Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

La voix du traducteur comme instance préfacielle

L’exemple de L’Orientalisme d’Edward Saïd
Fayza El Qasem
p. 109-121

Résumés

Cet article se propose d’interroger les pratiques des traducteurs arabes de l’ouvrage monument d’Edward Saïd, L’Orientalisme, telles qu’elles sont données à lire à travers leurs préfaces, et tentera de lier cela à la réception de l’ouvrage dans le monde arabe. Ces préfaces interrogent aussi le statut du traducteur : auteur de plein droit ou traducteur découvreur ? Telles sont les questions auxquelles nous nous intéresserons pour étudier l’empreinte du traducteur sur le texte.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Notes sur le corpus, les auteurs et la méthode
Typologie du texte
L’instance préfacielle
Une réception biaisée
L’acclimatation de l’œuvre
Conclusion

Aperçu du début du texte

Mohamed Shahin, dans les nombreux livres qu’il consacre à son ami Edward Saïd, fait part de la déception de ce dernier quant au faible écho suscité par son livre L’Orientalisme dans le monde arabe ; ainsi dans ces lignes (Shahin 2013, p. 73)  :

إن الأمر في نظري ليقع على مشارف اللغز أو السر : لماذا ساعد (الاستشراق) في الباكستان، والهند، وإفريقيا، واليابان، وأمريكا اللاتينية، وأوربا والولايات المتحدة على إطلاق العديد من مناهج الإنشاء الجديدة، وأساليب التحليل الجديدة، وإعادات تأويل للتاريخ والثقافة، فيما ظل تأثيره في العالم العربي محدوداً ؟

À mes yeux, la question est proprement énigmatique. En effet, comment expliquer qu’un livre comme l’Orientalisme ait facilité la genèse de nombreux modes de discours novateurs et de nouveaux cadres d’analyse et d’interprétation de l’histoire et de la culture, au Pakistan, en Inde, en Afrique, au Japon, en Amérique Latine, en Europe et aux États‑Unis et ait eu une influence pour le moins négligeable dans le monde arabe ?

Notre propos n’est pas de nous f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fayza El Qasem, « La voix du traducteur comme instance préfacielle », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 109-121.

Référence électronique

Fayza El Qasem, « La voix du traducteur comme instance préfacielle », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4878 ; DOI : 10.4000/beo.4878

Haut de page

Auteur

Fayza El Qasem

Ecole Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page