Navigation – Plan du site

Appel à contribution : « Nouveaux itinéraires épigraphiques d’Orient et d’Occident (Bulletin d’études orientales 67, 2018)

Texte intégral

1Appel à contribution : projet de publication d’un dossier thématique sur l’épigraphie arabe et islamique proposé par Frédéric Imbert, directeur du Département des études arabes, médiévales et modernes de l’Institut français du Proche-Orient à Beyrouth (Ifpo), directeur du Bulletin d’Études Orientales.

2Le Bulletin d’Études Orientales 67 (2018) rassemblera des contributions scientifiques relatives à l’épigraphie arabe et islamique. Les articles acceptés constitueront un dossier thématique intitulé « Nouveaux itinéraires épigraphiques d’Orient et d’Occident ».

3Conformément à sa ligne éditoriale, le Bulletin d’Études Orientales 67, publiera aussi 4 articles dans ses Varia, en rapport avec les thématiques traditionnelles du Bulletin : histoire, islamologie, linguistique, littérature, archéologie d’époque islamique, etc.

4Depuis une vingtaine d’années, les recherches en épigraphie appliquée au domaine arabe ont été à l’origine de découvertes de textes singuliers qui ont permis de jeter un regard nouveau sur les usages multiples et parfois complexes de l’écriture arabe et d’en montrer toute la richesse et la variété. Depuis les débuts de l’Islam, jusqu’aux dynasties tardives qui régnèrent sur l’ensemble du monde arabe et musulman d’Orient comme d’Occident, de nombreux acteurs ont laissé sur la pierre des traces de leur passage ou de leurs actions : califes et sultans, princes, notables et érudits locaux ou encore simples individus. Ces documents lapidaires uniques permettent d’éclairer la civilisation arabo-musulmane dans son ensemble grâce à des textes originaux, jamais soumis à la recopie, et ignorant quelquefois la censure linguistique, religieuse ou politique. Ils représentent un témoignage inestimable et constituent un champ de recherches extrêmement fécond qui se place à la croisée de diverses disciplines comme l’anthropologie et la sociologie historiques et religieuses, la linguistique, l’archéologie et la paléographie notamment.

5Durant les dernières décennies, dans de nombreux pays de la sphère arabo-musulmane, au Proche-Orient, au Maghreb et même plus à l’est dans les anciennes provinces orientales de l’Empire islamique (Iran, Afghanistan, Pakistan actuels), des recherches ont été conduites à partir de corpus urbains ou régionaux.

6Des prospections engagées en Arabie ont récemment permis de faire connaître des graffiti arabes très anciens datant des premiers moments de l’Islam (viisiècle) ; leur apport à la compréhension des enjeux de cette période ne peut plus être ignoré. Ces textes relevant plutôt de la sphère privée, reflètent aussi dès l’époque omeyyade et sous les premiers Abbassides (viiiau xsiècle), le développement graduel des dogmes d’un l’Islam en construction.

7Dans les citadelles et sur les murailles des grandes cités musulmanes, aux époques ayyoubide et mamelouke (xiiet xve siècles), de nouveaux textes ont été mis au jour ou relus, aidant les historiens à analyser les stratégies politiques et militaires des gouvernants.

8En Iran et en Asie Centrale, des études sur les dynasties karakhanide et ghaznévide, entre autres, ont permis de connaître de nouvelles inscriptions parfois bilingues et de facture exceptionnelle (du ixe au xiie siècle). Par ailleurs, de récents travaux sur les complexes funéraires tardifs avec leurs inscriptions en langue arabe (Afghanistan, du xvau xviiie siècle) ont aidé à mieux comprendre la présence d’itinéraires d’influences artistiques liées à des pèlerinages locaux.

9Au Maghreb, l’analyse de matériel funéraire ottoman a permis d’étudier la transmission des savoir-faire et des formulaires funéraires entre la Turquie ottomane et les provinces de Tunisie et de Libye. Ce ne sont là que quelques exemples.

