Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-2II. Lecture et fabrique éditorial...Entretien Jacques Mailhos : tradu...

II. Lecture et fabrique éditoriale du polar vert

Entretien Jacques Mailhos : traducteur aux éditions Gallmeister

Alice Jacquelin

Texte intégral

1Après avoir adapté des Harlequin en français et avoir été traducteur dans les domaines du tourisme et des sciences humaines, Jacques Mailhos devient traducteur pour les éditions Gallmeister en 2004. Il a traduit ou retraduit de nombreux textes de non fiction relevant du Nature Writing comme ceux d’Henry David Thoreau et John Gierach, ainsi que des romans noirs étasuniens comme ceux de James Crumley et Benjamin Whitmer.

2Il a entrepris de retraduire aussi l’intégralité de l’œuvre de Ross Macdonald, auteur considéré aux États-Unis comme un classique de la deuxième génération de l’École hardboiled, dont le détective Lew Archer est un hommage à Dashiell Hammett. La saga de Macdonald compte dix-huit romans dont onze ont déjà été retraduits par Mailhos aux éditions Gallmeister.

3Alice Jacquelin : Comment s’est faîte la rencontre avec Oliver Gallmeister ? Est-ce une rencontre de personnalités ou de goûts littéraires ?

4Jacques Mailhos : Cette rencontre a eu lieu alors qu’Oliver travaillait à fonder sa maison d’édition. Il cherchait des traducteurs ; il a eu mes coordonnées par des chemins un petit peu détournés – un de ses amis connaissait une de mes amies qui lui a donné mon nom, quelque chose comme ça. À l’époque, je faisais essentiellement des traductions en sciences humaines (sociologie, histoire de l’art), ainsi que des traductions de guides de voyage pour les éditions Gallimard. J’avais très envie d’évoluer vers la littérature. Nous avons pris rendez-vous, nous nous sommes rencontrés, le courant est tout de suite passé. Oliver m’a fait faire des bouts d’essai sur des extraits des premières œuvres qu’il comptait publier. Mon travail lui a plu, et nous ne nous sommes plus jamais quittés ! Il m’alimente à flux continu en textes de littérature américaine d’excellente qualité et de styles très divers. Un rêve de traducteur, et un luxe immense dans la profession. Avoir eu cette chance de faire partie du projet Gallmeister depuis le début a véritablement changé ma vie sur le plan professionnel.

5Alice Jacquelin : Vous avez traduit aussi bien Henry David Thoreau qu’Edward Abbey. Pour vous, qu’est-ce que le Nature Writing ? Est-ce qu’un récit de fiction peut être du Nature Writing ?

6Jacques Mailhos : Le Nature Writing n’est pas un genre très simple à définir (quel genre l’est ?), mais je pense que l’on peut s’accorder pour dire que c’est une catégorie susceptible de s’appliquer à tous types d’écrits dans lesquels la nature, les grands espaces, la faune et la flore sauvages, jouent un rôle important. Des textes où la nature est un personnage de premier plan. Cela peut donc concerner tout aussi bien des textes de fiction que des documentaires ou des ouvrages de réflexion philosophique, ou n’importe quel ouvrage mêlant tous ces ingrédients-là.

7Alice Jacquelin : Vous traduisez l’intégrale de Ross MacDonald et de nombreux James Crumley. Est-ce que, pour vous, ce sont des romans noirs ? Comment peut se définir le noir, d’après vous ?

