Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Les secteurs floricoles d’Afrique...

Les secteurs floricoles d’Afrique de l’Est et la pandémie de Covid-19

East African floriculture and the Covid-19 pandemic
Olivier Ballesta

Résumés

La floriculture est-africaine manifeste un haut niveau de dépendance vis-à-vis du marché européen qui a absorbé des volumes en forte croissance sur les vingt dernières années. Le Kenya s’affirme comme le premier pôle de production de fleurs coupées devant l’Éthiopie alors que les autres pays de la région occupent une place beaucoup plus marginale. Le développement de cette filière d’exportation repose sur une organisation logistique qui garantit par voie aérienne un temps d’accès adapté à ce bien périssable et fragile. La pandémie de Covid-19 et les restrictions de mobilité prises au sein des principaux pays importateurs ont subitement désorganisé la filière et privé de travail des milliers d’ouvriers. Passé le choc de la première vague du printemps 2020, le secteur s’est peu à peu redressé grâce à la conversion de plusieurs avions de passagers et au recours plus systématique aux compagnies spécialisées de fret dont le rôle n’a jamais été aussi vital pour le secteur floricole. Au-delà de sa dimension conjoncturelle, la pandémie met en lumière des enjeux fondamentaux auxquels les acteurs devront répondre pour assurer la durabilité de cette activité.

Haut de page

Texte intégral

1Le 11 mars 2020, le directeur général de l’organisation mondiale de la santé (OMS) annonçait que l’épidémie de Covid-19 avait désormais franchi le stade de la pandémie. En quelques semaines, la propagation du coronavirus a fait basculer une grande partie de l’humanité dans une nouvelle réalité contrainte par les restrictions de mobilité et le ralentissement de l’activité économique. La crise sanitaire ébranle les fondements de la mondialisation des échanges (Carroué, 2020). Les interdépendances territoriales nées du déploiement des chaînes de valeur à l’échelle de la planète sont devenues des sources de fragilité à la suite du mouvement sans précédent de fermeture des frontières. Cette pandémie ravive ainsi le débat sur la démondialisation et la souveraineté économique des États tout en réinterrogeant le rapport nord-sud (Polet, 2021).

2L’Afrique de l’Est subit ce phénomène de repli après des années marquées par une croissance soutenue de son PIB et de ses exportations de marchandises (BAD, 2021). Dans ce contexte, la floriculture figure parmi les secteurs économiques potentiellement les plus vulnérables. Cette activité s’est développée au Kenya, en Éthiopie, en Ouganda, en Tanzanie et au Rwanda dans le but d’approvisionner les marchés étrangers en fleurs coupées de contre-saison. La grande majorité des fleurs expédiées par voie aérienne se compose de roses cultivées sous serres, complétées par une gamme diversifiée de « summer flowers » (hortensias, œillets, gypsophiles, alstrœmères, chardons…). L’accès aux marchés est par ailleurs facilité par des accords commerciaux permettant à ces pays d’exporter leurs marchandises sans droit de douane ni quota.

3C’est par le prisme de la dépendance qui lie les pays d’Afrique de l’Est au marché européen que nous allons interroger la résilience de ce secteur (Lallau et al., 2018) face au choc de la pandémie de Covid-19. Alors que la crise sanitaire creuse les inégalités à toutes les échelles et menace l’Afrique d’une recrudescence de l’extrême pauvreté (Zeufack et al., 2020), il conviendra d’examiner plus précisément l’impact de la crise sur cette activité qui joue désormais un rôle économique et social clé dans certains pays, ainsi que les adaptations logistiques mises en œuvre pour sécuriser les débouchés commerciaux.

Des systèmes floricoles sous haute dépendance

4Les systèmes floricoles se sont développés selon une double logique de proximité visant à optimiser le temps d’accès au marché européen qui absorbe un peu plus des trois quarts de leur production. A l’échelle de chaque pays, la localisation des unités de production procède d’un compromis spatial entre d’une part les opportunités foncières permettant de jouer sur les effets combinés de la latitude et de l’altitude sur l’inflorescence et, d’autre part, le temps nécessaire pour rallier l’aéroport rendu parfois compliqué par la mauvaise qualité du réseau routier. De plus, la contrainte de la distance qui sépare ces pays des marchés extérieurs ne peut être dépassée qu’au prix d’une bonne connectivité aérienne avec en particulier des vols directs vers Amsterdam, premier pôle mondial pour le commerce des fleurs.

