Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Les substances odorantes

De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes

Thierry Buquet
p. 113-133

Résumés

L’origine de l’ambre gris, une sécrétion intestinale pathologique du cachalot utilisée en parfumerie et dans la pharmacopée médiévale, a longtemps été débattue par les auteurs arabes. L’article expose les différentes hypothèses relatives à cette origine, ainsi que leur transmission pendant la période médiévale. Ces traditions donnent un exemple frappant des rapports entre bonnes et mauvaises odeurs, en relation avec la couleur de l’ambre, noir, gris ou blanc, et son origine animale (excrément de baleine ou de poisson), minérale ou végétale.

Haut de page

Texte intégral

« Who would think, then, that such fine ladies and gentlemen should regale themselves with an essence found in the inglorious bowels of a sick whale! »
Herman Melville, Moby Dick
(New York, Penguin Classics, 2002, p. 519).

  • 1 L’auteur tient à remercier ses collègues qui ont contribué à l’élaboration de cet article : Abdulla (...)

1L’ambre gris ou ambre de baleine est encore aujourd’hui utilisé en parfumerie. Son odeur riche et musquée intervient dans de nombreuses fragrances 1. L’ambre demeure un produit rare et très cher. Depuis le xviiie siècle, la science moderne a identifié l’origine de l’ambre gris. Il s’agit d’une sécrétion pathologique produite par le cachalot (Physeter catodon), grande baleine à bosse, munie de dents. Cette sécrétion est de couleur noirâtre, d’aspect cireux, présente une taille et un poids divers, allant de quelques centaines de grammes à plusieurs dizaines de kilos. Elle se crée dans l’estomac ou les intestins du cachalot, fruit de la mauvaise digestion de certains aliments ingérés par cette baleine, notamment les becs cartilagineux extrêmement durs des calmars ou des seiches (Clarke 2006). L’ambre gris est donc produit par les « intestins honteux d’une baleine malade », pour reprendre les mots d’Herman Melville dans son roman Moby Dick. Il ne doit pas être confondu avec l’ambre jaune, qui est une sécrétion fossile d’arbres conifères.

2Extrait du corps de la baleine, l’ambre est noir et dégage une forte odeur fécale. La plupart du temps, l’ambre est rejeté par le cachalot, recraché ou exécré par les voies naturelles. Ainsi, il n’est pas rare de trouver sur les plages cet ambre, après qu’il ait flotté quelque temps sur les eaux. À l’air libre, sa consistance est devenue plus dure, sa couleur s’est éclaircie, tirant sur le gris, sa transformation physico‑chimique lui permettant de dégager désormais une odeur agréable, terreuse et musquée.

  • 2 Pelliot 1959, p. 32‑33.
  • 3 Miquel 1967, tome III, chapitre 6 sur les plantes.

3Avant les recherches scientifiques des xviiie et xixe siècles, les témoignages, débats et controverses sur son origine ont été très nombreux, mais une étude détaillée pour en faire l’histoire manque encore. Un article de Karl H. Dannenfeld (1982), qui reste la référence sur le sujet, en livre une synthèse vivante, surtout pour la période moderne. La première partie de son article, relative à la période médiévale (auteurs arabes et latins) est néanmoins trop brève et incomplète. Outre l’article de K.H. Dannenfeld, une synthèse de Kentarō Yamada (1955) présente les principales sources arabes sur le sujet, mais en utilisant principalement le vieux recueil de relations de voyage et textes géographiques de Gabriel Ferrand (1913). L’article de K. Yamada ne manque pas d’erreurs, mais est néanmoins intéressant pour les sources chinoises et le marché asiatique de l’ambre, informations que l’on pourra compléter avec profit avec les notes de Paul Pelliot sur Marco Polo à propos de l’ambre gris 2. L’historien de la médecine John M. Riddle a écrit une thèse (inédite) sur l’ambre (le jaune et le gris) dans la materia medica médiévale (Riddle 1964a) et a publié quelques articles sur ces deux ambres, articles qui concernent principalement l’Occident (Riddle 1964b). Un très bon article d’Anya H. King (2008) sur la poésie des débuts de l’islam apporte d’excellentes informations sur ce sujet. André Miquel a quelques belles pages sur l’ambre gris dans sa Géographie humaine du monde musulman 3. La meilleure introduction reste néanmoins la brève notice ʿanbar dans l’Encyclopédie de l’Islam (Ruska et Plessner 1986). Il n’y a donc eu que peu d’études complètes sur l’histoire de l’ambre gris et de ses origines dans le monde islamique ; cet article propose de rouvrir le dossier de l’origine de l’ambre au Moyen Âge, en interrogeant le rapport entre sa mauvaise odeur d’origine et les riches fragrances d’un des parfums les plus célèbres dans le monde arabe.

L’ambre gris dans la parfumerie et la pharmacopée arabe

  • 4 Riddle 1964c, p. 11 ; Riddle 1973.
  • 5 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, XIV, 64, p. 369.

4La première chose à signaler est que, contrairement à l’Occident médiéval, le monde arabe ne confond jamais l’ambre gris et l’ambre jaune, que ce soit au niveau du lexique ou des savoirs sur ces substances. L’ambre gris était inconnu des auteurs antiques grecs et latins, qui ne connaissaient que l’ambre jaune de Baltique, sous le nom d’elektron et de lyngourion en grec, electrum et succinum en latin 4. En Occident médiéval, le mot « ambre » apparaît principalement dans la littérature scientifique et médicale aux xie et xiie siècles, avec quelques rares antécédents aux ixe et xe siècles. Le mot, sous des formes anbar, ambra, ambrum, ambarum, etc., est un décalque de l’arabe ʿanbar. Mais très vite, ce mot, venu de la littérature médicale arabe, va également désigner l’ambre jaune, appelé succinum ou electrum par les Anciens. Les encyclopédies latines médiévales mentionnent le succinum et l’electrum pour l’ambre jaune ; Thomas de Cantimpré leur donne comme synonyme en langue vernaculaire « ambra » ou « lambra » 5, signe de l’existence de cette confusion dès le xiiie siècle.

  • 6 Une étude sur l’ambre gris en Occident médiéval est actuellement en cours de rédaction. Elle fera l (...)
  • 7 Pelliot 1959, p. 32‑33.
  • 8 Melis 1972, p. 300 et 306.

5La question complexe de cette confusion lexicale entre ambre jaune et ambre gris dépassant l’objet de cet article, nous la laissons de côté 6. Précisons néanmoins que les marchands italiens de la fin du Moyen Âge, par exemple Francesco Balducci Pegolotti ou Marco Polo, utilisent « ambracani » ou « ambracan » pour désigner l’ambre de baleine importé d’Orient dans leurs récits, le différenciant ainsi de l’ambre jaune 7. Les archives comptables des marchands italiens contiennent des mentions de l’« ambra di balena » pour ne pas le confondre avec l’ambre jaune de la Baltique, appelé parfois ambre de Lubeck 8.

6En Orient, les deux substances sont bien différenciées au niveau lexical : ʿanbar désigne l’ambre gris, kahrubā, l’ambre jaune. Dans les textes médicaux ou encyclopédiques, ils ne semblent jamais confondus, ni dans leurs descriptions ni pour leur origine. La suite de cet article ne traitant que de l’ambre gris, j’utiliserai le mot ambre pour désigner uniquement l’ambre gris de baleine.

Parfums

  • 9 Ibn Māsawayh, trad. Levey 1961, p. 397.
  • 10 King 2008, p. 179.
  • 11 Serjeant 1948, p. 76 ; King 2008, p. 180. Les deux auteurs citent al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī.
  • 12 King 2008, p. 186‑188.
  • 13 King 2007, p. 51‑58.
  • 14 Al‑Nuwayrī, Nihāyat (éd. 2004), XII, p. 53‑60. Ces pages ont été traduites en français par Gabriel (...)

7L’ambre est utilisé en parfumerie depuis longtemps. Au ixe siècle à Bagdad, le médecin Ibn Māsawayh (connu plus tard en Europe sous le nom de Jean Mésué) le classait parmi les cinq principales substances aromatiques, avec le musc, l’aloès (agalloche), le camphre et le safran 9. Il est considéré comme le deuxième parfum en ordre d’importance après le musc 10. Sa réputation a précédé la conquête islamique : l’une des plus anciennes mentions d’ambre, sous son nom arabe ʿanbar, est relative à un cadeau tributaire du Yémen offert à l’empereur perse au début du viie siècle 11. L’ambre est également célébré dans la poésie pré‑islamique et omeyyade 12. Il est l’un des éléments composant un parfum des plus renommés : la ġāliya, mélange d’ambre, de musc et d’encens, cité dans la poésie anté‑islamique 13. Al‑Nuwayrī a compilé au xive siècle plusieurs recettes de ġāliya, notamment celles d’al‑Tamīmī (xe s.), réalisées spécialement pour les « califes, les rois et les grands personnages » 14. L’ambre gris intervient également dans la composition du nadd, mélange d’ambre, de musc et de camphre.

