Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-2I. Ecopoétique et ruralitéIntroduction. Dans la fabrique du...

I. Ecopoétique et ruralité

Introduction. Dans la fabrique du polar vert : écopoétique et ruralité

Alice Jacquelin et Juliette Peillon

Texte intégral

  • 1 Pour exemples, le projet européen H2020 DETECt (Detecting Transcultural Identity in European Popula (...)

1Si les recherches sur la fiction criminelle sont florissantes en Europe1 comme dans l’aire étasunienne, elles s’intéressent cependant rarement aux potentialités proprement critiques permises par l’investigation au cœur de la littérature criminelle. En prenant un angle thématique et en s’appuyant sur le corpus précis du polar vert, ce dossier enquête sur les nouvelles représentations des territoires non-urbains et les nouveaux enjeux induits par la crise environnementale sur la littérature policière.

2Ce dossier sur la fabrique du polar vert est issu d’une journée d’étude qui a eu lieu à la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Poitiers en mai 2018. Il s’agissait alors de se demander si cette production de romans policiers ruraux et environnementaux était nouvelle, uniquement restreinte au champ du polar, et si la dimension thématique était sous-tendue par des modifications poétiques et politiques.

3Les trois directions poursuivies par ce dossier se font l’écho de ces interrogations : la dimension écopoétique du récit policier interroge d’abord le bousculement du biotope stylistique nécessité par la crise écologique, l’analyse du phénomène culturel du country noir documente ensuite les représentations de l’environnement rural véhiculées par ces fictions criminelles, et les entretiens avec des professionnels du livre ainsi que la lecture critique en fin de dossier mettent en perspective le corpus analysé au sein d’un écosystème plus large de productions éditoriales du polar vert en France.

Écopoétique du récit policier

4Par ses penchants documentaires et par le fait qu’il est historiquement en prise avec l’actualité politique et sociale, le polar se présente d’emblée comme un genre propice à abriter les données de ce qu’on entend globalement par la « crise environnementale » actuelle. Éco-polar, thriller environnemental : les étiquettes éditoriales et critiques sont nombreuses pour désigner les récits policiers ou criminels qui, depuis une vingtaine d’années, s’emparent des problèmes que posent l’usage, l’aménagement et l’exploitation des milieux terrestres par les sociétés contemporaines. Dans le même temps, l’impression domine, quand on parcourt le corpus, que l’écologie n’incarne le plus souvent qu’un thème nouveau dans les fictions noires, un arrière-plan du drame, une cause politique permettant de camper un personnage ou une situation, sans représenter une nouvelle donne esthétique amenant à repenser le genre. Il peut donc sembler que le genre reste finalement peu soucieux d’écologie dans sa substantifique moelle et que, s’il est enclin à disposer du matériau fictionnel et réaliste que la crise environnementale lui donne, il ne prend pas tellement à bras le corps les interrogations cruciales que celle-ci soulève.

5Partant de ce sentiment, le présent dossier entend s’interroger sur l’existence d’une littérature policière qui serait véritablement écopoétique et qui nous aurait échappé. Ne peut-on trouver dans le genre policier des écritures dont le processus de création manifeste une véritable préoccupation pour l’insertion – dysfonctionnelle – de l’humain dans les écosystèmes terrestres et pour les relations – en crise – que les vivants entretiennent entre eux et avec leurs milieux ? La nouvelle donne écologique n’incite-t-elle pas certains écrivains et écrivaines à envisager autrement les fonctions et les formes du noir ? Le genre policier a souvent fait des dysfonctionnements systémiques et des marges de la société son objet de prédilection. Or, dans le cas d’un problème écologique, il est nécessaire de sortir des limites du social et du culturel pour investir le champ du biologique, du zoologique, du climatique, du géologique, etc. Si les savoirs des sciences de la vie et de la nature ont déjà pu avoir leur place dans le polar, il ne s’agissait par de leur donner le statut d’objets premiers du roman au même titre que les données politiques et sociales. L’écologie, si elle devait inquiéter vraiment le polar, devrait pousser celui-ci à revoir les objets qui le définissent. Elle amènerait une littérature de genre à voir ses pourtours génériques devenir flous et à se transformer, au moins partiellement, en littérature documentaire et naturaliste.

  • 2 Les travaux d’Anne-Laure Bonvalot portent sur la fiction politique et les écritures mémorielles et (...)
  • 3 Anne-Rachel Hermetet est spécialiste, dans une perspective comparatiste, des littératures européenn (...)
  • 4 Juliette Peillon est attachée d’enseignement et de recherche à l’Université Bretagne Sud. Elle a so (...)

