Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Exprimer les odeurs

Odeurs, souffle et sacré en hébreu classique, décryptage d’un réseau sémantique

Jonas Sibony
p. 99-111

Résumés

Cet article présente une corrélation phono-sémantique attestée entre plusieurs formes lexicales de l’hébreu classique. Adopter la démarche de la théorie des matrices et des étymons permet d’envisager un réseau conceptuel rapprochant les concepts de « souffle », « sacré » et « odeur », réseau articulé par une série de similitudes d’ordre acoustique ou articulatoire. En effet, en hébreu comme dans les langues sémitiques en général, les formes lexicales renvoyant à ces notions sont souvent identiques ou très proches. Elles sont constituées d’une même base consonantique comme l’illustrent les étymons {ḥ,r} et {š,p} dont voici quelques exemples de réalisations : rûa (ar. rūḥ) : « souffle, haleine, âme, vent, respiration, air, vie, esprit » ; rēa (ar. rā’ia) : « odeur » ; reqa : « parfum » ; nepeš (ar. nafs) : « souffle, haleine, odeur, parfum, vie » ; šap : « souffler » ; šâ’ap : « aspirer, humer, soupirer ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les définitions sont issues de Sander et Trenel 1859.

1L’entrée « odeur » d’un dictionnaire d’hébreu classique propose logiquement les traductions nepeš et rēa. À l’inverse, dans le sens hébreu-français, à l’entrée nepeš, se dévoile une réalité apparemment plus complexe : נֶפֶש, nepeš, « souffle, haleine, odeur, parfum, principe de vie, vie, âme, sentiment, désir, pensée. 1 » Ce mot semble offrir à lui seul un réseau sémantique, une myriade de sens intimement liés les uns aux autres. Mais est‑ce vraiment le cas ou est‑ce plutôt le passage d’une langue à l’autre, d’une réalité à l’autre, qui donne cette impression ? Il faut avant tout rappeler que ce que dit nepeš dans son contexte, ce n’est pas « souffle, haleine, odeur, parfum, principe de vie, vie, âme, sentiment, désir, pensée » mais simplement [nεpεʃ]. Dans le cadre d’un échange entre deux locuteurs hébréophones, il n’y a bien qu’une seule image acoustique, un seul signifiant et un seul signifié. C’est cette même production sonore qui évoque seule toutes ces variantes sémantiques, ces nuances, qui viennent dessiner la notion de nepeš. En fait, le simple fait de définir ce terme par « souffle, haleine, odeur, parfum, principe de vie, vie, âme, sentiment, désir, pensée » résulte déjà d’une opération effectuée de l’extérieur pour mieux comprendre le sens fondamental de ce mot. C’est l’initiative d’un locuteur appartenant à une autre communauté linguistique qui tente, avec ses outils propres, de cerner cette notion, en passant par la traduction. En hébreu, ce que le français désigne par « souffle, haleine, odeur, parfum, vie, âme, sentiment, désir, pensée » est réductible à un seul signifié, évoqué par un seul signifiant : nepeš.

2Si ce mot est défini ainsi, c’est parce qu’il apparaît dans différents contextes dans le texte biblique. Ce sont ces aspects qui correspondent à différentes valeurs pour les francophones. Cependant, cet accès aux nuances sémantiques que contient le terme hébreu permet de dessiner un réseau notionnel, d’approcher un concept éloigné dans l’espace comme dans le temps et de mieux comprendre l’univers des locuteurs des langues sémitiques occidentales et leurs représentations. Ces informations brutes mènent à une réalité extérieure, sans pâtir de l’influence de repères culturels et linguistiques qui lui sont étrangers.

  • 2 Le second est un proche parent du premier, les deux sont issus d’une même racine lexicale.
  • 3 À titre de comparaison, les équivalents arabes rūḥ, rīḥ et nafs présentent les mêmes nuances.