Médecine

  • 15 Lev et ʿAmar 2008, p. 331‑333.
  • 16 Ibn al‑Bayṭār, Traité de simples, II, no 1587, p. 469 ; Ferrand 1913, p. 282‑285.
  • 17 Des fumigations à l’ambre gris ont été également utilisées en Occident à la fin du Moyen Âge contre (...)

8L’ambre gris intervenait dans la composition de nombreux remèdes, mais pouvait être aussi administré seul, notamment pour soigner le cœur, le cerveau et les maux de tête, la tension, les spasmes musculaires, les maladies nerveuses, l’aphasie, la paralysie faciale, etc. Il est cité dans de nombreux textes de materia medica et par de nombreux auteurs, dont Maïmonide et al‑Kindī 15. La notice la plus complète sur les usages médicinaux de l’ambre gris nous a été donnée par Ibn al‑Bayṭār, dans son Traité des simples (al‑Ǧāmiʿ li‑mufradāt al‑adwiya wa‑l‑aġḏiya16. Ibn al‑Bayṭār, qui compile plusieurs auteurs, dont Avicenne et al‑Tamīmī, le décrit comme chaud (au second degré) et sec (au premier degré). Sa chaleur en fait un fortifiant, notamment pour les vieillards. Il est bon pour les articulations. Outre les bienfaits mentionnés plus haut, l’ambre est bon contre les affections de l’estomac et contre les flatulences – une bonne odeur luttant contre les mauvaises ? L’ambre gris est préparé pour faire des injections pour le nez, des inhalations, des frictions et des fumigations 17. Il entre dans la composition de remèdes divers et d’onguents. Ibn al‑Bayṭār termine sa notice en précisant qu’une goutte d’ambre ajoutée à un verre de vin rend ivre immédiatement. Ce parfum puissant est un fortifiant qui « accroît la substance des esprits » et calme les nerfs ; son odeur semble pouvoir dégager « les obstructions des circonvolutions du cerveau » ; enfin il est efficace contre les dérèglements malodorants de l’appareil digestif.

Un produit de luxe, à l’odeur thérapeutique

  • 18 Heyd 1886, II, p. 571‑574.
  • 19 Maïmonide, Two treatises on the regimen of health, p. 22, note 75.

9L’ambre est donc considéré comme l’une des fragrances les plus précieuses et fit l’objet d’un commerce important d’Orient en Occident 18. Son parfum puissant lui a valu des propriétés thérapeutiques liées notamment à son inflammabilité. Son odeur musquée et fortifiante peut être inhalée par fumigation ; la puissance de son parfum soigne le cerveau et l’appareil digestif, en connexion directe avec les odeurs. Maïmonide recommande les bonnes odeurs, notamment les chaudes, comme celles de l’ambre gris et du musc, pour renforcer les facultés psychiques 19. Sa chaleur en fait un fortifiant pour le cœur et un excellent remède contre les problèmes articulaires et musculaires. Pour ces derniers, les vertus de l’ambre sont peut-être liées à son origine aquatique et à sa nature sèche.

Sources pour l’histoire de l’origine de l’ambre

10Nous n’utiliserons ici que les sources arabes ayant directement trait à l’origine de l’ambre gris, laissant de côté les textes (relativement nombreux) ne traitant que des utilisations de cette substance en médecine ou en parfumerie. À part dans quelques traités médicaux, les mentions relatives à l’origine de l’ambre gris se trouvent principalement dans la littérature géographique, les textes encyclopédiques, les traités d’histoire naturelle et les livres des merveilles.

  • 20 Ibn H̱urradāḏbih, Le Livre des routes et des provinces, p. 182.

11Les témoins les plus anciens datent de la seconde moitié du ixe siècle, et la majeure partie des savoirs sur l’ambre est déjà fixée à la fin du xe siècle. Les siècles suivants seront ceux de la compilation et n’apporteront pas de nouveautés importantes. À partir d’al‑Masʿūdī, l’essentiel ou presque a été dit sur le sujet et aucune hypothèse nouvelle ne viendra contredire ou enrichir ce que lui ou l’un de ses prédécesseurs ont écrit. Nous n’évoquerons dans la liste suivante que les auteurs qui donnent des hypothèses précises sur l’origine de la formation de l’ambre, sans citer les textes qui se contentent de donner une origine géographique, tel Ibn H̱urradāḏbih qui mentionne l’ambre comme produit de l’océan Indien sans plus de précision 20. Nous aurons l’occasion de revenir plus loin sur l’origine géographique de l’ambre, selon les différents auteurs. Nous présenterons les œuvres succinctement, sans rentrer dans le détail de leur contenu, que nous étudierons ensuite de façon thématique, selon les diverses hypothèses concernant l’origine végétale, l’origine animale, l’origine géographique, la récolte et, enfin, les différentes variétés.

  • 21 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, éd. Sauvaget 1948.
  • 22 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, éd. Ferrand 1922.
  • 23 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind. Voir l’introduction de Jean Sauvaget.
  • 24 Al‑Yaʿqūbī, Kitāb al‑Buldān, p. 394‑395.
  • 25 Al‑Iṣṭaḫrī, Kitāb al‑masālik al‑mamālik, p. 42.
  • 26 Levey 1961, p. 400.
  • 27 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 16‑22.
  • 28 Al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362 ; VII, p. 109.

12Le premier texte significatif est la Relation de la Chine et de l’Inde (Abār al-Ṣīn wa‑l‑Hind), recueil anonyme d’informations sur l’océan Indien, daté de 841 21. D’une grande postérité, ce texte sera souvent cité par les géographes arabes. La même Relation a été ensuite complétée par Abū Zayd al‑Sīrāfī au xe siècle 22. Les deux textes ont ensuite été utilisés par al‑Masʿūdī dans ses Prairies d’or, d’où la majeure partie de ses informations sur ces régions et sur l’ambre sont tirées. Al‑Masʿūdī connaissait personnellement Abū Zayd al‑Sirafī, qui lui a peut-être fait connaître le texte du Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind 23. Chez les géographes, le premier à évoquer l’origine de l’ambre est Yaʿqūbī dans son Kitāb al‑buldān 24 (dernier quart du ixe siècle), dont le passage qui nous intéresse est cité par al‑Nuwayrī au xive siècle. Au xe siècle, Iṣṭaḫrī (al‑Masālik wa‑l‑mamālik25 apporte des informations relatives à l’océan Atlantique. Dans les traités relatifs aux parfums et à la médecine, la source première est Ibn Māsawayh, le célèbre médecin de Bagdad, qui va donner brièvement les premières hypothèses sur l’origine de l’ambre 26. Al‑Tamīmī (912‑980) cite le géographe Yaʿqūbī, mais apporte de très nombreuses informations supplémentaires sur les différentes variétés d’ambre et leur origine ; il sera compilé de façon extensive par al‑Nuwayrī dans sa longue notice sur le sujet 27, sans doute la plus complète qui nous soit parvenue (Ruska et Plessner 1986). Al‑Nuwayrī cite deux textes d’al‑Tamīmī, dont le Ǧīb al‑ʿarūs, qu’il cite nommément. Al‑Nuwayrī réalise d’ailleurs la synthèse d’une grande partie des auteurs que nous venons d’évoquer, en citant Abū Zayd al‑Sīrāfī, Yaʿqūbī et Al‑Tamīmī. Enfin, il faut citer la figure d’al‑Ǧaḥīẓ (m. 867), qui mentionne deux fois l’ambre et son origine dans son Kitāb al‑ayawān 28.

La nature de l’ambre, entre végétal et minéral

  • 29 Levey 1961, p. 400.

13La principale hypothèse que l’on trouve chez les auteurs précités explique que l’ambre est d’origine végétale : c’est une plante qui pousse au fond des mers, selon Ibn Māsawayh 29. La Relation de la Chine et de l’Inde est le premier texte qui mentionne cette hypothèse :

  • 30 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 3, § 4 et note 6 p. 35, où J. Sauvaget précise que ces « truffes » sont (...)

Cet ambre pousse au fond de la mer sous forme de plantes et quand la houle est violente elle le projette du fond de la mer ; il se présente comme des champignons ou des truffes. 30

  • 31 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, éd. Ferrand 1922, p. 93 et 132‑133.
  • 32 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 335‑336.
  • 33 Al‑Idrīsī, Géographie, I, p. 64.