5Cette organisation spatiale et logistique a permis à l’Afrique de l’Est de se hisser en quelques années au troisième rang des régions exportatrices de fleurs coupées dans le monde derrière l’Europe occidentale et l’Amérique centrale. Le commerce des fleurs est ainsi devenu une source majeure de devises qui participe à la réduction des déficits commerciaux. Le Kenya a généré 709 millions de dollars en 2019 (troisième poste en termes de revenus après le thé et le tourisme) alors que le total des exportations de l’Éthiopie s’est élevé à 241 millions de dollars pour cette année pré-Covid-19. La floriculture revêt en revanche une importance bien moindre dans les autres pays d’Afrique de l’Est. Par exemple, le total cumulé des exportations vers l’Europe de l’Ouganda, de la Tanzanie et du Rwanda représente moins d’un dixième des ventes du Kenya.

Une production est africaine de fleurs coupées née des investissements directs étrangers

6La production de fleurs était déjà présente au Kenya dans les années 1960-70 de manière embryonnaire grâce à quelques entrepreneurs d’origine hollandaise et britannique qui ont joué un rôle pionnier. Mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 que les exportations ont véritablement décollé grâce à une accélération des investissements productifs étrangers. Cet essor coïncide avec une structuration de la filière qui a facilité l’attractivité du Kenya et son insertion dans la chaîne de valeur mondiale. En 1996, le service d’inspection phytosanitaire du Kenya (KEPHIS) chargé du contrôle qualité de la production est créé en même temps que le Kenya Flower Council, association rassemblant les producteurs de fleurs et de plantes ornementales. En 1999, le Kenya adhère à l’Union pour les protections des obtentions végétales (UPOV) qui a permis d’instaurer un climat de confiance entre les producteurs locaux et les entreprises étrangères de création variétale. Ces dernières ont désormais l’assurance de percevoir une redevance sur le produit de leur innovation alors que les producteurs disposent d’un catalogue diversifié de cultivars. La principale zone de production kenyane se localise aux abords du lac Naivasha située à environ 110 kilomètres de l’aéroport de Nairobi (Bolo, 2006). Elle abrite à proximité des nombreuses fermes de fleurs (surtout des roses), les bureaux et les serres de sociétés de création variétale comme Dümmen Orange ou De Ruiter. Cette concentration spatiale fait de Naivasha le haut lieu de la territorialisation de la filière kenyane de fleurs coupées. La ville accueille d’ailleurs chaque année une foire internationale qui met en relation l’ensemble des acteurs.

7De par le volume et la diversité de sa production, le Kenya n’a pas d’égal sur le continent africain. C’est aujourd’hui le premier fournisseur de l’Europe (38 % de ses importations).

Figure 1. Les importations de fleurs coupées de l’Union Européenne et du Royaume Uni en provenance de l’Afrique de l’Est.

Figure 1. Les importations de fleurs coupées de l’Union Européenne et du Royaume Uni en provenance de l’Afrique de l’Est.

* Valeur cumulée de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie.

Source : Eurostat

8La spécialisation floricole de l’Éthiopie est en revanche plus tardive (Oqubay, 2015). L’essor des exportations intervient au milieu des années 2000 grâce aux mesures incitatives en faveur des investissements productifs et à une série d’avantages qui avaient déjà fait le succès du cluster kenyan (faible coût de la main-d’œuvre, disponibilités foncières, ressource en eau, connexion aérienne directe avec l’Europe). De grandes sociétés à capitaux étrangers se sont alors implantées, telle l’entreprise hollandaise Sher Afriflora qui a développé sur les bords du lac Ziway la plus grande capacité de production au monde avec 650 ha de serres lui permettant de commercialiser 1,2 milliard de roses chaque année. La filière floricole repose désormais sur environ 170 producteurs et elle rivalise avec les producteurs kenyans, principalement dans le segment intermédiaire destiné aux supermarchés européens. En l’espace de deux décennies, l’Éthiopie s’est affirmée comme le second pays exportateur d’Afrique et elle s’est hissée au troisième rang des fournisseurs du marché européen en valeur derrière le Kenya et l’Équateur.

