Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
1 – Les frontières juridictionnelles

Le pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval et la place du cadi dans l’organisation judiciaire

Nejmeddine Hentati
p. 57-78

Résumés

Résumé : En commentant la relation entre le cadi et le prince, M. Gaudefroy-Demombynes estime que « l’indépendance du cadi est une vue théorique qui ne résiste pas aux réalités ». L’objet de cet article est de réexaminer cette thèse en considérant la question du pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval. Dans une première partie, nous passons en revue les aspects de ce pluralisme d’après les sources juridiques mālikites et quelques recherches récentes. Le dénombrement des juridictions, ainsi que l’énonciation de leurs différentes attributions, varient d’une source à l’autre. Dans une seconde partie, nous analysons la place du cadi dans cet ensemble complexe de juridictions, la nature de sa relation avec les différentes institutions qui peuvent menacer son autorité, l’évolution de cette dernière, et les mesures prises par les juristes mālikites en vue de la renforcer. Sans tomber dans l’exagération de M. Gaudefroy-Demombynes, qui voit dans le cadi un subordonné inconditionnel du souverain, il apparaît que les cadis de l’Occident musulman médiéval parvinrent à frayer leur chemin, non sans difficultés, et à s’affirmer. Ce phénomène eut lieu tout particulièrement en Ifrīqiya à l’époque aġlabide, au Maroc et en al‑Andalus sous les Almoravides. Sous les Ḥafṣides, en revanche, le cadi d’Ifrīqiya s’affaiblit, avec l’apparition de cadis aux compétences limitées et l’affirmation progressive du rôle du mufti.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie le comité de lecture du BEO, particulièrement Mathieu Tillier, pour ses remarques à propos de cet article

  • 1 Gaudefroy-Demombynes 1939, p. 118.

1En commentant la relation entre le cadi et le prince, Maurice Gaudefroy-Demombynes estime que « l’indépendance du cadi est une vue théorique qui ne résiste pas aux réalités 1 ». Le prince, détenteur suprême de l’autorité temporelle et spirituelle, délègue certaines de ses compétences judiciaires au cadi et à d’autres instances judiciaires : c’est ce qui a permis à certains chercheurs comme Émile Tyan et Baber Johansen de parler de pluralisme judiciaire dans l’histoire musulmane. L’objet de cet article est de réexaminer la thèse de M. Gaudefroy-Demombynes en considérant la question du pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval.

  • 2 À propos de ces sources, voir ci-dessous la suite de cette sous-partie.

2Dans une première partie, nous tenterons de passer en revue les aspects de ce pluralisme d’après les sources juridiques mālikites et quelques recherches récentes. Le dénombrement des juridictions, ainsi que l’énonciation de leurs différentes attributions, varient d’une source à l’autre 2. Notre attention sera particulièrement centrée sur deux magistrats, à savoir le cadi et le muḥtasib, prévôt du marché. Dans une seconde partie, nous analyserons la place du cadi dans cet ensemble complexe de juridictions, la nature de sa relation avec les différentes institutions qui peuvent menacer son autorité, l’évolution de cette dernière, et les mesures prises par les juristes mālikites en vue de la renforcer.

1. Pluralisme judiciaire

1.1. Le pluralisme d’après les sources mālikites et les recherches récentes

  • 3 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ masā’il al‑aḥkām, III, p. 143.
  • 4 Le titre de ce magistrat a beaucoup varié d’une source à l’autre : ṣāḥib aḥkām al‑sūq, ṣāḥib al‑sūq(...)
  • 5 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, III, p. 198, 200. Voir un autre exemple de litige examiné par Ibn al‑Qāsim (m. 1 (...)
  • 6 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, III, p. 199.

3En passant en revue les consultations juridiques de Mālik b. Anas (m. 179/795) et de celles de sa génération, nous remarquons une certaine imprécision quant à la juridiction apte à exercer la justice. Ainsi, dans un litige qui concerne la fraude dans la mesure, Mālik parle du sulṭān, « autorité » 3, et non pas du ṣāḥib al‑sūq 4, « prévôt du marché ». Ibn al‑Māǧišūn (m. 212/827) et Muṭarrif (m. 214/829) emploient aussi le terme imām, « souverain », pour discuter du même litige 5. Cette imprécision ne signifie pas que ces juristes ignorent la juridiction du ṣāḥib al‑sūq, puisque Mālik emploie ce terme dans une affaire qui porte sur la vente de dattes couvertes et non aérées 6. Elle atteste plutôt du flottement qui existait entre les charges, à une époque où les limites entre les affaires revenant à chaque juridiction ne sont pas encore d’une netteté parfaite.

  • 7 Djaït 1968, p. 101.
  • 8 Cité par Ibn Farḥūn, Tabṣirat al‑ḥukkām, I, p. 12.
  • 9 Chérif 1980, p. 582.

4Hichem Djaït remarque ce phénomène lorsqu’il évoque les compétences du gouverneur, du cadi et du préfet de police en Ifrīqiya au iie/viiie siècle. « Nous sommes ici dans une phase de transition où les linéaments de ce que sera la justice aghlabide ne sont qu’ébauchées 7 », note-t-il. Mais les linéaments de cette justice se précisèrent-ils vraiment à l’époque aghlabide (184‑296/800‑909) ? La question n’est pas si simple à résoudre, car bien plus tard, dans une autre province, Ibn Qayyim al‑Ǧawziyya (m. 767/1365) considère encore qu’il n’existe pas de limites entre les juridictions dans le šarʿ, la loi religieuse 8. M.H. Chérif remarque d’ailleurs à propos de la Tunisie du xviiie siècle : « La justice religieuse du cadi […] a dans ses attributions tout ce qui a trait au statut personnel et aux affaires de religion proprement dites : un immense domaine aux frontières mal définies avec des juridictions « sultaniennes » d’une part, coutumières de l’autre 9 ».

  • 10 Al‑Ḫušanī, Quḍāt Qurṭuba, p. 81 ; voir un autre exemple dans Ibn Abī Zayd al‑Qayrawānī, al‑Nawādir (...)

5Alors que Mālik b. Anas ne fut jamais cadi, il semblerait que le gouverneur de Médine lui ait déféré deux parties plaignantes – dont l’une d’elles était un poète –, pour que celui-ci examine leur différend, chose qu’il sut parfaitement faire 10. Cette affaire montre que le gouverneur était reconnu au iie/viiie comme détenteur du droit de rendre des jugements. Elle montre aussi que le mufti – rôle qu’assume ici Mālik – avait son mot à dire dans ces jugements.

  • 11 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 64 ; al‑Nubāhī, Kitāb al‑marqaba al‑ʿulyā, p. 6. Voir aussi Saḥnūn, Mudaw (...)
  • 12 Le rôle du mufti s’affirma au fil du temps. En traitant du mufti en Ifrīqiya à l’époque zīride (362 (...)

6ʿAbd Allāh b. Wahb (m. 197/812), disciple de Mālik, rapporte d’après Yaḥyā b. Saʿīd (m. 143/760) que tous ceux qui ont droit de juridiction – à savoir le gouverneur, le cadi et le préfet de police –, une fois qu’ils ont appliqué le ḥadd (peine légale) à l’encontre d’une partie, ne peuvent être tenus pour responsables dans le cas où cette dernière est décédée des suites du châtiment 11. Cette consultation cite trois instances ayant droit d’infliger les peines légales et vraisemblablement aussi celui d’exercer la justice : le gouverneur, le cadi et le préfet de police. Si l’on ajoute les deux juridictions citées ci-dessus, celles du mufti 12 et du prévôt du marché, cinq instances au total disposaient d’un tel droit.

  • 13 Ibn Farḥūn a consulté aussi al‑Qarāfī (m. 684/1285) et Ibn Qayyim al‑Ǧawziyya (m. 767/1365).

7Ces données permettent de parler de pluralisme judiciaire au sein de l’Islam. Cette situation poussa certains juristes à recenser les juridictions, à les définir et surtout à délimiter leurs compétences. Le šāfiʿite al‑Māwardī (m. 450/1058), dans al‑Aḥkām al‑sulṭāniyya, semble le premier à s’être lancé dans cette entreprise. Par la suite, les mālikites Ibn Ḫaldūn (m. 808/1406) et AbūʿAbd Allāh al‑ʿUqbānī (m. 871/1467)s’inspirèrent largement de son essai. De leur côté, les juristes andalous se penchèrent sur ce problème tout en tenant compte de la réalité et de l’expérience de leur province. Ainsi peut-on citer Ibn Sahl (m. 486/1093) et Ibn Salmūn (m. 767/1365), qui inspirèrent largement Ibn Farḥūn (m. 799/1397) dans sa Tabṣira 13.

  • 14 C’est à lui qu’on renvoyait certains jugements. Il ne prononçait les siens que sur des affaires par (...)
  • 15 Il examine les différends ou les délits qui ne sont pas de la compétence du cadi. Sa fonction, selo (...)
  • 16 Appelé par al‑Ḫurašī qāḍī al‑šurṭa (al‑Ḫurašī, Šarḥ Al‑Ḫurašī, VII, p. 487), il appliquait la justi (...)
  • 17 Al‑Wanšarīsī, al‑Miʿyār al‑muʿrib, X, p. 77. Ce nombre varie d’une source à l’autre car l’exercice (...)
  • 18 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 14‑15.

8L’Andalou Ibn Sahl (m. 486/1093) énumère six formes de représentants judiciaires : le cadi, le ṣāḥib al‑maẓālim chargé du redressement des abus, le ṣāḥib al‑radd 14, le ṣāḥib al‑madīna 15, préfet de la ville, le ṣāḥib al‑šurṭa, préfet de la police 16 et le ṣāḥib al‑sūq 17. En évitant d’avancer des chiffres, Ibn Farḥūn tente de distinguer ceux qui ont droit de regard sur tout litige, comme le calife, le vizir de délégation (wazīr al‑tafwīḍ), le gouverneur de province, le chargé du redressement des abus et le cadi, et ceux qui ont un domaine précis de compétence, à savoir le collecteur d’impôts, le cadi des mariages, etc. 18. Comme on peut le remarquer, plus on avance dans le temps, plus le nombre de juridictions augmente.

  • 19 Tillier 2009 ; Tillier 2011.
  • 20 Johansen 1999, p. 181.
  • 21 Juge inférieur, dépendant du cadi, le ḥākim semble avoir été un officier de justice à la fois admin (...)

9Sur la base de ces sources, certains chercheurs contemporains ont à leur tour tenté de décrire le système judiciaire dans sa pluralité. Citons à titre d’exemple Émile Tyan, Robert Brunschvig, Évariste Lévi-Provençal, Baber Johansen, Christian Müller et tout récemment Mathieu Tillier 19. B. Johansen énumère sept institutions : le cadi, le prévôt du marché, le ṣāḥib al‑maẓālim chargé du redressement des abus, le chef de la police, les collecteurs d’impôts, le préposé à la justice au sein de l’armée, le préposé à la justice politique (siyāsa) exercée par le calife ou son appareil de répression contre les opposants à son pouvoir 20. Pour adapter ce schéma à l’Occident musulman médiéval, il faut ajouter d’autres juridictions comme le ḥākim 21, le ṣāḥib al‑radd, le ṣāḥib al‑madīna, le mufti et le ḥakam (arbitre), bien que la juridiction de ce dernier relève de la justice privée.