3Un constat similaire se révèle aux entrées du dictionnaire rēa et a 2. Si le premier ne donne que « odeur », le second propose : « souffle, haleine, respiration, colère, air, vent, principe de vie, âme, vie, passion, esprit ». Le parallèle sémantique entre les racines √npš et √rwḥ est saisissant. Ce deuxième exemple vient appuyer le lien conceptuel présent en hébreu qui articule les notions de « souffle », « odeur », « vie », « esprit » et « âme ». Ces associations ne sont pas sans rappeler le spiritus latin qui connaît lui aussi une passerelle entre « souffle de l’air, air » et « respiration, inspiration, sentiment, esprit, âme ». Cependant, les résultats de ce rapide sondage supposent qu’en hébreu (en fait en sémitique en général 3), ces notions de « souffle », de « vent » et d’ « esprit » sont également connectées aux « odeurs ».

Les odeurs dans la bible hébraïque

4Afin de recontextualiser, voici quelques passages du texte biblique évoquant les « odeurs » au sens large dans l’objectif d’accéder à ce lexique et à ce qu’il suggère, directement en hébreu.

  • 4 L’hébreu oa, « agréable », ne se dit que des odeurs.

Genèse 8.21 :
וַיָּרַח יְהוָה ,אֶת-רֵיחַ הַנִּיחֹחַ, wayyāra Yhwh, ’et‑rēa han-nîoa, « Yhwh aspira la délectable odeur ».
– yāra : aspirer, humer (cf. arabe istarāḥa : flairer, sentir).
– rēaoa : odeur agréable 4 (cf. arabe rāʾia).

Cantique des cantiques 4.11 :
וְרֵיחַ שַׂלְמֹתַיִךְ כְּרֵיחַ לְבָנוֹן, wə‑rēa śalmot‑ayik kə‑rēa ləbānôn, « Le parfum de tes vêtements est comme l’odeur du Liban ».
– rēa : parfum, odeur (cf. arabe rīḥa/rāʾia).

Job 19.17 :
רוּחִי, זָרָה לְאִשְׁתִּי, ‑î zārâ lə‑’išt‑î, « Mon haleine est odieuse à ma femme ».
– a : haleine.

  • 5 L’hébreu √b’š connaît, comme en français, le passage du concret « sentir mauvais » à l’abstrait « a (...)

Exode 5.21 :
הִבְאַשְׁתֶּם אֶת-רֵיחֵנוּ, בְּעֵינֵי פַרְעֹה, hib’aš‑tem ’et‑rēḥē‑nû bə‑‘ēnē par‘ô, « Vous nous avez mis de mauvaise odeur 5 aux yeux de Pharaon ».
– hib’îš rēa : faire sentir mauvais (cf. arabe ba’isa : être malheureux, pauvre).

Joël 2.20 :
וְעָלָה בָאְשׁוֹ, וְתַעַל צַחֲנָתו, wə‑‘ālâ bā’š‑ô, wəta‘al aanāt‑ô, « Il exhalera son infection, son odeur fétide ».
– bǝ’š : mauvaise odeur, infection.

Isaïe 19.6 :
וְהֶאֶזְנִיחוּ נְהָרוֹת, wə‑he’eznîḥû nǝhārôt, « Les fleuves (les bras du Nil) répandent une odeur infecte ».
– hiznîa : répandre une mauvaise odeur (cf. arabe zaniḫa : être rance).

Job 41.13 :
נַפְשׁוֹ, גֶּחָלִים תְּלַהֵט, napš‑ô, geḥālîm tǝ‑lāhēṭ, « Son haleine allume les charbons ».
– nepeš : haleine, souffle (cf. arabe nafas : même sens).

5Ce rapide état des lieux fait apparaître d’autres mots qui semblent proches à la fois aux niveaux sémantique et phonétique des deux premiers. En effet, si les racines √nḥḥ et √znḥ, √npš et √b’š ou encore √ryḥ et √rwḥ appartiennent à un même champ notionnel, elles sont aussi chacune composées d’éléments phoniques semblables. La piste étymologique peut ainsi aider à éclaircir l’origine de cette corrélation phono‑sémantique.

L’étymologie comme méthode d’investigation sémantique

6L’enquête étymologique est indispensable pour comprendre le(s) sens d’un mot. Elle permet d’en retracer le parcours en dévoilant des sémantismes propres à des strates antérieures de la langue mais aussi d’associer certains termes en leur trouvant des ancêtres communs. Ces opérations offrent une vision plus globale de l’environnement conceptuel et une meilleure représentation de l’évolution des formes et des sens.

