Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVDossier thématique : Mélanges de ...Articles du dossier thématiqueGrammaticalisation du maṣdar kawn...

Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

Grammaticalisation du madar kawn en arabe contemporain : « le fait de », « parce que », « que »

Catherine Pinon
p. 77-100

Résumés

Cet article s’intéresse à l’emploi dit « grammatical » du madar kawn. Après avoir fait un état des lieux des mentions de cet emploi dans les grammaires arabes et dans les grammaires orientalistes ou arabisantes, on y propose une description exhaustive fondée sur corpus des différents emplois de kawn en arabe contemporain. Les différentes valeurs que sont « le fait d’être », « parce que » voire l’emploi comme simple subordonnant « que », suggèrent la grammaticalisation de kawn.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les fondements théoriques de cette entreprise, notamment la notion d’accrétion dans les gramma (...)

1Qui fréquente les grammaires dites d’arabe moderne n’aura pas manqué de constater que celles‑ci sont bien souvent davantage une transcription du contenu des grammaires de l’arabe classique que de réelles grammaires décrivant l’état moderne de l’arabe. Partant de ce constat, il nous a semblé nécessaire d’apporter une contribution à la grammaire de l’arabe moderne en proposant des fragments de syntaxe de l’arabe contemporain. À moyen terme, l’objectif est d’établir une grammaire adéquatement descriptive de cet état. C’est dans cette entreprise de description quantifiée et systématique de la syntaxe de l’arabe contemporain, fondée sur corpus, que s’intègre cet article. 1

2Le nom verbal (maṣdar) kawn est connu pour son sens lexical signifiant « univers », mais admet aussi un emploi que l’on peut qualifier de grammatical signifiant « le fait d’être ». Ce second emploi ne figure pour ainsi dire pas dans les grammaires arabes traditionnelles, bien qu’il soit régulièrement employé par les grammairiens eux‑mêmes. Une étude à même de décrire cet emploi relativement courant dans la langue moderne fait actuellement défaut. Elle seule, pourtant, est susceptible de nous aider à comprendre le processus de grammaticalisation qui permet de passer du « fait de » à « parce que », voire à un simple marqueur de subordination comme « que ».

3Dans un premier temps, nous synthétiserons les mentions faites de cet emploi dans les grammaires arabes et orientalistes ou arabisantes. Ensuite, à partir d’un corpus d’arabe contemporain, nous observerons la syntaxe propre à l’utilisation de kawn, ainsi que les différentes valeurs portées par ce maṣdar, afin de proposer une hypothèse quant à sa grammaticalisation.

Kawn dans les grammaires

Sources arabes

  • 2 Ibn al‑Ḥāǧib, AlImlāʾ ʿalā lKāfiya fī lnaḥw, folio 2b.

4Kawn constitue pour les grammairiens un outil qu’ils utilisent régulièrement pour exprimer l’état de fait ou la cause. Nous pouvons citer ce passage où figure une occurrence d’ailleurs en coordination avec li‑ʾanna (parce que) parmi les innombrables occurrences que contient al‑Imlāʾ ʿalā l‑Kāfiya fī l‑naḥw d’Ibn al‑Ḥāǧib 2 :

(1) fa‑ʾin ṣaḥḥa ḫurūǧ “yaḍribu” ʿan al‑ḥadd li‑kawni‑hi dalla ʿalā ʾaḥad al‑ʾazmina fa‑l‑yaṣiḥḥ ḫurūǧ “ḍārib” ʿan al‑ḥadd li‑ʾanna‑hu dalla ʿalā ʾaḥad al‑ʾazmina wa‑ʾin kānat dalālatu‑hu muštaraka.
S’il est exact d’exclure « yaḍribu » (il frappe) de la catégorie [du nom] du fait qu’il réfère à l’un des trois temps, alors il convient d’exclure « ḍārib » (frappant, « qui frappe ») de ladite catégorie parce qu’il réfère à l’un des trois temps, même si sa signification est partagée [entre le présent et le futur].

  • 3 Al‑Anbārī, Kitāb asrār alʿarabiyya, I, p. 155 pour l’exemple.

5Certains auteurs utilisent kawn très régulièrement dans leurs explications, comme Abū al‑Barakāt al‑Anbārī 3, notamment dans les titres en complément du nom ʿilla (raison, cause) où il est ensuite paraphrasé par ʾan yakūn (qu’il soit) :

(2) ʿillat kawn al‑tamyīz nakira. [...] Fa‑lima waǧiba ʾan yakūn al‑tamyīz nakira ?
La raison du fait que le complément spécificatif est indéterminé. [...] Alors pourquoi le spécificatif doit‑il être indéterminé ? (lit. pourquoi faut‑il que soit le spécificatif indéterminé).

  • 4 Brève mention en est faite chez Al‑Anbārī, Kitāb asrār al‑ʿarabiyya ; Ibn ʿAqīl, Šarḥ Ibn ʿAqīl ʿa (...)

6Cet emploi n’est donc ni rare, ni récent ; il est attesté en nombre dans des textes bien antérieurs à la période moderne. Cependant, les grammairiens qui mentionnent l’emploi particulier de ce maṣdar sont rares 4 et se bornent à expliquer qu’en tant que maṣdar du verbe kāna bivalent (kawn maṣdar kāna l‑nāqiṣa), il a besoin d’un ism et d’un ḫabar. Ibn ʿAqīl, dans son commentaire de la Alfiyya d’Ibn Mālik, semble être le seul auteur à commenter systématiquement les emplois de kawn. Al‑Ġalāyīnī (1973, p. 279‑280) cite quant à lui trois exemples, les deux premiers forgés, le troisème normalement puisé dans la tradition poétique arabe, mais il ne les discute que du point de vue de l’iʿrāb :

(3) kawnu‑ka muǧtahidan ḫayrun la‑ka.
Que tu sois appliqué est mieux pour toi, lit. le fait que tu sois.

(4) kawnu l‑raǧul taqiyyan ḫayrun la‑hu.
Que l’homme soit pieux est mieux pour lui, lit. le fait que.

(5) bi‑baḏlin wa‑ḥilmin sāda fī qawmi‑hi l‑fatā/wa‑kawnu‑ka ʾiyyā‑hu ʿalay‑ka yasīru
Par l’abnégation et la longanimité, le jeune preux est le seigneur de son clan/et du fait que tu es doué, il t’est facile d’en être un.

  • 5 Al‑Munǧid fī l‑luġa l‑muʿāṣira, p. 1258 a.

7On trouve aussi mention de cet emploi de kawn dans le Munǧid de la langue contemporaine 5 :

(6) kawn : maṣ./kāna : « ʾuḫliya sabīlu‑hu li‑kawni‑hi maǧnūnan. »
Le fait d’être : nom d’action/être : « il a été relâché parce qu’il est fou ».

8Il convient donc de noter que l’emploi de kawn seul ou en composition avec d’autres particules dans un tour exprimant la cause ou la raison n’est pas récent mais qu’il n’apparaît que sporadiquement dans les grammaires arabes traditionnelles.

Sources orientalistes et arabisantes

9Silvestre de Sacy (1810, p. 299‑300) indique, dans la droite ligne des grammairiens arabes, que « le nom d’action du verbe kāna est très souvent employé, comme le verbe lui‑même, avec un sujet et un attribut, le sujet étant mis au génitif, sous forme de complément d’un rapport d’annexion, et l’attribut à l’accusatif ». Il cite les exemples suivants :

(7) li‑kawni‑ka qawiyyan wa‑kawni ġayri‑ka ḍaʿīfan.
Parce que tu es fort et que les autres sont faibles.

(8) min kawni‑hi qad waǧada‑hā ʿalā l‑ṭarīq.
Parce qu’il l’avait trouvée sur le chemin.

(9) min kawni‑him lā yaʿrifūna ʾayyunā faʿala hāḏā.
Parce qu’ils ne savoient [savaient] pas qui de nous avoit [avait] fait cela.

  • 6 Nous avons constaté que dans les grammaires, le contexte des exemples cités est réduit au minimum, (...)

10Dans ces trois exemples, la combinaison de kawn avec les prépositions li‑ ou min sert clairement à exprimer la cause. Silvestre de Sacy traduit d’ailleurs les trois occurrences par « parce que ». Mais pour lui, kawn garde dans (8) et (9) un rôle d’exposant temporel puisqu’il déclare : « nous avons observé que le verbe kāna, joint à l’aoriste ou au prétérit d’un autre verbe, donne au premier de ces temps la valeur de l’imparfait, et au second la valeur du plusqueparfait. Ajoutons ici que le nom d’action du verbe kāna peut être employé de la même manière » (Silvestre de Sacy 1810, ii, p. 299‑300). Pour nous, l’emploi de kawn est totalement « détemporalisé ». Dans (8), c’est l’emploi de qad qui exprime l’antériorité de l’action ; dans (9), on pourrait tout à fait traduire par « parce qu’ils ne savent pas qui de nous a fait cela ». Si nous avions accès au contexte précédent l’occurrence et qu’on y trouvait un verbe à l’accompli, ce serait cet accompli qui permettrait d’interpréter lā yaʿrifūna comme un plus‑que‑parfait. La proposition livrée dans un contexte plus large nous permettrait donc de comprendre pourquoi Silvestre de Sacy a traduit « lā yaʿrifūna » par un imparfait, mais en l’absence d’un tel contexte, il nous semble pouvoir affirmer que kawn n’apporte aucune valeur temporelle dans ces deux exemples. 6

  • 7 Lorsque nous citons des exemples provenant de sources anglaises, nous reproduisons d’abord la trad (...)

