Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Patrimonialisation d’objets de na...

Patrimonialisation d’objets de nature : le cas des Terres d’Espérance à Québec

The heritagization of natural goods : the case of the Terres d’Espérance in Quebec
Fabien Jakob

Résumés

à l’occasion de la révision du Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, cette étude analyse comment l’engagement citoyen ou militant au sein et en périphérie des dispositifs participatifs et délibératifs de la raison publique contribue à patrimonialiser certaines réalités matérielles et immatérielles mais également à faire émerger de nouvelles formes d’articulation conventionnelles qui visent à éviter que la gestion territoriale n’occasionne des situations écologiques préjudiciables irréversibles, et notamment à la défaveur des générations futures.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude vise plus particulièrement à comprendre dans le cadre d’un processus participatif et délibératif de gestion territoriale les arguments relatifs aux objets de nature portés dans l’espace public pour justifier certaines actions, les registres discursifs étant en effet ressourcés par des raisons plurielles, plus ou moins exclusives les unes des autres. Elle « s’intéresse aux acteurs et à leurs stratégies d’intervention, de déploiement et d’opposition, à leurs rapports de force et de pouvoir ; la construction sociale de l’environnement ne peut en effet supposer que ce dernier soit un acquis consensuel » (Laslaz, 2017). Elle vise plus spécifiquement à déterminer si la mobilisation d’acteurs concernés par des problèmes écologiques qui les affectent directement ou indirectement conduit localement à repenser les règles de co-production et de gestion collective en matière d’aménagement du territoire. Il s’agit également de déterminer si l’engagement de ces différents acteurs participe d’une forme de patrimonialisation de biens de nature menacés d’une transformation préjudiciable. Sous cet angle, cette étude s’inscrit plus largement dans les pas d’une forme d’écologie politique qui renvoie justement dans un contexte de mouvements environnementaux à une façon d’appréhender « l’accès aux ressources naturelles, leur contrôle et leur gestion qui fait ressortir l’importance réciproque des multiples acteurs (humain et non humain) à différentes échelles dans la durée avec une attention particulière pour l’influence des relations politiques et biophysiques des dynamiques nature-société » (Bassett, Gautier, 2014).

Intégration des objets de nature dans le champ patrimonial

2Très schématiquement, la notion de patrimoine naturel s’est historiquement développée à partir d’exaltations mystificatrices de la nature. Les écrits de R.W. Emerson et H.D. Thoreau participent en effet d’une vision transcendantale de la relation entre l’homme et un monde sauvage témoin de l’activité divine (Charles, Kalaora, 2008) ; il s’agit alors de sanctuariser des espaces sacrés (Depraz, 2008), de les préserver de l’extension même du processus de civilisation. La notion de patrimoine naturel est également façonnée par des influences esthétiques caractéristiques du XVIIIe siècle (Raffestin, 1995) ; les voyages pittoresques du milieu du XIXe siècle et du début du XXe siècle y contribuent également ; dès 1830, l’esthétique de la nature gagne en effet l’élite intellectuelle, la volonté de protéger ces éléments naturels répond alors au besoin de protéger des lieux de ressourcement et de contemplation (Depraz, 2008). Il s’agit de plus de « gagner de vitesse les acteurs privés par une bataille juridique destinée à préserver ces espaces de toute captation par un groupe d’intérêt particulier, d’en protéger les promesses de mises en valeur par un juste partage social » (Depraz, 2008, p. 75) ; la création des premiers parcs nationaux américains est indiscutablement liée à l’industrie touristique naissante (Héritier, Laslaz, 2008, p. 14). La notion de patrimoine naturel procède également d’une importante production scientifique, notamment dans le domaine des sciences naturelles (premiers inventaires, définition de critères de sélection, etc.) (Viard, 1985). La notion de patrimoine naturel se trouve également mobilisée dans la construction des territorialités nationales ; c’est en effet également « l’exceptionnel que l’on met en valeur, que l’on donne à voir comme élément fondateur de l’identité (nationale) » (Arnould, Simon, 2007, p. 135). La notion de patrimoine naturel se trouve toutefois également politisée dans la construction des territorialités régionales ; elle reproduit alors et réactualise à l’échelle locale certaines valeurs spatiales et sociales « que les individus, les groupes et les organisations dans un contexte donné, y projettent et y fixent, en raison même de l’état, dans la société donnée, des systèmes de définition et de qualification des valeurs sociales » (Lussault, 2003, p. 973). Sous cet angle, le patrimoine naturel comme le patrimoine culturel se composent et se conçoivent comme « tout ce qui peut être revendiqué par un groupe social comme tel : tout ce que ce dernier estime avoir reçu et qui, à ce titre, présente une valeur pour lui (Bouisset, Degrémont, 2013, p. 193).

3A cet égard, si certaines élites ont initialement largement contribué à la reconnaissance et qualification du patrimoine naturel, si la mise en patrimoine des objets de nature s’est institutionnalisée du fait de biologistes, de botanistes, d’écologues et d’autres experts sur la base de critères de rareté ou de vulnérabilité (Depraz, 2008), les mouvements associatifs se sont révélés extrêmement actifs en la matière (Alphandéry, Fortier, 2011) tout comme les acteurs issus de la société civile en raison du rapport de proximité qu’ils nouent avec les objets patrimonialisés. Cette diversité des êtres impliqués dans les épreuves en qualification participe d’évolutions typologiques des objets de nature inclus dans le champ patrimonial, d’extensions temporelle et d’échelle spatiale (Di Méo, 1994). De la patrimonialisation d’objets à fort degré de naturalité, souvent déjà valorisés et protégés avant d’être explicitement patrimonialisés, à l’appréhension d’objets de nature intégrés dans des contextes agricoles, urbains, forestiers en lien avec des activités culturelles, domestiques ou touristiques, « on est passé d’une nature artistique et monumentale (les cathédrales de la nature) à des considérations écologiques d’éléments remarquables pour aborder aujourd’hui l’idée de la protection de la nature ordinaire » (Barrère et al., 2005, p. 17). Cette évolution se traduit par une « imbrication croissante du patrimoine naturel à d’autres types de patrimoines plus ou moins anthropisés : patrimoine paysager, patrimoine culturel, etc. » (Bouisset, Degrémont, 2013, p. 195). Le corollaire de ces extensions et hybridations dans les catégories du patrimoine naturel consiste en sa mise en relation avec d’autres notions comme celles de paysage, d’environnement, d’écosystème voire de développement durable, ce qui en complexifie l’appréhension : « l’échelle patrimoniale deviendrait globale et universelle (la patrimonialisation) trouverait ses justifications dans l’intérêt général de l’humanité et de la survie de la planète » (Bouisset, Degrémont, 2013, p. 195).

