Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours2025 - 3 « L’eau dans l’Anthropoc...

2025 - 3 « L’eau dans l’Anthropocène : enjeux socio-économiques, environnementaux, politiques et opérationnels » / “Water in the Anthropocene: socio-economic, environmental, political and operational challenges

Guest Editors : Sylvain Dournel, Université d’Orléans ; Joaquim Farell, Université de Barcelone ; Sylvain Rode, Université de Perpignan Via Domitia ; Albert Santasusagna Riu, Université de Barcelone 

L’eau dans l’Anthropocène : enjeux socio-économiques, environnementaux, politiques et opérationnels 

Crises écologique et climatique, tensions sur la ressource en eau et conflits d’usages, diversité des systèmes de représentation et des héritages paysagers, complexité de fonctionnement des milieux et des jeux d’acteurs… cet appel à articles aborde l’eau dans l’Anthropocène au travers des enjeux socio-économiques, environnementaux, politiques et opérationnels que le concept sous-tend.

L’eau est absolument nécessaire à tout être vivant sur Terre, exerçant, à travers ses états gazeux, liquide et solide, un rôle majeur à la fois dans l’atmosphère, la biosphère, l’hydrosphère et la lithosphère. C’est ainsi que la philosophie antique, notamment Empédocle puis Platon, érige l’eau parmi les quatre éléments fondamentaux qui décrivent la matière composant l’univers. Elle apparaît alors, avec l’air, le feu et la terre, comme la base de tout matériaux. Et parmi ces éléments, nombreuses sont les mythologies et religions du monde à accorder à l’eau une dimension spirituelle forte (SNPN, 2006). Elle peut être à la fois destructrice et purificatrice, dangereuse et protectrice (Béthemont, 2011). Plus largement, l’eau est imprégnée de nombreux symboles et images, perceptibles dans les arts, révélant l’intensité de notre rapport culturel à cet élément (Bachelard, 1942).

L’eau est utilisée par l’humanité depuis l’aube de la civilisation pour boire, pêcher et se laver, mais aussi, moyennant plus d’aménagements et d’équipements, pour cultiver (systèmes de drainage ou d’irrigation), se déplacer (canalisation et aménagements portuaires), se protéger (douves) ou encore se fournir en énergie (moulins à eau). Les grandes civilisations de l’Antiquité développaient leur économie, leur politique et leur administration autour de grands fleuves comme le Tigre, l’Euphrate et le Nil. C’est ainsi que les villes se sont constituées dans leur grande majorité depuis les rives de cours d’eau (Dupuis-Tate et Fischesser, 2003 ; Rossiaud, 2016) ou à proximité des littoraux (Chaline, 1994). Les transformations et altérations induites sur le cycle de l’eau, les rivières, les zones humides, les lacs et les masses d’eaux souterraines ont d’abord été progressives et croissantes, de la préhistoire au début du XVIIIe siècle (Béthemont et Bravard, 2016 ; Carcaud et al., 2019). Notons d’ailleurs que l’histoire des rapports socio-économiques à l’eau n’a pas été uniforme et linéaire. Elle a au contraire été changeante et cyclique, rythmée en fonction de conjonctures, savoirs et systèmes de représentation précis qu’André Guillerme (1990) a identifiés à travers l’expression de « temps de l’eau ».

Du XVIIIe siècle à nos jours, ces transformations et altérations se sont intensifiées et complexifiées, au rythme de la croissance démographique et de l’expansion des villes (Carré et Deutsch, 2015), de la modernisation de l’agriculture, de l’intensification des flux de personnes et de marchandises, du développement de l’hydroélectricité, etc. L’histoire des rapports des sociétés humaines à l’eau s’est avérée assez trouble et ambivalente durant cette période (Dournel et al., 2011). D’un côté, les cours d’eau et les zones humides ont rapidement été dépourvus du moindre intérêt socio-économique, en raison de la concurrence effrénée des innovations de la Révolution industrielle, notamment dans les secteurs de la mécanique et de la chimie. Les cours d’eau ont ainsi été rectifiés, recouverts, canalisés et déconnectés des plaines inondables (Gregory, 2006) ; les zones humides abandonnées ou remblayées (Barles, 1999). De l’autre, les milieux d’eau ont été le théâtre des premières formes de loisirs urbains, matérialisées par le développement des parcs urbains, des guinguettes et des bases nautiques, activités qui finiront par se cristalliser au XXe siècle dans le tourisme fluvial (Gravari-Barbas et al., 2016). Qu’ils soient antérieurs et postérieurs au XVIIIe siècle, ces rapports à l’eau ont engendré une pluralité d’objets et de traces, autant d’héritages plus ou moins perceptibles dans les paysages (Dournel et Sajaloli, 2012).

