4) ; « Ici dans la région c’est compliqué pour se former. Il y a un brevet horticole mais ce n’est pas forcément sur les fleurs coupées » (P12). Se former en ligne permettrait de répondre aux deux besoins tout en apprenant à son rythme et dans un temps réduit qu’est celui de la reconversion. Enfin, la réalisation de stages chez d’autres producteurs en France ou à l’étranger constitue une part importante de la formation de cette nouvelle génération de producteurs.

19Outre un manque évident de formations pour la production de fleurs coupées en AB en France, d’autres enjeux viennent compromettre son émergence tels que le fossé entre la réglementation en AB et la réalité de l’offre en semences, bulbes et plants labellisés ; mais aussi le manque de valorisation du label pour les fleurs coupées.

…dont la reconnaissance est balbutiante…

Un cahier des charges inadapté ?

20En l’absence de réglementation spécifique pour les fleurs coupées, les producteurs appliquent les règlements européens concernant la production biologique et l’étiquetage des végétaux. Or, les fleurs ornementales y sont très peu mentionnées (Inao et Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2020). La rareté et la nouveauté de la production de fleurs coupées en AB ainsi que les similitudes apparentes avec la production d’autres végétaux (fruits, légumes, aromatiques, vignes) l’expliquent. Cependant, certains producteurs déplorent qu’une attention plus particulière ne soit pas portée aux fleurs : « On se glisse dans le système existant mais c’est pas du tout adapté à la fleur. C’est basé sur du comestible » (P9) ; « Le cahier des charges est trop strict pour les fleurs actuellement » (P7).

  • 10 Pour éviter les lourdeurs, les termes « matériel végétal » seront employés par la suite.

21Le principal enjeu réglementaire concerne les semences – graines de fleurs – et le matériel de reproduction végétative – tubercules, bulbes, etc. – disponibles en AB10. Leur disponibilité est réduite : « Pour tout ce qui était plantes vivaces et bulbes il n’y avait rien en bio (…) ça a drôlement évolué (…) tulipes introuvables en bio » (P5) ; « [les griffes de pivoines] n’existent pas en bio » (P11) ; « hortensia : zéro pépinière en France » (P9).

22Les producteurs pointent du doigt un manque de choix et surtout des variétés inadaptées à la production de fleurs coupées. En effet, il existe peu de fournisseurs en AB en France pour les fleurs coupées proprement dites et ils proposent davantage des plantes compagnes du potager (tagète), des plantes comestibles (bourrache) ou des plantes oléagineuses (tournesol) plutôt que des variétés ornementales à couper. De plus, les fournisseurs étrangers affichent souvent plus de diversité et des prix plus attractifs : « En graines, bio pas terrible (La Ferme de Sainte Marthe, Biaugerme) très limité. Prix très élevés » (P9) ; « un peu Germinance, Voltz. Certains sont basés en France, mais on ne sait pas où ils achètent leurs graines » (P7).

23Or, les règlements stipulent clairement qu’une dérogation doit être obtenue auprès de l’organisme pour pouvoir semer et planter des variétés non certifiées AB. La dérogation peut être demandée seulement après vérification de l’absence de la variété : « ça demande un travail supplémentaire. Par exemple, pour les dahlias, on doit aller voir quatre producteurs de dahlias avant de demander la dérogation pour une variété » (P12).

24Par l’intermédiaire de cette dérogation, les producteurs demandent l’autorisation d’utiliser du matériel végétal non certifié AB mais non traité. Si la dérogation est accordée, une période de conversion est alors imposée. Cette période dépend de la pérennité de la plante : elle est de trois ans pour une plante vivace comme le rosier et de deux pour une annuelle comme le cosmos. La première année, les fleurs commercialisées sont considérées comme produites en conventionnel (C1) ; la seconde année, elles sont certifiables « produits en conversion vers l’AB » (C2) et ce n’est qu’au bout de 24 ou 36 mois qu’elles peuvent être vendues sous la mention AB. Cela rend compliqué la communication commerciale : « Quand tu te retrouves (…) sur le marché (…) [avec des] fleurs bio et déclassées dans les bouquets. Je ne mets même plus le logo » (P9).

25La plupart des producteurs de fleurs coupées en AB demandent ces dérogations et sont amenés à multiplier ces requêtes à cause de leur diversité variétale. Ces démarches chronophages sont souvent rédhibitoires et certains songent à se passer de la certification, d’autres hésitent à la demander : « Les agents sont perdus, ils ne savent pas trop comment me prendre. C’est rare une exploitation bio avec 200 variétés sur 1 ha. Je n’ai même pas 1 ha » (P3) ; « Ce qui n’est pas adapté, c’est qu’il n’y a pas d’offres en semences bio. On est obligé de demander des dérogations. Et ça c’est très très lourd. (…) Ce que je ne comprends pas c’est qu’on soit tous amené à faire ça individuellement alors que c’est un problème collectif. (…) Petite exploitation, petits volumes, je n’ai pas envie d’avoir 50 fournisseurs différents (…) pas compréhensible (…) C’est ce qui me rebute de la certification, passer autant de temps à faire des choses inutiles (…) » (P6).