4Ces considérants interrogent la portée et la signification dévolues au patrimoine naturel, entre un patrimoine « résistance aux changements » qui résulte au sein des sociétés occidentales d’un travail critique des formes d’organisation des sociétés et du modèle consumériste et de l’interprétation des problèmes de dégradation constatés dès le XIXe siècle sur certains milieux par l’industrialisation (Viard, 1990) et un patrimoine ouvrant la voie de la résilience dans la coadaptation et la coévolution de l’homme et de son environnement (Berdoulay, Soubeyran, 2002). A ce titre, la patrimonialisation des objets de nature réinterroge à nouveaux frais un certain rapport au temps : « alors que, pendant près de deux siècles, la question a été de déterminer ce que les sociétés souhaitaient retenir du passé, les dernières décennies du XXe siècle (en anticipation du XXIe) ont été marquées par l’obsession de ce que l’humanité devait léguer » (Fouré, Obadia, 2009, pp. 22-23). Ces considérants qui témoignent d’une évolution des regards sur la nature, plus ou moins anthropocentrés, biocentrés ou écocentrés (Larrère, 2010) influencent par ailleurs grandement le déploiement des stratégies de protection, entre préservationnisme, conservationnisme et autres approches optant pour une gestion prudente et mesurée de la nature « avec une finalité explicite de protection destinée à en assurer les usages futurs » (Rodary, Castellanet, 2003, p. 8).

Méthodologie et cadre d’analyse

5À travers l’étude des conflits dans l’aménagement du territoire, cette recherche analyse les représentations collectives et les valeurs sociétales qui sont attachées aux objets de nature, les référentiels propres aux acteurs, aux collectifs qui les qualifient, les valorisent en vue de les patrimonialiser pour en assurer la protection et transmission aux générations futures (Guille-Escuret, 1989). Les sources documentaires réunissent des textes législatifs et réglementaires, des plans d’orientation et d’action politiques, des avis gouvernementaux, des interpellations écrites adressées aux pouvoirs publics. La collecte ne néglige pas non plus une importante revue de presse nationale, régionale et locale. Plusieurs entretiens semi-directifs avec des acteurs ressources permettent de valider ou invalider certains a priori et de tester les hypothèses. L’approche herméneutique choisie repose sur un travail qualitatif visant, entre analyse explicative et compréhensive, à déployer une interprétation qui rende le mieux compte du sens des énoncés, des structurations cognitives-symboliques du monde et des grammaires d’action. Conformément au cadre théorique choisi, seuls les discours ayant fait l’objet d’une certaine publicité sont retenus ; « Une chose n’est pleinement connue que quand elle est publiée, partagée et socialement accessible » (Dewey, 2010, p. 275) ; seules les justifications dépassant les intérêts particuliers et visant la satisfaction du bien commun sont considérées. Suivant une première lecture des sens communs mettant en évidence les thèmes prégnants des représentations, les croyances et les références idéologiques véhiculées par les discours, les mondes lexicaux, les formations discursives et les concepts identifiés sont affinés, progressivement regroupés par différenciation puis regroupement et organisés selon un codage axial jugé pertinent au regard des objectifs de la recherche. Suivant des techniques d’induction et d’abstraction, les mondes lexicaux, les formations discursives et les concepts sont reliés aux dimensions théoriques. Cette recherche s’appuie à cet égard sur les outils sociologiques développés par Luc Boltanski et Laurent Thévenot. Ceux-ci proposent une systématisation des modes de justification que mobilisent les acteurs pour dissiper les doutes, clarifier la situation, éventuellement résoudre les controverses en recourant à certains principes d’équivalence qui permettent de mesurer la grandeur des êtres, de déterminer leur place, leurs relations, et d’évaluer ce qu’est, doit être ou devrait être. S’envisageant comme un projet d’enquête grammaticale des formes de dénonciation, de revendication et de justification lors de conflits d’évaluation de situations problématiques, cette approche entend ainsi objectiver et catégoriser les ressorts (principes) sur lesquels se fondent et se renouvellent dans le temps les justifications de l’action en prenant appui sur une typologie de cités trouvant chacune ses racines dans un courant philosophique moral et politique ; d’abord les cités domestique, civique, de l’opinion, marchande, industrielle, inspirée (Boltanski, Thévenot, 1991), puis la cité en projet (Boltanski, Chiapello, 1999) et enfin la cité verte (Lafaye, Thévenot, 1993).

Les Terres d’Espérance

6Les Terres d’Espérance sont localisées aux confins de la première couronne périurbaine de la Ville de Québec, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent à environ trois kilomètres à l’intérieur des terres, dans la frange ouest de l’arrondissement culturel de Beauport et au nord du pôle urbain régional d’Estimauville (écoquartier). Les Terres d’Espérance sont ainsi situées dans un secteur d’expansion urbaine privilégié, comme en témoigne la carte ci-dessous illustrant l’évolution de l’urbanisation / périurbanisation des années 1950 aux années 2010. La zone de faible densité comprend quelques parcs et espaces verts, des espaces boisés, quelques commerces de proximité. 

Figure 1. Communauté métropolitaine de Québec (2013), Évolution résidentielle (1 : 72 224).

Figure 1. Communauté métropolitaine de Québec (2013), Évolution résidentielle (1 : 72 224).

https://www.sig.cmquebec.qc.ca/​GeoLyre/​index.html ?viewer =sig2020

7Plus particulièrement, les Terres d’Espérance s’étendent sur une superficie d’environ 200 hectares en pente douce se déroulant du nord au sud. Le système parcellaire, dont la géométrie des lots, étroits et allongés, orientés perpendiculairement au fleuve porte encore les traces du régime seigneurial, offre quelques points d’observation et un panorama sur le Saint-Laurent et l’île d’Orléans qui souligne la valeur paysagère de la parcelle qui comprend également quelques voies de circulation tracées pour certaines du XVIIe au XXe siècle.

Figure 2. Communauté métropolitaine de Québec (2013), Évolution résidentielle (1 : 72 224).

Figure 2. Communauté métropolitaine de Québec (2013), Évolution résidentielle (1 : 72 224).

https://www.sig.cmquebec.qc.ca/​GeoLyre/​index.html ?viewer =sig2020

8Les qualités architecturales de certains de ses éléments qui ont conservé un degré élevé d’intégrité participent également de l’identité des lieux. L’intérêt des Terres d’Espérance réside encore dans leurs dimensions culturelles évoquant les œuvres sociales des Sœurs de la Charité qui y développent les productions fourragère, horticole et laitière pour accroître leur autonomie et améliorer les conditions de vie des orphelins, des déviants, des improductifs et autres vagabonds refoulés par l’industrialisation dont elles ont au tournant du XIXe siècle la responsabilité. Les Terres d’Espérance se trouvent à cet égard dans la zone agricole protégée de Québec et sont actuellement proposées en affermage. Demeurant l’une des plus grandes parcelles enclavées périurbaines de Québec, elles cristallisent plus particulièrement encore différents enjeux liés à la raréfaction des espaces verts ou boisés à proximité des villes, progressivement absorbés par la croissance urbaine diffuse ou en archipel qui fragmente les habitats naturels, démultiplie les sources de pollution, accélère l’épuisement de ressources naturelles et la dérégulation de services écosystémiques.

Figure 3. Façade sud de la Maison Généralice des Sœurs de la Charité à Québec.

Figure 3. Façade sud de la Maison Généralice des Sœurs de la Charité à Québec.

