Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Tinghir. Les mutations d’une vill...

Tinghir. Les mutations d’une ville présaharienne dans un monde globalisé

The mutations of a pre-Saharian city Tinghir in a globalized world
Moulay Abdallah Odghiri

Résumés

Située dans un environnement totalement structuré par des tribus, Tinghir a connu, après l’indépendance, une explosion démographique sans précédent, suivie d’un étalement urbain accéléré et d’une diffusion universelle des biens matériels et culturels venant des quatre coins du globe, et ce, jusqu’à ses arrière-pays. Dans ces dynamiques, les habitants de Tinghir ne cessent de réinventer leurs pratiques de l’espace urbain, et le sentiment grandissant d’appartenance à une ville commune les fédère de plus en plus autour des mêmes valeurs et des mêmes symboles, tout en affaiblissant la référence au système lignager dans les relations sociales. Cependant, les appartenances tribales et les origines ethniques, même cachées derrière le fait d’être Tinghirois, ressurgissent de temps à autre et entretiennent les frontières invisibles entre les territoires communautaires de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ksar (au pluriel, ksour) est une agglomération saharienne ou présaharienne fortifiée de tendance pl (...)
  • 2 Cours d'eau le plus souvent intermittent des régions sèches, dont l'alimentation s'effectue presque (...)
  • 3 Canaux souterrains conduisant l’eau. Ils étaient construits là où il n’y avait pas d’oued, mais où (...)

1L’homme présaharien et l’activité humaine dans la région ont toujours suivi les parcours de l’eau, que ce soit en surface ou souterraine. Les ksour1 et les oasis étaient situés au long des oueds2 et autour des khettara3. La nature des dynamiques de circulation et d’échanges déterminera en fin de compte si l’agglomération de Tinghir est vouée à devenir une station-relais de commerce ou un simple point d’ancrage local.

2Les stations de relais vers l’Afrique subsaharienne les plus importantes, avant la « pacification française », étaient Draa et Tafilalet. Todgha était moins importante que ces deux dernières, mais elle servait de passage obligatoire, à la fois pour les caravanes venant de Fès et souhaitant rejoindre Draa et pour celles partant de Marrakech en direction de Tafilalet. Les trois oasis étaient truffées de ksour, et Todgha en comptait une soixantaine. Ces ksour se comportaient comme des républiques indépendantes, sauf en période de menace extérieure. En effet, les tribus nomades des Ait Atta et des Ait Yafelmann, qui vivaient autour de la vallée de Todgha, étaient en rivalité permanente : elles exerçaient simultanément des pressions sans fin sur les sédentaires, en leur imposant parfois des petits accords de protectorat, en échange d’une sécurisation de l’accès à l’eau et aux terres de pâturage.

3Tinghir est la plus grande agglomération de la vallée de Todgha, elle-même une des plus peuplées des oasis du nord de l'Afrique, qui avait une concentration de 1 647 habitants au kilomètre carré au début du XXe siècle (Büchner, 1986). Tinghir, qui est connectée au reste du monde et est liée à des mouvements de mondialisation plus ou moins importants, est connue pour la diversification de sa population depuis la nuit des temps, ainsi que pour l’environnement parfaitement tribal dans lequel elle baigne. Après la « pacification française » en 1919, cette ville a subi, en un temps record, des mutations socio-spatiales intenses et bouleversantes qui ont modifié à jamais la structure de son territoire.

Méthodologie

4Cette contribution traite des mutations socio-spatiales à Tinghir ; elle doit donc nécessairement s’inscrire dans une logique multidisciplinaire et adopter une approche transversale : sont intégrés ainsi les apports de différentes disciplines, notamment la sociologie et la géographie urbaine. Notre travail de recherche s’est basé sur une enquête qualitative menée entre 2018 et 2019 à Tinghir et ses alentours, laquelle s’est appuyée sur plusieurs techniques de recueil de données, notamment l’entretien semi-directif, la recherche documentaire et l’observation.

5Mais avant d’entreprendre notre enquête sur le terrain, il nous a été important de comprendre :

  • Les phases de transition territoriale et la succession des événements spatiaux à Tinghir, par le biais d’une approche historique.

  • Le poids démographique de chaque groupe, ainsi que son espace communautaire dans la ville, s’il en a un spécifique : nous avons eu accès à ces informations en faisant la démarche de cartographier la répartition ethnique.

6Nous avons fait le choix d‘une approche historique car c’est celle qui permet d’appréhender avec le plus de pertinence la singularité de cette ville présaharienne et la composition unique de ses tissus urbains : en effet, ces derniers sont issus de différentes périodes historiques – avant, durant et après le protectorat. Roger Dion, disait « Tout paysage humanisé est le reflet d’une histoire ». Les données du Haut-commissariat du plan, combinées avec les sources anciennes sur la région comme Beaurpère et Spiellmann, nous ont aidé à produire les schémas illustrant les phases historiques de l’organisation de l’espace dans la région (figures 2, 3, 4, 5).

7La cartographie de la répartition des habitants par affinité lignagère nous a permis de faire connaissance de manière approfondie avec le terrain et sa réalité. Et grâce à cette première incursion dans les lieux, nous avons eu moins de difficultés à définir l’approche que nous avons choisie pour analyser les résultats de notre enquête principale.

L’organisation sociopolitique avant le protectorat

  • 4 Notion utilisée par Saïd Belguidoum pour faire référence à un ksar qui devient une ville ou un pôle (...)
  • 5 Les territoires nomades s’appellent les territoires de parcours.

8Malgré sa seconde position, derrière les deux grandes stations principales, et grâce à son emplacement à mi-chemin entre elles, Tinghir était d’une importance non négligeable dans la région. Son souk, ses mines d’argent, le savoir-faire de ses artisans et la diversité des produits agricoles de son oasis ont été des atouts qui lui ont garanti le statut de « ksar-cité4 » et de centre émergent parmi les autres ksour de la région. Les territoires de parcours5 hors de ces agglomérations étaient occupés et contrôlés par les nomades (figures 1 et 2).

9L’ordre reposait sur l’équilibre des forces politico-sociales des deux couples ville-palmeraie et nomades-sédentaires, jusqu’à la remise en question de cet équilibre par la force coloniale avec l’instauration de son administration et les mesures qui l’ont accompagnée.

10La vallée de Todgha à l’époque précoloniale était une enclave composée d’une mosaïque ethnique, perdue dans un vaste territoire qui était sous le contrôle de deux grandes confédérations tribales du Maroc (figure 1). Ce mélange ethnique sans unité identitaire a réussi à imposer son indépendance et à vivre dans sa vallée sans être soumis à aucun pacte de protectorat significatif avec les tribus guerrières qui encerclaient son territoire. La diversité des groupes humains, la richesse des paysages urbains et ruraux, et la multitude des organisations sociétales reflètent l’unicité des faits, des circonstances et des parcours historiques qui ont forgé l’image contemporaine de la vallée telle qu’on la connaît actuellement. Les différentes ethnies ont toujours cohabité sur les mêmes territoires, avec un système de cloisonnement parfait qui écartait toute hypothèse de fusion interethnique. Malgré l’uniformité relative, acquise après la diffusion de l’islam en Afrique du Nord, l’hétérogénéité des populations reste donc l’une des caractéristiques fondamentales pour la compréhension du fonctionnement de la région.

Figure 1. Situation de la vallée de Todgha entre les deux tribus Ait Atta et Ait Yafelmane.

Figure 1. Situation de la vallée de Todgha entre les deux tribus Ait Atta et Ait Yafelmane.