À la lumière de ces éléments profondément ancrés dans le temps et dans l’espace, où facteurs physiques et anthropiques s’entremêlent, les cours d’eau et les zones humides abritent une multitude de socio-écosystèmes (Bertrand et Bertrand, 2002), formant ainsi des milieux hybrides (Lespez et Dufour, 2021 ; Valette et al., 2024), théâtre de risques d’inondation divers et complexes (Reghezza-Zitt et Sanseverino-Godfrin, 2012 ; Razavi et al., 2020 ; Rode et al., 2022). Ils constituent en ce sens de puissants révélateurs de l’Anthropocène (Steffen et al., 2011), considérant qu’il n’existe pas un seul segment de rivière qui n’ait été affecté par l’activité humaine, directement ou indirectement (Wohl, 2018). Émergeant dans les années 1990, ce concept scientifique rend compte des effets irréversibles et globaux des activités anthropiques sur le système planétaire, perceptibles sur l’atmosphère, la biosphère ou encore l’hydrosphère. Sans rentrer dans les différentes conceptions de l’anthropocène qu’il est possible de distinguer, ni dans les controverses qui agitent la communauté scientifique à propos de ce concept, retenons ici quelques aspects et enjeux majeurs : d’une part, l’idée de crises écologique et climatique globales dues au « pouvoir transformateur de l’agir humain » (Guyot-Téphany, 2020, p. 61) ; d’autre part, l’idée d’une redéfinition des rapports des sociétés à leur environnement (Abbot et al., 2019 ; Fourault, 2020) afin d’habiter la Terre « de façon moins destructive et plus équitable » (Bonneuil, 2017, p. 35). En lien, ces aspects et enjeux appellent nécessairement un changement de paradigme dans la manière d’appréhender, de gérer et de valoriser les milieux fluviaux et humides et la ressource en eau (Santasusagna, Riu, 2019), promouvant l’adaptation aux crises écologique et climatique (Pahl-Wostl et al., 2008).

Recoupant l’ensemble de ces éléments, l’appel à articles porte sur l’eau dans l’anthropocène, dans la continuité de la session thématique éponyme, organisée à l’occasion du 9e congrès d’EUGEO « Geography, for our common future » (Barcelone, 04-07/09/2023, https://www.eugeobcn23.eu/). D’emblée, il s’agit de rendre compte de la capacité des sociétés à modeler profondément les rivières et les zones humides. Quels sont les moteurs économiques, politiques, culturels et sociaux de ce processus ? Quelles en sont les dynamiques, les manifestations spatiales et les effets sur les milieux ? En lien, comment valoriser aujourd’hui les milieux fluviaux et humides tout en sauvegardant leurs écosystèmes et les masses d’eau en général ? Comment concilier les enjeux environnementaux, économiques, politiques, culturels et sociaux ? En somme, comment promouvoir de nouvelles formes de durabilité dans la gestion de l’eau ? Par ailleurs, quels sont les outils et méthodes qui permettent de ménager voire de restaurer les écosystèmes fluviaux et humides dégradés ? Quels sont les états de référence associés ? Quel sens attribuer à cette expression compte tenu de la dynamique des territoires ? Comment pouvons-nous tirer parti de concepts tels que la renaturation ou les solutions fondées sur la nature pour créer des hydrosystèmes plus durables ? Le numéro spécial attache donc de l’importance au temps (passé, présent et futur) pour voir comment le contexte des crises écologique et climatique, caractéristiques de l’Anthropocène, renouvelle ou non la gestion, la gouvernance, les usages et l’aménagement de l’eau, des cours d’eau, des zones humides et des zones inondables.

