Navigation – Plan du site
Regards croisés sur la culture médiatique européenne

L’Europe saisie par la culture médiatique : concordances et disparités d’un processus transnational 

Jacques Migozzi

Texte intégral

1Le colloque de Debrecen s’est efforcé de planter un jalon supplémentaire dans une enquête de très longue haleine, qui par certains côtés tient peut-être d’une utopie intellectuelle – mais l’utopie nous est nécessaire, en ce domaine comme dans beaucoup d’autres, pour agir et avancer –, sur la circulation transnationale et transmédiatique des fictions de grande consommation aux XIXe et XXe siècles en Europe, et plus largement dans un monde en voie de globalisation.

  • 1 Jacques Migozzi ed., Journal of European Popular Culture, volume 5, number 1, Londres : Intellect, (...)

2Cette investigation collective a été amorcée avec le projet EPOP, poursuivie avec le colloque de Louvain d’octobre 2011, et enrichie depuis par quelques travaux sectoriels, qu’ils soient portés par des monographies sur des cas d’école (Sherlock Holmes, Fantômas) ou par des collectifs sur des massifs génériques (les mystères urbains)1.

3Le rendez-vous de Debrecen, en décembre 2014, a été ainsi l’occasion de remettre sur le métier quelques-uns des questionnements laissés en suspens en 2011 à Louvain. C’est ainsi que très empiriquement j’ai commencé à raisonner en partant d’une part d’une relecture critique du volume paru chez Peter Lang en 2014, et d’autre part en revisitant quelques-uns des ouvrages parus depuis une vingtaine d’années valant pour références sur la culture médiatique. Cet exercice réflexif fut stimulant, et j’en résume ici les principales conclusions sous forme d’un mémento et de quatre questions.

Mémento EPOP : récapitulatif expéditif de quelques acquis.

  • 2 Franco Moretti, Atlas du roman européen, Paris, Éditions du Seuil, Coll. La Couleur des idées, 2000

4Dès la première grande séquence de la culture médiatique, de la « querelle du roman-feuilleton » durant les années 1840 jusqu’au seuil des années 1930, les fictions populaires dans le monde occidental n’ont cessé de circuler d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, de l’écrit à l’écran. En un siècle, l’Europe invente et déploie de manière exponentielle les premières formes, formats et usages de la modernité multimédiatique, d’abord seule, dans l’extrême variété culturelle et linguistique de sa mosaïque d’états-nations ou d’empires multinationaux, puis en interaction avec les industries culturelles nord-américaines. En prolongeant et en débordant certaines conclusions de Franco Moretti dans son Atlas du roman européen2, on peut donc acter l’émergence puis la structuration entre 1840 et 1940 d’un premier « marché commun » multimédiatique de la fiction européenne.

5Les processus d’import/export des fictions populaires sur une base transnationale mais aussi transmédiatique sont avérés a minima dans toute l’Europe occidentale et centrale dès le milieu du XIXe siècle et augmentent exponentiellement dès les premières années du XXe siècle sous l’influence conjuguée de la sérialisation à grande échelle de la fiction imprimée (collections de romans bon marché, dime novels propulsant des héros récurrents au rang d’icônes, fascicules illustrés pour la jeunesse…) et de la montée en régime du 7ème art.

6L’importance stratégique de la traduction saute donc du même coup aux yeux comme marqueur sinon comme vecteur d’une popularité paneuropéenne.

7A compter des années 1900, les industriels de la culture populaire désormais convertis à la sérialité ont visiblement su conjuguer le soft power de la traduction à la force démultiplicatrice du clonage pour renforcer l’aura de certaines figures érigées en mythologies et doper leurs profits.

8On prend conscience au passage du rôle éminent du dime novel, format et forme-sens d’importation américaine, dans la bascule définitive du Vieux continent vers la sérialité multimédiatique : puissant accélérateur de diffusion d’icônes, par la modicité de son coût et sa logique de flot, le dime novel semble de plus libéralement encourager la prolifération des avatars des héros fictionnels, en offrant un hypotexte non livresque, donc moins contraignant, à la reprise ludique par des producteurs-cloneurs pour la délectation boulimique de lecteurs-amateurs de genres. 