10Les récents événements qui ont secoué certains pays du monde arabe ont eu pour conséquence de fermer à la recherche de terrain des régions entières ; des monuments d’époque islamique et même classique avec leurs inscriptions arabes ont parfois été endommagés ou soumis au pillage, voire détruits. Par voie de conséquence, les épigraphistes ont investi de nouveaux terrains et se sont confrontés à de nouvelles problématiques. Les réseaux sociaux sont eux‑mêmes devenus des champs de prospections virtuelles où chacun peut trouver des textes inédits ; un Thésaurus d’épigraphie islamique permet depuis plusieurs années de consulter en ligne un nombre considérable d’inscriptions. Ainsi, nos usages de recherche ont changé ; la visibilité même de la discipline s’est trouvée notablement accrue. Elle s’inscrit comme un champ de recherche émergeant et innovant. Le dossier thématique du Bulletin d’Études Orientales se doit d’en faire état.

11Enfin, les sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche et, à ce titre, le dossier thématique du Bulletin d’Études Orientales se voudra aussi comme un hommage à une certaine école française ou francophone d’épigraphie arabe et islamique, bientôt centenaire, au travers des savants de renom dont les travaux ont marqué la recherche du xxe siècle principalement : Max van Berchem, Jean Sauvaget, Gaston Wiet, Jeannine Sourdel-Thomine, Solange Ory, Madeleine Schneider pour ne citer que ceux‑ci.

12Les articles proposés pourront s’inscrire dans l’un des axes présentés ci‑dessous :

  • Axe 1 : Épigraphie des débuts de l’Islam (i/viie-ii/viiie siècles) ; réflexions historiques, anthropologiques, linguistiques, religieuses se fondant sur des corpus de textes (inscriptions officielles, graffiti, ostraca).
  • Axe 2 : Épigraphie arabe d’Orient et d’Occident : du Maghreb, aux Proche et Moyen‑Orient, en passant par la péninsule Arabique jusqu’aux provinces islamiques orientales sous les dynasties omeyyade, abbasside, ayyoubide, mamelouke (ou autres dynasties locales). Nouveaux corpus d’inscriptions arabes, récentes découvertes épigraphiques, nouveaux itinéraires épigraphiques.
  • Axe 3 : Évolutions et permanences des genres, études d’épigraphie générique : réflexions interdisciplinaires sur des corpus classés par genres : les textes de waqf, de construction et de restauration, les décrets, les textes poétiques ou funéraires, etc.
  • Axe 4 : Études sur le formulaire et la langue des inscriptions : origines et développement des formules utilisées en épigraphie ; la grammaire et ses normes classiques (ou pré‑classiques) dans les textes épigraphiques anciens, le statut de la « faute » et de l’écart de langue ; le lexique, l’utilisation de termes « étrangers », influences des autres langues (persan, berbère, etc.).
  • Axe 5 : Réflexions sur la paléographie arabe et les pratiques graphiques : études sur les origines de l’écriture arabe, sur la forme et l’évolution des caractères et des styles de toutes les époques, sur les décors, les supports et les matériaux. Analyses des spécificités paléographiques d’inscriptions médiévales au regard d’autres pratiques graphiques (codicologie, numismatique).

13Les articles soumis pourront faire entre 10 et 20 pages environ (format ‘Word’, Times New Roman 12, espacement 1.5), soit plus ou moins 10 000 mots ou 60 000 caractères (espaces compris). Les articles suivront impérativement les instructions présentées dans la charte éditoriale de l’Ifpo (pour les normes bibliographiques et les caractères de transcription). Les articles seront obligatoirement accompagnés d’une bibliographie des ouvrages ou des études cités dans le corps de l’article. Des planches et photographies peuvent illustrer l’article, en nombre raisonnable et en noir et blanc si possible (pour certaines inscriptions particulièrement importantes, il peut s’avérer utile d’en proposer un fac‑similé). Enfin, l’ensemble des textes épigraphiques devra être présenté en caractères arabes et traduits.

14Les textes devront parvenir avant le 15 janvier 2019 à l’adresse de Frédéric Imbert, directeur du DEAMM et du BEO : fimbert1963@gmail.com ou f.imbert@ifporient.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Appel à contribution : « Nouveaux itinéraires épigraphiques d’Orient et d’Occident (Bulletin d’études orientales 67, 2018) », Bulletin d’études orientales [En ligne], Appels à contribution, mis en ligne le 18 septembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/5105

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page