Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Exceptionnelle rose japonaise : e...

Exceptionnelle rose japonaise : entre résilience et banalisation

Exceptional rose production in Japan : between resilience and banalization
Bernard Calas

Résumés

Au Japon, la production de fleurs, quoique très émiettée sur de minuscules exploitations, assure l’autosuffisance du pays en roses coupées. Pourquoi un tel émiettement productif perdure-t-il et assure-t-il l’autosuffisance floricole du pays ? Dans les études nippones, la tentation est d’insister sur la contribution de la singularité culturelle et de sa capacité à domestiquer voire à assimiler ou à traduire les modèles extérieurs, comme fondement de la construction japonaise, et ce depuis son antiquité. Une autre facilité est de s’en remettre à l’archipélité, au nationalisme et aux politiques protectionnistes, qui approchent le vrai mais sans épuiser la vérité. En effet, ce serait oublier les facteurs politiques liés à l’histoire de la démocratie japonaise pour rendre compte des rapports de force entre secteurs économiques et groupes sociaux. Mais cette exception semble menacée par les décisions du gouvernement Abé et de ses successeurs de libéraliser le secteur agricole et d’ouvrir les frontières aux importations.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail est l’un des livrables d’un projet de recherche de l’ANR française : le projet « RosesMonde » qui a financé la mission nécessaire à la collecte des données empiriques.

Texte intégral

1L’évolution économique des Etats développés semble les mener vers toujours plus de complexité et la montée en puissance corollaire des services, le recul de l’industrie et la quasi-disparition de l’agriculture, tant dans leurs contributions au PIB qu’à celle de l’emploi. Dans ce schéma évolutif grossier, le nombre des exploitations agricoles diminue drastiquement, le foncier se concentre et les spécialisations et avantages comparatifs nationaux/régionaux se précisent. Très peu de filières agricoles échappent à cette évolution, en apparence inéluctable. Le secteur de la fleur coupée, singulièrement celui de la rose coupée, ouest-européen apparaît exemplaire de cette régression. En France, le recul du nombre d’exploitations est terrible. Même les Pays-Bas, après avoir atteint un pic de 3 000 exploitations floricoles dans les années 1980, ont vu leur nombre baisser jusqu’à moins de 200 en 2015, cela quand la consommation n’a au contraire cessé d’augmenter (3,1 milliards d’euros de dépenses pour les fleurs coupées en France, 2,9 au Royaume-Uni et 4 en Allemagne). C’est pourquoi en Europe, les importations – en provenance d’Afrique ou d’Amérique latine surtout – couvrent désormais l’essentiel des besoins en roses coupées.

Aux antipodes, le Japon

2En effet, si les indicateurs macroéconomiques agricoles apparentent le pays du Soleil Levant aux autres Etats développés (contribution au PIB de 1 % et à la population active de 3,8 %), la situation de la floriculture japonaise apparaît complètement différente. En effet, le Japon est un producteur majeur de fleurs et de plantes ornementales, contribuant à 8 % de la production mondiale, ce qui en fait le 3e producteur en valeur, derrière la Chine et les USA, le 4e si les productions européennes sont agrégées (France Agrimer, 2015) ! La production ornementale, 4 % de la valeur agricole, se monte à 380 milliards de yens, dont 57 % pour les fleurs coupées (la rose, 3e variété produite, représente 5 % de la production de fleurs coupées) et couvre 20 000 hectares. Les 15 000 hectares de plantes destinées à produire des fleurs coupées produisent 3 800 millions de tiges par an.

3Sur la carte du commerce mondial des roses coupées (Calas, 2013 ; Benoit et al., 2017 ; AIPH, 2019), le Japon constitue une catégorie à lui seul. En effet, à côté des pays producteurs et exportateurs – les hautes terres équatoriales : Colombie, Equateur, Kenya, Ethiopie en tête –, des pays importateurs – les pays occidentaux à l’exception des Pays-Bas qui forment également une catégorie à eux seuls –, il est le seul Etat développé à n’apparaître ni exportateur, ni importateur de roses coupées. Pourtant, les enchères florales japonaises prises dans leur ensemble se classent au 3e rang mondial, derrière les enchères RoyalFloraHolland d’Aalsmeer aux Pays-Bas, véritable « Wall Street » des fleurs, et loin derrière Landgard en Allemagne. Le marché floral japonais représente 10 % du marché mondial ; les 126 millions de Japonais, 1,6 % de la population mondiale, 5,8 % de la création de la richesse mondiale (5 000 milliards de $ sur 85 000 milliards de $) consomment 10 % des fleurs et des plantes vendues dans le monde, traduisant ainsi une réelle surconsommation florale. Alors qu’en France la facture des importations de roses frise les 133 millions d’euros et que le taux de couverture atteint à peine 1 % … a contrario, la production japonaise de roses coupées (236 millions de tiges) couvre 80 % de la consommation (293 millions de tiges). Le reste (20 %) est importé, du Kenya pour 40 % (mais le Japon ne représente que 1 % des exportations kenyanes de fleurs coupées).

  • 1 L’enquête – menée en octobre 2019 – a consisté en une trentaine d’entretiens semi-directifs auprès (...)

4Cette relative autosuffisance japonaise questionne pour un pays aussi développé et ce alors même que depuis 1985, au contraire de l’UE qui impose un droit d’entrée de 3,6 % aux fleurs coupées, les plantes importées y sont dispensées de droits d’importation ! Pour comprendre le fonctionnement de la chaîne de valeur globale de la rose coupée, nous avons enquêté sur cette exception et ses caractéristiques1.

5Comment expliquer cette exception japonaise ? Comment expliquer qu’au contraire de l’agriculture française, voire européenne et même hollandaise, l’horticulture japonaise maintient ses capacités productives et satisfait la majeure partie de la demande ? Comment, à l’heure de la mondialisation, expliquer ces performances différentes des horticultures japonaise et européenne ? Après avoir présenté la singularité de la chaîne de valeur rosicole japonaise, je tenterai d’en expliquer les facteurs de résilience puis d’exposer les défis qu’elle affronte.

La singularité de la chaîne de valeur japonaise

Singularité productive

6Celui qui, peu familier du Japon, y débarque, est surpris par les caractéristiques de la production rosicole qui tranchent avec la référence hollandaise : alors que les exploitations bataves sont de plus en plus concentrées, mono-productives parce que conçues pour une seule variété par exploitation sur parfois 5/6 hectares – la production japonaise est au contraire extrêmement fragmentée et orientée vers la diversité.