©Odghiri 2017

Figure 2. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période précoloniale.

Figure 2. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période précoloniale.

©Odghiri 2020

Structures administratives pendant et après la « pacification française »

Le choc colonial

11L’arrivée coloniale a ouvert une ère de modifications profondes dans la région, les nomades achèvent leur sédentarisation, et l’intégration à la vie des villages et un nouveau mode de vie se met en place (figure 3). Cependant, les structures et stratifications sociales, même si elles ont été touchées de plein fouet, continuent encore d’exister.

  • 6 Le cercle était la plus petite unité de l'administration dans les colonies africaines de la France (...)

12Après la conquête, les autorités françaises ont créé un « Bureau des Affaires Indigènes » et l’Annexe de Tinghir, qui englobait toute la vallée de Todgha, de l’amont jusqu’à l’aval. Les Français ont aussi implanté de postes militaires sur les deux sites marginaux, Errachidia et Ouarzazate, choisis pour leur position stratégique parfaitement adaptée pour contrôler le Maroc méridional. Le cercle6 du Dadès-Todgha était à Boumalne, ville moins importante que Tinghir mais plus proche du nouveau centre administratif et militaire d’Ouarzazate, et donc supérieur dans la hiérarchie administrative du protectorat.

Figure 3. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période coloniale.

Figure 3. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période coloniale.

©Odghiri2020

13Le changement d'organisation de l'espace adopté par les autorités coloniales et repris par l'État marocain post-colonial a bouleversé le paysage et a changé la vocation de ces agglomérations. Pour mieux contrôler les territoires, on a calqué de nouveaux réseaux routiers modernes sur les traces des chemins caravaniers et érigé les infrastructures militaires et administratives sur les points d’ancrage importants. La ville de Tinghir était connectée avec Kelâat Mgouna et Boumalne du Dadès par l’axe routier principal RN n° 10 entre Ouarzazate et Errachidia (figure 4). Toutes les trois, étaient donc d’anciens postes militaires ou administratifs des autorités du protectorat et abritaient des bureaux des Affaires Indigènes. Mises en place pour la domination des populations locales, ces installations ont servi de noyaux dynamiques autour desquels se sont développées diverses activités civiles (Kagermeier, 2012). Ainsi, peu de temps après la conquête, l’autorité coloniale avait établi à Tinghir divers services tels qu’un bureau de poste, un tribunal et un dispensaire.

14L’impact qu’a eu le choix d’implanter le centre administratif s’est fait voir dans le développement accéléré des services et l’étalement urbain qui a suivi dans la deuxième moitié du siècle dernier.

15L’efficacité sécuritaire du nouveau pouvoir colonial et l’instauration d’un même ordre et de mêmes règles partout ont eu pour conséquence une nette amélioration du niveau de vie des habitants, mais aussi l’instauration de nouvelles logiques de contrôle et d’aménagement de l’espace.

Figure 4. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période postcoloniale.

Figure 4. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période postcoloniale.

©Odghiri 2020

16L’expansion postcoloniale rapide de la population urbaine à Tinghir s’est produite sans l’expansion nécessaire des services de base et des opportunités d’emploi productif. Les infrastructures urbaines étaient faibles, les espaces et les édifices publics manquaient énormément : la ville se retrouvait donc avec des capacités très limitées pour stimuler la croissance économique et mobiliser des ressources et fournir les services les plus élémentaires. Cette croissance démographique et spatiale a attiré dans cette aire urbaine la population de l’arrière-pays rural attaoui de Tinghir, laquelle a ramené ses pratiques de l’espace et ses spécificités culturelle avec elle. Le maintien des liens économiques avec les villages d’origine et l’import des identités culturelles régionales des Tinghirois originaires des périphéries, nouvellement installés dans la ville, commence alors à se faire sentir. Le même scénario est documenté dans d’autres villes du monde par Jamal et Weeks (1988). Le secteur urbain informel devient un puissant moteur de création d’emplois et les différences économiques et culturelles entre la ville de Tinghir et son arrière-pays rural se sont alors estompées (Farvacque-Vitkovic, Godin, 1998).

L’organisation sociopolitique postcoloniale

  • 7 Cas du souk du lundi et son rôle dans le développement du centre de Tinghir.
  • 8 La présence du mausolée de Sidi Mhand Ouabdallah à Toudgha El-Oulia et de son moussem ont accéléré (...)
  • 9 L’installation des centres d’Ouarzazate et d’Errachidia aux intersections importantes de la circula (...)

17Les ksour étaient les noyaux initiaux de peuplement, ils seront transformés en villes ; de même, les centres militaires et/ou les centres administratifs coloniaux deviendront des centres significatifs dans ce territoire : ce qui est à l’origine de ces dynamiques, c’est le changement de système de gouvernance de territoire. La présence d’un souk7, d’un centre religieux important8 ou la connexion aux moyens de circulation importants9 ont été des facteurs qui ont influencé l’intensité avec laquelle telle agglomération va s’étaler plus qu’une autre. Ainsi le rôle d’Er-Rachidia et de Ouarzazate est devenu plus important dans le nouveau tissu urbain, tandis que les deux anciennes stations-relais à Draa et à Tafilalet ont perdu de leur pouvoir d’influence, et que d’autres comme Tinghir ont réémergé dans la hiérarchie.

  • 10 L’organe dirigeant d'un Jmaa sar ou d’une tribu : règle les différends entre les membres de la trib (...)
  • 11 Le chef à la tête d’un ksar ou d’une tribu : il préside aussi les réunions de la jemaâ et doit être (...)

18La nouvelle ère se caractérise par le maintien du pouvoir exécutif et effectif aux mains d’un Etat central, lequel dispose désormais des outils nécessaires pour appliquer la loi officielle. La jemaâ10 est remplacée par un conseil municipal désigné (plus tard, élu) très éloigné dans la forme et le fond de l’ancienne assemblée des notables que les habitants de la vallée avaient connue auparavant. Les activités de la jemaâ et de l’amghar11 sont réduites à l’entretien des infrastructures agricoles et hydrauliques. On assiste depuis à « la coexistence et la confrontation de deux modes de vie, de deux économies, deux ordres de valeurs, partant de deux sociétés : l’une est symbole de modernité et de développement, l’autre symbole de traditionalisme et de sous-développement » (El-Maliki, 1990).

19Les nouvelles données sociopolitiques dans la région sont accompagnées de grandes mutations qui ont profondément bouleversé les structures socio-spatiales. Illustrées par les données économiques, sociales et démographiques, ces transformations ne sont pas seulement quantitatives, c’est la nature même de la ville présaharienne qui se modifie (Belguidoum, 2002). La multiplication des voies de communication modernes a aussi apporté de l’eau au moulin de ces mutations et le réseau routier est devenu un élément fondamental de l’organisation spatiale oasienne. La rapidité de la croissance, la mobilité des populations et l’intensité des migrations internes compliquent les problèmes de l’urbanisme dans la région et confirment l’incapacité de l’urbanisme moderne à s’adapter à la spécificité de l’environnement des oasis (Naciri, 1988).

20Le centre postcolonial de la ville reste en continuité avec celui de l’époque coloniale dont il a repris les formes des tracés et des tissus urbains. Cependant, même si les tracés parcellaires et viaires sont conservés, la rupture est presque totale au niveau des formes sociales et des formes du paysage urbain. Ainsi, l’accélération du développement des quartiers post-ksouriens a impliqué l’abandon total de l’ancien ksar et l’édification de quartiers en forme de lotissements sur la marge de l’espace oasien, et plus particulièrement au bord des routes.

