Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIDossier thématiqueÉtudesUn « Alceste musulman » : Sībaway...

Dossier thématique
Études

Un « Alceste musulman » : Sībawayh le fou et les Iḫšīdides

Mathieu Tillier
p. 117-139

Résumés

Dans son article de 1972 sur « La prise du pouvoir par les Fatimides en Égypte », Thierry Bianquis évoque à quelques reprises un fou de la Fusṭāṭ iḫšīdide, surnommé Sībawayh, une sorte dʾ« Alceste musulman » qui harcelait ses contemporains de sa misanthropie. Autrement ignoré de lʾhistoriographie contemporaine, le personnage nous est connu grâce à un opuscule que lui consacra al‑Ḥasan b. Ibrāhīm b. Zūlāq (m. 387/998). De vingt-deux ans son cadet, ce dernier lʾavait fréquenté de près et fut le témoin oculaire et auditif dʾun grand nombre de ses coups dʾéclat. En replaçant Sībawayh dans son contexte historique, je mʾinterroge sur la portée politique et sociale de la forme de folie dont il souffrit. Au‑delà des topoi que sa biographie partage avec le genre consacré aux « déments sensés » (ʿuqalāʾ al‑maǧānīn), Sībawayh, protégé par sa popularité auprès des masses et par sa démence, se fit le héraut dʾune partie des habitants de Fusṭāṭ exaspérés par le comportement de leurs élites et de leurs dirigeants.

Haut de page

Texte intégral

1Il est des personnages hors du commun, qui étonnent par lʾétendue de leur savoir et par la finesse de leur intellect, et qui, pour cette raison, suscitent chez les uns la crainte, chez dʾautres le respect et lʾadmiration, mais qui par leur côté attachant savent aussi faire naître une indéfectible amitié. Ces qualités, en lesquelles le lecteur reconnaîtra mon maître Thierry Bianquis, furent aussi celles dʾun homme qui vécut un millénaire avant lui, dans lʾÉgypte du xe siècle. Il portait le nom dʾAbū Bakr Muḥammad b. Mūsā b. ʿAbd al‑ʿAzīz al‑Kindī al‑Ṣayrafī, mais passa à la postérité sous son sobriquet de Sībawayh « lʾÉgyptien » – en référence au célèbre grammairien du iie/viiie siècle.

  • 1 Voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 337 (trad. p. 135).
  • 2 Bianquis 1972, p. 56.
  • 3 Rosenthal 2011, p. 14-15.
  • 4 Ayyad 1990, p. 428.

2Je rencontrai pour la première fois ce personnage pendant ma maîtrise, en traduisant la partie du Rafʿ al‑ir dʾIbn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī (m. 852/1449) consacrée aux cadis des Ṭūlūnides et des Iḫšīdides 1. Plus tard, Thierry Bianquis me reparla de lui à plusieurs reprises en évoquant lʾopuscule qui lui était consacré. Comme dʾautres figures marginales, Sībawayh exerçait sur lui une forme de fascination et je soupçonne quʾil eût souhaité trouver le temps de lui consacrer plus que les quelques lignes de son article « La prise du pouvoir par les Fatimides », dans lequel il le qualifie dʾ« Alceste musulman » 2. Misanthrope, Sībawayh lʾétait à bien des égards, pour la joie ou le malheur de ses contemporains, dont certains se pressaient afin de lʾécouter tandis que dʾautres sʾenfuyaient à sa vue pour échapper à ses invectives. Curieusement, le personnage nʾa jamais retenu lʾattention dʾautres historiens que Thierry Bianquis. Cʾest à peine si Franz Rosenthal lui consacre quelques lignes dans son Humor in Early Islam 3 et si S.M. Ayyad lʾévoque dans un article dédié à la littérature régionale égyptienne 4.

3Sībawayh mérite plus que cela et Thierry Bianquis aurait su proposer de lui une étude plus rigoureuse que je ne saurais le faire. Le personnage se situe en effet à la croisée de plusieurs des thématiques qui retinrent son attention tout au long de sa carrière. Il vécut la période de transition entre la dynastie iḫšīdide et les Fatimides ; cas rare pour les premiers siècles de lʾIslam, nous disposons dʾinformations assez précises sur sa famille et son enfance ; il vécut à Fusṭāṭ, un des lieux que Thierry Bianquis affectionnait le plus ; il sʾagit dʾun personnage ambigu, un savant « dérangé » à la croisée des catégories sociales, miroir de la complexité des sociétés islamiques médiévales. Enfin, Sībawayh nʾest pas sans ressemblance avec Thierry Bianquis : grand savant, il ne bénéficia peut‑être pas de son vivant de la reconnaissance quʾil méritait. En raison de sa verve, il effrayait ses contemporains. Physiquement, il était boiteux, mais sa faiblesse physique nʾavait dʾégale que sa force morale, soutenue par un puissant courage intellectuel et politique.

  • 5 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 22-23, où lʾauteur introduit son récit par raʾaytu (« jʾai vu (...)
  • 6 Ibn Zūlāq, Abār, p. 16.

4Sībawayh lʾÉgyptien nous est connu grâce à lʾhistorien al‑Ḥasan b. Ibrāhīm b. Zūlāq (306‑387/919‑998). De vingt‑deux ans son cadet, ce dernier lʾavait fréquenté de près, sans que lʾon sache la nature précise de leurs rapports ; Ibn Zūlāq fut en tout cas le témoin oculaire et auditif de la majorité des scènes quʾil rapporte 5. Les maîtres dʾIbn Zūlāq nous sont inconnus et lʾon ignore si Sībawayh en fit partie. Toujours est‑il que lʾhistorien dédia un opuscule – 42 pages dans lʾédition imprimée – à celui qui, selon ses déclarations, aurait mérité de figurer dans les grandes collections consacrées aux « déments sensés » (ʿuqalāʾ al‑maǧānīn6. Comme le voulaient les conventions de lʾépoque, Ibn Zūlāq prétend dans sa courte introduction répondre à une commande. Mais le ton de lʾouvrage, empreint dʾune admiration amusée, suggère que lʾauteur entendait aussi rendre hommage à cette figure pittoresque de la Fusṭāṭ quʾil avait connue.

5En replaçant Sībawayh dans son contexte historique, je souhaiterais ici mʾinterroger sur la portée politique et sociale de la forme de folie dont il souffrit, et sur ce que le personnage représentait aux yeux dʾIbn Zūlāq.

Le fou et son histoire

Famille et quartier

  • 7 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.
  • 8 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.
  • 9 Ibn Zūlāq, Abār, p. 25. Sur cette mosquée, voir Casanova 1913-1919, p. 59.

6Sībawayh naquit à Fusṭāṭ en lʾan 284/897‑898 et y mourut en ṣafar 358/déc. 968-janv. 969, à lʾâge de 74 années lunaires 7. De sa mère, on ne sait rien. Son père, Abū ʿImrān Mūsā b. ʿAbd al‑ʿAzīz, était un cheikh changeur (ayrafī) à Fusṭāṭ, qui vécut assez longtemps pour quʾIbn Zūlāq le connaisse 8. Suite aux pressions morales exercées par son fils, il finit par abandonner son métier et se reconvertit sur le tard en vendeur de bois près de la mosquée ʿAbd Allāh 9.

  • 10 Ibn Zūlāq, Abār, p. 21. Je nʾai trouvé aucun renseignement sur ce quartier.
  • 11 bn Zūlāq, Abār, p. 23.
  • 12 Ibn Zūlāq, Abār, p. 49.
  • 13 Ibn Zūlāq, Abār, p. 35. Sur ce quartier, voir Casanova 1913-1919, carte I, D-E 4. Cf. Guest 1907, (...)

7Ibn Zūlāq offre des informations assez précises sur les lieux où il habita et où il fut actif. Dans son enfance, il habitait avec ses parents dans le quartier de Dūr Banī Rasdīn/Rušdayn 10. Plus tard, alors quʾil était adulte et déjà malade, il résidait au Dār Ibn Ṭalḥa, dans la montée (ʿaqaba) des Banū Falīḥ/Fulayḥ, dans une maison (manzil) qui appartenait à un propriétaire chrétien nommé Ibn Abī l‑Muntin al‑Naṣrānī 11. Dans la même rue, en face de sa maison, habitait un certain Abū ʿAbd Allāh, un Arabe de la tribu de Kināna, que Sībawayh apostrophait depuis sa fenêtre (āq), lui lançant des invectives que les passants se plaisaient à écouter, certains sʾarrêtant même pour prendre des notes 12. À lʾépoque où Ibn Zūlāq le fréquentait, Sībawayh habitait une petite maison (manzil) de bas standing, dans le quartier de Ġāfiq, peut‑être au nord de la mosquée ʿAbd Allāh 13.