7Les 1 000 producteurs de roses au Japon (pour 50 000 horticulteurs), population encore considérable, cultiveraient environ 400 ha sur les 28 000 consacrés à la production ornementale. La taille moyenne des exploitations, 0,4 hectare, quoique minuscule n’a rien de propre à la culture des fleurs ! La rose n’est que le reflet de l’agriculture japonaise. L’atomisation des exploitations hérite de la réforme agraire qui a suivi la défaite d’août 1945. En effet, pour éviter une reprise en main du pays par l’aristocratie foncière, pour démocratiser la société, pour faire face au risque de pénuries alimentaires, les occupants américains – en puisant dans le répertoire politiques des Pères fondateurs de la fin du XVIIIe – ont en 1946 imposé une réforme agraire afin de créer une classe d’agriculteurs à la tête d’exploitations relativement égales, de petite taille. Aujourd’hui encore cet égalitarisme façonne le parcellaire et le paysage agricoles et explique l’émiettement des exploitations.

8La préfecture d’Aichi confirme ces données nationales. Le paysage y est composé d’une intrication de petites parcelles agricoles, de lotissements, de hangars, de petits collectifs et de serres. L’ordre vient ici du carroyage parcellaire, très régulier, appuyé sur la ligne d’horizon montagneuse à l’ouest et ponctué des skylines des centres-villes desservis par le shankunsen. Le maraîchage – dont l’horticulture rosicole – s’y est développé le plus souvent aux dépens de la riziculture, en parallèle de l’urbanisation, dans une mosaïque rurbaine où la limite urbain/rural n’est pas tranchée. Dans ce paysage, la mixité des usages est claire, accrue par la petitesse des parcelles et des exploitations. Dans la préfecture de Shiga, à Moriyama, Mr. Kunieda se targue d’exploiter une des plus vastes fermes de roses du Japon : elle couvre à peine 2 hectares !

9Cette préfecture occupe le 1er rang national pour la valeur de la production horticole au Japon (63 milliards de yens soit 20 % de la production agricole de la préfecture), devant les préfectures de Chiba (25 milliards), Fukuoka (22 milliards), Saitama (18 milliards) et Shizuoka (18 milliards, deuxième préfecture rosicole du Japon). La performance d’Aichi doit autant aux effets de site que de situation. En effet, elle répond aux exigences de température et de lumière nécessaires à certaines cultures à forte valeur ajoutée : les roses mais aussi les agrumes et le bambou. Ces conditions permettent une utilisation aisée et rentable des panneaux solaires qui réduisent les coûts « écolonomiques » de la production et accroissent les rendements. Surtout, cette préfecture est coincée entre les agglomérations de Tokyo (42 millions d’habitants dans l’aire urbaine la plus peuplée du monde) et la conurbation du Keihanshin (Kyoto-Kobe-Osaka, 20 millions d’habitants) reliées par un faisceau dense de voies de communication.

10La petite taille des exploitations, la diversité variétale, la minutie, l’attention au traitement des fleurs lors du post-harvest et du conditionnement apparentent cette rosiculture à un quasi-jardinage. En effet, plutôt que de produire en quantité des produits banals, les producteurs japonais choisissent la diversité variétale comme stratégie productive, appuyée sur une attention de tous les instants à la qualité du produit, pris dans son unité. Ainsi, Mr. Amano cultive-t-il une trentaine de variétés différentes (dont 6 variétés de chez Imai et 2 de chez Kesei, deux obtenteurs japonais) sur une exploitation de moins d’un hectare, comptant 5 parcelles ! Il atteint une production d’environ 1 million de tiges par an. La main-d’œuvre sur les exploitations est surtout familiale : en haute saison, le même agriculteur emploie 12 personnes dont 5 membres de sa famille ce qui diminue les coûts. D’autres, plus rares cependant, font appel à des salariés, parfois étrangers. Ainsi Mr Yamamoto emploie-t-il deux Vietnamiennes.

11Au Japon, la culture des roses ne se fait pas de plein champ mais sous serre, en hydroponique le plus souvent, ce qui nécessite des terrains plats. Aussi les rencontre-t-on surtout dans les plaines. Ces serres aux dimensions des parcelles, minuscules donc, sont semi-automatisées, notamment pour l’épandage des intrants et chauffées, souvent au pétrole avec l’appoint d’une pompe à chaleur en hiver. Les façons culturales visent tout à la fois la qualité et les rendements. La densité des pieds atteint jusqu’à 9 pieds par m2, quand dans les exploitations africaines elle n’est que de 6/7 pieds. Des apports réguliers de CO2 pour atteindre l’intervalle moyen de 40-60 jours entre deux floraisons poussent les rendements.

12La plupart des exploitants combinent des variétés européennes et des variétés japonaises, affirmant ainsi un cosmopolitisme bien plus net que leurs concurrents africains ou européens dépendants exclusivement d’une vingtaine d’hybrideurs européens (Kordes, Tantau, Dümmen Orange, Meillant, Interplant, Nirp, etc.). Ce choix s’explique d’une part par la pression d’une clientèle demandeuse de diversité variétale, d’autre part par les stratégies des producteurs qui diminuent le risque commercial en diversifiant leur gamme, enfin par la vitalité et l’originalité de l’obtention japonaise. Ce segment amont de la chaîne de valeur est lui aussi caractérisé par une extrême dispersion mais aussi par une bien plus grande porosité entre l’obtention amateure et l’obtention professionnelle, porosité qui favorise la prise de risque porteuse d’originalité créative. Par ailleurs, les pratiques culturales des rosiculteurs les rendent bien plus attentifs aux mutations génétiques que leurs concurrents africains ou latino-américains et les apparentent à de véritables jardiniers. Aussi l’inventivité et la créativité sont-elles bien plus diffuses au Japon qu’en Europe ou en Afrique et permettent aux producteurs de présenter des produits originaux et peu concurrencés.

Singularité commerciale

13L’émiettement de la production donne aux coopératives, créées en 1952 – au nombre de 14 000 dans les années 1960, 7 000 aujourd’hui – un rôle essentiel, d’autant plus qu’elles sont rassemblées dans une structure unique, le Japenese Agriculture Group (JA), très puissante. Cette organisation aide les petits exploitants en collectant la production de façon à provoquer un effet masse sur les marchés. Ce système coopératif contrôle la collecte des récoltes, l’inspection de leur qualité et leur commercialisation. La plupart des agriculteurs japonais appartiennent à cette coopérative dont le rôle dépasse de loin les limites de l’agriculture. Elle achète en gros le matériel agricole, les intrants, prodigue des conseils, fonctionne comme une banque et une compagnie d’assurance. L’idée est que la coopérative pourvoit aux besoins des agriculteurs du berceau à la tombe ! Aussi les campagnes japonaises sont-elles vraiment structurées par le semis de centres de collecte du groupe JA. Les agriculteurs y vendent leurs productions qui sont conditionnées et commercialisées par les salariés de la coopérative. Sur ces 7 000 coopératives, environ 500 ont une activité horticole.