Les projets d’article en français et en anglais, présentant un titre, les coordonnées du ou des auteurs, cinq mots-clés et un résumé (le tout devra faire 5 000 signes espaces compris) doivent être envoyés avant le 27 septembre 2024 à christian.vandermotten@ulb.be et à sylvain.dournel@yahoo.fr. Les articles, qui pourront ensuite être rédigés en français ou en anglais, devront être transmis ensuite, selon les normes éditoriales de la revue Belgéo (https://journals.openedition.org/belgeo/7113), avant le 13 décembre 2024 pour une évaluation double et anonyme. Le numéro paraîtra en 2025, les articles étant mis en ligne au fur et à mesure de leur approbation.

Water in the Anthropocene: socio-economic, environmental, political and operational challenges

Ecological and climatic crises, tensions over water resources and conflicts over use, the diversity of representation systems and landscape legacies, the complexity of environmental functioning and stakeholder systems... this call for papers looks at water in the Anthropocene through the socio-economic, environmental, political and operational issues that the concept implies.

Water is absolutely essential to living beings on Earth, playing a major role in the atmosphere, biosphere, hydrosphere and lithosphere through its gaseous, liquid and solid states. Ancient philosophy, notably Empedocles and then Plato, included water among the four fundamental elements that describe the matter that makes up the universe. Along with air, fire and earth, water is the basis of all materials. Many of the world’s mythologies and religions give water a strong spiritual dimension (SNPN, 2006). Water can be both destructive and purifying, dangerous and protective (Béthemont, 2011). More generally, water is associated with numerous symbols and images that can be seen in the arts, revealing the intensity of our cultural relationship with this element (Bachelard, 1942).

Water has been used by mankind since the dawn of civilisation for drinking, fishing and washing, but also, with more facilities and equipment, for farming (drainage and irrigation systems), transport (canalisation and port facilities), protection (military moats) and energy (water mills). The great civilisations of antiquity developed their economies, politics and administration around great rivers such as the Tigris, Euphrates and Nile. The vast majority of towns were built on the banks of rivers (Dupuis-Tate and Fischesser, 2003; Rossiaud, 2016) or near coastlines (Chaline, 1994). The transformations and alterations brought about in the water cycle, rivers, wetlands, lakes and groundwater bodies were initially progressive and growing, from prehistoric times to the beginning of the 18th century (Béthemont and Bravard, 2016; Carcaud et al., 2019). Furthermore, the history of socio-economic relations with water has not been uniform and linear. On the contrary, history has been changeable and cyclical, punctuated by specific conjunctures, knowledge and systems of representation that André Guillerme (1990) has identified through the expression “the times of water. From the 18th century to the present day, transformations and degradations have become more intense and complex, in step with demographic growth and the expansion of cities (Carré and Deutsch, 2015), the modernisation of agriculture, the intensification of flows of people and goods, the development of hydroelectricity, etc. The history of human society’s relationship with water has proved to be rather troubled and ambivalent during this period (Dournel et al., 2011). On the one hand, rivers and wetlands were quickly deprived of the slightest socio-economic interest, due to the unbridled competition from the innovations of the Industrial Revolution, particularly in the mechanical and chemical sectors. Rivers have been straightened, covered, channelized and disconnected from natural floodplains (Gregory, 2006); wetlands have been abandoned or filled in (Barles, 1999). On the other hand, water environments were also the scene of the first forms of urban leisure, materialised by the development of urban parks, guinguettes and nautical bases, activities reinforced in the 20th century by river tourism (Gravari-Barbas et al., 2016). Before and after the 19th century, these relationships with water gave rise to a diversity of objects and traces that are more or less perceptible in the landscapes (Dournel and Sajaloli, 2012).

Considering these elements deeply rooted in time and space, where physical and anthropic factors intertwine, rivers and wetlands contain a multitude of socio-ecosystems (Bertrand and Bertrand, 2002). The result is hybrid environments (Lespez and Dufour, 2021; Valette et al., 2024) characterised by diverse and complex flood risks (Reghezza-Zitt and Sanseverino-Godfrin, 2012; Razavi et al., 2020; Rode et al., 2022). Rivers and wetlands are therefore powerful indicators of the Anthropocene (Steffen et al., 2011), given that there is not a single river segment that has not been affected by human activity directly or indirectly (Wohl, 2018). Emerging in the 1990s, this scientific concept considers the irreversible and global effects of anthropogenic activities on the planetary system, perceptible in the atmosphere, the biosphere and the hydrosphere. This is not the place to go into the different conceptions of the Anthropocene, or the controversies that are stirring up the scientific community over this concept, but to focus on a few major aspects and issues: on the one hand, the idea of global ecological and climate crises due to the transformative power of human action’ (Guyot-Téphany, 2020); and secondly, the idea of redefining the relationship between societies and their environment (Abbot et al., 2019; Fourault, 2020) in order to inhabit the Earthin a less destructive and more equitable way” (Bonneuil, 2017, p. 35). These aspects and issues necessarily call for a paradigm shift in the way we understand, manage and develop river and wetland environments and water resources (Santasusagna, Riu, 2019), promoting adaptation to ecological and climatic crises (Pahl-Wostl et al., 2008).