26D’autres tempèrent toutefois ce constat : « Pour les dérogations, ce n’est pas assez expliqué je trouve (…) tout le réseau est un peu à construire (…). Pour le moment oui [le cahier des charges est adapté] mais je n’ai pas assez de recul. (…) Il faudrait un cahier des charges où il y a moins de dérogation (…) mais il faut quand même qu’ils arrivent à pouvoir contrôler (…) il ne faudrait pas que ça freine les gens qui veulent s’installer en bio » (P12).

27Si l’on oublie le temps et l’énergie perdus à demander ces dérogations – à relativiser donc –, cela souligne tout de même une incohérence pour certains producteurs. L’application des règlements les incite à importer leur matériel végétal en AB plutôt qu’à se fournir en local en non labellisé : « Pour mes plants, je pourrais (…) aller chercher des plants bio en Hollande, mais j’ai des petits fournisseurs autour de chez moi (…). Je préfère prendre chez eux parce ce sont mes voisins (…), je sais que les plants vont être adaptés » (P9) ; « Moins cher. Il n’y a pas de TVA comme c’est à l’étranger. Les Hollandais sont bons aussi. C’est eux qui détiennent toutes les griffes de pivoines pratiquement. Ils ont des conseillers à tout va qui parlent français, anglais, ils sont bons » (P11).

28Pour pallier ce problème, mais aussi pour des raisons économiques, les producteurs reproduisent souvent leurs propres semences et plants, mais cette pratique n’est pas totalement satisfaisante car les graines obtenues n’ont pas un taux de germination optimal et ne donnent pas toujours les fleurs voulues : « je reproduis celles facilement récupérables ou qui coûtent cher (…) parfois, je préfère acheter pour avoir des graines de qualité » (P4).

29L’enjeu n’est donc pas tant le cahier des charges mais plutôt le manque voire l’absence de produits chez les fournisseurs. Cela n’est pas si surprenant compte-tenu du développement très récent de la production de fleurs coupées en AB. Les véritables enjeux concernent la valorisation des fleurs une fois labellisées.

Un label peu valorisé

30En 2006, Caroline Widehem écrit : « Les politiques en matière de qualité « produit » destinées au consommateur final tels que labels et logos sur les produits émergent seulement en horticulture ornementale. L’aspect du végétal (et son prix) reste prédominant dans l’esprit du client. La qualité intrinsèque du produit ne sera appréciée qu’après coup et le consommateur ne peut se fier qu’à l’apparence extérieure du produit pour faire son choix » (Widehem, Cadic, 2006). Cela semble toujours vrai aujourd’hui, même si les consommateurs sont de plus en plus nombreux à accorder de l’importance à l’origine des fleurs en plus de l’apparence extérieure. C’est en tout cas ce que rapportent plusieurs producteurs qui mettent en avant le label AB mais sont confrontés à des fleuristes et/ou des consommateurs qui recherchent avant tout des fleurs locales et en direct du producteur : « les fleuristes sont intéressés par le local et pas par le bio » (P13). Certains producteurs nuancent toutefois. Dans le cadre de certains modes de vente, les consommateurs s’intéressent également au label AB : « Les consommateurs sur le marché (…) n’ont pas le même discours » (P13) ; « On a créé une boutique en ligne pour les consommateurs. On a plus de retours sur le bio comme ça. Les gens sont quand même intéressés d’acheter bio » (P7).

31Le manque de valorisation de la production en AB se ressent également à travers les prix, qui ne sont pas plus élevés que pour les fleurs non labellisées. Ce phénomène est renforcé par des producteurs qui faute de mercuriale pour les fleurs coupées en AB peinent à fixer le juste prix. Ils se basent tous sur les prix du marchés – fixés par les enchères hollandaises –, sur les prix des fleuristes et tentent de couvrir leurs coûts de production : « (…) plus chers que l’horticulteur d’à côté mais moins chers que le fleuriste (…) je travaille beaucoup mais je gagne très mal ma vie (…) Il faut accepter ça aussi » (P5) ; « (…) On n’a pas des prix fixes mais on est moins cher que la Hollande. Il faudrait qu’on s’aligne. Je sais que pour les fleuristes c’est compliqué financièrement, donc je ne peux pas vendre 10-20 cts plus cher parce que c’est bio » (P12).