14Là encore, l’émiettement est la règle et ces groupements sont de petite taille. Ainsi la plus grosse coopérative rosicole du Japon, créée il y a environ 40 ans, ne compte-t-elle que 36 membres ! Ces 36 producteurs produisent 150 variétés dont 60 branchues et 90 « standards ». Dans le hangar de réception, les fleurs sont inspectées puis conditionnés par des employés de la coopérative sur deux chaînes de travail : l’une pour les Hig Tea, l’autre pour les sprays. Toutes les boîtes, sans exception, sont contrôlées, témoignant d’une obsession qualitative. Dans cette coopérative, les jours de grandes enchères (« omote bi ») d’octobre-novembre, ce sont jusqu’à 3000 boîtes qui sont inspectées. Un des personnages les plus importants de ces centres de collecte et de conditionnement est le technicien commercial : c’est lui qui décide où envoyer la production car il connaît très bien le très complexe système des enchères. Ce partage très strict des tâches exige des producteurs qu’ils se focalisent sur la recherche d’une qualité optimale de la production pour déléguer aux techniciens la commercialisation et la recherche des meilleurs débouchés.

15Le problème structurel de tout système coopératif est que du fait des différences entre les producteurs, les plus performants ont l’impression de perdre du temps, de l’énergie, de l’argent, de la réputation et surtout de travailler pour les moins performants. Aussi la tentation est-elle fréquente de s’affranchir de ce système égalisateur mais très peu, à cause de la pression sociale, osent franchir le Rubicon et commercialiser hors de cet encadrement. … because of social pressures, farmers are not actually free to join or leave their local cooperative in the first place. They are essentially forced to follow tradition in local communities and become members of their local cooperative et l’indépendance (théorique) des coopératives de base par rapport à la centrale fédérale est une illusion : The current situation where the local agricultural cooperatives are virtually forced to join the prefectural federations and the prefectural federations are virtually forced to join the national federations clearly deviates from the important cooperative principle of freedom to join and leave... (Honma, George Mulgan, 2018).

16A l’émiettement productif correspond une extrême dispersion des enchères.

17Là où en Europe, les enchères florales se comptent sur les doigts d’une main, le Japon compte 117 marchés aux enchères floraux dont 5 dans l’agglomération de Tokyo ! La plus grande salle des ventes aux enchères de fleurs : OtaKaki n’approvisionne que 8 % du marché japonais. Cette société privée emploie 200 personnes dont 130 dans la salle des enchères proprement dite. Son chiffre d’affaires de 25 milliards de yens dérive à 60 % des fleurs coupées, à 25 % des fleurs en pot et à 15 % des breeding plants. 376 millions de tiges y transitent chaque année dont seulement 12 % de roses (50 millions de tiges). Les enchères descendantes japonaises ont une particularité – le système mari – qui augmente leur efficacité, tout en permettant à de petits acteurs d’accéder aux produits de qualité en évitant la mainmise exclusive des plus gros acheteurs. Ce système contribue à pérenniser l’atomisation du segment intermédiaire de la chaîne de valeur ornementale.

18Les enchères commencent à 7 heures du matin au son du gong qui déclenche les clameurs des annonceurs. De septembre à décembre, saison des mariages et des fêtes de fin d’années, la haute saison demande à Otakaki Market de commercialiser jusqu’à 90 000 boîtes par jour. A la Saint-Valentin, la coutume est d’offrir des chocolats et non pas des roses, aussi contrairement à l’Occident, le mois de février correspond-il à la morte-saison pour les roses. La sensibilité des Japonais à la saisonnalité oriente la demande en rendant impérieux le recours à des fleurs de saison, fussent-elles des roses. Les vendeurs apprécient également que les acheteurs se préoccupent de l’origine des fleurs même si la question du prix reste primordiale. Cette singularité de la demande augmente ainsi le nombre des variétés commercialisées : 20 000 variétés florales commercialisées par Otakaki pour 5 000 fournisseurs et 1 300 acheteurs. 90 % des cargaisons commercialisées par la société comptent à peine 1 000 fleurs ! Depuis une vingtaine d’années, les boîtes sont devenues de plus en plus petites et de moins en moins standardisées. OTA Market se distingue donc de RoyalFloraHolland – les plus grosses enchères mondiales de fleurs à Aalsmeer aux Pays Bas – en ce qu’il brasse beaucoup moins de volume et travaille des quantités beaucoup plus petites, moins standardisées.

19En fait, 80 % des fleurs vendues par Otakaki le sont à travers un système de pré-enchères électroniques qui fonctionne 24 h/24. Le rôle des enchères a donc évolué vers celui d’une plate-forme logistique et financière. La plupart des acheteurs qui utilisent ce système sont des grossistes et des fleuristes de province. Le reste est vendu aux enchères physiques aux fleuristes de l’agglomération de Tokyo, souvent des quartiers proches, qui viennent tôt le matin et apprécient de pouvoir voir, sentir les fleurs et les tendances du marché.

20Comme dans la plupart des pays développés, le commerce de détail – environ 20 000 fleuristes sur l’ensemble du territoire – n’assure plus que la moitié des ventes, les grandes surfaces représentant 30 % des ventes. Chez les détaillants, l’assortiment est généreux, les roses quoique minoritaires sont incontournables ; les tons pastel et les pétales fripés dominent. Contrairement à la plupart de leurs collègues français totalement imperméables aux dénominations variétales comme à l’origine des produits, les vendeurs japonais connaissent le nom de la fleur et l’origine des produits proposés. Cependant, comme ailleurs dans les pays développés, cette multitude d’indépendants recule face à des acteurs puissants : des groupes franchisés se constituent. La plupart de ces chaînes fonctionnent de manière assez proche à celle de leurs collègues européennes. Néanmoins, le succès d’Aoyama Flower Market, un réseau de 100 boutiques, montre qu’une autre voie est possible. En effet, loin de prôner l’homogénéisation des carnets de commande, chaque franchisé Aoyama est libre de passer ses commandes ; l’idée est d’inciter les gérants à répondre aux nuances micro-locales de la clientèle.

Les facteurs de la singularité japonaise

21Le cas japonais est intéressant en ce qu’il pose la question des causes de son exceptionnalité. Pourquoi un tel émiettement productif perdure-t-il et assure-t-il l’autosuffisance floricole du pays ?

22Dans les études nippones, la tentation est souvent d’insister sur la contribution de la singularité culturelle, de sa capacité à domestiquer voire à traduire/trahir des modèles extérieurs, comme étant au fondement de la construction japonaise, et ce depuis son antiquité. Une autre facilité est de s’en remettre à l’archipélité, au nationalisme, et aux politiques protectionnistes, toutes choses qui, comme souvent les clichés, approchent le vrai sans atteindre la vérité. Ce serait oublier les facteurs politiques liés à l’histoire de la démocratie japonaise pour rendre compte des rapports de force entre les secteurs économiques et les groupes sociaux. In fine le rejet de l’explication univoque et simpliste pose la question de la possibilité de la hiérarchisation des facteurs explicatifs.