  • 14 Ibn Zūlāq, Abār, p. 45, 46.
  • 15 Al-Maqrīzī, al-Mawāʿi, IV, p. 473 ; à lʾépoque de Yāqūt, on y trouvait les libraires, les vendeurs (...)

8Sībawayh semble avoir ainsi passé toute son existence au centre nord de Fusṭāṭ, dans un espace limité, au sud, par les quartiers adjacents à la mosquée de ʿAmr, et au nord par la porte dʾal‑Ṣafā. Vers la fin de sa vie, à une époque où il fréquentait le poète al‑Mutanabbī (m. 354/965), Sībawayh investit également la mosquée dʾIbn ʿAmrūs, au souk Barbar, où il allait souvent sʾasseoir 14. La plupart des récits localisés le mettent en scène autour de la mosquée ʿAbd Allāh, celle dʾIbn ʿAmrūs ou le zuqāq al‑Qanādīl, grand‑rue de Fusṭāṭ connue pour avoir hébergé les ašrāf de la ville, qui accrochaient des lampes à leurs portes 15. En revanche très peu de récits le font figurer à la grande mosquée de ʿAmr : Sībawayh était avant tout un homme dʾoratoires secondaires, cantonné dans ses quartiers.

Les quartiers nord de Fusṭāṭ.

Les quartiers nord de Fusṭāṭ.

Dʾaprès P. Casanova.

  • 16 Ibn Zūlāq, Abār, p. 27.
  • 17 Ibn Zūlāq, Abār, p. 30.
  • 18 Ibn Zūlāq, Abār, p. 35. Sur Muḥammad b. ʿAlī b. Muqātil (m. 350/961), voir Ibn Saʿīd, al-Muġrib, p (...)

9Sībawayh avait la réputation dʾêtre pauvre. Ses remarques sur sa maison de Ġāfiq laissent penser quʾil lʾétait en effet. On ne lui connaît dʾailleurs aucune activité professionnelle. Certains récits suggèrent quʾil vivait dʾœuvres de charité : peu de temps après lʾarrivée dʾal‑Iḫšīd en Égypte, ce dernier obligea son vizir Ṣāliḥ b. Nāfiʿ, avec lequel Sībawayh avait eu des démêlés, à lui verser une pension mensuelle de deux dinars. Le père de Sībawayh la percevait pour lui – ce qui suggère que notre homme fut, au moins un temps, frappé dʾinterdit (maḥǧūr) –, et après sa disparition Sībawayh continua de recevoir cette pension jusquʾà la mort de Ṣāliḥ en 340/951‑952 16. Il bénéficia également de pensions mensuelles prodiguées par le trésorier (āzin) dʾal‑Iḫšīd (montant inconnu) 17 et par son vizir Abū Bakr Muḥammad b. ʿAlī b. Muqātil (cinq dinars) 18.

  • 19 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.
  • 20 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28.
  • 21 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37. Sur la diète prescrite aux fous par la médecine islamique médiévale, voir (...)
  • 22 Voir Zakharia 1997, p. 280-282.

10De fait, Sībawayh ne vivait pas dans le dénuement : il était marié, bien quʾon ignore tout de son épouse 19. Il possédait également une esclave (ǧāriya), nommée Muḫtāra, qui sʾoccupait de lui 20. Sa femme remarqua un jour que sa verve oratoire était stimulée par lʾabsence de viande, mais que la nourriture grasse le calmait 21, ce qui suppose quʾil pouvait épisodiquement se permettre de la viande. Sībawayh nʾétait donc pas de ces fous marginaux qui selon al‑Naysābūrī trouvaient refuge dans les cimetières 22 : il était au contraire intégré à lʾespace social de la ville.

Un savant

  • 23 Ibn Mākūlā, al-Ikmāl, II, p. 232 ; al-Ḏahabī, Taʾ, XXVI, p. 185 ; al-Samʿānī, al-Ansāb, II, p. 2 (...)
  • 24 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26-27.
  • 25 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.
  • 26 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17, 42.
  • 27 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18. Sur Abū Hāšim al-Maqdisī (Ismāʿīl b. ʿAbd al-Wāḥid), voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, (...)
  • 28 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18.

11Sībawayh se fit connaître comme savant et cʾest ainsi quʾil est recensé dans plusieurs dictionnaires biographiques 23. Dʾaprès Ibn Zūlāq, il suivit une formation traditionnelle. Il commença par étudier à lʾécole coranique (kuttāb) – le vizir Ṣāliḥ b. Nāfiʿ avait été son camarade de classe 24 –, puis il suivit lʾenseignement de prestigieux savants égyptiens, notamment Aḥmad b. Šuʿayb al‑Nasāʾī (m. 303/915), Isḥāq b. Ibrāhīm al‑Manǧanīqī (m. 304/916) et Abū Ǧaʿfar al‑Ṭaḥāwī (m. 321/933) 25. Il semble être toujours demeuré à Fusṭāṭ et nʾavoir pas, comme beaucoup de ses contemporains, recherché le savoir (alab al‑ʿilm) dans dʾautres régions de lʾempire. Il devint savant en plusieurs disciplines : il connaissait bien sûr le Coran par cœur, mais en maîtrisait également le sens (maʿānī), les lectures, les expressions rares (ġarīb), la grammaire (iʿrāb) et les normes qui y sont contenues (akām). Il était expert en matière de hadith 26 et étudia le fiqh šāfiʿite auprès dʾAbū Hāšim al‑Maqdisī (m. 325/936‑937) et dʾAbū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. al‑Ḥaddād (m. 264/878) 27. Nous verrons plus loin quʾil se présentait comme un théologien. En matière de sciences profanes, il connaissait les récits relatifs à lʾépoque antéislamique (ayyām al‑nās), les bons mots (nawādir) et la poésie. Mais cʾest surtout dans le domaine de la lexicographie et de la grammaire quʾil excellait, au point dʾêtre comparé au grand grammairien Sībawayh (m. c. 180/796) et de se voir décerner le même surnom 28. Sa maîtrise de la rhétorique ne sʾexprime nulle part avec plus de panache que dans ses exhortations publiques, déclamées en prose rimée (saǧʿ), qui firent sa célébrité.

Son accident et sa folie

  • 29 C.H. Becker et F. Rosenthal, « al-Balādhurī », EI2, I, p. 1001.
  • 30 Ibn Zūlāq, Abār, p. 21.
  • 31 Sʾil faut prendre à la lettre les paroles de Sībawayh, qui déclara plus tard quʾil était tombé de h (...)
  • 32 Sur ʿAbd Allāh b. al-Walīd, qui était né en 273/886-887, voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 180-187 (trad. p. (...)

12Sībawayh fut affecté pendant toute sa vie adulte dʾun « dérangement » (itilā) mental plus ou moins prononcé. La majorité de ses contemporains croyaient quʾil avait été rendu fou par lʾabsorption dʾune décoction de graines dʾanacarde (balāur), une drogue réputée « salutaire pour lʾesprit et la mémoire 29 ». Pour dʾautres, ce fut lʾatrabile ou bile noire (sawdāʾ) qui fut responsable de sa maladie 30. Ce dérangement des humeurs aurait été provoqué par un accident survenu quand il était petit. Devant sa maison, au Dūr Banī Rasdīn, se trouvait un puits au fond duquel jaillissait une source alimentant le voisinage en eau potable. Un jour où son père était parti changer de lʾargent, sa mère sortit pour une commission (āǧa) en enfermant le petit Sībawayh à la maison. Pris dʾune crise de surexcitation et décidé à sortir à tout prix, lʾenfant se jeta par la fenêtre du quatrième étage 31 et tomba dans le puits. La suite fut racontée par ʿAbd Allāh b. al‑Walīd, cadi de Fusṭāṭ sous al‑Iḫšīd, qui avait une dizaine dʾannées de plus que Sībawayh 32 :

  • 33 Ibn Zūlāq précise plus loin quʾil tenait son bâton dans sa main gauche. Ibn Zūlāq, Abār, p. 22.

Nous nous trouvions dans le zuqāq al‑Qanādīl lorsquʾon vint nous avertir de la chute de Sībawayh. Nous nous précipitâmes et le sortîmes du puits, ne doutant point quʾil fût mort. Je vis cependant remuer sa jambe et je mʾécriai : « Il est vivant ! » Il demeura longtemps malade, mais finit par guérir. Il resta boiteux et marchait en sʾappuyant sur un bâton 33 – mais souvent il sortait sans lʾemporter.