32Aux enchères, les fleurs en AB ne sont pas valorisées. Aussi, plusieurs producteurs ont-ils arrêté de commercialiser leurs fleurs via les enchères : « Au marché aux fleurs les prix sont cassés en grosses quantités. (…) « Au marché aux fleurs, ils ne mettent pas de côté [les fleurs en AB par rapport aux conventionnelles]. Les prix sont les mêmes que les autres » (P11). Par ailleurs, les fleurs produites en AB ne satisfont pas les exigences des enchères en termes de standardisation : « Mes fleurs ont des bestioles. (…) » (P11).

33En grande distribution non plus, les fleurs en AB ne sont pas valorisées : « Avec la grande distribution nous n’avions pas de retour [en termes de prix] par rapport à la qualité de ce qu’on faisait, les prix étaient très bas » (P7).

34Concrètement – même s’il parle aux consommateurs français – le logo lui-même est compliqué à valoriser. En effet, il est difficile à apposer sur une fleur et entre complètement en contradiction avec l’engagement environnemental des producteurs et fleuristes lorsqu’il apparaît sur un emballage en plastique. Le logo est visible sur les stands de marchés de plein air, sur les sites web mais pas chez les fleuristes, qui sont pourtant des lieux d’achats de fleurs majeurs.

35Qui dit fleurs coupées en AB, dit fleurs de saison. Or, la saisonnalité des fleurs est mal connue des consommateurs qui sont nombreux à vouloir des fleurs de contre-saison sans en avoir forcément conscience. La production en AB entre en contradiction avec les tendances profondes de la demande. Ainsi, la demande en roses explose pour la Saint-Valentin, quand il n’y a pas de roses chez les producteurs français en AB. En effet, pour fleurir au mois de février, un rosier doit être cultivé sous serres chauffées, infrastructures plutôt rares en AB. Seuls quelques producteurs conventionnels, majoritairement implantés dans le Sud de la France, peuvent encore offrir ces roses de contre-saison (Figure 3). Le reste provient de l’étranger.

Figure 3. Production de roses coupées dans le Var.

Figure 3. Production de roses coupées dans le Var.

Réalisation : Léa Benoit, juin 2019

36De plus, les disparités en termes de climat – et de type de production – rendent la saisonnalité différente suivant l’endroit où l’on se trouve en France et mettent donc en concurrence les producteurs de différentes régions. Par exemple, une productrice bretonne explique que lorsque ses tulipes sont prêtes à être commercialisées en avril, les fleuristes en ont déjà en provenance du Var depuis novembre et en ont assez. Pour se démarquer, elle a donc fait le choix de l’originalité en produisant des tulipes parfumées ou des tulipes doubles.

37Les producteurs doivent donc trouver des fleuristes-détaillants qui s’adaptent à ce qu’ils sont en mesure de proposer. Cela incite à des partenariats entre producteurs et fleuristes, entre producteurs pour cultiver des fleurs alternatives, dites « tendances », mais de saison, en évitant de se concurrencer : « Mon objectif c’est aussi de monter des partenariats avec d’autres producteurs (…) » (P6).

38En plus des disparités pour la saisonnalité, il existe des différences en termes de consommation. A la différence des fruits et légumes, la fleur coupée est un produit plutôt destiné aux villes. Les producteurs ruraux cherchent à vendre leurs fleurs dans les villes les plus proches plutôt que dans la campagne environnante où les habitants produisent souvent déjà des fleurs dans leur propre jardin : « ça nous intéresse pas parce que ce sont des bouquets champêtres et les gens les ont ici dans les jardins » (P10) ; « (…) je suis en zone rurale (…) [et les gens] ont les mêmes à la maison (…) Je ne peux pas avoir de boutique » (P3).

39Une différence entre le Nord et le Sud de la France apparaît également. Les ventes sont plus difficiles dans le Sud l’été à cause de la chaleur : « Les ventes ralentissent quand il fait trop chaud » (P7).

40Enfin, produire des fleurs en AB, c’est aussi se démarquer par des critères de qualité différents de ceux plébiscités par le marché. Ainsi, les producteurs en AB valorisent une production sans produit chimique, éphémère, avec des bouquets déstructurés, alors que les critères mis en avant habituellement sont plutôt la durée de vie en vase la plus longue possible, la standardisation et le calibrage, idéal notamment pour le transport des fleurs dans des boîtes en carton. Or, les fleurs en AB se voient souvent reprochées leur manque de standardisation, alors qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des tiges identiques dans une botte. En effet, ces fleurs sont destinées à être utilisées séparément et à ne pas être transportées sur de longues distances. L’aspect moins uniforme des bottes et bouquets leur vaut souvent le qualificatif de « champêtre », terme repris par des producteurs eux-mêmes (Figure 4). Cependant, cela peut parfois leur faire du tort car il connote un travail artisanal, non professionnel. Une productrice ironise d’ailleurs à ce sujet : « Pour mes clients, je suis en bio, donc je fais de la fleur des champs. Le jour où tu trouveras du lisianthus dans les champs (…) » (P9).