L’exception culturelle

23La culture japonaise est si souvent mise en avant pour expliquer les différences avec les autres Etats développées que cet argument explicatif en devient un quasi-poncif. En outre la culture comme argument explicatif devient souvent une boîte noire cognitive. Si on admet l’historicité irréductible de toute société, la société japonaise n’est-elle pas singulière en ce que cette singularité serait plus visible, plus affichée, plus publique, pour un œil occidental notamment ? Un très éminent spécialiste du Japon, Jean-Marie Bouissou, semble le concéder quand il affirme « Au Japon, encore plus étroitement qu’ailleurs, l’esthétique se conjugue au quotidien » (Bouissou et al., 2010). A ce titre, l’esthétique florale n’est-elle pas une dimension de cette singularité affichée ? La consommation ornementale japonaise est-elle si singulière qu’elle expliquerait l’exception ?

24Jack Goody reconnaît la dimension florale de la civilisation japonaise (Goody, 1995). La vie sociale de l’ère Edo – avant l’ère Meiji i.e. avant 1864 – était en partie rythmée par les saisons et les floraisons. Beaucoup de fêtes – dont l’anniversaire de la naissance du Boudha – portent encore le nom de Hana matsuri qui, mettant le spectacle des fleurs à l’honneur, en ritualise la consommation. Dans l’espace domestique, les petits temples (le butsudana) appellent des offrandes de fleurs. Aussi l’achat floral est-il ici tourné moins vers le don que vers l’usage domestique ou rituel car les offrandes de fleurs sont réservées aux dieux. « Au Japon, il est très rare qu’on s’offre des fleurs… Cela serait tout à fait incongru … Les Japonais s’occupent eux-mêmes du choix de leurs fleurs et de la composition de leurs bouquets » (Goody, p. 492).

25Il insiste aussi sur le fait que bien des aspects de la culture florale japonaise sont dérivés d’importations chinoises ou coréennes, interprétées. Ainsi l’art des bouquets – d’importation récente – s’enracine dans des pratiques religieuses anciennes, en partie dérivées de Chine et de la culture du Bouddha. Finalement, il nuance son propos en soulignant que l’occupation américaine a popularisé la coutume qui consiste à offrir des bouquets d’œillets pour la Fête des Mères et l’offrande aux hospitalisés.

26Malgré ces évolutions récentes, la singularité de la consommation japonaise s’exprime encore dans la hiérarchie variétale qui place le chrysanthème (70 milliards de yens), emblème de l’Empire, et l’œillet (33 milliards), bien avant la rose (20 milliards) dans la valeur des quantités de fleurs coupées vendues. Cette hiérarchie se retrouve dans la production nationale comme dans les importations, en valeur encore plus qu’en volume. Alors qu’en France en particulier, et en Europe en général, les roses représentent une majorité des dépenses de fleurs coupées et même de plantes ornementales, elles ne représentent au Japon que 5 % des dépenses ornementales. Elles sont surtout utilisées pour des événements familiaux extra-calendaires : mariages, anniversaires et de plus en plus enterrements. Cependant, elles apparaissent nettement dans la plupart des concours floraux et des classements dont sont friands les acteurs de la filière ornementale. Ainsi, la cérémonie des prix de Ota Floriculture Auction consacre-t-elle 4 variétés dont, quasi-systématiquement, une rose, ce qui relativise son second rang commercial et montre son caractère incontournable.

L’ethos terrien expliquerait-il la singularité japonaise ?

27La résistance de la production rosicole participe plus généralement de la résilience de l’agriculture japonaise. Celle-ci a échappé au vaste mouvement de transformation de la société après la Seconde Guerre mondiale (Hiroko Amemiya, 2015). Parmi les causes de la résilience de la petite agriculture, la dimension idéologique apparaît primordiale. La plupart des exploitations agricoles sont rizicoles, or, le riz et son respect sont au cœur de la civilisation japonaise et de « sa hiérarchie sociale » (Blanc, 2020) et ce rôle idéologique pousse à l’autosuffisance alimentaire qui, elle-même – au-delà de la marginalité démographique (4 % de la population) et économique (moins de 2 % du PIB) de l’agriculture – entretient le poids idéologique de ce secteur. La question agricole japonaise n’est donc pas seulement une question sociale et économique, elle est aussi idéologique et au-delà des cercles néo-libéraux, relativement consensuelle. Même si la production rizicole japonaise ne couvre plus que 40 % des besoins, cette importance idéologique de l’agriculture protège les petites exploitations et un style de vie autant qu’un segment économique.

28À cela il convient d’ajouter la véritable obsession foncière des agriculteurs et l’emprise qu’ils exercent sur leur descendance : l’attachement viscéral à la terre cultivée constitue autant une force de l’agriculture familiale en ce qu’elle freine la spéculation foncière et l’extension urbaine ou la transformation d’usage, qu’un obstacle au remembrement qui serait nécessaire à la modernisation des exploitations. Cela explique en partie que, malgré les difficultés économiques, les petits paysans n’abandonnent pas le travail de la terre, multiplient les revenus extra-agricoles, le travail parallèle, le recours aux pensions de retraite (60 % des exploitants ont plus de 65 ans), soutenus par un ethos qui dans l’agriculture donne sens à leur vie (Ikigai).

Les facteurs socio-spatiaux expliqueraient-ils l’exception japonaise ?

29Philippe Pelletier (2019) démonte l’idée d’insularité japonaise à laquelle il dénie le fait d’avoir été en soi un facteur d’isolement. Il pointe plutôt le rôle des pirates pour entretenir un relatif éloignement géopolitique pendant quelques siècles. Ce faisant, cependant, il insiste sur le rôle des intermédiations dans la mise à distance du Japon par rapport au monde et, à mon avis, la césure océanique/maritime en ce qu’elle permet précisément à ces médiateurs d’exercer leur talent. Par rapport au marché français qui s’inscrit dans la contiguïté continentale et logistique du hub hollandais, en introduisant une césure et le recours nécessaire au bateau ou à l’avion, « l’archipélité » nippone protège dans une certaine mesure ses producteurs, et ce d’autant plus que – contrairement à ce qui se passe en Amérique ou en EurAfrique – les fournisseurs équatoriaux ne sont pas localisés dans le même fuseau horaire, ce qui complique les approvisionnements et augmente les temps de transport, toujours dommageables à la qualité et aux prix des produits. En effet, à l’inverse des fuseaux américains et afro-européens, le fuseau méridien dans lequel s’inscrit le Japon n’a pas (encore ?) de producteurs équatoriaux.

30Ph. Pelletier insiste aussi sur la dimension archipélagique de la géographie japonaise. « L’isolement du Japon [sous le shogunat Tokugawa (1600-1868)] ne peut être considéré sans l’immensité de l’archipel » (p. 37). Or, son étalement latitudinal entre le 30° et le 46°, combiné à sa situation sur une façade orientale de continent rend possible une production florale tout au long de l’année. Ainsi dans la préfecture d’Hiroshima (36° de latitude nord) les producteurs peuvent-ils produire des roses en plein hiver. Les importateurs éventuels ont donc toujours face à eux des productions nationales, fraîches, aux circuits de commercialisation rodés, répondant aux attentes des consommateurs. Leur tâche est donc compliquée par les caractéristiques de la production comme par celles de la consommation.