7À titre de comparaison, un dictionnaire étymologique du français rapprochera odeur de subodorer, par la trajectoire sémantique suivante : « sentir une odeur » > « se douter de ». Cette dérivation originale, cette abstraction, illustre le fait que d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, le parcours du sens est parfaitement libre et imprévisible. Les langues trouvent des passerelles qui leur sont propres pour aborder de nouvelles idées, par association. Si, par ce biais, le français rapproche « odeur » et « doute », l’hébreu lui, établit un lien entre « odeur », « souffle » et « sacré ». L’écart conceptuel qui ressort de cette comparaison relève des différences culturelles et renvoie aux imaginaires et aux représentations collectives propres à chaque culture.

Quelle étymologie ?

8Les langues sémitiques sont dites « consonantiques », parce que ce sont des consonnes qui constituent le squelette des mots. C’est une des raisons pour lesquelles les notations alphabétiques d’une partie d’entre elles font fi des voyelles. C’est aussi à partir de ce constat que les grammairiens arabes ont opté pour une description de leur langue qui suppose que tous les mots sont constitués d’un squelette de trois consonnes fixes.

  • 6 Pour une définition complète de la TME, voir Bohas et Dat 2007.

9Cependant, d’autres analyses existent, comme celle de Georges Bohas et de son équipe (ICAR – ENS de Lyon) qui a vu le jour dans les années 90. Pour les partisans de cette théorie, les mots arabes (et sémitiques en général) sont avant tout composés d’une base de deux consonnes, voire de deux traits phoniques. Ils considèrent que la racine triconsonantique n’est pas un primitif, mais plutôt le dernier stade de la formation de ces mots. La théorie des matrices et des étymons (désormais TME) peut se résumer en quatre points 6 :

  • Les mots en sémitique sont parfois d’origine onomatopéique.
  • Ces onomatopées génèrent du lexique. Elles sont composées d’une paire de traits phoniques, dont les différentes variantes renvoient toujours à un sens primordial commun. Cette paire de traits est nommée « matrice » (µ).
  • Ces traits phoniques se précisent et donnent lieu à plusieurs paires de phonèmes possibles, non ordonnés linéairement. Ce sont les « étymons » (∈).
  • Finalement une troisième consonne complète la formation de la fameuse racine trilitère, dont l’appellation « radical » (R) semble plus adaptée.
  • 7 Gesenius 1859, p. 67‑68.

10Ce schéma décrit une « tendance phonique » qui évoquerait un concept de par sa nature. En fait, une motivation du signe linguistique à un stade primitif de la formation des mots, qui connaitraient par la suite un long processus de démotivation. Dans les langues sémitiques sont attestées des séries de mots qui, bien que différents, possèdent des caractéristiques à la fois phoniques et sémantiques proches. C’est par exemple le cas des verbes hébreux kāsas, gāzaz, et qāṣa (comme le note déjà Wilhelm Gesenius en 1859 7), tous renvoyant au même sens primordial de « couper ».

11L’intérêt de l’enquête étymologique en général, et de la TME en particulier, est de réfléchir la langue par elle‑même, en saisissant ce que les mots supposent par leurs propres composants, ce qui a l’avantage d’échapper aux interférences culturelles et linguistiques extérieures. Cette méthode d’investigation donne accès à des suppléments de sens que les unités lexicales ne véhiculent plus de manière audible ou visible dans leur emploi quotidien.

Le réseau sémantique, la matrice du « souffle » 8

  • 8 Dans cet article ne seront développés que les aspects relevant directement des « odeurs », du « sou (...)
  • 9 Bohas et Dat 2007, p. 179182.
  • 10 Sibony 2013, p. 173189.

12Ce réseau sémantique a déjà fait l’objet de plusieurs études pour l’hébreu, effectuées par Georges Bohas et Mihai Dat 9 puis par Jonas Sibony 10. Dans cette dernière, il a été présenté ainsi :

  • 11 Sont marqués en gras les passages qui concernent cette étude.
  • 12 Cette organisation ne signifie pas que soit envisagée une quelconque hiérarchie d’ordre chronologiq (...)
A. Le souffle, le mouvement de l’air 11
A.1 1 Instruments qui impliquent le souffle ou l’air
B. Conséquences et motifs du souffle
B.1  Souffler > sécher
B.2  Souffler > être soulagé, se reposer
C. L’espace
C.1  Espace, distance
C.2  Se déplacer dans l’espace
C.3  Être libre
C.4  Cadre de la manifestation
D. Air > odeur
E. Les images du souffle
E.1  Souffler, désirer, aimer, vouloir
E.2  Le souffle, la vie
E.3  Le souffle de vie, l’âme, l’esprit
E.4  Le vocabulaire du sacré 12