Figure 4. Bouquet déstructuré, « champêtre », préparé pour un mariage.

Figure 4. Bouquet déstructuré, « champêtre », préparé pour un mariage.

Source : Eglantines-etc.

41La reconnaissance des fleurs en AB est donc encore balbutiante tant au niveau de l’origine, que des prix, du logo, de la saisonnalité ou de l’aspect des fleurs. Cela est surtout dû à un manque de connaissances des consommateurs et des fleuristes. La demande ne semble donc pas prête à accepter les fleurs produites en AB ; or, la production de fleurs coupées en AB se développe. Il faut donc chercher les raisons de ce développement du côté de l’offre, des producteurs et de leurs motivations.

…mais en phase avec des dynamiques sociologiques profondes

42Aucun travail académique en sciences sociales ne semble pour l’instant avoir été réalisé sur les fleurs en AB. Cependant, des travaux plus généraux sur l’AB, le mouvement Slow et de nouveaux modèles d’exploitation alternatifs proposent des éléments d’analyse utiles pour étudier le développement de la production de fleurs coupées en AB.

« Se regrouper sans vraiment se regrouper » (P1)

43Les pratiques en termes de production et de commercialisation et les trajectoires de vie communes des producteurs sont guidées en partie par les motivations convergentes des néo-producteurs.

44Certaines sont très pragmatiques. Ainsi, il arrive que ce soit le terrain qui soit labellisé avant la production. Le terrain est déjà labellisé ou doit l’être ce qui oblige le producteur à adapter ses pratiques (« Je n’ai pas eu le choix. Le terrain est déjà certifié » (P13)), ou parce que le détaillant l’exige (Biocoop).

45Cependant, plus généralement ce sont des motivations plus personnelles liées à la santé, à l’environnement et à une volonté de transparence envers les consommateurs qui ressortent : « bio ce n’est pas que ce qu’on mange (…) pas que pour ma petite personne aussi, pour tout ce qu’il y a autour » (P5). Plusieurs producteurs invoquent le « sens » ou encore une « philosophie » pour qualifier leur mode de production. La notion de plaisir est également très présente. Produire selon les principes de l’AB apparaît alors comme un engagement en termes de mode de vie allant au-delà de la production agricole comme activité rémunératrice : « Je voulais faire quelque chose qui me parlait » (P10) ; « C’est un environnement et je suis heureuse dans les fleurs. (…) Du plaisir de la graine au bouquet » (P6).

  • 11 Près d’un an et demi après les derniers entretiens de l’enquête, en avril 2022, l’association co (...)

46Cet engagement est concrétisé par l’adhésion de ces producteurs à différentes associations telle que le Collectif de la fleur française (CFF). En juillet 2021, sur la centaine11 de producteurs adhérents, 33 sont engagés en AB et 1/3 d’entre eux ont participé à la Journée de la fleur française organisée par cette même association le 27 juin 2021 (Collectif de la fleur française, 2021) (Figure 5).

Figure 5. La place de l’agriculture biologique au Collectif de la fleur française en 2021.

Figure 5. La place de l’agriculture biologique au Collectif de la fleur française en 2021.

Réalisation : Léa Benoit, septembre 2021 (QGIS)
Sources : Collectif de la fleur française (2021), OpenStreetMap (2018, 2021)

47Cela témoigne d’une réelle volonté de s’inscrire comme des acteurs du Slow Flowers dont le CFF se revendique : « Le Collectif de la fleur française est une association au service du Slow flower. (…) » (Collectif de la fleur française, 2021).

48Mal défini, ce concept polysémique promeut une production de fleurs « naturelles » - de saison, de plein air - et une commercialisation la plus locale possible en opposition avec la chaîne de valeur globale dominante. Il s’agit à la fois des fleurs en elles-mêmes, d’un mouvement social et d’un réseau à différentes échelles. Plusieurs producteurs et fleuristes adhèrent au Slow flowers mais aussi à l’association qui promeut ce mouvement : le Collectif de la fleur française. Cette association est en lien avec d’autres associations du même type : Flowers from the farm, Belgium Slow Flowers. Les termes Slow Flowers font également partie du titre d’un livre publié par l’auteure états-unienne Debra Prinzing en 2013. Elle y propose un bouquet de fleurs locales et de saison par semaine (Prinzing, 2013).

