Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours2026 - 2 « Les plastiques et leur...

2026 - 2 « Les plastiques et leurs déchets dans leurs rapports Nord-Sud : écologie politique, positionnalité et colonialité » / “Plastics and plastics waste in North-South relations: political ecology, positionality and coloniality”

Les plastiques et leurs déchets dans leurs rapports Nord-Sud : écologie politique, positionnalité et colonialité

Depuis une cinquantaine d’années, une partie des sciences sociales s’est attelée à étudier ensemble des enjeux de justice environnementale, de justice sociale et de colonialité. Ce parti pris est au cœur de la justice socio-spatiale (Harvey, 1973), d’une partie de la political ecology (Benjaminsen et Svarstad, 2009), et de l’étude des inégalités environnementales (Deldrève, 2023). Pour comprendre ces enjeux dans leurs enchevêtrements, des épistémologies féministes et anti-coloniales appellent à prendre en compte une forme de domination épistémique qui n’épargne pas ces champs disciplinaires (Harding, 1992 ; Ahmad, 1992) : la grande majorité des publications qui font autorité sur ces sujets ont aussi été produites depuis le « Nord global ».

Avant d’être « découvert » dans les années 1970 par ces sciences (post-)coloniales, le lien entre colonialisme, destruction environnementale et injustice sociale est une réalité connue et vécue par les activistes du « Sud global », partisan-nes de ce que l’historien péruvien Alberto Flores Galindo (1988) puis l’historien indien Ramachandra Guha (2000) ont appelé « l’environnementalisme des pauvres ». Faire une pleine place à d’autres modes de production de connaissances est un enjeu central de la crise politique que constituent les changements globaux. Par des épistémologies situées, il s’agit de rendre compte de l’influence du point de vue des chercheur-euses et du lieu de production des savoirs sur ceux-ci (England, 1994 ; Frega, 2013).

Ces considérations s’appliquent aussi aux études consacrées aux déchets, en particulier dans les waste studies (Hird, 2022) et dans les discard studies (Liboiron & Lepawsky, 2022). Certaines s’appuient expressément sur la mise en lien entre environnementalisme, colonialité et épistémologies situées. Les plastiques font partie des matériaux observés sous ce prisme (Liboiron, 2021). Il y a en effet un lien historique entre l’arrivée des plastiques et la colonisation de territoires affectés (Liboiron, 2021 ; Hird et Zahara, 2017 ; Fuller et al., 2022). Les populations colonisées sont particulièrement concernées par l’arrivée de plastiques par bateau et par la mer sur leur territoire, d’autant plus lorsque ces plastiques affectent leurs modes de subsistance. En outre, la pratique du dumping de déchets dangereux dans certains pays des Suds, et la production de certaines « zones sacrifiées » par la mondialisation du recyclage, se comprennent également à l’aune de l’histoire (post-)coloniale (Le Meur, 2021 ; Millington et Lawhon, 2019). Au-delà de la question du statut colonial des territoires, la prise en compte de la colonialité en tant que structure idéologique, discursive et matérielle permet de rendre visible les effets de cadrage à l’œuvre dans la formulation du « problème plastique » : qui a le privilège de définir les problèmes que posent les plastiques ? Qui est responsabilisé dans les solutions proposées ? Quels moments des circulations de plastiques et des accumulations sont regardés le plus souvent, pour tenir quels discours ? Quels moments sont invisibilisés et particulièrement difficiles à observer, quantifier, montrer (Liboiron, 2021 ; Manglou, 2023) ?

Ce numéro thématique de Belgeo ambitionne d’examiner la question de la production de plastiques et de leurs déchets en mettant en avant des épistémologies situées. Comment les plastiques sont-ils constitués comme problèmes dans le « Sud global » ou dans les territoires marginalisés du Nord, et par qui ? Comment cette mise en problème est-elle (ou peut-elle être) remise en question à partir de ces territoires ? Quelles connaissances font autorité dans les pratiques environnementalistes, et quelles connaissances sont ignorées ou sous-interrogées ? Quels espaces sont (re)produits par ces rapports de force ?

Nous invitons des contributions tant empiriques que théoriques et épistémologiques, traitant de la problématique des plastiques tant dans le Sud, que dans les rapports Nord-Sud. Cependant il est important que ces contributions présentent une dimension géographique, en considérant les dynamiques socio-spatiales, les rapports à l’environnement, aux modes de vie territorialisés et/ou aux rapports des problématiques locales à la géo-économie et la géopolitique. Nous recherchons particulièrement des contributions qui feront une place à la positionnalité des auteur-ices.

Les propositions d’article doivent être envoyées à Christian Vandermotten (christian.vandermotten@ulb.be), Mélissa Manglou (melissa.manglou@cnrs.fr) et Christian Kesteloot (chris.kesteloot@kuleuven.be) avant le 30 septembre 2024.

Les manuscrits issus des propositions acceptées sont attendus (en version complète et en version anonymisée) pour le 31 mai 2025 et seront soumis au processus habituel d’examen par les pairs en double aveugle. La publication finale de ce numéro spécial est prévue pour le printemps 2026.

La revue est entièrement en libre accès et publie en anglais et en français. Pour plus d’informations sur la revue et sa déclaration éditoriale : https://journals.openedition.org/belgeo/6275

Plastics and plastics waste in North-South relations: political ecology, positionality and coloniality

Over the last fifty years or so, some social scientists have been studying issues of environmental justice, social justice and coloniality together. This approach is at the heart of socio-spatial justice (Harvey 1973), part of political ecology (Benjaminsen & Svarstad, 2009), and the study of environmental inequalities (Deldrève, 2023). Feminist and anti-colonial epistemologies criticize a form of epistemic domination that also appears in these disciplinary fields (Harding, 1992; Ahmad, 1992): the vast majority of authoritative publications on these subjects have also been produced from the 'global North'.