13La matrice dite du « souffle » ou du « mouvement de l’air » suppose une formation phonique des mots sur deux combinaisons préférentielles :

  • L’articulation d’une consonne répondant au trait phonique [+labial], soit /m/, /b/ ou /p/ et d’une autre [+continu/-voisé], soit /s/, /ś/, /š/, /ṣ/, /ḥ/ et /h/, comme c’est le cas pour les mots nepeš et nəšāmâ 13.
  • L’articulation d’une consonne répondant au trait [+coronal], soit /t/, /d/, /s/, /z/, /š/, /ś/, /ṭ/, /ṣ/, /l/, /n/ et /r/ et d’une autre [+continu/-voisé], soit /s/, /ś/, /š/, /ṣ/, /ḥ/ et /h/, comme pour les mots rûa et rāap.
  • 14 Bohas et Dat 2007, p. 117.

14L’aspect mimophonique de la structure du mot sémitique n’étant pas le sujet du présent article, il ne sera pas plus développé. Toutefois, pour l’illustrer par un exemple éloquent, voici ce que dit G. Bohas à ce sujet : « si faḥ, faḫ et fas [en arabe] expriment diverses expirations, c’est parce qu’en les prononçant, on souffle. 14 » Cette remarque peut également s’appliquer aux onomatopées françaises de même nature : pshiiit ou pfff. De manière générale, les deux cadres phoniques mentionnés semblent évoquer le souffle par l’aspect « soufflé » des sons [+continu/-voisé], parfois renforcés par l’explosion de l’air qu’implique le trait [+labial].

15Cet aspect ayant été évoqué, voici à présent le développement du réseau.

Le souffle, le mouvement de l’air

16Le souffle est un élément central de ce réseau. Sur une base phonique de type {[+labial], [+continu/-voisé]} ou {[+coronal], [+continu/-voisé]}, se retrouvent côte à côte les termes évoquant le souffle, le vent et les actions de respirer, chuchoter, voler, planer, etc. Les réalisations étymonales les plus récurrentes sont {p,ḥ}, {p,š} et {r,ḥ}. Cidessous un premier paradigme dans lequel les mots sont classés par étymons :

  • 15 Exemplaire unique, au pluriel dans le texte, Job 41.10.
€{p,ḥ} (<{p,ḫ*}) pûa souffler (se dit du vent)
pa souffler, respirer, hitp. soupirer
pa souffler
mappā (<manpā*) expiration
€{b,h} hābal souffler
hebel souffle, vapeur, brouillard
€{p,s} sûpâ tempête, tourbillon
€{p,ṣ} āpap pilp. chuchoter, gazouiller
€{p,š} paš niph. reprendre haleine, respirer
nepeš souffle, haleine
šap souffler
šāʔap aspirer, humer, soupirer après une chose
€{m,š} šam souffler, respirer, haleter
nəšāmâ souffle, respiration
€{b,š} šab souffler, hitp. faire voler, chasser les oiseaux
€{r,ḥ} rûa souffle, vent, air, respiration
rāap pi. planer, voltiger doucement
ra voler, étendre les ailes
€{n,ḥ} ʔāna hitp. soupirer
€{š,ḥ} (<{š,ḫ*}) aš hiph. chuchoter, parler tout bas l’un à l’autre
€{ṭ,š} aîšôt 15 éternuements

Les odeurs

17En observant attentivement ce que supposent les réalisations des étymons présentés, il apparaît qu’en hébreu les odeurs sont systématiquement renvoyées à leur qualité d’éléments volatiles et impalpables. Elles ont en effet les mêmes attributs que la respiration, le souffle, le vent et le mouvement de l’air. Ce qui fait sens puisque les actions de renifler, sentir ou humer sont des aspirations nasales. Ces « différents » concepts sont d’ailleurs souvent inclus dans la polysémie d’un même terme ou dans distinctes manifestations d’un même étymon. À titre d’exemple, le passage Genèse 27,27 : וַיָּרַח אֶת-רֵיחַ בְּגָדָיו, way‑yāra ’et‑rēa bəgādā(y)w, « il aspira/sentit l’odeur de ses vêtements », mentionne « aspiration » et « odeur » à l’aide d’un seul et même étymon : {r,ḥ}.