La ruralité dans la ville de Tinghir et l’interaction rural-urbain

21Les relations entre la ville et son territoire rural sont fortes et les influences sont mutuelles. Ces liens et ces interactions entre l’urbain et le rural dans la province de Tinghir sont tellement solides et structurels que des comportements qui peuvent être qualifiés de ruraux sont fortement présents dans le milieu urbain et vice versa. Dans un article paru en 2008, Jean-Philippe Peemans illustre bien cette réalité : « …de nombreuses parties de la ville présentent l’image de ‘villages réinventés’ aux caractéristiques hybrides. Des apparences informes, on peut dire que ces immenses conurbations articulent des espaces ruraux urbanisés et des espaces urbains ruralisés, dans une continuité qui n’empêche pas une grande diversité » (Peemans, 2008). Beaucoup de familles citadines ont des comportements hybrides entre le rural et l’urbain, puisqu’elles entretiennent régulièrement leur attachement à leur village ou à leur ethnie d’origine. On peut hésiter à reconnaître les villes présahariennes tant les caractères ruraux et urbains sont intimement mêlés (Pliez, 2003). La stratégie nationale 2020 du développement rural au Maroc a d’ailleurs lié le développement de la petite ville et du bourg rural à toute une dynamisation de la politique rurale au Maroc.

Les réseaux de circulation et la production de l’urbain

22La nécessité de relier les habitants aux pôles urbains, commerciaux et administratifs, a donné naissance aux voies de communication et à une infrastructure linéaire. La route est devenue le nouveau vaisseau pour ravitailler la population, si bien que la liaison à la route facilite le contact avec le monde extérieur et donne une valeur supplémentaire au foncier. Le programme de lutte contre les disparités territoriales et sociales mené par les autorités dans la région Draa-Tafilalet a nettement renforcé le réseau routier (figure 5). Les petites agglomérations des marges sont de plus en plus liées à leurs centres de rayonnement régional, mais la globalité des tissus économiques de la région souffre particulièrement de l’enclavement et de l’isolement en comparaison avec le reste du territoire national. La multiplication des routes et la tendance à implanter les habitations le plus près possible amplifient davantage le malaise des oasis, accélèrent l’étalement urbain et accentuent la dispersion excentrique de nouvelles maisons dans tous les sens. Des systèmes de transport intensif se sont développés partout dans la province de Tinghir, composés de fourgonnettes privées, qu’on appelle les transits à l’image de la Ford Transit, et de taxis partagés, qui relient tous les villages périphériques à leur centre urbain le plus proche, Tinghir, Boumalne ou Kelaat-Mgounat. L’extension administrative de l’espace urbain de la municipalité de Tinghir en 1992 s’est faite en additionnant des ksour dissous dans le tissu urbain au périmètre administratif de Tinghir. La route nationale n° 10 qui lie Ouarzazate à Errachidia est devenue le principal gradient autour duquel s’organise et se structure l’espace dans la province.

Figure 5. Réseaux routier et structuration actuelle de l’espace à Draa-Tafilalet.

Figure 5. Réseaux routier et structuration actuelle de l’espace à Draa-Tafilalet.

©Odghiri 2020

23L’urbanisation linéaire le long de cet axe a donné naissance à de nouvelles formes urbaines liant les villages proches pour former les nouveaux espaces péri-urbains. C’est le cas d’une grande partie des villages des communes de Todgha Essofla et de Taghzout n’Ait Atta qui sont quasiment liés à la ville de Tinghir. Les avantages de proximité et l’accès aux infrastructures urbaines garanti aux habitants de ces villages permettent de renforcer le tissu urbain de ces derniers. C’est la raison pour laquelle une attention particulière est portée à l’accès à la route dans la région. L’exemple de la répartition des parcelles agricoles à Ghellil, chez les Ait Atta illustre bien cette attention (figure 6). Avant l’apparition des moyens de transports modernes, l’attention était portée à l’eau, et le partage se faisait de la rivière à la montagne, d’où l’expression locale définissant les droits du propriétaire foncier ‘zeg iselman ar oudaden’, ce qui veut dire : ‘des poissons aux mouflons’. Cette situation engendre d’autres dynamiques, et notamment la création de nouvelles oasis d’extension ; des terres vierges à Tangarfa et Ghellil sont mises en valeur pour devenir des sources de ravitaillement péri-urbain et urbain de Tinghir.

Figure 6. Exemple de la répartition des parcelles agricoles à Ghellil, chez les Ait Atta.

Figure 6. Exemple de la répartition des parcelles agricoles à Ghellil, chez les Ait Atta.

Source : Google Maps, 2017

La territorialité de l’ethnicité dans la ville

  • 12 Pour produire cette carte on est parti des critères d’identification suivants : l’appartenance trib (...)

24L’Occident projette sur les pays soumis sa perception de l’urbanité et de l’urbanisme : cela se manifeste par une relation d’asymétrie entre le nord et le sud, résultante directe du colonialisme sur les peuples dominés. La conséquence est une ségrégation spatiale qui implante les villes coloniales avec une infrastructure et une économie moderne aux côtés des bidonvilles à économie informelle réservés aux indigènes. La dualité morphologique, démographique et fonctionnelle qui en résulte se projette à l’échelle intra-urbaine (Santos, 1975) et elle est reprise sous une autre forme dans le schéma de la ville postcoloniale, comme le montre la carte de répartition tribale produite par nos soins après un travail minutieux sur le terrain (figure 7)12.

Figure 7. Carte de la répartition tribale à Tinghir.

Figure 7. Carte de la répartition tribale à Tinghir.

©Odghiri 2018

25Les gens continuent à se définir en fonction de leur appartenance tribale, et la référence aux liens ethniques dans les représentations et pratiques sociales reste encore présente partout à Todgha, malgré les mutations sociales qui ont accompagné l’urbanisation de la vallée et malgré la mixité ethnique qui en a résulté. Cette mixité ethnique est toute nouvelle : ainsi, le centre urbain est resté quasiment inaccessible aux non-Todghaouis, puisqu’il est implanté au milieu des terres collectives Todghaouis, et le droit coutumier, reconnu par l’État, assurait l’exclusivité de ces terres aux ayants droit. Cette mainmise sur la ville a duré jusqu’à la fin du XXe siècle. Ce n’est qu’avec l’émergence des grands lotissements créés par les opérateurs de l’État à la fin des années 1980 que le chemin a été ouvert aux anciens nomades pour s’installer dans le centre urbain de Tinghir, auparavant exclusivement Todghaoui.

26Diverses études ont traité le même thème dans les milieux désertiques, et plus particulièrement dans les confins de grand Sahara, et ont aussi confirmé d’une façon ou d’une autre la persistance de la tribu dans la ville. Nous citons particulièrement le travail de Françoise et Jean Métral (1989) : ils ont mis l’accent sur la projection spatiale des structures lignagères sur la ville de Sokhné en Syrie et ont conclu que le droit de la cité est soumis à l’ordre tribal et qu’il ne peut donc s’obtenir que par intégration ou assimilation à l’ordre tribal. Jean Bisson (1986) quant à lui confirme que dans la ville d’Elbiodh Sidi Cheikh en Algérie la disposition des quartiers de la ville s’est calquée sur l’organisation de l’espace nomade. Riccardo Bocco (1986), dans son travail sur le village bédouin d’Al-Mwaqqar en Jordanie qui est devenu une ville de la banlieue d’Amann, nous montre que cette ville n’a pas échappé à la règle de la territorialisation de l’ethnie dans l’espace, puisque chaque groupe humain des trois ethnies composant la communauté – Kraysha, Abid et Tiyahah – a son propre quartier dans la ville. Vincent Bisson (2006), dans son étude de la ville mauritanienne de Tijikja, parle à son tour de « l’entrée tribale comme clé de compréhension des dynamiques spatiales ».