Before being 'discovered' in the 1970s by these (post-)colonial sciences, the link between colonialism, environmental destruction and social injustice was a reality known and experienced by activists in the 'Global South', supporters of what the Peruvian historian Alberto Flores Galindo (1988) and the Indian historian Ramachandra Guha (2000) have called 'the environmentalism of the poor'. Making room for other ways of producing knowledge is a central issue in the political crisis constituted by global change. By means of situated epistemologies, we need to account for the influence of the researchers’ point of view and the place of science production on that knowledge. (England, 1994; Frega, 2013).

These considerations also apply to waste studies (Hird, 2022) and discard studies (Liboiron, & Lepawsky, 2022). Some of these studies explicitly draw on the links between environmentalism, coloniality and situated epistemologies. Plastics are one of the materials observed through this prism (Liboiron, 2021). There is in fact a historical link between the arrival of plastics and the colonisation of affected territories (Liboiron, 2021; Hird & Zahara, 2017; Fuller et al. 2022). Colonised populations are particularly concerned by the arrival of plastics on their territory by boat and by sea, especially when these plastics affect their means of subsistence. Furthermore, the practice of dumping hazardous waste in certain southern countries, and the production of certain 'sacrificed zones' by the globalisation of recycling, can also be understood in the light of (post-)colonial history (Le Meur 2021; Millington & Lawhon 2019). Over and above the question of the colonial status of territories, consideration of coloniality as an ideological, discursive and material structure makes it possible to see the framing effects at work in the formulation of the 'plastic problem': who has the privilege of defining the problems posed by plastics? Who takes responsibility for the solutions proposed? What moments in the circulation of plastics and accumulations are most often considered, for producing what discourse? Which moments are made invisible and particularly difficult to observe, quantify or show (Liboiron 2021; Manglou 2023)?

This thematic issue of Belgeo sets out to examine the issue of plastics production and waste by highlighting situated epistemologies. How are plastics constituted as a problem in the 'global South' or in the marginalised territories of the North, and by whom? How is (or can) this problem definition be challenged from these territories? What knowledge is authoritative in environmentalist practices, and what knowledge is ignored or under-examined? What spaces are (re)produced by these power relations?

We are inviting empirical, theoretical and epistemological contributions on the issue of plastics, both in the South and in North-South relations. However, it is important that these contributions have a geographical dimension, considering socio-spatial dynamics, relationships with the environment, territorialized ways of life and/or the relationship between local issues and geo-economics and geopolitics. We are particularly looking for contributions that make room for the authors' positionality.

Article proposals should be sent to Christian Vandermotten (christian.vandermotten@ulb.be), Mélissa Manglou (melissa.manglou@cnrs.fr) and Christian Kesteloot (chris.kesteloot@kuleuven.be) by 30 September 2024.

Manuscripts from accepted proposals are due by 31 May 2025 (in a full and an anonymised version) and will undergo the usual double-blind peer review process. Final publication of this special issue is scheduled for spring 2026.

The journal is entirely open access and publishes in English and French. For more information about the journal and its editorial statement: https://journals.openedition.org/belgeo/6275


Bibliographie/References

Ahmad A. (1992), In theory: nations, classes, literatures, London, Verso.

Benjaminsen T.A. & Svarstad H. (2009), « Qu’est-ce que la “political ecology” ? », Natures Sciences Sociétés, 17, 1, pp. 3-11.

Deldrève V. (2023), « Inégalités environnementales », in Écologies, Hors collection Sciences Humaines, Paris, La Découverte, pp. 349-355.

England K. (1994), “Getting Personal: Reflexivity, Positionality, and Feminist Research”, The Professional Geographer, 46, pp. 80-89.

Frega R. (2013), « L’épistémologie des dominés », Critique, 799, 12, pp. 978-991.

Fuller S., Tina Ngata S., Borrelle S.B. & Farrelly T. (2022), “Plastics Pollution as Waste Colonialism in Te Moananui”, Journal of Political Ecology, 29, 1, pp. 534-560.

Galindo A.F. (1988), Buscando Un Inca: Identidad y Utopia En Los Andes, Michigan, University of Michigan.

Guha R. (2000), Environmentalism: A Global History. New York, Longman.

Harding S. (1991), Whose Science? Whose Knowledge?, Cornell University Press.

Harvey D. (1973), Social Justice and the City, Georgia, University of Georgia Press.

Hird M. (2022), A Public Sociology of Waste, Bristol, Bristol University Press.

Hird M.J. & Zahara A. (2017), The Arctic Wastes, Mineapolis, University of Minesota Press.

Manglou M. (2023), « Décoloniser l’écologie à partir de La Réunion : La question du travail », Le Globe, 148, 1.

Millington N. & Lawhon M. (2019), “Geographies of Waste: Conceptual Vectors from the Global South”, Progress in Human Geography, 43, 6, pp. 1044-1063.

Le Meur M. (2021), Le mythe du recyclage, Paris, Premier Parallèle.

Liboiron M. (2021), Pollution is colonialism, Durham, Duke University Press.

Liboiron M. & Lepawsky J. (2022), Discard Studies: Wasting, Systems, and Power, Cambridge (USA), MIT Press.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search