6Les trois articles de la partie écopoétique du dossier s’interrogent selon des voies différentes sur les points précédents. Anne-Laure Bonvalot2 s’intéresse à un exemple d’écopolar africain et montre que la problématique du pétrole, prise sous un angle écologique, a pour effet d’introduire au sein d’une narration policière une énonciation double, scientifique et mythique. Anne-Rachel Hermetet3 montre que dans un bon nombre de romans policiers publiés en Europe ces dernières années, et qui ont pour cadre la campagne, l’écologie fait avant tout figure de thème ou de description naturaliste de second-plan par rapport à ce qu’il peut se passer dans des polars au cadre plus urbain et à l’échelle moins locale. Juliette Peillon4, enfin, se tourne vers deux romans français relevant de la littérature « blanche » publiés en 2021 et 2022 qui empruntent un certain nombre de leurs traits au roman policier en le confrontant à d’autres traits génériques, notamment ceux de la chronique historique et du poème lyrique. Le policier se montre ici, sous un aspect déformé et hybride, en dehors de ses strictes limites génériques, dans toute sa fécondité quant à des explorations d’ordre symbolique, mémorielle, et stylistique à des fins de réparation et de reconstruction écologique des systèmes sociaux.

Représentations des marges rurales dans le country noir français et étasunien

  • 5 Voir Alice Jacquelin, « Genèse et circulations d’un genre populaire en régime médiatique : le cas d (...)
  • 6 Matthieu Letourneux, « Le genre comme pratique historique », Belphégor. Littérature populaire et cu (...)

7L’appellation  country noir5, traduite par « roman noir rural » en français, est apparue pour la première fois en 1996 sous la plume de l’écrivain étasunien de romans noirs Daniel Woodrell. L’étiquette médiatique a ensuite connu une fortune notable dans les milieux du polar, aussi bien en France qu’aux États-Unis, grâce à une négociation de « l’interdiscours médiatique6 » entre la critique amatrice étasunienne, la critique professionnelle française, les discours des auteurs et autrices, ainsi que la communication éditoriale des maisons d’édition spécialisées. Le champ du country noir s’est peu à peu structuré pour offrir de nouvelles représentations sociales de l’espace campagnard comme un espace marginalisé et sur le déclin. S’appuyant souvent sur la tradition du néo-polar, les écrivaines et écrivains français de romans noirs ruraux utilisent le biais de l’investigation policière pour porter un regard critique sur la condition paysanne, les scandales environnementaux, la désindustrialisation, les nouvelles logiques rurales et la mise en retrait de toute une frange du territoire hexagonal.

  • 7 Natacha Levet est spécialiste du polar français, aussi bien du néo-polar que du roman policier cont (...)

8L’article de Natacha Levet7 sur le polar rural contemporain offre non seulement une proposition très complète d’un corpus de country noir francophone, mais il propose aussi des outils d’analyse de la spatialité littéraire, autour des questions de centre/périphérie, de trajectoires sociales des personnages et de figurations de lieux en déclin.

  • 8 Benoît Tadié est traducteur et spécialiste du roman noir étasunien auquel il a consacré deux ouvrag (...)
  • 9 Antoine Dechêne est spécialiste du roman policier postmoderne réputé « métacognitif » et impossible (...)

9Les articles de Benoît Tadié et Antoine Dechêne démontrent la manière dont la littérature criminelle étasunienne, des années 1950 à nos jours, exploite des espaces peu urbanisés comme les sous-bois et les environs des petites villes, laissant place à des imaginaires sociaux qui reflètent les angoisses et les fantasmes des citadins américains. Les origines franco-étasuniennes du country noir expliquent le choix du dispositif bilingue dans ce dossier : les citations sont en langue originale dans l’article de Benoît Tadié et l’article d’Antoine Dechêne est entièrement rédigé en anglo-américain. Benoît Tadié8 nous informe sur le développement exponentiel d’un récit criminel campagnard dans le paperback américain des années 1950, offrant ainsi une profondeur de vue historique sur la généalogie littéraire du country noir. L’article d’Antoine Dechêne9 explore l’utilisation des petites villes par la scénariste et romancière étasunienne Gillian Flynn et permet aussi d’ouvrir la question du genre littéraire à une dimension télévisuelle et cinématographique. En effet, ce sous-genre n’est pas uniquement livresque : c’est un phénomène transculturel et transmédiatique qui, décliné sur de nombreux supports de la culture populaire, véhicule des imaginaires contradictoires de l’environnement rural.