  • 34 Ibn Zūlāq, Abār, p. 21-22.
  • 35 Ibn Zūlāq, Abār, p. 22.
  • 36 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.
  • 37 Il sʾagit sans doute de lʾhôpital construit par Ibn Ṭūlūn en 259/872-873. Voir al-Kindī, Wulāt, p.  (...)
  • 38 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26.
  • 39 Ibn Zūlāq, Abār, p. 25.

13Suite à cet accident, le puits fut bouché et le resta jusquʾà lʾépoque où écrivait Ibn Zūlāq 34. Ce dernier se souvient de la première fois où il vit Sībawayh : lʾhomme sʾentretenait avec le juriste Ibn al‑Ḥaddād (m. 345/956), dans la grande mosquée. « Ses propos étaient brillants, commente lʾauteur, mais il avait un regard dʾatrabilaire (ʿaynay‑hi yatabayyanu fī‑hā al‑sawdāʾ35. » Le dérangement mental de Sībawayh sʾexprima, de manière récurrente, par un comportement transgressif. À une époque où, selon Ibn Zūlāq, « son état avait empiré » (zāda amru‑hu), on le vit jeter ses vêtements et déambuler dans la rue presque nu, les parties génitales à peine cachées par un lambeau de tissu et les épaules couvertes dʾune guenille. Ses longs cheveux au vent, il tenait dans une main son bâton et dans lʾautre un exemplaire du Coran. Après la prière du vendredi, il haranguait la foule dans la langue des prêcheurs (ʿiīn) et des ascètes (mutazahhidīn36. Sībawayh fit au moins un séjour à lʾhôpital (māristān37, au début du règne dʾal‑Iḫšīd 38. À ce moment de crise semble avoir succédé une période de rémission, au cours de laquelle Sībawayh retrouva un équilibre (iʿtadala) – tant physique que mental – et claudiqua sans plus sʾappuyer sur un bâton. Il en vint par la suite à monter un âne quʾon lui avait offert ou quʾil avait emprunté 39.

  • 40 Ibn Zūlāq, Abār, p. 22, 28.
  • 41 Ibn Zūlāq, Abār, p. 25.

14La folie de Sībawayh se traduisit surtout de manière verbale, par les propos « insensés » (ʾiq) quʾil adressait « sans retenue » (basaa lisāna‑hu) à ses contemporains 40. Ibn Zūlāq souligne quʾil nʾinsultait pas les gens – ce qui eût été selon lui la manifestation dʾun dérangement plus profond –, mais quʾil les morigénait (intihār) et les sermonnait, improvisant à partir dʾun verset coranique, dʾun hadith, dʾun proverbe ou dʾun vers de poésie, souvent en prose rimée. Parfois, il leur lançait également des graviers 41.

Un personnage déviant

Une déviance sociale ?

  • 42 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

15Parmi les manifestations de son excentricité, Sībawayh semble avoir éprouvé quelques difficultés à respecter certaines règles sociales élémentaires. Outre son rejet épisodique des conventions vestimentaires, il nʾacceptait pas facilement le principe de payer pour son logement. Très jeune, il sʾinterposa devant son père qui montait apporter le loyer du mois au propriétaire de lʾappartement familial. Il prit lʾargent de ses mains et le jeta dans la rue, provoquant les larmes de son père. Mis au courant de ce drame familial, le propriétaire renonça ce mois‑là à percevoir le loyer 42.

  • 43 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28-29.

16Bien plus tard, Sībawayh parvint même à occuper gratuitement un logement dans la maison dʾun chérif de Fusṭāṭ. Un jour où le propriétaire vint lui réclamer le loyer, il lʾéconduisit et lui demanda de ne pas revenir lʾimportuner. Le chérif patienta quelques mois puis revint à la charge. Mais Sībawayh le renvoya à nouveau, déclarant que de telles réclamations ne devaient pas devenir une habitude ! Le propriétaire déconfit renonça définitivement à recevoir quoi que ce fût de Sībawayh, qui demeura dans la maison jusquʾà sa mort 43.

17Sībawayh considérait‑il la charité publique comme un dû ? Toujours est‑il que sa « folie » lʾexcusa auprès de deux propriétaires successifs – à moins que ceux‑ci, craignant de se retrouver victimes de sa verve oratoire, nʾaient préféré perdre en capital matériel ce quʾils préservaient en capital social.

Une déviance théologique

  • 44 Sur ce personnage, voir al-Maqrīzī, al-Muqaffā, VII, p. 225.
  • 45 Des échanges houleux lʾopposèrent ainsi dans la cour de la grande mosquée à un certain al-Wāsiṭī, q (...)
  • 46 Ibn Zūlāq, Abār, p. 19.

18Lʾexcentricité de Sībawayh trouvait un autre point dʾancrage dans la théologie. Amateur de controverse doctrinale, il avait étudié la doctrine muʿtazilite auprès dʾAbū ʿAlī Muḥammad b. Mūsā al‑Qāḍī al‑Wāsiṭī (m. 320/932), un des plus éminents savants dʾÉgypte 44. Dans une Fusṭāṭ dont la population était en majorité hostile à cette approche théologique, Sībawayh prenait un plaisir certain à exprimer haut et fort des idées muʿtazilites, lors de ses déambulations dans les rues et sur les marchés, ou même à la mosquée 45. Ibn al‑Ḥaddād, quʾIbn Zūlāq considère comme le plus grand juriste égyptien de lʾépoque, tolérait les provocations de Sībawayh tout en craignant dʾy répondre. Sībawayh lui déclara un jour que le Coran, sʾil nʾétait pas créé, était forcément créateur. Ibn al‑Ḥaddād lui demanda de ne pas lʾentraîner sur ce terrain‑là : il ne connaissait pas la réponse à ce problème 46.

  • 47 Sur ce savant muʿtazilite, mort vers 400/1009-1010, voir Ibn Ḥaǧar, Lisān, VI, p. 117.
  • 48 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18.
  • 49 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

19Un vendredi, on entendit Sībawayh crier dans le souk des libraires (al‑warrāqīn) quʾil était le dernier habitant de Fusṭāṭ à professer le dogme de la création du Coran à lʾexception dʾun cheikh nommé Abū ʿImrān Mūsā b. Rabāḥ al‑Fārisī 47. Effrayé par ces paroles et craignant les réactions du public, ledit cheikh prit la fuite, pieds nus ; il ne parvint néanmoins pas à éviter la sandale quʾun homme lui jeta à la tête 48. Défendre en public la doctrine du Coran créé relevait de la provocation. Pourtant la foule était, là encore, disposée à lui pardonner cette excentricité et préféra retourner sa vindicte contre un malheureux cheikh qui, pour sa part, était supposé avoir toute sa raison. Des juristes aussi respectés quʾIbn al‑Ḥaddād ou al‑Ṭaḥāwī eussent été tués sur place, commente Ibn Zūlāq, sʾils avaient osé proférer des idées aussi scandaleuses 49.

  • 50 Cf. Dols 2007, p. 93.
  • 51 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

20Le récit dʾIbn Zūlāq met ainsi en évidence à la fois combien la « folie » justifie la déviance sociale et religieuse 50, et combien les spectateurs de cette déviance y prenaient du plaisir. Une fois la folie de Sībawayh devenue notoire, explique Ibn Zūlāq, les habitants de Fusṭāṭ, se mirent à le suivre et à lʾécouter 51. Sībawayh était un homme populaire : la foule aimait assister à ses éclats et se pressait pour lʾécouter, goûtant des paroles pour lesquelles elle aurait lynché un savant réputé sain dʾesprit. La relation entre Sībawayh et son public était ainsi empreinte dʾune double perversion : le « fou » se complaisait à proférer des paroles inacceptables et ses auditeurs, parce quʾelles venaient dʾun insensé, acceptaient de les entendre – voire sʾen délectaient. Lʾattirance que les musulmans de Fusṭāṭ éprouvaient pour Sībawayh sʾinscrivait‑elle dans un processus de défoulement cathartique ? La folie, dès lors quʾelle était reconnue par le public, offrait quoi quʾil en soit une scène acceptable à la transgression verbale – acceptable car elle la cantonnait au domaine de la démence.

21Partisan du dogme muʿtazilite, Sībawayh savait aussi jouer des sentiments du peuple, notamment de sa méfiance vis‑à‑vis des autorités, et en particulier de la police. Voici la parabole quʾil raconta un vendredi à la grande mosquée pour défendre le libre‑arbitre humain :

  • 52 Ibn Zūlāq, Abār, p. 24.