14Abū Zayd al‑Sīrāfī, quant à lui, ne complète pas cet avis et ne parle pas de cette origine végétale 31. Al‑Masʿūdī reprend des informations de ces deux auteurs : l’ambre est comme une truffe (al‑kamʾa) ou autre substance du même genre, créée au fond de la mer. Al‑Masʿūdī ajoute qu’il tient ses informations de navigateurs et de négociants de Sīrāf et d’Oman à ce sujet ; les morceaux d’ambre sont rejetés par la mer quand celle-ci est agitée 32. Al‑Masʿūdī dit également, dans le même passage, que cette truffe se forme comme une sorte de bitume noir ou blanc. L’hypothèse du bitume est citée au xiie siècle par al‑Idrīsī, qui explique que l’ambre est une substance émise par des sources au fond des mers, « comme le naphte coule des sources de Hit ». Il précise que le calife Hārūn al‑Rašīd envoya au Yémen des personnes susceptibles de recueillir des informations sur l’ambre : les habitants de la région d’Aden répondirent que cette substance était produite par des sources sous-marines et qu’elle se trouvait rejetée par les vagues 33. Au siècle précédent, Avicenne, dans son Canon de médecine, disait également que l’ambre était l’émanation d’une source marine. Il ajoute que certains pensent qu’elle est une sorte d’écume de mer. Enfin, al‑Nuwayrī insère sa longue notice sur l’ambre dans son livre IV sur les plantes, validant ainsi cette hypothèse végétale par ce classement dans son encyclopédie.

  • 34 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 16‑17.
  • 35 Al-Dimašqī, Manuel de cosmographie, chap. IV, 6, p. 174‑175.
  • 36 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 6, § 10.

15Les diverses explications des auteurs arabes sur la création de l’ambre ne s’arrêtent pas à une supposée nature végétale ou minérale : ils décrivent tout un processus depuis sa naissance dans les fonds marins, jusqu’à son rejet sur les plages. Al‑Nuwayrī, compilant al‑Tamīmī, décrit les différentes étapes de cette transformation ici résumées : al‑Tamīmī affirme donc que l’ambre est produit par des roches et des sources sous-marines ; des morceaux épars s’épaississent et s’agrègent, finissant par se détacher des fonds. L’ambre remonte alors à la surface et les vagues le brisent en morceaux de taille variable. Citant al‑Yaʿqūbī, il précise que la force des vents et des vagues fait littéralement bouillir l’ambre, dont personne ne peut alors se saisir. Mais peu à peu, il se solidifie en restant exposé à l’air : il est possible alors de le ramasser sur les plages 34. La description de ce processus sera par la suite reprise par al‑Dimašqī (m. 1327), dont le récit diffère légèrement : l’ambre bout quand il est produit par des roches sous-marines, puis se coagule à la façon de la cire chaude. Les mouvements de la mer détachent cet ambre cireux collé sur les rochers sous-marins 35. Déjà La Relation de l’Inde, en 841, décrivait la mer de Harkand, bouillonnante « comme bout une marmite », qui rejette ce qu’elle renferme, notamment de l’ambre en quantité 36. L’aspect cireux de l’ambre pas encore totalement durci a pu inciter les savants arabes à échafauder tout ce processus pour expliquer l’origine possible de cette matière.

16L’idée de bouillonnement rappelle celle de l’écume de mer ; les vagues « en fusion » produisent par leur tumulte des transformations sur des substances sous-marines bien étranges et bien instables. Les sources ne disent pas si on a pu rapprocher l’odeur de l’ambre de celle terreuse des truffes ou champignons ; il s’agit plutôt d’un rapprochement formel, l’ambre pouvant évoquer, quand il n’est pas encore tout à fait sec et solide, un tubercule noirâtre ou grisâtre et ressemblant à une truffe.

L’ambre de baleine

L’ambre avalé par la baleine

  • 37 Al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, VII, p. 109.
  • 38 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 17.
  • 39 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 18.

17Le premier auteur qui fait allusion à la baleine à propos de l’ambre est al‑Ǧāḥiẓ, dans le Kitāb al‑ayawān. S’il n’explique pas son origine, il évoque l’extrême gourmandise et la bêtise de la baleine (al‑bāl), qui lui font avaler de grandes quantités d’ambre qui la tuent. Il ajoute qu’une grande quantité d’ambre putréfié est ensuite retirée de son ventre 37. Al‑Yaʿqūbī, cité par al‑Tamīmī, et repris par al‑Nuwayrī, raconte la même histoire, en précisant que c’est l’ambre pur et encore « bouillonnant » qui, se stabilisant dans le ventre de la baleine, tue l’animal 38. L’ambre plus tard retrouvé dans le corps de l’animal est appelé l’« avalé » (al-mablūʿ39.

  • 40 Al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362.
  • 41 FauvelleAymar 2013, p. 40, dans le chapitre consacré à l’ambre de baleine.

18Al‑Ǧāḥiẓ ajoute, dans un autre passage du Kitāb al‑ayawān, que quiconque mange de l’ambre en meurt de façon certaine 40. Nous sommes ici bien loin des vertus curatives du noble parfum décrit par les médecins arabes ! Les remarques d’al‑Ǧāḥiẓ et d’al‑Yaʿqūbī sont peut-être le fruit de l’expérience : certains alcools présents dans l’ambre de cachalot sont dangereux : cela a pu laisser croire que les baleines en mouraient après l’avoir ingurgité 41.

  • 42 Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, p. 174.

19Al‑Dimašqī semble dépendre, pour ces passages, d’al‑Ǧāḥiẓ ou d’al‑Yaʿqūbī, mais, là encore, il apporte quelques précisions : il nomme l’ambre extrait du ventre de la baleine « l’ambre cuit », celui échoué sur les plages « l’ambre cru » 42.

  • 43 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 334 ; Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, éd. F (...)
  • 44 Ce récit ne se trouve que dans une version latine du texte de Marco Polo, dite « rédaction Z ». Mar (...)

20Abū Zayd al‑Sīrāfī et al‑Masʿūdī signalent aussi qu’un grand poisson nommé bāl ou awāl, c’est‑à‑dire une baleine, meurt d’avoir avalé l’ambre. Ils ajoutent que lorsque les riverains de l’océan Indien aperçoivent une baleine morte flottant sur les eaux, ils la tirent vers la plage avec leurs harpons, puis ils retirent de son ventre l’ambre 43. Marco Polo décrit très longuement la pêche à la baleine en haute mer, au large de Socotra, non loin des côtes du Yémen. Les chasseurs attirent la baleine avec du poisson fermenté, qui l’enivre dès qu’elle l’a mangé. S’approchant d’elle, ils utilisent des épieux et des harpons pour tuer l’animal. Marco Polo précise que l’ambre ne se trouve que dans le ventre de la baleine et du cachalot (cavodoio44.

Une déjection de la baleine ?

  • 45 Levey 1961, p. 400.
  • 46 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 21.
  • 47 Ibn al‑Bayṭār, Traité des simples, II, p. 469‑470.
  • 48 Al‑Idrīsī, Géographie, I, p. 64.
  • 49 Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, p. 174 ; al‑Damīrī, ayāt al-ayawān, II, p. 392.

21Une autre hypothèse a été émise très tôt, voulant que l’ambre soit une déjection d’un poisson ou d’une baleine. Ibn Māsawayh parle le premier de l’excrétion d’un animal marin, sans donner de détails 45. La forme, la couleur noire et l’odeur de l’ambre frais peuvent en effet rappeler celles d’un excrément. Al‑Tamīmī, repris par al‑Nuwayrī, évoque le témoignage de spécialistes des parfums, qui ignorent quel animal rejette l’ambre de cette manière 46. La pharmacopée des siècles suivants va souvent reprendre cette hypothèse parmi d’autres, même si c’est pour la critiquer comme le fit Avicenne, repris ensuite par Ibn al‑Bayṭār 47. Cette hypothèse est également combattue par al‑Idrīsī, soutenant sa version d’une substance bitumeuse créée dans les fonds marins, démontrée par l’enquête demandée par Hārūn al‑Rašīd, comme nous l’avons vu plus haut 48. Dans les ouvrages des compilateurs, cette hypothèse est quelquefois rapidement évoquée, comme une opinion secondaire qu’il n’est pas nécessaire de débattre 49. Il n’est pas étonnant qu’elle ait été finalement combattue : il pouvait être difficile d’admettre qu’un parfum si noble pouvait avoir une origine aussi rebutante et malodorante, fruit de la transformation et de la dégradation d’un ambre « pur » en matière putride.

  • 50 Miquel 1967, III, p. 380.

22Les auteurs arabes concernés suivaient donc un cheminement intellectuel qui les amenait graduellement à comprendre l’origine de l’ambre, qu’il soit avalé ou rejeté par un grand poisson ou une baleine : ils avaient entrevu que la création ou la transformation de cette substance provenait de cet animal. Certes, les savants médiévaux étaient encore assez loin de comprendre une réalité physiologique et chimique que la science moderne n’établira qu’au xviiie siècle. De plus, l’hypothèse la plus acceptée dans la littérature arabe semble bien être l’origine minérale ou végétale, bitume ou truffe. La plupart des auteurs arabes ne voient pas dans l’ambre une excrétion de la baleine, mais une production du fond des mers rejetée par les « océans en furie » 50. Nous verrons d’ailleurs plus loin que pour les marchands, parfumeurs, apothicaires ou médecins, cet ambre sale et putride produit par la baleine était souvent dévalorisé, et qu’ils leur préféraient un ambre sec et « minéral », dont l’origine sous‑marine, indépendamment de la baleine ou d’un autre poisson malodorant, était plus acceptable pour justifier son utilisation thérapeutique et son prix.