11Pour W. Fischer, « kawnun “être” est utilisé en arabe post‑classique pour intégrer des propositions dans les phrases complexes. Le sujet de la proposition subordonnée apparaît comme un génitif de kawnun, et le prédicat qui suit est à l’accusatif ou comme une proposition complément de manière ḥāl » (Fischer 2002, § 416, Rq. 3). Il donne les deux exemples suivants 7 :

(10) manaʿa‑hu ʿani l‑riḥlati kawnu‑hu ǧabānan.
The fact that he is a coward prevented him from making the journey.
Le fait qu’il est lâche l’a empêché de voyager.

(11) ǧā’a l‑nāsu ʾilay‑hi li‑l‑hanāʾi li‑kawni l‑wazīri kallama‑hu.
The people came to congratulate him, because the vizier had spoken to him.
Les gens sont venus le voir pour le féliciter parce que le vizir lui avait parlé.

12Si l’on se borne là encore à expliquer simplement le fonctionnement du syntagme [kawn + complément], il faut relever que Fischer traduit (10) par « the fact that » (le fait que) et (11) par « because » (parce que). Il atteste donc de l’existence de deux emplois distincts de kawn : employé directement, il signifierait plutôt « le fait de », mais en combinaison avec une particule comme li‑, il signifierait clairement la cause « parce que ».

13On retrouve cet emploi en arabe moderne chez E. Badawi, M. Carter et A. Gully (2004, p. 402‑403) qui en expliquent le fonctionnement, en notant que le nom verbal a la même syntaxe que la forme verbale, pouvant introduire tant un syntagme nominal qu’un syntagme verbal :

(12) kawnu‑ka ṣadīqan.
Your being a friend.
En tant qu’ami.

(13) kawnu-nā naḥtāǧu ʾilā l-istiṯmāri l-ḫāriǧī.
Our being in need of external investment, lit. our being we need.
Du fait de notre besoin d’investissements extérieurs, lit. le fait que nous avons besoin.

(14) fī kawni hāḏā l-ʾinǧāzi yumaṯṯilu -mtidādan ḫallāqan.
In that this achievement represents a creative extension, lit. in the being of this achievement it represents.
En ce que cette réalisation représente une extension créative, lit. en le fait que.

(15) li‑kawni‑him ʾadrakū ṭabīʿat al‑maʿraka.
Because they had grasped the nature of the conflict, lit. their being they grasped.
Parce qu’ils ont saisi la nature du conflit.

14Ces exemples nous permettent de mieux appréhender les différents emplois de kawn : du simple « fait d’être » (12, 13), on passe au « fait que » (14) pour arriver à marquer clairement la cause, « parce que » (15), en composition avec la particule li‑.

15En résumé, si l’emploi grammatical de kawn apparaît dans quelques grammaires, les exemples fournis n’appellent aucun commentaire quant à l’évolution de l’emploi de kawn. Or, celle‑ci nous semble intéressante à étudier.

Corpus : présentation des occurrences

  • 8 À ce sujet, voir Pinon 2012 b et 2013 a.

16Pour faire le point sur les emplois grammaticaux de ce maṣdar en arabe moderne, nous avons décidé de l’observer systématiquement dans un corpus d’arabe contemporain, afin d’en fournir une description et d’en classifier les différents emplois. Le corpus compte 1 470 000 mots et regroupe des textes produits entre 2002 et 2011, provenant de sept pays arabes (Maroc, Tunisie, Égypte, Syrie, Liban, Arabie Saoudite, Yémen) et ressortissant à trois genres (littérature, presse, blogs). En nous référant au principe de saturation délimité pour l’arabe par M. Van Mol (2003) aux alentours de 200 000 mots, ce corpus est suffisant pour atteindre une description satisfaisante de la langue puisqu’il regroupe plus de 210 000 mots pour chaque pays et près de 500 000 mots par genre 8. Même s’il s’agit d’un corpus en synchronie, il permet d’accéder aux différentes valeurs de kawn et amène à proposer des hypothèses quant à sa grammaticalisation. Une comparaison en diachronie permettrait par la suite de valider ces hypothèses.

17Le corpus contient 463 occurrences du maṣdar kawn. Celui‑ci peut être employé soit dans un sens lexical avec le sens d’« univers », soit comme outil grammatical. Nous mentionnons dans le tableau ci‑dessous le total des occurrences, suivi entre parenthèses des décomptes respectifs pour l’emploi lexical (186 occurrences en tout) puis pour l’emploi grammatical (277 occurrences au total).

Tableau 1 : Répartition des occurrences du maṣdar par genre et par pays.

Blogs Littérature Presse TOTAL
Arabie Saoudite 45 (26/19) 17 (14/3) 16 (0/16) 78 (40/38)
Égypte 24 (8/16) 13 (7/6) 4 (0/4) 41 (15/26)
Liban 21 (8/13) 20 (9/11) 16 (1/15) 57 (18/39)
Maroc 27 (4/23) 9 (7/2) 28 (0/28) 64 (11/53)
Syrie 38 (6/32) 45 (37/8) 26 (2/24) 109 (45/64)
Tunisie 8 (4/4) 23 (20/3) 3 (2/1) 34 (26/8)
Yémen 43 (26/17) 9 (1/8) 28 (4/24) 80 (31/49)
TOTAL 206 (82/124) 136 (95/41) 121 (9/112) 463 (186/277)
  • 9 Nous avons relevé près du double d’occurrences si nous totalisons les emplois grammaticaux et lexi (...)

18Il apparaît très clairement que l’emploi grammatical est plus important que l’emploi lexical. En effet, 60 % des occurrences du maṣdar sont d’un emploi grammatical, contre 40 % d’un emploi lexical. L’emploi grammatical de kawn représente 0,019 % des mots de notre corpus. Ces chiffres peuvent être partiellement comparés à ceux fournis par T. Buckwalter et D. Parkinson (2011) dans leur dictionnaire classé par fréquences, où kawn apparaît au 739e rang (ex æquo) avec le mot masʾala (question) figurant à la 738e place. Kawn est présent dans 97 % des textes de leur corpus de 30 millions de mots. Ils y ont relevé 5136 occurrences du mot kawn, soit 0,017 % du total de leur corpus 9. Évidemment, ils ne mentionnent pas la répartition entre emploi lexical et emploi grammatical, mais l’exemple qu’ils fournissent révèle certainement, comme c’est le cas dans notre corpus, une prédominance de ce dernier. En effet, voilà comment est présentée cette entrée du dictionnaire :

« kawn vn. Being, by virtue of being ; li‑kawn because ; n. al‑kawn the universe, existence.
lā yamnaʿ kawn al‑ʾasʾila ṣaʿba min ʾan tabḥaṯ ʿani l‑ʾiǧāba. – The fact that the questions are hard does not prevent one from searching for the answers. »
kawn nom verbal : être, le fait d’être ; li‑kawn parce que ; al‑kawn substantif : l’univers, existence.

(16) lā yamnaʿ kawn al‑ʾasʾila ṣaʿba min ʾan tabḥaṯ ʿani l‑ʾiǧāba.
Le fait que les questions soient difficiles ne doit pas t’empêcher de chercher les réponses.

  • 10 Nous opposons au verbe kāna bivalent (kāna al‑nāqiṣa dans la tradition grammaticale arabe) le verb (...)
  • 11 Nous verrons plus bas que li‑kawn est en effet bien plus employé que bi‑kawn (de l’ordre d’un rapp (...)

19Il est très intéressant de constater que les auteurs ont clairement mentionné la différence entre l’emploi comme nom verbal (ce qui correspond à notre emploi grammatical, au maṣdar du verbe kāna bivalent) et comme substantif (maṣdar du verbe kāna monovalent 10. De même, ils citent li‑kawn comme synonyme de « parce que 11 ».

20Si nous étudions maintenant la répartition des deux types d’emploi par genre, on constate que l’emploi lexical est rare dans la presse et que c’est dans la littérature que l’emploi grammatical est le moins représenté, comme cela apparaît clairement dans le tableau 2 ci‑dessous :

Tableau 2 : Répartition des emplois lexicaux et grammaticaux du maṣdar par genre.

Emploi lexical Emploi grammatical
Blogs 40 % 60 %
Littérature 70 % 30 %
Presse 7 % 93 %

21Une remarque s’impose pour préciser la méthode qui a été la nôtre. Pour extraire automatiquement les occurrences du maṣdar kawn de notre corpus, nous avons utilisé le logiciel de textométrie Lexico3 12. Nous avons recherché la séquence kawn en arabe dans notre corpus et supprimé de la liste des résultats tout ce qui apparaissait comme n’étant pas le maṣdar (principalement des verbes ayant pour troisième radicale k conjugués au masculin pluriel comme yudrikūn ou yumsikūn). Ensuite, nous avons passé en revue la concordance et regardé le reste des occurrences une à une pour déterminer si l’emploi était lexical ou grammatical. Ce qui nous intéressait, c’était d’obtenir la liste de toutes les occurrences grammaticales de kawn, de manière à étudier en détail ce type d’emploi. La question de savoir comment, formellement, il est possible de déterminer si l’emploi de kawn est lexical ou grammatical n’a pas été posée. 13

22Sur les 277 occurrences comptabilisées, certaines ont été écartées pour l’étude de détail, provenant d’articles de presse reversés ou de billets de blogs en double, ainsi que quelques occurrences tirées d’un registre totalement dialectal. C’est pourquoi les pourcentages qui suivent sont relatifs à 268 occurrences d’un emploi grammatical du maṣdar kawn.