La rose japonaise résiste-t-elle parce que protégée par le nationalisme commercial ?

31Le Japon est réputé pour son soi-disant protectionnisme. Qu’en est-il ? Même si l’OCDE et l’OMC considèrent que les barrières non tarifaires sont peu importantes, les mesures SPS constituent des enjeux importants, susceptibles de contribuer à protéger les producteurs agricoles et floricoles japonais.

32En 2005, le European Business Council in Japan indiquait que compte tenu de l’obligation de les soumettre à un traitement chimique coûteux et préjudiciable à la fraîcheur afin de les débarrasser de trois variétés d’insectes nuisibles, les producteurs européens ne pouvaient que difficilement exporter des fleurs vers le Japon. Par ailleurs, l’obligation faite aux producteurs étrangers désireux de commercialiser leurs produits au Japon de faire appel à un distributeur indépendant rendait la pénétration du marché difficile pour les étrangers. Cette situation est à l’opposé de celle que l’on observe en Europe, où, en effet, l’équilibre des rapports entre producteurs et distributeurs constitue un facteur aggravant, la grande distribution agissant de facto en partenaire de la délocalisation. Lorsque le prix est de façon caricaturale le déterminant de l’achat, l’arbitrage des grandes surfaces en faveur de produits délocalisés a fatalement tendance à s’accroître.

La résistance rosicole participe plus généralement de celle de l’agriculture japonaise qui s’explique surtout pour des raisons politiques

33Le soutien de l’Etat japonais à son agriculture en fait l’une des plus protégées du monde.

  • 2 Pour répondre à la question éminemment géographique de savoir pourquoi des serres en activité parsè (...)

34Il la soutient d’abord contre la spéculation foncière métropolitaine. Alors qu’en France, la mise en tourisme de la Côte d’Azur, l’étalement périurbain déchaînent les passions spéculatives et fragilisent le maraîchage et l’horticulture2, au Japon, même dans les plaines urbanisables, la loi protège les exploitations, dont la floriculture. En effet, une loi de 1952 protège la propriété paysanne en délimitant l’usage de la terre, et en définissant strictement les conditions des modifications d’usage, notamment des terres cultivables. La terre arable est bien plus qu’un moyen de production, le véritable support d’un style de vie, d’une civilisation.

35Surtout, la résistance de l’agriculture japonaise ne peut se comprendre sans référence aux arrangements et aux équilibres du jeu électoral japonais. La contribution de l’agriculture à celui-ci est bien plus importante et surtout institutionnalisée qu’en France. Même si la ruralité française pèse sur le jeu politique, même si les syndicats agricoles, notamment de la FNSEA et de la CGA, impactent les élections locales notamment sénatoriales, en France la ruralité compte plus que l’agriculture stricto sensu. Au Japon, l’institutionnalisation de cette contribution politique de l’agriculture au jeu électoral est très nette. Le système coopératif est une machine électorale au service du parti LDP qui a dirigé le Japon depuis 1945. Pendant longtemps, l’hégémonie parlementaire du LDP s’est construite grâce à l’encadrement des circonscriptions rurales par la JA. On comprend dans ces conditions l’oreille que le secteur agricole avait auprès des décideurs.

Les défis de la floriculture japonaise

36Ces facteurs qui jusqu’à présent ont construit l’exception rosiculture japonaise pourraient changer et, de ce fait, affecter les conditions de l’autosuffisance nippone. Perçus par les agriculteurs comme des défis voire des menaces, ces changements jouent à deux niveaux : au niveau sectoriel et au niveau systémique.

La fin de la Fortress Japan ?

37Parce que l’agriculture japonaise a été jusqu’à présent l’une des plus protégées et des plus soutenues du monde, les défis les plus immédiats et les plus déstabilisants dérivent des réformes libérales et des dérégulations commerciales engagées par le gouvernement Abé.

38Celui-ci a engagé une série de négociations visant à signer des accords de partenariat économique d’inspiration libérale avec l’idée qu’ils mettraient fin à l’atonie économique dont souffre l’économie japonaise. L’économie japonaise étant en berne depuis plus d’une décennie, la signature d’accords commerciaux, dont celui réalisé avec l’UE, est pensée comme un levier pour relancer la croissance économique du pays. Ces accords ouvrent-ils une brèche dans la protection de l’agriculture ?

39Deux de ces partenariats sont particulièrement importants : le TPP et l’APE/APS avec l’UE. Les négociations de ces deux accords ont occupé l’essentiel des années 2010 (Delamotte, 2019). La priorité des Japonais a d’abord été au TPP puis, avec le retrait des USA sous l’impulsion de l’administration Trump, l’accord avec l’UE est passé au premier plan et le 6 juillet 2017, l’Union européenne et le Japon ont donc signé un accord de libre-échange : le Japan-European Union Free Trade Agreement (JEFTA) qui pourrait pousser de 1,3 % le PIB japonais.

  • 3 Le déficit chronique illustre le très faible niveau d’autosuffisance – 40 % seulement – de cette éc (...)

40Pour le secteur agricole, l’abaissement des droits de douane de 82 % permet au Japon de s’approvisionner à moindre coût en produits agricoles et alimentaires, dont il est l’un des tout premiers importateurs mondiaux3. Il permet ainsi aux Européens de prendre pied sur le sol japonais, notamment dans le domaine de la viande bovine, du vin, des produits préparés. En signant cet accord avec l’UE, le gouvernement fait toutefois prendre un tournant radical à ses agriculteurs désormais contraints d’opérer dans un environnement ouvert dont ils ont été longtemps protégés.

41Aussi, à l’appui de cette politique commerciale et politique, le gouvernement a engagé une série de réformes assez proches des mesures d’ajustement structurel appliquées aux Etats africains dans les années 1980-1990.

42En effet, « la troisième flèche » des « Abenomics » vise à améliorer la compétitivité des entreprises japonaises en supprimant les différentes réglementations qui seraient à l’origine du manque d’agressivité de certains secteurs. Classiquement, cette entreprise de dérégulation se décline soit sur le mode territorial, soit sur le mode sectoriel. Ainsi plusieurs enclaves – des « special zones » – sont-elles désormais soumises à des règles moins strictes qu’ailleurs. 38 métropoles ont ainsi vu leur environnement réglementaire assoupli pour attirer des entrepreneurs, notamment internationaux. L’administration Abe a aussi entamé la transformation de Japan Agricultural Cooperatives. Le protectionnisme véhément de celle-ci est perçu par les politiciens libéraux comme un obstacle au renforcement de la compétitivité de l’agriculture japonaise.

43Mais cet ajustement structurel se comprend d’abord/aussi/surtout (?) au regard de l’érosion du poids électoral des agriculteurs : l’influence du lobby agricole au Parlement et auprès du parti central de la politique japonaise, le LDP, s’effondre à mesure du recul démographique du vote paysan sous l’effet de l’exode rural et surtout de la mortalité. The description of JA as a vote-gathering machine for the LDP, with the power to determine who wins in rural electorates, no longer necessarily holds, indicating a weakening of the “triangle of electoral cooperation” amongst farm voters, JA and the LDP (Honma, George Mulgan, 2018).

