Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Compte rendu – Book reviewThomas Perrin, “La région au XXIe...

Compte rendu – Book review

Thomas Perrin, “La région au XXIe siècle. Perspectives de France et d’Europe”

Peter Lang, Bruxelles, 2022, 290 p., ISBN (PDF) 9782807618046, ISBN (ePUB) 9782807618053, ISBN (MOBI) 9782807618060, ISBN (Broché) 9782807618039, DOI 10.3726/b19503
Rafael Giménez-Capdevila
Référence(s) :

Thomas Perrin, “La région au XXIe siècle. Perspectives de France et d’Europe”, Peter Lang, Bruxelles, 2022, 290 p.

Texte intégral

Introduction

1Écrire à propos de la région au XXIe siècle peut paraître, d’emblée, un exercice difficilement innovant face à l’immensité de la production que la géographie a consacré à ce concept depuis plus d’un siècle. Cependant, Thomas Perrin s’y est lancé et offre un ouvrage riche de concepts nouveaux, d’analyses soignées, d’études de cas remarquables et de perspectives stimulantes. Perrin n’est pas un novice de l’étude de la région et de la régionalisation à l’échelle européenne et française, comme le montre sa propre production (Perrin, 2016, 2022), ainsi que la coordination de trois numéros monographiques sur cette thématique dans des revues académiques, une de science politique (Perrin, 2017) et les autres de géographie et aménagement du territoire, dont un numéro de Belgeo (Perrin et Seys, 2019, 2019b).

2L’auteur est maître de conférences en aménagement, sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier, Laboratoire LIFAM, et au Laboratoire TVES de l’Université de Lille 1. Au-delà des sujets concernant l’épistémologie de la région, il aborde également les politiques et les relations culturelles à l’échelle régionale, ce sur quoi a porté sa thèse de doctorat (Perrin, 2013).

3L’ouvrage La région au XXIe siècle. Perspectives de France et d’Europe a été publié en format numérique et sur papier par l’éditeur international Peter Lang. L’édition a bénéficié de l’aide de la Région Hauts-de-France et du Laboratoire TVES de l’Université de Lille. Il s’agit d’un ouvrage dérivé du mémoire de « position et projet scientifique » dans le concours d’habilitation pour diriger des recherches (HDR), que l’auteur a réussi en juin 2020 afin de s’intégrer de manière stable dans le système universitaire français, mémoire intitulé Refaire région. Pour une considération de la région en aménagement.

Analyse

4Thomas Perrin considère la région « comme une construction sociale, qui évolue en interaction permanente avec la société qui la conçoit et la met en œuvre », en accord avec une « démarche constructiviste et pragmatique » (p. 11). L’ouvrage est structuré en sept chapitres. Les trois premiers sont consacrés aux « évolutions conceptuelles et empiriques de la région dans le champ de l’aménagement ». Les quatre suivants concernent des études de cas permettant « d’illustrer ces évolutions à différentes échelles » (p. 123). À la fin de chaque chapitre, une conclusion fait la synthèse des idées apportées.

5Le premier chapitre reprend l’évolution épistémologique de la notion de région. L’institutionnalisation universitaire de la géographie en France, au début du XXe siècle, a été fondée sur la notion de région, qui a conforté, à côté des notions de « milieu » et de « paysage », « la géographie comme discipline scientifique à la jonction des sciences naturelles, de la sociologie et de l’histoire » (p. 18). Vers la moitié du siècle apparaît la région économique, fondement de la science régionale, qui représente la dimension spatiale du comportement des agents économiques. La dimension politique de la région émerge aussi, toujours perçue depuis le prisme de l’État où elle s’insère, c’est-à-dire la géographie au service des besoins du pouvoir politique : la région comme échelle fondatrice de l’aménagement du territoire.