8Jacques Mailhos : Je ne suis pas du tout un spécialiste de ces questions de genre, et je ne pense pas avoir grand-chose d’intéressant à dire à ce sujet. Si l’on me force, je dirais probablement, comme Benjamin Whitmer, que j’aime assez la façon qu’a Dennis Lehane de définir le roman noir comme « la tragédie de la classe ouvrière » (ou la tragédie des laissés pour compte, selon les occurrences). Mais cela ne permet pas d’englober tous les romans susceptibles d’être classés dans la catégorie des romans noirs. La réalité, c’est que je suis heureux de ne pas avoir à me préoccuper de ces questions. Dans mon travail, je m’occupe d’un texte, et je l’aborde exactement de la même façon (avec le même sérieux, le même souci de fidélité, le même entrain) quel que soit le genre auquel il est réputé appartenir. D’une certaine façon, on pourrait arguer que, lors des premières traductions qui en ont été faites, des auteurs comme Ross Macdonald, Chandler, Hammett, et jusqu’à James Crumley et Jim Thompson, et bien d’autres, ont directement souffert d’avoir été trop rigidement catégorisés dans un genre : c’est du « polar » (ou c’est du « roman noir »), alors tous les « guns » du texte original doivent devenir des « flingues » (et non des pistolets, des armes, etc.) dans la version française ; c’est du « polar » (ou c’est du « roman noir »), alors les personnages doivent forcément parler une sorte d’argot « voyou » ; c’est du « polar » (ou c’est du « roman noir »), alors on peut couper dans les passages introspectifs, ou descriptifs, etc. Je travaille à l’échelle de la phrase, dont je m’efforce de retranscrire tous les effets (effet de sens, au premier chef, mais aussi effet de rythme, de sonorité, d’émotion, d’humour, de poésie, etc.). Je m’occupe à soigner ma traduction dans le détail ; je me dis que si je prends soin du détail, le tout prendra soin de lui-même (c’est le boulot de l’auteur, pas du traducteur). Et c’est à l’échelle du tout que se discutent les questions de genre, de leurs définitions, de leurs frontières. Enfin, il est sans doute intéressant à ce sujet de souligner le fait que, chez les éditions Gallmeister, depuis maintenant environ deux ans, il n’est plus fait aucune distinction de genre, que ce soit sous la forme de collections séparées (il n’y en a plus) ou de chartes graphiques distinctes. Les livres sont présentés pour ce qu’ils sont : des textes littéraires. Cela correspond tout à fait à la façon dont je travaille : j’aborde Whitmer comme j’aborde Thoreau, j’aborde Ross Macdonald comme j’aborde Mark Twain, j’aborde Elliot Ackerman comme j’aborde Edward Abbey…

9Alice Jacquelin : On sait qu’il y a une longue tradition de traduction de polar étasunien en France. La Série Noire a même créé un mouvement spécifique de traduction de ces textes, est-ce qu’aujourd’hui ce type de traduction, très loin du texte source, vous paraît dépassée ?

10Jacques Mailhos : Oui, absolument. Il est devenu inconcevable (fort heureusement) de couper dans les textes comme cela se faisait alors. Globalement, on a (enfin) compris que les Chandler, Hammett, Macdonald, Thompson, Crumley, étaient de vrais grands auteurs et que leurs textes méritaient d’être respectés pour ce qu’ils sont : de la littérature. On a cessé de les traduire en cherchant à faire genre. Enfin, je crois. J’espère.

11Alice Jacquelin : En traductologie, l’on parle de « sourciers » ou de « ciblistes », qui sont deux types d’approche de la traduction, plutôt proche du texte source ou plutôt proche de la culture d’accueil, la culture cible. De quelle stratégie de traduction vous sentez-vous la plus proche ?

12Jacques Mailhos : Je pense que je suis plutôt un sourcier, alors. Du moins je l’espère. C’est certainement une position qu’il est plus facile d’occuper aujourd’hui qu’il y a, disons, encore trente ou quarante ans de cela, parce que le lectorat français a acquis énormément de connaissances en matière de culture – notamment de culture populaire – américaine, grâce à la télévision, au cinéma et puis bien sûr à Internet. Je travaille aujourd’hui pour un public dont je peux présupposer qu’il sait, par exemple, que s’il est question de « football » dans le texte, c’est de « football américain » qu’il s’agit. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. J’y pense parce que je suis tombé un petit peu par hasard, il n’y a pas très longtemps, sur un passage de la traduction (d’Henri Robillot, 1969, je crois) de Portnoy et son complexe, de P. Roth, où une référence au football américain a été « adaptée » en une référence au rugby. La phrase française est : « Ce qui constituait plus ou moins l’attitude la plus répandue vis-à-vis de l’athlétisme en général et du rugby en particulier parmi les parents du quartier ; c’était bon pour les goyim ; qu’ils s’entrecognent donc le crâne etc.… » La phrase anglaise originale dit : « Which was the prevailing attitude toward athletics in general, and football in particular, among the parents in the neighborhood… » Une telle adaptation (passer du football au rugby) est un choix qui pouvait certainement mieux se comprendre, et peut-être même se défendre (je n’en suis malgré tout pas totalement sûr) dans le contexte de la fin des années 1960. La référence au football vaut d’évidence pour « sport d’équipe vraiment très masculin et foncièrement brutal ». Notre rugby remplit toutes les bonnes cases, alors on peut penser qu’il joue parfaitement son rôle dans la version française. C’est assez économique, et assez efficace. Mais si l’on considère que l’on traduit pour un public qui sait ce qu’est le football américain, alors cette adaptation est non seulement inutile, mais elle peut être en plus très déroutante, et, au final, très infidèle. Parce que, même si c’est un sport rare aux États-Unis, le rugby y existe tout de même, mais dans des cercles très restreints (vieilles universités de la côte Est, etc.) qui, pour le coup, n’ont plus rien à voir avec le côté « brutes épaisses » que la phrase originale cherchait à faire passer.