49Ainsi, les fleurs n’échappent pas au mouvement Slow. D’abord lié à Slow Food créé en 1989 en Italie en opposition au fast-food, le terme Slow s’est ensuite propagé dans les années 2000 à de nombreux domaines (Diestchy, 2015).

50L’adhésion au Collectif de la fleur française et au Slow Flowers sont des éléments de mise en réseau et de promotion importants pour de nombreux producteurs de fleurs coupées en AB : « Il y a beaucoup de monde qui me contacte via le Collectif » (P12) ; « Rien que d’appartenir au Collectif c’est une forme de label déjà » (P13).

51Ces éléments corroborent l’article de Denise Van Dam, Jean Nizet et Michel Streithqui analysent le développement de l’AB au prisme des émotions. Pour reprendre les termes de l’article, il s’agirait d’un « nouveau mouvement social », une « contestation du modèle dominant tout en élaborant un contre-modèle » via des « référentiels éthiques et de certifications (…) cherchant à créer un nouveau cadre de régulation des activités économiques dans l’espace mondial » (Van Dam, Nizet et Streith, 2012). Il s’agit donc d’une alternative éthique et écologique à la chaîne de valeur globale dominée par les roses.

52Plusieurs producteurs adhèrent également à des structures agricoles locales susceptibles de leur apporter conseils et soutiens (Chambres d’agriculture, Groupements d’agriculture biologique, Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural, Syndicat du centre régional d’application et de démonstration horticole d’Hyères, Société du marché aux fleurs d’Hyères). Cependant, au moins deux d’entre eux se sont vu refuser de l’aide de la part de groupements en AB au prétexte que la culture des fleurs bio était inconnue : « Nous n’avons pas besoin que de conseils culturaux (…) mais aussi du réseau » (P6).

53Autre point marquant, le développement de ces néo-productions en AB s’effectue sans l’interprofession horticole française (Valhor), qui est d’ailleurs inconnue de plusieurs producteurs : « (…) je ne sais même pas ce que c’est » (P4) ; « Pour eux, on est une niche » (P7).

54La production de fleurs coupées en AB semble finalement davantage ancrée que ce que l’on pourrait penser en regardant la carte grâce à différents réseaux locaux, nationaux et internationaux et pourrait être à l’origine d’un nouveau mouvement social. Enfin, si l’on change d’échelle pour replacer la production de fleurs en AB parmi les autres productions florales et même agricoles plus largement, nous pouvons faire le rapprochement avec un modèle agricole récent : celui des microfermes maraîchères.

Les fermes florales : un nouveau modèle de microfermes pour les fleurs ?

  • 12 Cela n’empêche pas pour autant la pratique du fermage.

55La production de fleurs coupées en AB serait le fait de « fermes florales, des structures de production qui se démarquent des exploitations plus conventionnelles par leur taille, leurs pratiques culturales et leurs modes de vente : « Il faut être bio, local et pas trop gros (…) il faut quelque chose de cohérent. Juste le label bio ça ne va pas suffire » (P3)12.

56Ces fermes florales répondent en partie aux caractéristiques des microfermes maraîchères analysées par Kévin Morel : taille réduite des structures, diversité des plantes, nouveauté, reconversion hors cadre avec une part importante de la formation réalisée sur le terrain, pratique des circuits courts, dimensions sociale et écologique, travail manuel, etc. (Morel, 2019).

57Cependant, elles s’en différencient aussi en plusieurs points.

58La diversité des espèces et des variétés paraît plus grande sur des superficies pourtant plus réduites (de 60 à plusieurs centaines de variétés produites suivant les structures). La multi-activité agricole est courante. Ces fermes font souvent partie d’exploitations plus grandes où des céréales ou des fruits et légumes sont produits par exemple.

59Deuxièmement, pour les producteurs, le développement des installations est plus récent que celui du micro-maraîchage.

60Troisièmement, l’apparente plus grande représentativité de femmes à la tête de ses structures ou du moins sur le devant de la scène est également une différence. S’agit-il d’auto-censure de la part de femmes qui se limiteraient aux fleurs en pensant que cela est plus accessible physiquement ? Sont-elles encouragées à se tourner vers cette pratique agricole ? La forte représentation du sexe féminin parmi les fleuristes induit-elle cette représentativité dans les fermes florales ? A la question « Pourquoi y-a-t-il autant de femmes ? », une productrice répond : « Je pense que c’est super difficile de se faire une place dans l’agriculture (…) Moi dans ma formation j’ai subi du sexisme (…) Une femme doit tout le temps prouver (…) physique. Les hommes sont moins attirés par (…) les fleurs alors qu’ils aiment ça. (…) On me disait ‘Ah oui, mais vous êtes la commerciale’ (…) On va dire que je suis coquette à la ville. Et quand on va chercher (…) maquillée avec bijoux on a du mal à imaginer les mains dans la terre » (P4). Quant au côté « moins » physique de la production, elle répond : « c’est complètement faux (…) la production c’est un métier de bourrin (…). Une fleur ça se coupe bas (…) un seau d’eau, c’est aussi lourd qu’une cagette de tomates (…) le boulot de maraîcher : oui c’est physique, mais tout le monde peut le faire ».