10Pour l’époque almoravide, Vincent Lagardère classe ces formes de justices selon deux ordres :

  • La judicature de premier ordre du Maghreb et des trois régions d’al‑Andalus : les cadis de kūra (les cadis de province 22), les cadis de la qāʿida (les cadis des grandes villes), le cadi du ǧund (cadi de la circonscription territoriale), le cadi de la maḥalla (le cadi du camp).
  • La judicature de deuxième ordre, correspondant à l’exercice de charges judiciaires mineures au niveau des quartiers des villes et des localités : le ṣāḥib al‑aḥkām, le ṣāḥib al‑manākiḥ (cadi des mariages), le faqīh bi‑l‑musaddid (petit juge dans les villages 23) et le qāḍī al‑miyāh (cadi des eaux) 24.

11Émile Tyan procède à une autre classification :

  • Organismes purement administratifs concourant à l’exercice de fonctions judiciaires tels que la šurṭa et la ḥisba.
  • Juridictions apparues au cours de l’histoire et qui ne sont pas maintenues de façon durable, comme la juridiction du ḥāǧib.
  • Juridictions spéciales ou d’exception comme celle du qāḍī al‑ʿaskar, cadi de l’armée.
  • Juridiction exercée par les chefs du pouvoir exécutif suivant la procédure des maẓālim 25.
  • 26 Voir par exemple Brunschvig 1940-47, II, p. 130, 146 ; Brunschvig 1976, p. 219‑269 ; Idris 1962, II (...)

12Mais il semble que la classification la plus courante soit celle qui se fonde sur un critère religieux 26. Ainsi parle-t-on de justice religieuse représentée par le cadi, de justice semi-séculière représentée par le muḥtasib (prévôt du marché) et de justice séculière représentée par le souverain ou le gouverneur, le ṣāḥib al‑šurṭa, le ṣāḥib al‑madīna et le ḥākim.

13Toutes ces données montrent que la judicature n’était pas monopolisée par le cadi. Le pluralisme judiciaire qui ressort ici de manière évidente fut responsable de chevauchements de compétences.

1.2. Chevauchements de compétences entre juridictions

  • 27 Lévi-Provençal 1953, III, p. 154
  • 28 Talbi et Cahen, « Ḥisba, I. Généralités », EI2, III, p. 504.

14La question des chevauchements de compétence apparaît dès lors que les attributions de chaque juridiction ne sont pas définies clairement. Les charges du préfet de police et celles du préfet de la ville se recoupent ainsi partiellement 27. Les limites entre les affaires qui reviennent au muḥtasib, au préfet de police et au cadi ne sont pas claires 28.

  • 29 Cette institution n’a pas pu se développer en Occident musulman puisque le cadi mālikite y exerce a (...)
  • 30 Al‑Māwardī, al‑Aḥkām al‑sulṭāniya, p. 394 ; al‑ʿUqbānī, Tuḥfat al‑Nāẓir, p. 162 ; Ibn Ḫaldūn, al‑Mu (...)
  • 31 Al‑Māwardī, Aḥkām, p. 392.
  • 32 Al‑Māwardī, Aḥkām, p. 393 ; Talbi et Cahen, « Ḥisba, I. Généralités », EI2, III, p. 504.
  • 33 Ibn Ḫaldūn s’est beaucoup inspiré d’al‑Māwardī, mais il a aussi essayé de décrire la réalité de son (...)
  • 34 Al‑ʿUqbānī, Tuḥfa, p. 161‑165.

15En comparant les compétences du préposé aux maẓālim à celles du cadi et à celles du muḥtasib, al‑Māwardī affirme en substance que le premier examine les affaires que le cadi n’a pas pu résoudre 29, tandis que le muḥtasib traite des affaires mineures que le cadi éprouve quelques scrupules à démêler 30. Le cadi, d’après lui, est l’exécutant ordinaire de la loi religieuse, alors que le muḥtasib fonde ses jugements sur le ʿurf, la coutume 31. Tandis que ce dernier ne s’occupe que des faits patents, incontestés, et intervient de lui-même sans attendre d’être saisi, le cadi juge des faits à propos desquels une plainte a été déposée 32. Ces définitions furent reprises par des auteurs maghrébins tardifs comme Ibn Ḫaldūn 33 et al‑ʿUqbānī (m. 871/1467) 34. Ces délimitations de compétences correspondaient-elles à la pratique, notamment dans l’Occident musulman ?

  • 35 Dachraoui 1975, p. 24.
  • 36 Ibn Ḫaldūn, Muqaddima, p. 150. Al‑ʿUqbānī dit que l’imam désigne le muḥtasib (al‑ʿUqbānī, Tuḥfa, p. (...)

16En Ifrīqiya, la ḥisba dépendait du gouverneur. Saḥnūn (m. 240/854), le cadi de Kairouan, l’exerça en personne entre 234 et 236/848 et 850, puis il la confia à Ḥabīb b. Naṣr, en lui attribuant le titre de ṣāḥib al‑maẓālim et limitant sa compétence aux litiges dont la valeur ne dépassait pas vingt dinars. Après quelque temps, la ḥisba revint à l’émir Ibrāhīm II (r. 261‑289/875‑902), qui la confia à al‑Ṭurzī 35. Elle fut reprise ensuite par le cadi Ḥimās b. Marwān (m. 303/915), qui permit à son titulaire de traiter les litiges ne dépassant pas cent dinars ; puis elle finit par se séparer de la judicature, comme le remarque plus tard Ibn Ḫaldūn 36.

  • 37 Cité par al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 77.
  • 38 Müller 2000a, p. 74, 315 ; Müller 2000b, p. 181. Ibn Lubāba (m. 314/926) permet au ṣāḥib al‑sūq de (...)
  • 39 Müller 2000a, p. 314 ; Müller 2000b, p. 184. En Ifrīqiya, al‑Sayūrī (m. 462/1067) traite une affair (...)
  • 40 Il s’agit d’Ibrāhīm b. Ḥusayn b. ʿĀṣim, à l’époque de l’émir Muḥammad I (r. 238‑273/852‑886) (al‑Ḫu (...)

17En al‑Andalus, le ṣāḥib al‑sūq, qui était aussi connu sous le nom de ṣāḥib al‑ḥisba d’après Ibn Sahl 37, pouvait être nommé soit par le cadi soit par le souverain. Il traitait tout type de litiges : transactions commerciales, mariages, divorces, problèmes familiaux et de voisinage, successions, biens de mainmorte 38. Comme le cadi, il consultait les juristes à propos de certaines affaires et examinait la rectitude des témoins 39. Lors d’une disette à Cordoue, il lui fut permis de prononcer tout type de châtiment contre les malfaiteurs, condamnation à mort et crucifixion comprises 40. Ici les différences entre le muḥtasib et le cadi s’amenuisent tant sur le plan de leurs secteurs d’activité que sur celui de la procédure et de la compétence en matière pénale.

  • 41 Ibn al‑ʿAṭṭār, Waṯā’iq, p. 611.

18Un autre exemple d’imprécision quant au domaine de compétence peut être cité. Il s’agit de la délivrance à une personne d’un certificat d’indigence afin de lui éviter d’être emprisonnée pour dette. De tels certificats pouvaient être délivrés par le prévôt du marché, par le préfet de police, par le ḥākim ou encore par le cadi 41. Cette imprécision concerne à nouveau les compétences civiles et pénales du cadi.

  • 42 Al‑Nubāhī, Marqaba, p. 6.
  • 43 Lévi-Provençal 1932, p. 82.
  • 44 Tyan 1978, p. 390. Cet auteur écrivait ailleurs (Tyan 1938‑43, II, p. 8) : « dès la fin du ve, l’in (...)

19Les écoles juridiques sont partagées quant à l’étendue des compétences du cadi 42, et ceci explique un certain nombre de controverses entre chercheurs. E. Lévi-Provençal écrit ainsi : « Comme dans le reste de l’Islam, le cadi espagnol n’a pas conservé au xe siècle les attributions judiciaires globales que la loi religieuse lui confère en principe 43 ». E. Tyan souligne que « la compétence du cadi en matière pénale est extrêmement réduite : applicateur du šarʿ, loi religieuse, il ne connait que les délits très peu nombreux qui y sont prévus, encore que leur répression soit exercée concurremment par la šurṭa, organisme chargé du maintien de l’ordre 44 ».

  • 45 Al‑Nubāhī, Marqaba, p. 5‑6 ; al‑Māwardī, Aḥkām, p. 138‑139. Il semble qu’al‑Nubāhī cherche à dissim (...)
  • 46 Al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 100. Ibn al‑Amīn ajoute les litiges relatifs à la généalogie (Ibn Farḥū (...)
  • 47 Ibn Salmūn, al‑ʿIqd al‑munaẓẓim, II, p. 194.
  • 48 Sur ces controverses, voir par exemple Ibn Abī Zayd, Nawādir, VIII, p. 84, 109 ; al‑Nubāhī, Marqaba(...)

20Il est certes possible de voir une évolution dans les attributions du cadi. Laissons de côté al‑Nubāhī (mort avant la fin du viiie/xive siècle), qui reproduit ce que dit al‑Māwardī sur les dix attributions du cadi 45, et contentons-nous des remarques d’Ibn Lubāba (m. 302/914-5) et d’Ibn Salmūn (m. 767/1365). Le premier affirme qu’en matière de justice civile, le cadi andalou juge en dernier ressort des litiges relatifs aux testaments, aux biens de mainmorte, à l’interdiction ou à la capacité, aux partages, aux successions et à l’administration des biens des absents, des orphelins et des incapables 46. Plus tard, Ibn Salmūn dit que les cadis sont les seuls à traiter des litiges relatifs aux délits de sang, aux biens de mainmorte, aux testaments et à l’administration des biens des orphelins et des absents : « Telle est la pratique judiciaire en al‑Andalous », écrit-il 47. Si l’on compare ces deux remarques, il apparaît que le cadi andalou a perdu son droit de regard sur les litiges relatifs aux biens des interdits, aux partages et aux successions. Il s’est en revanche attribué les litiges relatifs aux délits de sang. Ces derniers, rattachés à la justice criminelle et répressive, ont aussi donné lieu à des controverses entre juristes mālikites d’une part 48 et entre chercheurs de l’autre.

  • 49 Lévi-Provençal 1953, III, p. 126.
  • 50 Schacht 1983, p. 163.
  • 51 Arié 1990, p. 298.
  • 52 Serrano 2006, p. 491‑492.
  • 53 Djaït 1968, p. 101.
  • 54 Johansen 1999, p. 189.
  • 55 Müller 2000b, p. 176.

21Si Évariste Lévi-Provençal estime que le cadi andalou est dessaisi de la justice criminelle et répressive depuis une date ancienne 49, Joseph Schacht pense que le cadi est « responsable de l’application du taʿzīr », peine correctionnelle discrétionnaire, alors que « l’exécution des jugements du ḥadd, peine légale, est du devoir de l’Imam 50 ». Rachel Arié souligne que « le ṣāḥib al‑šurṭa, préfet de police, appliquait les peines correctionnelles taʿzīr », alors que « le cadi disposait de peines légales ḥudūd 51 », tandis que Delfina Serrano attribue ces deux genres de peine au cadi almoravide 52. Évoquant le cadi en Ifrīqiya au iie/viiie siècle, Hichem Djaït estime que lui sont imparties « la justice civile et pour autant que les ḥudūd avaient une application, la juridiction des ḥudūd 53». Pour sa part, Baber Johansen parle de transfert des compétences politiques aux cadis et y voit « le signe caractéristique des nouvelles doctrines des xiiie et xive siècles 54». Quant à Christian Müller, il estime que la compétence du cadi de Cordoue en matière de ḥudūd et de talion fait l’objet de discorde parmi les mālikites, et que ce magistrat l’exerçait probablement au iiie/ixe siècle 55. Il est difficile de se prononcer sur ces thèses si controversées, bien qu’il soit possible de les expliquer en partie par la diversité des contextes géographiques et historiques.

22Toutes ces données relatives au cadi et au muḥtasib montrent que les tentatives de délimitation des compétences proposées par al‑Māwardī et par ses successeurs n’étaient pas en parfaite adéquation avec la pratique.

