Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Dynamiques transfrontalières dans...

Dynamiques transfrontalières dans la pêche à petite échelle : le rôle des pêcheurs migrants ghanéens dans la pêcherie de petits pélagiques en Côte d’Ivoire

Cross-border dynamics in small-scale fishing : the role of Ghanaian fishermen in the small pelagic fishery of Ivory Coast
Jacqueline Yayo N’cho Amalatchy, El hadj Bara Deme, Alexis Bernard N’guessan Atsé, Koffi Sosthéne Aka, Dogbo Koudou, Yaya Dosso, Julien Djou Kouadio, Mohamed Soumah et Pierre Failler

Résumés

L’objectif de cet article est de présenter les enjeux liés à la production et à la valorisation des petits pélagiques en Côte d’Ivoire, mettant en lumière le rôle essentiel des acteurs ghanéens dans la pêche artisanale. Pour ce faire, nous avons rassemblé et analysé des données provenant de la Direction de l’Aquaculture et des Pêches (DAP) et du Centre de Recherches Océanologiques d’Abidjan (CRO), portant sur la production, les unités de pêche, et l’effectif des pêcheurs ainsi que des acteurs clés de la chaîne de valeur des petits pélagiques. Des activités de terrain ont été menées pour établir le compte d’exploitation des différents segments de la pêche, afin de calculer la valeur ajoutée et de cartographier la distribution de la production artisanale des petits pélagiques en Côte d’Ivoire. Les résultats révèlent que, de 2014 à 2018, plus de 95 % de la production artisanale de petits pélagiques en Côte d’Ivoire a été assurée par des pêcheurs ghanéens, représentant environ 26 200 tonnes sur une production moyenne annuelle de 27 500 tonnes. Plus des deux tiers de cette production sont transformés artisanalement, notamment par fumage, et principalement par des femmes ghanéennes. La valeur ajoutée générée par la pêche artisanale est estimée à 5 milliards de FCFA (XOF) en Côte d’Ivoire. Les acteurs ghanéens de la pêche ont ainsi développé, au fil des années, une gestion verticale efficace de l’exploitation artisanale des petits pélagiques en Côte d’Ivoire, contribuant significativement à l’économie halieutique nationale et à la sécurité alimentaire des populations ivoiriennes. Néanmoins, cette production demeure insuffisante pour satisfaire les besoins nationaux, conduisant à une augmentation des importations de pélagiques congelés, provenant notamment de la Mauritanie, du Sénégal, et de la Chine. Ces importations sont de plus en plus remises en question, en raison de l’émergence de nouveaux marchés dans les pays fournisseurs africains de la Côte d’Ivoire.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été́ soutenu par le projet Gestion et Résilience des pêcheries de petits pélagiques transfrontaliers en Afrique de l’Ouest-GREPPAO, financé par l’Union Européenne dans le cadre du programme PESCAO (EuropeAid/158370/DD/ACT/Multi), et piloté par l’Université́ de Portsmouth.

Introduction

1La pêche artisanale ciblant les petits pélagiques est une composante clé du secteur de la pêche en Afrique de l’Ouest, jouant un rôle important dans la sécurité alimentaire et le développement économique local (Asiedu, Okpei et al., 2022 ; E. hadj B. Dème et al., 2022 ; Dème et al., 2022 ; Chouvelon et al., 2015 ; Dème et al., 2020, 2022). En Côte d’Ivoire, ces petits poissons sont la principale ressource halieutique du littoral (Weigel, 1999) et sont exploités par des pêcheurs artisans ghanéens et ivoiriens, bien que les premiers soient largement majoritaires. Sur 935 pirogues recensées, 890 appartiennent aux Ghanéens et seulement 45 aux Ivoiriens (Shep et al., 2011). La migration croissante des pêcheurs ghanéens vers la Côte d’Ivoire, due à la raréfaction des petits pélagiques au Ghana et à des mesures de gestion durable, a stimulé la pêche à petite échelle et contribué significativement à l’économie halieutique ivoirienne (Asiedu, Failler et al., 2022 ; Asiedu, Okpei et al., 2022, 2022 ; Abraham et al., 2021 ; Asiedu et al., 2017). Malgré tout, la production reste insuffisante pour satisfaire les besoins nationaux, ce qui entraîne une augmentation des importations depuis la Mauritanie, le Sénégal et la Chine (Arizi et al., 2022 ; Touron-Gardic et al., 2022 ; Corten et al., 2017 ; Thiaw et al., 2017 ; Failler, 2014).

2L’objectif de cet article est de présenter les enjeux de la production de petits pélagiques par les acteurs ghanéens en Côte d’Ivoire, leur commercialisation, et les impacts socioéconomiques à l’échelle nationale. Jusqu’à présent, les recherches se sont principalement concentrées sur les aspects biologiques, tandis que les études socioéconomiques restent limitées (Konan, 2015 ; Kouman, 2008 ; Koffié-Bikpo, 1997 ; Hélène, 1993). Cette étude vise à combler ce manque en fournissant un bilan sociétal détaillé de la filière des petits pélagiques de la pêche artisanale ivoirienne.