Analyse des constructions avec kawn d’emploi grammatical

  • 14 S’il conserve sa structure argumentale, il semble qu’une restriction s’opère naturellement quant à (...)
  • 15 Celui‑ci est d’ailleurs nommé ism al‑maṣdar al‑nāqiṣ par al‑Ġalāyīnī (1973, p. 280). Voir ci‑dessu (...)
  • 16 Il semble qu’on puisse trouver là un premier élément permettant de départir automatiquement les em (...)
  • 17 Parmi les énoncés où le ḫabar kawn doit porter une marque de cas visible, nous n’avons relevé que (...)

23En tant que maṣdar du verbe kāna, kawn a les propriétés du nom en arabe et conserve la structure argumentale du verbe kāna dont il est issu 14. Dans son emploi grammatical, kawn est toujours issu du verbe kāna bivalent : il aura donc deux compléments, le premier étant la personne ou la chose ayant une certaine qualité et le second étant la qualité en question. Kawn est en état construit avec le premier complément (que nous pouvons nommer par analogie ism kawn15 et suivi du second complément (que nous pouvons nommer ḫabar kawn16. De ce fait, le ism kawn sera au cas indirect puisque complément du nom kawn et le ḫabar kawn au cas direct. 17

24Quelle que soit la nature de la phrase à subordonner, kawn s’applique à une phrase à tête nominale. Ce qui, dans la phrase enchâssée, était initialement le thème ou le sujet devient le ism kawn ; et ce qui tenait lieu de propos ou de complément devient le ḫabar kawn. Logiquement, le ism kawn devrait donc forcément être nominal ou propositionnel, alors que le ḫabar kawn pourrait tout aussi bien être un syntagme nominal, un syntagme prépositionnel ou une phrase verbale.

25Dans cette partie, nous allons tout d’abord procéder à une description exhaustive des emplois de kawn en relevant toutes les possibilités d’emploi qui figurent dans le corpus et en en détaillant les caractéristiques syntaxiques. Nous proposerons ensuite une classification des différentes valeurs de kawn pour réfléchir à sa grammaticalisation.

Construction du syntagme

Nature du ism kawn

26Kawn est toujours en état construit et peut avoir comme ism un pronom, un nom ou une proposition introduite par ʾan ou ʾanna (que).

Kawn suivi d’un pronom :

27Kawn est majoritairement en état construit avec un pronom : c’est le cas dans 179 phrases de notre corpus, soit 67 % des emplois grammaticaux de kawn. Si l’on regarde en détail les pronoms utilisés, on s’aperçoit que ce sont ceux de la troisième personne du singulier qui sont les plus employés. Kawn servirait donc plutôt à attribuer une qualité à une chose ou une personne dont on parle, plutôt qu’à soi‑même ou à un interlocuteur direct. En effet, seulement 16 % des pronoms sont de la 1re personne (du singulier uniquement : kawn‑ī est présent 28 fois dans notre corpus), comme dans l’exemple suivant :

(17) Blog – Syrie – Marcellita
Kullu ‑nfiʿālātī tudār bi‑ḍṭirābāt hurmūniyya kawn‑ī ʾunṯā.
Toutes mes émotions sont dirigées par des perturbations hormonales du fait que je sois une femme.

28La deuxième personne est encore moins présente : on ne la rencontre que dans 2 % des cas (kawn‑ka et kawn‑ki apparaissent deux fois, kawn‑kum une seule fois) :

(18) Blog – Maroc – Ijork
bi‑l‑ʾiḍāfa ʾilā kawni‑ki kātibat ʿamūd, fa‑ʾanti ʾayḍan kātibat sīnāryū wa‑muḫriǧa wa‑laday‑ki ṭumūḥ li‑kitābat al‑riwāya.
En plus du fait que tu es journaliste, tu écris des scénarios, mets en scène [des films] et as l’ambition d’écrire des romans.

29Les pronoms de la 3e personne sont les plus employés (82 % des pronoms, avec 66 kawn‑hā dans notre corpus, 62 kawn‑hu, 12 kawn‑hum, 2 kawn‑humā et 1 kawn‑hunna, auxquels nous pouvons ajouter 3 kawn ḏālika et 1 kawn hāʾulāʾi). En voici un exemple :

(19) Presse – Liban – Annahar
wa‑hāḏā l‑tsunāmī yaṣil bi‑rtifāʿ ḥawālay mitr wa‑niṣf al‑mitr ʾilā Bayrūt, kawni‑hi yanṭaliq min ǧanūb Qubruṣ li‑ʾanna‑hu kulla‑mā baʿadat al‑masāfa yaftariḍ ʾan takūn quwwat al‑tsunāmī aqall.
Ce tsunami arrivera à une hauteur d’un mètre et demi sur Beyrouth, parce qu’il est parti du sud de Chypre et que plus la distance s’allonge, plus la puissance du tsunami est censée diminuer.

Kawn suivi d’un nom :

30Si kawn n’est pas en état construit avec un pronom, il l’est avec un nom. C’est le cas dans 84 phrases de notre corpus, soit 31,5 % des emplois grammaticaux de kawn. Il peut s’agir de noms propres ou de substantifs, ainsi que de tout autre terme entrant dans la catégorie du nom en arabe, participes actif et passif notamment.

(20) Presse – Maroc – Attajdid
tamma ʾiḫbār aʿḍāʾ al‑laǧna bi‑kawn al‑wazīra sawfa tatafaḍḍal bi‑ʿarḍ al‑taqrīr fī‑ǧtimāʿ al‑laǧna.
On a informé les membres du comité du fait que la ministre présenterait le rapport lors de la réunion du comité.

Kawn suivi d’une proposition :

31Plus rarement, kawn peut être construit avec une proposition introduite par les particules an ou anna. Nous n’en avons que quatre exemples dans notre corpus et remarquons qu’à chaque fois, le ḫabar kawn est une phrase verbale.

(21) Blog – Maroc – Ibnabad
ʾammā l‑iḫtilāf bayna‑hā fa‑yataǧassad fī kawn ʾanna l‑ḥurūb al‑ʾūlā kānat fī ʿahd al‑ǧāhiliyya, ʾammā l‑ʾaḫīra fa‑taḥduṯ fī ʿahd al‑ʾislām.
La différence entre elles [ces guerres] se matérialise dans le fait que les premières guerres eurent lieu au temps de la Ǧāhiliyya ; quant aux dernières, elles survinrent à la période islamique.

(22) Presse – Maroc – Alalam
hal al‑taḥarriyyāt lā tazāl mustamirra li‑taḥdīd al‑masʾūliyyāt wa‑tartīb al‑natāʾiǧ, li‑kawn ʾawwalan ʾanna l‑iḫtilās al‑mutaḥaddaṯ ʿan‑hu ‑ktušifa bi‑l‑ṣudfa, wa‑stamarra l‑baḥṯ fī‑hi li‑sanawāt qabla ʾiḥālat al‑qaḍiyya ʿalā l‑qaḍāʾ ?
Est‑ce que les investigations sont toujours en cours pour déterminer les responsabilités et trier les résultats, du fait, premièrement, que le détournement de fonds dont il est question a été découvert par hasard et les investigations menées au sujet dudit détournement se sont poursuivies pendant des années avant de renvoyer l’affaire devant la justice ?

32Remarquez que, dans l’exemple précédent, le locuteur a séparé le nom kawn et son complément par l’adverbial ʾawwalan « premièrement ». Ce qui permet ceci, à notre avis, c’est que la construction syntaxique avec kawn est toujours la même. ʾAwwalan étant tout de suite interprété comme ne pouvant pas être le ism kawn, le lecteur s’attend à trouver celui‑ci juste après. Ce fait est fort intéressant et peut être considéré comme une marque de grammaticalisation de kawn : dans cet emploi très grammatical, le fait que kawn introduise une proposition elle‑même introduite par ʾanna (exemples 21 et 22) ou par ʾan (23) amène à isoler de plus en plus kawn et à le détacher de son ism. On accepte alors l’introduction d’un terme entre kawn et son ism.

  • 18 ʾAšadd min al‑qatl est un emprunt coranique (Coran 2/191) ; la citation entre parenthèses est auss (...)

(23) Blog – Egypte – Talmehaty
ʾinna ʿaynayya tazraf [sic] al‑damʿ daman ʿalā kāʾin yantamī li‑l‑insāniyya bi‑l‑šakl wa‑lā yaḥmil min‑hā siwā l‑šakl wa‑l‑maẓhar fa‑qad aʿṭā‑hu ‑Llāh mawhibat al‑qadaḥ wa‑l‑ḏamm wa‑ḫtilāq al‑fitan (wa‑maṯal tilka l‑ǧarāʾim ašadd min al‑qatl) wa‑laysa aʿḍam [sic.] min ʾan aqūl « inna li‑l‑Lāh wa‑ʾinna ilay‑hi rāǧiʿūn » li‑ʾanna‑hu kawn ʾan yakūn al‑ʾinsān yataḫallā ʿan kaynūnati‑hi wa‑yantamī ʾilā fiʾa ʾuḫrā min al‑maḫlūqāt ḏawāt al‑ʾarbaʿ... muṣība.
Je pleure des larmes de sang sur un être qui appartient à l’humanité en forme mais ne porte d’elle que la forme et l’apparence ; Dieu lui a donné le don de dénigrement, de diffamation et de semer la zizanie (crimes qui sont encore pires que le meurtre 18) et il n’y a rien de plus fort que de dire « nous sommes à Dieu et c’est vers lui que nous retournons » parce que le fait qu’un être humain renonce à son humanité et se rattache à une autre catégorie de créatures, celle des quadrupèdes est... une calamité.

33Dans cet exemple, on a préféré à une proposition introduite par anna (« kawn ʾanna l‑ʾinsān yataḫallā ʿan kaynūnati‑hi ») une proposition introduite par an (« kawn ʾan yakūna l‑ʾinsān... »). L’ensemble produit un effet d’insistance sur le mauvais choix fait par le type d’individu que critique l’énonciateur, selon son point de vue.