9Les autres pays d’Afrique de l’Est ont cherché à se positionner sur ce marché d’exportation potentiellement très lucratif mais le développement de la floriculture reste fortement contraint par la concurrence voisine des écosystèmes kenyan et éthiopien. L’Ouganda occupe le 3ème rang des exportateurs est-africains avec des volumes modestes (un peu plus de 10 000 tonnes expédiées vers l’Europe en 2020). La vingtaine de fermes qui compose le secteur est principalement localisée à proximité du lac Victoria, non loin de l’aéroport de Kampala-Entebbe. Le secteur a connu quelques vicissitudes au cours de ces dernières années. Le pays a par exemple été sous le coup d’une interdiction d’exporter en 2014 en raison de la présence de ravageurs dans les fleurs et il a dû améliorer la sécurité phytosanitaire. Plus réduite encore, la production de la Tanzanie se localise dans la partie nord-est du pays, dans les régions d’Arusha et de Moshi (Mwase, 2015). Le gouvernement est récemment intervenu pour soutenir le secteur en reprenant des fermes abandonnées depuis plusieurs années suite à des problèmes financiers dans l’attente de l’arrivée de nouveaux investisseurs. Enfin, le Rwanda est le pays qui a émergé le plus récemment parmi les exportateurs africains. La stratégie d’ouverture du gouvernement rwandais s’est traduite par l’installation d’entreprises étrangères comme Bloom hills issue d’un consortium d’investisseurs japonais qui produit des fleurs de gentiane pour le marché européen. Le gouvernement a aménagé une zone d’activités (Gishari flower park) dans le district de Rwamagana, à une soixantaine de kilomètres de l’aéroport de Kigali, dans le but d’accueillir des entreprises étrangères. Un partenariat public privé avait été engagé avec la société kenyane Shalimar flowers mais après son retrait, c’est finalement une entreprise détenue à 100 % par des fonds publics (Bella flowers) qui s’est installée en 2016 pour produire des roses.

Organisation logistique et connectivité aérienne

10L’exportation des fleurs est-africaines repose sur une organisation logistique qui, en temps normal, garantit par voie aérienne des conditions d’acheminement quasi optimales en termes de rapidité d’accès aux marchés et de maîtrise de la chaîne du froid.

11A l’origine, la filière s’est développée en chargeant les boîtes de fleurs dans la soute des avions de passagers en partance du Kenya pour les Pays-Bas (Button, 2020). Ce mode d’expédition présente l’avantage d’assurer des approvisionnements réguliers en dépit de la capacité limitée de chargement. Au fil des ans, les exportateurs est-africains ont néanmoins pu profiter de l’augmentation de la fréquence des vols de passagers avec l’étranger grâce à l’attractivité touristique grandissante de la région (réserves et parcs nationaux, littoral de l’Océan Indien).

  • 1 Comptage réalisé lors la première semaine d’août 2019.

12Avant que ne survienne la pandémie de Covid-19, la connectivité aérienne de l’Afrique de l’Est n’avait jamais été aussi élevée. Chaque semaine, partaient de l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi, 49 vols directs vers l’Europe et 60 vols vers le Moyen-Orient1. Celui d’Addis Abeba-Bole en comptait respectivement 35 et 48. Ces deux plateformes aéroportuaires, hubs respectifs des compagnies Kenyan Airways et Ethiopian Airlines, exercent des fonctions de redistribution à l’échelle régionale en direction des capitales voisines. Des liaisons intercontinentales se sont également développées directement à partir des aéroports secondaires. Au Rwanda, la politique d’ouverture au tourisme étranger s’appuie sur la compagnie nationale RwandAir qui a renforcé ses liaisons avec l’Europe (Londres et Bruxelles) et inauguré un vol long-courrier vers Guangzhou alors que des négociations sont en cours pour ouvrir une ligne vers New York. Le secteur floricole souffre toutefois de l’absence de vols directs avec Amsterdam. Les colis de fleurs destinés au marché d’Aalsmeer empruntent une liaison aérienne avec la Belgique qui oblige à une rupture de charge supplémentaire et perturbe la chaîne du froid.

13La compagnie ougandaise cherche également à améliorer sa connectivité. Elle a été récemment autorisée à exploiter une ligne vers Londres et Dubaï. Le Rwanda et l’Ouganda misent sur les récents investissements de Qatar Airways qui a décidé d’augmenter la fréquence de ses vols ainsi que la capacité de chargement avec la mise en service d’un Boeing 777 pour accroître leurs relations avec le Moyen-Orient et l’Asie.

14Les progrès de l’accessibilité aérienne sont autant d’opportunités pour les exportateurs africains qui ont ainsi pu intensifier leurs échanges avec l’Europe tout en misant sur une diversification de leurs débouchés commerciaux. Toutefois ce mode de transport n’a pu à lui seul satisfaire l’impressionnante augmentation de la demande au cours des vingt dernières années (les importations européennes de fleurs est-africaines sont passées de 175 à 570 millions d’euros entre 2000 et 2020).

15Le transport par avion cargo est en effet devenu indispensable pour satisfaire les pics de demande à l’approche de fêtes comme la Saint-Valentin. La filière kenyane a été la première à en bénéficier grâce aux volumes qu’elle est en capacité de produire. Ce type de transport souffre toutefois de l’asymétrie des échanges commerciaux entre l’Afrique de l’Est et l’Europe. Les avions font aisément le plein de marchandises à l’aller mais les affréteurs peinent à les remplir au retour, si bien que beaucoup d’avions sont obligés de faire plusieurs escales sur le trajet nord-sud.