Considering all these elements, the call for papers focuses on water in the Anthropocene, following on from the eponymous thematic session organised on the occasion of the 9th EUGEO CongressGeography, for our common future” (Barcelona, 04-07/09/2023: https://www.eugeobcn23.eu/). Firstly, we need to understand the capacity of societies to profoundly modify rivers and wetlands. What are the economic, political, cultural and social drivers of this process? What are the dynamics, spatial manifestations and effects on the environment? Secondly, how can we promote river and wetland environments today while safeguarding their ecosystems and bodies of water in general? How can we reconcile environmental, economic, political, cultural and social issues? In brief, how can we promote new forms of sustainability in water management? Thirdly, what tools and methods can be used to protect or even restore degraded river and wetland ecosystems? What are the associated reference states? What is the meaning of this reference state, given the dynamics of the areas concerned? How can we take advantage of concepts such as renaturation or nature-based solutions to create more sustainable hydrosystems? The special issue therefore focuses on time (past, present and future) to see how the context of ecological and climatic crises, characteristic of the Anthropocene, is renewing or not the management, governance, uses and development of water, watercourses, wetlands and flood plains.

Draft articles in French and English, with a title, contact details for the author(s), five keywords and an abstract (all 5,000 characters including spaces) must be sent by 27 September 2024 to christian.vandermotten@ulb.be and sylvain.dournel@yahoo.fr. The articles, which may be written in French or English, must then be sent, in accordance with the editorial standards of the journal Belgéo (https://journals.openedition.org/belgeo/7113), before 13 December 2024 for a double and anonymous evaluation. The issue will be published in 2025, the papers being put on line immpediately after their final approval.

Bibliographie/References

ABBOTT B. W., BISHOP K., ZARNETSKE J. P., HANNAH D. M., FREI R. J., MINAUDO C., CHAPIN F. S., KRAUSE S., CONNER L., ELLISON D., GODSEY S. E., PLONT S., MARÇAIS J., KOLBE T., HUEBNER A., HAMPTON T., GU S., BUHMAN M., SAYEDI S. S., URSACHE O., CHAPIN M., HENDERSON K. & PINAY G. (2019), « A water cycle for the Anthropocene », Hydrological Processes, 33, 23, pp. 3046-3052. https://doi.org/10.1002/hyp.13544

BACHELARD G. (1942), L’eau et les rêves : essai de l’imagination de la matière, Paris, Librairie José Corti, 265 p.

BARLES S. (1999), La ville délétère. Médecins et ingénieurs dans l’espace urbain : XVIIIe - XIXe siècle, Paris, Champs vallon, 384 p.

BERTRAND C., BERTRAND G. (2002), Une géographie traversière : l’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, Arguments, 311 p.

BÉTHEMONT J. (2011), « L’eau et le sacré », in Barraqué B. & Roche P.A. (dir.), Peurs et Plaisirs de l’eau, Paris, Hermann, pp. 29-44.

BÉTHEMONT J., BRAVARD J.P. (2016), Pour saluer le Rhône, Lyon, Éditions Libel, 400 p.

BONNEUIL C. (2017), « Anthropocène (point de vue 2) », in Bourg D. & Papaux A. (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Presses universitaires de France, pp. 35-40

CARCAUD N., ARNAUD-FASSETTA G. & ÉVAIN C. (dir.) (2019), Villes et rivières de France, Paris, CNRS Éditions, 294 p.

CARRÉ C., DEUTSCH J.C. (2015), L’eau dans la ville. Une amie qui nous fait la guerre, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 319 p.

CHALINE C. (dir.) (1994), Ces ports qui créèrent des villes, Paris, L’Harmattan, 299 p.