« Admettons quʾun policier (šurī) ordonne à son esclave (ġulām) avant la prière du vendredi : “Va tout de suite mʾacheter un agneau qui a telle particularité ; égorge‑le, fais‑le rôtir, prépare le jus qui sʾen écoule et cuisine‑moi quelque douceur ! Dépêche‑toi et que tout soit prêt lorsque je reviens de la prière collective !” Lʾesclave se met donc à lʾœuvre, mais le policier dit à ses agents (aʿwān) : “Jetez‑le en prison !” Quand le policier revient chez lui après la prière du vendredi, il appelle son esclave et lui demande : “Où est donc ce que je tʾai commandé ?” – “Maître, répond lʾesclave, tu as sommé tes agents de mʾemprisonner et je nʾai pas pu mettre tes ordres à exécution.” Le policier crie alors de le jeter face contre terre pour le fouetter. Ce policier ne mériterait‑il point de recevoir cette sandale dans la figure ? » Et Sībawayh de souffleter une colonne à lʾaide de sa sandale, tandis que les gens sʾattroupaient autour de lui 52.

Sībawayh, censeur des mœurs et du pouvoir

22La défense du libre‑arbitre, dans la lignée des anciens qadarites, servait accessoirement à dénoncer les abus réels ou supposés du pouvoir en place. De manière plus générale, Sībawayh se fit surtout connaître pour sa critique acerbe et sans réserve de ses contemporains. Sa verve quotidienne visait surtout les manquements à la morale islamique ; il se fit, peut‑être plus occasionnellement, le pourfendeur du pouvoir iḫšīdide.

La censure des mœurs

  • 53 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18.
  • 54 Dols 1992, p. 362-363.
  • 55 Ibn Zūlāq, Abār, p. 52.
  • 56 Cor. 3, 104 ; 31, 17 ; etc. Voir Cl. Cahen et M. Talbi, « Ḥisba », EI2, III, p. 503.
  • 57 La présence musulmane à Tinnīs, ville du Delta traditionnellement chrétienne, se renforça considéra (...)
  • 58 Ibn Zūlāq, Abār, p. 24-25.

23Sībawayh apparaissait aux yeux de son public comme un ascète 53, correspondant ainsi au modèle du wise fool mis en évidence par Michael Dols 54. Ses rares éloges étaient dʾailleurs réservés aux hommes dʾune dévotion exemplaire, tel ʿAlī b. Ǧaʿfar al‑Baġdādī, un cheikh soufi 55. Son attitude et ses discours permettent aujourdʾhui de le voir comme un piétiste soucieux de prescrire à ses contemporains le respect strict de la loi islamique, et appliquant lʾinjonction coranique dʾ« ordonner le bien et interdire le mal » (al‑amr bi‑l‑maʿrūf wa‑l‑nahī ʿan al‑munkar56. Son activisme commença au sein de sa propre famille. Ibn Zūlāq se rappelle le père de Sībawayh, qui vint un soir à la mosquée trouver le juriste Ibn al‑Ḥaddād et lui expliqua, en larme, que son fils avait disparu. Le jeune Sībawayh, qui menaçait de se suicider, avait été aperçu pour la dernière fois au bord du Nil. On finit par le retrouver dans un oratoire (dit « al‑Ḫurāsānī ») sur la côte de Tinnīs 57, où il renouvela ses menaces : il se noierait si son père nʾabandonnait pas son métier immoral de changeur. Sur le conseil dʾIbn al‑Ḥaddād, le père devint donc vendeur de bois près de la mosquée de ʿAbd Allāh 58. La honte dʾavoir pour père un musulman pécheur pesait de manière insupportable sur Sībawayh.

  • 59 Ibn Zūlāq, Abār, p. 27.
  • 60 Ibn Zūlāq, Abār, p. 48.
  • 61 Il fut plus tard à la tête de la délégation égyptienne qui partit négocier la reddition de Fusṭāṭ a (...)
  • 62 Ibn Zūlāq, Abār, p. 58.
  • 63 Ibn Zūlāq, Abār, p. 31, 43, 51.

24Ce conflit à la résonnance œdipienne, dont le fils sortit vainqueur, marqua le début dʾune longue carrière de censeur moral. Il reprocha ainsi à Abū l‑Ḥasan al‑Sāmarrī, un proche dʾal‑Iḫšīd, de produire des tapis luxueux – sources de fitna, car encourageant les riches à se glorifier de leurs ornements – et lui conseilla de fabriquer plutôt des nattes pour les pauvres et les esclaves 59. Le luxe vestimentaire attisait tout particulièrement ses remarques acerbes : il tança un passant, dans le quartier de zuqāq al‑Qanādīl, qui était vêtu de brocart (dībāǧ60. Sībawayh dénonçait les grands airs que se donnaient les élites civiles de Fusṭāṭ. Au chérif Abū Ǧaʿfar Muslim, qui occupa la charge de syndic des Alides et fut proche du pouvoir kāfūride 61, il reprocha de sʾêtre détourné de la science en raison de son goût, partagé avec ses contemporains, pour la bonne chère, les couches confortables et les belles montures 62. Il décriait lʾallure des grands marchands, comme un certain Abū Nuʿaym al‑Ǧurǧānī al‑Tāǧir, et de certains chérifs de Fusṭāṭ, qui se pavanaient comme sʾils étaient les rois de lʾancien monde – Kisrā, Anūširwān ou César ! Il était aussi prompt à dénoncer leur hypocrisie, comme lorsque le chérif Abū Ǧaʿfar Muslim voulut sʾapproprier la mule dʾun défunt au détriment de ses héritiers mineurs, quʾil prétendait pourtant protéger 63.

25Les mœurs sexuelles faisaient partie de ses thèmes de prédilection : il dénonçait tout particulièrement les pratiques homosexuelles, comme celles quʾil attribuait au cadi Bakrān b. al‑Ṣabbāġ :

  • 64 Ibn Zūlāq, Abār, p. 42. Sur ce cadi, qui fut en charge des biens de mainmorte à Fusṭāṭ en 331/942- (...)

Il faudrait mettre Bakrān à quatre pattes, dit‑il un jour, lui planter un alambic dans le derrière et y déverser toute lʾeau du Nil. Lorsquʾil aura été purifié du sperme des sodomites, lʾislam pourra ce jour-là commencer 64 !

  • 65 Ibn Zūlāq, Abār, p. 40.
  • 66 Ibn Zūlāq, Abār, p. 38-39.
  • 67 Ibn Zūlāq, Abār, p. 51.

26On lui déconseilla un jour dʾentrer au hammam, car il risquait de sʾy trouver seul avec un certain Ibn Arīḫā. Sībawayh sʾexclama que seuls trois types dʾhomme sʾisolent au hammam : celui qui possède un défaut corporel honteux, le malade incurable et contagieux, et lʾamateur de sodomie passive. Ibn Arīḫā, qui surprit ces paroles et craignit de perdre sa réputation, refusa dʾentrer seul au bain et insista pour que Sībawayh lʾaccompagne 65. Des récits moins clairs suggèrent quʾil humilia dʾautres de ses contemporains en raison de leurs pratiques sexuelles 66. Sībawayh eut aussi maille à partir avec un maître dʾécole appelé al‑Ġazīl al‑Ḥayy, un gros homme qui enseignait aux jeunes garçons à [Bāb] al‑Ṣafā : il lui cria des insultes relatives à son aspect physique (barbe et cheveux), avant dʾajouter quʾil méritait plus que ses élèves dʾêtre corrigé. Le maître dʾécole furieux se leva pour frapper lʾinsolent, mais fut retenu par lʾauditoire 67.

  • 68 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32.
  • 69 Ibn Zūlāq, Abār, p. 31.

27Notre homme était en effet dʾautant mieux protégé quʾil était craint. Ses imprécations, hurlées en public – dans lʾouvrage dʾIbn Zūlāq, Sībawayh « crie » (āa) beaucoup plus quʾil ne « parle » (qāla) –, provoquaient le scandale, risquant de défaire en quelques mots les réputations les plus solides. Les gens préféraient donc éviter tout motif de se le mettre à dos. Aussi vit‑on le chérif Abū Ǧaʿfar Muslim courir derrière Sībawayh pour le ramener chez lui, après que celui‑ci se fut offusqué de ce que son hôte ne lui prêtât pas une oreille assez attentive 68 ! Les notables qui, dans la rue, ne pouvaient lʾéviter, tentaient de se faire tout petits : afin de ne pas attiser ses quolibets, un homme descendit de sa monture à son approche et Sībawayh sembla trouver tout naturel quʾon lui témoigne un tel respect 69.