Fabrique éditoriale et générique du polar vert

  • 10 Jean-Yves Laurichesse est spécialiste de littérature française et il s’intéresse à la littérature r (...)

10En fin de dossier, Jean-Yves Laurichesse ouvre cette réflexion sur la représentation du monde rural à la littérature « blanche » par la lecture du dernier roman de Laurent Mauvignier paru aux éditions de Minuit en 2020, Histoires de la nuit. S’appuyant sur une grande connaissance de l’œuvre de Mauvignier, Laurichesse10, montre comment cet auteur de littérature générale, loin de représenter le portrait social d’une France périphérique en désarroi par une enquête de terrain, se saisit au contraire des codes du thriller pour proposer une fable angoissante, retranscrivant la persistance d’un imaginaire cauchemardesque attaché aux espaces reculés et isolés.

  • 11 Alice Jacquelin, « Réalismes déclinistes du polar français contemporain : Nicolas Mathieu, Colin Ni (...)

11Cette réécriture générique et les frontières du « noir » sont aussi au cœur de l’entretien mené par Alice Jacquelin avec l’écrivain Nicolas Mathieu. Cette retranscription permet de porter un regard neuf sur la production de Mathieu, passé de la production policière à la littérature générale sans se départir de sa veine de réalisme social11 et de rentrer dans l’atelier d’un écrivain français contemporain structurant.

  • 12 Ces entretiens sont tous issus de la thèse de doctorat d’Alice Jacquelin sur le Country Noir : Alic (...)

12Les entretiens12 avec les éditeurs Cyril Herry dont la collection « Territori » (éditions Écorces) a rassemblé de nombreux auteurs français de polar rural (voir les articles de Hermetet et Levet) et Oliver Gallmeister, qui est le passeur français de grands textes étasuniens patrimoniaux et contemporains (voir l’article de Benoît Tadié), ainsi que l’entretien avec le traducteur Jacques Mailhos nous permettent d’entrer dans la fabrique éditoriale des textes.

Haut de page

Notes

1 Pour exemples, le projet européen H2020 DETECt (Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives), a rassemblé entre 2018 et 2021 des chercheurs et chercheuses de toute l’Europe pour interroger la dimension sérielle et culturelle des fictions criminelles littéraires, télévisuelles et cinématographiques. Voir : https://www.detect-project.eu/ L’actuel projet ANR POLARisation s’intéressent à l’histoire éditoriale des récits criminels imprimés (1945-1989) : https://polarisation.hypotheses.org/

2 Les travaux d’Anne-Laure Bonvalot portent sur la fiction politique et les écritures mémorielles et environnementales dans l’Espagne contemporaine et, en littérature comparée, dans les domaines hispanophone, francophone, lusophone, catalanophone et africain. Voir entre autres : Anne-Laure Bonvalot, « Écologies du plurivers et (dé)colonialité dans quelques fictions d’enquête environnementale du Sud global », E-Cadernos CES [En ligne], 32, 2019, mis en ligne le 5 octobre 2020, consulté le 28 décembre 2022, URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02958395 ; Anne-Laure Bonvalot, Fictions politiques. Esthétiques de l’engagement littéraire dans l’Espagne contemporaine, Paris, Classiques Garnier, collection « Littérature, histoire, politique », 2019.

3 Anne-Rachel Hermetet est spécialiste, dans une perspective comparatiste, des littératures européennes des xxe et xxie siècles (domaines français, anglo-saxon, italien, hongrois). Elle s’intéresse notamment à l’écologie et à la transmission des savoirs dans la littérature. Voir entre autres : Anne-Rachel Hermetet et Stephanie Posthumus (dir.), « Ecological In(ter)ventions in the Francophone World », Ecozon@, 10, 2, 2019 ; Anne-Rachel Hermetet, « Vincent, Joseph, Paul et les autres : Voix et figures de paysans dans la fiction française contemporaine », L’Esprit créateur : French Ecocriticism / L’écocritique française, 57, 1 Printemps 2017, p. 58-70.