34Une plongée dans Internet à la recherche de l’expression « kawn an » nous fournit quelques autres attestations, mais relevant semble‑t‑il majoritairement d’un langage spontané, provenant de forums, de tweets, de commentaires postés sur des sites, etc. Ceci est conforme à ce que nous trouvons dans notre corpus, car trois de nos quatre exemples proviennent de blogs.

Nature du abar kawn

35Le second complément de kawn est majoritairement un syntagme nominal ou une phrase nominale. Il peut aussi consister en une phrase verbale et plus rarement en un syntagme prépositionnel.

Le ḫabar kawn est un nom, un syntagme nominal ou une phrase nominale :

36Dans 53 % des énoncés, le ḫabar kawn est un syntagme nominal (un nom seul ou en annexion, un adjectif, un participe, etc.) ou une phrase nominale. En voici un exemple :

(24) Presse - Arabie Saoudite – Alwatan
fī kull ṣabāḥ ʿinda ḫurūǧ‑ī min al‑manzil mutawaǧǧihan ʾilā l‑ʿamal ʾudīru mawǧat al‑rādyū ʾilā maḥaṭṭat al‑Kuwayt al‑ʾiḏāʿiyya kawnu‑hā l‑ʾaqrab ʾilay‑nā.
Chaque matin, quand je sors de la maison pour aller au travail, je règle la fréquence de la radio sur la station des ondes koweitiennes parce qu’elles sont les plus proches de nous.

37Le ḫabar kawn est parfois introduit par un pronom sujet, comme ça peut être le cas dans une phrase nominale. Dans l’exemple suivant, on voit que l’effet produit est de mettre en relief le propos, mais aussi de permettre de bien interpréter le segment qui suit comme étant le ḫabar kawn :

(25) Presse – Yémen – Almotamar
šaddada Yāsīn ʿAbduh Saʿīd ʿuḍwu l‑hayʾa l‑waṭaniyya l‑ʿulyā li‑mukāfaḥat al‑fasād ʿalā ʾahammiyyat al‑šarāka maʿa l‑muǧtamaʿ al‑madanī wa‑ḍarūrat al‑ʿamal al‑muštarak maʿa l‑munaẓẓamāt ġayr al‑ḥukūmiyya wa‑l‑šurakāʾ al‑duwaliyyīn fī maǧāl mukāfaḥat al‑fasād kawn hāḏihi l‑qaḍiyya hiya qaḍiyyat muǧtamaʿ.
De son côté, Yāsīn ʿAbduh Saʿīd, membre de l’Autorité nationale suprême de lutte contre la corruption, a souligné l’importance du partenariat avec la société civile et la nécessité de travailler ensemble avec les ong et les partenaires internationaux dans le domaine de la lutte contre la corruption, parce que cette affaire, c’est l’affaire d’une société.

(26) Blog – Egypte – Masryhorr
yaẓhar bi‑wuḍūḥ ʾanna l‑miṣriyyūn [sic.] ǧamīʿan yaʿlamūn kawn Isrā’īl hiya ʿadwu‑hum al‑ʾawwal.
Il apparaît clairement que tous les Égyptiens savent bien qu’Israël est leur principal ennemi, lit. « savent le fait que ».

38En fait, ici, kawn est employé pour attester d’un fait : « les Égyptiens savent le fait que ». La même phrase avec ʾan au lieu de kawn produit un effet plus neutre, alors que dans l’exemple (26) on instiste sur le fait qu’Israël est le principal ennemi des Égyptiens.

(27) Reformulation de (26)
Yaʿlamūn ʾanna Isrāʾīl hiya ʿadwu‑hum al‑ʾawwal.
Ils savent qu’Israël est leur principal ennemi.

39On constate bien avec la reformulation que kawn joue dans cet exemple le rôle d’introducteur de complétive, autrement dit celui d’un simple subordonnant.

Le ḫabar kawn est un syntagme prépositionnel :

40Dans 4 % des énoncés, le ḫabar kawn est un syntagme prépositionnel. Il s’agit initialement d’une phrase nominale appelée « phrase nominale locative » ou « phrase nominale de localisation » dont le propos est un syntagme prépositionnel. Ceci dit, toutes les phrases que l’on nomme habituellement « phrases nominales de localisation » en référant à la structure inversée d’une phrase nominale (le propos, un syntagme prépositionnel, précède un thème indéterminé) n’indiquent pas une localisation spatiale, comme le montrent les exemples suivants :

(28) Presse – Syrie – Alwatan
... wa‑ḫāṣṣatan ʾanna l‑mufattiš huwa man yanqul al‑ṣūra l‑ḥaqīqiyya li‑ʿamal al‑muʾassasa li‑kawni‑hi ʿalā ‑ḥtikāk dāʾim maʿa l‑ʿummāl fī l‑munšaʾāt.
... surtout que l’inspecteur est celui qui véhicule la véritable image du travail de l’institution du fait qu’il est constamment en contact avec les travailleurs dans les établissements.

(29) Presse – Syrie – Tishreen
wa‑ʾanā l‑ʾān – yaqūl al‑muwāṭin – lā ʾastaṭīʿ al‑taqaddum bi‑daʿwā ʾidāriyya li‑l‑taʿwīḍ kawn al‑tarḫīṣ bi‑sm al‑muntafiʿ.
Moi, maintenant - c’est le citoyen qui parle - je ne peux pas déposer une demande administrative d’indemnisation parce que le permis est au nom du bénéficiaire.

Le ḫabar kawn est une phrase verbale :

41Dans 43 % des énoncés, le second complément de kawn est une phrase verbale. Dans notre corpus, seul l’impératif ne figure pas ; toutes les autres formes verbales ont été relevées. Toutes les formes verbales sont représentées à la forme positive ainsi qu’à la forme négative, de même qu’un inaccompli précédé de qad marquant le potentiel et de verbes au passif. Nous proposons des exemples pour chaque type. Après kawn, tous les temps peuvent figurer : on peut aussi bien trouver le passé (un verbe à l’accompli précédé ou non de qad), le présent (un verbe à l’inaccompli indicatif) ou le futur (un verbe à l’inaccompli indicatif précédé de sa- ou de sawfa) :

(30) Presse – Yémen – Almotamar
wa‑bi‑dāḫilī nār mā yuṭfī‑hā ʾillā mufāraqat‑ī li‑l‑ḥayāt kawn‑ī faqadtu filḏat kabid‑ī wa‑l‑mutabaqqī lī min al‑ʾusra kulli‑hā.
À l’intérieur de moi [brûle] un feu que n’éteindra que mon abandon de la vie parce que j’ai perdu le fruit de mes entrailles et le restant de toute ma famille.

(31) Presse – Syrie – Tishreen
tamma saḥb al‑intifāʿ ʿan ṭarīq wizārat al‑zirāʿa kawn al‑muntafiʿ ḫālafa qānūn al‑iṣlāḥ al‑zirāʿī wa‑ʾayḍan ʾanna ʿaqd al‑bayʿ al‑mawǧūd bayna l‑ṭarafayn huwa ʾayḍan muḫālif li‑l‑qānūn.
La privation de l’usufruit a été opérée par le Ministère de l’Agriculture parce que le bénéficiaire avait contrevenu à la loi sur la réforme agraire, mais aussi parce que le contrat de vente entre les deux parties contrevenait lui aussi à la loi.

42On remarque ici qu’un deuxième complément est coordonné. Il s’agit d’une proposition introduite par ʾanna, ce qui nous renvoit aux exemples de kawn ʾan/ʾanna vus ci‑dessus (exemples 21 à 23). La présence du pronom de disjonction huwa au début du second ḫabar kawn s’explique par la longueur de la phrase. Le fait que kawn soit coordonné à ʾanna est un argument fort en faveur de notre hypothèse de grammaticalisation de kawn vers une particule servant à introduire une proposition avec une idée de lien de cause à effet.

(32) Blog – Syrie – Marcellita
kawnu‑ka taʿrif ʾāḫarīn yantamūn ʾilā ḏāt al‑ṭā’ifa l‑dīniyya, hāḏā lā yaʿnī lī šayʾan.
Le fait que tu connaisses d’autres personnes qui sont de cette confession, ceci ne veut rien dire pour moi.

(33) Blog – Yémen – Allielak
wa‑l‑ḍarūrī ʾan tantaqid al‑ḥayāt kawna‑hā sa‑tastamirr fī ǧamīʿ al‑ḥālāt.
Il est nécessaire que tu critiques la vie parce qu’elle se poursuivra dans tous les cas...

43Pour un exemple de futur introduit par sawfa, voir ci‑dessus l’exemple (20). Les verbes peuvent être à la forme positive, comme dans les exemples que nous venons d’énumérer, ou à la forme négative :

(34) Blog – Arabie Saoudite – Mnsr
tuʿīd ʾasbāb al‑ḫasāra ʾilā kawn al‑lāʿibīn (li‑l‑ʾasaf) lam yatanāwalū mašrūb al‑ṭāqa Rīd Būl qabl al‑mubārāt.
Les causes de la défaite [du match] tiennent au fait que les joueurs (malheureusement) n’ont pas pris la boisson énergisante “Red Bull” avant le tournoi.

(35) Littérature – Liban – Najitahir
al‑fān al‑mutawaqqif ʿalā l‑yasār, ṭalab min‑nā sāʾiqu‑hu ʿafrītan yarfaʿu‑hu bi‑hi, fa‑taʾassafnā li‑kawn ʿafrīti‑nā lā yurakkab ʿalā ġayr sayyārati‑nā al‑maḥrūsa.
Le van arrêté sur la gauche, son conducteur nous a demandé un cric pour le lever, alors nous nous sommes excusés du fait que notre cric ne fonctionnait qu’avec notre voiture “protégée”.