2. La place du cadi dans l’organisation judiciaire

2.1. Un cadicat fragmenté et affaibli

  • 56 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 6 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 80.
  • 57 Brunschvig 1940-1947, II, p. 113‑150.

23D’après Ibn ʿArafa (m. 803/1401), « le qāḍī al‑ǧamāʿa a un droit de regard sur toute affaire, sans limitation. Il est le seul à ne consulter [dans ses décisions] aucune autre autorité 56 ». Cette vision théorique des compétences absolues du grand cadi à la période ḥafṣide (627‑982/1229‑1574) est loin de concorder avec la réalité telle que l’avait dépeinte R. Brunschvig 57.

24Signalons que les sources parlent d’autres types de cadis ayant le plus souvent un domaine précis de compétence. Ainsi peut-on citer :

  • Le qāḍī al‑miyāh (cadi des eaux), cité par Mālik b. Anas 58, chargé des litiges relatifs au partage des eaux entre paysans ;
  • Le qāḍī al‑ʿaskar, qui accompagne les troupes gouvernementales dans leurs déplacements ; le premier de ce genre attesté en Ifrīqiya est Ǧaʿṯal b. Hāʿān 59, nommé par le calife Hišām b. ʿAbd al‑Malik (r. 105‑125/724‑743) 60 ;
  • Le qāḍī al‑maḥalla, ou « cadi du camp », apparut en Ifrīqiya à la fin de l’époque ḥafṣide. Il était chargé de rendre la justice et d’assurer l’exercice du culte au sein de l’armée du sultan en campagne 61 ;
  • Le cadi du ḥaǧǧ accompagnait la caravane pendant le pèlerinage. Ibn Baṭṭūṭa (m. 779/1377) accéda à cette magistrature temporaire lorsqu’il entama sa Riḥla en 725/1325 62 ;
  • Le qāḍī al‑ahilla, ou « cadi des croissants », était chargé de constater l’apparition de la nouvelle lune ;
  • Le qāḍī al‑muʿāmalāt était juge en matière de biens et de contrats. D’après Ibn Abī Dīnār, ce type de juge ainsi que celui des croissants existaient à l’époque ḥafṣide 63 ;
  • Le qāḍī al‑ḫuṣūmāt était un genre de suppléant du grand cadi, tranchant entre les parties en la présence de ce dernier 64 ;
  • Le qāḍī al‑ankiḥa ou al‑manākiḥ, « cadi des mariages », apparut en Ifrīqiya en 660/1262 d’après Robert Brunschvig ; pourtant une fatwa (consultation juridique) attribuée à al‑Māzarī (m. 536/1141), remontant à la fin de l’époque zīride (362‑563/973‑1167), le cite explicitement 65.
  • 66 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 13.
  • 67 Al‑Ḫurašī, Šarḥ, VII, p. 537 ; al‑Dardīr, al‑Šarḥ al‑kabīr, II, p. 1395, note 1.
  • 68 Ibn ʿAbdūn, « Traité », p. 24, cité par Ḥasan 1980, p. 166.
  • 69 Brunschvig 1940‑47, II, p. 150 ; Brunschvig 1976, p. 220. Peut-on rapprocher ce magistrat du qāḍī a (...)
  • 70 Ibn ʿAbdūn, « Traité », p. 206.
  • 71 Ibn ʿIḏārī, al‑Bayān al‑muġrib, I, p. 190 ; Idris 1962, II, p. 561, note 24. E. Lévi-Provençal affi (...)

25Les sources mālikites parlent d’autres catégories de cadis aux compétences limitées, comme le qāḍī al‑aytām, cadi responsable de la garde des orphelins 66, le qāḍī al‑dimā’ wa‑l‑ḥudūd, celui des délits de sang et des peines légales 67. Ibn ʿAbdūn signale que le cadi a le droit de nommer un substitut chargé de connaître des litiges concernant les artisans 68, fonction qui correspond probablement au amīn al‑umanā’, le surintendant de la Tunis ḥafṣide qui statuait selon le droit coutumier, al‑ʿurfiyāt 69. Parallèlement, il classe le ṣāḥib al‑mawārīṯ, curateur des successions vacantes, parmi les juges andalous 70. Cette juridiction est attestée en Ifrīqiya sous ʿUbayd Allāh al‑Mahdī en 313/925-926, sous la forme d’un nāẓir fī‑l‑mawārīṯ 71.

26Ainsi pouvons-nous constater que la grande magistrature n’était pas seulement affaiblie par les magistrats « séculiers » cités plus haut : elle l’était aussi par l’existence de cadis aux attributions limitées. La nature des relations entre le grand cadi et ces différentes juridictions se doit dès lors d’être examinée. Sur certains points, on remarque une rivalité ; sur d’autres, c’est la complémentarité qui saute aux yeux dans la mesure où certains de ces magistrats secondaires sont nommés par le grand cadi.

  • 72 Lévi-Provençal 1953, III, p. 117.
  • 73 Al‑Ǧūdī, Tārīḫ quḍāt al‑Qayrawān, p. 45‑56.
  • 74 Talbi 1968, p. 11.
  • 75 Sur ce point et concernant l’Égypte ṭūlūnide et iḫšīdide, voir Tillier 2011, p. 208‑221.
  • 76 Dachraoui 1981, p. 404‑405.
  • 77 Voir Tyan 1938‑1943, I, p. 148‑149, où l’auteur traite de l’évolution de la notion de niyāba (lieut (...)

27Si la désignation des cadis en al‑Andalus était l’affaire du souverain umayyade 72, celle des cadis en Ifrīqiya connut une certaine évolution. Pour le iie/viiie siècle, Muḥammad al‑Ǧūdī cite sept cadis de Kairouan : trois furent nommés par le calife, trois autres par le gouverneur d’Ifrīqiya 73, et celle du septième, ʿAbd Allāh b. Ġānim (m. 190/805), fait l’objet de controverses 74. À l’époque aghlabide, et en signe de son indépendance, l’émir se chargea de cette tâche 75. Le même système fut de mise à l’époque fatimide (297‑361/909‑971), lorsque l’Ifrīqiya devint le siège d’un califat 76. Ces nominations étaient fondées sur le principe de la délégation, car le prince disposait de tous les pouvoirs, et notamment de la justice. Cette situation put maintenir le cadi dans une position de dépendance vis-à-vis du délégant 77.

  • 78 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 56.
  • 79 Ibn Rušd, Masā’il Ibn Rušd al‑Ǧadd, II, p. 1215 ; Lévi-Provençal 1953, III, p. 50.
  • 80 Les juristes mālikites sont partagés quant à la désignation de ces cadis sans la consultation et l’ (...)
  • 81 Talbi 1968, p. 364.
  • 82 C’est le souverain qui nommait les cadis de provinces en al‑Andalus (Lévi-Provençal 1953, III, p. 1 (...)

28Une fois nommé, le cadi de la capitale déléguait à son tour une partie de ses pouvoirs à des juges secondaires, à savoir les qāḍī‑s al‑kūra (cadi de province) comme celui de Sfax en Ifrīqiya 78, celui de Jaén ou de Beja en al‑Andalus 79, le ḥākim al‑ǧiha al‑baʿīda cadi du district éloigné 80, le ḥākim, le muḥtasib et les cadis à compétence limitée, ce qui put engendrer une certaine coopération entre ces différents magistrats. Il arrivait parfois que l’émir intervienne dans ces nominations : ainsi l’Aghlabide Ibrāhīm II désigna-t-il le cadi de Tripoli Abū l‑Aswad Mūsā al‑Qaṭṭān (m. 306/918) 81. À l’époque ḥafṣide, ce genre d’intervention devint la règle 82.

  • 83 R. Brunschvig cite un exemple pertinent de rivalité entre le qāḍī al‑ǧamāʿa de la Tunis ḥafṣide et (...)

29En tenant compte de la nomination des cadis régionaux, nous remarquons l’importance grandissante que prend l’intervention des émirs dans le domaine judiciaire à mesure que le temps passe. La situation à l’époque aghlabide, lorsque les cadis régionaux sont généralement nommés par le grand cadi, diffère de celle de l’époque ḥafṣide, où ils sont en général nommés par le prince, ce qui affecte l’autorité du grand cadi ḥafṣide, et engendre un climat de tension entre les magistrats 83. Une question s’impose donc : comment les juristes procédèrent-ils pour préserver l’autorité du cadi ?

2.2. Mesures pour renforcer l’autorité du cadicat

30Deux types de mesures furent prises : les premières relèvent de la théorie – voire ont une coloration idéologique –, les secondes de la pratique.

  • 84 Al‑Māwardī, al‑Aḥkām, p. 141.
  • 85 Al‑Nubāhī, Marqaba, p. 6.
  • 86 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 12.
  • 87 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, V, p. 209.

31Même quand les cadis étaient nommés avec compétence générale, les mālikites définirent les domaines qui leur étaient interdits : la collecte du ḫarāǧ (impôt foncier), celle de la zakāt (aumône légale), la direction de la prière du vendredi et de celles des fêtes canoniques 84. Al‑Nubāhī ajoute la guerre sainte 85 ; Ibn Farḥūn exclut de leurs compétences le partage du butin, la répartition des revenus du Trésor public entre les services de l’État, l’application des peines légales (ḥudūd), la lutte contre les rebelles, le partage des concessions foncières et minières. Le cadi n’a pas droit de regard sur ces domaines, à moins qu’il ait une permission spéciale du souverain 86. D’après al‑Burzulī (m. 841/1438), le cadi peut intervenir dans les litiges relatifs aux levées d’impôts (ǧibāyāt) si ces derniers sont légaux, mais non à ceux qui concernent les mukūs (droits de marché, droits d’entrée) qui relèvent du takmīl al‑ẓulm, le fait d’aider autrui à commettre des injustices. Il évoque également une coutume tunisoise consistant à distribuer des bons d’acquittement de l’impôt que l’on pouvait présenter au cadi en cas de litige 87. La définition par les juristes de domaines interdits au cadi montre qu’ils concevaient une séparation entre deux domaines, l’un relevant plutôt de l’exécutif et l’autre d’un champ judiciaire considéré comme distinct.

Mesures théoriques

  • 88 Faḥṣ désigne toute terre plate (Ibn Manẓūr, Lisān, V, p. 97). Il signifie aussi le territoire de la (...)
  • 89 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 48 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 101.
  • 90 Fatwa de Saḥnūn (m. 240/854) (Muḥammad b. Saḥnūn, al‑Aǧwiba, p. 131). Rappelons que le témoignage d (...)
  • 91 Fatwa d’Abū l‑Ḥasan al‑Ṣuġayir (m. 719/1319) (al‑Wanšarīsī, Miʿyār, VI, p. 114).

32Les juristes mālikites émirent un certain nombre de fatwas (consultations juridiques) et proposèrent plusieurs règles destinées à présenter le cadi – et particulièrement le grand cadi – comme le principal défenseur de la Loi (šarʿ). Le cadi respectait mieux que quiconque les règles de la loi religieuse lors de ses audiences. Les autres magistrats, comme le ṣāḥib al‑ḥisba (prévôt du marché), l’amīn al‑aswāq (intendant des marchés), le ḥākim al‑layl (préfet des vigiles), ou encore le ḥākim al‑faḥṣ (le cadi du district rural) 88, ne respectaient pas le šarʿ. Selon ces fatwas, ces juges rendent leurs jugements sur la base de la physiognomonie, de fausses interprétations et de leurs passions. Il s’agit de juges injustes qui spolient les biens de la population 89. Ni eux ni leurs agents à la campagne – à savoir les témoins instrumentaires –, n’accomplissent les prières obligatoires ni ne s’acquittent de la zakāt (aumône légale) comme le recommande le šarʿ 90 ; leurs secrétaires ignorent même l’art du notariat 91. Ces critiques concernent également le préfet de la ville.