9L’adaptation est aux côtés de la traduction et du clonage un paramètre majeur qui explique la circulation transnationale et transmédiatique des récits, au sens où elle confirme le succès, préalable ou simultané, de l’œuvre et/ou du personnage sur support papier mais du même mouvement l’amplifie. Si son potentiel de transculturalité cosmopolite est indéniable elle mérite toutefois d’être explorée tout autant dans sa capacité à reterritorialiser un récit circulant et à l’ajuster au contexte et au cotexte nationaux.

10Semblent bénéficier d’une prime narrative à l’exportation les récits et les figures à dimension « universelle », autrement dit les motifs, scénarios et héros qui peuvent séduire des publics de tous ordres pour leur narrativité déterritorialisée, cultivés ou cultivables hors sol national en quelque sorte.

Question 1

11La culture médiatique de l’Europe centrale et orientale correspond-elle à une zone d’ombre de la recherche en LPCM ?

12Réponse express : il semble bien que oui.

13J’ai eu beau consulter un certain nombre d’ouvrages collectifs à visée panoramique, force est bien de constater que les études sur l’Europe balkanique, centrale et orientale sont rares, ou à la rigueur très mal connues du réseau ouest-européen et nord-américain de chercheurs en LPCM. Qu’on en juge.

  • 3 2 R. Chartier et H.-J. Lüsebrink dir., Paris : IMEC Éditions / Éditions de la Maison des Sciences d (...)
  • 4 H-J Lüsebrink, Y-G Mix, J-Y Mollier et P Sorel dir., Paris, Complexe, 2003
  • 5 Jacques Michon et Jean-Yves Mollier dir., Québec-Paris : Presses de l’Université Laval- L’Harmattan (...)
  • 6 J-Y. Mollier, J.-F. Sirinelli, F. Valloton dir., Paris : PUF, 2006.
  • 7 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert et Jean-Louis Tilleuil dir., Bruxelles : Peter (...)

14Colportage et lecture populaire – Imprimés de large circulation en Europe XVIe - XIXe siècles3 comporte ainsi un seul article sur l’almanach hongrois. Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (XVIIe-XXe siècle)4 rassemblent trois articles sur l’almanach en Bulgarie et Pologne au XIXe et en Hongrie au XVIIIe. Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 20005 propose un seul article sur la librairie austro-hongroise. L’ouvrage collectif Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques. 1860-19406 ne comporte aucune contribution sur les pays de l’Europe Centrale, orientale et balkanique dans sa section « Aires de développement ». Même l’ouvrage issu du colloque de Louvain consécutif au projet EPOP, Les Racines populaires de la culture européenne7, ne comporte que deux contributions sur ces aires, celle de Tomasz Swoboda sur la Pologne au XIXe et dans l’Entre-deux-guerres et celle de Sándor Kálai sur la réception de Dumas dans la Hongrie du XIXe siècle.

15Les conséquences de cette rareté des études sont quasi inévitables : les périodisations et théorisations de la culture médiatique sont probablement trop marquées par l’occidentalocentrisme.

  • 8 Tomasz Swoboda, « Quelques remarques sur la littérature ésotérique en Pologne au début du XXe siècl (...)
  • 9 Voir Frontières du littéraire. Littératures orale et populaire Brésil/France, Zila Bernd et Jacques (...)
  • 10 Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (XVIIe-XXe siècle), H-J Lüsebrink, Y-G Mix, (...)