(36) Presse – Arabie Saoudite – Alwatan
ʾiktafā ʾaḥad al‑mušārikīn bi‑qawli‑hi « hiya tawṣiyyāt ḫaǧula, wa‑sabab manʿ našri‑hā li‑kawni‑hā lan tunaffaḏ ʿalā ʾarḍ al‑wāqiʿ ka‑ġayri‑hā min al‑tawṣiyyāt ».
L’un des participants s’est contenté de dire que « ce sont des recommandations timides, et la raison de l’interdiction de leur diffusion est due au fait qu’elles ne seront pas mises en œuvre sur le terrain comme toutes les autres recommandations ».

  • 19 Voir aussi Diem 1995, p. 52.

44On peut aussi trouver un verbe au passif, comme dans l’exemple suivant 19 :

(37) Presse – Yémen – Almotamar
wa‑bi‑ʾiǧrāʾ miṯl hāḏihi l‑ʿamaliyyāt yuḥaqqiq mustašfā l‑ṯawra nuqla nawʿiyya mutaqaddima fī maǧāl ǧirāḥat al‑ʿiẓām wa‑l‑ʿamūd al‑faqrī wa‑llatī ʾuǧriyat bi‑naǧāḥ kawna‑hā ʾuǧriyat li‑ʾawwal marra fī l‑Yaman.
En ayant effectué de telles opérations, l’hôpital al‑Ṯawra a réalisé une avancée qualitative dans le domaine de la chirurgie orthopédique et de la colonne vertébrale ; elles ont été couronnées de succès parce qu’elles ont été réalisées pour la première fois au Yémen.

45Nous n’avons dans notre corpus qu’un seul ḫabar kawn introduit par qad yakūn marquant une possibilité :

(38) Littérature – Liban – Najitahir
ʾaw rubbamā min ʾišārati‑hā ilā kawn al‑ʾahrāmāt qad takūn ʿibāra ʿan nayāzik saqaṭat min al‑samāʾ hunāk.
Ou peut‑être par son allusion au fait que les pyramides seraient des sortes de météorites tombées du ciel à cet endroit.

46On peut considérer comme un cas particulier de la phrase verbale les propositions, à l’origine nominales, qui sont modifiées par kāna ou l’une de ses « sœurs ». Nous avons dans notre corpus une phrase avec aṣbaḥa (devenir), trois phrases où il s’agit de mā zāla (ne pas cesser de) et huit autres où des propositions introduites par kāna constituent le ḫabar kawn. Sept marquent le passé d’une phrase nominale, une le futur :

(39) Blog – Syrie – Wa2elblog
ʾataḏakkar ʾiḥdā l‑saharāt ʾallatī ǧamaʿat‑nī bi‑baʿḍ al‑ʾaṣdiqāʾ mim‑man yaḥlumūn bi‑l‑ḥuṣūl ʿalā ǧinsiyya ʾaǧnabiyya kawn ǧinsiyyati‑him al‑sūriyya kānat ʿāʾiqan la‑hum fī l‑maṭārāt wa‑fī manāṭiq wa‑mawāṭin ʾuḫrā.
Je me souviens d’une des soirées où j’étais réuni avec quelques amis qui rêvaient d’obtenir une nationalité étrangère parce que leur nationalité syrienne leur était un obstacle dans les aéroports et dans d’autres régions ou pays.

(40) Presse – Yémen – Almotamar
wa‑tamannā faḫāmat raʾīs al‑ǧumhūriyya fī ḫitām muḥāḍarati‑hi li‑muntasabī l‑ʾakādīmiyya al‑tawfīq wa‑l‑naǧāḥ, wa‑ḥaṯṯa‑hum ʿalā l‑inḍībāṭ al‑ǧayyid wa‑l‑taḥṣīl al‑ʿilmī l‑rāʾiʿ kawna‑hum sa‑yakūnūn al‑qudwa li‑muntasabī l‑quwwāt al‑musallaḥa.
En clôture de sa conférence, le Président de la République a souhaité aux membres de l’Académie succès et réussite, et les a exhorté à une bonne discipline et à l’acquisition scientifique de haut niveau, parce qu’ils seront l’exemple pour les membres des forces armées.

47L’ensemble de ces exemples montre que, si kawn garde la structure argumentale du verbe kāna bivalent, il ne conserve pas sa valeur temporelle, puisqu’il permet d’embrayer sur n’importe quel temps et sur tout type de forme verbale, active, passive, positive ou négative, ce qui est le propre d’un maṣdar.

Le ḫabar kawn est une proposition introduite par ʾan :

48Nous avons relevé un exemple où le second complément de kawn est une proposition introduite par ʾan :

(41) Presse – Syrie – Alwatan
kamā ʾanna muʿẓam ruʾasāʾ l‑waḥadāt al‑ʾidāriyya ġayr muʾahhalīn fanniyyan li‑hāḏā l‑manṣib li‑kawn al‑šarṭ al‑ʾasāsī fī ‑stilāmi‑him li‑hāḏā l‑manṣib ʾan yakūnū muntaḫabīn.
Tout comme la plupart des présidents des unités administratives ne sont pas techniquement qualifiés pour cette fonction du fait que la condition essentielle dans leur prise de fonction est qu’ils soient élus.

49L’explication pourrait être qu’il serait étrange, dans une phrase, que le maṣdar kawn soit lui‑même complément d’un autre maṣdar kawn. En effet, en second complément, on trouve souvent un maṣdar. On aurait donc théoriquement pu avoir « ... li‑kawni l‑šarṭi l‑ʾasāsī fī ‑stilāmi‑him li‑hāḏā l‑manṣab kawna‑hum muntaḫabīna ». S’il s’agit là d’une possibilité pour le linguiste, le locuteur a préféré remplacer le complément par une proposition introduite par ʾan al‑maṣdariyya, pour éviter une redondance malheureuse ou tout simplement parce qu’une proposition de ce type renforce la condition.

Propriétés des compléments de kawn : mises en facteur commun

50Tant le ism kawn (42) que le ḫabar kawn (43) peuvent être mis en facteur commun, comme il est d’usage dans les annexions :

(42) Blog – Liban – Saudalmawla
ʾinna l‑mubādara tanṭaliqu min kawn al‑ṭawāʾif wa‑l‑ǧamāʿāt al‑mukawwina li‑l‑muǧtamaʿ al‑lubnānī, nawāfiḏ ḥaḍāriyya lā kuhūfan yaḥtabis fi‑hā ʾatbāʿu‑hā.
L’initiative part du fait que les confessions et les groupes qui composent la société libanaise sont des fenêtres de civilisation, non des cavernes où s’enferment leurs adeptes.

(43) Blog – Yémen – Hoddar
wa‑lā yahtimm ʾabadan bi‑madā kawni‑hi... zawǧ ǧayyid [sic.]... wa‑ʾab ṣāliḥ [sic.]... wa‑fard [sic.] ḏā ‑ltizām muǧtamaʿ.
Il ne s’intéresse jamais à l’importance qu’il soit... un bon mari... et un bon père... et un individu qui s’engage pour la communauté.

Insertion du syntagme dans la phrase

Les fonctions du syntagme

  • 20 Nous utilisons les termes « thème » et « propos » pour traduire les deux constituants de la phrase (...)

51Les syntagmes de ce type sont susceptibles de remplir toutes les fonctions qu’un nom peut remplir en arabe. Parmi les exemples ci‑dessus présentés, les syntagmes comprenant kawn jouent principalement le rôle de complément : ils peuvent entrer dans le champ d’une préposition pour former un complément de préposition (18, 22, 28, 34), avoir fonction de complément du nom (43), de complément du verbe (direct : 26 ; indirect : 21, 34, 35, 38, 42). Ils peuvent aussi être thème (23, 32) ou encore propos comme dans l’exemple suivant 20 :

(44) Blog – Arabie Saoudite – Abuanas
wa‑hāḏihi nuqṭa tuḥsab li‑l‑wizāra wa‑hiya raġbatu‑hum fī taḥdīṯ al‑bayānāt wa‑kawnu‑hum mā zālū yaḥtafiẓūn bi‑ʿunwānī, wa‑lākin al‑muṣība kānat fī ṭariqat taḥdīṯ al‑bayānāt.
C’est un point à mettre à l’actif du ministère, à savoir leur volonté de mettre à jour les données, et le fait qu’ils conservaient encore mon adresse, mais la catastrophe c’était dans la manière de renouveler les informations !

52Dans d’autres cas, kawn semble fonctionner comme une particule servant à coordonner deux propositions dont la seconde exprime la cause de la première (19, 24, 25, etc.). Certains verront dans la proposition introduite par kawna au cas direct un complément causatif.

Sémantique

Classification des emplois par valeur

53Il convient maintenant d’opérer une classification des valeurs portées par kawn et des types d’emplois associés à ces valeurs. Des emplois de kawn, on peut dégager deux valeurs principales : le simple fait d’attribuer une qualité à une chose ou à une personne, et le fait que cette qualité soit la cause, la raison, l’explication d’un phénomène. Nous allons tenter de mettre à jour le lien entre ces deux valeurs, la seconde nous semblant découler de la première utilisée en composition avec les particules li‑ et bi‑ principalement.

  • 21 Pour nous, le fait que kawn puisse signifier à la fois « univers » et « le fait de » est à rattache (...)

541. Dans certains cas, nous avons constaté que kawn a uniquement le sens « lexical » du maṣdar du verbe kāna bivalent (le fait d’être) 21, comme dans l’exemple suivant :

(45) Blog – Syrie – Marcellita
kawn‑ī ʾunṯā ʾawhama‑ka ʾanna‑nī ʾuḥibb saṭwataka.
Le fait que je suis une femme t’a fait imaginer que j’aime ton impétuosité, lit. « mon fait d’être ».