27La répartition des habitants selon leur appartenance tribale dans leurs quartiers respectifs, et suivant des limites calquées sur celles des terres propres à chaque collectivité ethnique, renforce l’opposition entre quartiers et territoires au milieu de la ville ; c’est « un mode d’occupation de l’espace, qui traduit à la fois les liens de solidarité et l’emboîtement de la structure tribale » (Bisson, 2006, p. 86).

28La structure polynucléaire de la ville est nettement identifiée dès le premier regard sur la carte de la ville de Tinghir, et l’étalement s’est fait pareillement autour de chacun des anciens ksour jusqu’au statut actuel de conurbation. Les terres ethniques, communes aux périmètres de chacun des ksour, étaient divisées selon le droit coutumier local entre ses habitants comme le préconise le Dahir 1919.

29Chaque quartier urbain autour d’un ksar est mono-ethnique dans sa quasi-totalité et correspond à un emplacement géographique bien précis dans l’espace urbain tinghirois, une sorte de territorialité de l’ethnicité dans la ville : la tribu dans la ville (figure 7). La carte produite met ce néo-tribalisme ou cette re-tribalisation (Friedman, 2004) sous les projecteurs et montre son rôle dans les mutations socio-spatiales en marche depuis des décennies. La compréhension des mécanismes de transformation des territoires tribaux et de leur reproduction dans le milieu urbain est une des clés pour comprendre les changements socio-spatiaux à Tinghir.

Tinghir à l’ère de la mondialisation culturelle

  • 13 La mondialisation est définie par Laurent Carroué comme un processus de diffusion du système d’écon (...)
  • 14 Benjamin Barber résume l’américanisation de la culture mondiale par le « McWorld ».
  • 15 « La cocacolisation des sociétés » est l’expression utilisée par Zdravko Mlinar pour symboliser l’a (...)

30La culture est étroitement impliquée dans les relations d’échange, comme le sont l’économie et la technologie, et les moyens de télécommunication contemporains sophistiqués assurent la connexion permanente à distance des populations locales avec le reste du monde. Le processus de diffusion du système d’économie marchande dans l’espace mondial13 ramène l’universel et le met en interaction avec le spécifique local dans le quotidien des habitants : Tinghir fait désormais partie de « McWorld14 » et n’échappe pas à la cocalisation15 ni à l’invasion de la culture américaine. Le Souk du lundi est le noyau autour duquel le centre urbain s’est organisé, il est un bon diffuseur de la mondialisation et de nouvelles habitudes de consommation. La variété des produits qu’on y trouve venant des quatre coins du monde – produits alimentaires, textiles, électroménagers, électroniques ou cosmétiques – reflète les mutations et les transformations qu’a subies la société. En assurant la circulation de la marchandise et la diffusion de l’urbain, Tinghir remplit sa vocation de structuration de son grand territoire. Les manifestations de l’internationalisation de la société ne cessent de croître et les jeunes commencent à élargir leurs horizons d’identification territoriaux, jusqu’à se sentir parfois citoyens du monde. Peut-on parler de l’émergence d’une société-monde à Tinghir ?

Le tourisme et les pratiques socio-spatiales à Tinghir

31Au rythme des dynamiques spatiales, l’identité urbaine se réinvente et se recompose et la perception de la ville, de ses espaces urbains ainsi que la perception des flux touristiques qui l’investissent chaque année, évolue avec le temps et varie selon l’individu. Ces touristes arrivent conditionnés et façonnés par une image précise des territoires diffusée par la machine du marketing pour influencer les locaux à leur tour. Des mécanismes d’influence réciproque se jouent entre les habitants et les territoires d’un côté, et les touristes de l’autre : « Les touristes ne sont pas des consommateurs passifs puisque ce sont eux qui stimulent la conscience d’un héritage culturel et d’une identité » (Cauvin-Vernier, 2007, p. 20).

32Les Tinghirois s’investissent dans l’aménagement des grands sites emblématiques de leurs quartiers, comme le ksar Ait Lhaj Ali, les gorges de Todgha, le cimetière israélite… On veut les mettre tous en valeur, ou les mettre à l’image de ce qu’on souhaite donner de ces sites, dès que les conditions budgétaires le permettent. On cherche à les rendre les plus authentiques possible pour augmenter leur pouvoir de séduction sur les masses touristiques qui viennent en quête d’un modèle d’habitations oasiennes, d’une façon de vivre locale et « authentique », dont les sociétés présahariennes se sont définitivement éloignées.

33Le succès de Ouarzazate, la ville oasienne voisine, du fait de l’utilisation de son patrimoine local comme coulisses pour des films de renommée internationale et de sa réputation dans l’industrie cinématographique, encourage les habitants et les autorités à prendre conscience de la valeur de leur patrimoine culturel. Le même constat est fait par Paul Claval en France dans un article paru en 2007 : « Pour se prémunir contre l’uniformité, la mode est aujourd’hui à la préservation du patrimoine. Il ne s’agit plus, comme au xixe siècle, du patrimoine historique, lié aux gouvernements, à l’église et à l’aristocratie. Ce que l’on cherche à sauver aujourd’hui, c’est le fond des cultures populaires de jadis. On parle, dans ce domaine, du devoir de mémoire ».

  • 16 Habit traditionnel des femmes Attoui.

34Tout le monde veut préserver et mettre en avant la qualité des paysages naturels et le cadre de vie riche que la région peut offrir. La diversité des codes vestimentaires des habitants de Tinghir, reflétant la diversité des origines ethniques de sa population, et qui a un grand pouvoir de séduction sur les touristes, est régulièrement soutenue par les autorités, et entretenue par les locaux et la société civile. On voit souvent les femmes portant le rdi (figure 8), l’habit traditionnel des femmes de Todgha, mais on rencontre aussi souvent des femmes portant tahrouyt16 n’Ait Atta, d’habitude le lundi, jour de souk hebdomadaire. Certains employés du secteur du tourisme exagèrent même en adoptant quelquefois des habitudes vestimentaires étrangères à la ville. Les guides, les chauffeurs touristiques, ou n’importe quelle personne dont l’activité est en relation ou en contact avec les touristes, peuvent s’habiller en Touaregs par exemple, ou s’inventer un autre comportement et converger avec l’image que se font les touristes du territoire.

Figure 8. Mannequin habillé d’un rdi, devanture d’un magasin à Tinghir.

Figure 8. Mannequin habillé d’un rdi, devanture d’un magasin à Tinghir.

©Odghiri 2018

  • 17 Coiffure des femmes berbères d’Ait Atta.
  • 18 Coiffure des femmes berbères d’Ait Merghad, fraction de la confédération d’Ait Yafelman.
  • 19 Ahidous est selon Larousse, un genre de ballet mêlant musique et chants, propre aux populations ber (...)
  • 20 Une sorte d’ahidous performé seulement par les Ait Todgha.

