Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

La conjugaison des verbes creux : approche lexicale vs. approche phonologique

Georges Bohas
p. 37-50

Résumés

Dans cet article, je retrace l’évolution des études de phonologie arabe des années 70 à 80, en mettant en exergue la contribution apportée par D.E. Kouloughli. Je montre ensuite comment j’en suis venu à douter de l’intérêt d’une conception de la phonologie fondée sur des représentations abstraites du style de celles des grammairiens arabes et je propose un traitement lexical dont je donne une idée concernant les verbes dits « creux » aǧwaf.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Historique
La situation au début des années 70
Brame, Kouloughli et Bohas
Doutes
Un traitement lexical 
Application : exemples
ʿa/biʿtu/yabīʿu
āfa/iftu/yaāfu
Le passif
Résumé
Conclusion

Aperçu du début du texte

Historique

Je vais reprendre ici une réflexion que j’ai menée durant une trentaine d’années en collaboration avec Djamel Eddine Kouloughli et Jean‑Patrick Guillaume sur les verbes arabes dits « creux » ou « concaves ».  Il s’agit des verbes dont le radical est composé de deux consonnes et d’une voyelle longue, comme qāla  « il a dit », bāʿa « il a vendu » et āfa « il a craint ». Depuis les débuts de la réflexion grammaticale arabe, ces verbes ont retenu l’attention des grammairiens, puis des linguistes. En effet, vu ce que l’on sait sur la structure morphologique de la langue, on s’attend à ce qu’un verbe arabe manifeste trois consonnes dans toutes ses formes, comme kataba/katabtu « il a écrit/j’ai écrit » ou au moins dans quelques‑unes, comme ramā/ramaytu « il a tiré, j’ai tiré ». Dans ce dernier cas, la forme ramaytu fait bien apparaitre trois consonnes, RMY, cette troisième étant un glide. En revanche, dans les verbes creux n’apparaissent jamais que deux consonnes et une voyelle ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bohas, « La conjugaison des verbes creux : approche lexicale vs. approche phonologique », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 37-50.

Référence électronique

Georges Bohas, « La conjugaison des verbes creux : approche lexicale vs. approche phonologique », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4791 ; DOI : 10.4000/beo.4791

Haut de page

Auteur

Georges Bohas

ENS Lyon (professeur émérite), Laboratoire ICAR (UMR 5191)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page