16Afin de soutenir la stratégie de croissance des exportations horticoles, les aéroports internationaux de Bole et de Jomo Kenyatta se sont dotés d’infrastructures logistiques modernes. Celui d’Addis-Abeba possède désormais l’une des capacités de manutention les plus importantes d’Afrique depuis la mise en service, en 2017, d’un second terminal de fret équipé d’une zone réfrigérée de 17 000 m² pouvant traiter jusqu’à 336 000 tonnes de biens périssables à l’année. L’opération d’agrandissement a été financée grâce à des prêts de l’Agence Française de Développement et de la banque allemande KFW IPEX. C’est une entreprise également allemande (Unitechnik) qui a été chargée de la construction de ce nouveau terminal de fret géré par Ethiopian Airlines. L’aéroport Jomo Kenyatta dispose d’une capacité annuelle de traitement assez proche qui se répartit entre les installations de Kenyan Airways et les entrepôts frigorifiques d’entreprises implantées sur la zone aéroportuaire comme Kenya Airfreight Handling Ltd, Swissport et Siginon.

Des filières est-africaines dans la tourmente

17Par le passé, la floriculture a déjà connu des phases de contraction de la demande causées par les crises économiques et financières ou bien par l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll qui avait perturbé le trafic aérien pendant plusieurs jours mais la propagation du coronavirus inaugure une situation inédite vu l’ampleur et la durée de ses répercutions. Les premiers cas de Covid-19 ont été détectés en Afrique de l’Est à la mi-mars 2020. Les États ont rapidement pris des mesures de protection de la population (gestes barrières, couvre-feu, suppression des vols internationaux…) dont certaines ont dû être réactivées un an plus tard en raison d’une reprise de la pandémie (confinement en Ouganda imposé en juin 2021). Même si le coronavirus perturbe au quotidien le fonctionnement de l’économie des pays est-africains, la déstabilisation de la filière émane de son principal partenaire commercial.

Une contraction sans précédent de la demande européenne

18Les mesures sanitaires prises dès le mois de mars 2020 par les différents gouvernements européens pour tenter de juguler la pandémie de Covid-19 ont subitement fait chuter les exportations africaines. Classés dans la plupart des pays parmi les commerces non essentiels, les fleuristes sont restés fermés pendant plusieurs semaines lors du premier confinement de printemps. Les mêmes restrictions se sont à nouveau abattues sur ce commerce de détail à l’automne, au moment de la seconde vague. Dans le meilleur des cas, les fleuristes ont pu mettre en place un service de vente à distance et de livraison à domicile qui a permis de limiter partiellement les pertes de revenu. Les enseignes de la grande distribution ont été en mesure d’écouler une partie de la production mais dans des pays comme la France, ces grandes surfaces se sont vu interdire la vente des fleurs afin de respecter un principe d’équité vis-à-vis du petit commerce. Par ailleurs, le secteur de l’évènementiel est depuis plusieurs mois sinistré. Or c’est un débouché majeur pour les producteurs de fleurs, en particulier pour ceux qui sont spécialisés dans les segments haut de gamme. Les restrictions qui ont également touché les cérémonies familiales ont contribué à assécher la demande. En France, par exemple, une baisse historique du nombre de mariages (-34,1 %) a été constatée entre 2019 et 2020 (Insee, 2021).

19Les multiples contraintes qui ont pesé sur les consommateurs et le segment aval de la filière ont provoqué une contraction des exportations de fleurs coupées qui s’est surtout manifestée au printemps 2020. Les données collectées par l’office kenyan de la statistique en témoignent. Le premier producteur de fleurs coupées d’Afrique a enregistré une baisse de 27 685 tonnes en 2020 par rapport à l’année précédente (soit-16 %). Les trois quarts de ce déficit annuel se sont concentrés entre les mois de mars et de juin avec une diminution record de -49 % pour le mois d’avril. C’est en effet au cours de cette première phase de la pandémie qu’est célébrée la fête des mères dans de nombreux pays, une date majeure dans le calendrier productif des serres africaines qui leur assure en temps normal un pic d’exportation. L’abaissement des restrictions sanitaires dans les pays européens durant l’été et le début de l’automne a permis aux exportations kenyanes de se rapprocher des niveaux observés en 2019 mais l’effet de rattrapage reste somme toute modeste car cette période de l’année correspond habituellement à l’étiage de la production des fleurs coupées. La seconde vague de confinements qui a débuté en Europe au mois de novembre a entraîné un nouveau décrochage du volume des exportations. Facteur aggravant, les conditions climatiques défavorables survenues lors de la petite saison des pluies (novembre) ont perturbé la production sous serres.