3La méthode employée a inclus l’élaboration d’une nomenclature de données sur les débarquements de petits pélagiques de 2014 à 2018, distinguant les captures réalisées par les pêcheurs ghanéens et ivoiriens. Ces données proviennent de la Direction de l’Aquaculture et des Pêches et du Centre de Recherche Océanographique d’Abidjan. Des enquêtes de terrain et des analyses de rapports annuels ont permis de cartographier la distribution des petits pélagiques et de déterminer la valeur ajoutée créée par la pêche artisanale.

4L’article est structuré en quatre parties. La première contextualise la recherche. La deuxième décrit la méthodologie. La troisième analyse les résultats, montrant les volumes débarqués, la mise en marché et la valeur ajoutée créée. La quatrième partie discute des enjeux actuels et se conclut par des recommandations pour améliorer la gestion des stocks de poissons pélagiques et leur exploitation durable.

Contexte de la recherche : exploitation des petits pélagiques côtiers en Côte d’Ivoire

La pêche artisanale en Côte d’Ivoire

5La pêche artisanale maritime en Côte d’Ivoire se caractérise par l’usage de grandes pirogues, tant motorisées que non motorisées. Ces pirogues mesurent entre 6 et 20 mètres. Les principaux engins de pêche utilisés sont la senne tournante, la senne de plage, ainsi que les filets maillants de surface et de fond. Les palangres et les lignes, autrefois populaires, sont désormais moins utilisées. Cette pêche est pratiquée par environ 1 608 embarcations, avec un taux de motorisation de 80 % (Shep et al., 2011). Elle joue donc un rôle central dans l’économie et la société ivoirienne.

6Sur le plan nutritionnel, le poisson est une source essentielle de protéines pour les Ivoiriens, avec une consommation per capita de 24 kilogrammes (Amian et al., 2017). Cependant, la production locale ne couvre que 20 % des besoins annuels en poissons, estimés à 500 000 tonnes. Ainsi, plus de 80 % des poissons consommés en Côte d’Ivoire sont importés, principalement d’Asie, du Sénégal et de la Mauritanie. L’aquaculture en est encore à ses débuts, ne fournissant qu’environ 1 % du poisson consommé dans le pays (Amian et al., 2017). Socialement, la pêche artisanale maritime est une source importante d’emplois pour les communautés côtières, avec environ 50 000 emplois directs. Elle favorise également le développement d’un réseau de distribution et de commercialisation de poisson frais ou transformé à l’échelle nationale. Bien que le nombre d’emplois indirects ne soit pas exactement connu, il est clair que l’industrie bénéficie à des milliers de personnes travaillant dans la fabrication de glace, le transport et la vente de produits nécessaires à la transformation artisanale du poisson.

7La production piscicole varie selon les saisons. La meilleure période pour la pêche s’étend de juillet à octobre et de décembre à janvier, période marquée par des upwellings souvent de faible intensité (Durand & Chantraine, 1982). Cette saison froide, durant quatre à six mois, concentre 80 % des prises annuelles de pélagiques (Binet, 1982 ; N’Goran, 2002). En dehors de cette période, principalement de janvier à juin, les eaux restent chaudes et l’activité de pêche est moins intense. Les pêcheurs opèrent généralement près de leur campement sur le plateau continental, à l’exception de ceux utilisant la senne tournante qui s’aventurent dans des zones plus éloignées. Avec la raréfaction des ressources côtières, cette pêche en haute mer gagne en popularité.

Exploitation des petits pélagiques en Côte d’Ivoire : forte présence d’acteurs ghanéens

8En Côte d’Ivoire, les petits pélagiques côtiers sont exploités à la fois par la pêche artisanale et la pêche industrielle (Marchal, 1993 ; Perzennec et al., 1993). La pêche industrielle utilise des navires modernes équipés de chaluts ou de sennes tournantes, basés au port d’Abidjan. Quant à la pêche artisanale, elle emploie des sennes de plage, des filets maillants et des palangres pour cibler ces espèces. Ces engins sont répandus sur tout le littoral ivoirien en raison de la distribution géographique variée des poissons pélagiques dans la zone économique exclusive (ZEE) ivoirienne (Anoh, 1994).

9Plusieurs acteurs interviennent dans la distribution des petits pélagiques capturés par la pêche artisanale. Les pêcheurs artisans ivoiriens et ghanéens capturent les poissons, tandis que les mareyeurs et micro-mareyeurs s’occupent de la vente en gros et de l’approvisionnement des ménages. Les pélagiques sont transportés vers les centres de consommation par divers moyens, y compris des camions frigorifiques, des pick-up, des bicyclettes et des transports publics. Les mareyeurs fournissent également les produits aux acteurs de la transformation artisanale, dominée par les femmes ghanéennes, qui utilisent des fours de fumage. Cette chaine de distribution implique une main-d’œuvre nombreuse et non qualifiée.