F. Jakob, 2022

Révision du Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec

  • 1 Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, Direction régionale de la Capitale-Nationale (...)

9La Loi sur l’aménagement et l’urbanisme impose aux municipalités régionales de comté d’adopter un Schéma d’aménagement et de développement. Dans le prolongement d’une approche fonctionnaliste de la planification, le premier Schéma d’aménagement et de développement à Québec adopté en 1985 repose sur un modèle polycentrique ; le centre-ville de Québec et les centres secondaires de Sainte-Foy, de Lebourgneuf et de la côte de Beauport (« centres structurants ») concentrent les densités résidentielles les plus fortes et les principaux équipements, tandis que les pôles intermédiaires (lieux privilégiés pour la densification du territoire) sont développés le long de corridors structurants – l’axe du chemin Sainte-Foy et de la Grande Allée Ouest, au carrefour de l’autoroute Laurentienne et du boulevard Wilfrid-Hamel, ainsi qu’au carrefour des boulevards Sainte-Anne et D’Estimauville – qui déterminent également le positionnement d’aires spécialisées (zones industrielles et commerciales, ainsi que les campus technologiques, centres de recherche et d’innovation, etc.) et le développement du réseau multimodal de transports. Les zones aéroportuaires, la couronne agroforestière (environ 50 % du territoire) ainsi que les bassins versants des prises d’eau potable situées dans les rivières Saint-Charles et Montmorency structurent également cette organisation spatiale. Le schéma est révisé tous les cinq ans. Conformément à l’article 41 de la Loi sur la Communauté métropolitaine de Québec, le Conseil d’Agglomération de Québec confie le 7 juillet 2015 à une Commission consultative le mandat d’élaborer un projet de Schéma d’aménagement et de développement révisé de l’Agglomération de Québec et d’organiser les démarches consultatives y afférant. La Vision stratégique d’aménagement de l’agglomération de Québec reprend le modèle adopté en 1985 et fixe plusieurs priorités : améliorer la compétitivité des espaces industriels et commerciaux, rendre l’agglomération toujours plus concurrentielle et attractive pour les entreprises et les travailleurs qualifiés, augmenter la superficie du parc technologique, faciliter l’accessibilité aux emplois et aux services, développer le réseau de transports multimodaux, assurer la croissance résidentielle (accueillir plus de 57 000 nouveaux résidents) et l’agrandissement du périmètre d’urbanisation (de 712 hectares) au détriment de la zone agricole, en particulier les terres jugées fragmentées et enclavées à l’est du territoire1, dont les 200 hectares constitués par les Terres d’Espérance.

  • 2 Ville de Québec (2016), La révision du Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération (...)
  • 3 Ville de Québec (2016), Schéma d'aménagement et de développement - Séance d'information en ligne du (...)
  • 4 Ville de Québec (2016), Schéma d'aménagement et de développement - Séance d'information du 12 mai 2 (...)
  • 5 Ville de Québec (2016), Schéma d'aménagement et de développement - Séance d'information du 11 mai 2 (...)
  • 6 Ville de Québec (2017), Prise d'acte du Rapport de consultation publique relatif au premier proj (...)

10Pour assurer une certaine publicité à la révision, diverses campagnes de sensibilisation et d’intéressement sont mises en œuvre, notamment la diffusion d’avis publics dans le Bulletin Municipal ainsi que l’organisation de conférences de presse (le 5 octobre 2015, le 27 avril 2016 et le 25 avril 2017). Soulignant la mission des nouveaux médias dans l’élaboration d’une opinion publique, des communications sont également diffusées sur les sites Web de l’administration selon différentes stratégies de captation et de cadrage de l’attention publique ; un sondage est mis en circulation auquel 203 personnes répondent (du 8 octobre au 22 novembre 2015)2 et un webinaire est organisé le 25 mai 2016 (auquel assistent 86 personnes en direct et 373 citoyens en différé, en date du 2 novembre 2017)3. Dès lors que le processus démocratique trouve également sa grandeur à l’épreuve du face-à-face, des séances publiques d’information sont ouvertes les 9 et 12 mai 2016 (elles sont webdiffusées en direct et rendues disponibles en ligne en différé ; la séance du 12 mai est consultée 633 fois en date du 2 novembre 2017)4 et encore les 9 et 11 mai 2017 (webdiffusées en direct, elles sont visionnées en différé près de 450 fois en date du 2 novembre 2017)5. Ces séances organisent surtout un flux unidirectionnel et non dialogique d’informations résumant la position du Conseil de l’Agglomération de Québec ; elles sont toutefois complétées par des séances d’audition obligatoires des opinions les 14, 16 et juin 2016 puis les 29, 30 et 31 août 2017 qui permettent respectivement à 52 puis 65 représentants des milieux agricoles, militants écologistes, porte-paroles des milieux patrimoniaux et acteurs issus de la société civile de partager leurs avis et d’énoncer leurs préoccupations (de plus, 59 mémoires écrits sont déposés en 2016 et 91 mémoires écrits le sont en 2017, dont 70 % proviennent d’acteurs sans attache associative ou partisante évidente)6. Ayant principalement trait aux Terres d’Espérance, les arguments mettent en lumière une manière particulière à laquelle les individus ont recours pour qualifier certaines réalités matérielles (chose, œuvre, bien, bâtiment, site, paysage, etc.) et idéelles (idée, valeur, témoignage, événement, pratique, etc.), en faire reconnaître les qualités pour les hisser au rang de patrimoine commun.

Justifications patrimoniales en cité domestique

  • 7 Comité des citoyens du Vieux-Québec (2016), Mémoire sur le premier projet de Schéma d'aménagement (...)
  • 8 Ville de Québec (n.d.), Répertoire du patrimoine bâti. Fiche d’un bâtiment patrimonial. Maison gén (...)

11Témoignant d’une inquiétude relative à l’incidence (la banalisation et la dégradation des milieux) de ce projet de dézonage sur l’organisation des formes et des contours des Terres d’Espérance qui constituent un des témoins privilégiés de l’histoire de la région, des prémices de son occupation jusqu’à sa forme actuelle, les acteurs mobilisés en soulignent toute la valeur paysagère qui participe « du caractère identitaire propre au territoire de l’agglomération7 ». Ils entendent par ailleurs faire reconnaître certaines de leurs qualités matérialisées par des parcelles portant encore les traces du régime seigneurial, des voies de circulation tracées du XVIIe au XXe siècle, des éléments bâtis figurant déjà dans le répertoire des bâtiments patrimoniaux8 ainsi que les biens culturels meubles qu’ils contiennent, etc.