  • 70 Ce personnage servit plus tard dʾintermédiaire lors des négociations entre Ǧawhar et les Égyptiens. (...)
  • 71 Ibn Zūlāq, Abār, p. 40.

28Mais la peur dʾun esclandre nʾétait pas seule en cause : Sībawayh, bien au fait des positions politiques des uns et des autres, était dangereux. Abū Ǧaʿfar Aḥmad b. Naṣr, un grand commerçant, était chef de la propagande fatimide à Fusṭāṭ 70. Bienfaiteur de Sībawayh, il tarda un jour à lui offrir lʾaumône quʾil attendait. Passant devant la magnifique demeure quʾil sʾétait fait construire, Sībawayh prophétisa que Kāfūr finirait par tomber sous les coups des Fatimides, qui feraient prononcer la bayʿa en leur nom dans cette maison-même. Aḥmad b. Naṣr se hâta de verser son obole à Sībawayh 71 : en attendant lʾinvasion fatimide, il ne devait point se faire trop remarquer, et la « prédiction » de Sībawayh pourrait lui valoir les pires ennuis.

  • 72 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.
  • 73 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.
  • 74 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.

29Est‑ce parce que la folie de Sībawayh passait pour une forme de clairvoyance, lui donnant accès au caché ? Toujours est‑il quʾil attirait les foules. À lʾépoque où Ibn Zūlāq le connut, son mode opératoire semblait assez rôdé. Sībawayh sortait juché sur son âne et déambulait dans les rues. Lorsquʾil rencontrait des amis ou des connaissances, il sʾarrêtait et leur parlait. Les passants, captivés par son art oratoire, sʾarrêtaient pour écouter. Le spectacle pouvait dès lors commencer : dès quʾun notable – raʾīs, témoin instrumentaire (ʿadl), juriste (faqīh) ou marchand (ǧir) – venait à passer, Sībawayh lʾinterpellait et, sans aller jusquʾà lʾinsulter, lui délivrait un sermon (iāb) destiné à lʾeffrayer. Les badauds qui lʾentendaient de loin sʾapprochaient, venant agrandir le cercle des spectateurs 72. Sībawayh sʾéchauffait encore et il lui arrivait de se mettre debout sur son âne pour prêcher 73. Ses exhortations semblent avoir été essentiellement négatives : plutôt que dʾinciter les gens à suivre une conduite, il leur reprochait la leur, liée dans son esprit à une forme dʾimbécillité congénitale. En effet, Sībawayh affichait haut et fort le mépris quʾil éprouvait pour son public – ce dont ce dernier semblait raffoler. Ibn Zūlāq lʾentendit un jour sʾécrier au zuqāq al‑Qanādīl, alors quʾil sʾadressait à la foule debout sur son âne : « Je sors de chez moi et jʾabreuve les gens dʾun délire ininterrompu (ahī). Ils disent que je suis fou (maǧnūn) ! Mais je ne fais pour vous que ce que lʾon fait pour la bête stupide (bahīma) : on avertit et elle écoute les avertissements 74 ! »

  • 75 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.
  • 76 Ibn Zūlāq, Abār, p. 31.

30Autant Sībawayh attirait la foule des passants, autant il faisait fuir les élites fusṭāṭiennes 75. Le chérif Abū Muḥammad ʿAbd Allāh, frère de Muslim al‑Ḥusaynī, circulait un jour sur sa haute mule, vêtu de beaux habits, quand il entendit les cris de Sībawayh. Redoutant de le croiser, il voulut faire un détour mais Ibn Zūlāq, qui lʾaccompagnait, lʾen dissuada. Arrivé à la hauteur de Sībawayh, ʿAbd Allāh le salua et reçut, pour toute réponse, la forme de salutation destinée aux non-musulmans : « Que le salut soit sur celui qui suit la bonne direction (al‑salām ʿalā man ittabaʿa l‑hudā76 ! »

  • 77 Voir Sabari 1981, p. 103.
  • 78 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.
  • 79 Ibn Zūlāq, Abār, p. 36.
  • 80 Ibn Zūlāq, Abār, p. 43.
  • 81 Voir M. Canard, « Ibn Killis », EI2, III, p. 864.
  • 82 Ibn Zūlāq, Abār, p. 44.

31À lire la biographie de Sībawayh, son exemplarité tient moins à son savoir quʾau discours moral dont il abreuvait ses contemporains. Pour Ibn Zūlāq, Sībawayh osait pousser jusquʾau bout la logique de lʾinjonction au bien et de la condamnation du mal (al‑amr bi‑l‑maʿrūf wa‑l‑nahī ʿan al‑munkar). À lʾinstar de certains ḥanbalites de Bagdad 77, il incarnait un devoir de isba qui serait aujourdʾhui qualifié de rigorisme. Au‑delà de mises en demeure moralisantes destinées à ses contemporains musulmans, Sībawayh visait tout particulièrement les immī‑s. À ses yeux, ceux‑ci outrepassaient leurs droits – par‑là même Sībawayh accusait les musulmans de leur laisser prendre dans la société une place quʾil leur déniait. Lʾune des premières manifestations de sa folie concernait, on sʾen souvient, son refus de voir son père verser un loyer au propriétaire chrétien de leur logement. Comment pouvait‑on payer ces gens qui nʾeffectuaient pas la prière canonique, ne jeûnaient pas, ne faisaient pas le pèlerinage et se dispensaient de payer la ǧizya quʾils devaient 78 ! Ce dernier crime apparaissait particulièrement odieux à ses yeux et le immī qui sʾen rendait coupable devait être considéré comme un rebelle à combattre sabre au clair 79. Les chrétiens (al‑naārā) nʾétaient pas seulement dangereux en tant quʾennemis extérieurs : en territoire dʾIslam, sʾécria‑t‑il un jour, certains « visent nos cœurs et nos biens de leurs calames » 80. Sībawayh – et peut‑être Ibn Zūlāq derrière lui – dénonçait par‑là la présence de non-musulmans dans lʾadministration provinciale, ce qui, dans son esprit, leur donnait la haute-main sur la gestion pécuniaire de la communauté musulmane. Il honnissait le futur vizir Ibn Killis (m. 380/991), un juif originaire de Bagdad, qui avait obtenu les faveurs de Kāfūr et qui se convertit à lʾislam en grande pompe en 356/967 81. Jouant sur le ductus consonantique de son patronyme, il lʾaffubla du sobriquet « Fils de deux chiens » (ابن كلىىں ibn al‑kalbayn, ductus identique à ابن كلس Ibn Killis). Deux chiens valaient mieux que ses parents, dit‑il au passage de son cortège au retour de la cérémonie de conversion, car ceux‑ci sʾétaient vu ordonner de croire et étaient demeurés mécréants ; on leur avait enjoint de demeurer fidèles et ils avaient trahi 82. Aux yeux de Sībawayh, le cas dʾIbn Killis était symptomatique dʾune dégénérescence du pouvoir local.

La critique du pouvoir

  • 83 Fuʾād Sayyid 1998, p. 67-68.

32La virulence de Sībawayh vis‑à‑vis des élites fusṭāṭiennes participe en effet dʾune attitude plus générale envers les puissants. Le savant fou de Fusṭāṭ se plaisait en particulier à interpeller le souverain ou ses représentants lors de leur traversée de la ville. Le pouvoir iḫšīdide, installé à al‑ʿAskar et al‑Qaṭāʾiʿ 83, devait en effet passer par les quartiers nord où évoluait Sībawayh pour se rendre à la grande mosquée de ʿAmr.

  • 84 Allusion au Coran (Cor. 21, 52).
  • 85 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28.
  • 86 Sur ce personnage, voir supra.
  • 87 Voir Zakharia 1997, p. 283.
  • 88 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26-27.