10Les acteurs ghanéens jouent un rôle central dans la production et la valorisation des petits pélagiques dans la pêche artisanale ivoirienne (De Surgy, 1965 ; Shep et al., 2011). Leur présence s’est intensifiée en raison de la surpêche au Ghana et de la raréfaction des ressources halieutiques. Ces pêcheurs, spécialistes de la senne tournante, se sont déplacés vers des zones plus poissonneuses, comme la Côte d’Ivoire, pour poursuivre leur activité. Historiquement, les groupes ethniques Fanti, Éwé (Awlan) et Ghan, d’origine ghanéenne, ont dominé la pêche artisanale maritime sur le littoral ivoirien (Bouberi et al., 1983). Les communautés nationales, telles que les Aladjan et les Nanakrou, représentent une minorité des pêcheurs. Cette prédominance des pêcheurs ghanéens s’explique par leur expertise en haute mer et leur savoir-faire, comparativement aux compétences limitées des pêcheurs ivoiriens dans ce domaine (Asiedu & Failler, 2023, 2022 ; Dème et al., 2022 ; Asiedu et al. 2017 ; Cormier et al., 1991).

Méthode de la recherche

Cadre de l’étude

11La Côte d’Ivoire est un membre actif du Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée (CPCO). Géographiquement, elle est bordée au Nord par le Mali et le Burkina Faso, à l’Ouest par le Libéria et la Guinée, à l’Est par le Ghana, et au Sud par l’Océan Atlantique (fig. 1). Cette position offre à la Côte d’Ivoire une façade maritime significative dans sa partie sud. La côte ivoirienne s’étend du cap des palmes à l’ouest, près de la frontière avec le Libéria, jusqu’au cap des trois points à l’est, à la frontière avec le Ghana.

12La Côte d’Ivoire possède un littoral de 550 km et exerce sa souveraineté sur une zone économique exclusive (ZEE) s’étendant jusqu’à 200 miles nautiques, soit environ 370 km en haute mer. Malgré sa petite taille et sa faible largeur, le plateau continental ivoirien abrite de nombreuses espèces de poissons côtiers. Parmi les petits pélagiques fréquemment capturés en Côte d’Ivoire, on trouve les sardines (Sardina pilchardus), le hareng (Clupea harengus), la bonite (Scombridae) et le maquereau (Scomber scombrus).

13Contrairement à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest où la pêche peut être pratiquée toute l’année, en Côte d’Ivoire, cette activité est saisonnière en raison de la faible intensité des upwellings côtiers. La saison favorable à la pêche s’étend sur six mois, de juillet à décembre. Pendant cette période, souvent appelée froide, au moins 80 % des activités de pêche sont réalisées.

Collecte des données

14L’activité de collecte des données statistiques et socio-économiques sur les petits pélagiques en Côte d’Ivoire a duré un an, de janvier 2020 à janvier 2021. Les statistiques nationales sur les débarquements de poissons pélagiques de 2014 à 2018 ont été obtenues auprès de la Direction de la pêche et de l’aquaculture et du Centre de recherche océanologique d’Abidjan. Cependant, la collecte de données régulières dans ces centres s’est avérée difficile, et l’obtention de données plus récentes a été particulièrement compliquée, notamment en raison des perturbations liées au Covid-19.

15Pour les données socio-économiques, la collecte a impliqué des interviews avec des pêcheurs, mareyeurs et femmes transformatrices. L’objectif était de comprendre les pratiques actuelles d’exploitation des petits pélagiques, y compris les techniques de pêche et les zones de pêche. Plus de 150 acteurs ont été interviewés sur le littoral ivoirien, notamment dans les principaux centres de pêche comme le port d’Abidjan, San Pedro et Sassandra. Ces informations ont permis d’établir une cartographie de la chaîne de distribution des petits pélagiques.

16En complément, la littérature scientifique sur les petits pélagiques a été une source importante d’informations sur leur distribution spatiale, leurs migrations, l’état des stocks, et leur vulnérabilité face au changement climatique. Elle a aussi fourni des données précieuses sur les aspects socio-économiques, comme la valeur ajoutée, la mise en marché, les emplois générés, la sécurité alimentaire, et l’impact des pêcheurs migrants.

17Enfin, la méthode Delphi a été utilisée pour organiser un atelier national avec des experts et l’administration des pêches. Cet atelier a permis de discuter des problématiques liées à la gestion des petits pélagiques et de croiser les avis d’experts avec les informations terrain, notamment les comptes d’exploitation. Il a aussi servi à débattre de propositions pour améliorer la gouvernance des petits pélagiques en Côte d’Ivoire.

Traitement des données socio-économiques

18Pour évaluer la valeur ajoutée générée par les petits pélagiques débarqués via la pêche à petite échelle à l’économie ivoirienne, il a été nécessaire de dresser les comptes d’exploitation des différents segments de la chaîne de valeur des poissons pélagiques. Ce processus a été compliqué car les acteurs impliqués dans l’exploitation des petits pélagiques ne tiennent pas de registres détaillés de leurs opérations. Des focus groupes ont aidé à reconstituer ces comptes d’exploitation, qui intègrent toutes les dépenses liées à la production, au mareyage et à la transformation artisanale, ainsi que les revenus issus de la vente de poisson.