33Muḥammad b. Faraǧ classe en trois catégories le niveau de crédibilité des décisions de justice, en fonction de leurs auteurs :

  • Celles qui sont rendues par les cadis des capitales et des grandes villes sont exécutoires (māḍiya) tant qu’aucune injustice n’est commise.
  • Celles rendues par les cadis des kuwar (sing. kūra, province) sont suspectes, et l’on doit s’informer sur leurs auteurs.
  • Celles rendues par les préfets de villes doivent être présumées injustes, « tout comme le bassin des pigeons est supposé impur » 92.
  • 93 Ibn Rušd (m. 520/1126) dit qu’il est louable que le cadi soit nommé parmi les natifs de sa ville (b (...)

34Autrement dit, seules les décisions des grands cadis sont fiables 93. De là découle en partie la classification de la justice islamique en deux catégories évoquée ci-dessus : justice religieuse et justice séculière. Cette classification ne recoupe néanmoins que très partiellement la réalité.

  • 94 Voir par exemple al‑Māwardī, al‑Aḥkām, p. 392 ; Hopkins 1980, p. 233 ; Lévi-Provençal, « Shurṭa », (...)

35D’un côté, Le respect du šarʿ par le grand cadi n’implique pas que ce dernier ne prenne pas compte du ʿurf (coutume). Certains juristes mālikites estiment que le ʿurf fait partie des uṣūl al‑fiqh, les sources du droit. De la sorte, la thèse de la bipolarisation avancée par certains auteurs entre le cadi – prisonnier des règles de la loi religieuse – et les autres magistrats – tels le juge des maẓālim, le préfet de police ou le muḥtasib, qui prononcent leurs arrêts conformément au ʿurf –, devient discutable 94. La prise en considération du ʿurf par le cadi lui permet d’exercer la judicature avec plus de liberté.

  • 95 Ce genre de punition est devenu une pratique courante à Tunis à l’époque d’al‑Burzulī (m. 841/1438) (...)
  • 96 D’après Ibn Abī Zayd (m. 386/996), alors qu’Ibn Muḥriz (m. 655/1257) et Abū Saʿīd b. Lubb (m. 782/1 (...)
  • 97 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 48, 49 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 101. Voir aussi Ibn ʿAẓẓūm, Aǧwiba, (...)

36Par ailleurs, les institutions dites « séculières » traitaient également des affaires tombant sous le coup de la loi religieuse. Les juristes mālikites y voient un problème susceptible d’entraver l’activité du cadi en empiétant sur ses attributions. Il s’agit du recours abusif aux autres magistrats comme le sultan (autorité), le préfet des vigiles, ou encore le muḥtasib. Si un tel recours cause un préjudice matériel au défendeur, ou provoque son emprisonnement, le demandeur doit subir du cadi un rude châtiment corporel 95 – sans pour autant que le cadi l’oblige à compenser le préjudice matériel 96. Déplorant un tel recours, Abū ʿAbd Allāh al‑Māzarī (m. 536/1141) affirme qu’il était chose fréquente ; il l’explique par la faiblesse des cadis à rétablir les droits. Les autres magistrats, d’après al‑Burzulī, « ont plus d’expérience et de prestige, d’autant plus qu’il est difficile d’avoir accès au tribunal du cadi. Si le plaignant y parvient, il aura à souffrir de la lenteur et de la bureaucratie à cause du grand nombre d’agents, ce qui peut lui causer l’oubli de sa preuve. Si des circonstances semblables sont réunies, et si le demandeur est sûr que le défendeur ne subit pas d’injustice, il pourra recourir au gouverneur. Mon maître [Ibn ʿArafa] n’y voyait pas d’inconvénient et le faisait pour préserver quelques-uns de ses droits 97

  • 98 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 27. D’après les mālikites et les šāfiʿites, ce genre d’exemption est vala (...)
  • 99 Il pense que cette nomination dévalorisa la judicature (Abū Zuhra 1962, p. 634).

37À travers ces propos, al‑Burzulī ne cherche pas à convaincre les gens de recourir aux magistrats secondaires. Il semble plutôt qu’il cherche à mettre en lumière la crise du cadicat ḥafṣide et à diagnostiquer ses faiblesses, à savoir la bureaucratie, le formalisme et la concurrence des autres magistratures. Il avise les gens de cette réalité et précise que le recours à ces dernières ne peut avoir lieu que si elles font preuve de justice, et doit se limiter à quelques cas puisque le mufti Ibn ʿArafa (m. 803/1401) le faisait pour la préservation de quelques-uns de ses droits. Il est d’ailleurs possible de rattacher le comportement du mufti à la période du cadicat d’Ibn Bādīs al‑Qusanṭīnī. Lors de la désignation de ce dernier comme qāḍī al‑ǧamāʿa à Tunis, « Ibn ʿArafa demanda au sultan que ce cadi n’ait pas droit de regard sur sa juridiction, son école et ses propriétés » 98. Il est possible que cette position témoigne du mépris d’Ibn ʿArafa pour la personne du nouveau cadi – à moins qu’elle ne soit dictée par le jeu des intérêts. Ibn ʿArafa adopta une attitude plus sévère encore vis-à-vis d’Ibn Ḫaldūn (m. 808/1406) lorsque ce dernier fut nommé cadi des mālikites au Caire. 99

  • 100 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 26 ; Talbi 1968, p. 112‑114. On peut citer un exemple semblable à propos (...)

38Même si les décisions rendues par les magistratures secondaires sont rapides et efficaces, cela ne suffit pas pour justifier l’absence de recours au cadi. Peut-on hasarder que les juristes tenaient un double discours ? Cela n’est pas impossible. Il arrivait que le souverain intervienne dans des procès que le cadi était en train d’examiner. Les juristes essayèrent de mettre de l’ordre dans ce genre d’intervention. Aṣbaġ b. al‑Faraǧ (m. 225/839) estime que si le cadi n’a pas encore tiré ses conclusions, il peut mettre fin au procès ; dans le cas contraire, il doit le poursuivre malgré l’intervention du souverain. À titre d’exemple, al‑Burzulī cite Saḥnūn, le cadi de Kairouan (234‑240/848‑854), qui intervint et se dressa contre l’émir aghlabide Muḥammad b. al‑Aġlab (r. 226‑242/841‑856). Afin de punir les habitants de cette ville qui s’étaient révolté, l’émir envoya le commandant de l’armée qui captura des femmes et les fit prisonnières. Saḥnūn libéra ces « captives de Tunis » (sabyu Tūnis) et refusa de les remettre à leur ravisseur 100.

Mesures pratiques

  • 101 Mālik b. Anas n’est pas de cet avis (Ibn Abī Zayd, Nawādir, VIII, p. 18).
  • 102 Contrairement à l’avis de Mālik et de ʿAbd al‑Raḥmān b. al‑Qāsim (m. 191/806) (al‑Bāǧī, Fuṣūl al‑aḥ (...)
  • 103 Contrairement à l’avis d’Ibn al‑Qāsim et de Ašhab b. ʿAbd al‑ʿAzīz (m. 204/819) (al‑Bāǧī, al‑Muntaq (...)
  • 104 Ibn Rušd, al‑Bayān wa‑l‑taḥṣīl, IX, p. 180 ; Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 69 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, (...)
  • 105 Ibn Abī Zayd, Nawādir, XIV, p. 467.
  • 106 Ibn Abī Zayd, Nawādir, X, p. 298 ; Talbi 1968, p. 106‑107 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 62 ; al‑Wanša (...)
  • 107 Talbi 1968, p. 114.

39D’autres mesures d’ordre pratique furent prises pour renforcer le pouvoir du cadi. Elles furent initiées par certains cadis, notamment Saḥnūn, cadi de Kairouan (234‑240/848‑854). En accédant à la judicature, Saḥnūn s’attribua un droit de regard sur les affaires du marché. Il nomma les cadis de provinces, à savoir le ḥanafite Sulaymān b. ʿImrān (m. 270/883) à Béja, Laribus et Bougie. Son attitude contribua par ailleurs au renforcement des compétences du cadi. Il s’opposa à la présence d’un conseil de juristes pendant l’audience accordée aux parties, sous prétexte qu’elle l’empêchait de se concentrer 101. Il considérait également que la présence de deux témoins instrumentaires n’était pas nécessaire pour prononcer le verdict 102. Il estimait que le cadi pouvait se prononcer sur la base de sa connaissance du litige (ʿilm al‑qāḍī) 103. Contrairement à Mālik et à Ibn al‑Qāsim, il se montrait favorable à l’idée de rendre un jugement contre une partie absente, et ceci dans tout type de litige 104. Il soutint Mālik, qui autorisait le cadi à employer des moyens contraignants contre certaines catégories sociales 105. Il livra d’ailleurs son prédécesseur, Ibn Abī l‑Ǧawād, à la torture jusqu’à la mort, parce qu’il avait refusé d’avouer avoir reçu une wadīʿa (objet en dépôt) qu’il s’était apparemment appropriée 106. Par cet arsenal de mesures et d’opinions, Saḥnūn devint un homme si puissant que cela irrita l’émir aghlabide Muḥammad b. al‑Aġlab (r. 226‑242/841‑856), sans que ce dernier ose le révoquer. Pour le neutraliser, il désigna un second cadi à ses côtés, al‑Ṭubnī, et obligea les parties plaignantes à se diriger vers ce dernier 107.

  • 108 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, I, p. 476 ; Talbi 1968, p. 223 ; Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 13. Le cadi (...)
  • 109 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 13.
  • 110 El-Hour 2000, p. 76‑77.
  • 111 Ibn ʿAbdūn, « Traité », p. 204‑205.
  • 112 Serrano 2000, p. 189, 231. Fatḥa 1999, p. 46, est d’un autre avis. Pour expliquer l’absence de la f (...)
  • 113 Lagardère 1986, p. 135‑136.
  • 114 Ferhat 1993, p. 131‑132.
  • 115 El-Hour 2000, p. 77, 83 ; Fierro 1994, p. 106.

40Saḥnūn prépara la voie à l’apparition de prestigieux cadis mālikites en Occident musulman médiéval. Son disciple ʿAbd Allāh b. Ṭālib (m. 275/888) fut plus tard pris pour modèle : il contrôlait les gouverneurs et les agents du fisc, et se vit même chargé de leur désignation et de leur révocation 108. Il exhorta d’ailleurs l’un de ses cadis de province « à contrôler les caïds 109 ». Les cadis de l’époque almoravide furent pas moins puissants : ils avaient non seulement le droit de contrôler les gouverneurs, mais pouvaient aussi les punir en suspendant leurs soldes et confisquant leurs biens 110. Cette prééminence entamait même l’autorité des vizirs, si l’on croit Ibn ʿAbdūn. D’après lui, le vizir devait tenir le cadi informé des événements de la scène politique afin que le magistrat puisse prodiguer ses conseils au souverain. Ce dernier, accompagné de son ministre, devait rendre visite au cadi qui simulait la maladie, afin que son prestige soit rehaussé parmi les fonctionnaires de l’État 111. C’est également à cette époque que le cadi parvint à monopoliser des fonctions qui étaient auparavant assignées à d’autres magistrats comme le ṣāḥib al‑radd, le ṣāḥib al‑maẓālim et le muḥtasib 112. Si Vincent Lagardère explique le renforcement du pouvoir du cadi almoravide par « l’affirmation du caractère religieux de la fonction cadiale 113 », Halima Ferhat, citant Claude Cahen, rattache cette évolution au développement du fiqh. Elle voit dans le cadi ʿIyāḍ (m. 544/1149) le modèle par excellence d’un cadi maghrébin du xiie siècle 114. Rachid El-Hour la considère quant à lui comme liée à la puissance des familles d’élites andalouses auxquelles appartenaient un grand nombre de cadis 115.