61Quatrièmement, les fleurs coupées ne sont pas comestibles, ou du moins, ne sont pas vouées à l’être. La dimension holistique du paysage comestible de Kevin Morel est donc moins présente, même si beaucoup de structures de production s’intègrent à leur environnement proche. Comme elles ne sont pas destinées à être mangées, les fleurs suscitent surtout moins d’intérêt pour l’instant quant à leurs modes de production et de commercialisation. Leur statut « non essentiel » pendant le premier confinement est en ce sens révélateur. La non-valorisation du label AB également. Quid de l’exposition des travailleurs agricoles, des fleuristes et de la pollution des sols et de l’eau : « Les pesticides sont répandus au sol, comme c’est bas on est juste au-dessus » (P7) ; « pire que les légumes en termes de produits chimiques dans la mesure où il n’y a que l’esthétique » (P5).

62Cinquièmement, les fleurs sont davantage perçues comme un produit de luxe. En ce sens, le monde des fleurs se rapproche davantage du monde du vin ou de la mode par exemple que de celui du maraîchage. Les prix sont plus élevés que pour des fruits et légumes et les fleurs sont souvent destinées à être offertes ou à participer à une cérémonie (mariage, enterrement). Le côté esthétique est très important, les espèces/variétés des fleurs mais aussi les couleurs sont très liées à la mode – il existe d’ailleurs des tendanceurs – et déconnectées des saisons.

63Ce côté esthétique est très symptomatique du capitalisme esthétique de Lipovetsky et Serroy. Ils avancent que « Si le capitalisme engendre un monde ‘inhabitable’ ou ‘le pire des mondes possibles’, il est également à l’origine d’une véritable économie esthétique et d’une esthétisation de la vie quotidienne (…) ». Pour eux, nous évoluerions dans un « cycle nouveau marqué par une relative dé-différenciation des sphères économiques et esthétiques » dans lequel « plus s’impose l’exigence de rationalité chiffrée du capitalisme et plus celui-ci donne une importance de premier plan aux dimensions créatives, intuitives, émotionnelles ». L’esthétique des fleurs est en jeu mais pas seulement. Ainsi, mêmes les métiers sont esthétisés : « Les termes utilisés pour désigner les professions et les activités économiques portent également la marque de l’ambition esthétique : (…) les fleuristes [sont] des artistes floraux » (Serroy, Lipovetsky, 2016, pp. 12-13 et 30).

64Sixièmement, le secteur des fleurs coupées est fortement internationalisé et la production française très concurrencée. La mention de l’origine n’étant pas obligatoire pour les fleurs, le consommateur peut rarement faire le choix d’acheter français. De plus, les prix des fleurs conventionnelles sont fixés à l’étranger. Les producteurs en AB tentent de s’en démarquer en pratiquant des prix en lien avec leurs coûts de production, mais il est difficile de vendre des fleurs à un prix trop déconnecté des prix du marché.

65Septièmement, la saisonnalité n’est pas la même qu’en maraîchage. La commercialisation des fleurs est très liée aux fêtes calendaires – Saint-Valentin, fête des mères – et aux évènements de la vie – mariages, enterrements.

66Dans notre panel, deux exploitations ne semblent pas rentrer dans la case des fermes florales. Trop grande ou trop spécialisée sur une seule espèce, elles sont pourtant bel et bien en agriculture biologique. S’agit-il d’un idéal-type à atteindre ou d’un modèle complètement différent ?

67Ensuite, en dehors du panel, de nombreuses exploitations présentent les mêmes caractéristiques que les fermes florales présentées plus haut, alors qu’elles ne sont pas en AB. Elles sont définies comme « sans traitement », « en permaculture », etc. et s’opposent tout autant aux exploitations conventionnelles que les fermes florales en AB. Parfois, elles ne sont pas labellisées car cela n’est pas possible, mais cela est souvent un choix.

68Leur cas ne sera pas détaillé ici, mais soulève beaucoup de questions qui mériteraient d’être traitées comme les possibilités de pratique d’une production « naturelle » en marge des règlementations officielles de l’AB ou encore l’entente possible dans le cadre du mouvement Slow Flowers entre producteurs labelisés et non labellisés. Le Collectif de la fleur française se retrouve d’ailleurs confronté à ces enjeux dans sa quête de transparence et d’harmonisation.