13Alice Jacquelin : D’après vous, quel est le rôle d’un traducteur ?

14Jacques Mailhos : Permettre, du mieux que l’on peut, aux lecteurs et lectrices français de vivre la même expérience de lecture que leurs homologues anglophones. Livrer un texte qui ait l’air, du début à la fin, d’avoir toujours été écrit en français, et qui restitue dans cette langue tout ce qu’il y avait dans le texte original. Ces « tout » et « toujours » sont à comprendre comme des buts absolus vers lesquels on doit tendre avec le plus grand sérieux et la plus grande assiduité… en sachant qu’on ne les atteindra pas toujours, pas partout, pas constamment, pas à chaque fois…

15Alice Jacquelin : Quel est l’ouvrage qui vous a paru le plus difficile à traduire et pourquoi ?

16Jacques Mailhos : Pour moi, ce qu’il y a de plus difficile à traduire, ce sont les textes mal écrits, les phrases bancales, les paragraphes mal fichus. J’ai la chance de ne pratiquement jamais y être confronté…

17Alice Jacquelin : Quelle politique avez-vous concernant les fameuses « notes du traducteur » ?

18Jacques Mailhos : Je ne sais pas si l’on peut appeler ça une politique, mais personnellement, je préfère les éviter au maximum. Il se trouve que cette approche est assez largement partagée par les gens avec qui je travaille aux éditions Gallmeister. Nous ne publions pas des éditions savantes, universitaires, de recherche. Si je préfère les éviter au maximum, c’est parce que les notes de bas de page font à chaque fois s’effondrer le pacte tacite que le lecteur (la lectrice) passe avec le traducteur (la traductrice) et que l’on pourrait formuler comme suit : si toi, lecteur, tu t’engages à faire comme si le livre que tu t’apprêtes à lire avait toujours été écrit en français, moi, traducteur, je m’engage à travailler à ce que rien ne t’en empêche. Il y a aussi le fait que chaque note de bas de page est un pari sur la culture (le savoir, les connaissances…) du lectorat, pari qu’il est, à mon goût, un peu pénible de faire. « Ça, pauvre lecteur, je suis sûr que tu l’ignores, alors je vais t’expliquer ». Parfois, cependant, la note s’impose, et le traducteur doit en quelque sorte accepter de prendre ses pertes, et passer à la suite. Dernier point à ce sujet – mais c’est pour moi une réflexion en cours : nous (lecteurs et lectrices) avons pratiquement tous dans notre poche un instrument (le téléphone portable) qui nous permet de faire très rapidement telle ou telle recherche en fonction de nos besoins, et je pense que cette réalité devrait finir par influer (en fait, c’est déjà le cas, je pense) sur le choix du traducteur d’insérer ou non une note explicative.

19Alice Jacquelin : En ce qui concerne l’oralité et les familiarités, êtes-vous, en général, partisan de traduire les sociolectes et l’argot ?

20Jacques Mailhos : Je ne suis pas sûr de bien comprendre la question. Il faut évidemment tout traduire. Mais je pense que l’on fait fausse route si l’on essaie de transposer – par exemple en faisant parler des paysans du Sud des États-Unis comme des paysans de la Creuse ou de je-ne-sais-où, si tant est qu’un tel parler existait réellement, ou bien de faire parler des truands de Cincinnati comme des malfrats de Marseille. Quand bien même la chose serait possible, et qu’on y arrivait, cela n’aurait pas de sens. L’idée, pour moi, est de créer une langue (fictive) qui donne (le plus possible) l’impression au lecteur qu’il s’agit de la langue spécifique de telle ou telle population, en essayant de conserver au maximum les éléments de couleur locale. Cela peut parfois passer par une certaine forme de littéralisme (traduire littéralement telle ou telle expression imagée).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Jacquelin, « Entretien Jacques Mailhos : traducteur aux éditions Gallmeister »Belphégor [En ligne], 21-2 | 2023, mis en ligne le 21 décembre 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/belphegor/5626 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belphegor.5626

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search