  • 116 Voir Hentati 2007, p. 180‑203.
  • 117 Brunschvig 1943‑1947, II, p. 251.

41Si l’on ajoute à toutes ces données que le rôle du cadi mālikite ne se limitait pas à chercher un compromis entre les parties plaignantes, contrairement à ce que pensent certains chercheurs 116, et qu’il jouissait effectivement de la compétence de trancher, il apparaît que le rôle du cadi était loin d’être fantoche. Il convient donc de nuancer la thèse de Maurice Gaudefroy-Demombynes, qui voit dans le cadi un subordonné inconditionnel du souverain. Robert Brunschvig semble confirmer cette thèse, puisqu’il écrit : « Le cadi n’était qu’une émanation de la puissance souveraine et demeurait étroitement subordonné au sultan 117. »

  • 118 Tillier 2009, p. 61.
  • 119 Lévi-Provençal 1953, III, p. 123.
  • 120 Dachraoui 1981, p. 415.

42Réfléchissant à cette question, Mathieu Tillier fait la distinction entre cadis d’Orient et ceux de l’Occident musulman. Il note que « le rôle et les attributions d’un cadi égyptien n’étaient pas exactement les mêmes que ceux d’un cadi andalou 118 ». Ce dernier, d’après Évariste Lévi-Provençal, « tient jalousement à son indépendance 119 ». Comparant le cadi mālikite à son homologue ismāʿīlien, Ferhat Dachraoui parle même « d’indépendance du premier » et de sa « liberté d’application », tandis que le second se trouvait « dans une dépendance totale du pouvoir 120 ».

  • 121 Cité par Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 12.
  • 122 Sa formation scientifique pouvait jouer un rôle : un cadi mal formé et accédant à son poste par des (...)

43En réalité, et comme le constate Ibn Qayyim al‑Ǧawziyya, les compétences du cadi variaient en fonction de plusieurs facteurs : les circonstances, le ʿurf (coutume) et les clauses contenues dans son diplôme d’investiture 121. On peut en ajouter d’autres : la nature de la personnalité du cadi 122, celle du prince, l’école juridique professée, en plus de la nature de la situation socio-économique de la province.

Conclusion

  • 123 B. Johansen a dénombré sept juridictions (voir supra).

44Le cadi était loin de monopoliser l’exercice de la justice, et l’Islam vit se développer plusieurs juridictions concurrentes. Ces juridictions se multiplient avec le temps, à tel point qu’il est difficile de déterminer leur nombre exact 123. Cette évolution contribua certainement à l’affaiblissement du cadi. Le pluralisme judiciaire engendra des chevauchements de compétences juridictionnelles. Assez tôt, certains juristes comme al‑Māwardī (m. 450/1058) tentèrent de délimiter leurs attributions. Mais ces tentatives ne furent pas toujours en parfaite adéquation avec la pratique.

45Conscients de l’importance du rôle du cadi dans la sauvegarde du šarʿ, les juristes mālikites cherchèrent à défendre ce magistrat menacé de tous bords : entravé, au niveau supérieur, par le jeu de la délégation-mandat imposé par le souverain, il se trouvait aussi, bien souvent, dépouillé de plusieurs de ses compétences, soit par des cadis secondaires aux attributions limitées, soit par les magistratures concurrentes.

  • 124 Al‑Kindī, Kitāb al‑wulāt wa kitāb al‑quḍāt, p. 311, 326‑327 ; Tyan 1938‑1943, II, p. 11 ; Marín 199 (...)
  • 125 Lévi-Provençal 1953, III, p. 157.
  • 126 Al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 59. Le Qāḍī ʿIyāḍ (m. 544/1149) cite l’exemple d’Abū l‑ʿAbbās Aḥmad b.  (...)

46Les sources soulignent le caractère religieux de la juridiction du cadi pour mieux le défendre face aux institutions concurrentes, qualifiées de non respectueuses du šarʿ. Ces dernières, à savoir celle des maẓālim, celle du préfet de police ou celle du muḥtasib, prononceraient leurs arrêts suivant le ʿurf (coutume), contrairement au cadi qui, de son côté, respecterait le šarʿ. Certains chercheurs se sont inspirés de cette bipolarisation pour classer les magistratures en deux catégories : certaines seraient « religieuses », d’autres « séculières », d’autres enfin « semi-séculières ». Cette vision, qui correspondrait plutôt à l’Occident chrétien médiéval, gagnerait à être nuancée. En effet plusieurs éléments montrent que la justice du cadi ne reposait pas sur des fondements purement religieux, pas plus que celle des autorités concurrentes n’était fondée sur une appréhension purement séculière de la justice. Comme les juridictions dites « séculières », les cadis mālikites (en particulier) tenaient compte de la coutume dans leurs décisions. La torture dans le but d’extorquer des aveux est généralement conçue comme réservée aux préfets de police et à d’autres magistrats. Bien que les sources soulignent le coté formaliste de la procédure mise en œuvre par le cadi « religieux », procédure qui repose essentiellement sur l’alternance des témoignages et des serments, le mālikisme lui permet pourtant d’employer lui aussi de tels moyens contraignants contre certaines catégories sociales. Un certain nombre de magistrats « séculiers » étaient recrutés parmi les juristes, comme le muḥtasib. De leur côté, certains cadis exercèrent aussi la fonction de préfet de police, particulièrement en Égypte 124. En al‑Andalus également, il y eut des cas de cumul de ces deux magistratures, par exemple en 367/977 125. Si l’on en croit al‑Wanšarīsī (m. 914/1508), le cadi andalou AbūʿAlī Ḥasan b. Ḏakwān avait auparavant été préfet de police et prévôt du marché 126.

47Sans tomber dans l’exagération de M. Gaudefroy-Demombynes, qui voit dans le cadi un subordonné inconditionnel du souverain, il apparaît que les cadis de l’Occident musulman médiéval parvinrent à frayer leur chemin, non sans difficultés, et à s’affirmer. Ce phénomène eut lieu tout particulièrement à l’époque aghlabide et sous les Almoravides. À l’époque ḥafṣide, en revanche, le cadicat se fragmenta, avec l’apparition de cadis aux compétences limitées, et son affaiblissement s’accrut encore avec l’affirmation progressive du rôle du mufti.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Al‑Bāǧī, al‑Muntaqā fī šarḥ Muwaṭṭa’ imām dār al‑hiǧra, Le Caire, Maṭbaʿat al‑Saʿāda, 1332/1913, 8 vol.

Al‑Bāǧī, Fuṣūl al‑aḥkām, éd. Muḥammad Abū l‑Aǧfān, Tunisie-Libye, al‑Dār al‑ʿarabiya lil‑kitāb et al‑Mu’assasa al‑waṭaniya lil‑kitāb, 1985.

Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ masā’il al‑aḥkām, éd. Muḥammad al‑Ḥabīb al‑Hīla, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 2002, 7 vol.

Al‑Dardīr, al‑Šarḥ al‑kabīr, Saïda-Beyrouth, al‑Maktaba al‑ʿaṣriya, 1427/2006, 2 vol.

Al‑Ǧūdī, Tārīḫ quḍāt al‑Qayrawān, éd. Anas ʿAllānī, Tunis-Carthage, Bayt al‑ḥikma, 2004.

Al‑Ḫurašī, Šarḥ al‑Ḫurašī, Saïda-Beyrouth, al‑Maktaba al‑ʿaṣriyya, 1427/2006, 8 vol.

Al‑Ḫušanī, Quḍāt Qurṭuba, éd. Ibrāhīm al‑Abyārī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑lubnānī, 1402/1982.

Ibn ʿAbdūn, « Le traité d’Ibn ʿAbdūn », éd. Evariste Lévi-Provençal, dans Journal Asiatique, Avril-juin 1934, p. 176‑299.

Ibn Abī Dīnār, al‑Mu’nis fī aḫbār Ifrīqiya wa-Tūnis, éd. Muḥammad Šammām, Tunis, al‑Maktaba al‑ʿatīqa, 1967.

Ibn Abī Zayd al‑Qayrawānī, al‑Nawādir wa‑l‑Ziyādāt, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1999, 15 vol.

Ibn al‑ʿAṭṭār, Kitāb al‑waṯā’iq wa‑l‑siǧillāt, éd. P. Chalmeta et F. Corriente, Madrid, 1983.

Ibn ʿAẓẓūm, al‑Aǧwiba, éd. Muḥammad Ḥabīb al‑Hīla, Carthage-Tunis, Bayt al‑ḥikma, 2004‑2009, 11 vol.

Ibn Baškuwāl, al‑Ṣila fī tārīḫ a’immat al‑Andalus, éd. Franciscus Codera, Madrid, Apud Josephum de Rojas, 1882, 2 vol.

Ibn Farḥūn, Tabṣirat al‑ḥukkām, Le Caire, Maṭbaʿa Muḥammad Afandī Muṣṭafā et Aḥmad al‑Ḥalabī, 1302/1884, 2 vol.

Ibn Ḫaldūn, al‑Muqaddima, éd. Ḥiǧr ʿĀṣī, Beyrouth, Dār wa‑maktabat al‑hilāl, 1983.

Ibn Ḫaldūn, al‑Taʿrīf bi‑Ibn Ḫaldūn wa‑riḥlati‑hi, éd. Muḥammad b. Tāwīt al‑Ṭanǧī, Le Caire, Maṭbaʿat laǧnat al‑ta’līf wa‑l‑tarǧama wa‑l‑našr, 1370/1951.

Ibn ʿIḏārī, al‑Bayān al‑muġrib, éd. G. S. Colin et E. Lévi-Provençal, Tunisie-Libye, al‑Dār ʿarabiya li‑l‑kitāb, 1983, 4 vol.

Ibn Manẓūr, Lisān al‑ʿArab, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1997, 7 vol.

Ibn Rušd, al‑Bayān wa‑l‑taḥṣīl, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1985, 18 vol.

Ibn Rušd, Masā’il Ibn Rušd al‑Ǧadd, éd. Muḥammad al‑Ḥabīb al‑Taǧkānī, Beyrouth, Dār al‑ǧīl, Maroc, Dār al‑Āfāq al‑ǧadīda, 1993, 2 vol.

Ibn Salmūn, al‑ʿIqd al‑munaẓẓim li‑l‑ḥukkām, Le Caire, 1302/1884, 2 vol.

Al‑Kindī, Kitāb al‑wulāt wa kitāb al‑quḍāt, éd. Rhuvon Guest, Beyrouth, Maṭbaʿat al‑ābā’ al‑bīḍ al‑yasūʿiyīn, 1908.

Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑Nufūs, éd. Bašīr al‑Bakkūš, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1983, 3 vol.

Al‑Māwardī, Adab al‑qāḍī wa‑l‑quḍāt, éd. Muḥyī Hilāl al‑Sirḥān, Bagdad, Maṭbaʿat al‑Iršād, 1391/1971, 2 vol.

Al‑Māwardī, al‑Aḥkām al‑sulṭāniya, éd. Ḫālid ʿAbd Allaṭīf al‑Sabʿ al‑ʿAlmī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑ʿarabī, 1410/1990.

Muḥammad b. Saḥnūn, al‑Aǧwiba, éd. Ḥāmid ʿAlwīnī, Tunis, Dār Saḥnūn li‑l‑našr, 2000.

Al‑Nubāhī, Kitāb al‑marqaba al‑ʿulyā, éd. E. Lévi-Provençal, Le Caire, Dār al‑kātib al‑miṣrī, 1948.