19Pour les pêcheurs, les coûts comprenaient les dépenses pour la glace, le carburant, la nourriture, les engins et filets de pêche, la réparation et l’entretien des moteurs hors-bord, et la main-d’œuvre. Pour la transformation artisanale, les coûts incluaient l’équipement de transformation (fours) et son entretien, la matière première et son transport, les combustibles, l’emballage, le sel et les imprévus. Les dépenses du mareyage comprenaient l’achat de poisson, le transport, la main-d’œuvre et la conservation.

20Les comptes d’exploitation ont été validés par les acteurs lors de discussions de groupe. Les dépenses mentionnées représentent les moyennes régulières pour chaque segment. La littérature scientifique a servi à comparer ces dépenses, révélant des écarts faibles justifiés par des fluctuations des prix nationaux dues à des facteurs externes.

21Les données ont été traitées et analysées avec le logiciel Excel, dans une approche descriptive. Des informations qualitatives sur la présence des acteurs ghanéens et leur impact socio-économique, ainsi que sur les conditions de travail des acteurs de la chaîne de valeur des petits pélagiques, ont été recueillies lors des entretiens et analysées via le logiciel SPSS.

Résultats

Production annuelle des petits pélagiques côtiers par la pêche artisanale en Côte d’Ivoire

22La production annuelle de petits pélagiques en Côte d’Ivoire a varié chaque année entre 2014 et 2018 (fig. 1). Cette variation dépend de l’espèce de poisson concernée. Sur cette période, la production la plus élevée a été enregistrée en 2018 avec plus de 30 170 tonnes, tandis que la production la plus faible a été observée en 2015, avec moins de 23 900 tonnes (fig. 1). Dans l’ensemble, la production de petits pélagiques en Côte d’Ivoire montre une tendance à la hausse.

Figure 1. Production annuelle de poissons pélagiques par la pêche artisanale sur la période 2014 à 2018.

Figure 1. Production annuelle de poissons pélagiques par la pêche artisanale sur la période 2014 à 2018.

Source : Centre de recherche océanographique – CRO

23L’analyse de la production de petits pélagiques en Côte d’Ivoire entre 2014 et 2018 révèle que plus de la moitié est représentée par la sardinelle ronde (Sardinella aurita), avec une moyenne de plus de 13 400 tonnes débarquées chaque année (fig. 1). La sardinelle plate suit, constituant environ un quart de la production totale avec une moyenne de moins de 6 000 tonnes par an (fig. 1). La production de maquereau (Scomber japonicus) et de hareng (Ilisha africana) se situe en moyenne entre 1 800 et 2 000 tonnes annuellement (fig. 1). D’autres espèces comme l’ethmalose (Ethmalosa fimbriata), le brotula barbu (Brotula barbata), et le chinchard (Trachurus spp) constituent une part marginale de la production, représentant moins de 5 % du total des petits pélagiques en Côte d’Ivoire.

Mise en marché de la production des pélagiques côtiers par la pêche artisanale en Côte d’Ivoire

24Sur les 27 550 tonnes de petits pélagiques débarquées en moyenne chaque année de 2014 à 2018, les pêcheurs ghanéens ont contribué à 70 % de cette production, tandis que les pêcheurs ivoiriens ont assuré les 30 % restants (fig. 2). Ces petits pélagiques sont principalement valorisés de deux manières : la distribution en frais par les mareyeurs et la transformation artisanale. La transformation artisanale absorbe 65 % de la production totale, soit en moyenne 17 910 tonnes par an, tandis que le mareyage local en reçoit 35 %, correspondant à environ 9 712 tonnes annuellement (fig. 2).

Figure 2. Mise en marché de la production artisanale ivoirienne de poissons pélagique (moyenne annuelle sur la période 2014 à 2018).

Figure 2. Mise en marché de la production artisanale ivoirienne de poissons pélagique (moyenne annuelle sur la période 2014 à 2018).

Source : Centre de recherche océanographique – CRO

25Concernant la distribution géographique des petits pélagiques en Côte d’Ivoire, cinq principaux centres de production ont été identifiés : Abidjan, le Gbôklè, la région des Grands Ponts, San Pedro et le Sud Comoé. Selon les données de la Direction des pêches, Abidjan est la principale destination de la production nationale de petits pélagiques frais, recevant environ 13 % des débarquements, soit 5 240 tonnes (fig. 3). En plus d’Abidjan, les petits pélagiques sont distribués dans 40 autres localités du pays. La majorité des produits issus de la transformation artisanale est également dirigée vers Abidjan.

Figure 3. Flux de distribution des petits pélagiques capturés par la pêche artisanale à partir d’Abidjan.

Figure 3. Flux de distribution des petits pélagiques capturés par la pêche artisanale à partir d’Abidjan.