16Les périodisations et théorisations de la culture médiatique semblent de fait largement extrapolées à partir des phénomènes et des temporalités observées dans l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord, et probablement en privilégiant qui plus est pour le XIXe et le début du XXe siècle les “modèles" des deux superpuissances dominant l’Europe du roman d’après les analyses de Moretti, i.e. la France et la Grande-Bretagne. D’où la tendance à surestimer dans notre saisie rétrospective de la culture populaire européenne la part « moderne », car promise à une expansion multimédiatique, au détriment du reste des produits et des usages qui seraient considérés comme seulement rémanents ou archaïques. Tomasz Swoboda nous rappelle ainsi que les genres et figures sur lesquels nous portons en général l’accent ne sont guère pour la Pologne que des genres d’importation tardifs dans l’Entre-deux-guerres et qu’en revanche jusque dans les années 1920 l’essentiel des fictions populaires relevaient quantitativement et qualitativement de littératures dites « de mercerie », « de foire » ou « de pavé », dont les contenus et les ressorts de séduction n’étaient pas homologues à ceux de leurs contemporains ouest-européens, roman-feuilleton ou dime novel, puisque faisant la part belle à d’ésotériques « Clefs des songes » ou déclinant la légende de Geneviève princesse de Brabant en 68 éditions différentes à partir de 18388. Cette alerte est d’autant plus salutaire qu’elle nous amène en retour d’une part à distinguer de fortes homologies avec la réalité brésilienne jusqu’au cœur du XXème siècle, a minima jusqu’aux années 1970 (voir les travaux de Jerusa Pires Ferreira et du Nucleo de Poeticas da Oralidade de la PUC-SP, en particulier Cavalaria em cordel, 1979)9, et d’autre part à nous rappeler que l’Europe de l’Ouest elle-même tout au long du XIXème, bien qu’engagée à compter des années 1830 dans la construction progressive d’une modernité multimédiatique, est concernée par des productions et usages comparables, comme le prouvent les travaux de Jean-François Botrel sur la literatura de cordel en Espagne ou les recherches d’envergure sur l’almanach impulsées voici une quinzaine d’années par Hans-Jurgen Lüsebrink et Jean-Yves Mollier10, et qui attestent de la résistance au XIXe de cette « encyclopédie portative » et du maintien de sa production de masse pendant plus longtemps qu’on ne l’a longtemps cru et dit dans la France des terroirs …

17Pour ceux d’entre nous qui auraient eu tendance, même inconsciemment, à oublier cette réalité contrastée, la culture médiatique européenne, de 1830 à 1940 — et probablement au-delà — reste donc spectaculairement disparate malgré les processus d’homogénéisation des représentations portées par l’acculturation de masse et l’expansion urbaine, au point qu’il conviendrait sans doute par précaution de raisonner sur des cultures médiatiques européennes car il serait peu rigoureux de plaquer sur nombre de pays, ruraux et plus lentement gagnés par l’industrialisation et l’alphabétisation de masse, une périodisation largement extrapolée à partir du « modèle » médiatique dominant dans l’Europe du Nord-Ouest.

18Toutefois, plusieurs contributions au colloque de Louvain de 2011 accréditent la double hypothèse que, fût-ce selon des modalités partiellement dissemblables, d’une part le second conflit mondial représente un butoir terminal à une première phase de la culture médiatique pour tous les pays européens, d’autre part une césure majeure du paysage culturel européen intervient consécutivement à la Grande guerre de 14-18, au tournant des années 1920, avec la première véritable déferlante hollywoodienne, qui rafle la mise des fictions portées par les écrans européens, lors même que pendant un quart de siècle encore les récits imprimés circulant en Europe resteront très majoritairement made in Europe, au rebours des genres populaires en plein essor après 1945 (SF, policier, espionnage…) qui s’ « américaniseront » comme l’a plusieurs fois rappelé Paul Bleton.

  • 11 Voir par exemple « Circulation internationale des imaginaires et séries culturelles. Les traduction (...)

19Matthieu Letourneux, en insistant dans ses travaux récents11 sur l’importance des « séries culturelles » nationales, qui filtrent et organisent la réception éditoriale comme lectorale des œuvres importées en les « digérant » et en les resémantisant parfois, souligne en outre de manière fort judicieuse que la circulation transnationale des œuvres ne s’opère qu’au prix d’ajustements et d’assimilations. Or ce processus matriciel de négociations entre l’œuvre accueillie et le « paradigme culturel » d’un pays à une époque donnée doit nous amener à ne pas surestimer la part de cosmopolitisme ou d’ universalité dont nous créditons parfois par réflexe les figures ou les récits de la culture médiatique, laquelle ne serait pas donc consommée tout uniment « par delà le livre et la nation », pour reprendre le titre d’un article de Denis Saint Jacques. Pour parodier Jaurès : « Un peu d’internationalisme en recherches LPCM éloigne de la patrie, beaucoup d’internationalisme y ramène »…

20En fin de compte, c’est la notion même d’ « imaginaire partagé » au plan européen qui mérite du même coup d’être reconsidérée, en n’étant pas circonscrite à un kit fictionnel de base ou à un prêt-à-rêver tout terrain, mais en étant plutôt appréhendée comme une vaste nébuleuse de motifs et de figures, dont les variations et la bigarrure, résultant d’altérations reconfigurantes et d’appropriations différentielles, importent tout autant que les similitudes.