35La présence de la diaspora aux saisons de vacances rend le spectacle plus animé et les touristes s’en réjouissent. Les festivités se multiplient : mariages, fêtes de circoncision… Tinghir devient une exposition à ciel ouvert de vêtements et de danses traditionnelles de diverses ethnies constituant la population de la ville. On peut même rencontrer des femmes coiffées en qazaôu17 ou en ikherbane18, voir des scènes d’ahidous19 n’Ait Atta, ahidous n’Lafoual20 de Todgha…, etc. Paul Claval avait souligné en 2007 le même retour aux origines chez les Bretons : « Face à l’uniformisation, des réactions se dessinent. On les observe dès le xixe siècle, où la diversification des cultures locales s’accroît (…) Un exemple : les types de coiffes bretonnes se multiplient ; leur nombre passe de 10 à 100 ».

36Ces produits ne sont pas seulement préparés et présentés pour une consommation touristique, mais la demande est aussi locale : elle vient de la société civile et des citadins qui cherchent l’authenticité et leurs racines culturelles, mais aussi des politiciens locaux qui essayent de s’identifier aux lieux. Au programme, on a des prototypes folkloriques de danses, d’habits et même de tentes nomades implantées dans les mariages collectifs qui se font chaque été au mois d’août dans beaucoup de villages et de centres émergents, comme à Alnif. La « patrimonialisation » de la culture et de la tradition, par le biais des festivals, des mariages en groupe, est un moyen de les perpétuer en un socle identitaire, qui pourra ensuite être un élément de marketing.

37La tradition est une source identitaire, un moyen de connexion avec les ancêtres et les origines, un moyen de remonter vers les temps mythiques d’autrefois, pour se ressourcer d’une culture ancestrale très riche. L’articulation entre l’image que le touriste se fait de la région, facile à consommer par l’étranger, et le choix de l’image qu’on souhaite donner aux autres de notre identité, produit aussi des nouveaux comportements et des nouvelles formes de l’usage de l’espace.

38Enfin, il convient de rappeler que le tourisme a quand même permis, entre autres, de soigner et reproduire les pôles identitaires locaux à Tinghir, de redécouvrir les codes et les traditions vestimentaires locales qui sont millénaires, comme le rdi qui porte en lui beaucoup de codes : c’est un voile blanc transparent porté par-dessus les vêtements, qui communique des informations sur la situation familiale de la femme ; si elle le noue sur l’épaule gauche, elle est célibataire, l’épaule droite est pour les divorcées et les veuves, et les deux épaules pour toute femme engagée dans une relation de mariage (figure 8). De même, le goût prononcé pour les danses folkloriques locales est aussi un effet du flux des touristes qui investissent la région, de même que l’apprentissage des langues étrangères, mais aussi la connaissance croissante de la géographie mondiale chez les habitants de Todgha, dont la plupart sont capables de situer beaucoup de pays du globe.

La migration internationale et les pratiques urbaines à Tinghir

39Tinghir ne fait pas exception, la migration et le monde du travail sont au cœur de ses échanges avec le reste du monde, et la mobilité des Tinghirois a atteint un niveau record et inconnu auparavant pendant le dernier quart du XXe siècle.

40Les premières vagues d’immigration étaient nettement différentes de ce qu’on voit quotidiennement dans les informations de nos jours. Les migrants étaient obligés de quitter leurs villages natals pour des plus longues périodes et ils étaient arrachés de leur environnement. Poussé par des raisons sociales, économiques et politiques, ce mouvement migratoire qui a arraché beaucoup de jeunes hommes à leur pays natal était au début vécu par les familles comme un destin au goût amer qu’elles devraient obligatoirement avaler.

41Félix Mora, un ancien officier des affaires indigènes au Maroc converti en agent de recrutement de la main-d’œuvre étrangère pour le Nord-Pas-de-Calais, a recruté au milieu des années 1960 plus de 78 000 mineurs dans le Sud marocain, dont une très bonne partie venaient de la vallée de Todgha et de ses alentours. Cet homme marquera à jamais la mémoire collective des habitants de ces régions, notamment par ses méthodes de sélection inhumaines.

  • 21 Documentaire diffusé par France 2 daté du 29 juillet 1999.

42La présence d’un représentant du gouvernement marocain dans ces opérations de transfert, qui avaient lieu dans les locaux des autorités locales, avait pour but de donner un caractère officiel à ces recrutements. Les agents d’autorité assuraient aussi, en cas de besoin, l’arrivée du nombre de jeunes souhaités par les agents de Felix Mora. Avec des modalités rappelant la traite d’êtres humains, les candidats étaient supervisés torse nu, la santé et l’apparence physique étant les principaux critères de recrutement. « Les recrues doivent être âgées de 20 à 30 ans, peser 50 kg minimum, avoir une acuité visuelle correcte (…). Une épreuve d’endurance figure également au menu de la sélection. Les recrues sont souvent laissées pendant 3 heures sous un soleil de plomb pour expérimenter leur aptitude de résistance à la chaleur de la mine »21 .

  • 22 Poème en langue berbère.

43Le patrimoine de la littérature orale locale est riche de poésies mélancoliques de jeunes femmes de la vallée de Todgha, qui ont assisté au départ massif des jeunes gens de leurs villages. Leurs « timnadines22 » exprimaient leur désarroi et la répulsion que leur inspiraient les chantiers des mines du nord de la France, désormais considérées comme « voleuses d’époux ». Ci-après, trois exemples avec la traduction française de chaque poème :

44Istey Mugha igiman koullou Our d-iqqimi ghas ṭṭaleb donna gur illi wul.

45Mora a sélectionné tous les bourgeons. Il ne nous a laissé que l’imam et ceux qu’on n’aime pas

46Idda Chabab dda folkinin Iqqimd ouzerdix, ittelagh aḍou.

47Les beaux sont tous partis et les désagréables sont restés pour nous rendre la vie difficile

48Ati gimt llebḍ a tirbatin Iddad Mogha allig agh ifdeḥ youghoul.

49Ô filles, mettez le voile du deuil, Mora nous a humiliés avant de partir23.

50Le retour régulier de ces migrants chez eux, accompagnés des biens et des habitudes de consommation étrangers à la culture locale, ont été des canalisateurs efficaces pour initier l’ouverture culturelle de Tinghir au reste du monde. Depuis, trois générations de migrants se sont constituées, avec trois logiques différentes et trois types de relations socio-spatiales différentes. La première génération est totalement ancrée à Tinghir et ses liens avec les membres de la grande famille restés au Bled sont forts, ses liens à l’espace sont infaillibles. Ces hommes de la première génération ont toujours vécu avec l’espoir de revenir un jour chez eux. Ils avaient lourdement investi dans l’immobilier, le tertiaire et l’entretien de l’agriculture oasienne, misant toutes leurs économies sur Tinghir.

51La deuxième génération ou la génération transnationale, dont les individus sont âgés entre la trentaine et la quarantaine, est détachée des liens ethniques et des devoirs d’allégeance à la communauté sur place. Elle a réussi à créer une dynamique collective de développement en coopération avec les associations de quartiers sur place. La mobilité et le double ancrage leur facilitent la tâche. Thomas Lacroix a décrit l’investissement de ces jeunes transnationaux dans le développement des régions dont leurs parents sont originaires : « Ils mettent l’accent sur le formalisme légal de fonctionnement associatif et la recherche des partenaires dans le pays d’accueil (…) d’une façon générale, l’implication des jeunes procède davantage d’une normativité moderne acquise » (Lacroix, 2005, p. 96). L’engagement de ces jeunes aux côtés des associations villageoises et de quartiers à Tinghir a démontré son efficacité et a laissé ses empreintes sur les espaces urbains et sur les citadins. Ces acteurs bien visibles et leurs pratiques de l’espace bien particulières renforcent la diversité identitaire à Tinghir, et participent à son ouverture annoncée qui devient irréversible. Thomas Lacroix continue : « La reconnaissance de l’identité spatiale des transmigrants est un processus en cours, même si, composite, elle demeure trop complexe pour être pleinement saisie par des sociétés sédentaires qui se fondent sur l’unicité de l’appartenance ».