Synthèse de la valeur ajoutée de la chaine de valeur des poissons pélagiques capturés par la pêche artisanale

26Les petits pélagiques provenant des pêcheries artisanales côtières en Côte d’Ivoire génèrent une valeur ajoutée totale de plus de 5 milliards de FCFA (XOF) (fig. 4). Cette valeur ajoutée est répartie sur trois segments principaux : la production, le mareyage et la transformation artisanale. Dans le segment de la production, la valeur brute est estimée à environ 17 milliards de FCFA, avec des coûts de fonctionnement avoisinant les 15,5 milliards de FCFA (fig. 4). Par conséquent, la valeur ajoutée nette est estimée à environ 1,5 milliard de FCFA. Pour le mareyage en frais, la valeur ajoutée est estimée à 2,2 milliards de FCFA. La valeur brute du poisson frais issu du mareyage est évaluée à 10 milliards de FCFA, contre des coûts de production de 7,8 milliards de FCFA. Enfin, pour la transformation artisanale, la valeur ajoutée est estimée à 1,5 milliard de FCFA (fig. 4).

Figure 4. Valeur ajoutée des poissons pélagiques capturés par la pêche artisanale ivoirienne.

Figure 4. Valeur ajoutée des poissons pélagiques capturés par la pêche artisanale ivoirienne.

27Le segment du mareyage représente presque la moitié de la valeur ajoutée totale générée par les petits pélagiques en Côte d’Ivoire. Cette valeur ajoutée est nettement supérieure à celle réalisée dans les segments de la production et de la transformation artisanale. Dans le cas du mareyage en frais, l’écart entre la valeur brute du poisson frais commercialisé et les coûts de production est beaucoup plus significatif que dans les autres segments.

Discussion

28Comparé aux pays côtiers ouest-africains comme le Sénégal, la Mauritanie, le Ghana ou même la Gambie (M. Dème et al., 2019), la production de petits pélagiques par la pêche artisanale est relativement faible en Côte d’Ivoire. Cette faiblesse de la production est liée sur le plan bioécologique à de très faibles upwelling dans cette partie de la région des pays du Golfe de Guinée (Marchal, 1993). Sur le plan technique, elle est liée à l’absence de politiques d’équipement et d’accompagnement des pêcheries artisanales nationales. Cela fait que les pêcheurs ghanéens sont les principaux acteurs de cette pêche artisanale en Côte d’Ivoire (Koffié-Bikpo,1997). En domestiquant leur capture, ils ont pu établir une intégration verticale de la production de petits pélagiques en Côte d’Ivoire. L’ensemble de la production nationale est quasiment assuré par les Ghanéens. Cette production est estimée en moyenne à 27 550 tonnes sur la période 2014-2018. Le segment du mareyage assure presque la moitié de cette valeur ajoutée. Le segment de la production et de la transformation artisanale se partage à part égale la moitié restante. La valeur ajoutée importante générée par le mareyage comparé aux segments de la production et de la transformation artisanale est liée au coût de production relativement faible du mareyage. Elle est aussi liée au prix élevé de vente du kilogramme de petits pélagiques frais qui tourne autour de 1050 FCFA (XOF), largement au- dessus de la moyenne ouest-africaine qui est de moins de 650 FCFA le kilogramme (Dème et al., 2022 ; El hadj Bara Dème et al., 2021 ; March & Failler, 2022). Ce prix de vente de poissons pélagiques important est lié à une demande largement supérieure à l’offre. À cela il faut ajouter que la valeur ajoutée globale en plus d’être très faible, est largement sous le contrôle des pêcheurs ghanéens établis en Côte d’Ivoire, autant sur le segment de la production que sur celui de la transformation artisanale.

29Sur le segment de la production, les données de la Direction des pêches ont recensé 890 pirogues ghanéennes présentes dans la ZEE ivoirienne, contre seulement 45 pirogues ivoiriennes ciblant les petits pélagiques. Cet écart important est aussi observé sur le nombre de pêcheurs, avec plus de 6 470 pêcheurs ghanéens recensés, s’activant dans la production des petits pélagiques, contre seulement 390 pêcheurs ivoiriens (Shep et al., 2011). Au regard des unités de pêche et d’effectifs de pêcheurs, la domination de la pêche ghanéenne est largement justifiée. Sur le segment de la transformation artisanale, les enquêtes empiriques ont montré que les pêcheurs Fanti et Ewe du Ghana ont su sortir des campements établis dans les années 70 pour disposer du foncier en Côte d’Ivoire (E. hadj B. Dème et al., 2022). Cette intégration sociale a fait qu’au fil des années, ils ont rapatrié leurs familles en Côte d’Ivoire pour s’activer dans la transformation artisanale. C’est ainsi que des femmes ghanéennes sont localisées le long du littoral ivoirien, s’activant dans le fumage des petits pélagiques (Dion, 2016). Cela justifie l’important approvisionnement du segment de la transformation artisanale estimée à plus de 65 % de la production artisanale de petits poissons pélagiques, soit 17 910 tonnes. Cet approvisionnement du segment de la transformation artisanale se justifie aussi par l’importance des produits fumés dans les habitudes culinaires des populations ivoiriennes.