6La longue gestation de la régionalisation en France, avec des références au Royaume-Uni, à l’Espagne et à l’Italie, mérite une section entière. Par la suite, il aborde la géographie régionale post-moderne, à partir de la réorientation humaniste et phénoménologique, néo-marxiste et radicale : la région comme produit de pratiques sociales qui, avec la dimension politique, conduiront vers l’institutionnalisation des régions. L’auteur porte attention aux mouvements régionalistes, qu’il assimile aux nationalismes, mais sans les désigner ainsi à cause de la mauvaise réputation de ce terme en France depuis les années 1930. Il utilise l’expression « régionalisme politique », sans pourtant citer les mouvements de libération nationale ; la réduction au régionalisme de ces mouvements rappelle que le phénomène n’est pas toujours bien saisi dans les contextes où le nationalisme est une expression courante. Cette section est complétée avec le néo-régionalisme, aussi bien sub-étatique que macro-régional. Or, lorsqu’on parle d’États, implicitement seuls sont visés les « grands » États-nations, la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, mais jamais les « petits » États, tels la Suisse, les Pays-Bas, le Luxembourg ou la Slovénie. Il s’agit de modèles d’États – villes-État ou régions-État – négligés dans ces analyses « régionales ». Ici émerge le « rééchelonnement » de l’État proposé par Brenner et le rôle des aires métropolitaines, ainsi que le dilemme de la région politique à l’intérieur d’un périmètre institutionnel. La région est souvent confrontée aux dynamiques et réseaux spatiaux exogènes, bien que l’auteur ne considère pas que territoire et réseaux soient des principes rivaux d’organisation spatiale.

7La dernière des sections du premier chapitre analyse l’éclatement des territoires. Les régions métropolitaines sont emblématiques de la post-modernité spatiale et territoriale parce qu’elles explicitent l’approche relationnelle de la région. Celle-ci s’oppose aux conceptions territorialistes, car elle est faite de réseaux hétérogènes et complexes de relations sociales, dans un espace ouvert, fluide, de délimitations poreuses et post-structuraliste. La section se termine par la notion de soft-space, les territoires de projet ou les découpages ad hoc, comportant des limites floues ou flexibles (fuzzy boundaries), comme c’est le cas des régions transfrontalières constituant la base des programmes de coopération territoriale de l’Union européenne.

8L’auteur conclut le chapitre en rappelant que la région est à la fois un concept scientifique et un outil de la politique territoriale, dans un processus dialectique entre science et politique.

9Le deuxième chapitre plonge dans la dimension culturelle de la région et également de son européanisation. Thomas Perrin considère que tout ce qui est sub-étatique (et non pas local) renvoie à l’échelle régionale : « langues régionales », « particularismes régionaux », etc. Mais en France, il n’est pas étrange de trouver l’expression « nationalismes régionaux », comme le font Giblin et Tétart (p. 60). L’auteur souligne que depuis le XIXe siècle, à côté de « la construction triomphante des États nations » on constate aussi « un réveil des nationalismes à l’échelle sub-étatique » (p. 59). Plus loin, il introduit les nations sans État, concept qu’il attribue au politiste Jacques Leruez (1983) dans un ouvrage sur l’Écosse. Perrin reconnaît également « la difficulté de faire la distinction entre régionalisme ou nationalisme selon que l’on se place d’un point de vue scalaire et territorial, ou d’un point de vue culturel et identitaire ; selon également l’émetteur du message, compte tenu de la haute charge symbolique et politique de ce thème » (p. 60).

10Le politiste Stein Rokkan, que l’auteur cite dans ce chapitre, le décrit en d’autres termes, peut-être plus géographiques, comme une typologie des périphéries, parmi lesquelles « celle des ‘centres ratés’ : des territoires qui auraient pu bâtir leur propre centralité, mais qui ont été confrontés à des dynamiques plus fortes d’intégration de la part d’autres centres ». Des exemples de ce cas seraient l’Occitanie, la Catalogne, l‘Écosse ou la Bavière (pp. 59-60). Pour Perrin, certains « mouvements autonomistes », parmi lesquels ceux de Catalogne, d‘Écosse, de Flandre ou de Corse, se sont attribués le concept de nation sans État « pour rendre compte d’une identité et d’une culture à dimension nationale, mais enchâssée dans un territoire sub-étatique régional ». Ainsi, à partir de la région culturelle et des « particularismes », l’auteur arrive aux nations sans État, apportant de nombreuses références françaises. Il affirme qu’une centaine de régions de l’UE, plus de la moitié du total, contiennent des minorités linguistiques et culturelles (p. 61). Ce capital identitaire géohistorique, en forme de territoire vécu, peut être confronté à la géographie institutionnelle, et s’avère pertinent dans la création de réseaux interrégionaux, l’impulsion à la coopération transfrontalière et les eurorégions. L’européanisation et la gouvernance multiniveaux en sont affectées.