20Le bilan de l’année 2020 établi en valeur laisse en revanche apparaître une légère progression du montant des exportations (+3 %). Avant que n’éclate la crise sanitaire, les producteurs de fleurs avaient profité du pic des ventes de la Saint-Valentin et de la forte hausse des recettes sur le premier trimestre 2020 (+30 % par rapport à 2019) qui compensent le manque à gagner du printemps.

Figure 2. Les exportations mensuelles de fleurs coupées du Kenya : comparaison 2019-2020.

Figure 2. Les exportations mensuelles de fleurs coupées du Kenya : comparaison 2019-2020.

Source : Kenya National Bureau of Statistics

La précarisation des salariés du secteur floricole

  • 2 L’ONG Hivos a annoncé qu’au Kenya, lors de la troisième semaine du mois de mars 2020, plus de 30 00 (...)
  • 3 800 salariés ont été licenciés en mai 2020 après avoir refusé une diminution de 50% de leur salaire (...)

21Face à la subite fermeture des marchés, des milliers de travailleurs ont perdu leur emploi ou ont été placés en congé sans solde2. D’autres se sont vu imposer des diminutions salariales dans un climat social parfois très tendu, comme l’illustre le conflit au sein de l’entreprise Oserian3 implantée sur les bords du lac Naivasha au Kenya.

22La précarisation des salariés intervient dans un secteur économique à fort coefficient de main-d’œuvre où les rémunérations sont particulièrement faibles. Au-delà des seuls salariés, en majorité des femmes, ces revenus font vivre des familles souvent très nombreuses. Des études avaient déjà mis en lumière les conditions de vie difficiles des ouvriers. Selon un rapport de la fondation Fairtrade international, le salaire moyen d’un travailleur d’une ferme floricole du Kenya n’atteignait que 124 euros par mois en 2019 alors que le niveau de salaire décent4 a été estimé la même année par Global Living Wage Coalition (GLWC) à 233 euros5 dans la région du lac Naivasha. Le rapport révèle un écart encore plus grand dans le cluster floricole du lac Ziway, en Éthiopie, où le salaire moyen en 2017 variait entre 44 et 51 euros pour un niveau de salaire décent estimé en juillet 2016 à 139 euros6 par la GLWC7.

23Les gouvernements est-africains ne disposent pas des capacités financières pour atténuer les conséquences sociales de la crise sanitaire comme certains pays européens ont pu le faire. Quelques mesures sont toutefois venues soulager les plus fragiles. Au Kenya, par exemple, les travailleurs gagnant moins de 24 000 shillings (environ 210 euros) ont été exonérés d’impôt sur le revenu. En complément des mesures gouvernementales, des initiatives privées ont également été prises pour lutter contre l’insécurité alimentaire causée par la crise sanitaire. La ferme Tambuzi a reconverti 10 hectares dédiés à la culture des gypsophiles pour la culture de produits de première nécessité (légumes et maïs) dont la récolte a été partagée entre les employés. D’autres fermes qui bénéficient du label de commerce équitable Max Havelaar ont orienté leurs ressources vers la distribution de colis alimentaires d’urgence. Des pays du nord sont également intervenus pour atténuer les conséquences sociales de la crise sanitaire. C’est en particulier le cas de Proparco (Agence Française de Développement) qui a attribué une aide financière d’urgence à l’entreprise française Bigot installée sur les bords du lac Naivasha pour soutenir le millier de salariés privés de travail lors de la première vague (aide alimentaire, distribution de masques).

24Une telle crise ébranle les bases de la production. La pandémie a désorganisé la programmation annuelle des cultures dans les serres. Des entreprises comme Oserian ont annoncé ne pas avoir été en mesure de satisfaire toute la demande au moment de la petite reprise estivale. En outre, beaucoup de projets d’investissement sont aujourd’hui suspendus du fait du manque de trésorerie et de visibilité à court et moyen terme.

Crise sanitaire et nouveaux défis logistiques

Les adaptations de la chaîne d’approvisionnement

25L’organisation logistique qui conditionne la viabilité du secteur floricole a été bouleversée par les restrictions de mobilité imposées par la plupart des États à partir du mois de mars 2020.