30Ainsi, il ressort de l’analyse de la mise en marché des petits pélagiques de la pêche artisanale que le fumage est la principale activité de valorisation et de conservation des petits pélagiques en Côte d’Ivoire. Une activité pratiquée quasi exclusivement par des femmes ghanéennes, avec un recours à la main-d’œuvre ivoirienne très faible (COMHAFAT/ATLAFCO, 2019). Cela emmène à déduire que les pêcheurs ghanéens contrôlent la pêche artisanale ciblant les petits pélagiques en Côte d’Ivoire. De ce fait, ils contribuent significativement à l’économie ivoirienne, à la sécurité nutritionnelle des populations ivoiriennes et dans une moindre mesure à l’emploi en milieu de pêche artisanale nationale. Leur contribution ne permet toutefois pas de combler la demande importante de petits pélagiques en Côte d’Ivoire avec une population sans cesse grandissante. C’est ce qui justifie les importations importantes de petits pélagiques congelés.

Conclusion

31En Côte d’Ivoire, la pêche artisanale est majoritairement effectuée par des migrants ghanéens, représentant environ 95 % du total des captures dans la zone économique exclusive (ZEE) du pays. Cette activité est pratiquée avec plus de 600 embarcations, dont 80 % sont motorisées. La production issue de ces pêcheries génère une valeur ajoutée globale de plus de 5 milliards de FCFA, répartie entre la production, le mareyage et la transformation artisanale.

32Le plan stratégique de développement de la pêche a joué un rôle crucial dans l’atteinte de ces résultats, avec la construction de trois points de débarquement aménagés et l’installation de plus de 20 fours pour la transformation artisanale du poisson. Ces initiatives ont permis de réduire les pertes post-capture de plus de 10 %. Les pêcheurs ghanéens contribuent de manière significative à l’économie de la pêche en Côte d’Ivoire, ainsi qu’à la sécurité nutritionnelle du pays, en complément des prises effectuées par les navires ivoiriens, majoritairement destinées à la consommation domestique. La consommation nationale de poisson varie entre 400 000 et 600 000 tonnes par an. Cependant, avec 80 % des besoins nutritionnels couverts par des importations, il est urgent de renforcer les capacités de la pêche artisanale et développer l’aquaculture nationale à l’image des autres pays du CPCO, notamment le Ghana et le Nigéria pour renforcer la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire.

Haut de page

Bibliographie

Acosta-Alba I., Nicolay G., Mbaye A., Dème M., Andres L., Oswald M., Zerbo H., Ndenn J. & Avadí A. (2022), “Mapping fisheries value chains to facilitate their sustainability assessment : Case studies in The Gambia and Mali”, Marine Policy, 135, p. 104854.

Amian A. F., Wandan E. N., Blé M. C., Vanga A. F. & Kaudhjis P. J. A. (2017), “Étude des déterminants socio-économiques et techniques de la pisciculture extensive en Côte d’Ivoire”, European Scientific Journal, 13, 6, p. 389.

Anoh K. P. (1994), Contribution à l’étude du réseau de distribution des ressources halieutiques marines en Côte d’Ivoire.

Arizi E. K., Collie J. S., Castro K. & Humphries A. T. (2022), “Fishing characteristics and catch composition of the sardinella fishery in Ghana indicate urgent management is needed”, Regional Studies in Marine Science, 52, p. 102348.

Asiedu B., Failler P., Amponsah S. K. K., Okpei P., Setufe S. B. & Annan A. (2022), “Fishers’ migration in the small pelagic fishery of Ghana : A case of small-scale fisheries management”, Ocean & Coastal Management, 229, p. 106305.

Asiedu B., Nuno F. K. E. & Iddrisu S. (2017), “Prospects and sustainability of aquaculture development in Ghana, West Africa”, Cogent Food & Agriculture, 3, 1, p. 1349531.

Asiedu B., Okpei P., Amponsh S. K., Failler P., Deme B. & Sumaila R. U. (2022), “The people’s fishery in perspective : Current analysis of the small pelagic fishery value chain of Ghana”, Fisheries Research, 254, p. 106426.

Ba A., Chaboud C., Brehmer P. & Schmidt J. O. (2022), “Are subsidies still relevant in West African artisanal small pelagic fishery ? Insights from long run bioeconomic scenarios”, Marine Policy, 146, p. 105294.

Ba A., Schmidt J., Dème M., Lancker K., Chaboud C., Cury P., Thiao D., Diouf M. & Brehmer P. (2017), “Profitability and economic drivers of small pelagic fisheries in West Africa : A twenty-year perspective”, Marine Policy, 76, pp. 152‑158.

Bennett N. J., Finkbine E. M., Ban N. C., Belhabib D., Jupiter S. D., Kitzinger J. N., Manubhai S., Scholtens J., Gill D. & Christie P. (2020), “The COVID-19 Pandemic, Small-Scale Fisheries and Coastal Fishing Communities”, Coastal Management, 48, 4, pp. 336‑347.

Binet D. (1982), “Influence des variations climatiques sur la pêcherie des Sardinella aurita ivoiro-ghanéennes : relation sécheresse-surpêche”, Océanologica Acta, 5, 4, pp. 443‑452.

Chouvelon T., Violamer L., Dessier A., Bustamante P., Mornet F., Pignon-Mussaud C. & Dupuy C. (2015), “Small pelagic fish feeding patterns in relation to food resource variability : an isotopic investigation for Sardina pilchardus and Engraulis encrasicolus from the Bay of Biscay (north-east Atlantic)”, Marine Biologie, 162, 1, pp. 15‑37.