18Les faits sont analogues en langue arabe et dans le Coran avec les formes rīḥ et rūḥ. Le premier se trouve par exemple dans la sourate Yūsuf (Joseph), en 12.94 : ريح يوسف, rī Yūsuf, et signifie « odeur » donc « l’odeur de Joseph ». Le second rū prend couramment le sens de « souffle divin », « esprit », comme dans al‑Baqara (La vache) 2.87 : بروح القدس, bi‑rū al‑qudus, « par le saint esprit ».

19Voici un inventaire non-exhaustif des étymons et radicaux renvoyant aux « odeurs » et toujours articulés sur une même base phonique :

  • 16 N’apparaît qu’en hébreu post‑biblique.
  • 17 N’apparaît qu’en hébreu médiéval, cependant le texte biblique connaît déjà la forme oa.
  • 18 Forme attestée au duel seulement.
€{p,š} nepeš haleine, odeur, parfum
šāʔap humer
€{b,š} bāʔaš sentir mauvais
€{m,s} sam aromate, parfum odoriférant
€{m,ś} bośem/beśem baume, arôme, parfum
€{m,ḥ} (<{m,ḫ*}) oṭem 16 nez, museau
€{n,ḥ} (<{n,ḫ*}) nāā 17 diffuser une odeur
nîoa agréable (ne se dit que des odeurs)
nəîrayîm 18 narines
na hiph. devenir fétide, sentir mauvais
€{n,ḥ} ānaṭ faire sentir bon, remplir d’arôme, embaumer
€{r,ḥ} rēa odeur
rûa haleine
rûa hiph. sentir, flairer
rāqa composer, préparer un onguent, un parfum
reqa parfum
ra puer, se corrompre

La vie

  • 19 L’expression française « insuffler la vie » témoigne elle aussi de cette représentation de façon in (...)

20Le concept de « vie » est lui aussi intimement lié au « souffle » en hébreu comme dans les autres langues sémitiques. Dans la Bible hébraïque, ils ne font qu’un, la vie est le souffle, comme l’affirme le verset Job 7.7 : זְכֹר, כִּי-רוּחַ חַיָּי, zəkor kî‑rûa ayyāy, « souviens‑toi que ma vie est un souffle ». Le texte est parfois encore plus explicite à ce sujet ; il laisse entendre que l’origine de la vie est le souffle divin, qu’elle est insufflée par Dieu 19. Les passages qui suivent illustrent cette vision, en Job 33.4 : רוּחַ-אֵל עָשָׂתְנִי ; וְנִשְׁמַת שַׁדַּי תְּחַיֵּנִי, rûa‑’ēl ‘āśāt‑nî, wǝnišmat šadday təayyē‑nî, « L’esprit/souffle de Dieu m’a créé, l’âme/souffle de Dieu soutient ma vie ». Genèse 2.7 décrit précisément le processus tel qu’il est envisagé dans le texte biblique : וַיִּפַּח בְּאַפָּיו ,נִשְׁמַת חַיִּים ; וַיְהִי הָאָדָם ,לְנֶפֶשׁ חַיָּה, wayyippa bə‑’appā(y)w, nišmat ayyîm ; wa‑yə hā’‑’ādām lə‑nepeš ayyâ, « Et il insuffla dans ses narines un souffle de vie/âme, et l’homme devint un être vivant ». Le parallèle est frappant avec le passage coranique de la conception de Jésus dans la sourate alAnbiyā’ (Les prophètes), en 21.91 : فنفخنا فيها من روحنا, fa‑nafana fī‑hā min rūi‑nā, « nous insufflâmes en elle un souffle de vie ». Non seulement la description est similaire, mais les mots utilisés sont précisément les mêmes :

  • hébreu yāpa/nāpa (<nāpa*) ←→ arabe nafaa (<napaa*) : « insuffler »
  • hébreu a ←→ arabe rūḥ : « vie, âme, souffle de vie »

21Enfin, « mourir » peut se traduire en hébreu comme en français par rendre l’âme ou rendre son dernier souffle, comme l’atteste Jérémie 15.9 : נָפְחָה נַפְשָׁהּ, nāpǝâ naāh, mot à mot : « elle souffle son âme/haleine/souffle ».

