Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

The “Zamaḫšarian lan”, a review of the evidence

Michael G. Carter
p. 51-64

Résumés

Il existe une vieille accusation sectaire visant al‑Zamaḫšarī (m. 538/1144), lequel aurait interprété lan « ne... pas » comme désignant la négation perpétuelle, avec l’implication théologique hérétique (c.à.d. muʿtazilite) que lan tarānī, dans la sourate 7 du Coran, verset 143, dénierait aux croyants dans l’au‑delà l’accès à la Vision béatifique. Cet article soutient qu’al‑Zamaḫšarī lui‑même n’a jamais défendu un tel point de vue. Il était certainement conscient que la négation perpétuelle pouvait être exprimée par abadan et autres qualificatifs temporels semblables, mais quand il discute de lan, c’est toujours en tant que pure négation du futur, avec une forte emphase qu’il appelle taʾkīd ou tawkīd, tandis que le terme taʾbīd [al‑nafy] « perpétuité [de la négation] » ne se trouve dans aucune de celles de ses œuvres qui nous ont été accessibles. Comme le montre la précieuse étude d’al‑Buʿaymī, cette idée était déjà en circulation au moins un demi-siècle avant al‑Zamaḫšarī, mais son nom n’y est pas explicitement associé avant Ibn Mālik (m. 672/1274), plus tard suivi avec enthousiasme par Ibn Hišām (m. 761/1360). Ceci suggère que l’analyse hérétique de lan a pu être rétrospectivement attribuée à Al‑Zamaḫšarī par les adversaires de ses vues muʿtazilites, cette attribution polémique ayant été acceptée sans discussion depuis, tant dans la tradition grammaticale arabe que chez ses commentateurs occidentaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

This paper is inspired by Kouloughli’s 2007 edition of al‑Zamaḫšarī’s al‑Unmūḏaǧ fī al‑naw, which makes accessible, by its text, translation and notes, the essence of Arabic syntax, and thus unites the two linguistic traditions of the Arab and the Western worlds.

One notion for which al‑Zamaḫšarī is well known — indeed notorious in some quarters — is the assertion that the particle lan signifies negation in perpetuity, taʾbīd al‑nafy, the so‑called lan al‑zamaḫšariyya. This heretical proposition enraged the orthodox to a point where, as this paper will argue, it was introduced retrospectively into the manuscript tradition even though it is extremely unlikely that al‑Zamaḫšarī himself ever made such a claim for lan.

Before going any further, it is necessary to point out that for a number of reasons, particularly of time pressure and inaccessibility of material, the contents of this paper rely on only a fraction of the relevant primary sources, mainly al‑Zamaḫšarī’s Kaššāf, Mufaṣṣal an...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael G. Carter, « The “Zamaḫšarian lan”, a review of the evidence », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 51-64.

Référence électronique

Michael G. Carter, « The “Zamaḫšarian lan”, a review of the evidence », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4799 ; DOI : 10.4000/beo.4799

Haut de page

Auteur

Michael G. Carter

Sydney University

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page