COMHAFAT/ATLAFCO (2019), Conditions de travail de la femme africaine dans les activités de pêche, Séminaire pour un accès à des emplois décents et sécurisés dans la pêche en Afrique occidentale, Tanger, p. 19.

Corten A., Braham C.-B. & Sadegh A. S. (2017), “The development of a fishmeal industry in Mauritania and its impact on the regional stocks of sardinella and other small pelagics in Northwest Africa”, Fisheries Research, 186, pp. 328‑336.

Cury P. & Roy C. (2002), “Environmental forcing and fisheries resources in Côte d’Ivoire and Ghana : Did something happen ?”, Large Marine Ecosystems, 11, pp. 241‑260.

De Surgy A. (1965), Les pêcheurs lagunaires de Côte d’Ivoire, CNRS-CNP CI, Publication IFAN, 2.

Delaunay K. (1991), Approche historique de l’expansion des pêcheurs ghanéens (Fanté et Ewe) sur le littoral ivoirien, ORSTOM, pp. 649‑656.

Dème E. hadj B., Amalatchy Y., Jumpe R. T., Fall A. D., Bocoum W., Dème M., Failler P., Soumah M., Sidibeh M., Diédhiou I., Ahouansou Montcho S., March A. & Touron-Gardic G. (2022), “Migration of artisanal fishers targeting small pelagics in West Africa : current trends and development”, Marine and Fishery Sciences, 36, 1.

Dème E. hadj B., Deme M. & Failler P. (2022), “Small pelagic fish in Senegal : a multi-usage resource”, Marine Policy, 141, p. 105083.

Dème E. hadj B., Diédhiou I. & Failler P. (2020), “Dynamique des exportations de produits halieutiques du Sénégal et les impacts sur l’approvisionnement du marché local”, Dynamiques environnementales, 46, pp. 24‑42.

Dème M., Ineji C. & Baldé B. (2019), Étude sur l’importance économique, sociale et écologique des petits pélagiques au Sénégal, en Mauritanie et en Guinée Bissau, Rapport technique du PRCM, 62.

Diankha O., Thiaw M., Sow B. A., Brochier T., Gaye A. T. & Brehmer P. (2015), “Round sardinella (Sardinella aurita) and anchovy (Engraulis encrasicolus) abundance as related to temperature in the Senegalese waters”, Thalassa, 31, 2, pp. 9‑17.

Dion S. M. (2016), Importance de la pêche pour les femmes en Afrique, Rôle de l’accord de pêche avec l’UE. Cas de la Côte d’Ivoire, CAOPA, juin, 14 p.

Durand J. R. & Chantraine J. M. (1982), “Climatic environnent of the lagoons of Côte d’Ivoire”, Rev. Hydrobiol. Trop, 15, 2, pp. 85‑113.

El hadj Bara Deme M. D., Sidibeh M. & Failler P. (2021), The exploitation of small pelagics fish in Gambia : What valorization policies ?

Failler P. (2014), Climate Variability and Food Security in Africa : The Case of Small Pelagic Fish in West Africa, Journal of Fisheries & Live stock Production, 2.

Hélène R. (1993), “L’économie des pêches maritimes ivoiriennes”, in Le Loeuff, Kothias M. & A. (éds.), Environnement et ressources aquatiques de Côte d’Ivoire, Tome I - Le milieu marin, ORSTOM, pp. 551‑577.

KOFFIÉ-BIKPO K. (1997), La pêche artisanale maritime en Côte d´Ivoire : étude géographique, Université de Nantes, Thèse de Doctorat, 327 p.

Konan K. S. (2015), Évaluation socio-économique de la pêche artisanale maritime en Côte d’Ivoire  : cas de la pêche artisanale thonière dans le District Autonome d’Abidjan, mémoire de master, Université de Montpellier, 97 pp. 

Kouame L. B. C., Bolou Bi E. B., Aka N., Alphonse V., Goula B. T. A. & Balland-Bolou-Bi C. (2020), “Seasonality of Hg dynamics in the Ebrié Lagoon (Côte d’Ivoire) ecosystem : influence of biogeochemical factors”, Environnemental Science and Pollution Research, 27, 16, pp. 19810‑19825.

Kouman K. M. (2008), Implantation des pêcheurs dans le Sud-ouest de la Côte d’Ivoire  : permanence et mutation dans l’organisation de l’espace, Université de Cocody-Abidjan (Côte d’Ivoire).

Lloret-Lloret E., Albo-Puigserver M., Giménez J., Navarro J., Pennino M. G., Steenbeek J., Bellido J. M. & Coll M. (2022), “Small pelagic fish fitness relates to local environmental conditions and trophic variables”, Progress in Oceanography, 202, p. 102745.

March A. & Failler P. (2022), “Small-scale fisheries development in Africa : Lessons learned and best practices for enhancing food security and livelihoods”, Marine Policy, 136, p. 104925.

Marchal E. (1993), Biologie et écologie des poissons pélagiques côtiers du littoral ivoirien.