Al‑Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al‑madārik, éd. Aḥmad Bakīr Maḥmūd, Beyrouth-Tripoli (Libye), Dār maktabat al‑ḥayāt–Dār maktabat al‑fikr, 1387/1967, 3 vol.

Al‑Qāḍī ʿIyāḍ et son fils Muḥammad, Maḏāhib al‑ḥukkām, éd. M. Bencherifa, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1997.

Saḥnūn, al‑Mudawwanaal‑kubrā, Le Caire-Beyrouth, Maṭbaʿat al‑saʿāda-Dār Ṣādir, 1905, 6 vol.

Al‑Tunbuktī, Nayl al‑ibtihāǧ, Le Caire, Maṭbaʿat ʿAbd al‑Laṭīf Afandī Ḥiǧāzī, 1351/1932.

Al‑ʿUqbānī, « Tuḥfat al‑Nāẓir », éd. ʿAlī Šannūfī, Bulletin d’Études Orientales 19 (1965‑66), p. 138‑340.

Al‑Wanšarīsī, al‑Miʿyār al‑Muʿrib, éd. Muḥammad Ḥaǧǧī (dir.), Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1401/1981, 13 vol.

Al‑Zawāwī, Manāqib Mālik, Le Caire, al‑Maṭbaʿa al‑Ḫayriya de Muḥammad Ḥusayn al‑Ḫaššāb, 1325/1907.

Références

Abū Zuhra, Muḥammad, 1962, « Ibn Khaldūn wa‑l‑fiqh wa‑l‑qaḍā’ », dans Aʿmāl mahraǧān Ibn Ḫaldūnal‑munʿaqad fī l‑Qāhira min 2 ilā 6 yanāyir 1962, Le Caire, Manšūrāt al‑markaz al‑qawmī li‑l‑buḥūt al‑iǧtimāʿiyya wa‑l‑ǧinā’iyya, p. 611‑638.

Arié, Rachel, 1990, L’Espagne musulmane au temps des Nasrides 1232-1492, Paris, De Boccard.

Chérif, Muḥammad-Hédi, 1980, « Hommes de religion et pouvoir dans la Tunisie de l’époque moderne », Annales. Histoire, sciences sociales 35/3‑4, p. 580‑597. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1980_num_35_3_282655

Brunschvig, Robert, 1940-1947, La Berbérie orientale sous les Hafsides des origines à la fin du xve siècle, Paris, Adrien-Maisonneuve, 2 vol.

Brunschvig, Robert, 1976, « Justice religieuse et justice laïque dans la Tunisie des deys et des beys jusqu’au milieu du xixe siècle », dans Études d’islamologie, Paris, Maisonneuve et Larose, II, p. 219‑269.

Dachraoui, Ferhat, 1975, « Introduction », dans Yaḥyā b. ʿUmar, Aḥkām al‑sūq, Tunis, Société Tunisienne de Diffusion, p. 9‑26.

Dachraoui, Ferhat, 1981, Le Califat fatimide au Maghreb 296362/909973. Histoire politique et institutions, Tunis, Société Tunisienne de Diffusion.

Djaït, Hichem, 1968, « La wilāya d’Ifrīqiya au iie/viiie siècle : étude institutionnelle (suite et fin) », Studia Islamica 28, p. 79‑107.

Djaït, Kamāl al‑Dīn, 1988, « al‑ʿUrf », Majallat maǧmaʿ al‑fiqh al‑islāmī, V, vol. IV, p. 2975‑3180.

Dozy, Reinhart, 1927, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, Paris, Librairie orientale et américaine Maisonneuve Frères, 2 vol.

El-Hour, Rachid, 2000, “The Andalusian Qāḍī in the Almoravid Period: Political and Judicial Authority”, Studia Islamica 90, p. 67‑83. [Online] http://www.jstor.org/stable/1596165

Fatḥa, Muḥammad, 1999, al‑Nawāzil al‑fiqhiya wa‑l‑muǧtamaʿ. Abḥāṯ fī tārīḫ al‑ġarb al‑islāmī (min al‑qarn 6 ilā 9 hiǧrī/12-15 mīlādī), Casablanca, Éditions de la faculté des lettres et des sciences humaines.

Ferhat, Halima, 1993, Sabta des origines au xve siècle, Rabat, éditions Manāhil-Ministère des affaires culturelles.

Ferhat, Halima, 1994, « Le pouvoir des fuqahā’ dans la cité : Sabta du xiie au xive siècle », Saber religioso y poder político en el Islam. Actas del Simposio Internacional (Granada, 15‑18 octubre 1991), Agencia Española de Cooperación Internacional, Madrid, p. 53‑70.

Fierro, Maribel, 1994, “The Qāḍī as Ruler”, dans Saber religioso y poder político en el Islam. Actas del Simposio Internacional (Granada, 15-18 octubre 1991), Agencia Española de Cooperación Internacional, Madrid p. 71‑116.

Gaudefroy-Demombynes, Maurice, 1939, « Notes sur l’organisation judiciaire en pays d’Islam », Revue des Études Islamiques 13, p. 109‑147.

Ḥasan, ʿAlī Ḥasan, 1980, al‑Ḥaḍāra al‑islāmiya fī l‑Maġrib wa‑l‑Andalus, ʿaṣr al‑Murābiṭīn wa‑l‑Muwaḥḥidīn, Le Caire, Maktabat al‑Ḫānǧī.

Ḥasan, Muḥammad, 1999, al‑Madīna wa‑l‑bādiya fī‑Ifrīqiya fī l‑ʿahd al‑ḥafṣī, Tunis, Université de Tunis I.

Hentati, Nedjmeddine, 2007, « Mais le cadi tranche-t-il ? », Islamic Law and Society 14, p. 180‑203.

Hopkins, J.F.P., 1980, al‑Nuẓum al‑islāmiya fī l‑Maġrib fī l‑qurūn al‑wusṭā, trad. arabe par Amīn Tawfīq al‑Ṭībī, Libye-Tunisie, al‑Dār al‑ʿarabiya li‑l‑kitāb.

Idris, Hady Roger, 1962, La Berbérie orientale sous les Zirides xe-xiie siècle, Paris, Adrien-Maisonneuve, 2 vol.

Johansen, Baber, 1990, « Le jugement comme preuve. Preuve juridique et vérité religieuse dans le droit islamique hanéfite, Studia Islamica, 72, p. 5‑17. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/1595773

Johansen, Baber, 1999, « La découverte des choses qui parlent. La législation de la torture judiciaire en droit musulman (xiiiexive siècles) », Enquête 7, p. 175‑202. [En ligne] http://enquete.revues.org/1576

Lagardère, Vincent, 1986, « La haute judicature à l’époque almoravide en al‑Andalus », al‑Qantara 7, p. 135‑228.

Lévi-Provençal, Évariste, 1953, Histoire de l’Espagne musulmane, Paris, Maisonneuve, 3 vol.

Lévi-Provençal, Évariste, 1932, L’Espagne musulmane au xe siècle, institutions et vie sociale, Paris, Maisonneuve et Larose,

Marín, Manuella, 1997, « Shurṭa », EI2, IX, p. 530‑531.

Müller, Christian, 2000a, “Administrative Tradition and Civil Jurisdiction of the Cordovan ṣāḥib al‑aḥkām (I) and (II)”, al‑Qantara 21, p. 57‑84 et p. 307‑338.

Müller, Christian, 2000b, “Judging with God’s Law on Earth: Judicial Powers of the qāḍī al‑ǧamāʿa of Cordoba in the Fifth/Eleventh Century”, Islamic Law and Society 7, p. 159‑86.

Powers, David S., 2002, Law Society and culture in the Maghreb, 1300-1500, Cambridge, Camridge University Press.

Serrano, Delfina, 2000, “Legal Practice in an Andalusi-Maghribi Source from the Twelfth Century CE: the Maḏāhib al‑Ḥukkām fī Nawāzil al‑Aḥkām”, Islamic Law and Society 7/2, p. 187‑234. DOI: 10.1163/156851900507625

Serrano, Delfina, 2006, “Twelve court cases on the application of penal law under the Almoravids”, dans Dispensing Justice in Islam. Qāḍīs and their Judgments, éd. Muhammad Khalid Masud, Rudolph Peters and David S. Powers, Leyde-Boston, p. 473‑493.

Schacht, Joseph, 1983, Introduction au droit musulman, trad. Paul Kempf et Abdelmajid Turki, Paris, Maisonneuve et Larose.

Talbi, Muhammad et Cahen, Claude, 1967, « Ḥisba, I. Généralités », EI2, III, p. 503‑505.

Talbi, Muhammad (éd.), 1968, Biographies aghlabides extraites des Madārik du Cadi ʿIyāḍ, Tunis, Publication de l’Université de Tunis.

Tillier, Mathieu, 2009, Les cadis d’Iraq et l’État abbasside (132/750-334/945), Damas, Presses de l’Ifpo (PIFD 235). [En ligne] http://books.openedition.org/ifpo/673

Tillier, Mathieu, 2011, “The Qāḍīs of Fusṭāṭ-Miṣr under the Tūlūnids and the Ikhshīdids: the Judiciary and Egyptian Autonomy”, Journal of the American Oriental Society 131/2, p. 207‑222. [Online] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00641964

Haut de page

Notes

1 Gaudefroy-Demombynes 1939, p. 118.

2 À propos de ces sources, voir ci-dessous la suite de cette sous-partie.

3 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ masā’il al‑aḥkām, III, p. 143.

4 Le titre de ce magistrat a beaucoup varié d’une source à l’autre : ṣāḥib aḥkām al‑sūq, ṣāḥib al‑sūq, nāẓir aḥkām al‑sūq, ṣāḥib al‑maẓālim, wālī al‑maẓālim, ʿāmil al‑sūq, wālī al‑ḥisba. Il s’agit du futur muḥtasib, ainsi appelé en Orient à partir de l’époque d’al‑Ma’mūn (r. 198-218/813-833). Ce titre sera adopté en Ifrīqiya au ive/xe siècle et en al‑Andalus au ve/xie siècle (Talbi et Cahen, « Ḥisba, I. Généralités », EI2, III, p. 503 ; Lévi-Provençal 1953, p. 148 ; Dachraoui 1981, p. 420. Cf. Müller 2000a, p. 334, où l’auteur fait la différence entre ṣāḥib al‑sūq et muḥtasib).

5 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, III, p. 198, 200. Voir un autre exemple de litige examiné par Ibn al‑Qāsim (m. 191/806) et Ašhab b. ʿAbd al‑ʿAzīz (m. 204/819), disciples de Mālik (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, VI, p. 178).

6 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, III, p. 199.

7 Djaït 1968, p. 101.

8 Cité par Ibn Farḥūn, Tabṣirat al‑ḥukkām, I, p. 12.

9 Chérif 1980, p. 582.

10 Al‑Ḫušanī, Quḍāt Qurṭuba, p. 81 ; voir un autre exemple dans Ibn Abī Zayd al‑Qayrawānī, al‑Nawādir wa‑l‑ziyādāt, X, p. 300 ; voir aussi al‑Zawāwī, Manāqib Mālik, p. 30.

11 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 64 ; al‑Nubāhī, Kitāb al‑marqaba al‑ʿulyā, p. 6. Voir aussi Saḥnūn, Mudawwana, XII, p. 146 ; XVI, p. 260.

12 Le rôle du mufti s’affirma au fil du temps. En traitant du mufti en Ifrīqiya à l’époque zīride (362-563/973-1167), H.R. Idris exagère lorsqu’il affirme : « Le cadi tranche, le mufti prononce » (Idris 1962, II, p. 572). Cette distinction se précisa plus tard, à l’époque ḥafṣide (627‑982/1229‑1574) (Ibn Abī Dīnār, al‑Mu’nis fī aḫbār Ifrīqiya wa‑Tūnis, p. 292 ; Brunschvig 1940-1947, II, p. 139142). La même évolution se produisit au Maroc à l’époque mérinide (668‑869/1269‑1465) (Powers 2002, p. 229).