55Cet énoncé est la nominalisation de la tournure verbale :

(46) Reformulation de (45)
ʾan ʾakūn ʾunṯā ʾawhamaka ʾanna‑nī ʾuḥibb saṭwataka.
Que je sois une femme t’a fait imaginer que j’aime ton impétuosité.

56Du fait de la structure de la phrase où le syntagme kawn‑ī unṯā se trouve être le thème sujet du verbe awhamaka, on ne peut l’interpréter littéralement comme l’expression d’une cause, même si sémantiquement c’est bien « le fait d’être une femme » qui a « fait imaginer » à l’interlocuteur :

(47) Reformulation de (45)
* li‑anna‑nī ʾunṯā ʾawhamaka ʾanna‑nī ʾuḥibb saṭwataka.
Parce que je suis une femme t’a fait imaginer que j’aime ton impétuosité.

57C’est donc ce sens (le fait de/que) qu’il faut attribuer à kawn lorsqu’il se trouve après certaines particules dont le sens est incompatible avec l’idée de cause à effet. Dans notre corpus, nous avons huit occurrences de l’expression « bi‑raġmi kawni‑hi » (malgré le fait que), deux autres occurrences après ʿadā et après badala, comme dans la phrase suivante :

(48) Littérature – Maroc – Saidalkhiz
ʾal‑qalam mustaʿidd wa‑l‑waraqa ʾayḍan mustaʿidda li‑tanfīḏ ḥukm al‑ʾiʿdām ʿalā šaḫṣ faḍḍala ʾan yaʿūd ʾilā l‑ḥayāt li‑yakūn ka‑ǧamīʿ al‑ašyā’ ʾaw li‑yakūn ʾayy šayʾ badala kawni‑hi ʾinsānan, ḥimāran, ḫunfusāʾ, baʿūḍa, ʾam ʾarbaʿa wa‑arbaʿīn...
Le crayon est prêt et la feuille aussi est prête pour exécuter la sentance de mort d’une personne qui a préféré retourner à la vie pour être comme toute chose ou pour être chaque chose au lieu d’être un homme, un âne, un cafard, un moustique, un mille-pattes...

58On voit bien ici encore que kawn est paraphrasable par « ʾan yakūn ». C’est aussi le cas dans les expressions « faḍlan ʿan kawn », « bi‑ṣarf an‑naẓar ʿan kawn » ou « bi‑ġaḍḍ an‑naẓar ʿan kawn » (« sans parler du fait que ») qui se répètent dans notre corpus cinq fois pour la première et trois fois pour chacune des deux autres.

592. Dans d’autres cas, au sens originel de kawn « le fait d’être » se voit ajoutée une valeur marquant la relation de cause à effet. Cette valeur est déduite de la syntaxe de la phrase ou induite par les particules bi‑ ou li‑. Elle ne provient pas de kawn, mais du fait que celui‑ci est employé pour introduire une cause :

(49) Blog – Syrie – Marcellita
kawn‑ī ʾunṯā taʿtaqid ʾanna‑nī bi‑l‑fiṭra nāqiṣa wa‑ʾanna‑nī ġabiyya wa‑kull infiʿālāt‑ī tudār bi‑ḍṭirābāt hurmūniyya.
Du fait que/parce que je suis une femme, tu crois que je suis faible par nature, que je suis stupide et que tous mes actes sont régis par des perturbations hormonales.

60Cet énoncé peut être comparé au (45), mais il fonctionne comme une sorte de « phrase double » : on déduit la relation de cause à effet de la première à la seconde. En inversant l’ordre des phrases, on pourrait parfaitement remplacer kawn par li‑ʾanna (« parce que ») ou par li‑kawn :

(50) Reformulation de (49)
taʿtaqid ʾanna‑nī bi‑l‑fiṭra nāqiṣa (li‑)kawn‑ī ʾunṯā.
Tu crois que je suis faible par nature du fait que/parce que je suis une femme.

(51) Reformulation de (49)
taʿtaqid ʾanna‑nī bi‑l‑fiṭra nāqiṣa li‑ʾanna‑nī ʾunṯā.
Tu crois que je suis faible par nature parce que je suis une femme

61On voit bien, en reformulant cette phrase, que l’ordre des propositions a son importance car elle implique clairement une interprétation de cause à effet. L’emploi de kawn seul pour marquer directement une relation de cause à effet est possible, mais cette relation est plus souvent marquée par les prépositions bi‑ et li‑ comme nous avons déjà pu le voir :

(52) Presse – Syrie – Alwatan
wa‑ḫāṣṣatan ʾanna ʾaḥadan min‑hum lā yaltazim bi‑ḍarūrāt al‑wiqāya wa‑l‑ʾamān mā yaʿriḍu‑hum li‑l‑ḫaṭar ʿinda l‑ʾiṣāba bi‑l‑ǧurūḥ bi‑ʾadawāt ḥādda ʾaṯnāʾa mulāmasat al‑qumāma wa‑hāḏā yaḥdūṯ kaṯīran li‑kawni‑him yaǧhalūn muḥtawā l‑ʾakyās ʿindamā yanbašūn bi‑dāḫili‑hā bi‑ʾaydī‑him.
Surtout qu’aucun d’entre eux ne se conforme aux nécessités de prévention et de sécurité qui les expose au risque d’infection des plaies en contact avec des objets pointus au cours du ramassage des ordures, ce qui se produit souvent du fait qu’ils/parce qu’ils ignorent le contenu des sacs dans lesquels ils plongent leurs mains.

62Il apparaît donc que li‑kawn et bi‑kawn fonctionnent comme des locutions subordinatrices marquant la cause. Ce sont syntaxiquement des syntagmes prépositionnels qui ont une fonction de compléments marquant la cause. Ces locutions peuvent être remplacées par li‑anna, comme dans l’exemple suivant où li‑kawni‑hā se trouve en coordination avec li‑ʾanna‑hā :

(53) Blog – Égypte – Window
tastaḥiqq ʾaġlā l‑ʾawsima, laysa li‑kawni‑hā ḥaṣalat qabla šuhūr qalīla ʿalā šahādat al‑ṯānawiyya l‑ʿāmma wa‑hiya ʿalā ʾabwāb al‑sittīn, wa‑laysa li‑ʾanna‑hā -ltaḥaqat muʾaḫḫaran bi‑kulliyyat al‑tarbiya bi‑l‑banāt fī l‑ḫafǧī li‑l‑ḥuṣūl ʿalā šahādat al‑bakālūriyūs fī taḫaṣṣuṣ al‑luġa l‑ʿarabiyya, bal li‑anna‑hā ʾumm ʿaẓīma anǧabat ʾiḥdā ʿašar ibnan wa‑bna wa‑aḥsanat tarbiyata‑hum fī ẓurūf ṣaʿba...
Elle mérite les plus hautes distinctions, non pas parce qu’elle a obtenu il y a quelques mois le baccalauréat avec près de 60 %, ni parce qu’elle a récemment rejoint la faculté d’éducation pour les filles à al‑Ḫafǧī dans le but d’obtenir le baccalauréat spécialisé en langue arabe, mais parce que c’est une mère extraordinaire, qui a eu onze enfants et a su les bien élever dans des circonstances difficiles...

63Dans notre corpus figurent de nombreuses occurrences de bi‑kawn/li‑kawn dans ce sens‑là.

64Jusque là, on peut imaginer que ces deux valeurs coexistent depuis toujours. D’ailleurs, on peut bien souvent paraphraser par li‑ʾanna (« parce que ») et traduire par « parce que » et « du fait que ». Les deux emplois se confondent presque, la relation sémantique de cause à effet présente dans la phrase « colorant » l’emploi de kawn avec cette valeur causative. Mais là où le processus de grammaticalisation semble à l’œuvre, c’est lorsque la valeur de cause à effet est portée par kawn seul ou que ce dernier passe de substantif à simple subordonnant.

653. Ainsi, dans un second temps, il semble que l’on puisse réanalyser kawn survenant sans préposition comme conjonction de subordination marquant la cause. En effet, les kawn des phrases suivantes sont paraphrasables par li‑ʾanna :

(54) Presse – Liban – Assafir
wa‑ʾaḍṭarr yawmiyyan ʾilā sulūk al‑ṭarīq, li‑l‑wuṣūl ilā Ṭarābulus, kawna‑hā taḫtaṣir al‑waqt wa‑l‑masāfa, wa‑lākin yawm baʿd yawm tataḍāʿaf al‑mašākil bi‑l‑nisba ʾilay‑nā.
Je suis contraint quotidiennement de suivre la route, pour arriver à Tripoli, parce qu’elle restreint le temps et la distance, mais jour après jour les problèmes nous concernant se multiplient...

(55) Littérature – Yémen – Bassamchamseddin
wa‑habba li‑munāṣarati‑hi l‑ṣaġīr wa‑l‑kabīr wa‑ḏālika kawn ʾabīhi ʾakbar šayḫ fī l‑madīna.
Petits et grands volèrent à son secours, ceci parce que son père est le plus grand cheikh de la circonscription.

66Dans les exemples précédents, kawn apparaît comme complètement grammaticalisé car il est le lien formel entre la proposition principale et la subordonnée de cause. Il est paraphrasable par li‑anna.

67Dans d’autres cas, kawn devient un subordonnant neutre, sans valeur de cause. Certains emplois dans notre corpus préfigurent déjà cela et l’on peut imaginer que les emplois de ce type vont se multiplier. Observons la phrase suivante :

(56) Littérature – Arabie Saoudite – Jumanalahim
sanatān maḍatā... lam yakun yubālī kawn maktabi‑hi ʾamām ʿimārati‑hi llatī ʾaskana‑hā ʾiḥdā šuqaqi‑hā.
Deux ans passèrent... peu lui importait que son bureau soit en face de l’immeuble dont il était propriétaire et où il l’avait installée dans un appartement.

