Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Mélanges de linguistique et de métrique en mémoire de Djamel Eddine Kouloughli
Articles du dossier thématique

Plus ou moins que deux : le tašdīd dans la tradition métrique persane

Justine Landau
p. 135-156

Résumés

Tašdīd : « tekrār‑e arf », « [signe de] renforcement ». En persan, comme en arabe, toute lettre portant la šadda compte pour deux. Attribué à al‑Ḫalīl b. Aḥmad (obca. 796), le signe suscrit en forme de sīn était d’abord destiné à marquer les consonnes géminées (mošaddad) dans les poèmes consignés par écrit. Avant de s’imposer comme diacritique incontournable dans les textes classiques et modernes, l’inscription du tašdīd procédait en effet d’un souci d’exactitude métrique. En arabe, où la gémination a valeur distinctive, ce motif initial fut rapidement oublié. C’est toutefois en persan, non sans quelque ironie, que la vertu métrique de la šadda devait être ranimée. Or, en rendant sa raison d’être à cette petite notation, la tradition métrique persane en déplaçait aussi la cible. En persan, le tašdīd participait désormais d’une stratégie d’adaptation de la métrique ḫalīlienne (ʿarū) dans une langue insensible au redoublement consonantique. Le présent article examine cette facette intrigante de la gémination persane, peu étudiée à ce jour.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction 
Tašdīd, vos papiers !
Persan « d’adoption »
Persan « de souche »
Tašdīd lexical
Tašdīd final, tašdīd contextuel
Le tašdīd des poètes : vérité phonétique ou licence poétique ?
Une dégémination impromptue
Un tašdīd superfétatoire
Le tašdīd du mot de la fin
Le tašdīd métrique
Le tašdīd initial de mot
Vieux métriciens…
… et jeunes linguistes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction 

Ce fut d’abord un petit point vert – ou bleu, parfois rouge – tracé au‑dessus d’une consonne, aux côtés d’autres points de couleur représentant qui une voyelle, qui un tanwīn, ou encore une hamza, dans les plus anciens manuscrits du Coran . La šadda, marque du redoublement de consonne en arabe, n’en est venue que progressivement à se distinguer dans l’écriture. De fait, s’ils participent de la splendeur des manuscrits désignés sous le nom de « kufiques », les diacritiques aux pigments éclatants des premiers siècles de l’Islam étaient encore fort rudimentaires. Dans certains manuscrits, un même point bleu pouvait servir à indiquer une voyelle brève ou un tašdīd ; dans d’autres, le rouge était réservé aux voyelles, le vert à la hamza et le jaune à la šadda ; ailleurs encore, on trouve de petits cercles rouges, voire de simples traits, en lieu et place des points. Loin d’être fixé, et encore moins unifié, le code des couleurs était susceptible de varier d’une région ou d’u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Landau, « Plus ou moins que deux : le tašdīd dans la tradition métrique persane », Bulletin d’études orientales, LXV | 2017, 135-156.

Référence électronique

Justine Landau, « Plus ou moins que deux : le tašdīd dans la tradition métrique persane », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXV | 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4923 ; DOI : 10.4000/beo.4923

Haut de page

Auteur

Justine Landau

Harvard University, Department of Near Eastern Languages and Civilizations

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page