26Ces mesures ont provoqué l’annulation en cascade des vols de passagers en direction de l’Afrique de l’Est. L’aéroport d’Entebbe-Kampala a été fermé pendant plus de 6 mois et son activité n’a pu redémarrer qu’en octobre avec un nombre limité de vols. Au Kenya, les arrivées de voyageurs étrangers à l’aéroport Jomo Kenyatta ont été quasi inexistantes tout au long du printemps et de l’été. Le trafic passagers pour l’année 2020 n’aura finalement atteint que 28 % du niveau constaté l’année précédente (KNBS, 2020, 2021). Un retour à la normale n’a pas pu avoir lieu en 2021 vu les contraintes qui ont continué de peser sur les mobilités internationales en raison de la diffusion de nouveaux variants du virus et de la faible couverture vaccinale en Afrique. Le gouvernement britannique avait par exemple décidé, en avril 2021, de fermer ses frontières aux voyageurs en provenance des pays de l’Afrique de l’Est à l’exception de l’Ouganda.

27Avec autant d’avions cloués au sol, cette crise a privé les exportateurs d’une partie de leur circuit habituel de distribution. Les compagnies aériennes ont néanmoins tenté de s’adapter à cette nouvelle donne en convertissant plusieurs avions de passagers dans le but d’augmenter le volume des marchandises embarquées et d’atténuer les énormes pertes dues à l’effondrement de la fréquentation touristique. Ce fut le cas de la compagnie Kenyan Airways qui, dès avril 2020, a réaménagé 4 Boeing 787 pour expédier des produits horticoles. Mais c’est surtout sa concurrente Ethiopian Airlines qui a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation en procédant à la conversion de 25 avions venus renforcer sa flotte cargo déjà composée d’une douzaine de Boeing (777 et 737). La compagnie éthiopienne a annoncé8 avoir effectué 5 645 vols d’avions convertis ayant permis l’expédition de 121 750 tonnes de marchandises entre le 25 mars 2020 et le 25 mars 2021. Cela représente environ 17 % du total réalisé sur cette période, à savoir 33 182 vols et 735 869 tonnes transportées.

28La réorganisation du transport aérien de marchandises s’est avérée vitale pour de petites zones de production qui dépendaient des vols réguliers de passagers pour leur exportation. C’est le cas des serres situées au nord-est de la Tanzanie qui profitaient habituellement de la proximité de l’aéroport international de Kilimandjaro. A la demande de l’association tanzanienne d’horticulture et en partenariat avec le logisticien Kuehne + Nagel, la compagnie Ethiopian Airlines a ouvert une liaison bihebdomadaire avec l’aéroport de Liège en Belgique pour exporter les fleurs et légumes sur le marché européen au moment de la première vague du coronavirus.

29Après plus d’une année de sévère perturbation, les adaptations de la chaîne logistique semblent également avoir été en mesure de satisfaire la demande au cours du premier semestre 2021. Ethiopian Airlines9 a expédié 95,83 millions de tiges de fleurs lors des deux semaines précédant la Saint-Valentin, soit 3 000 tonnes depuis Addis-Abeba et 1 600 tonnes depuis Nairobi. Le groupe Air France KLM Martinair a également mobilisé sa flotte cargo pour approvisionner le marché européen via Amsterdam. La tendance au rétablissement se vérifie avec les volumes expédiées depuis le Kenya en janvier et février 2021 qui ont progressé de 1 % par rapport à 2020 (KNBS, 2021). La valeur des exportations de fleurs coupées est en revanche en baisse (-7 %).

Des incertitudes persistantes pour l’expédition des fleurs africaines

30La crise sanitaire a provoqué une hausse des coûts logistiques pouvant nuire à terme sur la compétitivité des secteurs floricoles de l’Afrique de l’Est. Le Kenya Flower Council signalait qu’en juillet 2020, le kilo de fleurs coupées transportées par avion s’élevait à 2,9 dollars contre 1,28 avant la pandémie10. La fréquence limitée des vols de passagers, conjuguée aux difficultés de la flotte des avions cargo pour répondre à toutes les demandes, continuent de maintenir des taux bien supérieurs à ceux en vigueur en 2019. Dans ce contexte, et alors que les transporteurs facturent désormais la cargaison en fonction du poids volumétrique et non plus du poids réel, l’optimisation du chargement des boîtes de fleurs dans les avions revêt un enjeu majeur. Une initiative visant à promouvoir une boîte standardisée en plastique recyclé est actuellement portée par la Holland Flower Alliance qui réunit les trois acteurs majeurs du hub d’Amsterdam (la coopérative Royal FloraHolland, l’aéroport Schiphol Cargo et la compagnie KLM Cargo).