ʿAnbar, un nom pour le cachalot ?

  • 51 Cité en note dans l’édition du Kitāb al‑ayawān, V, p. 362, note 5.
  • 52 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 34, note 2.
  • 53 Al‑Damīrī, ayāt al‑ayawān, p. 391.
  • 54 Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, p. 175.
  • 55 Al‑Damīrī, ayāt al‑ayawān, p. 388‑390.
  • 56 Al‑Ṭabarī, History, VIII, p. 147‑149.
  • 57 Al‑Zuhrī, Géographie, § 32 p. 292, § 34, p. 290.
  • 58 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, p. 564‑565.

23La baleine, en arabe classique, porte plusieurs noms : ḥūt, nūn, wāl, awāl ou encore bāl, sans qu’il soit possible d’y déceler des désignations de races différentes. Selon les lexicographes du xe siècle al‑Ǧawharī et al‑Azharī, bāl serait un mot d’origine persane 51. Jean Sauvaget, dans les notes critiques de sa traduction de La Relation de la Chine et de l’Inde, mentionne également la forme fāl. Selon lui, cette confusion [b/f/w] dénonce une transcription de la lettre [v] : en effet, vāl est bien le nom de la baleine en persan. J. Sauvaget cite également le terme de ġundur  « gros père » comme surnom de la baleine 52. Mais, quelquefois, la baleine a été directement assimilée à l’ambre qu’elle avale ou qu’elle produit : ainsi, ʿanbar peut désigner l’animal lui-même, comme le mentionne al‑Damīrī. Selon lui, la baleine qui a avalé de l’ambre et en est morte est nommée al‑ʿanbar 53. Al‑Dimašqī, qui nomme la baleine wāl, évoque, à la fin de sa notice, une tradition islamique à propos d’un « poisson de l’ambre », une baleine morte pleine d’ambre, qui avait sauvé de la famine une expédition envoyée par le Prophète et dirigée par Abu ʿUbayda b. al‑Ǧarrāḥ 54. Cet épisode, également relaté par al‑Damīrī dans sa notice consacrée à al‑ʿanbar 55, est raconté en détail chez l’historiographe al‑Ṭabarī, pour l’an huit de l’hégire, où la baleine est aussi nommée ʿanbar 56. Le géographe andalou al‑Zuhrī (xiie s.) nomme lui aussi la baleine ʿanbar, et il est bien question d’un poisson de 40 coudées de long sur 20 de large, duquel on retire de l’ambre 57. Au xvie siècle, Léon l’Africain (Hasan al‑Wazzān) décrit un poisson de grande taille, ambara, rejeté par la mer sur les rivages atlantiques, animal connu par les habitants des côtes ouest du Maghreb pour produire l’ambre. À cause de sa taille (plus de 25 coudées), Léon dit qu’il mérite d’être qualifié de baleine 58.

  • 59 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 234‑235 et 334.
  • 60 Al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362 et VII, p. 109.
  • 61 Hamdullāh al-Mustawfī al-Qazwīnī, Nuzhatu-L-Qulūb, p. 54.

24Il est néanmoins difficile, à partir de ces quelques exemples, de savoir si le cachalot était bien identifié comme une race spécifique, et donc systématiquement nommé ʿanbar, en opposition aux autres baleines. Awāl chez al‑Masʿūdī 59, bāl chez al‑Ǧāḥiẓ 60 ou chez Hamdullāh al‑Mustawfī al‑Qazwīnī 61 semblent désigner le cachalot, en ce qu’ils produisent l’ambre. Cependant, nous pouvons tout de même supposer que awāl, bāl et ʿanbar désignent le plus souvent le cachalot, surtout quand il est mis en relation avec l’ambre. Ḥūt et nūn désignent plus généralement les baleines : ces deux mots ne sont d’ailleurs jamais mis en relation avec l’ambre dans les sources que nous avons consultées.

L’ambre de becs

  • 62 Nous avons vu auparavant qu’il explique qu’il tue la baleine qui en avale.
  • 63 Al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362.
  • 64 Clarke 2006, sp. p. 14‑17.
  • 65 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 18.

25Al‑Ǧāḥiẓ mentionne que les marins (al‑bariyyūn) et les parfumeurs (al‑ʿaṭṭārūn) disent qu’ils trouvent dans l’ambre des becs ou des griffes d’oiseau. Al‑Ǧāḥiẓ explique que l’ambre peut empoisonner quiconque en mange 62. Par conséquent, un oiseau qui y pique son bec meurt et ce bec reste collé dans l’ambre. De la même manière, si l’oiseau essaie de prendre l’ambre avec ses griffes, celles-ci y restent collées 63. Cette observation a un substrat de réalité : on peut trouver assez fréquemment dans l’ambre de baleine des becs évoquant la forme de griffes ou de becs d’oiseaux. Mais il s’agit en fait de becs de calmars, dont nous avons vu en début d’article que leur ingestion et leur mauvaise digestion par la baleine étaient l’une des causes de la formation de l’ambre 64. Al‑Nuwayrī, citant al‑Tamīmī et al‑Yaqʿūbī, raconte une anecdote semblable à celle d’al‑Ǧāḥiẓ. Griffes et bec restent dans l’ambre, qui est appelé ainsi al-manaqīrī, l’ « ambre de becs » 65.

Où trouver de l’ambre ?

L’océan Indien

  • 66 Ibn H̱urdāḏbih, Livre des routes et des provinces, p. 60 (texte arabe) et 182 (traduction).
  • 67 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 3 et note p. 35.
  • 68 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, p. 132.
  • 69 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, p. 334‑335.
  • 70 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 18.

26L’ambre est massivement associé à l’océan Indien dans les sources arabes. Il est le produit des côtes du Yémen, d’Arabie et de l’Afrique de l’Est. Ibn Ḫurdaḏbih (m. 912) dans son Kitāb al‑masālik wa‑l‑mamālik parle de l’ambre produit au large d’Aden par la grande mer orientale (al‑bar al‑šarqī66. La Relation de la Chine et de l’Inde mentionne pour l’ambre une mer plus orientale encore, celle de Harkand, que J. Sauvaget identifie au golfe du Bengale 67. Abū Zayd al‑Sīrāfī mentionne l’océan Indien, mais indique plusieurs régions où l’on peut en trouver de qualité : en Afrique à Berbera (sur la côte sud du golfe d’Aden) et au pays des Zanǧ (côte est de l’Afrique) ; en Arabie, dans le voisinage de Šiḥr, c’est‑à‑dire du Yémen et d’Oman 68. Al‑Masʿūdī évoque la mer de Larwi (bar Larwī), citée par la Relation à proximité de celle d’Harkand, mais dont il dit que l’ambre y est rare ; au contraire, on le trouve en grande quantité sur les côtes de Zanǧ et de Šiḥr, en Arabie. Enfin, il mentionne la mer d’Harkand où l’ambre peut atteindre la taille de grosses roches 69, utilisant ici la Relation et les informations fournies par Abū Zayd al‑Sirafī. Chez al‑Nuwayrī, on retrouve une mention d’al‑Tamīmī qui, une fois n’est pas coutume, ne cite pas al‑Yaʿqūbī mais Abū Zayd al‑Sīrāfī pour les origines géographiques (Berbera, Zanǧ et Šiḥr) 70.

  • 71 Al‑Idrīsī, Géographie, I, p. 64 ; Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, chap. IV, 6, p. 174‑175.

27Les géographes postérieurs, comme al‑Idrisī et al‑Dimašqī, citent toujours comme régions d’origine de l’ambre les côtes du Yémen, l’océan Indien et le pays des Zanǧ 71.

28Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’on trouve de l’ambre en quantité sur les côtes de l’océan Indien : en effet, les cachalots fréquentent ces mers orientales, ayant une nette préférence pour les eaux équatoriales et chaudes durant leurs fréquentes migrations.

Espagne, Maghreb, océan Atlantique et Méditerranée

  • 72 Yturbide 1918, en particulier p. 30 pour ce dernier point.
  • 73 Miquel 1966, p. 1053.
  • 74 Al‑Rāzī, Description de l’Espagne, p. 91.
  • 75 Al‑Muqaddasī, Description de l’Occident musulman, p. 51.
  • 76 Constable 1996, p. 170.
  • 77 Al‑Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, p. 301.
  • 78 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 20.
  • 79 Constable 1996, p. 170‑171.