21A scruter attentivement la première phase de la culture médiatique globalement dominée par l’imprimé de masse, certains d’entre nous ont pu y déceler les linéaments de certains dispositifs ou processus dominants aujourd’hui au sein de la culture mainstream promue par les industries de contenus contemporaines. Mais encore une fois cette hypothèse n’est étayée que par des exemples avérés dans l’Europe de l’Ouest : ainsi de l’exploitation, par les éditeurs européens de dime novels dans le sillage d’Eichler, ou de la figure prototypique du détective, dont on connaît mal les développements à l’est. La culture médiatique d’Europe centrale et orientale mériterait donc d’être explorée dans sa spécificité, et à dire vrai si l’on m’a bien suivi il faudrait sans doute dire les cultures médiatiques d’Europe centrale et orientale mériteraient d’être observées sans filtre LPCM uniformisant. Faute de temps et sans doute de compétences, je me risque néanmoins à poursuivre mon raisonnement en continuant à sacrifier à une tendance globalisante peut-être contestable en parlant de culture médiatique d’Europe centrale et orientale au singulier.

Question 2

22Doit-on considérer la culture médiatique de l’Europe centrale et orientale comme une culture médiatique retardée dans son émergence ou comme une autre culture médiatique que la variante nord-occidentale ?

  • 12 Jean-Yves Mollier, « L’émergence de la culture de masse dans le monde » in Culture de masse et cult (...)

23A écouter Jean-Yves Mollier dans « L’émergence de la culture de masse dans le monde »12, la réponse à la première partie de ma question ne fait guère de doute :

A notre sens [la culture de masse] voit le jour en Occident, en Grande-Bretagne, en France et aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle et affecte probablement d’autres pays, quoique à un degré moindre, l’Allemagne, la Belgique et la Suisse notamment. Si l’on retient comme premier critère de son émergence l’achèvement de la réforme de l’instruction universelle, cela exclut toute l’Europe du Sud et de l’Est, à l’exception de l’Empire austro-hongrois. Le second critère nous semble relatif à l’existence d’une presse de masse, libre, diversifiée, touchant à la fois le public le plus large possible et des catégories de lecteurs plus spécialisés, femmes, enfants par exemple. A ces conditions de base de développement et de diffusion en profondeur d’une culture pour tous, il convient d’ajouter l’organisation d’une industrie culturelle englobant le théâtre, le café-concert, le music-hall, le cirque et les premiers parcs d’attraction.

24Alphabétisées plus tard que l’Europe de l’ouest, avec une partie significative de leurs populations encore analphabètes au début du XXe siècle, les nations européennes est-orientales ne voient conséquemment émerger une presse de masse en langue nationale qu’au XXe siècle. Dans ce processus de retardement de la construction d’une culture véritablement massmédiatique, la polyglossie des élites a peut être paradoxalement joué son rôle puisque les productions médiatiques ouest-européennes ont pu être pendant plusieurs décennies consommées de manière socialement discriminantes en français (ainsi du roman français en Russie, comme l’attestent plusieurs témoignages), en allemand bien sûr au sein de l’empire austro-hongrois, voire en anglais si l’on en juge par l’activité de l’éditeur de Leipzig Bernhard Tauchnitz, dont la « Collection of British and American authors » proposa en anglais de 1841 à 1939 plusieurs centaines d’œuvres anglo-saxonnes aux voyageurs anglophones de l’Europe continentale. 

25Mais, peut être tout autant que cette vision postulant que le mètre-étalon de la culture médiatique est celui de l’Occident alphabétisé précocement et développant les industries culturelles de l’imprimé de masse scolaire et de divertissement, ne pourrait-on pas soutenir que les voies d’accès à la culture médiatique sont plurielles et que nous sommes face à d’autres formes de culture médiatique ? Jean-François Botrel affirmait ainsi fort justement au début de sa contribution « Entre imprimé et oralité : l’essor de la culture de masse en Espagne (1833-1936) au volume Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques. 1860-1940 » :

Si par culture de masse , l’historien du livre se réfère à la production et consommation d’imprimés en grandes quantités – des quantités « industrielles » – l’Espagne du XIXe siècle ne semble guère concernée : en 1914 plus de la moitié des 14 millions d’Espagnols est encore analphabète, le nombre de titres officiellement comptabilisés est au plus de 2200 par an, rares sont les quotidiens dont le tirage dépasse 100 000 exemplaires, et la consommation de papier est à peine supérieure à celle de la Russie.