31Les conséquences de la pandémie sur la mobilité internationale fragilisent la plupart des compagnies aériennes qui ont accumulé des pertes colossales depuis le mois de mars 2020. Principal opérateur entre le Kenya et l’Europe, le groupe Air-France KLM a accusé des pertes nettes de 7,1 milliards d’euros en 2020 et de 3,29 milliards d’euros en 2021. Déjà déficitaire depuis plusieurs années, la compagnie Kenya Airways s’est retrouvée dans une situation financière des plus préoccupantes au point que sa cotation à la bourse de Nairobi a dû être suspendue pour 9 mois et que le gouvernement a un temps envisagé de la nationaliser. Ethiopian Airlines semble en revanche échapper au marasme. La première compagnie africaine a affiché un léger excédent sur l’année fiscale comprise entre juillet 2019 et juillet 2020 grâce au dynamisme de son activité de fret.

32Ce contexte économique génère beaucoup d’incertitude quant à l’organisation de la chaîne d’approvisionnement des fleurs coupées. La flexibilité procurée par le recours alternatif aux avions de passagers est en effet mise à mal par la réduction de la fréquence des vols entre l’Afrique et l’Europe. La menace de plans de restructuration économique au sein des compagnies aériennes les plus en difficulté pourrait bien inscrire dans la durée la perte momentanée de connectivité engendrée par la pandémie de Covid-19. Davantage épargné par la crise, mais confronté à un problème de sous capacité au moment où la demande mondiale augmente pour satisfaire de nouveaux besoins sanitaires, le transport de marchandises par avion cargo impose de nouvelles contraintes tant en termes de coûts que de seuil de quantités chargées. Ces évolutions risquent de pénaliser les plus petits producteurs ainsi que les zones de production les moins bien connectées aux deux principales plateformes aéroportuaires d’Afrique de l’Est.

Conclusion

33Développée pour approvisionner le marché européen, via principalement le pôle logistique d’Amsterdam, la floriculture est-africaine a été frappée de plein fouet par les restrictions de mobilité visant à endiguer la pandémie de Covid-19. Passé le choc de la première vague du printemps 2020, les chaînes d’approvisionnement ont tenté de se réorganiser grâce à la conversion d’avions de passagers et à un recours plus systématique aux compagnies de fret aérien. Moins impacté par la crise, ce mode de transport a ainsi permis aux exportateurs africains d’écouler une partie de la production et de satisfaire le pic de demande à la Saint-Valentin 2021 en dépit d’une hausse importante des coûts logistiques qui dure maintenant depuis plus d’un an.

34Alors que la floriculture joue désormais au Kenya et en Éthiopie un rôle clé à la fois en termes de revenus et d’emplois salariés et qu’elle est envisagée dans d’autres pays, tel le Rwanda, comme un levier de développement économique, la crise sanitaire met toutefois en lumière la vulnérabilité de ce modèle productif tourné vers l’exportation. La dépendance vis-à-vis du marché européen s’est révélée d’autant plus problématique que c’est en effet dans cette région du monde que les restrictions ont été parmi les plus contraignantes et les plus longues. Dans ce contexte, la diversification des partenaires commerciaux s’impose comme un enjeu majeur pour davantage sécuriser les débouchés des cultivateurs africains (Ballesta, 2022). Déjà amorcée depuis quelques années avec l’émergence du Moyen-Orient, cette tendance est facilitée par l’amélioration des liaisons aériennes avec Dubaï et Doha et par les transactions digitales qui simplifient les procédures de vente directe en évitant les marchés aux enchères de la coopérative FloraHolland.

35Cette stratégie de diversification s’avère essentielle à court et moyen terme au moment où la crise sanitaire réactive en Europe le débat sur les relocalisations suite à la prise de conscience collective de la dépendance de pans entiers de notre économie productive vis-à-vis de l’extérieur. Certes la floriculture ne revêt pas une dimension aussi stratégique que certains secteurs industriels mais elle a tout de même subi une très forte érosion de l’emploi lors de ces dernières décennies en lien direct avec la hausse des exportations africaines. Cet aspect rejoint les préoccupations portant sur l’adoption de modes de consommation à la fois plus éthiques et plus respectueux de l’environnement. Le dérèglement climatique et la nécessaire décarbonation de l’économie mondiale mettent à mal ces systèmes productifs périphériques qui ne peuvent encore s’appuyer sur la demande domestique pour enclencher une dynamique endogène.

36Au-delà de la seule crise sanitaire qui témoigne d’une plutôt bonne résilience de la floriculture est-africaine malgré la persistance d’incertitudes sur le plan épidémiologique, ces enjeux fondamentaux posent aux acteurs de la filière la véritable question de la durabilité de cette activité.

Haut de page

Bibliographie

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT (2021), L’économie africaine 2021, Paris, La Découverte.

BALLESTA O. (2022), « La rose kenyane face aux nouveaux défis de la mondialisation », Belgeo, 2.