68Il est intéressant de noter que l’auteur n’a pas employé la particule bi‑ après le verbe bālā, probablement parce que bi‑kawn est trop directement analysé comme introduisant une cause, alors qu’il s’agit dans cette phrase d’une simple complétive comme le montre le fait que l’on puisse remplacer kawn par ʾanna :

(57) Reformulation de (56)
lam yakun yubālī bi‑kawn maktabi‑hi ʾamām ʿimārati‑hi...
Peu lui importait le fait que son bureau soit en face de son immeuble...

(58) Reformulation de (56)
lam yakun yubālī bi‑ʾanna maktaba‑hu ʾamām ʿimārati‑hi...
Peu lui importait que son bureau soit en face de son immeuble...

69On peut placer dans cette catégorie  « émergente » les occurrences de fikrat kawn « l’idée que », récurrentes dans notre corpus, où la proposition introduite par kawn est complément du nom fikra et où kawn peut aussi être remplacé par ʾanna :

(59) Blog – Liban – Trella
ʿalay‑nā ʾan nabdaʾ fī l‑taṣāluḥ maʿa fikrat kawn hāḏihi taẓāhurāt ǧāmiʿa.
Nous devons commencer par nous concilier avec l’idée que ces démonstrations sont collectives...

Étapes de la grammaticalisation du maṣdar kawn

70Avant d’avancer des hypothèses concernant les étapes de la grammaticalisation du maṣdar kawn, il faut rappeler que trois emplois sont présents dans notre corpus : un emploi grammatical de la valeur lexicale du maṣdar (« le fait de »), un emploi en composition avec d’autres particules ou sans particule pour marquer la cause (« du fait que » ; « parce que »), un emploi comme simple marqueur de subordination (« que »). Certes, il ne s’agit pas ici d’une étude en diachronie, mais les occurrences présentes dans notre corpus permettent d’imaginer l’évolution de kawn. Il reste bien évidemment qu’une étude de linguistique historique serait nécessaire pour étayer ces hypothèses. Quoi qu’il en soit, la proportion assez réduite du troisième type d’emploi suggère qu’il est assez récent, alors que les deux premiers semblent coexister tous deux dans la langue de manière assez équilibrée et naturelle.

  • 22 Les paraphrases sont toutes proposées à partir d’exemples où elles sont utilisées en coordination (...)

71À la lumière de notre corpus, on peut imaginer l’évolution décrite dans le tableau ci‑dessous, où figurent les différents emplois attestés du maṣdar kawn ainsi qu’une proposition de paraphrase pour chacun d’eux 22 :

Tableau 3 : Hypothèse de grammaticalisation du maṣdar kawn à partir des exemples attestés.

Valeurs de kawn Emplois de kawn Paraphrase
a. Kawn lexical « le fait d’être » conserve la structure argumentale du verbe bivalent. Kawn en lui‑même ne marque pas la cause. 1. kawn = « le fait d’être » ʾan yakūna
a’. (découlant directement de a.) Kawn conserve sa valeur lexicale (le fait d’être) mais entre dans le champ d’une préposition : li‑kawn/bi‑kawn (par le fait que, du fait que), l’ensemble exprimant la cause. 1’. li‑kawn/bi‑kawn = « du fait que » li‑ʾanna
B 1re étape de grammaticalisation : kawn est finalement employé seul comme « particule » exprimant la cause. 2. kawn « du fait que »= « parce que » li‑ʾanna
c. 2e étape de grammaticalisation : kawn devient un subordonnant neutre, introduisant une phrase nominale sans marquer la cause. On peut imaginer que c’est vers cette valeur que kawn va évoluer et que les emplois de ce type vont se multiplier. 3. kawn = « que »subordonnant ʾanna
  • 23 Si nous ne retrouvons pas bi‑sabab kawn (à cause du fait que) dans notre corpus, nous l’avons rele (...)

72À ce sujet, il est intéressant de noter que W. Diem (1995, p. 52) mentionnait bi‑sabab parmi les différentes particules dans le champ desquelles kawn entre 23. Il semble que l’on ait progressé dans la grammaticalisation de kawn, car les emplois combinés (particule - kawn) sont de moins en moins nombreux (hormis avec bi‑ ou li‑) et il semble que l’idée de relation de cause à conséquence ait investi kawn, qui est de plus en plus utilisé seul dans ce sens. D’ailleurs, la plus grande liberté syntaxique générée par la grammaticalisation de kawn en conjonction de subordination de cause explique que l’on puisse retrouver à sa suite des propositions en anna.

73Dans l’ouvrage qu’il consacre aux phénomènes de grammaticalisation des prépositions et subordonnants en arabe, M. Esseesy (2010) ne mentionne pas l’usage de kawn, ni en composition avec d’autres particules, ni comme subordonnant.

Forme et répartition des occurrences

74Sans tenir compte des valeurs portées par kawn, on peut observer la répartition entre les emplois de kawn seul ou en composition avec les particules li‑ et bi‑.

Tableau 4 : Occurrences des emplois de kawn, li‑kawn et bi‑kawn.

kawn li‑kawn bi‑kawn
201 53 14

75La répartition générique des occurrences est très intéressante, car elle montre une très nette analogie entre les blogs et la presse, tous deux très éloignés de la littérature où les emplois grammaticaux de kawn sont environ trois fois moins nombreux.

Tableau 5 : Occurrences des emplois de kawn grammatical par genre.

Blogs Presse Littérature
115 112 41

76La couverture diatopique est plus difficilement interprétable. Les exemples provenant de Syrie sont beaucoup plus nombreux du fait qu’un billet de blog répète beaucoup « kawn‑ī ». L’emploi moyen pour le Maroc, le Yémen, le Liban et l’Arabie Saoudite se situe autour de 44 occurrences. L’Égypte et plus encore la Tunisie sont nettement au‑dessous de cette moyenne.

Tableau 6 : Occurrences des emplois de kawn grammatical par pays.

Pays Occurrences
Syrie 60
Maroc 53
Yémen 47
Liban 39
Arabie Saoudite 37
Egypte 24
Tunisie 8

Conclusion

77Cette photographie des emplois de kawn en arabe contemporain montre que trois valeurs différentes coexistent, par un phénomène de grammaticalisation que nous pourrions qualifier de lente et de non-exclusive. En effet, kawn dans le sens de « parce que » ne peut évincer l’emploi originel de kawn « le fait que » dont il découle. Il laisse cependant place à un degré de grammaticalisation supplémentaire où kawn est employé comme simple subordonnant.

78Le rapport qu’il conviendrait d’interroger maintenant n’est pas celui des deux facettes de kawn (le fait de/parce que) mais bien plutôt celui du rapport du subordonnant kawn aux autres subordonnants et particules marquant la cause (li‑ʾanna « parce que », bi‑mā ʾanna « du fait que », bi‑sabab « à cause de », etc.) ou introduisant une subordonnée (ʾan/ʾanna « que »). Il serait aussi intéressant d’observer quel usage il est fait de kawn dans différents dialectes. Une étude de linguistique historique permettrait quant à elle de quantifier les emplois grammaticaux de kawn, afin de pouvoir vérifier si ceux‑ci sont plus nombreux en arabe contemporain qu’à l’époque classique.

79Pour ce qui est de déterminer les éléments qu’il faudrait retenir de cette description et qui pourraient intégrer une grammaire d’arabe moderne, il nous semble que li‑kawn, bi‑kawn mais aussi kawn seul pourraient figurer dans la liste des particules marquant la cause aux côtés de li‑ʾanna. En revanche, l’emploi de kawn comme subordonnant n’est à notre avis pas assez attesté pour pouvoir figurer comme emploi courant dans une grammaire.

80Les autres sources classiques mentionnées, dans les notes 3 et 4, sont accessibles en ligne sur le site d’al‑Maktaba al‑šāmila : http://shamela.ws.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Ibn al‑Ḥāǧib, Ğamāl al‑Dīn, Al‑Imlāʾ ʿalā l‑Kāfiya fī l‑naḥw, éd. Manuel Sartori, in Le Šar al‑Kāfiya de Ibn al‑āğib : édition critique d’un manuscrit grammatical arabe du viie/xiiie siècle, thèse de doctorat inédite, Université Aix‑Marseille, 2012.

Études

Badawi Elsaid, Carter Michael et Gully Adrian 2004, Modern Written Arabic. A comprehensive Grammar, London/New York, Routledge (collection Comprehensive Grammars).

Buckwalter Timothy et Parkinson Dilworth 2011, A Frequency Dictionary of Arabic. Core Vocabulary for Learners, Londres et New‑York, Routledge.

Diem Werner  1995, « Kawnuhu rasūlan “weil er Bote ist” und Verwandtes. Ein Beitrag zur Syntax des nachklassischen Arabisch », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 145/1, p. 49‑105.

Esseesy Mohssen 2010, Grammaticalization of Arabic Prepositions and Subordinators. A corpus‑based study, Leiden, Brill (Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 59).

Fischer Wolfdietrich 2002 [1971], Grammatik des klassichen Arabisch, Wiesbaden, Harrasowitz Verlag (Porta Linguarum Orientalium), 3e édition revue et corrigée.

Ġalāyīnī (al‑), Muṣṭafā 1973 (12e édition), Ǧāmiʿ al‑durūs al‑ʿarabiyya, Beyrouth/Saida, al‑Maktaba al‑ʿaṣriyya.