44La question centrale de la terre !

  • 4 “Evidence from Hikawa Town in Shimane Prefecture shows how exceptionally strong local control over (...)

45Surtout, compte tenu de l’importance du microfundia pensé comme obstacle à la performance agricole et aux réformes agraires, la libéralisation foncière constitue sans doute la clé des réformes d’ajustement structurel façon japonaise. L’objectif de la loi foncière de 1946 avait été de consolider les acquis de la réforme agraire autant que de rendre les exploitations performantes. Sans l’abolition de cette loi foncière, la libéralisation agricole risque fort de n’être qu’un mot d’ordre sans réalité. Conscient de l’importance de la question foncière dans la résistance des structures agricoles, le ministre de l’Agriculture Ken Saito a le 23 mars 2020 affirmé que le gouvernement envisageait la reprise des fermes en déshérence par des investisseurs étrangers ! Et ce alors que le Farmland Act n’autorise aucun investissement étranger dans la terre à usage agricole. Il s’agit là d’une bombe politique et culturelle dont on mesure encore mal les retombées. Déjà l’administration Abe avait introduit une faille dans le Farmland Act autorisant les non-agriculteurs à investir dans la terre à usage agricole et en créant des banques foncières pour aider les y aider. Néanmoins, la partie est loin d’être jouée : des recherches localisées4 montrent la capacité des acteurs locaux (agriculteurs et employés des coopératives notamment, mais aussi politiciens locaux) à empêcher les acheteurs étrangers dans leurs projets et, au contraire, à utiliser la loi pour confirmer l’emprise des locaux sur la terre, affirmant ainsi le rôle du capital d’autochtonie dans la résilience agricole japonaise.

46Par ailleurs, l’horticulture japonaise se trouve confrontée à l’offensive des producteurs tropicaux.

47Les importateurs japonais – de petite taille – se montrent cependant confiants dans l’avenir, même si la consommation de fleurs coupées reste stable, voire pour celle des roses baisse : depuis une dizaine d’années, la baisse est d’environ 25 % (400 millions de tiges locales et importées en 2010 à moins de 300 millions de tiges locales et importées en 2018). Par contre, la consommation d’œillets, de chrysanthèmes et des autres fleurs de saison augmente : It is not easy to make money with roses. In case of roses, it is not possible to avoid competition. And local growers are producing top quality roses for weddings. Aussi les variétés importées concernent-elles surtout des variétés demandées par les supermarchés. Néanmoins Funeral people are ready to buy and use these imported roses. C’est une tendance émergente que d’utiliser des roses pour les enterrements (blanches, roses et rosées). Ainsi que le clame haut et fort un journal japonais : Funeral displays using foreign flowers are gaining popularity with the increase of personalized funerals. Besides traditional funeral flower arrangements using chrysanthemums, many exhibition booths showed altar displays and sympathy flower arrangements using foreign flowers such as roses and orchids. Flower imports are increasing along with the rising demand for foreign flowers used in funerals” said an official of Classic, a cut flower importer.
Hibiya-Kadan Floral Co., a florist chain, displayed in its booth an altar designed for non-religious funerals, using mainly foreign flowers.
In regions where relationships with relatives or ties among communities are not so intimate, people tend to choose their own ways of sending off their loved ones, unbound from traditions” said Michiyasu Ando, head of the company’s life support services department.
D-Market, which sells cut flowers grown at home and abroad, offered annual contract plans for funeral homes to purchase flowers. OASIS Corporation, an orchid dealer and producer, introduced a system to revitalize funeral flowers, in which the company keeps potted orchids displayed in funeral receptions and returns them in bloom a year later to the family of a person who died
(The Japan Agricultural News, June 19, 2013). C’est le marché japonais du futur pour les roses.

48L’intégration logistique croissante des Etats africains et l’ouverture ou la densification des liaisons aériennes avec les pays de la Corne favorisent la croissance des importations japonaises en provenance d’Afrique. La part de marché des fleurs éthiopiennes progresse depuis 2014 quand des vols directs ont été inaugurés entre Addis et Tokyo. Cependant, en fait, la production éthiopienne n’a fait que se substituer à la production indienne, de qualité moindre et dont les prix augmentent parce que la consommation indienne augmente aussi. Pendant ce temps, 2/3 des roses importées continuent de venir du Kenya. La souplesse logistique croissante qui permet aux producteurs de conditionner des cartons contenant des variétés différentes, la diversification productive des fermes kenyanes constituent autant de facteurs de leur compétitivité accrue sur le marché japonais.

Les défis du futur

49Au-delà, les défis qui attendent l’horticulture et la rosiculture japonaises ne diffèrent guère de ceux auxquels se trouve confrontée la société japonaise dans son ensemble. Ils sont donc de nature systémique et non plus seulement sectoriels.

  • 5 Le taux de chômage faible s’explique en partie par une productivité par travailleur plus faible qu’ (...)

50Trois facteurs surdéterminent les mutations de la rosiculture japonaise : l’atonie économique, le vieillissement de la population et le plein emploi structurel5.

51Le déclin démographique et le grand âge menacent la production comme la consommation. En effet, les exploitants sont souvent âgés et leur nombre baisse. Les aléas climatiques, notamment les typhons qui occasionnent des dégâts importants n’arrangent rien quand ils traumatisent des exploitations tenues par des personnes âgées, certes rompues à une routine agricole précautionneuse mais moins capables d’encaisser la violence des aléas climatiques. Et les exploitations sont menacées de ne pas trouver repreneurs.

52Il n’empêche, ces exploitants peinent à trouver de la main-d’œuvre. Cette contrainte a été rencontrée à plusieurs reprises pendant les entretiens. Par exemple, dans le hangar de conditionnement de l’importateur Classic, les opérations de mise en boîte (des boîtes de 300 fleurs pour les supermarchés, des boîtes de 30 tiges pour les fleuristes) exigent une main-d’œuvre nombreuse dont les responsables ont avoué manquer à cause du vieillissement de la population. Cette pénurie de main-d’œuvre affecte également le secteur des transports (il n’y a pas assez de chauffeurs), celui de la vente de détail (les fleuristes peinent à trouver des employés pendant les périodes de pointe). Or, cette pénurie de main-d’œuvre provoque une tension sur les salaires qui peut être dommageable dans un contexte de compétition internationale accrue. C’est pourquoi, malgré les réticences populaires et politiques, l’appel à la main-d’œuvre étrangère, aujourd’hui peu nombreuse – la population japonaise reste très homogène avec moins de 2 % d’immigrés – se fait pressant, au point que le bilan migratoire japonais commence à s’inverser pour devenir positif.

Le pire n’est pas certain

53Cependant, la disparition de ces petites exploitations horticoles n’est pas inéluctable.