69A l’image de l’agriculture en général, le secteur des fleurs est lui aussi dominé par une bipolarisation de l’agriculture avec, comme suggéré par Kevin Morel : « d’un côté la progression des exploitations agricoles de plus en plus grandes, industrialisées, capitalisées et orientées vers les marchés mondiaux et de l’autre côté des petites fermes multi-fonctionnelles tournées vers des circuits de niches de proximité à haute valeur ajoutée (Kirschenmann et al., 2008) » (Morel, 2019). Les exploitations intermédiaires de fleurs coupées sont en déclin. Elles ont tendance à disparaître, se tourner vers la culture de légumes hors sol pour rentabiliser les serres (concombres) ou la culture de légumes en AB.

Conclusion

70Pour conclure, un nouveau modèle de production de fleurs coupées en AB émerge. Il est principalement le fait de structures de production inférieures à 5000 m2, où sont produites plusieurs dizaines de fleurs différentes, toujours de saison et sans apport de produits chimiques. Les fleurs sont vendues localement, en vente directe souvent et en circuits courts presque toujours. Les producteurs sont majoritairement des femmes en reconversion professionnelle, souvent autodidactes et non issues du milieu agricole.

71La reconnaissance de cette production est à l’image de sa nouveauté : émergente. Le cahier des charges en AB paraît adapté aux fleurs coupées, puisque leur culture se rapproche de celles d’autres végétaux, mais le manque de semences, plants et bulbes labellisés est contraignant. Il oblige les producteurs à solliciter auprès des auditeurs un grand nombre de dérogations et conduit à des incohérences. Ainsi, certains producteurs sont-ils obligés de s’approvisionner en semences et plants à l’étranger. Quant à la valorisation des fleurs sur le marché, elle se heurte à l’ignorance des consommateurs comme des fleuristes. La question du juste prix reste toujours pendante.

Haut de page

Bibliographie

60 MILLIONS DE CONSOMMATEURS (2017) « Des roses à la Saint-Valentin, mais pas des pesticides ! », 60 millions de consommateurs, 10 février, https://www.60millions-mag.com/2017/02/10/des-roses-la-saint-valentin-mais-pas-des-pesticides-10960

AGENCE BIO (2021), Le bio, acteur incontournable de la souveraineté alimentaire, https://www.agencebio.org/wp-content/uploads/2021/07/AGENCE-BIO-JUILLET2021-V08-interactif.pdf

AGENCE BIO (2021), L’annuaire officiel, https://annuaire.agencebio.org/recherche-avancee

COLLECTIF DE LA FLEUR FRANçAISE (2021), Journée de la fleur française, https://www.collectifdelafleurfrancaise.com/journee-de-la-fleur-francaise/

COLLECTIF DE LA FLEUR FRANçAISE (2021), Page d’accueil, https://www.collectifdelafleurfrancaise.com/

DELMAS A. (2018), « Saint-Valentin. Fleurs coupées, la face sombre des bouquets », Libération, 14 février, https://www.liberation.fr/france/2018/02/14/fleurs-coupees-la-face-sombre-des-bouquets_1629320/

DIESTCHY M. (2015), « Tensions et compromis dans les valeurs spatiales du slow, Carnets de géographes, https://journals.openedition.org/cdg/291

ETUDE NUTRINET SANTE (2021), Webinaire avec le Dr Emmanuelle Kesse-Guyot : Alimentation bio, pesticides et cancer – Résultats des dernières recherches BioNutriNet, https://etude-nutrinet-sante.fr/article/view/376-Webminaire-avec-le-Dr-Emmanuelle-Kesse-Guyot- :-Alimentation-bio,-pesticides-et-cancer---R %C3 %A9sultats-des-derni %C3 %A8res-recherches-BioNutriNet

FLORET FLOWERS (2021), https://www.floretflowers.com/

FRANCEAGRIMER (2021), La filière horticulture, https://www.franceagrimer.fr/filiere-horticulture/La-filiere-Horticulture

FRANCE INTER (2022), « Faut-il encore offrir des roses pour la Saint-Valentin ? », France Inter, 10 février, https://www.franceinter.fr/environnement/faut-il-encore-offrir-des-roses-pour-la-saint-valentin

GARRIC A. (2015), « Les roses épineuses de la Saint-Valentin », Le Monde, 10 février, https://www.lemonde.fr/planete/article/2015/02/13/au-kenya-les-epineuses-roses-de-la-saint-valentin_4575835_3244.html

INAO et MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ALIMENTATION (2020), Guide de lecture pour l’application des règlements CE n° 834/2007 et CE n° 889/2008 relatifs à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques.