  • 13 Jean-François Botrel, « Entre imprimé et oralité : l’essor de la culture de masse en Espagne (1833- (...)

26Mais si l’historien de la culture considère d’autres biens et pratiques culturelles renvoyant à la consommation de spectacles (le théâtre, mais aussi les corridas et le cinéma) et à des pratiques culturelles orales liées à une mnémothèque collective dont l’inventaire est encore à faire, ou à la fête et à la sociabilité, des millions d’Espagnols illiterati se trouvent brusquement concernés dans une culture de masse plus ou moins nationalement partagée. »13

27Dans ces conditions, il conviendrait sans doute de se montrer plus attentifs au pouvoir popularisant des médias fondés sur la performance (entre autres le théâtre – dont on n’a peut être pas encore exploré le rôle de catalyseur dans l’avènement d’une première culture médiatique pré audio-visuelle – et l’oralité traditionnelle – qui s’est approprié comme au Brésil certains récits et motifs de la culture médiatique imprimée et urbaine).

  • 14 Voir Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant dir., La Civilisation (...)

28Il conviendrait aussi de montrer que la culture médiatique, du moins dans sa première phase, n’est pas antagoniste dans son rayonnement et ses modes de manifestation avec le maintien d’une littérature populaire imprimée plus traditionnelle, davantage en phase avec l’oraliture théorisée par Paul Zumthor, et continuant à proposer à ses lecteurs des textes souvent marqués par le didactisme ou la visée édifiante. La culture médiatique ne serait donc pas nécessairement dominée, du moins dans une première séquence historique, par le divertissement, comme nous le postulons en rabattant sur ses origines des phénomènes aujourd’hui écrasants dans notre « société du spectacle », mais laisserait encore place à des imprimés de grande consommation prétendant apporter un savoir d’usage ou de sagesse sur le monde, par exemple l’almanach qui garde jusqu'au XXe siècle sa fonction de livre d’usage dans certains pays et n’évolue pas de manière folklorisante, car il ne subit pas encore la concurrence de la grande presse et l’imposition du paradigme narratif propagé par « la civilisation du journal »14.

Question 3

29La culture médiatique de l’Europe centrale et orientale est-elle dans ces conditions une culture médiatique de la « périphérie » ?

  • 15 Franco Moretti, op. cit., p 202 et 205.

30On aura probablement compris que je reprends ici au bond la conclusion de Franco Moretti qui dans le chapitre 3 « Le marché du roman vers 1850 » dans son Atlas du roman européen 1800-1900, s’avance jusqu’à distinguer trois Europes en ce qui concerne les importations : « un petit groupe de tête qui a accès à une grande partie de la littérature européenne ; deux groupes intermédiaires qui suivent des voies très différentes mais qui finissent tous deux par avoir accès à la moitié environ des romans en circulation ; enfin, les pays du groupe de queue où il n’arrive guère qu’une forme par génération »15. Selon les graphes de Moretti qui ne travaille de son propre aveu que sur 9 pays et de deuxième main, les 3 pays de sa sélection relevant de l’Europe centrale ou orientale appartiendraient pour la Pologne et la Hongrie au 3ème groupe et la Roumanie au 4ème, le plus « périphérique de tous », la Pologne et la Hongrie s’avérant, c’est à noter, par rapport au taux de pénétration du roman anglais, dans une position relativement proche de l’Espagne, membre du second groupe mais concernée elle aussi tendanciellement par l’assignation à une position subalterne dans ce qu’on n’appelait pas encore « la république mondiale des lettres » (Pascale Casanova).

  • 16 La France et la Grande-Bretagne ont-elles été rejointes ensuite au XXe siècle par l’Allemagne ? Il (...)