4 Juliette Peillon est attachée d’enseignement et de recherche à l’Université Bretagne Sud. Elle a soutenu en 2021 une thèse d’écopoétique sur l’œuvre de Marguerite Yourcenar (1955-1991). Elle a publié entre autres, « Mémoires et histoire naturelle dans Le Labyrinthe du monde de Marguerite Yourcenar », dans Nouvelles Francographies vol. IV, numéro spécial, Société des professeurs français et francophones d’Amérique (SPFFA), 2018, p. 95-103 ; « Représenter la nature, l’influence de Thoreau sur Yourcenar », dans Marguerite Yourcenar et le monde des lettres, actes du colloque de Clermont Ferrand octobre 2017, Clermont Ferrand, SIEY, novembre 2019, p. 433-450. Ses travaux portent désormais sur les écritures en langue française marquées par l’annonce de la fin du vivant (XXe-XXIe siècles, France et Québec).

5 Voir Alice Jacquelin, « Genèse et circulations d’un genre populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir », Belphégor. Littérature populaire et culture médiatique [En ligne], 19‑1, 2021, mis en ligne le 28 juin 2021, consulté le 21 octobre 2022, URL : https://journals.openedition.org/belphegor/3803.

6 Matthieu Letourneux, « Le genre comme pratique historique », Belphégor. Littérature populaire et culture médiatique [En ligne], 14, 2019, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 26 juillet 2019, URL: http://journals.openedition.org/belphegor/732.

7 Natacha Levet est spécialiste du polar français, aussi bien du néo-polar que du roman policier contemporain. Voir entre autres : Natacha Levet, « De quoi l’euronoir est-il le nom ? », Belphégor. Littérature populaire et culture médiatique [En ligne], 20-1, 2022, mis en ligne le 26 août 2022, consulté le 21 octobre 2022, URL: https://journals.openedition.org/belphegor/4670 ; Natacha Levet, « L’écrivain et le marginal: postures d’auteurs de polar français », Itinéraires [En ligne], 2015, 2014‑3), mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 26 juillet 2019, URL : http://journals.openedition.org/itineraires/2565 ; Natacha Levet, « Noirs desseins en Limousin », dans Thomas Bauer (dir.), L’écrivain et son Limousin, Limoges, PULIM, 2013, p. 107‑120 ; Natacha Levet, « Le polar marseillais : de l’identité textuelle au phénomène éditorial », dans Jacques Migozzi et Philippe Le Guern (dir.), Productions du populaire(s), Limoges, PULIM, 2004, p. 389‑405.

8 Benoît Tadié est traducteur et spécialiste du roman noir étasunien auquel il a consacré deux ouvrages : Le polar américain, la modernité et le mal: 1920-1960, Paris, Presses universitaires de France, 2006 et Front criminel : une histoire du polar américain de 1919 à nos jours, Paris, PUF, 2018.

9 Antoine Dechêne est spécialiste du roman policier postmoderne réputé « métacognitif » et impossible à lire, auquel il a consacré un ouvrage : Detective Fiction and the Problem of Knowledge: Perspectives on the Metacognitive Mystery Tale, Londres, Palgrave Macmillan, 2018. Il développe aussi la notion de « storyworld » dans le cadre de séries télévisées policières françaises et étasuniennes : « Detective Storyworlds: Longmire, True Detective, and La trêve », Crime Fiction Studies, 2020-1, 2020 p. 41‑58.

10 Jean-Yves Laurichesse est spécialiste de littérature française et il s’intéresse à la littérature rurale dans son récent ouvrage Lignes de terre: écrire le monde rural aujourd’hui (Dives-sur-Mer, Lettres modernes Minard, 2020) au sein duquel il consacre un article dédié au « Rural Noir ».

11 Alice Jacquelin, « Réalismes déclinistes du polar français contemporain : Nicolas Mathieu, Colin Niel, Antonin Varenne », Australian Review of French Studies, 58(2), pp. 137-150, disponible sur HAL : https://hal.science/hal-04012099

12 Ces entretiens sont tous issus de la thèse de doctorat d’Alice Jacquelin sur le Country Noir : Alice Jacquelin, Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique: le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016, Université de Poitiers, soutenue le 2 décembre 2019, Volume 2 Annexes "Entretiens". Ils ont été relus par l’autrice et les enquêtés, augmentés de notes et remaniés pour l’édition dans ce numéro de Belphégor.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Jacquelin et Juliette Peillon, « Introduction. Dans la fabrique du polar vert : écopoétique et ruralité »Belphégor [En ligne], 21-2 | 2023, mis en ligne le 21 décembre 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/belphegor/5751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belphegor.5751

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search