33Sa carrière dʾagitateur politique semble avoir débuté à lʾarrivée en Égypte dʾal‑Iḫšīd, en 323/935. Sībawayh, qui avait alors environ 38 ans, se promenait un vendredi sur son âne lorsquʾil vit le nouveau gouverneur arriver à la prière collective, suivi dʾune grande foule. Comme il pestait contre ces « spectres immobiles et ces statues dressées 84 », on lui expliqua quʾil sʾagissait du gouverneur. « Tout cela pour ce gros bonhomme chauve ! » sʾexclama Sībawayh, appelant Dieu à lui couper la veine du cœur, à rejeter sa prière et à faire pourrir son cadavre en plein désert 85. Peu de temps après, semble‑t‑il, il reconnut dans un des vizirs du gouverneur, Ṣāliḥ b. Nāfiʿ, un ancien camarade de classe, fils dʾun nubien courtier en parfums. Alors quʾil sʾen retournait du muallā au milieu dʾun cortège, le jour de la Fête du sacrifice, Sībawayh lui cria des injures. Cette première interpellation verbale dʾun homme de pouvoir faillit bien lui coûter la vie : Ṣāliḥ le fit arrêter et enfermer à lʾhôpital (māristān), puis parla de lui à al‑Iḫšīd comme dʾun homme « qui fait semblant dʾêtre possédé » (yuhiru l‑wiswās) et en profite pour insulter les gens. Al‑Iḫšīd ordonna lʾexécution de Sībawayh, qui ne dut son salut quʾà lʾintercession dʾAbū l‑Ḥasan al‑Sāmarrī al‑Ṣūfī 86. Ce dernier alla voir Sībawayh à lʾhôpital et découvrit quʾil sʾagissait dʾun savant expert en de nombreuses disciplines. Apprenant quʾil nʾétait en rien un simulateur, mais un véritable malade, al‑Iḫšīd commua sa peine en obligation de soin – par introduction dʾune potion dans les narines (saʿ87 –, le convoqua à la cour pour le rencontrer et obligea Ṣāliḥ à lui verser une pension en réparation du préjudice causé 88.

  • 89 Ibn Zūlāq, Abār, p. 48. Sur ce personnage, voir Bianquis 1970, p. 172-174. ; Bianquis 1972, p. 67.
  • 90 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.
  • 91 Ibn Zūlāq, Abār, p. 50, 51.
  • 92 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32-33. Ce dernier devint plus tard, en 363/973, intendant des finances égyptie (...)
  • 93 Sur ce titre, voir C.E. Bosworth, « Khāzin », EI2, IV, p. 1214-1215.
  • 94 Ibn Zūlāq, Abār, p. 30.

34Ceci nʾempêcha point Sībawayh de multiplier les imprécations et malédictions à lʾencontre de représentants du pouvoir. Il sʾen prit ainsi à Fātik al‑Iḫšīdī dit « le Fou » (m. 358/968) – qui fut notamment gouverneur du Fayoum et de Damas 89. Il insultait lʾinspecteur des marchés (mutasib) de Fusṭāṭ et les gardes (arās) quʾil croisait sur son chemin 90, et critiquait les employés du bureau des biens de mainmorte (dīwān al‑abās), enjoignant de révoquer les chefs (wulāt) déloyaux et les agents (umanāʾ) incapables 91. Il invectiva le secrétaire de Kāfūr ainsi que ʿAlī b. Muḥammad b. Ṭabāṭabā 92. Il eut plusieurs démêlés avec Muḥammad b. ʿAbd Allāh, le trésorier/magasinier (āzin) dʾal‑Iḫšīd 93. Une première fois, il lʾinterpella à son passage, dénigrant son apparence physique et maudissant le gouverneur qui lʾemployait. Les soldats du trésorier poursuivirent Sībawayh jusque dans le maǧlis du chérif Abū Ǧaʿfar Muslim, auprès de qui il avait cherché refuge. Sībawayh se défendit à coups de sandales, menaçant de frapper le trésorier au visage avant que le chérif ne sʾinterpose. Quelque temps plus tard, suite à de nouvelles injures, Muḥammad b. ʿAbd Allāh fit arrêter Sībawayh et lʾemprisonna à lʾarsenal, sur le bord du Nil, dans le magasin où était entreposé le goudron (bayt al‑zift) ; il le fit ensuite exposer sur un « trône » (sarīr) au bord du Nil. Des notables intercédèrent et obtinrent sa libération, et le trésorier lui attribua finalement une pension (ǧarāya), mais cet épisode provoqua les quolibets de jeunes voyous qui accablèrent longtemps Sībawayh de leurs moqueries 94.

  • 95 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32-33, 46.
  • 96 Ibn Zūlāq, Abār, p. 55.
  • 97 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 32, où Kāfūr pris à parti se cache derrière un bouclier.
  • 98 Ibn Zūlāq, Abār, p. 41-42.

35Plus tard, Sībawayh accabla Kāfūr de ses insultes et de ses critiques 95. Un jour, il demanda au chérif Abū Ǧaʿfar Muslim de lui fournir une mule équipée afin dʾaller prier à la « mosquée de Mūsā ». Il voulait, dit‑il, appeler la malédiction divine contre « cet eunuque noir qui nous rend la vie malheureuse, gâte les fonctionnaires (wulāt) et corrompt la prière ». Craignant les représailles du pouvoir sʾil assistait le fou dans son projet, Abū Ǧaʿfar requit lʾaide dʾun tiers pour effrayer Sībawayh par des histoires de brigands qui pullulaient, disait‑on, sur la route de ladite mosquée 96. Le régent eunuque redoutait dʾautant plus ses moqueries 97 que lʾaliéné semblait intouchable. Il tenta bien de monter la cour contre lui : il accusa Sībawayh de porter atteinte à lʾhonneur (aʿrā) des bonnes gens et incita ses ministres à couper les pensions quʾils lui versaient, mais sans succès 98.

  • 99 Voir Bianquis 1972, p. 59.
  • 100 Ibn Zūlāq, Abār, p. 33.
  • 101 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.
  • 102 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26.

36Les attaques de Sībawayh contre le pouvoir visaient surtout ses manquements à lʾordre islamique. Son accusation dʾirréligiosité reposait peut‑être sur les difficultés éprouvées par le régime à organiser le pèlerinage à La Mecque, à entretenir les mosquées et à payer leur personnel 99. Par ailleurs, il ne tolérait pas que le gouverneur iḫšīdide présidât une prière du vendredi dans sa propre grande mosquée (celle dʾIbn Ṭūlūn ?) et concurrence ainsi celle de la mosquée de ʿAmr : une ville ne devait avoir quʾune seule et unique prière communautaire 100. Du point de vue de Sībawayh, le mutasib et ses agents se montraient incapables dʾassurer leur fonction de police religieuse : leurs belles paroles nʾétaient pas suivies dʾactes 101. Les soldats dʾal‑Iḫšīd qui lʾemmenèrent au māristān étaient des « ennemis de Dieu » qui avaient échangé la imma de leur Créateur contre un verre de vin 102.

  • 103 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28, 48.
  • 104 Bacharach 1975, p. 595.
  • 105 Ibn Zūlāq, Abār, p. 46.
  • 106 Dʾorigine irakienne, al-Māḏarāʾī fut vizir du Ṭūlūnide Hārūn b. Ḫumārawayh, puis directeur des fina (...)
  • 107 Ibn Zūlāq, Abār, p. 46.
  • 108 Bianquis 1972, p. 56.
  • 109 Voir Ibn Zūlāq, Abār, p. 32.
  • 110 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 28.
  • 111 Ibn Zūlāq, Abār, p. 42-43.
  • 112 Voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 332 (trad. p. 127).
  • 113 Ibn Zūlāq, Abār, p. 33.
  • 114 Ibn Zūlāq, Abār, p. 38. Il critiqua aussi le aīb de la grande mosquée car il percevait un salair (...)

37Sībawayh condamnait lʾapparat dont sʾentourait le pouvoir, notamment lors des cortèges qui traversaient la ville. La multiplication des chambellans (āǧib‑s) et des soldats qui accompagnaient les courtisans et bloquaient les rues étroites lui était insupportable 103. Les Iḫšīdides, qui tenaient leur nom dʾun titre royal ferghanien 104, avaient troqué le modèle idéalisé dʾun gouvernement islamique simple contre le raffinement condamnable des tyrans antéislamiques. En plein souk Barbar, Sībawayh cria un jour que Kāfūr régnait à la manière dʾun Chosroês, dʾun César ou dʾun Bahram 105. À la mort de Muḥammad b. ʿAlī al‑Māḏarāʾī, en 345/957 106, il sʾexclama : « Les Barmékides sont morts 107 ! » Comme le souligne Thierry Bianquis, « dans les railleries et les surnoms dont il accablait ses victimes, Sībawaih ne manquait pas de faire ressortir lʾorigine ou les attaches étrangères de tous ceux qui formaient lʾélite de ses concitoyens 108 ». Aux yeux de Sībawayh, les Iḫšīdides représentaient des étrangers – tout comme les Būyides à Bagdad 109 –, coupables dʾavoir introduit en Égypte des usages politiques païens, donc injustes. En admirant les cortèges spectaculaires qui traversaient la ville, les musulmans se rendaient coupables dʾune forme dʾadoration impie 110. Les bons musulmans devaient donc sʾabstenir de servir ce pouvoir et Sībawayh reprocha amèrement à Abū Bakr b. al‑Ḥaddād – que pourtant il appréciait et défendait 111 – de sʾêtre vendu en acceptant le poste de juge au tribunal du redressement des abus (maālim112, expression de la justice directe du souverain, plutôt que se contenter dʾun simple poste de cadi au service des musulmans 113. Mais même cette dernière fonction attirait ses critiques. Accepter un salaire du pouvoir, dit‑il à propos dʾun ancien cadi, revenait à sʾenrichir sur le dos des contribuables grâce aux impôts illicites et aux tortures infligées pour les collecter 114.