31Sans vouloir offenser nos collègues est-européens, et malgré le manque de données pleinement certifiées dont nous disposons encore pour l’instant (je vais y revenir) sur l’expansion de la culture médiatique en Tchéquie, Slovaquie, Bulgarie, Grèce, Serbie, Croatie, Bosnie, Turquie, Russie, Ukraine…, il y aurait fort à parier d’une part que la totalité de ces pays émargeraient aux 3ème ou 4ème groupes construits par Moretti, et que cette position périphérique sur le marché européen du roman serait homologue à celle qu’ils occuperaient sur un graphe visualisant l’expansion spatiale et diachronique de la culture médiatique en Europe, si on postulait que « le centre, le core du système » est constitué par le(s) foyer(s) de naissance et les territoires nationaux les plus actifs en matière d’import-export de récits médiatiques, autrement dit la Grande-Bretagne et la France16.

  • 17 Federico Pagello, « Des « Robin Hoods » aux « Fantômas » A/R : notes sur la circulation transnation (...)
  • 18 Eric Hobsbawm, Les bandits, Paris, Éditions François Maspero, 1972.
  • 19 Christos Dermentzopoulos, Tο ληστρικό μυθιστόρημα στην Eλλάδα - Mύθοι, παραστάσεις, ιδεολογία [Le r (...)

32Au risque de formuler de manière téméraire une hypothèse trop intuitive : cette culture médiatique de la périphérie, caractéristique de territoires accédant tardivement sur les plans social et culturel à une modernité urbaine et démocratique, ne se distinguerait-elle pas par son tropisme pour certaines figures et certains thèmes, qui, mieux que d’autres, joueraient sur le plan anthropologique le rôle de miroirs symboliques pour les attentes et les hantises des sociétés nationales concernées ? Je me risque à suggérer un exemple en tentant un rapprochement. Federico Pagello dans sa communication à Limoges en 201117 notait que certains personnages de highwaymen ont connu un succès significatif par son écart différentiel et parfois même presque intriguant par son anachronisme, d’une part en Italie sous le fascisme, d’autre part en Espagne sous le franquisme. Il interprétait cette vogue comme l’indicateur d’une protestation subliminale à un pouvoir d’état oppressif, via une fabulation à fonction de compensation. La thèse d’Eric J. Hobsbawm, qui voit dans les « bandits sociaux » une expression des communautés rurales et donc des héros en lutte contre le pouvoir central18, l’inclinait à cette conclusion. Ne pourrait-on pas activer de toute évidence les mêmes clefs d’explication pour le succès durable aux XIXe et XXe siècles en Grèce et dans les Balkans du « roman de bandit », sur lequel a travaillé Christos Dermentzopoulos19 ?

Question 4

33La culture médiatique de l’Europe centrale et orientale risque-t-elle de constituer une « zone blanche » pour une histoire culturelle fondée sur le big data ?

  • 20 Franco Moretti, op. cit., p 205.

34On pourrait le craindre, surtout si l’on se rappelle que Franco Moretti affirmait abruptement dans son Atlas du roman européen : « Presque par définition, la périphérie d’un système est le lieu où les données sont les moins nombreuses »20.

35Les premières expériences de moissonnage en masse de métadonnées auprès des bibliothèques nationales européennes menées depuis 2010 en particulier au sein de l’équipe de Limoges ont en tous cas prouvé à quel point étaient délicates, sinon problématiques, la collecte et la fiabilisation des données nécessaires à mesurer la diffusion et la circulation des fictions de grande consommation, et a fortiori à discerner de manière comparative les séries culturelles nationales précédemment évoquées. C’est dire l’ampleur du défi qu’il nous faudra relever sur les plans pratique et épistémologique, comme je le soulignais dès la rencontre du 27 mai 2011 à Limoges en énumérant ainsi quelques-uns des principaux obstacles et problèmes rencontrés :

Un développement technologique et ergonomique inégal des sites des BN. (…) Le chercheur ne franchit pas toujours la barrière empirique de la langue, a fortiori de l’alphabet grec ou cyrillique… (…) Les catalogues numérisés des bibliothèques nationales s’avèrent lacunaires pour le XIXe siècle en matière de volumes édités. (…) Une béance : l’absence de recensement de quasiment toutes les publications sur supports périodiques (roman-feuilleton, éditions en fascicules, etc.). (…) La précision des notices descriptives sur les sites des bibliothèques nationales s’avère très inégale. (…) Le chercheur affronte de vrais casse-têtes et jeux de pistes lorsque certains romans sont réintitulés au moment de leur traduction

  • 21 Jacques Migozzi, « Bretteurs et (vs ?) swashbucklers 1840-1940. Quelques « expériences » d’analyses (...)
  • 22 Sándor Kálai, « Dumas en Hongrie. La naissance d’un dispositif culturel », in Les racines populaire (...)
  • 23 Voir Farid Boumediene et Jacques Migozzi « Circulation transnationale des romans et séries de la cu (...)