  • 9 Québec Arbres (2017), Consultations publiques Québec Arbres Schéma d'aménagement et de développemen (...)
  • 10 Vivre en Ville (2017), Avis sur le second projet de Schéma d’aménagement et de développement révisé (...)
  • 11 Comité de consultation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux du Québec (s.d.), Invent (...)
  • 12 Mémoire individuel 031 (2017), Dans le cadre de la démarche consultative sur le schéma d’aménagemen (...)
  • 13 Mémoire individuel 077 (2017), Terres nourricières en ville chargées d’histoire à préserver comme p (...)
  • 14 Union des producteurs agricoles de Québec (2016), Assurer la pérennité de la zone agricole : la val (...)
  • 15 Mémoire individuel 066 (2017), Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québe (...)
  • 16 Mémoire individuel 077 (2017), Terres nourricières en ville chargées d’histoire à préserver comme p (...)
  • 17 Mémoire individuel 077 (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultatio (...)
  • 18 Comité pour une densification respectueuse, Association pour la protection de l'environnement du la (...)
  • 19 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)
  • 20 Conseil de quartier des Jésuites (2017), Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomérati (...)
  • 21 Conseil de quartier des Jésuites (2017), Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomérati (...)

12Confirmant que le patrimoine culturel en tant qu’objet géographique s’objective dans l’espace et les lieux devenus les extensions symboliques des communautés qui s’y sont implantées, en ont assuré la transformation et la pérennité, leurs arguments rendent compte « de rapports existentiels et sociaux que les individus en groupe » (Aldhuy, 2008, p. 4) entretiennent avec des paysages, des biens matériels meubles et bâtis, des pratiques immatérielles (représentations sociales, mémoires collectives), des spatialités et temporalités. Ces terres inscrites « dans un historique de plus d’un demi millénaire9 » contribuent en effet « à la qualité de vie des citoyens, au renforcement du sentiment d’appartenance de la collectivité10 ». S’appuyant grandement sur un registre d’évaluation domestique qui établit un ordre de grandeur fondé sur l’engendrement de continuités au fur et à mesure des générations, leurs arguments engagent une forme d’anthropologie du phénomène patrimonial qui inscrit des communautés « dans une lignée, dans une histoire qui relie le passé au présent » (Barrère et al., 2005, p. 9). Déroulant la généalogie « des connexions et des interactions (…) des mobilisations qui s’y (sur ces terres) jouent, des causes qui s’y défendent » (Tornatore, 2017, p. 17), les acteurs mobilisés excavent en effet des séquences de vie en partie révolues, notamment celle des Sœurs de la Charité dont les œuvres sociales figurent déjà à l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux du Québec11 ; témoignant de la grandeur des générations passées, ils rendent hommage à leur mérite et l’apport qui fut le leur à la construction du temps présent : « la pérennité de ces terres garantirait la perpétuation de la mémoire des Œuvres des Sœurs Grises auprès de la population12 », « Ce serait un site patrimonial unique pour transmettre la mémoire de cette œuvre gigantesque des Sœurs de la Charité de Québec13 », etc. Suivant un double processus de territorialisation du patrimoine et de patrimonialisation d’un territoire (Di Méo, 2007), les acteurs mobilisés entendent ainsi assurer la reconnaissance de certaines réalités matérielles et immatérielles en s’opposant au dézonage des Terres d’Espérance et en s’employant à en faire reconnaître la valeur patrimoniale : « les terres agricoles des Sœurs de la Charité font partie du patrimoine québécois14 », « les terres agricoles des Sœurs de la Charité font partie de notre patrimoine15 », etc. Ils s’attendent par ailleurs à ce que des mesures soient déployées pour en assurer la protection : « le Ministère de la Culture et de la Communication et la Ville de Québec pourraient décréter ces terres patrimoniales16 », « Ces terres des Sœurs de la Charité sises à proximité de leur résidence actuelle forment un ensemble patrimonial qui devrait être minimalement classé par le MCC17 ». Les acteurs mobilisés n’envisagent toutefois pas de soustraire cet espace à tout usage commun. Ils s’engagent au contraire à faire « du développement et de l’aménagement du territoire des moteurs de la mise en valeur du patrimoine naturel et historique unique et des paysages distinctifs de l’agglomération de Québec18 : « Ces terres font partie de l’histoire du développement de la Capitale Nationale de Québec et méritent d’être conservées pour poursuivre leur vocation de témoin de l’évolution des pratiques agricoles au Québec en représentant l’agriculture urbaine du XXIe siècle19 ». Ils avancent concrètement différentes propositions visant à en assurer la valorisation : « ce serait une occasion idéale de montrer aux jeunes générations un grand pan de l’histoire québécoise qui tourne autour de l’agriculture et du rôle positif des communautés religieuses20 », « pourquoi ne pas se servir de la vocation agricole des terres des Sœurs de la Charité comme moteur et vitrine pour créer en périphérie une grappe d’activités récréotouristiques, culturelles et éducatives (centre d’interprétation, cours d’agriculture urbaine)21 ? ».

Gestion collective d’un patrimoine agro-écologique

  • 22 Conseil de quartier des Jésuites (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la c (...)
  • 23 Mémoire collectif (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préa (...)

13Pour la très grande majorité des acteurs, « la sauvegarde de terres agricoles disponibles pour la production locale de denrées répond le mieux aux intérêts de la communauté22 » ; il s’agit ainsi de maintenir la fonction nourricière de ces terres qui garantit une certaine sécurité alimentaire. Ils entendent toutefois réorganiser la production agricole et proposent à cet égard « des formes nouvelles de production23 » liées à l’agriculture biologique, associées à l’écopastoralisme, le recyclage et compostage, l’horticulture aromatique et médicinale, etc.

  • 24 Mémoire collectif (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation pré (...)
  • 25 Mémoire individuel (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation pr (...)
  • 26 Protec-Terre (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalabl (...)
  • 27 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)

14Animés du souci des autres, ils entendent également en maintenant cette fonction agricole assurer la satisfaction des œuvres de charité alimentaire (Moisson Québec, Maison de Lauberivière, etc.), des hôpitaux ou des écoles, « dans la lignée des fonctions nourricières, thérapeutiques, sociales et communautaires traditionnelles de ces lieux24 ». Ils souhaitent par ailleurs que ces terres agricoles puissent s’envisager comme un espace de rencontre favorisant l’initiation ou la restauration de certaines formes de sociabilité ; ils entendent à cette fin que « des activités de sensibilisation et d’éducation envers la population25 » y soient organisées, éventuellement en partenariat avec « L’Université Laval (qui) dispose déjà d’une chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires ainsi que d’une chaire de nutrition et de santé26 ». D’autres appuient l’idée d’y instituer « un lieu d’expérimentation (…) un lieu de formation (…) de création d’entreprises de l’économie sociale et de l’économie traditionnelle (…) un incubateur de projets d’agriculture urbaine27 ». Des projets de réinsertion sociale ou professionnelle pourraient également y être déployés. Témoignant d’une volonté de promouvoir un mode de faire ou de partager vertueux, leurs arguments ne vont pas sans rappeler les thèses de l’écologie sociale qui vise par des actions locales concrètes, collaborative et solidaire, à créer des communautés autonomes et résilientes, dans le respect de normes socio-environnementales.

  • 28 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalab (...)
  • 29 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalab (...)