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ALIMENTATION (2022), Qu’est-ce que l’agriculture biologique ?, https://agriculture.gouv.fr/quest-ce-que-lagriculture-biologique

MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE LA RELANCE (2021), Définition circuits courts, https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/produits-alimentaires-commercialises-en-circuits-courts-0

MOREL K. (2019), « Les projets néo-paysans de microfermes en France : quelles visions et quelles pratiques agricoles alternatives », Bulletin de l’association de géographes français, 96, pp. 659-675, https://journals.openedition.org/bagf/6072

PREFET DE LA GIRONDE (2016), Arrêté préfectoral fixant la surface minimale d’assujettissement pour le département de la Gironde.

PRINZING D. (2013), Slow Flowers. Four Seasons of Locally Grown Bouquets from the Garden, Meadow and Farm, St. Lynn’s Press.

SERROY J., LIPOVETSKY G. (2016), L’esthétisation du monde, Gallimard.

VALHOR (2020), Filière française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, https://www.valhor.fr/etudes-statistiques/la-filiere-en-chiffres/

VAN DAM D., NIZET J. & STREITH M. (2012), « Les émotions comme lien entre l’action collective et l’activité professionnelle : le cas de l’agriculture biologique », Nature Sciences Société, 20, pp. 318-330, https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2012-3-page-318.htm

WIDEHEM C., CADIC A. (2006), L’horticulture ornementale française, Inra.

Haut de page

Notes

1 Les quatre branches de la filière horticulture sont : les fleurs et feuillages coupés, les plantes en pot et à massif, les végétaux de pépinières et les bulbes à fleurs (FranceAgriMer, 2021).

2 Seule une personne n’est pas productrice à proprement parler mais chargée de communication d’une exploitation.

3 Association de loi 1901 qui promeut la production et la commercialisation de fleurs françaises et de saison.

4 Pour respecter la demande de certains d’entre eux, l’ensemble des citations sera anonymisé dans le texte qui suit sous la forme (P1), (P2), (P3), etc., « P » correspondant à « producteur » ou « productrice ».

5 Nature et Progrès est un « système de garantie participatif » plus ancien que le label AB (1964). Bien que non reconnu en France, il est présent en distribution spécialisée dans les produits issus de l’AB.

6 Lorsque la surface de production est inférieure à une certaine surface (5000 m2 en Gironde pour une production de plein air), le producteur peut prétendre au statut de cotisant solidaire (Préfet de la Gironde, 2016).

7 Contrat d’appui au projet d’entreprise.

8 Seules trois des structures de l’enquête se démarquent des autres : l’une est spécialisée sur une espèce, une autre produit pour moitié des roses et pour moitié des fleurs diversifiées, enfin la troisième produit sur des surfaces beaucoup plus importantes et se rapproche en cela des exploitations plus classiques.

9 C’est-à-dire avec un intermédiaire au maximum entre le producteur et le consommateur (Ministère de l’économie, des Finances et de la Relance, 2021).

10 Pour éviter les lourdeurs, les termes « matériel végétal » seront employés par la suite.

11 Près d’un an et demi après les derniers entretiens de l’enquête, en avril 2022, l’association compte plus de 360 membres (Collectif de la fleur française, 2022).

12 Cela n’empêche pas pour autant la pratique du fermage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les exploitations en agriculture biologique produisant des fleurs coupées en France métropolitaine en 2021 d’après l’Agence Bio.
Crédits Réalisation : Léa Benoit, septembre 2021 (QGIS)Sources : Agence Bio (2021), OpenStreetMap (2018, 2021)
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55025/img-1.png
Fichier image/png, 153k
Titre Figure 2. Une production diversifiée en plein air et sous serres froides.
Crédits Réalisation : Léa Benoit, 2021
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 3. Production de roses coupées dans le Var.
Crédits Réalisation : Léa Benoit, juin 2019
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 4. Bouquet déstructuré, « champêtre », préparé pour un mariage.
Crédits Source : Eglantines-etc.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 5. La place de l’agriculture biologique au Collectif de la fleur française en 2021.
Crédits Réalisation : Léa Benoit, septembre 2021 (QGIS)Sources : Collectif de la fleur française (2021), OpenStreetMap (2018, 2021)
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55025/img-5.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Benoit, « Produire des fleurs coupées en agriculture biologique en France : la quadrature du cercle ? »Belgeo [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/55025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.55025

Haut de page

Auteur

Léa Benoit

Université Bordeaux Montaigne, Laboratoire Les Afriques dans le Monde, lea.benoit@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search