36Pour illustrer d’un cas, qu’on pourrait assimiler à un cas d’école, les difficultés d’une saisie visant à l’exhaustivité, il suffirait presque de méditer sur les lacunes qui hypothèquent ma propre tentative en mai 201121 de dresser une cartographie de la diffusion de la trilogie des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, souvent considérée (au moins pour le premier volume éponyme) comme emblème d’une culture médiatique en expansion. Si j’ai pu montrer en me fondant sur les dates des traductions et des adaptations que Les Trois Mousquetaires, et Vingt ans après à un degré moindre conquéraient rapidement l’Europe, c’est en effet au prix de nombre de blancs informationnels. Il m’a suffi par exemple de lire l’article consacré par Sándor Kálai à « Dumas en Hongrie. La naissance d’un dispositif culturel »22 pour découvrir que dès août 1846 le public hongrois avait pu découvrir (il est vrai pour une seule représentation) une adaptation Les Mousquetaires par le Théâtre National, que Les Trois Mousquetaires avait été publié pour la première fois en traduction hongroise en 1863 et l’intégralité de la trilogie en 1875, mais aussi que ces éditions en langue nationale avaient été précédées d’une édition en allemand de Vingt ans après parue simultanément en 1847 chez l’éditeur Hartleben, à la fois à Vienne et à Pest. Comme je postule que le cas hongrois n’est probablement pas le seul à révéler les trous de mon recensement de départ, comment interpréter dès lors le blanc qui massivement domine sur les cartes (car le moissonnage de métadonnées débouche sur des visualisations spatialisées des phénomènes23) pour toute la zone située à l’est de l’Autriche et de l’Allemagne ? Est-ce le résultat d’une recherche encore trop lacunaire pour qu’on en tire des conclusions ? Ou est-ce au contraire, malgré des oublis à rectifier, la visualisation d’une accession retardée à une culture médiatique moderne et davantage cosmopolite, comme il en a été question précédemment ? Peut être un peu des deux… : la culture médiatique reste plus que jamais à expliquer — étymologiquement : du latin « explicare » qui signifie déplier — dans sa complexité et son histoire.

37

Haut de page

Notes

1 Jacques Migozzi ed., Journal of European Popular Culture, volume 5, number 1, Londres : Intellect, 2014. Natacha Levet, Sherlock Holmes. De Baker Street au grand écran, Paris, Éditions Autrement, 2012. Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013. Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty dir. , Les Mystères urbains au XIXe siècle, Circulations, transferts, appropriations, Media 19 (www.medias19.org).

2 Franco Moretti, Atlas du roman européen, Paris, Éditions du Seuil, Coll. La Couleur des idées, 2000.

3 2 R. Chartier et H.-J. Lüsebrink dir., Paris : IMEC Éditions / Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, In Octavo, 1996

4 H-J Lüsebrink, Y-G Mix, J-Y Mollier et P Sorel dir., Paris, Complexe, 2003

5 Jacques Michon et Jean-Yves Mollier dir., Québec-Paris : Presses de l’Université Laval- L’Harmattan, 2001

6 J-Y. Mollier, J.-F. Sirinelli, F. Valloton dir., Paris : PUF, 2006.

7 Stéphanie Delneste, Jacques Migozzi, Olivier Odaert et Jean-Louis Tilleuil dir., Bruxelles : Peter Lang, « Forum Europe des cultures » vol. 8, 2014.

8 Tomasz Swoboda, « Quelques remarques sur la littérature ésotérique en Pologne au début du XXe siècle. Entre pérennité et disparition », Les Racines populaires de la culture européenne, op. cit.