13 Ibn Farḥūn a consulté aussi al‑Qarāfī (m. 684/1285) et Ibn Qayyim al‑Ǧawziyya (m. 767/1365).

14 C’est à lui qu’on renvoyait certains jugements. Il ne prononçait les siens que sur des affaires paraissant douteuses aux cadis, qui dès lors s’en déchargeaient (al‑Nubāhī, Marqaba, p. 5 ; Lévi-Provençal 1953, III, p. 144). Il s’agit d’une juridiction spécifiquement andalouse.

15 Il examine les différends ou les délits qui ne sont pas de la compétence du cadi. Sa fonction, selon Ibn al‑Abbār, était distincte de celle du préfet de police jusqu’au vie/xiie siècle. Puis elle se confondit avec celle du préfet de police selon Ibn Ḫaldūn (Lévi-Provençal 1953, III, p. 155 ; Arié 1990, p. 298 ; Marín, « Shurṭa », EI2, IX, p. 530‑531).

16 Appelé par al‑Ḫurašī qāḍī al‑šurṭa (al‑Ḫurašī, Šarḥ Al‑Ḫurašī, VII, p. 487), il appliquait la justice répressive. Il lui était interdit de se prononcer sur quatre genres d’affaires : celles qui concernent l’incapacité légale, les biens des absents, le partage des biens entre mineurs et majeurs et les peines légales (ḥudūd). Il pouvait se prononcer sur toute autre affaire (Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 66).

17 Al‑Wanšarīsī, al‑Miʿyār al‑muʿrib, X, p. 77. Ce nombre varie d’une source à l’autre car l’exercice de la šurṭa est parfois divisé en trois catégories (al‑Nubāhī, Marqaba, p. 5 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 6).

18 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 14‑15.

19 Tillier 2009 ; Tillier 2011.

20 Johansen 1999, p. 181.

21 Juge inférieur, dépendant du cadi, le ḥākim semble avoir été un officier de justice à la fois administrative et policière. Son pouvoir était limité à des litiges mineurs. Son rôle consistait surtout à traiter les abus de pouvoir commis par les préfets et les agents du fisc. La justice qu’il rendait était semi-séculière, plus souple et plus expéditive que celle du cadi. Cette fonction semble se confondre à partir de l’époque aghlabide avec celle de ṣāḥib al‑maẓālim et de muḥtasib ou ṣāḥib aḥkām al‑sūq. On retrouve ce magistrat dans la capitale et dans les provinces. Ḥākim signifie aussi « cadi de province » (Lévi-Provençal 1934, p. 203 ; Tyan 1938-43, I, p. 156 ; Dozy 1927, I, p. 310 ; Dachraoui 1981, p. 417 ; Idris 1962, II, p. 549 ; Arié 1990, p. 285).

22 C’est ainsi que Vincent Lagardère traduit kūra ; E. Lévi-Provençal propose « circonscription provinciale » et « circonscription territoriale » (Lévi-Provençal 1953, III, p. 47). Dachraoui (1981, p. 416) emploie « circonscription territoriale » et parle de « cadi provincial par chef-lieu de kūra ».

23 Lévi-Provençal 1953, III, p. 127.

24 Lagardère 1986, p. 137.

25 Tyan 1938, I, p. 8. Dans son article « qāḍī » (EI2, IV, 1978, p. 390), Tyan classe le qāḍī al‑ʿaskar (juge de l’armée), la ḥisba, la šurṭa et les maẓālim parmi les juridictions spéciales, ce qui est plus plausible.

26 Voir par exemple Brunschvig 1940-47, II, p. 130, 146 ; Brunschvig 1976, p. 219‑269 ; Idris 1962, II, p. 248, 249 ; Dachraoui 1981, p. 416, 419.

27 Lévi-Provençal 1953, III, p. 154

28 Talbi et Cahen, « Ḥisba, I. Généralités », EI2, III, p. 504.

29 Cette institution n’a pas pu se développer en Occident musulman puisque le cadi mālikite y exerce aussi la justice des maẓālim (Lévi-Provençal 1953, III, p. 117 ; Tyan 1943, II, p. 4‑5 ; Fatḥa 1999, p. 32).

30 Al‑Māwardī, al‑Aḥkām al‑sulṭāniya, p. 394 ; al‑ʿUqbānī, Tuḥfat al‑Nāẓir, p. 162 ; Ibn Ḫaldūn, al‑Muqaddima, p. 150.

31 Al‑Māwardī, Aḥkām, p. 392.

32 Al‑Māwardī, Aḥkām, p. 393 ; Talbi et Cahen, « Ḥisba, I. Généralités », EI2, III, p. 504.

33 Ibn Ḫaldūn s’est beaucoup inspiré d’al‑Māwardī, mais il a aussi essayé de décrire la réalité de son époque.

34 Al‑ʿUqbānī, Tuḥfa, p. 161‑165.

35 Dachraoui 1975, p. 24.

36 Ibn Ḫaldūn, Muqaddima, p. 150. Al‑ʿUqbānī dit que l’imam désigne le muḥtasib (al‑ʿUqbānī, Tuḥfa, p. 165).

37 Cité par al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 77.

38 Müller 2000a, p. 74, 315 ; Müller 2000b, p. 181. Ibn Lubāba (m. 314/926) permet au ṣāḥib al‑sūq de dresser un contrat de mariage (al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 102). Ibn al‑ʿAṭṭār (m. 399/1008) lui permet d’en dresser d’autres concernant une dette, une taxe extraordinaire, une maison, une bête de somme, une propriété dans un village (Ibn al‑ʿAṭṭār, Kitāb al‑waṯā’iq, p. 638). Un autre juriste cordouan permet au muḥtasib d’examiner les vices des maisons si le mandat de sa nomination le lui permet (al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 101).

39 Müller 2000a, p. 314 ; Müller 2000b, p. 184. En Ifrīqiya, al‑Sayūrī (m. 462/1067) traite une affaire qui concerne la validité du témoignage devant le muḥtasib (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 275). H.R. Idris a préféré lire ḥākim à la place de muḥtasib (Idris 1962, II, p. 550‑551).

40 Il s’agit d’Ibrāhīm b. Ḥusayn b. ʿĀṣim, à l’époque de l’émir Muḥammad I (r. 238‑273/852‑886) (al‑Ḫušanī, Quḍāt, p. 207‑208).

41 Ibn al‑ʿAṭṭār, Waṯā’iq, p. 611.

42 Al‑Nubāhī, Marqaba, p. 6.

43 Lévi-Provençal 1932, p. 82.

44 Tyan 1978, p. 390. Cet auteur écrivait ailleurs (Tyan 1938‑43, II, p. 8) : « dès la fin du ve, l’institution cadiale commence à s’étendre considérablement ».

45 Al‑Nubāhī, Marqaba, p. 5‑6 ; al‑Māwardī, Aḥkām, p. 138‑139. Il semble qu’al‑Nubāhī cherche à dissimuler sa référence, peut-être parce qu’elle est šāfiʿite.

46 Al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 100. Ibn al‑Amīn ajoute les litiges relatifs à la généalogie (Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 65). Cf. Müller 2000b, p. 176.

47 Ibn Salmūn, al‑ʿIqd al‑munaẓẓim, II, p. 194.

48 Sur ces controverses, voir par exemple Ibn Abī Zayd, Nawādir, VIII, p. 84, 109 ; al‑Nubāhī, Marqaba, p. 6 ; Ibn Ḫaldūn, al‑Muqaddima, p. 149 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 34 ; Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 65 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 100.

49 Lévi-Provençal 1953, III, p. 126.

50 Schacht 1983, p. 163.

51 Arié 1990, p. 298.

52 Serrano 2006, p. 491‑492.

53 Djaït 1968, p. 101.

54 Johansen 1999, p. 189.

55 Müller 2000b, p. 176.

56 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 6 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 80.

57 Brunschvig 1940-1947, II, p. 113‑150.

58 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 14 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 47 ; al‑Ḫurašī, Šarḥ, VII, p. 487. Ibn al‑Qāsim (m. 191/806), disciple de Mālik, parle de wulāt al‑miyāh, plur. de wālī, littéralement, gouverneur des eaux (Saḥnūn, Mudawwana, XII, p. 140, 143).

59 Il est appelé qāḍī al‑ǧund bi‑Ifriqiya. Le titre de qāḍī al‑ǧund fut porté par le cadi de Cordoue jusqu’à l’époque de l’émir Muḥammad I (r. 238‑273/852‑886). Il devient alors qāḍī al‑ǧamāʿa, cadi de la communauté (al‑Nubāhī, Marqaba, p. 21 ; Lévi-Provençal 1953, III, p. 118).

60 Hopkins 1980, p. 203. Ce cadi ne diffère en rien des autres cadis du point de vue de sa formation ou de ses qualifications. Un cadi peut devenir qāḍī al‑ʿaskar, comme en témoigne le cas de Muḥammad b. Muḥammad al‑Maqqarī : celui-ci était qāḍī al‑ǧamāʿa de Fès à l’époque du Mérinide Abū ʿInān (r. 752‑760/1351‑1358) ; démis de ses fonctions, il devint qāḍī al‑ʿaskar (al‑Tunbuktī, Nayl al‑ibtihāǧ, p. 250‑251 ; Ibn Ḫaldūn, al‑Taʿrīf bi‑Ibn Ḫaldūn, p. 60‑61 ; Fatḥa 1999, p. 45, 139).

61 Brunschvig 1940-1947, II, p. 123.

62 Il semble que ce cadi diffère du muqaddam al‑rakb cité par al‑Burzulī (m. 841/1438) lorsqu’il accomplit le pèlerinage (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, III, p. 92).

63 Ibn Abī Dīnār, Mu’nis, p. 292. R. Brunschvig pense que ces deux postes apparurent après l’époque ḥafṣide (Brunschvig 1940‑47, II, p. 119).

64 Ibn Abī Dīnār, Mu’nis, p. 276. Voir aussi Gaudefroy-Demombynes 1939, p. 125‑126, qui parle du suppléant qui rend un ḥukm (sentence).

65 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 72 ; Idris 1962, II, p. 561. Les consultations juridiques d’Ibn Rušd (m. 520/1126) prouvent que le cadi des mariages était présent aussi bien dans les capitales que dans les autres villes (Fatḥa 1999, p. 44).

66 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 13.

67 Al‑Ḫurašī, Šarḥ, VII, p. 537 ; al‑Dardīr, al‑Šarḥ al‑kabīr, II, p. 1395, note 1.

68 Ibn ʿAbdūn, « Traité », p. 24, cité par Ḥasan 1980, p. 166.

69 Brunschvig 1940‑47, II, p. 150 ; Brunschvig 1976, p. 220. Peut-on rapprocher ce magistrat du qāḍī al‑ʿāmmī cité par al‑Māwardī, Adab al‑qāḍī, I, p. 637 ?

70 Ibn ʿAbdūn, « Traité », p. 206.

71 Ibn ʿIḏārī, al‑Bayān al‑muġrib, I, p. 190 ; Idris 1962, II, p. 561, note 24. E. Lévi-Provençal affirme que l’institution du qāḍī l‑mawārīṯ connut moins d’ampleur en Orient qu’en Occident (Lévi-Provençal 1953, III, p. 151‑152, note 2). Contrairement à ce magistrat, il semble que le ṣāḥib al‑aḥbās, curateur des biens de mainmorte, n’avait pas le droit de rendre des jugements (Müller 2000b, p. 182).