15Si les arguments se focalisent initialement sur la préservation de terres agricoles, la mise en œuvre de pratiques productives plus durables, la gestion collective de territoires agricoles, les justifications montent en généralité et abordent également la question des espaces verts périurbains. Plusieurs acteurs soulignent à cette égard toute l’importance des externalités positives associées au maintien des espaces verts périurbains ; ils font ainsi non seulement mention de services de régulation, comme « la captation des eaux de pluie, la prévention des débordements d’eaux usées dans les cours d’eau, la conservation de la biodiversité, la lutte contre les îlots de chaleur, la mitigation des changements climatiques28 », mais encore de services écologiques ontogéniques comme « la captation des polluants atmosphériques responsables de maladies cardiovasculaires et pulmonaires, l’incitation à l’exercice permettant de lutter contre l’obésité, le diabète, l’hypertension, l`apaisement du stress, de la dépression29 ».

  • 30 Mémoire collectif (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pré (...)
  • 31 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalab (...)
  • 32 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalab (...)
  • 33 Mémoire individuel (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation pr (...)

16Plusieurs acteurs abordent plus spécifiquement la question de la conservation de ces espaces verts. En conscience des équilibres naturels, des rythmes de renouvellement des milieux, de nombreux militants écologiques, des associations de protection de l’environnement défendent en effet la place des entités de nature dans le monde. Ils entendent à cet égard palier aux insuffisances des stratégies précédentes de conservation d’espaces isolés les uns des autres en déroulant une « trame structurante de connexion et de circuits courts, beaux et agréables à utiliser qui feront de Québec une ville exemplaire30 », « une trame verte de proximité31 ! », et réhabiliter des corridors verts entre les parcelles agricoles, les zones boisées, les milieux humides (notamment accès au fleuve) et plus largement les écosystèmes, se risquant à définir des objectifs relativement précis ; « une végétalisation minimale de 12 % du territoire urbanisé dans les 25 prochaines années et une canopée moyenne d’au moins 40 % sur l’ensemble du territoire32 » ; voire utopiques : « Pourquoi ne pas faire un Central Park 2.0 ! Imaginez, une oasis de verdure de 660 acres à Québec ! Imaginez un tel poumon vert33 ! ».

17En complément de ces arguments déployant toute une batterie d’objectifs réalistes dont l’opérationnalisation dans un laps de temps donné répond à des critères spécifiques, d’autres acteurs poursuivent semblablement les mêmes idéaux qu’ils défendent toutefois en mobilisant des registres plus poétiques témoignant d’une forme d’idéalisation du contact avec les éléments de la nature aux vertus thérapeutiques qui incarnent tout à la fois la recherche d’une forme de perfection dans leurs rapports avec la nature, un retour souhaité à une temporalité naturelle et la volonté de prendre des distances à l’égard des nuisances causées par la civilisation industrielle :

  • 34 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)
  • 35 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)
  • 36 Mémoire individuel 076 (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultatio (...)

« Communier avec la nature, reprendre un rythme modéré, c’est une thérapie en soi34 », « guérir la planète et ceux qu’elle héberge et, par le fait même, les sauver (…). Redonner vie à la terre et santé à ses citoyens (…). Désintoxiquer la population (corps et esprit)35 », « Ne tuons pas la beauté du monde. Faisons de la terre un grand jardin pour ceux qui viendront après nous (…) Des terres agricoles, ce n’est pas juste du foin. Cela représente la vie, la nature dans toute sa complexité, sa beauté, sa générosité, le travail de l’homme en harmonie avec la nature et surtout, la survie de l’humanité36 ».

  • 37 Mémoire individuel 009 (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultatio (...)
  • 38 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalab (...)
  • 39 Institut national de santé publique (2011), Les espaces verts urbains et la santé, http://www.insp (...)
  • 40 Mémoire individuel 009 (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultatio (...)
  • 41 Bilodeau M. (2019), « S.O.S. : Forêts québécoises menacées. », Québec Science, 12, pp. 8-11, https (...)
  • 42 Les Incroyables comestibles (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consul (...)

18Les arguments portés dans l’espace public font par ailleurs état de revendications de fonctionnement politique : démocratie directe, autogestion et autonomie. Floutant la frontière entre usage et propriété, espace privé et espace public, plusieurs acteurs revendiquent en effet un droit de regard sur le choix du mode de gestion qui convient à ce territoire dont ils s’estiment les gardiens, indépendamment du régime juridique susceptible de lui être appliqué (Gutwirth, 2018). Ils s’approprient non seulement symboliquement ce territoire mais envisagent concrètement d’en financer collectivement l’achat en vue d’en assurer la gestion de façon collaborative. Saisissant pleinement la portée de cette revendication, le gouvernement les précède dans cette action, se porte acquéreur des Terres d’Espérance et annonce la tenue d’une consultation populaire visant à sonder l’acceptabilité sociale du projet de parc d’innovation agricole élaboré par le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Un collectif citoyen planche néanmoins sur un projet alternatif qui résume à lui seul les préoccupations et revendications ci-avant résumées ; il s’agirait de créer sur les Terres d’Espérance une forêt nourricière. Tout en développant la fonction agricole en accord avec des pratiques respectueuses de l’environnement, ils ambitionnent d’atteindre simultanément d’autres objectifs : « l’esprit pittoresque, la permaculture et le développement durable37 ». En effet, tout en prêtant attention aux qualités paysagères du projet, il s’agirait de favoriser de nouvelles pratiques en lien avec la permaculture, l’aquaculture, la sylviculture, etc. De plus, « la forêt urbaine peut réduire la pollution atmosphérique en réduisant la température ambiante, en captant les polluants de l’air et en diminuant la consommation énergétique des bâtisses (…) La présence d’une végétation abondante et d’arbres matures, notamment dans les milieux urbains, constitue (par ailleurs) un facteur contribuant, non seulement à la santé physique, mais aussi à la santé psychologique des citoyens38 ». Ces arguments sont à cet égard corroborés par différents rapports publiés par l’Institut national de santé publique39. De plus, « le Parc nourricier créerait un espace communautaire favorisant les échanges (…). La mission éducative du Parc nourricier constituerait un autre facteur positif (…)40 ». Ils souhaitent en outre que le parc nourricier soit relié à une trame verte attrayante d’un point de vue du design urbain et permettant entre autres une circulation plus aisée de la faune et la flore. Il s’agirait plus globalement de répondre à certains défis écologiques : diminution de la biodiversité, diminution de la canopée, réchauffement climatique, érosion des sols, etc. La portée de ces arguments semble quelque peu générale, pourtant plusieurs recherches produites par l’Université de Québec font état dans les trente prochaines années d’une hausse de la température, d’épisodes rapprochés de sécheresse propices au démarrage de feux dont l’impact sur le renouvellement du couvert végétal semble préoccupant, d’un stress hydrique croissant contredit par des pluies diluviennes participant d’une érosion importante des sols41, etc. Établir une forêt nourricière sur le versant septentrional du Saint-Laurent prendrait dès lors tout son sens : barrière contre le ruissellement et l’érosion des sols grâce à un système racinaire dense et profond, renouvellement du couvert végétal, accroissement de la biodiversité, limitation des variations de température au sol, etc. Ces préoccupations et cet intérêt marqué pour les forêts trouvent par ailleurs dans le cadre de la révision du Schéma d’aménagement et de développement du Québec un autre terrain d’objectivation en la forêt de Château-Bigot située dans l’arrondissement de Charlesbourg dans le prolongement nord des Terres d’Espérance ; de très nombreux mémoires font en effet état de préoccupations relatives à son morcellement, son dézonage, sa destruction. Plusieurs acteurs, des collectifs constitués pour l’occasion se mobilisent, font circuler des pétitions pour que cette forêt soit protégée ; elle constituerait alors, reliée aux terres des Sœurs de la Charité un parc naturel, un éco-système forestier42.