54D’abord parce que la JA défend leurs intérêts avec véhémence. En effet, malgré sa perte d’influence, la JA conserve sa capacité à mobiliser ses troupes et à encadrer le vote dans beaucoup de circonscriptions rurales voire périurbaines. Dans une démocratie électorale, cette organisation de 10 millions de membres (10 % du corps électoral) possède un poids politique disproportionné par rapport à son poids économique et, pendant les campagnes électorales, les candidats soutenus par la JA savent pouvoir compter sur les 200 000 employés de la coopérative !

55C’est pourquoi la conduite des réformes agricoles prend tellement de temps et demande autant de précautions. Cette capacité des agriculteurs à freiner ou orienter les réformes et à forcer le gouvernement à des compromis ou à un traitement spécial est claire. Les efforts continus de l’administration pour obtenir un traitement dérogatoire à l’agriculture nationale dans l’accord TPP est un exemple de l’impact du lobby agricole au plus haut niveau. Dans sa campagne anti-TPP, la JA a réussi à mobiliser non seulement les agriculteurs mais aussi un large éventail d’alliés politiques, y compris des organisations de consommateurs et de femmes, en mettant l’accent sur des questions telles que la sûreté et la sécurité alimentaires (George Mulgan, 2015). La détermination de Zenchu à préserver la « forteresse Japon » dans le domaine agricole l’avait mis en conflit avec des groupes d’affaires tels que Keidanren (syndicat du patronat japonais, représentant principalement les grands conglomérats) favorables à la libéralisation du marché et la baisse des prix alimentaires. Bien qu’étroitement alliés au LDP, Nokyo et d’autres groupes agricoles ont été scandalisés par les concessions faites par le gouvernement aux États-Unis, notamment sur les importations d’oranges et de bœuf. Et la menace de certaines coopératives locales de purement et simplement passer au Parti socialiste japonais – qui a fait du protectionnisme agricole un élément majeur de son programme – si le gouvernement continuait à céder aux exigences des États-Unis ont été suffisamment prises au sérieux par les politiques du LPD pour les amener à revoir leur copie. Le caractère clivant des questions alimentaires et agricoles et l’importance qu’elles prennent dans l’opinion publique constituent des atouts pour les agriculteurs, contribuant à pondérer l’effet de leur recul démographique.

56Ensuite, peu d’activités agricoles rémunèrent comme l’horticulture ou la floriculture. Alors que les prix des fleurs à Tokyo et Rungis sont sensiblement identiques (en octobre 2019, une tige d’Avalanche de 50 cm valait 70 cents à Tokyo comme à Rungis, sa grande sœur de 70 cm 1,3 euro à Tokyo contre 1 euro à Rungis et la tige de 80 cm 1,5 euro dans les deux lieux), le partage de la valeur n’est pas le même en France et au Japon et la floriculture japonaise rémunère relativement mieux ses producteurs. En effet, le producteur japonais reçoit en moyenne un tiers de ce que le consommateur paye la tige, alors que le producteur kenyan n’en reçoit que 10 % et le producteur français 20 %. Le recours au travail familial, la pluriactivité, l’utilisation de variétés nationales parfois issues de l’amateurisme ou issues de mutations, les achats de gros réduisent les coûts de production et permettent à prix de vente égaux une meilleure rémunération du producteur japonais. Par ailleurs, par rapport à la situation européenne, l’émiettement de la distribution et la concurrence qu’elle induit réduisent la part que ce segment capte dans le partage de la valeur, au profit des producteurs. Sans qu’il soit possible de mesurer exactement son rôle, cette différence dans le partage de la valeur contribue sans doute au contraste entre la résilience de la production japonaise et de la quasi-disparition de la rosiculture européenne.

57Aussi, sans doute de manière liée, cette filière horticole à haute valeur ajoutée attire-t-elle encore des candidats à la reprise, des candidats plus jeunes, mieux formés, plus ouverts aux innovations et aux tendances du marché ce qui contribue à la résilience de la filière. Enfin, plus que d’autres filières, les fleurs coupées, de même que le maraîchage et l’élevage, attirent des néo-agriculteurs, si bien que l’âge moyen des exploitants dans l’horticulture est plus bas que dans le reste de l’agriculture et surtout que dans la riziculture. Cette relative jeunesse des horticulteurs participe d’une tendance plus vaste à la réagrarianisation – non pas massive mais émergente – d’une partie de la société japonaise.

58Ensuite, la menace des importations, quoique réelle, n’est pas absolue. En effet, elles ne portent pour le moment que sur des volumes faibles. Aussi, si tous les ans, à l’instar de leurs collègues européens, les acheteurs des importateurs japonais choisissent de nouvelles variétés à importer (50/60 par an environ pour la société d’importation Classic) et se rendent dans les showcases des producteurs dans le monde entier pour leur demander de tester les variétés potentiellement intéressantes pour le marché japonais, ils ne pèsent pas significativement sur les tendances du marché. Aussi sont-ils souvent contraints d’adopter les mêmes variétés que leurs homologues européens, de suivre les tendances d’un marché qui n’est pas le leur, ce qui, d’une certaine façon, contribue à protéger la production nationale. Comme le reconnaît l’un de ces importateurs, il est très difficile de gagner de l’argent avec des roses car les fleurs importées rencontrent des productions locales de qualité, appréciées d’une clientèle exigeante.

59Enfin, une expertise hollandaise souligne que si la disparition des droits de douane en 1985 et la surévaluation relative du yen par rapport aux monnaies européennes ont bien entrouvert les portes du marché japonais comme le prouve la croissance des importations passées de 5 bn de yens à 30 bn de yens entre 1985 et 2015, depuis, et surtout depuis la dévaluation du yen de 2012, la pénétration du marché japonais est devenue plus difficile.

60Une récente décision du gouvernement japonais confirme cette ambivalence vis-à-vis de l’ouverture des frontières. En effet, l’année dernière le Japon a renforcé les conditions de la quarantaine appliquée aux végétaux importés, pour éviter tout risque d’introduction d’organismes nuisibles et donc de maladies des végétaux, risque qui augmente dans le contexte du changement climatique. Ce renforcement inclut également un contrôle plus strict des voyageurs qui viennent de pays considérés à risque. Il est clair que ces mesures réglementaires, quelles qu’en soient les justifications, ne peuvent que rendre plus difficiles et coûteuses les importations et donc favorisent le maintien du recours aux productions nationales.

