Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Études

Un « Alceste musulman » : Sībawayh le fou et les Iḫšīdides

Mathieu Tillier
p. 117-139

Résumés

Dans son article de 1972 sur « La prise du pouvoir par les Fatimides en Égypte », Thierry Bianquis évoque à quelques reprises un fou de la Fusṭāṭ iḫšīdide, surnommé Sībawayh, une sorte dʾ« Alceste musulman » qui harcelait ses contemporains de sa misanthropie. Autrement ignoré de lʾhistoriographie contemporaine, le personnage nous est connu grâce à un opuscule que lui consacra al‑Ḥasan b. Ibrāhīm b. Zūlāq (m. 387/998). De vingt-deux ans son cadet, ce dernier lʾavait fréquenté de près et fut le témoin oculaire et auditif dʾun grand nombre de ses coups dʾéclat. En replaçant Sībawayh dans son contexte historique, je mʾinterroge sur la portée politique et sociale de la forme de folie dont il souffrit. Au‑delà des topoi que sa biographie partage avec le genre consacré aux « déments sensés » (ʿuqalāʾ al‑maǧānīn), Sībawayh, protégé par sa popularité auprès des masses et par sa démence, se fit le héraut dʾune partie des habitants de Fusṭāṭ exaspérés par le comportement de leurs élites et de leurs dirigeants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le fou et son histoire
Famille et quartier
Un savant
Son accident et sa folie
Un personnage déviant
Une déviance sociale ?
Une déviance théologique
Sībawayh, censeur des mœurs et du pouvoir
La censure des mœurs
La critique du pouvoir
Un homme influent
Conclusion

Aperçu du début du texte

Il est des personnages hors du commun, qui étonnent par lʾétendue de leur savoir et par la finesse de leur intellect, et qui, pour cette raison, suscitent chez les uns la crainte, chez dʾautres le respect et lʾadmiration, mais qui par leur côté attachant savent aussi faire naître une indéfectible amitié. Ces qualités, en lesquelles le lecteur reconnaîtra mon maître Thierry Bianquis, furent aussi celles dʾun homme qui vécut un millénaire avant lui, dans lʾÉgypte du xe siècle. Il portait le nom dʾAbū Bakr Muḥammad b. Mūsā b. ʿAbd al‑ʿAzīz al‑Kindī al‑Ṣayrafī, mais passa à la postérité sous son sobriquet de Sībawayh « lʾÉgyptien » – en référence au célèbre grammairien du iie/viiie siècle.

Je rencontrai pour la première fois ce personnage pendant ma maîtrise, en traduisant la partie du Rafʿ al‑ir dʾIbn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī (m. 852/1449) consacrée aux cadis des Ṭūlūnides et des Iḫšīdides . Plus tard, Thierry Bianquis me reparla de lui à plusieurs reprises en évoquant lʾopuscule qui lui éta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Tillier, « Un « Alceste musulman » : Sībawayh le fou et les Iḫšīdides », Bulletin d’études orientales, XLVI | 2018, 117-139.

Référence électronique

Mathieu Tillier, « Un « Alceste musulman » : Sībawayh le fou et les Iḫšīdides », Bulletin d’études orientales [En ligne], XLVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/beo/5575 ; DOI : 10.4000/beo.5575

Haut de page

Auteur

Mathieu Tillier

Université Paris-Sorbonne, UMR 8167 – Orient et Méditerranée
mathieu.tillier@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page