19La dimension générative et mobilisatrice de ces actions, cette volonté de faire faire mieux en commun articulée à la question de l’accès, de l’usage, d’un territoire agricole, de la gestion d’espaces verts menacés d’être irrémédiablement transformés voire détruits, interrogent la notion de communs environnementaux (Cornu, Orsi & Rochfeld, 2017) qui évoque l’idée d’une ressource naturelle gérée par une communauté selon des règles collectivement définies suivant un agir collectif visant la satisfaction d’un intérêt général (Magnaghi, 2014). Plusieurs acteurs s’y réfèrent expressément :

  • 43 Protec-Terre (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalabl (...)

« Le caractère patrimonial des terres des Sœurs de la Charité et leur localisation donnent à ce secteur une valeur de bien public (…) la terre, au même titre que l’eau et l’air, est un bien commun de l’humanité43 »,

  • 44 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)

« La présence de ces terres agricoles en plein centre urbain est un bien commun unique dont l’ensemble de la population de l’Agglomération de Québec doit pouvoir profiter44 »,

  • 45 Québec Solidaire Capitale-Nationale (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de l (...)

« Ces terres pourraient s’inscrire dans un aménagement faisant place au développement d’un espace d’agriculture urbaine qui servirait la collectivité. C’est une question de respect des principes de justice sociale, de féminisme, d’écologie et de démocratie45 »,

  • 46 Côté N. (2017, 10 juin), « Terres des Sœurs de la Charité : un bien collectif », Droit de parole, (...)

« Ce sont des terres nourricières que l’on se doit de préserver pour la population actuelle et les générations futures. Elles constituent un bien commun46 »,

  • 47 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)
  • 48 Union des producteurs agricoles de Québec (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016 (...)

« Bien commun qu’on n’a pas le droit de saccager47 », « le territoire agricole constitue un patrimoine collectif contribuant à la qualité de notre environnement et de nos paysages48 ».

  • 49 Mémoire collectif (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préa (...)
  • 50 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)
  • 51 Institut Jean Garon (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation p (...)

20Questionnant la relation aux êtres et aux choses de la nature dans leur réalité passée et présente, les acteurs mobilisés interrogent de plus non seulement ce dont ils héritent mais encore ce qu’ils engagent par leurs actions à l’avenir ; ils entendent plus globalement procéder à « une réévaluation fondamentale de la consommation et de la production, (opérer) des profonds changements dans les structures économiques et politiques de la civilisation industrielle » (Thomashow, 1996, p. 5). Animés d’un « courage écopolitique et éthique (qui) consiste à soutenir des initiatives inédites, des alternatives (…). Efficaces et durables49 », ils saisissent l’écologie par le politique (et pas seulement par la politique), c’est-à-dire en considérant l’impact de l’écologie « sur l’organisation sociale, institutionnelle, économique, territoriale d’une communauté humaine » (Hess, 2017, p. D) pour « repenser notre façon de concevoir la terre, non plus qu’en termes utilitaires ou de rentabilité économique50 ». Visant une forme d’émancipation sociale, économique, institutionnelle et écologique d’une rationalité techno-scientifique, industrielle et capitalistique, ils entendent en effet « ne pas rater la prochaine révolution verte. Cette prochaine révolution verte ne sera pas génétique, celle-là est déjà en cours, mais citoyenne et urbaine51 ». Ils en appellent ainsi à des changements plus radicaux :

  • 52 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)

« (nous devons) effectuer un virage immédiat. Nous avons une obligation collective à ré-évaluer nos choix de société, à repenser notre façon de concevoir la terre, non plus qu’en termes utilitaires ou de rentabilité économique. Les termes de villes intelligentes, de révolution verte, marquent une nouvelle façon de penser le monde, et imposent ainsi les termes d’un nouveau paradigme prometteur. Dans toutes les villes du monde, on en rêve ! Mettre la terre au service de la collectivité. Et nous, nous le pourrions ! Alors, rêvons-nous aussi à un autre monde possible !52 »,

  • 53 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation pr (...)

« Le développement durable ne devrait plus être vu comme la recherche d’un équilibre entre les dimensions environnementale, sociale et économique (…) Mon opinion est que la recherche d’un hypothétique équilibre entre les aspects économiques, sociaux et environnementaux est un modèle dépassé en matière de développement durable, particulièrement pour un schéma d’aménagement puisque la solution semble de toujours augmenter le périmètre urbain (…) Le concept de durabilité faible préconise un équilibre entre les 3 dimensions du développement durable, en leur attribuant une importance identique. Ce concept ignore donc que notre environnement n’est pas infini53 ».

21Sous cet angle, leurs arguments s’inscrivent plus largement dans les pas d’une forme d’écologie politique qui renvoie justement dans un contexte de mouvements environnementaux à une façon d’appréhender « l’accès aux ressources naturelles, leur contrôle et leur gestion qui fait ressortir l’importance réciproque des multiples acteurs (humain et non humain) à différentes échelles dans la durée avec une attention particulière pour l’influence des relations politiques et biophysiques des dynamiques nature-société » (Bassett, Gautier, 2014).

Remarques conclusives

  • 54 Ville de Québec (2019), Ville de Québec (2016). Schéma d’aménagement et de développement révisé, Ve (...)
  • 55 Gagnon M.-A. (2021, 14 septembre), « Projet d’agro-parc : Québec veut acheter les terres des Soeur (...)
  • 56 Mundler P., Ruiz J. (2022, 5 mai), « Spéculation et protection des terres agricoles », La Presse, h (...)
  • 57 Lavallée J.-L. (2022, 28 avril), « Les terres des Sœurs sauvées pour 28,7 M$ », Le Journal de Québe (...)