En conclusion

61L’origine des roses coupées disponibles sur le marché japonais diffère donc très nettement de celle des autres Etats post-industriels. Loin de dépendre des importations en provenance des tropiques, les Japonais consomment surtout des roses japonaises. Les raisons de cette originalité reposent sur une histoire agricole singulière, marquée par les décisions cadastrales, réglementaires et institutionnelles imposées après la défaite de 1945 par les occupants américains. Ces décisions ont façonné un cadastre très égalitaire, ont rendu difficile une conversion des terres agricoles et ont mis sur pied un système coopératif tout à la fois très atomisé et centralisé – le JA. Le pacte, très largement contrôlé par le parti politique au pouvoir depuis la fin de la Guerre, lui a servi pour tenir les circonscriptions rurales du pays. Cette symbiose entre vie politique et vie agricole, en freinant les velléités d’ouverture des frontières agricoles du pays et les efforts de libéralisation foncière, contribue au conservatisme des campagnes et au maintien de l’autosuffisance rosicole. Au-delà de ces explications économiques et politiques, il est possible que l’originalité des goûts horticoles des Japonais joue un rôle important dans le maintien d’une production nationale, elle-même largement approvisionnée par un secteur de l’obtention assez imperméable aux grandes tendances internationales. Il faudrait cependant procéder là à des études plus profondes et d’ordre plus ethnologique qui peuvent constituer une piste de recherche future.

Haut de page

Bibliographie

Amemiya H. (2015), « La longue marche de l’agriculture familiale au Japon », Revue Tiers Monde, 221, pp. 107-128.

Benoit L. et al. (2017), « Roses d’Afrique, roses du monde », Géoconfluence, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/roses-afrique-mondialisation

Blanc P. (2020, 2e éd.), Terres, pouvoirs et conflits Une agro-histoire du monde, Presses de Sciences Po.

Bouissou J.-M. (dir.) (2010), Esthétiques du quotidien au Japon, Institut Français de la Mode/Regards.

Bouissou J.-M. (2020), Les leçons du Japon. Un pays très incorrect, Pluriel.

Calas B. (2011), « La rose coupée entre tropiques, hors-sol et mondialisation », in Bart F. (dir.), Natures tropicales, Actes des XIIIèmes journées de géographie tropicale, Espaces tropicaux, 20, PUB, Pessac, pp. 239-252.

Calas B. (2013), « Mondialisation, clusterisation et recyclage colonial : Naivasha, laboratoire du Kenya émergent », EchoGéo, 26.

Delamotte G. (dir.) (2019), Le Japon dans le monde, CNRS Éditions.

GEORGE Mulgan A. (2015), “Understanding Japanese trade policy: a Political Economy Perspective”, in GEORGE Mulgan A., Honma M., The Political Economy of Japanese Trade Policy, Palgrave, Macmillan.

Godo Y., Takahashi D. (2012), Evaluation of Japanese Agricultural Policy Reforms Under the WTO Agreement on Agriculture, file:///C:/Users/ULB/Downloads/20120609GodoIAAE_AESPoster%20(2).pdf

Goody J. (1994), La culture des fleurs, Le Seuil, La librairie du XXe siècle.

Honma M., George Mulgan A. (2018), “Agricultural Reform under Abenomics”, Asian Economic Policy Review, 13, 1, pp. 128-144.

JENTZSCH H. (2017), “The ‘local’ in Processes of Endogenous Institutional Change: Informal Village Institutions in Japan’s Changing Agricultural Support and Protection Regime”, Contemporary Japan, 29, 1.

Pelletier Ph. (2018, 3e éd.), La fascination du Japon. Idées reçues sur l’archipel japonais, Le Cavalier Bleu.

Robert D., Krissof B. (2004), Regulatory Barriers in International Horticultural Markets, USDA Economic Research Service, janvier.

Service Economique Régional près l’Ambassade de France à Tokyo (2021), « Le Japon renforce les conditions de la quarantaine végétale », Lettre AGRO Japon - Corée, 53, juin.

Solis M., Urata S. (2018), “Abenomics and Japan’s trade policy in a new era”, Asian Economic Policy Review, 13, 1, pp. 106-123.

Haut de page

Notes

1 L’enquête – menée en octobre 2019 – a consisté en une trentaine d’entretiens semi-directifs auprès des acteurs de la filière fleurs/roses coupées à Tokyo, Nagoya, Aichi et Shiga. Visites de fermes, enquêtes auprès des commissaires-priseurs des enchères du marché floral d’Ota, visites des ateliers de conditionnement de la firme Classic à Narita, rencontre avec des obtenteurs, visite de fleuristes franchisés ou non sont les principales étapes de ce terrain. Ce travail avait été précédé un travail bibliographique centré sur l’agriculture japonaise et a capitalisé sur la connaissance de la chaîne de valeur globale de la rose coupée, connaissance acquise au cours des 5 années du projet « RosesMonde ».

2 Pour répondre à la question éminemment géographique de savoir pourquoi des serres en activité parsèment encore les campagnes de Ligurie occidentale alors qu’elles ont quasiment disparu dans le Var, et ce à quelques kilomètres de distance, dans les mêmes conditions bioclimatiques, de part et d’autre du pont qui relie Menton à Vintimille, une des hypothèses est de faire intervenir l’intensité différente de la pression foncière. Le contraste entre une Côte d’Azur livrée aux spéculateurs et aux promoteurs et une Ligurie moins touchée s’explique en partie par la localisation relative différente de ces deux régions dans leur ensemble national : la Côte d’Azur est un sud alors que la Ligurie est un nord ! Cette différence s’explique en partie par l’importance du BTP dans l’imaginaire macro-économique des hommes politiques français : « quand le bâtiment va tout va », par les lois de décentralisation qui ont dépossédé l’Etat central de ses prérogatives planificatrices, par la capacité des promoteurs à s’attirer les bonnes grâces des maires sensibles au poids des propriétaires fonciers, notamment agricoles, et des néo-accédants à la propriété dans leurs électorats.

3 Le déficit chronique illustre le très faible niveau d’autosuffisance – 40 % seulement – de cette économie de près de 130 millions d’habitants. Le déficit commercial agroalimentaire du Japon avec le reste du monde dépasse assez largement les 50 milliards de dollars en moyenne sur la décennie écoulée, un pic de 71 milliards ayant été atteint en 2011.

4 “Evidence from Hikawa Town in Shimane Prefecture shows how exceptionally strong local control over farmland enables consolidation – albeit in the ‘defensive’ interests of the local incumbents” (Jentzsch H., 2016).

5 Le taux de chômage faible s’explique en partie par une productivité par travailleur plus faible qu’ailleurs dans l’OCDE. Quand un travailleurs français produit 70 000 $ par an, son collègue japonais n’en produit que 55 000 (Sénat, 2006) si bien que l’économie japonaise occupe beaucoup de travailleurs, d’autant que la flexibilité des rémunérations en fonction des perspectives des entreprises et le travail partiel sont des pratiques courantes dans les entreprises japonaises qui leur permettent de limiter le recours aux licenciements comme variable d’ajustement des coûts de production. Le chômage n’a été défini légalement qu’en 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Calas, « Exceptionnelle rose japonaise : entre résilience et banalisation  »Belgeo [En ligne], 2 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/55092 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.55092

Haut de page

Auteur

Bernard Calas

Professeur de géographie, Université Bordeaux Montaigne, UMR LAM, Bernard.Calas@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search