11Le troisième chapitre est consacré à élaborer un cadre théorique et empirique d’analyse de la région contemporaine en Europe, afin d’en préciser le lieu et la signification comme dispositif d’aménagement et de développement des territoires. L’auteur reconnait que trouver une définition stabilisée de région n’a pas de sens, compte tenu de la polysémie du terme et des multiples échelles spatiales et territoriales qu’elle comprend, comme par exemple l’échelle métropolitaine (p. 79). Pour cela, il propose des tableaux (p. 81 et 85) permettant de comprendre les divers concepts de région et leur origine. Cependant, il avance une nouvelle définition de la région comme « un ensemble territorial déterminé et organisé selon des critères évolutifs et multi-variés, à une échelle intermédiaire et distincte de celle d’un État souverain » (p. 84). Ensuite, il analyse la macro-régionalisation interne des États, comme celle de la France de 2015, et européenne ; ainsi que les méga-régions ou complexes polycentriques formés par des régions métropolitaines.

12La région Occitanie, résultat d’une fusion non pas consentie mais forcée par le législateur français, sans consulter ni la population ni les élus régionaux et locaux, est mise en scène dans le quatrième chapitre. Une région ayant adopté le nom d’un domaine linguistique plus large, avec lequel il ne faut pas la confondre, que l’auteur prend ici comme base pour l’analyse de « la mise en pratique de l’interterritorialité et du rôle de la coopération territoriale multi-niveaux dans la construction d’ensembles (néo-)régionaux complexes » (p. 126).

13Le cinquième chapitre a pour objet l’eurorégionalisation, un concept dérivé de la convergence de deux phénomènes politico-territoriaux : la métropolisation et l’européanisation. Le focus est porté sur la frontière nord-est de la France, une zone particulièrement active dans la construction européenne depuis la réconciliation franco-allemande et avec des projets urbains transfrontaliers saillants (Bâle, Strasbourg, Belval à Luxembourg).

14Le sixième chapitre traite de la macro-régionalisation dans la Méditerranée occidentale, à partir des différentes configurations qu’a connues le dénommé arc latin ou Méditerranée nord-occidentale, depuis les années 1990. Une partie de ce chapitre a été publiée auparavant en langue occitane (Perrin, 2019). Perrin affirme le poids des paramètres politiques (realpolitik, politics en anglais), où « les États centraux conservent une capacité prépondérante » dans l’évolution de la macro-régionalisation (p. 199).

15Le dernier des chapitres, le septième, est une sorte de résumé ou synthèse des précédents, mais on y découvre aussi la valeur ajoutée de l’ouvrage. Il décrit plusieurs concepts qui apparaissent dans la gestion du territoire, comme gouvernance coopérative et « coopétition » (néologisme formé de coopération et compétition) (p. 222). L’auteur y soutient une approche post-complexe de l’aménagement, où la planification territoriale est « au cœur des enjeux démocratiques » (p. 230) et la coopération territoriale articule « les logiques de flux, de réseaux avec la fixité des découpages administratifs et décisionnels » (p. 234). Il revendique la région, telle qu’il la comprend, à plusieurs échelles et configurations, comme l’échelon d’intermédiarité et d’articulation des territoires et des sociétés, parce qu’elle apporte des cadres d’action rénovés face à l’éclatement territorial et social. L’auteur défend la pertinence de la région comme protagoniste de la refondation de la construction sociale, territoriale et politique de l’UE (p. 242-243).

16L’ouvrage s’achève par une conclusion rapide, où l’auteur réitère la place éminente de la région dans l’aménagement du territoire et le développement des sociétés européennes actuelles. En outre, il remarque que l’approche post-complexe reconnait l’importance des variables culturelles et identitaires dans la relation entre sociétés et territoires, soulignant ainsi le lien entre les citoyen·ne·s et les actions publiques (p. 247).