72 Lévi-Provençal 1953, III, p. 117.

73 Al‑Ǧūdī, Tārīḫ quḍāt al‑Qayrawān, p. 45‑56.

74 Talbi 1968, p. 11.

75 Sur ce point et concernant l’Égypte ṭūlūnide et iḫšīdide, voir Tillier 2011, p. 208‑221.

76 Dachraoui 1981, p. 404‑405.

77 Voir Tyan 1938‑1943, I, p. 148‑149, où l’auteur traite de l’évolution de la notion de niyāba (lieutenance), particulièrement lorsqu’un corps général de droit s’est constitué (à partir du iie/viiie siècle), ce qui a atténué cette dépendance. Voir aussi Lagardère 1986, p. 137 ; Ferhat 1994, p. 58 ; Fierro 1994, p. 109.

78 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 56.

79 Ibn Rušd, Masā’il Ibn Rušd al‑Ǧadd, II, p. 1215 ; Lévi-Provençal 1953, III, p. 50.

80 Les juristes mālikites sont partagés quant à la désignation de ces cadis sans la consultation et l’accord du souverain. Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, contrairement à Ibn Fatḥūn et à al‑Matīṭī, considère que cet accord est nécessaire (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 26‑27).

81 Talbi 1968, p. 364.

82 C’est le souverain qui nommait les cadis de provinces en al‑Andalus (Lévi-Provençal 1953, III, p. 117), en Ifrīqiya à l’époque ḥafṣide (Brunschvig 1947, II, p. 119‑120) et au Maroc à l’époque mérinide (Powers 2002, p. 18). D’après Ibn Abī Zayd al‑Qayrawānī (m. 386/996), il est permis aux autorités des petites localités – à savoir le caïd ou le cheikh du village – de rendre la justice, à condition qu’il n’y ait pas de cadi (al‑Qāḍī ʿIyāḍ et son fils Muḥammad, Maḏāhib al‑ḥukkām, p. 36).

83 R. Brunschvig cite un exemple pertinent de rivalité entre le qāḍī al‑ǧamāʿa de la Tunis ḥafṣide et celui des mariages (Brunschvig 1940‑47, II, p. 119).

84 Al‑Māwardī, al‑Aḥkām, p. 141.

85 Al‑Nubāhī, Marqaba, p. 6.

86 Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 12.

87 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, V, p. 209.

88 Faḥṣ désigne toute terre plate (Ibn Manẓūr, Lisān, V, p. 97). Il signifie aussi le territoire de la ville, que l’on peut rapprocher de la pertica romaine (Ḥasan 1999, I, p. 84). Il est donc possible de traduire ḥākim al‑faḥṣ par « cadi du district rural ».

89 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 48 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 101.

90 Fatwa de Saḥnūn (m. 240/854) (Muḥammad b. Saḥnūn, al‑Aǧwiba, p. 131). Rappelons que le témoignage du villageois contre le citadin, d’après les mālikites, est caduc (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 56‑57 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, VI, p. 213).

91 Fatwa d’Abū l‑Ḥasan al‑Ṣuġayir (m. 719/1319) (al‑Wanšarīsī, Miʿyār, VI, p. 114).

92 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 44. Ce dénigrement concerne également les juristes de la campagne. Ce sont des ignorants d’après al‑Burzulī (Ǧāmiʿ, I, p. 128‑129). Voir aussi al‑Dardīr, Šarḥ, II, p. 1395.

93 Ibn Rušd (m. 520/1126) dit qu’il est louable que le cadi soit nommé parmi les natifs de sa ville (baldī). Ibn ʿAbd al‑Salām (m. 749/1348), le cadi de Tunis, précise que cette recommandation est louable quand il s’agit du grand cadi, mais blâmable quand il s’agit du cadi de la kūra, province, en raison du risque de népotisme (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 56‑57). C’est pour cela qu’il a nommé al‑Qallāl comme cadi à al‑Ḥamma et non pas à Sfax, contrairement à la demande du cadi de Kairouan, Abū‑l‑Qāsim Aḥmad al‑ʿArabī. Ibn ʿAbd al‑Salām justifie son geste comme suit : « On m’a informé qu’al‑Qallāl a un oncle maternel à Sfax ». Cet exemple montre bien que la désignation de ce cadi ne fut pas toujours commandée par le souverain.

94 Voir par exemple al‑Māwardī, al‑Aḥkām, p. 392 ; Hopkins 1980, p. 233 ; Lévi-Provençal, « Shurṭa », EI1, Supplément (1938), p. 221.

95 Ce genre de punition est devenu une pratique courante à Tunis à l’époque d’al‑Burzulī (m. 841/1438) (al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 48).

96 D’après Ibn Abī Zayd (m. 386/996), alors qu’Ibn Muḥriz (m. 655/1257) et Abū Saʿīd b. Lubb (m. 782/1381) exigent un dédommagement. Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, VI, p. 131 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, VIII, p. 443‑444.

97 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 48, 49 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 101. Voir aussi Ibn ʿAẓẓūm, Aǧwiba, V, p. 332.

98 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 27. D’après les mālikites et les šāfiʿites, ce genre d’exemption est valable juridiquement, puisque le souverain a le droit de nommer un cadi tout en limitant ses compétences. Le souverain peut même le désigner temporairement, afin qu’il se prononce sur un procès spécifique. Abū Ḥanīfa n’est pas de cet avis. Il considère que la magistrature ne peut être valide qu’à condition de disposer d’une compétence générale (al‑Māwardī, al‑Aḥkām, p. 141, 143 ; al‑Ḫurašī, Ḥāšiya à la marge du Šarḥ cité ci-dessus, VII, p. 487).

99 Il pense que cette nomination dévalorisa la judicature (Abū Zuhra 1962, p. 634).

100 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 26 ; Talbi 1968, p. 112‑114. On peut citer un exemple semblable à propos du cadi andalou ʿAbd al‑Raḥmān b. Ṭarīf al‑Yaḥṣubī, à l’époque de ʿAbd al‑Raḥmān b. Muʿāwiya (r. 138‑172/756‑788) (al‑Ḫušanī, Quḍāt, p. 65). Voir aussi Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 41.

101 Mālik b. Anas n’est pas de cet avis (Ibn Abī Zayd, Nawādir, VIII, p. 18).

102 Contrairement à l’avis de Mālik et de ʿAbd al‑Raḥmān b. al‑Qāsim (m. 191/806) (al‑Bāǧī, Fuṣūl al‑aḥkām, p. 132).

103 Contrairement à l’avis d’Ibn al‑Qāsim et de Ašhab b. ʿAbd al‑ʿAzīz (m. 204/819) (al‑Bāǧī, al‑Muntaqā, V, p. 186 ; Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 134).

104 Ibn Rušd, al‑Bayān wa‑l‑taḥṣīl, IX, p. 180 ; Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 69 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 93.

105 Ibn Abī Zayd, Nawādir, XIV, p. 467.

106 Ibn Abī Zayd, Nawādir, X, p. 298 ; Talbi 1968, p. 106‑107 ; al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 62 ; al‑Wanšarīsī, Miʿyār, II, p. 403 ; al‑Ǧūdī, Quḍāt, p. 69‑70, note 4. C’est ce qui a permis à Hopkins de dire que les juristes mālikites affirmaient que le cadi pouvait agir suivant la siyāsa, règles d’une jurisprudence adaptée aux contingences politiques du moment, ou suivant les méthodes du préfet de police (Hopkins 1980, p. 239‑240). Voir aussi Tyan 1943‑1947, II, p. 5 ; Lévi-Provençal 1953, III, p. 126 ; Djaït 1988, p. 3102. Cette donnée nous permet à notre tour de nuancer la vision couramment admise d’un grand formalisme de la procédure du cadi « religieux », qui reposerait essentiellement sur le jeu des témoignages et des serments. Voir par exemple Idris 1962, II, p. 548, qui qualifie la justice du cadi « d’esclave de la procédure canonique ». À côté du témoignage oral, B. Johansen a mis en lumière l’importance de la preuve matérielle dans la procédure judiciaire musulmane (Johansen1990, p. 11 et note 31 ; Johansen 1999, p. 185).

107 Talbi 1968, p. 114.

108 Al‑Mālikī, Riyāḍ al‑nufūs, I, p. 476 ; Talbi 1968, p. 223 ; Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 13. Le cadi d’Elvira, en al‑Andalus, Muḥammad b. ʿAbdallāh b. Yaḥyā (m. 339/950), fut investi des mêmes attributions (al‑Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al‑madārik, IV, p. 407). L’exemple du qāḍī al‑ǧamāʿa Abū l‑ʿAbbās Aḥmad b. Ḏakwān (m. 413/1022) est plus célèbre. Il fut le premier en al‑Andalus à cumuler la grande magistrature et la charge de vizir (al‑Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb, IV, p. 664). À la période des Taifas, certains cadis devinrent des rois (Fierro 1994, p. 71‑116).

109 Al‑Burzulī, Ǧāmiʿ, IV, p. 13.

110 El-Hour 2000, p. 76‑77.

111 Ibn ʿAbdūn, « Traité », p. 204‑205.

112 Serrano 2000, p. 189, 231. Fatḥa 1999, p. 46, est d’un autre avis. Pour expliquer l’absence de la fonction de ṣāḥib al‑radd dans les sources marocaines, il suppose qu’elle a été attribuée au ṣāḥib al‑maẓālim. Ce serait pour cette raison qu’un nom composé apparaît dans les sources tardives, celui de mutawallī li‑radd al‑maẓālim.

113 Lagardère 1986, p. 135‑136.

114 Ferhat 1993, p. 131‑132.

115 El-Hour 2000, p. 77, 83 ; Fierro 1994, p. 106.

116 Voir Hentati 2007, p. 180‑203.

117 Brunschvig 1943‑1947, II, p. 251.

118 Tillier 2009, p. 61.

119 Lévi-Provençal 1953, III, p. 123.

120 Dachraoui 1981, p. 415.

121 Cité par Ibn Farḥūn, Tabṣira, I, p. 12.

122 Sa formation scientifique pouvait jouer un rôle : un cadi mal formé et accédant à son poste par des moyens douteux aggravait sa dépendance. Ainsi, Al‑Wanšarīsī (m. 914/1508) qualifie un certain nombre de cadis de son époque d’« ignorants » (al‑Wanšarīsī, Miʿyār, II, p. 492).

123 B. Johansen a dénombré sept juridictions (voir supra).

124 Al‑Kindī, Kitāb al‑wulāt wa kitāb al‑quḍāt, p. 311, 326‑327 ; Tyan 1938‑1943, II, p. 11 ; Marín 1997, p. 530 ; Johansen 1999, p. 179. C’est pour cela qu’Ibn Ḫaldūn classe la šurṭa parmi les fonctions religieuses (Ibn Ḫaldūn, Muqaddima, p. 148).

125 Lévi-Provençal 1953, III, p. 157.

126 Al‑Wanšarīsī, Miʿyār, X, p. 59. Le Qāḍī ʿIyāḍ (m. 544/1149) cite l’exemple d’Abū l‑ʿAbbās Aḥmad b. ʿAbd Allāh b. Ḏakwān (m. 413/1022), qui fut promu de la magistrature d’al‑radd à celle de la grande judicature de Cordoue (al‑Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb, IV, p. 662 ; voir un autre exemple cité par Ibn Baškuwāl, Ṣila, I, p. 91).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nejmeddine Hentati, « Le pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval et la place du cadi dans l’organisation judiciaire », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 57-78.

Référence électronique

Nejmeddine Hentati, « Le pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval et la place du cadi dans l’organisation judiciaire », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/beo/3226 ; DOI : 10.4000/beo.3226

Haut de page

Auteur

Nejmeddine Hentati

Université de la Zitouna, Tunis

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page