Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nahon, Peter (éd., trad. et intr.), Cantigas Geographicas. Poésie populaire des régions du Portugal

João Almeida

Texte intégral

1La maison d’édition Plein Chant, qui, depuis près de cinquante ans, met à disposition de ses lecteurs de nombreux textes rares de littérature française et d’ailleurs, vient d’ajouter à son catalogue une édition bilingue, la toute première en date, de poèmes populaires portugais accompagnés de leur traduction en français. On ne dira jamais assez à quel point la connaissance de la poésie populaire d’une nation est un préalable indispensable à l’étude de la poésie savante ; a fortiori dans le cas du Portugal, dont les poètes ont abondamment puisé aux sources de cette inspiration. On nous rappelle ici que Fernando Pessoa tenait cette littérature pour « le pot de fleurs que le Peuple met à la fenêtre de son âme » et s’en est abondamment inspiré. Les comparatistes français peuvent désormais avoir connaissance de cette poésie à travers une édition de fort bonne tenue.

2Les 350 poèmes présentés dans cette édition forment un choix représentatif du genre des trovas, quatrains populaires rimés, composés entre le XVIIIe et le XIXe siècle. La trova est par excellence la forme dans laquelle s’exprime traditionnellement la muse populaire portugaise, et ce depuis le Moyen Âge, comme le rappelle l’introduction fournie par le traducteur. Ces poèmes étaient, pour une part d’entre eux, chantés (d’où leur nom de cantigas) : l’éditeur fournit même un échantillon de partition dans l’introduction. Les quatrains présentés ici, dits « géographiques » en vertu du fait qu’ils évoquent tous une localité ou une région, évoquent les realia de la vie rurale et le fond de sentiments populaires dans lequel puise toute poésie populaire, avec ici une emphase sur la saudade, le sentiment de nostalgie mélancolique récurrent dans la littérature lusitanienne.

3La traduction en français, en vers libres, est très correcte et une lecture scrupuleuse n’a pas permis d’y déceler de corrigenda majeurs. Elle sacrifie parfois l’élégance à la littérarité, mais demeure pleinement lisible. On est même surpris parfois par des trouvailles de fort bon aloi, qui, eu égard à la nature délicate du texte source, souvent plein d’idiosyncrasies difficilement restituables, témoignent de l’habileté du traducteur, qui connaît aussi bien le portugais que le français. On ne sera pas étonné d’apprendre que celui-ci, qui n’en est pas à ses premières traductions de poèmes, est également l’auteur de versions d’Apollinaire et de Nerval en vers latins.

4Enfin, la présentation typographique et la fabrication de l’ouvrage sont faites avec un soin remarquable. La disposition des notes, en marge des textes poétiques, est particulièrement heureuse. Le choix de l’éditeur de maintenir la graphie ancienne de ses textes, malgré les réformes orthographiques aujourd’hui appliquées en portugais, peut paraître déroutant au premier abord, mais participe en fin de compte du charme un peu suranné de cette édition, qui prendra une place bien méritée aux côtés de toutes les grandes anthologies de poèmes populaires des nations d’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

João Almeida, « Nahon, Peter (éd., trad. et intr.), Cantigas Geographicas. Poésie populaire des régions du Portugal »Belphégor [En ligne], 18, 1 | 2020, mis en ligne le 14 janvier 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/belphegor/2114

Haut de page

Auteur

João Almeida

Sorbonne Université

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Littératures populaire et culture médiatique
  • OpenEdition Journals