52Et puis vient la dernière génération : des jeunes et adolescents au-dessous de la vingtaine ; ils sont pour la plupart déracinés et ont peu de liens avec les lieux et la culture locale. Cette génération a un grand effet sur les locaux de leur âge. Cette jeune génération investit en effet massivement le milieu urbain pendant la période des vacances. Ses pratiques, pour la plupart importées des pays d’accueil, commencent à devenir la tradition et l’habitude que quelques locaux essayent d’imiter avec beaucoup de timidité. Les piscines des hôtels, des auberges et des maisons d’hôtes sont pleines l’été, et le spectacle de garçons en maillot de bain et de jeunes filles en bikini, appartenant pour la plupart à la diaspora en Europe, attire beaucoup de locaux. Les pratiques vestimentaires des vacanciers ne sont pas discrètes non plus : on voit des jeunes en vêtements de marques dans les gorges de Todgha ou le soir sur les places des quartiers de la ville. La musique n’est pas en reste dans ce bouleversement des traditions : on entend partout des chanteurs populaires maghrébins de la nouvelle génération comme Reda Taliani « Va bene ya Khoutti », qui mélange l’arabe et l’italien

53Des superettes commencent à apparaître à Tinghir, comme « Chez Michel », ouverte par une Française mariée avec un local, où on peut trouver des rayons pleins de produits méconnus localement mais recherchés par les résidents en Europe et par les touristes, les pâtes de toutes sortes comme on en trouve dans les supermarchés d’Europe et de grandes villes marocaines, les pots de Nutella, les céréales, les fromages et tous les accessoires de fastfood comme le ketchup, la mayonnaise, les conserves, etc.

L’identité urbaine et la dialectique entre le local et le global

Le glocal et la persistance de la culture locale

  • 24 Migrants tinghirois en Europe oscillant entre leur ville d’accueil et leur ville d’origine.
  • 25 Tinghirois originaires des villages autour de Tinghir et qui gardent des liens étroits avec leur vi (...)

54La fréquentation régulière des villes étrangères par quelques-uns24 et des villages d’origine par d’autres25, à laquelle s’ajoute la possibilité de se déplacer partout et à tout moment, est décisive pour les habitants puisqu’elle permet une grande diversité des expériences urbaines et rurales des individus et le renfort du capital culturel de la ville. La marche irréversible de la vallée vers la mondialisation est déclenchée et les habitants de Tinghir participent volontairement, d’une manière intense, aux échanges culturels et matériels avec le reste du monde. Les antennes paraboliques montrent à quel point leur volonté d’appartenance à ce monde contemporain est réelle. Certes, accéder à une multitude de chaînes de télévision permet de toucher du doigt le monde de l’entertainment, mais cela va au-delà : il s’agit de changer de comportement dans la manière de consommer, pour s’aligner sur de nouveaux standards. Cette diffusion croissante des biens de consommation et des modèles culturels occidentaux a fait naître un réflexe qui est le retour accru aux traditions culturelles locales, conduisant à leur redécouverte. Le local commence à apprécier et souligner les particularités de sa propre culture par rapport aux autres. La recherche de l’identité culturelle dans les références locales, régionales et nationales, est devenu l’envers de la mondialisation culturelle. En tant qu’expression des traditions culturelles dont la vocation est de transmettre un sentiment d’unité, la culture locale est devenue la station de réhabilitation et d’orientation pour tous les Tinghirois. La nouvelle mondialisation souligne les différences, et encourage les réflexes identitaires locaux chez toutes les communautés du monde, en leur donnant l’occasion de connaître l’autre sans avoir besoin de se déraciner. Le terme de Roland Roberston « glocalization » ou « glocal » (Robertson, 1996), largement repris et utilisé par d’autres auteurs, résume cette dialectique entre le local et le global, en traitant le lien étroit entre la mondialisation et la persistance de local. Roland Roberston considère le monde comme un tout, dépassant les distinctions conventionnelles entre le global et le local et entre l’universel et le particulier. Dans ce contexte, le local n’est donc pas seulement une partie constitutive du global, mais en partie ne surgit qu’avec lui.

  • 26 Le raï est un genre musical maghrébin, sa première apparition date de la première moitié du siècle (...)
  • 27 Le gnawa désigne à la fois un style musical du Maroc et les habitants d'origine d'Afrique subsahari (...)

55La mutation du lien entre le local et le mondial implique une diversification dans les produits mondiaux et une mutation dans la compréhension de la localité et de la tradition. Comme dans le domaine économique, la culture a aussi connu un processus de « délocalisation » suivi d’une « relocalisation » ou renouvellement de connexion. Les cultures locales s’affranchissent de leurs espaces géographiques de naissance pour devenir mondiales, sans rompre complètement la connexion. Elles deviennent partie intégrante des offres culturelles globales : c’est le cas dans le domaine de la musique avec le raï26 au Maghreb, ou les gnawa27 au Maroc.

Le foncier collectif et le maintien des structures traditionnelles

  • 28 Quelques articles du Dahir du 27 avril 1919 :

56Au cœur de la persistance de la culture locale, au cœur aussi du maintien des liens étroits avec la tradition, se trouve le principe du foncier collectif, garanti par la jemaâ et par l’utilisation du droit coutumier dans la gestion des biens. En effet, le régime collectif des terres a toujours été l’axe principal du système tribal, le signe de la solidarité et de la force communautaire. Ces terres collectives représentent plus de 90 % de la totalité de l’assiette foncière dans la province de Tinghir et la jemaâ reste la seule compétente en matière de gestion de ces biens collectifs : le partage des terres entre ayants droit collectivistes se fait dans tous les cas en suivant le droit coutumier de groupe. Les biens communs ne s’héritent pas, mais l’appartenance au groupe ethnique se fait par le sang et l’ascendance, ce qui donne à chaque descendant le droit à des « actions » dans tous les biens collectifs de la communauté. C’est le Dahir28 du 27 avril 1919 préparé par le Maréchal Lyautey, premier résident général du protectorat français au Maroc, qui a permis la protection du statut des terres collectives, et il est toujours en vigueur avec des petits amendements qu’il a subis à plusieurs reprises avant et après l’indépendance.

57Les instances communautaires « jemaâ » sont encore présentes et dynamiques, grâce aux patrimoines collectifs. Chaque groupe ethnique a sa propriété, qu’il doit gérer en se référant à son droit coutumier. La jemaâ a bien sûr perdu beaucoup de ses compétences si l’on compare avec ce qu’il en était avant l’intervention coloniale, mais le maintien de cette instance et du droit coutumier signifie le maintien des ponts avec la sagesse collective du groupe et l’assurance que le savoir-faire des ancêtres est transmis à la jeune génération. L’accès à l’éducation pour tous a permis aux jeunes locaux de s’informer sur le passé glorieux de leur ville et sur la place qu’occupait leur région dans l’histoire du Maroc. On compte actuellement dans cette ville présaharienne plus de deux cents associations identitaires, toutes ethnies comprises, qui ont pour but de maintenir et préserver les trésors culturels de la région. Les militants de ces associations concentrent leurs efforts sur la perpétuation des traditions locales et sur l’intégration des connaissances et des savoir-faire autochtones dans la gestion de leur quotidien, à chaque niveau possible. La mise en synergie efficace des connaissances oasiennes locales, dans le domaine de construction et dans le domaine agricole, avec les connaissances scientifiques actuelles est à la base de l’image de marque qui fait le succès de quelques coopératives à Tinghir. Cette évolution positive de quelques acteurs économiques locaux en cohérence avec leurs valeurs ancestrales est aussi une source de fierté qui renforce la résilience de la culture locale, sans qu’il y ait un conflit avec le fait de se considérer comme citoyens du monde. Les Tinghirois continuent leur marche sur la voie des citoyens universels, dans un monde en mutation rapide, tout en se ressourçant régulièrement dans leur spécificité culturelle et en maintenant les aspects fondamentaux de cette culture.