Appréciation finale

17Thomas Perrin présente dans cet ouvrage une recherche de longue haleine, bien documentée, comprenant une thématique approfondie, depuis divers points de vue académiques et fonctionnels. Il s’agit d’un ouvrage de référence à propos de l’évolution du concept de région, devenu extrêmement complexe, même liquide pour le dire à la manière de Zygmunt Bauman. En ce sens, il est regrettable que le titre ne soit pas assez explicite sur le contenu de l’ouvrage. Il aurait pu inclure le concept de multi-scalarité, qui apparait souvent dans le texte, afin de le rendre plus compréhensible.

  • 2 Les citations aux ouvrages de Joan Vicente Rufí sont référées à Rufí, alors qu’elles devraient l (...)

18Les nombreux tableaux synthétisant le texte, ainsi que les encadrés pour approfondir un sujet et les figures, parmi lesquelles plusieurs cartes thématiques, apportent des informations très utiles. En revanche, certaines figures n’ont pas de source et la bibliographie n’est pas bien ordonnée alphabétiquement, outre qu’elle contient quelques erreurs 2.

19Puisque la région est un concept géographique par excellence, c’est d’emblée à la communauté des géographes que s’adresse cet ouvrage. Mais puisqu’elle est un objet géographique d’usage quotidien dans l’aménagement du territoire et la politique, il intéresse un spectre beaucoup plus large de personnes, comprenant l’ensemble des sciences sociales, ainsi que les praticiens de l’aménagement.

20D’écriture dense et riche, le livre n’est pourtant pas de lecture lourde. Il contient même des clins d’œil, comme l’intitulé du sous-chapitre L’Europe et les régions : je t’aime moi non plus (p. 66), paraphrasant le titre de la chanson de Jane Birkin et Serge Gainsbourg. Même si certaines idées sont répétées en différents chapitres, l’auteur y fait référence dans des notes de bas de page. Ainsi on perçoit mieux l’intérêt de la réitération.

21En définitive, Thomas Perrin a publié un ouvrage de grande utilité, indispensable dans la bibliothèque géographique, et pour se guider à travers le labyrinthe post-complexe du concept de région.

Haut de page

Bibliographie

Perrin Th. (2013), Culture et Eurorégions. La coopération culturelle entre régions européennes, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Perrin Th. (2016), « Neo-Regionalismo y movilización de los entes sub-estatales en Europa », in Cancela Outeda C., Durà Guimerà A. & Noferini A. (coord.), Europa, políticas públicas y gobernanza. Las ideas y las redes de un académico europeísta: en recuerdo de Francesc Morata, Santiago de Compostela, Andavira, pp. 145-152.

Perrin Th. (coord.) (2017), « L'Europe des régions. Quel retour ? », Pôle Sud. Revue de science politique de l’Europe méridionale, 46.

Perrin Th. (2019), « Dinamicas macro-regionalas en Mediterranèa occidentala: cap a un renovelament de la cooperacion territoriala », Treballs de la Societat Catalana de Geografia, 87, pp. 167-190, DOI : 10.2436/20.3002.01.177

Perrin Th. (ed.) (2022), Regions and Regional Planning. Experiences from France and Europe, Abingdon, Routledge.

Perrin Th., Seys Fr.-O. (coord.) (2019a), « La région, vous dîtes ? Le kaléidoscope régional de l’Union européenne », Belgeo, 2.

Perrin Th., Seys Fr.-O. (coord.) (2019b), « Régions en tension, régions en recomposition. Le Sud-Ouest européen en perspective », Sud-Ouest Européen, 48.

Haut de page

Notes

1 Laboratoire Territoires, Villes, Environnement & Société (TVES), https://tves.univ-lille.fr/ ; Laboratoire Innovation Formes Architectures Milieux (LIFAM) : https://lifam.montpellier.archi.fr/fr/

2 Les citations aux ouvrages de Joan Vicente Rufí sont référées à Rufí, alors qu’elles devraient le faire par Vicente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rafael Giménez-Capdevila, « Thomas Perrin, “La région au XXIe siècle. Perspectives de France et d’Europe” »Belgeo [En ligne], 1 | 2023, mis en ligne le 16 mars 2023, consulté le 29 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/58349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.58349

Haut de page

Auteur

Rafael Giménez-Capdevila

Societat Catalana de Geografia, rgcbcn@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • Logo Fondation Universitaire/Universitaire Stichting
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
  • Logo National Comittee of Geography
  • Logo SRBG
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search