DOURNEL S., FRANCHOMME M. & SAJALOLI B. (2011), « Géohistoire d’une résurgence d’eaux troubles : les milieux humides urbains et les cités fluviales de la France du Nord (début XIXe – XXs.) », Revue du Nord, 26, pp. 169-187.

DOURNEL S., SAJALOLI B. (2012), « Les milieux fluviaux et humides en ville, du déni à la reconnaissance de paysages urbains historiques », Urban History Review, 41, 1, https://doi.org/10.7202/1013761ar

DUPUIS-TATE M.-F., FISCHESSER B. (2003). Rivières et paysages, Paris, La Martinière, 343 p.

FOURAULT V. (2020). « Anthropocène. En géographie française », in Dictionnaire critique de l’Anthropocène, CNRS Éditions, pp. 62-63.

GRAVARI-BARBAS M., FIHEY J. & BAUMBERGER E. (dir.) (2016), « Usages récréatifs des espaces fluviaux : des enjeux à l’échelle des métropoles », dossier, Espaces, 333, 110 p.

GREGORY K. J. (2006), “The human role in changing river channels”, Geomorphology, 79, pp. 172-191, https://doi:10.1016/j.geomorph.2006.06.018

GUILLERME A. (1990), Les temps de l’eau – La cité, l’eau et les techniques (fin IIIe- début XIXe siècle), Seyssel, Champs Vallon, 2e éd., 263 p.

GUYOT-TÉPHANY J. (2020), « Anthropocène. Histoire du concept », in Dictionnaire critique de l’Anthropocène, CNRS Éditions, pp. 57-61.

LESPEZ L., DUFOUR S. (2021), « Les hybrides, la géographie de la nature et de l’environnement », Annales de géographie, 737, 1, https://doi.org/10.3917/ag.737.0058

PAHL-WOSTL C., KABAT P. & MÖLTGEN J. (eds.) (2008), Adaptive and Integrated Water Management: Coping with Complexity and Uncertainty, Berlin, Heidelberg, Springer Berlin Heidelberg, https://doi.org/10.1007/978-3-540-75941-6

RAZAVI S., GOBER P., MAIER H., BROWER R. & WHEATER H. (2020), “Anthropocene flooding: Challenges for science and society”, Hydrological Processes, 34, pp. 1996-2000, http://doi.org/10.1002/hyp.13723

REGHEZZA-ZITT M., SANSEVERINO-GODFRIN V. (2012), « Aménagement durable des territoires soumis à de fortes contraintes : enjeux et perspectives à travers l’examen des outils juridiques. L’exemple de la basse vallée du Var (06) », Annales de géographie, 685, 3, https://doi.org/10.3917/ag.685.0242

RODE S., RIBAS PALOM A., SAURI D. & OLCINA CANTOS J. (2022), « Adapter les territoires au risque d’inondation en France et en Espagne : vers de nouvelles pratiques d’aménagement des zones inondables ? », Annales de géographie, 743, 1, https://doi.org/10.3917/ag.743.0044

ROSSIAUD J. (dir.) (2016), Villes et fleuves en Europe. Journées d’étude des musées Gadagne, Milan, Silvana Editoriale, 88 p.

SANTASUSAGNA RIU A. (2019), « La gestion des cours d’eau dans la Barcelone métropolitaine (Espagne). Les enjeux de la valorisation des espaces fluviaux du Llobregat et du Besòs », Sud-ouest européen, 47, pp. 11-23.

SOCIÉTÉ NATIONALE DE PROTECTION DE LA NATURE – SNPN (2006), « Sacrées zones humides », dossier, Zones Humides Infos, 54, pp. 1-16.

STEFFEN W., GRINEVALD J., CRUTZEN P. & MCNEILL J. (2011), “The Anthropocene: conceptual and historical perspectives”, Philosophical transactions of the Royal Society, 369, 1938, https://doi.org/10.1098/rsta.2010.0327

VALETTE P., BURENS A., CAROZZA L. & MICU C. (dir.) (2024), Géohistoire des zones humides, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 382 p.

WOHL E. (2020), “Rivers in the Anthropocene: The U.S. perspective”, Geomorphology, 366, 1, https://doi.org/10.1016/j.geomorph.2018.12.001

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search