Conclusion

  • 29 La référence est faite ici à la culture berbère commune et transversale à toutes les ethnies.

58A Tinghir, l’identité était principalement ethnique avant le protectorat, et elle a été associée aux frontières tribales. Le choc colonial a restructuré des relations interethniques et a fait émerger une nouvelle dialectique entre ces ethnies. Le cadre spatial alors en reconstruction permanente interagit avec les modes de vie des habitants et leurs comportements, qui ne cessent d’évoluer et de se réinventer. Le sentiment d’appartenance à la même ville, Tinghir, se met alors à émerger, pour constituer la référence commune de tous les groupes ethniques qui la composent. Cependant, les populations se reconnaissent et s’identifient encore à leur origine lignagère, elles s’attachent toujours à leurs groupes ethniques, autour desquels leurs vies s’étaient organisées pendant des générations entières. L’urbanisation de Tinghir et le processus de son étalement urbain ont profondément affecté tous les outils qui maintenaient la société traditionnelle unie : ils ont ramené l’individu au centre du fonctionnement de la société, et l’ont mis en concurrence avec le groupe. La différence et l’individualité sont encouragées contre l’unité qui régnait au sein du groupe, et la lutte pour l’égalité à mis fin aux principes et logiques hiérarchiques qui étaient le ciment tenant l’ensemble. Pourtant, les solidarités lignagères et trans-lignagères continuent d’exister dans l’espace urbain tinghirois. Le nouvel espace urbain est devenu si varié et si riche que les affinités tribales côtoient les affinités professionnelles, culturelles29, les affinités idéologiques, géographiques et tout simplement la complicité d’intérêts partagés. On trouve des individus ou des groupes qui peuvent être impliqués dans une pluralité de réseaux de solidarité fragmentés, avec des liaisons temporaires. Ces individus sont souvent en quête permanente de changement de leur situation ; l’approfondissement de la sphère privée et l’élargissement de champ des libertés individuelles ne se font que par la dissolution d’une ou plusieurs relations temporaires.

59Cependant, restent communs à toutes les ethnies de la ville deux pôles identitaires : « l’appartenance à Tinghir » et « le fait d’être berbère » ; rassembleurs, ces pôles identitaires essentiels jouent le rôle de ciment entre citadins. Ces pôles identitaires ne cessent de se propager et de diffuser une culture et un mode de vie qui continuent à fédérer les Tinghirois autour des mêmes valeurs et des mêmes symboles. Ce mode de vie est reconnaissable et identifiable par son lien avec cette ville et son territoire. Il est le produit des pratiques de l’espace urbain : c’est l’urbanité, un fait culturel identitaire lui aussi, facteur commun entre les Tinghirois de toutes origines. Cette urbanité, en métamorphose permanente, commence à affaiblir la référence au système lignager dans les relations sociales à Tinghir, et à faire émerger les relations individuelles trans-tribales et trans-lignagères dans le quotidien des Tinghirois. On peut conclure que l’interconnexion de cette ville avec le reste du monde continue de croître, si bien que l’acceptation de la diversité et l’ouverture aux différences imprègnent lentement tous les foyers tinghirois sans exception.

Haut de page

Bibliographie

Amadi L., Agena J. (2015), “Globalization, Culture mutation and new identity : Implications for the Igbo cultural heritage”, African Journal of History and Culture, 7, 1, pp. 16-27.

Beaurpère Lt. (1931), « Le Todgha. Villes et Tribus au Maroc », Tribus Berbères, Paris, pp. 205-227, 243-258.

Belguidoum S. (2002), « Urbanisation et urbanité au Sahara », in Méditerranée, 99, 3-4, Le Sahara, cette « autre Méditerranée » (Fernand Braudel), pp. 53-64.

Bisson J. (1986), « De la Zaouïa à la ville : El Abiodh Sidi Cheikh ou la naissance d’une ville nomade », in Petites villes et villes moyennes dans le Monde Arabe, 1,16, Tours, URBAMA, pp. 139-152.

Bisson V. (2006), Dynamiques comparées de l’urbanisation en milieu tribal (Tunisie et Mauritanie), Thèse de doctorat en géographie, Université de Tours.

Bocco R. (1986), « Petites villes et citadinité en Jordanie : quelques pistes de réflexion sur l’urbanisation en zone pastorale, in Petites villes et villes moyennes dans le Monde Arabe, 1, 16, Tours, URBAMA, pp. 167-183.

Büchner H.-J. (1986), Die Temporäre Arbeitskräftewanderung nach Westeuropa als bestimmender Faktor für den gegenwärtigen Strukturwandel der Todrha-Oase.

Carroué L. (2019), Géographie de la mondialisation, Crises et basculements du monde : clés géoéconomiques et géopolitiques.

Cauvin-Vernier M. (2007), Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’Harmattan.

Chaubet F. (dir.) (2018), Faire l’histoire culturelle de la mondialisation, Presses universitaires de Paris-Nanterre.

Claval P. (2007), « Mondialisation et enjeux géo-culturels », Confins, 1, http://journals.openedition.org/confins/90, DOI : https://doi.org/10.4000/confins.90

Claval P. (2016), L’aventure occidentale. Modernité et globalisation, Sciences humaines Éditions.

El-Maliki A. (1990), L’exode rural au Maroc, de Tafilalet vers la ville de Fès, Thèse de Doctorat en Sociologie, Université de Provence Aix-Marseille.

Farvacque-Vitkovic C., Godin L. (1998), The future of African cities : challenges and priorities for urban development, Directions in development, World Bank, Washington D.C.

Friedman J. (2004), « Choc des cultures et logique de déclin hégémonique », in HOSCHAM D. (dir.), Tribus et pouvoirs en terre d’Islam, Paris, Armand Colin, pp. 261-285.

Kagermeier A. (2012), « Les postes militaires au Maroc méridional : leur développement de sites servant à la conquête du ‘Maroc inutile’ à des villes dynamiques avec des fonctions publiques et économique », in POPP H., AIT HAMZA M. (dir.), Héritage colonial du Maroc, Éditions de l’Université de Bayreuth.

Lacroix Th. (2005), Les réseaux du développement, géographie du transnational et politiques du territorial, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Magu S. (2015), “Reconceptualizing Cultural Globalization : Connecting the ‘Cultural Global’ and the ‘Cultural Local’”, Social Sciences, 4, pp. 630-645.

Métral F., METRAL J. (1989), « Une ville dans la steppe, la tribu dans la ville : Sukhné en Syrie », in Le nomade, l’oasis et la ville, Tours, URBAMA, pp. 153-172.

Mont de Savasse R. (1951), Le régime foncier des Ait Atta du Sahara, CHEAM.