29Plus à l’ouest, les auteurs arabes mentionnent la production d’ambre sur les côtes atlantiques. Là encore, cela correspond aux migrations des cachalots, régulièrement observés dans le golfe de Gascogne. La chasse à la baleine (dont le cachalot) est d’ailleurs devenue au Moyen Âge et à la Renaissance l’une des principales activités côtières du Pays basque ; l’ambre y était exporté au xvie siècle 72. Ibrahim b. Yaʿqūb al‑Turtūšī, qui voyagea en Europe de l’Ouest et du Nord vers 965, raconte qu’au large de Bordeaux était récolté de l’ambre d’excellente qualité 73. Ibrāhīm b. Yaʿqūb était un juif d’Espagne. Il n’est pas surprenant qu’il mentionne cet ambre « de qualité ». En effet, les géographes d’al‑Andalus ne manquent jamais de signaler que l’ambre récolté sur les côtes atlantiques est de qualité égale à celui de l’océan Indien. Aḥmad b. Muḥammad al‑Rāzī (deuxième moitié du xe siècle) rappelle que « sur le littoral de Lisbonne, la mer rejette de l’ambre excellent, qui n’est pas inférieur à l’ambre indien. 74 » Al‑Muqaddasī parle de l’ambre atlantique pour la région de Tudèle (Nord de l’Espagne) 75. Al‑Bakrī va même jusqu’à dire que l’ambre de Sidonia (Espagne) est le meilleur au monde 76. Il mentionne également l’ambre atlantique en Mauritanie « moelleux au toucher, dont la qualité est excellente. 77 » Al‑Nuwayrī, citant al‑Tamīmī, signale l’ambre maghrébin, amené en Égypte par les marchands depuis la mer d’Andalousie : il est similaire par la couleur à l’ambre de Šiḥr et il est même possible de les confondre 78. Un document de la Géniza du Caire confirme cette importation d’ambre atlantique en Égypte pour l’année 1110 79.

  • 80 Al‑Iṣṭaḫrī, Kitāb al-masālik al-mamālik, p. 42.
  • 81 Miquel 1967, III, chap. 4, note 557.
  • 82 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, p. 93‑94.
  • 83 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 365‑366.

30Le géographe al‑Iṣṭaḫrī, au xe siècle, raconte comment l’ambre est récupéré sur une bête marine échouée sur les côtes de Santarem au Portugal. À cette occasion, il ajoute qu’il a vu, durant un séjour en Syrie, de l’ambre sur les plages de Méditerranée, alors qu’il suppose qu’on n’en trouve pas habituellement ailleurs qu’à Santarem 80. La question de la présence d’ambre en Méditerranée a intrigué les savants arabes et persans 81. Abū Zayd al‑Sīrāfī affirme que, compte tenu de ce que l’ambre, spécifiquement oriental selon lui, ne peut aller directement en Méditerranée à cause de l’isthme de Suez, il a été déplacé de mer en mer pour être amené jusqu’en Syrie 82. Cette hypothèse est reprise par al‑Masʿūdī. Selon lui, il n’y a pas d’ambre en Méditerranée, mais on en trouve sur les côtes de Syrie. La raison vient des courants marins, qui font se déplacer l’ambre d’Abyssinie en Chine, au pays des Turcs, mais aussi au Maghreb, par les « canaux qui viennent de l’Océan ». Il y a souvent de l’ambre sur les côtes d’Espagne, et il y est amené en Égypte depuis Cordoue, Santorin et Sidonia. Al‑Masʿūdī ajoute que cet ambre maghrébin ou andalou est d’une qualité inférieure 83.

Le chameau comme chien truffier

  • 84 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, p. 132.
  • 85 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 333‑334.
  • 86 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 18.
  • 87 Al‑Hamdānī, ifat Ǧazīrat al‑’Arab, I, p. 37. Traduit dans Miquel 1967, II/1, chap. 2, § 23, qui pr (...)

31Connaître les régions et les plages où l’on peut trouver de l’ambre est une chose ; pouvoir le repérer facilement et régulièrement en est une autre. Les sources arabes abordent peu la question des techniques et des méthodes habituellement employées pour trouver de l’ambre échoué. Plusieurs auteurs évoquent néanmoins l’utilisation du chameau dont certaines espèces étaient capables de repérer l’ambre à son odeur. Le premier à décrire cette pratique est Abū Zayd al‑Sīrāfī qui raconte que les riverains de l’océan Indien dressent des chameaux pour repérer l’ambre. La recherche se fait de nuit, à la pleine lune. Quand le chameau repère l’ambre, il s’agenouille et ainsi son cavalier peut ramasser les morceaux d’ambre sur le sable 84. Al‑Masʿūdī rapporte cette histoire à l’identique, en précisant que la race de chameau spécifiquement dressée dans la région de Šiḥr pour cette recherche est le mahariyya 85. Cette utilisation du chameau comme « chien truffier » est également mentionnée par al‑Tamīmī et al‑Nuwayrī (citant al‑Sīrāfī) 86 et al‑Hamdānī (m. 945). Celui‑ci donne un récit légèrement différent. Les pâtures se trouvant à proximité des plages du Yémen, le chameau, quand il découvre de l’ambre, perd ses forces après l’avoir reniflé. Son gardien le découvre alors agenouillé, à proximité de l’ambre qu’il peut ainsi ramasser. Al‑Hamdānī ajoute que l’ambre peut aller jusqu’à faire périr le chameau 87 !

Les diverses variétés d’ambre et leur classification

  • 88 Miquel 1967, III, chap. 6, § 133.

32André Miquel avait bien noté à propos des différentes variétés d’ambre que « Yaʿqūbī établissait de savantes hiérarchies où se croisent la couleur, l’origine, la consistance, le degré de pureté et l’odeur. 88 » Nous trouvons en effet dans la notice d’al‑Nuwayrī de longs développements à ce sujet, qu’il commence ainsi :

  • 89 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 16.

Maḥmūd b. Aḥmad al‑Tamīmī dit : Mon père m’a dit, d’après son père, d’après Aḥmad b. Abī Yaʿqūb : il y a beaucoup de variétés d’ambre, de différentes sortes, de différentes natures, et on les classe selon leurs origines et leurs essences. 89

Selon l’origine naturelle

  • 90 Al‑Nuwayrī, Nihāyat éd. 1929, p. 18.
  • 91 Al‑Nuwayrī, Nihāyat. éd. 1929, p. 21.
  • 92 Al‑Nuwayrī, Nihāyat. éd. 1929, p. 21.

33Selon ce que nous avons évoqué plus haut, l’ambre de poisson (samakiyya) dit aussi « l’avalé » (al‑mablūʿ90 tient une place particulière : il tire sa mauvaise odeur du poisson, a une couleur semblable au bitume (qāra) et donc ne convient pas en parfumerie 91. Un autre ambre de poisson, le mand, est également évoqué par al‑Nuwayrī, d’après al‑Tamīmī. Il est rejeté par le derrière (dabr, pl. dubūr) d’un animal, dont on dit qu’il a la forme d’un buffle (« vache sauvage » : al‑baqara al‑wašiyya). Ce mand est noir, salit les mains et ne convient pas non plus pour la parfumerie 92. Mand et samakī peuvent avoir différentes origines géographiques, notamment Šalāhiṭi et Šiḥr.

  • 93 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 335.
  • 94 Nadd est une variante de mand, un ambre noir de mauvaise qualité (Ibn al‑Bayṭār, Traité des simples(...)

34Al‑Masʿūdī donne des précisions sur l’ambre trouvé dans le ventre de la baleine. Il distingue deux qualités : celui trouvé dans l’estomac ou dans les entrailles a une odeur nauséabonde ; par contre, celui trouvé près du dos est plus pur car il a séjourné plus longtemps dans le corps de l’animal. Selon lui 93, les droguistes de l’Irak et de Perse nomment cet ambre de baleine nadd 94.

35De cela, il faut retenir que l’ambre noir collecté dans les baleines était évalué en fonction de son degré de fraîcheur, et que la mauvaise odeur empêchait son utilisation en parfumerie.

Selon l’origine géographique

36Al‑Nuwayrī, à la suite d’al‑Tamīmī et d’al‑Yaʿqūbī donne le classement qualitatif suivant, selon l’origine géographique :

  • Šiḥarī (originaire de Šiḥr, littoral du Yémen et d’Oman)
  • Zanǧī (originaire du pays des Zanǧ, « le pays des Noirs », la côte orientale de l’Afrique).
  • Šalāhiṭī (de la mer de Šalāhiṭ 95, probablement sur les côtes orientales de l’Inde, non loin de la mer d’Harkand 96 – Golfe du Bengale 97 – citée par al‑Masʿūdī à propos de l’ambre 98).
  • Qāqullī (de Qāqulla, port probablement situé sur la péninsule Malaise, connu également pour ses exportations de bois d’aloès et visité par Ibn Battuta 99).
  • Zanǧī. Il y a ici une incohérence dans le classement, due sans doute à un mauvais tri dans les sources utilisées par al‑Nuwayrī. De fait, il cite plusieurs œuvres d’al‑Tamīmī, qui semblent se contredire. Dans son Ǧīb al‑ʿarūs, al‑Tamīmī place le Zanǧī après l’ambre indien ou après l’ambre de Šiḥr ; ailleurs al‑Tamīmī cite al‑Yaʿqūbī.
  • Hindī (de l’Inde).
  • Maġribī (du Maghreb). Abū al‑Faḍl Ǧaʿfar, dans son Livre de l’indication de l’excellence du commerce (xiie s.), classe l’ambre du Maghreb en second, après le Šiḥarī 100. Nous avons vu précédemment que les géographes andalous contestent ce classement, considérant peut-être par chauvinisme que l’ambre atlantique vaut celui de l’océan Indien.
  • 101 Levey 1961, p. 400.