9 Voir Frontières du littéraire. Littératures orale et populaire Brésil/France, Zila Bernd et Jacques Migozzi dir., Limoges, PULIM, « Littératures en marge », 1995.

10 Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (XVIIe-XXe siècle), H-J Lüsebrink, Y-G Mix, J-Y Mollier et P Sorel dir., Paris, Complexe, 2003.

11 Voir par exemple « Circulation internationale des imaginaires et séries culturelles. Les traductions de romans d’aventures dans l’entre-deux-guerres », in Les racines populaires de la culture européenne, op. cit.

12 Jean-Yves Mollier, « L’émergence de la culture de masse dans le monde » in Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques. 1860-1940, op. cit.

13 Jean-François Botrel, « Entre imprimé et oralité : l’essor de la culture de masse en Espagne (1833-1936), in Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques. 1860-1940, op. cit., p 143.

14 Voir Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant dir., La Civilisation du Journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXème siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2012.

15 Franco Moretti, op. cit., p 202 et 205.

16 La France et la Grande-Bretagne ont-elles été rejointes ensuite au XXe siècle par l’Allemagne ? Il faudrait le vérifier.

17 Federico Pagello, « Des « Robin Hoods » aux « Fantômas » A/R : notes sur la circulation transnationale et transmédiatique des héros criminels européens (1900-1945) » : Communication présentée lors du Worshop international « Pour un entrepôt de données sur les fictions populaires : balises, exemples et problèmes méthodologiques », Limoges, 27 mai 2011.

18 Eric Hobsbawm, Les bandits, Paris, Éditions François Maspero, 1972.

19 Christos Dermentzopoulos, Tο ληστρικό μυθιστόρημα στην Eλλάδα - Mύθοι, παραστάσεις, ιδεολογία [Le roman de bandits en Grèce. Mythes, présentations, idéologie], Athènes, Plethron, 1997.

20 Franco Moretti, op. cit., p 205.

21 Jacques Migozzi, « Bretteurs et (vs ?) swashbucklers 1840-1940. Quelques « expériences » d’analyses spatialisées de données », communication présentée lors du Worshop international « Pour un entrepôt de données sur les fictions populaires : balises, exemples et problèmes méthodologiques », Limoges, 27 mai 2011.

22 Sándor Kálai, « Dumas en Hongrie. La naissance d’un dispositif culturel », in Les racines populaires de la culture européenne, op. cit.

23 Voir Farid Boumediene et Jacques Migozzi « Circulation transnationale des romans et séries de la culture populaire en Europe (1840 - 1930) », dans Maleval Véronique, Picker Marion, Gabaude Florent (dir.), Géographie poétique et cartographie littéraire, Limoges, PULIM, 2012, p. 187-199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Migozzi, « L’Europe saisie par la culture médiatique : concordances et disparités d’un processus transnational  »Belphégor [En ligne], 18, 1 | 2020, mis en ligne le 04 mars 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/belphegor/2274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belphegor.2274

Haut de page

Auteur

Jacques Migozzi

Jacques Migozzi est Professeur de Littérature française moderne et contemporaine. Au départ spécialiste de Jules Vallès (auquel il a consacré sa thèse) et des écritures romanesques engagées des XIXe et XXe siècles, il a élargi et infléchi ses recherches depuis 1992 en reconnaissant l’importance anthropologique des fictions de grande consommation et en questionnant les hiérarchies symboliques du canon culturel. Ce réexamen critique de ses positions de médiateur-prescripteur culturel au cœur de l’institution universitaire l’a conduit en 2000 à soutenir une Habilitation à diriger des Recherches intitulée « Ecriture du peuple, littératures populaires : la littérature du XIXe siècle et de la Belle Epoque entre engagement et divertissement », puis à publier en 2005 un essai de synthèse : Boulevards du populaire. Ses travaux personnels portent plus particulièrement sur des corpus de littérature populaire engagée ou édifiante (Erckmann-Chatrian, Eugène Le Roy, Le Tour de la France par deux enfants…) ou s’efforcent à des mises au point théoriques et des mises en perspective problématisées, visant à capitaliser les acquis des vingt dernières années de recherches ès populaire et à baliser simultanément de nouveaux chantiers collectifs.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Littératures populaire et culture médiatique
  • OpenEdition Journals