22Ci‑dessous la liste des termes évoquant la vie :

€{p,š} nepeš vie, principe de vie
€{m,š} nəšāmâ souffle de vie, être animé
€{w,h} hāwâ vivre
€{y,h} hāyâ être, exister
€{y,ḥ} āyâ exister, vivre, être en vie
āyay vivre
ayyût vie
€{r,ḥ} rûa vie, principe de la vie

L’âme, l’esprit

23C’est toujours des mêmes bases phoniques que sont composés les mots relatifs aux sens d’âme et d’esprit. Comme il l’a été avancé en introduction, les termes a et nepeš, contiennent à eux seuls presque l’intégralité des nuances sémantiques du réseau.

24La complexe notion de a renvoie simultanément au vent, à l’air, aux odeurs et à l’esprit de Dieu. Le a se capte par l’odorat. L’imaginaire des langues ouest-sémitiques indique que, quand le a pénètre un corps pour la première fois, il lui donne la vie, il l’insuffle, il l’anime.

25Une analogie similaire se produit en français, par l’intermédiaire du latin anima « vent, air, souffle, âme », dont la forme verbale animare signifie « donner une âme, donner la vie, animer ». Quant au lien entre « vent », « souffle » et « âme », l’autre notion latine de spiritus offre un parallèle sémantique : « souffle de l’air, air, respiration, inspiration, sentiment, esprit, âme ».

26Enfin, l’hébreu nəšā qui a le sens d’ « âme, esprit » est construit sur le même radical que l’arabe nasīm qui signifie « brise, vent, Zéphyr ». Ce parallèle atteste une fois de plus de la polysémie âme, esprit/vent.

27La suite de la dérivation sémantique illustrée par les formes traitées mène aux sens de « pensée, sagesse, rêve, méditation, … ».

€{p,š} nepeš pensée
€{p,ś} ḥāpaś méditer
ḥēpeś méditation
€{b,š} ḥāšab penser, méditer, croire, inventer
ḥešbôn imagination, sagesse, intelligence, calcul
€{m,š} nəšāmâ esprit, âme
€{m,s} sam prophétiser, dire le futur, consulter un oracle, un esprit
qesem prophétie, divination
€{m,ḥ} ākam être sage, devenir sage
åkmâ sagesse, prudence, art
ālam rêver
am songe, rêve
€{r,ḥ} rûa esprit, âme
āraš méditer, travailler avec la pensée
ereš magie
€{ś,ḥ} śîa méditer, prier
śîâ méditation

Le sacré

28Dans les langues sémitiques, le souffle est constamment en lien avec le divin. Le texte biblique est très riche en allusions à cette représentation ; la forme a s’associe à ce titre à une longue série de dénominations de Dieu telles que aēl, aelohîm, a Yhwh, a qådšǝ‑kā. Elles signifient respectivement « Dieu », « esprit de Dieu », « souffle de Dieu » ou encore « esprit saint ». En bref, comme pour les autres parties du réseau sémantique, une majorité des termes bibliques du vocabulaire du sacré est constituée des mêmes traits phoniques.

29La comparaison avec les termes arabes issus de cette matrice lexicale est éloquente. Leur redondance est importante dans le texte coranique ou dans le vocabulaire du sacré et du religieux de façon plus générale :

  • بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ, bismiLlāh al‑ramān alraīm, introduction des sourates du Coran communément traduite par : « Au nom de Dieu, le tout miséricordieux, le très miséricordieux ».
  • Les notions de حرام, arām, « interdit, sacré, tabou » et حلال, alāl « licite, permis, ouvert ».
  • Comme en hébreu, l’ « esprit saint », le « souffle de Dieu » : الروح القدس, alrū alqudus. Cette expression est également utilisée par les chrétiens dans la formule bien connue de référence à la trinité, issue du grec εἰς τὸ ὄνομα τοῦ Πατρὸς καὶ τοῦ Υἱοῦ καὶ τοῦ Ἁγίου Πνεύματος et qui se présente en arabe par l’énoncé : باسم الأب الابن والروح القدس, bi‑sm al‑ab al‑ibn wa‑l‑rū al‑qudus, « au nom du Père, du Fils et du Saint‑Esprit ».