37Ibn Māsawayh donne lui un classement différent, mixant origine géographique et variété 101 :

  • Šalāhiṭī (dont le meilleur est bleuté, huileux et gras).
  • Qāqullī (Ibn Māsawayh indique que Šalāhitī et Qāqullī proviennent de la région de Sofala en Inde).
  • Mand de Šiḥr (Ibn Māsawayh indique qu’il vient des côtes du Yémen).
  • Mand de Zanǧ. (Ibn Māsawayh précise qu’il s’agit de variétés noires ou rouges, que certains confondent avec le Šiḥrī et ajoute que son nom de Zanǧī vient de sa couleur noire).
  • Samakī (Ibn Māsawayh précise qu’on se sert de cet ambre de mauvaise qualité pour falsifier et imiter le meilleur ambre).

Selon la couleur

  • 102 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 20‑21.
  • 103 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 19.
  • 104 Al‑Damīrī, ayāt al‑ayawān, II/1, p. 390‑391.

38Al‑Nuwayrī, citant al‑Tamīmī et al‑Yaʿqubī, évoque plusieurs couleurs possibles pour l’ambre : blanc, bleuâtre, grisâtre (ašhab), noir (ambre mand), tacheté (al‑abraš, ambre ǧirāriyyi), jaune‑rouge (ambre afaʾa). Les deux derniers sont, selon al‑Nuwayrī, des ambres de basse qualité. L’ambre noir, le mand, dont le meilleur vient de Šiḥr, contient du jaune et a une bonne odeur 102. L’ambre de Qāqullī est signalé comme étant grisâtre. L’ambre bleuâtre est signalé comme rare ; celui venant de Šalāhiṭī est le plus beau et le plus gras, et est utilisé en parfumerie 103. L’ambre bleu peut aussi provenir du pays des Zanǧ. En haut de la hiérarchie figure l’ambre de couleur blanche, provenant de Šiḥr et de Zanǧ. Al‑Damīrī donne le classement suivant : d’abord le gris, puis le bleu, le jaune et enfin le noir 104.

Selon l’odeur

39L’ambre samakiyya, ayant une couleur semblable au bitume (qāra) tient sa mauvaise odeur du poisson : il est donc dévalorisé. Pour le reste, al‑Nuwayrī ne donne pas plus de précision ni de hiérarchie en terme de qualité de fragrance ; tout juste se borne‑t‑il à signaler que l’ambre est classé selon l’essence et à dire que le Šiḥarī a une bonne odeur : l’ambre sec (c’est‑à‑dire l’ambre blanc) est lui aussi valorisé pour sa qualité.

Conclusion

40Les auteurs arabes, à travers leurs questionnements et leurs hypothèses sur l’origine de l’ambre, n’avaient pas connaissance (ou du moins ne le mentionnent-ils pas) de la transformation de l’ambre « frais », à la mauvaise odeur, en une substance aux riches fragrances. Au contraire, certains chroniqueurs ou géographes, suivant al‑Ǧāḥiẓ, considèrent que l’ambre trouvé dans le ventre des baleines est un ambre putréfié et dégradé, ne trouvant pas grâce à leurs yeux. Mais, dans la plupart des sources, tout se passe comme si plusieurs ambres coexistaient, dont les différences sont expliquées non par leur degré de maturation, mais par la diversité de leurs origines géographiques ou différentes variétés de couleur, de substance et d’essence. L’ambre frais, noirâtre, se trouve en bas de l’échelle de ces variétés, non parce qu’il serait le début de l’évolution d’un produit raffiné, mais parce qu’il en représente une sous-espèce, de basse qualité, inutilisable en parfumerie, si ce n’est en contrefaçon. Tous les textes concordent pour dévaloriser l’ambre noir, impur, à l’odeur médiocre. La qualité de l’ambre progresse à mesure qu’il s’éclaircit vers le gris et le blanc. Ce classement est donc assez logique, car il correspond à la maturation de l’ambre, qui tend à développer ses parfums quand il sèche et quand il change de couleur pour s’éclaircir. Certes, les savants arabes n’avaient pas compris l’exact déroulement de la création de l’ambre, mais ils avaient bien observé que les ambres gris et blancs donnaient les plus riches odeurs.

  • 105 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, VI, 6, p. 233.
  • 106 Van Den Abeele 2015, p. 437‑444.
  • 107 Cité par Miquel 1967, p. III, chap. 3, § 43.

41Cette échelle des valeurs des fragrances ne concerne pas seulement la couleur, mais également l’origine du produit : l’ambre dit d’origine végétale, ressemblant à un champignon ou une truffe, est nettement valorisé par rapport à celui trouvé dans le ventre des baleines et des poissons. L’ambre samakiyya hérite sa mauvaise odeur de celle des poissons dont il est issu et se trouve donc dévalorisé. De plus, l’ambre trouvé près des régions dorsales des baleines est mieux réputé que celui trouvé dans les entrailles, lieu de putréfaction et de pestilence. Il faut noter ici que la baleine, strictement considérée comme un poisson, est associée à l’univers des mauvaises odeurs ; c’est là une différence fondamentale avec le Moyen Âge latin, où les auteurs mentionnent, à la suite des bestiaires, que la baleine attire les petits poissons dans sa bouche par sa douce haleine 105 bien qu’elle soit considérée comme un animal diabolique, qui avala Jonas 106. De même, selon al‑Ǧāḥiẓ, le poisson est la figure même du diable : « S’il y a une créature du démon, c’est bien au poisson qu’il est le plus normal de penser, car tous se dévorent les uns les autres. Le mâle suit la femelle au moment de la ponte et, chaque fois qu’elle libère les œufs, il les engloutit. Si un homme ou un quadrupède tombe à l’eau, que ce soit en mer ou dans la rivière, le poisson est plus prompt à le dévorer que les hyènes et les vautours sur une charogne. 107 » L’ambre de baleine (selon les conceptions arabes) est donc dévalorisé pour de multiples raisons ; l’hypothèse de son origine excrémentielle est à peine mentionnée, et pour être le plus souvent rejetée : il semble y avoir une incompatibilité totale entre un parfum si noble et si précieux et ses possibles origines ichtyologiques pestilentielles.

  • 108 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, § 4, qui compare l’ambre à la kama’a, sorte de tubercule poussant au printe (...)

42Il est donc facile de comprendre pourquoi les savants arabes ont préféré une origine végétale pour l’ambre : champignons et truffes, auxquels l’ambre est parfois comparé 108, sont naturellement associés aux riches et nobles odeurs.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind. Relation de la Chine et de l’Inde rédigée en 851, éd. Jean Sauvaget, Paris, Belles Lettres (Collection arabe), 1948.

al‑Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, éd. William Mac Guckin de Slane, Alger, Adolphe Jourdan, 1913. [En ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104409x.

al‑Damīrī, Muḥammad ibn Mūsa, Ad‑Damīrī’s ayāt al‑ayawān: a zoological lexicon, traduit par Atmaram Sadashiva Grandin Jayakar, Londres, Luzac, 1906.

al‑Dimašqī, Šams al‑Dīn Muḥammad b. Ibrāhīm, Manuel de la cosmographie du Moyen Âge, éd. August Ferdinand Michael von Mehren, Copenhague-Paris-Leipzig, Reitzel-Leroux-Brockhaus, 1874.
[En ligne] http://www.archive.org/details/manueldelacosmo00dimagoog.

Ferrand Gabriel (éd.) 1913, Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turks relatifs à l’Extrême-Orient du viiie au xviiie siècles, Paris, E. Leroux. [En ligne] http://archive.org/details/relationsdevoyag1a2ferruoft.

al‑Ǧāḥiẓ, ʿAmr ibn Baḥr, Kitāb al-ayawān, éd. ʿAbd al‑Salām Muḥammad Hārūn, Le Caire, Maṭbaʿat Muṣṭafā al‑Bābī al‑Ḥalabī, 1938.

al‑Hamdānī, Abū Muḥammad al‑Ḥasan b. Aḥmad b. Yaʿqūb b. Yūsuf b. Dāwūd, ifat Ǧazīrat al‑ʿArab, éd. David Heinrich Müller, Leyde, E.J. Brill, 1884.

Hamdullāh al‑Mustawfī al‑Qazwīnī, The zoological section of the Nuzhatu‑l‑Qulūb of Hamdullāh al‑Mustaufī al‑Qazwīnī, éd. John Stephenson, Londres, Routledge (The Muslim world, 1100‑1700, 7 ; Royal Asiatic Society classics of Islam 2), 2007.