Naciri M. (1988), Les Ksouriens sur la route. Émigration et mutation spatiale de l’habitat dans l’oasis de Tinjdad, Editions du CNRS, Annuaire de l’Afrique du Nord, 1986.

Peemans J.-Ph. (dir.) (2008), « Territoires, mondialisation et développement », Paris/Louvain-la-Neuve, Alternatives Sud, 15, 1, Éditions Syllepse/Centre Tricontinental.

Pliez O. (2003), Villes du Sahara, Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, Paris, CNRS éditions.

Robertson R. (1996), “Globality, Globalization and Transdisciplinarity”, Theory, Culture & Society, 13.

Santos M. (1975), L’espace partagé, Paris, Génin/Litec.

Tardif J., Farchy J. (2011), Les enjeux de la mondialisation culturelle, Lormont, Éditions Le Bord de l’eau.

Vali J., Weeks J. (1988), “The Vanishing Rural-Urban Gap in sub-Saharan Africa”, International Labour Review, 127, 3, pp. 271-292.

Wolton D. (2003), L’autre mondialisation, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Ksar (au pluriel, ksour) est une agglomération saharienne ou présaharienne fortifiée de tendance plutôt rurale, souvent implantée dans des oasis au long des oueds.

2 Cours d'eau le plus souvent intermittent des régions sèches, dont l'alimentation s'effectue presque uniquement par ruissellement, et s'achevant généralement dans une dépression fermée ou disparaissant par épuisement.

3 Canaux souterrains conduisant l’eau. Ils étaient construits là où il n’y avait pas d’oued, mais où l’eau souterraine était abondante.

4 Notion utilisée par Saïd Belguidoum pour faire référence à un ksar qui devient une ville ou un pôle structurant, au milieu du réseau d’agglomérations qui l’entourent.

5 Les territoires nomades s’appellent les territoires de parcours.

6 Le cercle était la plus petite unité de l'administration dans les colonies africaines de la France dirigée par un Européen. Un cercle était composé de plusieurs cantons, qui eux-mêmes se composaient de plusieurs villages.

7 Cas du souk du lundi et son rôle dans le développement du centre de Tinghir.

8 La présence du mausolée de Sidi Mhand Ouabdallah à Toudgha El-Oulia et de son moussem ont accéléré le processus d’urbanisation de ce centre.

9 L’installation des centres d’Ouarzazate et d’Errachidia aux intersections importantes de la circulation leur a permis de devenir les deux centres principaux de la région.

10 L’organe dirigeant d'un Jmaa sar ou d’une tribu : règle les différends entre les membres de la tribu, organise la législation et la diplomatie, les efforts de défense et autres. Les membres d’une jemaâ sont permanents jusqu’à leur mort (ou leur impuissance).

11 Le chef à la tête d’un ksar ou d’une tribu : il préside aussi les réunions de la jemaâ et doit être élu chaque année.

12 Pour produire cette carte on est parti des critères d’identification suivants : l’appartenance tribale d’un foyer est calquée sur celle du père de famille, même si le chef de famille avec enfants est une femme veuve ou divorcée, puisque les logiques patri-lignagères de la région veulent que les enfants soient automatiquement rattachés au groupe ethnique de leur père. Sur la carte seront présentés les habitants de logements, propriétaires ou locataires, même si les locataires sont rares.

13 La mondialisation est définie par Laurent Carroué comme un processus de diffusion du système d’économie marchande dans l’espace mondial.

14 Benjamin Barber résume l’américanisation de la culture mondiale par le « McWorld ».

15 « La cocacolisation des sociétés » est l’expression utilisée par Zdravko Mlinar pour symboliser l’américanisation de la culture mondiale.

16 Habit traditionnel des femmes Attoui.

17 Coiffure des femmes berbères d’Ait Atta.

18 Coiffure des femmes berbères d’Ait Merghad, fraction de la confédération d’Ait Yafelman.

19 Ahidous est selon Larousse, un genre de ballet mêlant musique et chants, propre aux populations berbères, l'ahidous est dansé par un cercle d'exécutants (alternativement hommes et femmes).

20 Une sorte d’ahidous performé seulement par les Ait Todgha.

21 Documentaire diffusé par France 2 daté du 29 juillet 1999.

22 Poème en langue berbère.

23 Poèmes publiés sur le site : https://mouqawamet.wordpress.com/2015/11/06/o-soleil-tu-neclaires-plus-mon-coeur-la-france-et-la-mine-dans-les-chants-secrets-des-femmes-ait-atta/

24 Migrants tinghirois en Europe oscillant entre leur ville d’accueil et leur ville d’origine.

25 Tinghirois originaires des villages autour de Tinghir et qui gardent des liens étroits avec leur village d’origine.

26 Le raï est un genre musical maghrébin, sa première apparition date de la première moitié du siècle dernier à Oran, Sidi-bel-Abbès, Aïn Témouchent en Algérie. Son internationalisation a commencé dans les années 1970 pour franchir l’étape vers la mondialisation depuis les années 1990.

27 Le gnawa désigne à la fois un style musical du Maroc et les habitants d'origine d'Afrique subsaharienne, principalement des descendants d'esclaves, rassemblés dans des confréries musulmanes mystiques dans lesquelles la transe joue un rôle très important. Ce genre de musique s’est internationalisé après avoir été découvert par des artistes comme Jimmy Page, Robert Plant, Bill Laswell, Adam Rudolph, ou Randy Weston, qui font souvent appel à des musiciens gnawa dans leurs compositions.

28 Quelques articles du Dahir du 27 avril 1919 :

Article 2 : « La personnalité civile est reconnue (…) à toutes les Jemaas représentant un groupement indigène ayant des biens ou des intérêts collectifs ».
Article 3 : « Les Jemaas ont dans les limites qu’importe à leur action l’exercice du droit de tutelle de l’Etat, tous pouvoirs pour gérer les biens et les intérêts des groupements qu’elles représentent, et notamment pour recevoir toute somme… ».
Article 4 : « Les terres collectives indigènes sont indivisibles et ne peuvent faire l’objet d’aucune procédure de licitation, ni d’aucun partage, si ce n’est pour la répartition de la jouissance et en conformité des usages… ».

29 La référence est faite ici à la culture berbère commune et transversale à toutes les ethnies.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation de la vallée de Todgha entre les deux tribus Ait Atta et Ait Yafelmane.
Crédits ©Odghiri 2017
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période précoloniale.
Crédits ©Odghiri 2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période coloniale.
Crédits ©Odghiri2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 4. Organisation de l’espace dans la région Draa-Tafilalet. Période postcoloniale.
Crédits ©Odghiri 2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5. Réseaux routier et structuration actuelle de l’espace à Draa-Tafilalet.
Crédits ©Odghiri 2020
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 6. Exemple de la répartition des parcelles agricoles à Ghellil, chez les Ait Atta.
Crédits Source : Google Maps, 2017
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 7. Carte de la répartition tribale à Tinghir.
Crédits ©Odghiri 2018
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 8. Mannequin habillé d’un rdi, devanture d’un magasin à Tinghir.
Crédits ©Odghiri 2018
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/55877/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moulay Abdallah Odghiri, « Tinghir. Les mutations d’une ville présaharienne dans un monde globalisé »Belgeo [En ligne], 1 | 2022, mis en ligne le 21 octobre 2022, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/55877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.55877

Haut de page

Auteur

Moulay Abdallah Odghiri

Docteur en sociologie urbaine, membre du laboratoire ERSS à la FLSH de l’Université Ibn Zohr, Agadir ; architecte-urbaniste, Cologne, odghiri@archigroupe.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search