22Mobilisant diverses formes de savoirs et jugements, d’expériences et pratiques qui soulignent la multi-dimensionnalité et l’irréductibilité des enjeux (manière de voir l’étendue du territoire, d’envisager sa gestion actuelle et à venir, etc.) rattachés au territoire agriurbain, la révision du Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec confronte concomitamment des attentes marchandes (libéralisation des échanges, rentabilité des capitaux investis, etc.), des exigences industrielles (utilisation optimale des ressources disponibles, gestion rationnelle du territoire, productivité de l’agriculture, etc.), des préoccupations sociales (soutien à la relève agricole, préservation de tissus de sociabilité, etc.), des objectifs patrimoniaux (protection du bâti, des trames historiques et culturelles, etc.) et des enjeux environnementaux (aménagement de zones vertes en ville, protection des terres agricoles et forestières, préservation des écosystèmes, etc.) qui ne sauraient s’appréhender en termes de consensus, de congruence des motivations ou d’agrégation des engagements. En présence d’un conflit d’évaluation, d’un désaccord sur les places respectives des personnes et des choses dans une cité, face aux incertitudes face à « ce qu’il en est, de ce qui est et, indissociablement, sur ce qui importe, sur ce qui a valeur  » (Boltanski, 2008, p. 18), les acteurs mobilisés se livrent à des expériences discursives et argumentées soumises au jugement et à la critique. Ils testent différentes formules de coordination visant tout à la fois à juguler l’expansion urbaine, à revitaliser des tissus entiers de sociabilité, à considérer d’autres modes de production et consommation, à alléger les pressions exercées sur la zone agricole, à inverser des phénomènes de banalisation des paysages et à contrer la fragmentation des écosystèmes pour augmenter le mieux-être collectif. S’engageant dans une trajectoire écologiquement forte, ils convoquent un ordre de préférences plus ou moins partagées qui préside à la reconnaissance patrimoniale d’un territoire périurbain agricole qu’ils entendent protéger d’une dégradation ou d’une menace de transformation en élaborant un ensemble de règles d’accès, d’usage, de co-production, de gestion et contrôle collectif qui réactualise la question des communs. Suivant différentes actions et mobilisations, ils parviennent en particulier à infléchir le projet du Conseil d’agglomération de Québec de déclasser les terres des Sœurs de la Charité en zone constructible54 ; la version entérinée au printemps 2020 du Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec consacre l’abandon du dézonage des Terres d’Espérance. Saisissant la portée de l’engagement de citoyens, de militants écologiques, de porte-paroles d’associations patrimoniales, le gouvernement du Québec soumet en date du 15.09.2021 une proposition de rachat des Terres d’Espérance en vue d’y implanter un « agro-parc » axé sur l’autonomie alimentaire, l’enseignement, la recherche et la préservation de l’héritage historique des lieux55. L’offre est acceptée par la congrégation en avril 2022 au prix de 28,7 millions CAD, soit « trois fois le prix moyen de la valeur des terres agricoles de la région la plus chère du Québec56 ». Dans une cité civique qui fait reposer la paix sociale sur la volonté générale, le Conseil de l’Agglomération de Québec prévoit d’organiser une consultation populaire à l’automne 2022 ou au printemps 2023 pour préciser le projet : développement d’un pôle pour la recherche dans le domaine bioalimentaire, d’une vitrine d’agriculture urbaine d’exception, etc.57 ; le Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation se charge à cet égard d’élaborer un projet de parc d’innovation agricole sur les terres des Sœurs de la Charité.

Haut de page

Bibliographie

ALDHUY J. (2008), « Au-delà du territoire, la territorialité ? », Géodoc, 55, pp. 35-42.

ALPHANDERY P., FORTIER A. (2011), « Les associations dans le processus de rationalisation des données naturalistes », Natures Sciences Sociétés, 19, pp. 22-30.

ARNOULD P., SIMON L. (2007), Géographie de l’environnement, Paris, Belin. 

BARRERE C., BARTHELEMY D., NIEDDU M. & VIVIEN F.-D. (2005), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ? Paris, L’Harmattan.

BASSETT T. J., GAUTIER D. (2014), « Territorialisation et pouvoir : la Political Ecology des territoires de conservation et de développement », EchoGéo, 29, http://journals.openedition.org/echogeo/14044

BERDOULAY V., SOUBEYRAN O. (2002), L’écologie urbaine et l’urbanisme, Paris, La Découverte.

BOLTANSKI L. (2008), « Institutions et critique sociale. Une approche pragmatique de la domination », Tracés, Revue De Sciences Humaines20, pp. 17-43.

BOLTANSKI L., CHIAPELLO E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BOLTANSKI L., THEVENOT L. (1991), De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOUISSET C., DEGREMONT I. (2010), « Patrimoines naturels », Sud-Ouest européen, 30, pp. 1-3. 

CHARLES L., KALAORA B. (2008), « Pensée, sensibilité et action dans la société française autour de la question de la nature », Annales de géographie, 117, pp. 3-25. 

CORNU M., ORIS F. & ROCHFELD J. (2017), Dictionnaire des biens communs, Paris, Presses Universitaires de France. 

DEPRAZ S. (2008), Géographie des espaces naturels protégés – Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin.

DEWEY J. (2010), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard.

DI MEO G. (2007), « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », Colloque Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser, Poitiers-Châtellerault, École supérieure d’ingénieurs de Poitiers, pp. 87-109.

DI MEO G. (1994), « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », Espaces et Sociétés, 78, pp. 15-34.

FOURE L., OBADAI C. (2009), « Entretien avec Françoise Héritier », Le Philosophoire, 1, pp. 9-25. 

GUILLE-ESCURET G. (1989), Les sociétés et leurs natures, Paris, Armand Colin.

GUTWIRTH S. (2018), « Quel(s) droit(s) pour quel(s) commun(s) ? », Revue interdisciplinaire d’études juridiques, 2, pp. 83-107. 

HESS G. (2017), « Réconcilier l’éthique environnementale et l’écologie politique : une analyse méta-éthique », La Pensée écologique, 1.

LAFAYE C., THEVENOT L. (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, 34, pp. 495-524.

LARRERE C. (2010), « Les éthiques environnementales », Natures Sciences Sociétés, 18, pp. 405-413.

LARRERE C., LARRERE R. (2015), Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La Découverte.

LASLAZ L. (2017), « Jalons pour une géographie politique de l’environnement », L’Espace Politique, 32, http://journals.openedition.org/espacepolitique/4344

LUSSAULT M. (2003), « Identité spatiale », in LEVY J., LUSSAULT M., Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 480-481.

MAGNAGHI A. (2014), La Biorégion urbaine, petit traité sur le territoire bien commun, Paris, Association Eterotopia France.

RAFFESTIN C. (1995), « De la nature aux images de la nature », Espaces et Sociétés, 82/83, pp. 37-52.

RODARY E., C. CASTELLANET & ROSSI G. (2003), Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ?, Paris, Karthala. 

THOMASHOW M. (1996), Ecological Identity. Becoming a Reflective Environmentalist, London, Mit Press.

TORNATORE J.-L. (2017), « Patrimoine vivant et contributions citoyennes. Penser le Patrimoine devant l’Anthropocène », In Situ, 33, pp. 1-25.