30Enfin, ci-dessous l’inventaire des termes du vocabulaire du sacré en hébreu :

  • 20 Nom propre de Dieu dans le judaïsme, sa composition vocalique n’est pas connue avec certitude. Néan (...)
  • 21 Toutefois, la TME propose aussi une autre analyse de la racine √qdš, lui attribuant plutôt une comp (...)
€{m,s} qesem prophétie, divination
€{w,h} yhw(h) 20 l’Être, Dieu
€{r,ḥ} rûa âme, esprit, souffle (se dit de Dieu)
raam matrice, sein (l’origine, Dieu)
reem matrice, sein
raûm miséricordieux (ne se dit que de Dieu)
raamān le miséricordieux (Dieu, la matrice)
āram hiph. se défendre d’une chose en la sacrifiant, consacrer
erem chose consacrée
ārap pi. blasphémer
€{l,ḥ} ol chose profane
ālâ pi. prier, exciter la compassion de Dieu
ālal pi. profaner
illûl profanation, blasphème
€{š,ḥ} šāâ se prosterner, hitp. prier, adorer
ša sacrer, oindre
šîa messie, celui que Dieu a oint, a fait sacrer
€{ś,ḥ} śîa prier, méditer
€{d,š} daš 21 être saint, pur, sortir de ce qui est profane, pi. sanctifier, consacrer, purifier
qodeš sainteté, chose sacrée, sanctuaire
šadday Dieu
€{l,h} elôah Dieu, divinité

Conclusion

31L’objectif de cet article a été de replacer dans son contexte la notion d’ « odeur » chez les hébréophones. Il a donc été tenté de retracer les contours sémantiques de ce concept qui a forgé l’imaginaire des locuteurs de langues sémitiques. Il semble à présent légitime d’avancer que, dans ce système linguistique et culturel, les « odeurs », le « souffle » et le « sacré » ne sont pas simplement des concepts en lien, mais plutôt qu’il s’agit de différents aspects d’une même idée. Cette polysémie est apparente dans certains mots, parfois au travers d’étymons, ou plus largement sur un même modèle de construction phonique. La théorie des matrices et des étymons permet de recontextualiser les vocables dans un ensemble bien précis de façon scientifique et systématique. Le rapprochement ainsi effectué entre plusieurs formes esquisse le parcours du sens au travers des mots et décrypte les associations conceptuelles de ces cultures anciennes.

32Toutefois, même s’il est possible de saisir le cheminement sémantique d’une notion, le parcours retracé ne peut pas être anticipé. Bien qu’il soit possible d’appréhender une logique d’association d’idées, l’évolution du sens est libre et imprévisible comme en attestent d’autres systèmes linguistiques qui peuvent connaître des dérivations sémantiques différentes. En fait, même en hébreu, il existe des mots pour désigner les odeurs construits sur une autre base phonique. C’est par exemple le cas de qǝoret, « encens, parfum », qui dans le texte biblique est presque systématiquement lié à l’autel du sacrifice rituel, le mizbēa. Cette fois, le contexte oriente vers une identification du terme qǝoret au champ lexical du « sacrifice » et de la « coupure ». Ce radical qr rejoint alors plutôt la série ql (ar. qtl), q, qss, qh, qṣṣ, qr, qr‘, gzr, gzz, grr, kss etc., tous signifiant plus ou moins « couper, découper, diminuer, abattre etc. ». Le sens de qǝoret semble résulter d’une dérivation sémantique « sacrifier, égorger, couper » > « lieu du sacrifice rituel » > « encens utilisé sur les lieux du sacrifice rituel ». Il apparaît à nouveau avec cet exemple que le trajet du sens est libre et qu’il n’est pas possible de l’anticiper ou le prévoir. Il est par contre possible d’en retracer le parcours et de le comprendre.