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (2021), Perspectives économiques en Afrique 2021, Abidjan, Banque africaine de développement.

BENOIT L., CALAS B., RACAUD S., BALLESTA O. & DREVET-DEMETTRE L. (2017), « Roses d’Afrique, roses du monde », Géoconfluences, septembre, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/roses-afrique-mondialisation

BOLO M. (2006), “Knowledge, technology and growth : case study of lake Naivasha cut flower cluster in Kenya”, Knowledge for Development Program, World Bank Institute, Washington DC, World Bank.

BUTTON K. (2020), “The economics of Africa’s floriculture air-cargo supply chain”, Journal of Transport Geography, 86, Elsevier.

CALAS B. (2011), « La rose coupée entre tropiques, hors-sol et mondialisation », in Bart F. (dir.), Natures tropicales, Actes des XIIIèmes journées de géographie tropicale, Espaces tropicaux n° 20, PUB, Pessac, pp. 239-252.

CARROUE L. (2020), « Mondialisation et démondialisation au prisme de la pandémie de Covid-19. Le grand retour de l’espace, des territoires et du fait politique », Géoconfluences, mai.

HIVOS (2020), Impact of Covid-19 on women workers in the horticultural sector, https://www.hivos.org/document/impact-of-covid-19-on-women-workers-in-the-horticulture-sector-in-kenya/

INSEE (2021), « Bilan démographique 2020 », Insee première, n° 1834, 19 janvier 2021.

KNBS (2020), Leading economic indicators, January 2020.

KNBS (2021a), Leading economic indicators, January 2021.

KNBS (2021b), Leading economic indicators, February 2021.

LALLAU B., LAISSUS-BENOIST P. & MBÉTID-BESSANE E. (2018), « La résilience peut-elle passer de la théorie aux pratiques ? », Revue internationale des études de développement, Paris, Edition de la Sorbonne.

MWASE D. (2015), “Performance of floriculture industry in East Africa : what lessons can Tanzania learn from Kenya ?”, Asian Business Review, 5, 1, Asian Business Consortium.

OQUBAY A. (2015), Made in Africa : industrial policy in Ethiopia, Oxford, Oxford University Press.

POLET F. (2021), « Démondialisation ? », Alternative Sud, XXVIII, 2, Paris, Syllepse.

ZEUFACK A. (2020), Africa’s Pulse, tracer la voie de la relance économique, No. 23, avril, Washington DC, Banque Mondiale.

Haut de page

Notes

1 Comptage réalisé lors la première semaine d’août 2019.

2 L’ONG Hivos a annoncé qu’au Kenya, lors de la troisième semaine du mois de mars 2020, plus de 30 000 travailleurs saisonniers ont perdu leur emploi et 40 000 travailleurs permanents ont été renvoyés chez eux en congé annuel.

3 800 salariés ont été licenciés en mai 2020 après avoir refusé une diminution de 50% de leur salaire. Ils ont été partiellement réintégrés dans l’entreprise à partir du mois d’octobre, à la suite d’une négociation syndicale.

4 https://www.globallivingwage.org/wp-content/uploads/2019/07/Update-Report_Lake-Naivasha_2019.pdf

5 1 euro = 112 shillings kenyans (taux de change en vigueur au début du mois de janvier 2020).

6 1 euro = 36 birrs (taux de change en vigueur au début du mois de janvier 2020).

7 https://www.idhsustainabletrade.com/uploaded/2018/08/Ethiopia_Living_Wage_Benchmark_Report_2015.pdf

8 https://corporate.ethiopianairlines.com/Press-release-open-page/ethiopian-marks-one-year-since-the-first-preighter-operation-on-passenger-aircraft

9 https://corporate.ethiopianairlines.com/Press-release-open-page/ethiopian-cargo-transports-more-than-95-million-stems-of-flowers-for-valentine-s-season

10 https://www.ifc.org/wps/wcm/connect/news_ext_content/ifc_external_corporate_site/news+and+events/news/insights/i15-kenya-flowers

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les importations de fleurs coupées de l’Union Européenne et du Royaume Uni en provenance de l’Afrique de l’Est.
Légende * Valeur cumulée de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie.
Crédits Source : Eurostat
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 2. Les exportations mensuelles de fleurs coupées du Kenya : comparaison 2019-2020.
Crédits Source : Kenya National Bureau of Statistics
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Ballesta, « Les secteurs floricoles d’Afrique de l’Est et la pandémie de Covid-19 »Belgeo [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/55065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.55065

Haut de page

Auteur

Olivier Ballesta

Université Bordeaux Montaigne, olivier.ballesta@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search