Ibn al‑Bayṭār, Traité des simples, éd. Lucien Leclerc, Paris, Imprimerie nationale (Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale 23), 1877.

Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī, Aḥmad b. Muḥammad b. Isḥāq Abū Bakr, Abrégé du Livre des pays, traduit par Henri Massé, Damas, Institut français de Damas, 1973. [En ligne] http://books.openedition.org/ifpo/6217.

Ibn H̱urradāḏbih, ʿUbayd Allāh b. ʿAbd Allāh, Le Livre des routes et des provinces, éd. Charles Barbier de Meynard, Paris, Imprimerie impériale, 1865.

al‑Idrīsī, Muḥammad b. Muḥammad al‑Šarīf Abū ʿAbd Allāh, Géographie d’Edrisi, éd. Pierre Amédée Jaubert, Paris, Imprimerie royale, 1836. [En ligne] http://www.mdz-nbn-resolving.de/urn/resolver.pl?urn=urn:nbn:de:bvb:12-bsb10218989-2.

al‑Iṣṭaḫrī, Ibrāhīm b. Muḥammad al‑Fārisī , Kitāb al‑masālik al‑mamālik (Viae regnorum, descriptio ditionis moslemicae auctore Abu Ishák al‑Fárisí al‑Istakrí), 1927, éd. Michael Jan de Goeje, Leyde, E.J. Brill (Bibliotheca geographorum arabicorum 1). [En ligne] https://archive.org/details/BibliothecaGeographorumArabicorum1927Vol1ViaeRegnorumDescriptio.

Léon l’Africain, Description de l’Afrique, éd. Thédore Monod, Henri Lhote et Raymond Mauny, traduit par Alexis Épaulard, Paris, Maisonneuve (Publication de l’Institut des hautes études marocaines 61), 1956.

Marco Polo, Le devisement du monde, t. VI et dernier, éd. Dominique Boutet, Thierry Delcourt, Danièle JamesRaoul et Philippe Ménard, Genèvre, Droz (Textes littéraires français 597), 2009.

Marco Polo, Milione. Redazione latina del manoscritto Z, éd. Alvaro Barbieri, Parme, P. Bembo U. Guanda (Biblioteca di scrittori italiani), 1998.

al‑Masʿūdī, ’Alī b. al‑Ḥusayn, Les prairies d’or (Murūǧ al‑ahab wa maʿādin al‑ǧawhar), éd. Charles Barbier de Meynard et Abel Pavet de Courteille, Paris, Imprimerie impériale (Collection d’ouvrages orientaux), 1861.

Maïmonide, Moïse, Moses Maimonides’ Two treatises on the regimen of health, « Fī Tadbǐr al‑iḥḥah » and « Maqālah fi bayān baʿ al‑a ʿrāḍ wa‑l‑jawāb ʿanhā », traduit par Hebbel E. Hoff, Ariel BarSela et Elia Faris, Philadelphie, American Philosophical Society (Transactions of the American Philosophical Society. New Series 54‑4), 1964.

al‑Muqaddasī, Muḥammad b. Aḥmad, Description de l’Occident musulman au ivexe siècle, éd. Charles Pellat, Alger, Carbonel (Bibliothèque arabe-française 9), 1950.

al‑Nuwayrī, Aḥmad b. ʿAbd al‑Wahhāb, Nihāyat al‑arab fī funūn al‑adab, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑Ilmiyah, 2004. [En ligne] https://archive.org/details/nihayat-al-arab.

al‑Nuwayrī, Aḥmad b. ʿAbd al‑Wahhāb, Nihāyat al‑arab fī funūn al‑adab, Le Caire, Maṭbaʿa dār al‑kutub al‑miṣriyya, 1929‑1988.

al‑Rāzī, Aḥmad ibn Muḥammad ibn Mūsa, « La Description de l’Espagne d’Aḥmad al‑Rāzī. Essai de reconstitution de l’original arabe et traduction française », éd. Évariste LéviProvençal, AlAndalus 18/1, 1953, p. 51‑108.

Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, rédigé en 851, suivi de remarques par Abû Zayd Hasan (vers 916), éd. Gabriel Ferrand, Paris, Bossard (Les Classiques de l’Orient 7), 1922.
[En ligne] http://archive.org/details/voyagedumarchand00sirauoft.

al‑Ṭabarī, The History of Al‑abarī. Vol. 8. The Victory of Islam: Muhammad at Medina A.D. 626‑630/A.H. 5‑8, éd. Michael Fishbein, Albany, SUNY Press, 1997.

Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, éd. Helmut Boese, Berlin - New York, W. de Gruyter, 1973.

al‑Yaʿqūbī, Aḥmad b. Abi Yaʿqūb, Kitāb al‑buldān, éd. Michael Jan de Goeje, Leyde, E.J. Brill (Bibliotheca Geographorum Arabicum), 1892, 2e éd. [En ligne] http://archive.org/details/bibliothecageog01goejgoog.

al‑Zuhrī, « Kitāb al‑ǧuġrāfiyya. Mappemonde du calife al‑Ma’mūn reproduite par Fazārī (iiieixe s.) rééditée et commentée par Zuhrī (viexiie s.) », éd. Muḥammad Hadj‑Sadok, Bulletin d’Études Orientales XXI, 1968, p. 1‑312. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/41603291.

Études

Clarke Robert 2006, « The Origin of Ambergris », Latin American Journal of Aquatic Mammals 5/1, p. 7‑21. [En ligne] http://www.lajamjournal.org/index.php/lajam/article/view/231.
DOI : 10.5597/lajam00087.

Constable Olivia Remie 1996, Trade and Traders in Muslim Spain. The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula, 900‑1500, Cambridge, U.K, Cambridge University Press (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought. Fourth Series 24).

Dannenfeldt Karl H. 1982, « Ambergris: The Search for Its Origin », Isis 73/3, p. 382‑397. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/231442, DOI : 10.5597/lajam00087.

Dunn Ross E. 1986, The adventures of Ibn Battuta, a Muslim Traveler of the Fourteenth Century, Berkeley, University of California Press.

Fauvelle‑Aymar François‑Xavier 2013, Le Rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Alma éditeur.

Heyd Wilhelm von 1886, Histoire du Commerce du Levant au Moyen Âge, éd. Furcy Raynaud, Leipzig, O. Harrassowitz. [En ligne] http://books.google.fr/books?id=oEXUMLA8e84C.

King Anya H. 2008, « The Importance of Imported Aromatics in Arabic Culture: Illustrations from Pre‐Islamic and Early Islamic Poetry », Journal of Near Eastern Studies 67/3, p. 175‑189.
[En ligne] http://www.jstor.org/stable/10.1086/591746. DOI : 10.1086/591776.

King Anya H. 2007, The Musk Trade and the Near East in the Early Medieval Period, PhD Dissertation, Bloomington, Indiana University (Advisor: Christopher I. Beckwith). Diffusion : Ann Harbor, ProQuest, 2008. [En ligne] https://books.google.com.lb/books?id=GO5OiiYeuNIC.

Lev Efrayim et ʿAmar Zohar 2008, Practical Materia Medica of the Medieval Eastern Mediterranean According to the Cairo Genizah, Leyde, E.J. Brill.

Levey Martin 1961, « Ibn Māsawayh and his Treatise on Simple Aromatic Substances. Studies in the History of Arabic Pharmacology, I », Journal of the History of Medicine and Allied Science 16/4, p. 394‑410. [En ligne]
http://jhmas.oxfordjournals.org/content/XVI/4/394.extract.
DOI : 10.1093/jhmas/XVI.4.394.

Melis Federigo 1972, Documenti per la storia economica dei secoli XIII‑XVI, con una nota di paleografia commerciale a cura di Elena Cecchi, Florence, L.S. Olschki.

Miquel André 1967, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, Paris, EHESS - Outon (Civilisations et sociétés 7, 37, 68, 78). [En ligne] http://books.openedition.org/editionsehess/537.

Miquel André 1966, « L’Europe occidentale dans la relation arabe d’Ibrāhīm b. Yaʿqūb (xe s.) », Annales. Histoire, Sciences Sociales 21/5, p. 1048‑1064. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/27576697.

Pelliot Paul 1959, Notes on Marco Polo. I. Abacan-Çulficar, éd. Louis Hambis, Paris, Imprimerie nationale – Maisonneuve. [En ligne] http://dsr.nii.ac.jp/toyobunko/III-2-F-c-104/V-1/.

Riddle John M. 1973, « Amber in ancient Pharmacy: The Transmission of Information About a Single Drug: A Case Study », Pharmacy in History 15/1, p. 3‑17. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/41108779.

Riddle John M. 1964a, Amber and Ambergris in Materia Medica during Antiquity and the Middle Ages, PHD Dissertation, Chapel Hill, University of North Carolina.

Riddle John M. 1964b, « Pomum ambrae: Amber and Ambergris in Plague Remedies », Sudhoffs Archiv für Geschichte der Medizin und der Naturwissenschaften 48/2, p. 111‑122. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/20775083.