33Le réseau qui a été décrit mêle le souffle, le divin, l’impalpable, l’invisible et l’omniprésent, le parfum, l’encens dans le rituel dont le but semble être de marquer l’air d’une présence divine. Cette représentation notionnelle fait aussi fortement écho à certains aspects des trois grandes religions monothéistes qui sont, il faut le rappeler, issues de cette même communauté linguistique.

Haut de page

Bibliographie

Bohas Georges et Dat Mihai 2007, Une théorie de l’organisation du lexique des langues sémitiques : matrices et étymons, Lyon, ENS Éditions (Collection Langages).

Brown Francis, Driver Samuel et Briggs Charles 2010, The Brown-Driver-Briggs Hebrew and English Lexicon, Coded with Strong’s Concordance Numbers, Peabody, Hendrickson Publishers.

Gesenius Wilhelm 1859, Gesenius’s Hebrew Grammar, New York, D. Appleton & Company.

Haelewyck Jean‑Claude 2006, Grammaire comparée des langues sémitiques, Bruxelles, Editions Safran.

Kazimirski Albert de Biberstein 1860, Dictionnaire arabe-français, Paris, Maisonneuve et Cie. Walter

Koehler Ludwig et Baumgartner Walter 2001, The Hebrew and Aramaic Lexicon of the Old Testament, Leyde-Boston-Cologne, E.J. Brill.

Sander Nathaniel Philippe et Trenel Isaac 1859 [réimp. 2005], Dictionnaire Hébreu-Français, présentation de G. Weil, Genève, Slatkine Reprints.

Sibony Jonas 2013, De l’analysibilité des racines de l’hébreu biblique, Thèse de doctorat en sciences du langage – linguistique (dir. Georges Bohas), Lyon, École Normale Supérieure.

Verheij Arian 2007, Grammaire élémentaire de l’hébreu biblique, Genève, Labor et Fides (Le monde de la Bible 57).

Haut de page

Notes

1 Les définitions sont issues de Sander et Trenel 1859.

2 Le second est un proche parent du premier, les deux sont issus d’une même racine lexicale.

3 À titre de comparaison, les équivalents arabes rūḥ, rīḥ et nafs présentent les mêmes nuances.

4 L’hébreu oa, « agréable », ne se dit que des odeurs.

5 L’hébreu √b’š connaît, comme en français, le passage du concret « sentir mauvais » à l’abstrait « avoir mauvaise réputation ».

6 Pour une définition complète de la TME, voir Bohas et Dat 2007.

7 Gesenius 1859, p. 67‑68.

8 Dans cet article ne seront développés que les aspects relevant directement des « odeurs », du « souffle » ou du « sacré » et non pas l’intégralité de la matrice lexicale.

9 Bohas et Dat 2007, p. 179182.

10 Sibony 2013, p. 173189.

11 Sont marqués en gras les passages qui concernent cette étude.

12 Cette organisation ne signifie pas que soit envisagée une quelconque hiérarchie d’ordre chronologique entre les données.

13 Les consonnes qui jouent un rôle déterminant, donc qui répondent aux exigences phoniques de la matrice, sont marquées en gras.

14 Bohas et Dat 2007, p. 117.

15 Exemplaire unique, au pluriel dans le texte, Job 41.10.

16 N’apparaît qu’en hébreu post‑biblique.

17 N’apparaît qu’en hébreu médiéval, cependant le texte biblique connaît déjà la forme oa.

18 Forme attestée au duel seulement.

19 L’expression française « insuffler la vie » témoigne elle aussi de cette représentation de façon intrinsèque par l’emploi du verbe « insuffler », lui‑même dérivé de « souffler ».

20 Nom propre de Dieu dans le judaïsme, sa composition vocalique n’est pas connue avec certitude. Néanmoins, cette forme semble dérivée de hā, « être ».

21 Toutefois, la TME propose aussi une autre analyse de la racine √qdš, lui attribuant plutôt une composition sur un étymon {q,d} et renvoyant à la notion de « coupure ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Sibony, « Odeurs, souffle et sacré en hébreu classique, décryptage d’un réseau sémantique », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 99-111.

Référence électronique

Jonas Sibony, « Odeurs, souffle et sacré en hébreu classique, décryptage d’un réseau sémantique », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/beo/4644 ; DOI : 10.4000/beo.4644

Haut de page

Auteur

Jonas Sibony

Chercheur associé au CERMOM

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page