Pinon Catherine 2011, « La grammaire arabe : entre théories linguistiques et applications didactiques », Synergie‑Monde arabe 7, p. 75‑86. [En ligne] http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Mondearabe7/mondearabe7.html.

Pinon Catherine 2012 a, « Les enjeux épistémologiques et didactiques d’une grammaire arabe fondée sur corpus », in Teddy Arnavielle (éd.), Voyages grammairiens, Paris, L’Harmattan, p. 83‑101.

Pinon Catherine 2012 b, « La nébuleuse de kān : classification des différents emplois de kāna : yakūnu à partir d’un corpus d’arabe contemporain », thèse de doctorat inédite, Université Aix‑Marseille.

Pinon Catherine 2013 a, « Quel corpus peut aider à fonder la grammaire d’une langue pluriglossique ? Exemple de l’arabe contemporain », Cahiers de Praxématique 54‑55 (Corpus, données, modèles), p. 39‑58.

Pinon Catherine 2013 b, « Les valeurs de kâna en arabe contemporain », Romano-Arabica xiii (Arab Linguistic, Literary and Cultural Studies), p. 305‑322.

Silvestre de Sacy Antoine‑Isaac 1810, Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’école spéciale des langues orientales vivantes, Paris, Imprimerie impériale.

Van Mol Mark 2003, Variation in Modern Standard Arabic in Radio News Broadcasts. A Synchronic Descriptive Investigation in the Use of Complementary Particles, Louvain, Peeters (Orientalia Lovaniensia Analecta 117).

Dictionnaires

Munǧid fī l‑luġa l‑muʿāṣira (al‑), 2006 (2e éd.), Beyrouth, Dār al‑Mašriq.

Haut de page

Notes

1 Sur les fondements théoriques de cette entreprise, notamment la notion d’accrétion dans les grammaires arabes et le concept de suilangue arabe classique, voir Pinon (2011, 2012a). Sur d’autres éléments de description déjà effectués concernant le verbe kāna, voir Pinon 2012 b, 2013 b.

2 Ibn al‑Ḥāǧib, AlImlāʾ ʿalā lKāfiya fī lnaḥw, folio 2b.

3 Al‑Anbārī, Kitāb asrār alʿarabiyya, I, p. 155 pour l’exemple.

4 Brève mention en est faite chez Al‑Anbārī, Kitāb asrār al‑ʿarabiyya ; Ibn ʿAqīl, Šarḥ Ibn ʿAqīl ʿalā Alfiyya Ibn Mālik ; Ibn Hišām al‑Anṣārī, Mūǧaz ; al‑Ġalāyīnī, Ǧāmiʿ al‑durūs al‑ʿarabiyya ; Ḥ. ʿAbbās, Al‑Naḥw al‑wāfī. Dans les grammaires suivantes, nous n’avons pas trouvé mention du maṣdar kawn en tant que tel : al‑Anṣārī, Muġnī l‑labīb ʿan kutub al‑aʿārīb ; al‑Astarabāḏī, Šarḥ al‑Kāfiya fī l‑naḥw li‑Ibn al‑Ḥāǧib ; Ibn Fāris, Al‑ṣāḥibī fī fiqh al‑luġa al‑ʿarabiyya wa‑sunan al‑ʿarab fī kalāmihā ; Ibn Fāris, Muǧmal al‑luġa ; Ibn Mālik, Šarḥ al‑kāfiya al‑šāfiya ; al‑Mubarrad, Al‑Muqtaḍab ; al‑Mubarrad, Al‑Kāmil fī l‑luġa wa‑l‑adab ; Sībawayhi, Al‑Kitāb ; al‑Zamaḫšarī, Al‑mufaṣṣal fī ʿilm al‑ʿarabiyya. Tous ces ouvrages sont accessibles en ligne sur le site d’al‑Maktaba al‑šāmila (http://shamela.ws).

5 Al‑Munǧid fī l‑luġa l‑muʿāṣira, p. 1258 a.

6 Nous avons constaté que dans les grammaires, le contexte des exemples cités est réduit au minimum, ce qui pose souvent des problèmes d’interprétation. D’autre part, le fait que les exemples ne soient pas référencés ne permet pas à l’usager des grammaires d’accéder à ce contexte. Dans notre projet de grammaire descriptive de l’arabe contemporain, les outils actuels nous aident à combler ces problèmes de contexte et de référencement.

7 Lorsque nous citons des exemples provenant de sources anglaises, nous reproduisons d’abord la traduction anglaise, avant de traduire en français.

8 À ce sujet, voir Pinon 2012 b et 2013 a.

9 Nous avons relevé près du double d’occurrences si nous totalisons les emplois grammaticaux et lexicaux (0,031 % des mots de notre corpus). Le corpus de Buckwalter et Parkinson étant vingt fois plus gros que le nôtre, on peut supposer, en se référant à la loi des grands nombres, que les emplois de kawn sont quelque peu surreprésentés dans notre corpus. Pour avoir un ordre d’idée de la fréquence des mots en arabe, en nous basant toujours sur le dictionnaire de Buckwalter et Parkinson, rappelons que l’article est employé à hauteur de 16,7 % (1er mot), la conjonction wa à 3,7 % (2e mot), qu’au 10e mot nous passons sous le seuil des 1 %. Le 5000e mot par ordre de fréquence est le substantif ḍamm (adjonction, rattachement) avec 0,00056 %. Les 40 premiers mots sont, à quelques exceptions près, des particules et des pronoms.

10 Nous opposons au verbe kāna bivalent (kāna al‑nāqiṣa dans la tradition grammaticale arabe) le verbe kāna monovalent (kāna al‑tāmma dans la tradition grammaticale arabe).

11 Nous verrons plus bas que li‑kawn est en effet bien plus employé que bi‑kawn (de l’ordre d’un rapport de plus de deux tiers à moins d’un tiers).

12 http://www.tal.univ-paris3.fr/lexico/.

13 À ce sujet, D. E. Kouloughli nous faisait remarquer qu’il était dommage de ne pas davantage expliciter la démarche suivie pour sélectionner les exemples pertinents, empêchant ainsi de rapporter les chiffres avancés à des données plus globales. Il prenait l’exemple de la séquence kawnu‑nā, ambiguë, puisque pouvant signifier « notre univers » ou « le fait que nous soyons ». En cherchant sur Internet, par exemple dans un article de Wikipédia consacré à la cosmologie, on peut observer que toutes les occurrences de kawnu‑nā ont un sens lexical. Pour D. E. Kouloughli, une démarche à base de stricte analyse de corpus ne peut pas esquiver la discussion de tels faits, qui ont d’ailleurs l’intérêt de soulever une question simple : comment sait‑on, c’est‑à‑dire à partir de quels indices formels dans un texte, que kawnu‑nā est ou n’est pas à interpréter comme un substantif ?

14 S’il conserve sa structure argumentale, il semble qu’une restriction s’opère naturellement quant à l’ordre des syntagmes dans la phrase. En effet, si le ḫabar kāna peut être antéposé, l’ordre après kawn est nécessairement respecté (premier puis second complément, éventuellement séparés par une incise ou un complément non essentiel), car le premier complément est complément du nom et ne peut pas être séparé de kawn.

15 Celui‑ci est d’ailleurs nommé ism al‑maṣdar al‑nāqiṣ par al‑Ġalāyīnī (1973, p. 280). Voir ci‑dessus.

16 Il semble qu’on puisse trouver là un premier élément permettant de départir automatiquement les emplois lexicaux des emplois grammaticaux de kawn. En effet, seuls les premiers peuvent être déterminés par l’article. Les seconds seront toujours en état construit.

17 Parmi les énoncés où le ḫabar kawn doit porter une marque de cas visible, nous n’avons relevé que quatre emplois fautifs, tous provenant de blogs.

18 ʾAšadd min al‑qatl est un emprunt coranique (Coran 2/191) ; la citation entre parenthèses est aussi coranique, mais, dans le Coran, il est écrit  « ʾinnā » : « ʾallaḏīna ʾiḏā ʾaṣābat‑hum muṣība qālū ʾinnā li‑l‑Lāhi wa‑ʾinnā ʾilay‑hi rāǧiʿūna » (Coran 2/156). Notez à la fin de l’extrait le mot muṣība « coup du sort, calamité » faisant référence au même verset.

19 Voir aussi Diem 1995, p. 52.

20 Nous utilisons les termes « thème » et « propos » pour traduire les deux constituants de la phrase nominale chez les grammairiens arabes, respectivement le mubtadaʾ et le ḫabar.

21 Pour nous, le fait que kawn puisse signifier à la fois « univers » et « le fait de » est à rattacher aux deux structures argumentales que le verbe kāna peut revêtir. Ainsi, pour le verbe bivalent, le maṣdar signifie « le fait d’être », ce qui correspond lexicalement au verbe, mais son emploi est très souvent grammaticalisé. C’est pourquoi nous parlons d’emplois grammaticaux du maṣdar dans ce cas, par opposition au maṣdar lexical « univers », même si « le fait d’être » est aussi la lexicalisation du verbe kāna, alors d’emploi bivalent.

22 Les paraphrases sont toutes proposées à partir d’exemples où elles sont utilisées en coordination avec l’emploi de kawn.

23 Si nous ne retrouvons pas bi‑sabab kawn (à cause du fait que) dans notre corpus, nous l’avons relevé dans la copie d’un étudiant arabophone lors d’un exercice de traduction du français vers l’arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Pinon, « Grammaticalisation du madar kawn en arabe contemporain : « le fait de », « parce que », « que » »Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 77-100.

Référence électronique

Catherine Pinon, « Grammaticalisation du madar kawn en arabe contemporain : « le fait de », « parce que », « que » »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/beo/4829 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.4829

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search