Mason R. P., Coulibaly M., Hansen G., Inman H., Myer P. K. & Yao K. M. (2022), “An examination of mercury levels in the coastal environment and fish of Cote d’Ivoire”, Chemosphere, 300, p. 134609.

N’Goran Y. N. (2002), La pêche artisanale maritime en Côte d’Ivoire, Communication à l’atelier sur l’économie de la filière maritime et l’étude des ressources halieutiques marines en Côte d’Ivoire, Abidjan IPNETP, 23-24 avril 2002, pp. 23‑24.

Pezennec O., Marchal E. & Bard F.-X. (1993), “Les espèces pélagiques côtières de Côte d’Ivoire : ressources et exploitation”, Environnement et Ressources Aquatiques, pp. 388‑426.

Pincinato R. B. M., Asche F. & Oglend A. (2020), “Climate change and small pelagic fish price volatility”, Climatic Change, 161, 4, pp. 591‑599.

Shep H., Traore F. & Konan K. (2011). Programme régional de renforcement de la collecte de données statistiques des pêches dans les états membres et de la création d’une base de données régionale de renforcement de collecte de données, Enquête cadre-Côte d’Ivoire, Programme Régional UEMOA-Consortium, Ouagadougou.

Tastet J.-P., Martin L. & Aka K. (1993), “Géologie et environnements sédimentaires de la marge continentale de Côte d’Ivoire”, Environnement et ressources aquatiques de Côte d’Ivoire, 1, pp. 23‑61.

Thiaw M., Auger P., Ngom F., Brochier T., Faye S., Diankha O. & Brehmer P. (2017), “Effect of environmental conditions on the seasonal and inter‐annual variability of small pelagic fish abundance off North‐West Africa : The case of both Senegalese sardinella”, Fisheries Oceanography, 26, 5, pp. 583‑601.

Touron-Gardic G., Hermansen Ø., Failler P., Dia A. D., Tarbia M. O. L., Brahim K., Thorpe A., Beibou E., Abou Kane E. & Bouzouma M. (2022), “The small pelagics value chain in Mauritania–Recent changes and food security impacts”, Marine Policy, 143, p. 105190.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Production annuelle de poissons pélagiques par la pêche artisanale sur la période 2014 à 2018.
Crédits Source : Centre de recherche océanographique – CRO
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/63248/img-1.png
Fichier image/png, 163k
Titre Figure 2. Mise en marché de la production artisanale ivoirienne de poissons pélagique (moyenne annuelle sur la période 2014 à 2018).
Crédits Source : Centre de recherche océanographique – CRO
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/63248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3. Flux de distribution des petits pélagiques capturés par la pêche artisanale à partir d’Abidjan.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/63248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 4. Valeur ajoutée des poissons pélagiques capturés par la pêche artisanale ivoirienne.
URL http://journals.openedition.org/belgeo/docannexe/image/63248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Yayo N’cho Amalatchy, El hadj Bara Deme, Alexis Bernard N’guessan Atsé, Koffi Sosthéne Aka, Dogbo Koudou, Yaya Dosso, Julien Djou Kouadio, Mohamed Soumah et Pierre Failler, « Dynamiques transfrontalières dans la pêche à petite échelle : le rôle des pêcheurs migrants ghanéens dans la pêcherie de petits pélagiques en Côte d’Ivoire »Belgeo [En ligne], 2 | 2023, mis en ligne le 18 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/63248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.63248

Haut de page

Auteurs

Jacqueline Yayo N’cho Amalatchy

Centre de Recherches Océanologiques, Abidjan, Côte d’Ivoire, amalachyyayo@yahoo.fr

El hadj Bara Deme

Auteur de correspondance, Centre de Gouvernance bleue, Faculté d’économie et de droit, Université de Portsmouth, Portsmouth, P01 3DE, Royaume-Uni
ORCID 0000-0002-6536-867X
bara.deme@port.ac.uk

Articles du même auteur

Alexis Bernard N’guessan Atsé

Institut de Géographie Tropicale, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire,  atsalexis1@yahoo.fr

Koffi Sosthéne Aka

Centre de Recherches Océanologiques, Abidjan, Côte d’Ivoire, sosaka2013@yahoo.fr

Dogbo Koudou

Département de Géographie, Université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo, Côte d’Ivoire, dogbokoudou@hotmail.com

Yaya Dosso

Département de Géographie, Université Alassane Ouattara de Bouaké, Côte d’Ivoire,  yayadosso137@gmail.com

Julien Djou Kouadio

Direction de l’Aquaculture et des Pêches (MIRAH/DAP), Côte d’Ivoire, djoujulien225@gmail.com

Mohamed Soumah

Centre National des Sciences Halieutiques de Boussoura (CNSHB), Conakry, Guinée, soumah2019.09mohamed@gmail.com

Articles du même auteur

Pierre Failler

Centre de Gouvernance bleue, Faculté d’économie et de droit, Université de Portsmouth, Portsmouth, P01 3DE, Royaume-Uni
ORCID 0000-0002-9225-9399
pierre.failler@port.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search