Haut de page

Notes

1 Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, Direction régionale de la Capitale-Nationale (2016), Avis sur le projet de règlement numéro PC2016-034 édictant le premier projet du schéma d'aménagement et de développement, https://www.affmunqc.net/fileadmin/publications/ministere/acces_information/Diffusion_information/2019/2019-103_avis_non_conformite_SAD_quebec.pdf

2 Ville de Québec (2016), La révision du Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération (SAD) de Québec, https://www.youtube.com/watch?v=R3ueOIotcdU

3 Ville de Québec (2016), Schéma d'aménagement et de développement - Séance d'information en ligne du 25 mai 2016, https://www.youtube.com/watch?v=0GRDrR-B1aA

4 Ville de Québec (2016), Schéma d'aménagement et de développement - Séance d'information du 12 mai 2016, https://www.youtube.com/watch?v=3ZSDpMC-Be8

5 Ville de Québec (2016), Schéma d'aménagement et de développement - Séance d'information du 11 mai 2017, https://www.youtube.com/watch?v=8dXEduiq3p8&t=2s

6 Ville de Québec (2017), Prise d'acte du Rapport de consultation publique relatif au premier projet de Schéma d'aménagement et de développement révisé de l'agglomération de Québec, https://www.ville.quebec.qc.ca/docs/pv/rubriques/sommaires/Planification_coordination_amenagement_territoire_environnement/2017/PC2017-033.pdf

7 Comité des citoyens du Vieux-Québec (2016), Mémoire sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement révisé de l'agglomération de Québec. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

8 Ville de Québec (n.d.), Répertoire du patrimoine bâti. Fiche d’un bâtiment patrimonial. Maison généralice des Soeurs de la Charité de Québec, https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/patrimoine/bati/fiche.aspx?fiche=14396

9 Québec Arbres (2017), Consultations publiques Québec Arbres Schéma d'aménagement et de développement Agglomération de Québec. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

10 Vivre en Ville (2017), Avis sur le second projet de Schéma d’aménagement et de développement révisé de l’Agglomération de Québec. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

11 Comité de consultation de l’Inventaire du patrimoine immatériel religieux du Québec (s.d.), Inventaire du patrimoine immatériel religieux du Québec, http://www.ipir.ulaval.ca/fiche.php?id=392

12 Mémoire individuel 031 (2017), Dans le cadre de la démarche consultative sur le schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec Quelques commentaires sur : Chapitre 3 – La vision stratégique d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec 2040. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

13 Mémoire individuel 077 (2017), Terres nourricières en ville chargées d’histoire à préserver comme patrimoine culturel et à conserver dans sa mission initiale de nourrir la population locale. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

14 Union des producteurs agricoles de Québec (2016), Assurer la pérennité de la zone agricole : la valoriser pour se distinguer. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

15 Mémoire individuel 066 (2017), Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

16 Mémoire individuel 077 (2017), Terres nourricières en ville chargées d’histoire à préserver comme patrimoine culturel et à conserver dans sa mission initiale de nourrir la population locale. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

17 Mémoire individuel 077 (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65347

18 Comité pour une densification respectueuse, Association pour la protection de l'environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord, Protec-Terre (2016), https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec (site consulté le 21.06.2021).

19 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65291

20 Conseil de quartier des Jésuites (2017), Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomération de Québec. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65297

21 Conseil de quartier des Jésuites (2017), Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomération de Québec. Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65297

22 Conseil de quartier des Jésuites (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65297

23 Mémoire collectif (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65410

24 Mémoire collectif (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65410

25 Mémoire individuel (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65422

26 Protec-Terre (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65322

27 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65357

28 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65399

29 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65399

30 Mémoire collectif (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65289

31 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65399

32 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65399

33 Mémoire individuel (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65422

34 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65268

35 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65268

36 Mémoire individuel 076 (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65346

37 Mémoire individuel 009 (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65374

38 Québec Arbres (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/schema-amenagement-developpement-agglomeration-quebec

39 Institut national de santé publique (2011), Les espaces verts urbains et la santé, http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1274_EspacesVertsUrbainsSante.pdf

40 Mémoire individuel 009 (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65374

41 Bilodeau M. (2019), « S.O.S. : Forêts québécoises menacées. », Québec Science, 12, pp. 8-11, https://www.uquebec.ca/reseau/fr/system/files/documents/Quebec_Science/Changements-climatiques_dec-2019/changements-climatiques_cahier-recherche_quebec-science_dec-2019.pdf

42 Les Incroyables comestibles (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://ehq-production-canada.s3.ca-central-1.amazonaws.com/04ae507f20fdf599456b97c84da44f7b8da6f2e0/original/1631809125/4e2a8bf009306d470e34138c5a40aa12_084_Les_incroyables_comestibles_de_Charlesbourg.pdf?X-Amz-Algorithm=AWS4-HMAC-SHA256&X-Amz-Credential=AKIAIBJCUKKD4ZO4WUUA%2F20220905%2Fca-central-1%2Fs3%2Faws4_request&X-Amz-Date=20220905T183842Z&X-Amz-Expires=300&X-Amz-SignedHeaders=host&X-Amz-Signature=b190c34f14d3e3fe197634ee295811d7db2e8a5e9f593692a20d2028ec218d12

43 Protec-Terre (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65383

44 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65291

45 Québec Solidaire Capitale-Nationale (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65423

46 Côté N. (2017, 10 juin), « Terres des Sœurs de la Charité : un bien collectif », Droit de parole, http://www.droitdeparole.org/2017/06/terres-soeurs-de-charite-bien-collectif/

47 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65336

48 Union des producteurs agricoles de Québec (2016), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 2 (2016) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65404)

49 Mémoire collectif (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65289

50 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65357

51 Institut Jean Garon (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65327

52 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65357

53 Mémoire individuel (2017), Mémoire déposé dans le cadre de la phase 3 (2017) de la consultation préalable sur le premier projet de Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/25450/widgets/102874/documents/65270

54 Ville de Québec (2019), Ville de Québec (2016). Schéma d’aménagement et de développement révisé, Version de remplacement, Modifications apportées à la version finale du SADR adoptée le 20 juin 2018, Réponses à l’avis gouvernemental transmis le 19 octobre 2018, https://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/planification-orientations/amenagement_urbain/sad/docs/SAD-07-2019-tableau-modifications.pdf

55 Gagnon M.-A. (2021, 14 septembre), « Projet d’agro-parc : Québec veut acheter les terres des Soeurs de la Charité », Journal du Québec, https://www.journaldequebec.com/2021/09/14/un-agro-parc-au-cur-de-quebec

56 Mundler P., Ruiz J. (2022, 5 mai), « Spéculation et protection des terres agricoles », La Presse, https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2022-05-05/terres-des-soeurs-de-la-charite/speculation-et-protection-des-terres-agricoles.php

57 Lavallée J.-L. (2022, 28 avril), « Les terres des Sœurs sauvées pour 28,7 M$ », Le Journal de Québec, https://www.journaldequebec.com/2022/04/28/le-gouvernement-du-quebec-acquiert-les-terres-des-surs-de-la-charite-pour-en-faire-un-agroparc

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Communauté métropolitaine de Québec (2013), Évolution résidentielle (1 : 72 224).
Crédits https://www.sig.cmquebec.qc.ca/​GeoLyre/​index.html ?viewer =sig2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Figure 2. Communauté métropolitaine de Québec (2013), Évolution résidentielle (1 : 72 224).
Crédits https://www.sig.cmquebec.qc.ca/​GeoLyre/​index.html ?viewer =sig2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 3. Façade sud de la Maison Généralice des Sœurs de la Charité à Québec.
Crédits F. Jakob, 2022
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Jakob, « Patrimonialisation d’objets de nature : le cas des Terres d’Espérance à Québec »Belgeo [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 12 octobre 2022, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/55418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.55418

Haut de page

Auteur

Fabien Jakob

Université Laval, Canada, fabienjakob@bluewin.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search