  • 115 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32.
  • 116 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32, 51.
  • 117 Ibn Zūlāq, Abār, p. 52-53. Voir Bianquis 1972, p. 62. Sur Ǧaʿfar b. al-Faḍl b. al-Furāt, voir D. S (...)

38Le régime iḫšīdide nʾétait pas seulement corrompu sur le plan religieux : il était aussi décadent. Après avoir lancé quelques imprécations à destination de Kāfūr sur son chemin vers la grande mosquée où il se rendait pour la prière du vendredi, Sībawayh se tourna vers la foule et sʾécria : « Nous avons hérité sans le savoir dʾun eunuque, dʾun enfant (ʿAlī b. al‑Iḫšīd) et dʾune femme (sa mère) 115 ! » Il traitait Kāfūr de « sotte » (arqaʿ) et dʾ« eunuque imbécile » 116. Lʾexercice du pouvoir par un régent émasculé, au nom dʾun héritier mineur, était à ses yeux le signe dʾune inacceptable dégénérescence de lʾordre islamique. Les critiques de Sībawayh attinrent leur paroxysme à la mort de Kāfūr, lorsque Aḥmad b. ʿAlī b. al‑Iḫšīd, un enfant de 11 ans « qui ne sait ni lire, ni écrire, ni porter lʾépée, ni sʾen servir », monta sur le trône : cʾétait là chose « ignoble et méprisable », et il ne restait plus quʾà sʾen remettre à lʾaide de Dieu. Malgré ses grands airs, le régent Ǧaʿfar b. al‑Faḍl b. al‑Furāt (m. 391/1001) se montrait dʾailleurs incapable de tenir une armée versatile 117.

  • 118 Ibn Zūlāq, Abār, p. 52.
  • 119 Ibn Zūlāq, Abār, p. 49. Le prédicateur commettait dʾailleurs des erreurs lors de la récitation du (...)

39Sībawayh nʾappela pas à la révolte : il devait craindre, comme beaucoup, que la fitna ne favorisât la prise du pouvoir par les Fatimides, auxquels il ne semble pas avoir été favorable. Il interrompit un jour sa prière à la mosquée pour défendre un jeune garçon maltraité par un auxiliaire de police (min aʿwān al‑šura) maghrébin peut‑être suspecté dʾêtre à la solde des Fatimides 118. Son attitude quiétiste était pourtant ambiguë. Il recommanda ainsi à Ibrāhīm b. ʿAlī al‑Makkī, rencontré au zuqāq al‑Qanādīl, de ne pas se rendre à la grande mosquée pour les prières quotidiennes, car al‑Bannān « y fai[sai]t la uba au nom des débauchés et des impies en les qualifiant dʾémirs 119 » ! Il nʾen était certes pas à préconiser le boycott de la prière du vendredi – ce qui eût pour le coup été une marque dʾimpiété. Mais le caractère subversif de ses imprécations ne dut pas aider le régime à lutter contre la propagande des Fatimides en Égypte.

Un homme influent

  • 120 Ibn Zūlāq, Abār, p. 41.
  • 121 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18, 34-35, 36.
  • 122 Ibn Zūlāq, Abār, p. 34.

40Cet activisme anti-iḫšīdide doit pourtant être nuancé. En effet, Sībawayh nʾétait pas populaire quʾauprès des masses. Tous les grands de Fusṭāṭ assistèrent aux funérailles de sa mère, raconte Ibn Zūlāq 120. Sībawayh avait beau fustiger le pouvoir et préconiser de sʾen éloigner, il fut lui‑même proche de plusieurs souverains de la dynastie. Sa science et sa piété étaient appréciées et certains gouvernants se divertissaient de sa compagnie. Il fut ainsi le commensal (nadīm) du prince Abū l‑Qamar Ūnūǧūr b. al‑Iḫšīd (r. 334‑349/946‑961) et des vizirs al‑Ḥusayn b. Muḥammad al‑Māḏarāʾī et Hārūn al‑ʿAbbāsī 121. Ce dernier lʾinvitait à sa table et Sībawayh, qui avait une grande culture musicale, aimait écouter les chanteuses qui se produisaient dans son salon 122.

  • 123 Ibn Zūlāq, Abār, p. 34.
  • 124 Ibn Zūlāq, Abār, p. 33.
  • 125 Ibn Zūlāq, Abār, p. 35, 42, 44.

41Sans doute parce quʾils le craignaient, les hommes de pouvoir mettaient un grand soin à répondre à toutes les demandes de Sībawayh. Un soir où il était en retard pour le dîner auquel lʾavait convié le vizir al‑Ḥusayn b. Muḥammad al‑Māḏarāʾī, ce dernier lui fit porter des plats par un esclave. Comme Sībawayh se plaignait quʾil manquât certains mets, le vizir sʾempressa de les lui envoyer 123. De fait, le récit dʾIbn Zūlāq suggère que le pouvoir iḫšīdide tentait, par sa générosité vis‑à‑vis du pauvre fou, de le canaliser. Mieux valait le ménager, répondre à ses demandes, pour tout dire lʾacheter, plutôt que de le laisser se répandre à lʾenvi contre un régime affaibli. Rien ne faisait plus hurler Sībawayh, raconte Ibn Zūlāq, que le rejet dʾune faveur (āǧa) quʾil réclamait. Le vizir Yaʿqūb b. Yūsuf échappa à ses critiques, explique‑t‑il, car il comblait toujours lʾémissaire de Sībawayh quand celui‑ci venait lui demander quelque chose 124. Dʾautres vizirs ou trésoriers, plutôt que de punir son insolence, préférèrent lui verser une pension mensuelle et se gardèrent bien de lʾinterrompre quand Kāfūr le leur demanda 125.

  • 126 Shoshan 2003, p. 335.

42Nʾeût‑il cependant pas été plus simple, et tout aussi efficace, dʾenfermer Sībawayh ? Des souverains postérieurs nʾhésitèrent pas à faire taire par la force les fous qui osèrent se dresser contre eux 126. La popularité de lʾhomme le rendait‑elle donc intouchable ? Il est possible que les Iḫšīdides aient jugé préférable de tolérer son comportement et de permettre à ses sujets dʾexprimer à travers lui leurs critiques du régime. Après tout, la parole dʾun simple fou était‑elle si subversive ? La propagande des Fatimides, qui disposaient déjà dʾimportants relais à Fusṭāṭ et qui proposaient une solide alternative politique, lʾétait beaucoup plus. On ne peut ainsi exclure que Sībawayh ait été utilisé par le pouvoir iḫšīdide comme « soupape », permettant une expression sans risque du mécontentement populaire.

  • 127 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 35. Voir Zakharia 1997, p. 277-280.
  • 128 Ibn Zūlāq, Abār, p. 36. Sībawayh demeura le familier du prince jusquʾau jour où une bataille de po (...)
  • 129 Ibn Zūlāq, Abār, p. 50-51.
  • 130 Sur ce personnage, voir al-Ḏahabī, Siyar, XVI, p. 484-488 ; Bianquis 1972, p. 58.
  • 131 Ibn Zūlāq, Abār, p. 53-54.