Riddle John M. 1964c, « Amber: An Historical-Etymological Problem », in Laudatores temporis acti: Studies in Memory of Wallace Everett Caldwell, Chapel Hill, University of North Carolina Press (James Sprunt Studies in History and Political Science 46), p. 110‑120.

Ruska Julius et Plessner Martin 1986, « ʿAnbar », in Encyclopaedia of Islam. New Edition, Leyde, E.J. Brill, I, p. 484.

Serjeant Robert Bertram 1948, « Material for a History of Islamic Textiles up to the Mongol Conquest », Ars Islamica 13, p. 75‑117. [En ligne] http://www.jstor.org/stable/4515648.

Van Den Abeele Baudouin 2015, « Les stratégies olfactives chez les animaux et leur moralisation », in Agostino Paravicini Bagliani (éd.), Parfums et odeurs au Moyen Âge. Science, usage, symboles, Florence, SISMEL - Ed. del Galluzzo (Micrologus’ Library 67), p. 429‑445.

Yamada Kentarō 1955, A short history of ambergris by the Arabs and Chinese in the Indian Ocean, Ōsaka, Kinki University (Reports of the Institute of World Economics, Kinki University 8 et 11), 2 vol.

Yturbide Pierre 1918, « La pêche des baleines au Pays Basque, du xiie au xviiie siècles », Société bayonnaise d’études régionales 5, p. 14‑42.

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier ses collègues qui ont contribué à l’élaboration de cet article : Abdullah Al‑Kafri, Julie Bonnéric, Rémy Gareil, Christine Gadrat, Katherine Walker-Meickle, Élodie Vigouroux.

2 Pelliot 1959, p. 32‑33.

3 Miquel 1967, tome III, chapitre 6 sur les plantes.

4 Riddle 1964c, p. 11 ; Riddle 1973.

5 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, XIV, 64, p. 369.

6 Une étude sur l’ambre gris en Occident médiéval est actuellement en cours de rédaction. Elle fera le point sur la transmission des savoirs arabes en Occident sur ce sujet précis.

7 Pelliot 1959, p. 32‑33.

8 Melis 1972, p. 300 et 306.

9 Ibn Māsawayh, trad. Levey 1961, p. 397.

10 King 2008, p. 179.

11 Serjeant 1948, p. 76 ; King 2008, p. 180. Les deux auteurs citent al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī.

12 King 2008, p. 186‑188.

13 King 2007, p. 51‑58.

14 Al‑Nuwayrī, Nihāyat (éd. 2004), XII, p. 53‑60. Ces pages ont été traduites en français par Gabriel Ferrand (1913, p. 614‑620)

15 Lev et ʿAmar 2008, p. 331‑333.

16 Ibn al‑Bayṭār, Traité de simples, II, no 1587, p. 469 ; Ferrand 1913, p. 282‑285.

17 Des fumigations à l’ambre gris ont été également utilisées en Occident à la fin du Moyen Âge contre la peste (Riddle 1964b, p. 115‑116).

18 Heyd 1886, II, p. 571‑574.

19 Maïmonide, Two treatises on the regimen of health, p. 22, note 75.

20 Ibn H̱urradāḏbih, Le Livre des routes et des provinces, p. 182.

21 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, éd. Sauvaget 1948.

22 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, éd. Ferrand 1922.

23 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind. Voir l’introduction de Jean Sauvaget.

24 Al‑Yaʿqūbī, Kitāb al‑Buldān, p. 394‑395.

25 Al‑Iṣṭaḫrī, Kitāb al‑masālik al‑mamālik, p. 42.

26 Levey 1961, p. 400.

27 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 16‑22.

28 Al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362 ; VII, p. 109.

29 Levey 1961, p. 400.

30 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 3, § 4 et note 6 p. 35, où J. Sauvaget précise que ces « truffes » sont des sortes de tubercules comestibles que l’on trouve dans le désert.

31 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, éd. Ferrand 1922, p. 93 et 132‑133.

32 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 335‑336.

33 Al‑Idrīsī, Géographie, I, p. 64.

34 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 16‑17.

35 Al-Dimašqī, Manuel de cosmographie, chap. IV, 6, p. 174‑175.

36 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 6, § 10.

37 Al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, VII, p. 109.

38 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 17.

39 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 18.

40 Al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362.

41 FauvelleAymar 2013, p. 40, dans le chapitre consacré à l’ambre de baleine.

42 Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, p. 174.

43 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 334 ; Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, éd. Ferrand, p. 132‑133.

44 Ce récit ne se trouve que dans une version latine du texte de Marco Polo, dite « rédaction Z ». Marco Polo, Milione, Ms. Z, § 123, p. 406‑410 ; Marco Polo, Le devisement du monde, p. 198.

45 Levey 1961, p. 400.

46 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 21.

47 Ibn al‑Bayṭār, Traité des simples, II, p. 469‑470.

48 Al‑Idrīsī, Géographie, I, p. 64.

49 Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, p. 174 ; al‑Damīrī, ayāt al-ayawān, II, p. 392.

50 Miquel 1967, III, p. 380.

51 Cité en note dans l’édition du Kitāb al‑ayawān, V, p. 362, note 5.

52 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 34, note 2.

53 Al‑Damīrī, ayāt al‑ayawān, p. 391.

54 Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, p. 175.

55 Al‑Damīrī, ayāt al‑ayawān, p. 388‑390.

56 Al‑Ṭabarī, History, VIII, p. 147‑149.

57 Al‑Zuhrī, Géographie, § 32 p. 292, § 34, p. 290.

58 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, p. 564‑565.

59 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 234‑235 et 334.

60 Al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362 et VII, p. 109.

61 Hamdullāh al-Mustawfī al-Qazwīnī, Nuzhatu-L-Qulūb, p. 54.

62 Nous avons vu auparavant qu’il explique qu’il tue la baleine qui en avale.

63 Al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb al‑ayawān, V, p. 362.

64 Clarke 2006, sp. p. 14‑17.

65 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 18.

66 Ibn H̱urdāḏbih, Livre des routes et des provinces, p. 60 (texte arabe) et 182 (traduction).

67 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 3 et note p. 35.

68 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, p. 132.

69 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, p. 334‑335.

70 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 18.

71 Al‑Idrīsī, Géographie, I, p. 64 ; Al‑Dimašqī, Manuel de cosmographie, chap. IV, 6, p. 174‑175.

72 Yturbide 1918, en particulier p. 30 pour ce dernier point.

73 Miquel 1966, p. 1053.

74 Al‑Rāzī, Description de l’Espagne, p. 91.

75 Al‑Muqaddasī, Description de l’Occident musulman, p. 51.

76 Constable 1996, p. 170.

77 Al‑Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, p. 301.

78 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 20.

79 Constable 1996, p. 170‑171.

80 Al‑Iṣṭaḫrī, Kitāb al-masālik al-mamālik, p. 42.

81 Miquel 1967, III, chap. 4, note 557.

82 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, p. 93‑94.

83 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 365‑366.

84 Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine, p. 132.

85 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 333‑334.

86 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, XII, p. 18.

87 Al‑Hamdānī, ifat Ǧazīrat al‑’Arab, I, p. 37. Traduit dans Miquel 1967, II/1, chap. 2, § 23, qui précise en note que le texte et le sens littéral sont incertains.

88 Miquel 1967, III, chap. 6, § 133.

89 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 16.

90 Al‑Nuwayrī, Nihāyat éd. 1929, p. 18.

91 Al‑Nuwayrī, Nihāyat. éd. 1929, p. 21.

92 Al‑Nuwayrī, Nihāyat. éd. 1929, p. 21.

93 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 335.

94 Nadd est une variante de mand, un ambre noir de mauvaise qualité (Ibn al‑Bayṭār, Traité des simples, p. 470).

95 Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī, Abrégé du Livre des pays, p. 11, 13 et 19.

96 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, note 1 p. 19.

97 Note de Sauvaget dans Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, p. 35.

98 Al‑Masʿūdī, Prairies d’or, I, p. 335.

99 Dunn 1986, p. 256‑257 et note 28 p. 263.

100 Ferrand 1913, p. 604.

101 Levey 1961, p. 400.

102 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 20‑21.

103 Al‑Nuwayrī, Nihāyat, éd. 1929, p. 19.

104 Al‑Damīrī, ayāt al‑ayawān, II/1, p. 390‑391.

105 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, VI, 6, p. 233.

106 Van Den Abeele 2015, p. 437‑444.

107 Cité par Miquel 1967, p. III, chap. 3, § 43.

108 Abār al‑Ṣīn wa‑l‑Hind, § 4, qui compare l’ambre à la kama’a, sorte de tubercule poussant au printemps dans le désert d’Arabie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Buquet, « De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 113-133.

Référence électronique

Thierry Buquet, « De la pestilence à la fragrance. L’origine de l’ambre gris selon les auteurs arabes », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/beo/4692 ; DOI : 10.4000/beo.4692

Haut de page

Auteur

Thierry Buquet

CRAHAM UMR 6273, Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page