43Lʾattitude de Sībawayh nʾen demeure pas moins paradoxale. Pourquoi se commettait‑il avec ceux quʾil dénonçait ? Comment pouvait‑il se délecter des mets qui lui étaient offerts alors quʾil prétendait vivre en ascète ? Fut‑il un ingénieux simulateur, critiquant le pouvoir pour mieux sʾen rapprocher et bénéficier de ses largesses ? Lʾhypothèse est sans doute trop simpliste. Il semble que Sībawayh ne se commit pas avec tout le monde : certains gagnèrent ses faveurs mais il resta toujours distant dʾhommes comme Kāfūr. Par ailleurs, il ressentit peut‑être, à certaines époques, un besoin de protection. En tant que fou, Sībawayh subissait lui‑même des vexations de la part des enfants et des voyous 127. Enfin, il trouvait dans cette proximité du pouvoir la capacité dʾinfluencer les pratiques de gouvernement. Lorsque le jeune prince Ūnūǧūr, encore enfant, lʾinvita à lui tenir compagnie, Sībawayh mit pour condition de se voir dispenser du protocole lié à son rang inférieur et dʾêtre considéré sur un pied dʾégalité avec lʾémir. Il en profita pour demander la décapitation dʾun trésorier et la révocation dʾun fonctionnaire chrétien. Sa requête fut en partie mise à exécution 128. Il obtint plus tard quʾal‑Ḥusayn b. Ayyūb al‑Ṣayrafī (m. 355/966), chef du bureau des biens de mainmorte (dīwān al‑abās), fût révoqué 129, et négocia auprès du régent Abū l‑Faḍl Ǧaʿfar b. al‑Faḍl Ibn Ḥinzāba (m. 391/1001) 130, qui succéda à Kāfūr, la révocation dʾun mutasib qui sʾobstinait contre un de ses voisins 131.

  • 132 Ibn Zūlāq, Abār, p. 43.

44Sībawayh exerçait de fait une forme de contre-pouvoir dans la Fusṭāṭ iḫšīdide. La crainte quʾil inspirait aux élites civiles faisait de lui un homme influent, voire puissant, au point que Kāfūr lui‑même le reconnut. « Grand est Celui qui a fait de Sībawayh votre souverain (sallaa Sībawayh ʿalay‑kum) ! Il se venge de vous et en aucun cas vous ne pouvez lʾemporter ! » sʾexclama‑t‑il un jour devant Ṣāliḥ b. Nāfiʿ 132. Sībawayh ne fut pas seulement un détracteur fou : ce fut aussi, à la manière dʾune éminence grise, un homme politique influent.

Conclusion

  • 133 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.
  • 134 Muḥammad Ibrāhīm Saʿd et Ḥusayn al-Dīb, « Introduction », dans Ibn Zūlāq, Abār, p. 10.
  • 135 Réd. « Ibn Zūlāq », EI2, III, p. 1003-1004.
  • 136 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.

45Sībawayh mourut en ṣafar 358/déc. 968-janv. 969, six mois avant lʾarrivée de Ǧawhar à Fusṭāṭ. En entendant parler de lui par Ibn Zūlāq, le conquérant de lʾÉgypte se lamenta de ne lʾavoir connu, car Sībawayh eût constitué un beau cadeau à envoyer à lʾImam al‑Muʿizz (r. 341‑365/963‑975) 133. Au‑delà du rôle historique que Sībawayh put jouer, il convient de sʾinterroger sur le message quʾIbn Zūlāq entendait délivrer en lui consacrant cette courte monographie. Les éditeurs, Muḥammad Ibrāhīm Saʿd et Ḥusayn al‑Dīb, regrettent que lʾauteur ait concentré son propos sur le caractère déviant (šuū) du personnage 134. Les dictionnaires biographiques qui lui consacrent une notice ne sʾétendent pas sur cet aspect de Sībawayh, préférant le montrer sous le jour dʾun savant grammairien. Pourquoi donc Ibn Zūlāq choisit‑il de dépeindre avec force détails un personnage truculent et transgressif ? Son opuscule est‑il révélateur du regard que lʾhistorien portait sur son époque et de lʾidéal islamique quʾil entendait mettre en avant ? Affirmer quʾIbn Zūlāq se cache derrière le personnage de Sībawayh serait sans doute trop spéculatif. Le portrait quʾil brosse de lui adopte nombre de topoi propres au genre des biographies de « déments sensés » (ʿuqalāʾ al‑maǧānīn). Ces lieux communs ne font cependant quʾapposer une grille de lecture sur un personnage bien réel, que lʾauteur connut de près. Loin dʾoffrir une vision atemporelle et essentialiste du fou, Ibn Zūlāq ancre son récit dans un contexte politique spécifique et, en sélectionnant le matériau de son opuscule, jette un regard personnel sur cette période de sa vie. En arrière‑plan de son héros, lʾauteur dépeint une Égypte en proie à un régime affaibli, gouvernée par des élites tétanisées devant un pauvre fou que, faute de savoir museler, elles achètent et invitent à leur table. Finalement, Sībawayh nʾétait‑il pas le véritable souverain des Égyptiens, comme Ibn Zūlāq le fait dire à Kāfūr ? La vie de lʾauteur est mal connue ; lʾon sait néanmoins quʾIbn Zūlāq mit son talent dʾhistoriographe au service des Fatimides, et composa les biographies de Ǧawhar et des califes al‑Muʿizz et al‑ʿAzīz (r. 365‑386/975‑996) 135. Quel fut le commanditaire anonyme de celle de Sībawayh, quʾIbn Zūlāq mentionne dʾun bref suʾiltu (« on mʾa demandé ») au début de son ouvrage 136 ? Pourrait‑il sʾagir dʾun membre de la cour fatimide, voire du calife lui‑même ? Nous ne le saurons jamais. Mais il semble bien que cet opuscule participe, à lʾinstar sans doute dʾautres œuvres perdues du même auteur, dʾune dénonciation en règle de la dynastie iḫšīdide, visant à légitimer la prise du pouvoir par les Fatimides.

  • 137 Voir les exemples donnés par Shoshan 2003, p. 335-338.

46Considérée à travers le filtre du politique, la folie de Sībawayh agit enfin comme un puissant révélateur de lʾopinion publique de son temps. Quelles quʾen fussent les causes médicales, le symptôme le plus aigu de sa démence est en effet son audace : le fou était fou parce quʾil osait exprimer haut et fort ce que beaucoup pensaient tout bas. Dans un autre contexte, le pouvoir lʾeût fait enfermer au māristān et ses insultes nʾeussent pu franchir les murs de sa cellule 137. Comment Sībawayh échappa‑t‑il à ce sort funeste ? Sans doute, comme nous lʾavons vu, parce que le pouvoir iḫšīdide avait besoin de lui pour détourner les mécontents de la propagande fatimide. Sībawayh nʾappelait pas à la révolte et ne semble pas avoir été partisan de la dynastie ismaélienne. Bien quʾadepte de positions théologiques controversées, il ne franchit jamais la ligne rouge de lʾhérésie. Son muʿtazilisme était certes démodé et impopulaire, mais il pouvait encore être toléré. Enfin, Sībawayh sut gagner le soutien des masses qui respectaient son ascétisme et sa science, et se délectaient de lʾentendre crier ce quʾun esprit sensé nʾeût jamais eut la témérité de proférer.

47Sībawayh fut bien lʾ« Alceste » quʾévoque Thierry Bianquis. Mais sa misanthropie ne peut se lire hors contexte : loin dʾêtre généralisé – le fou épargna (relativement) ses maîtres al‑Ṭaḥāwī et Ibn al‑Ḥaddād, peut‑être Ibn Zūlāq lui‑même –, son mépris fut avant tout orienté vers lʾhypocrisie des courtisans et lʾinjustice des hommes de pouvoir. Il représenta, au fond, une sorte dʾopposant salafiste, nostalgique dʾun passé fantasmé, qui face à un monde musulman en pleins bouleversements politiques et sociaux tenta de se protéger derrière le bouclier de sa folie.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Ḏahabī (al‑), Taʾ al‑islām, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑ʿarabī, 1987, 52 volumes.

Ḏahabī (al‑), Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, éd. Šuʿayb al‑Arnāʾū, Beyrouth, Muʾassasat al‑risāla, 1985, 29 volumes.

Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Lisān al‑mīzān, Beyrouth, Muʾassasat al‑aʿlāmī li‑l‑maṭbūʿāt, 1986, 7 volumes.

Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Rafʿ al‑ir ʿan quāt Mir, éd. ʿAlī Muammad ʿUmar, Le Caire, Maktabat al‑Ḫānǧī, 1998 ; trad. Mathieu Tillier, Vies des cadis de Mir, 237/851-366/976, Le Caire, Institut français dʾarchéologie orientale, 2002.

Ibn Mākūlā, Kitāb al‑ikmāl fī l‑muʾtalif wa‑l‑mutalif min asmāʾ al‑riǧāl, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1411 H., 7 volumes.

Ibn Saʿīd al‑Andalusī, al‑Muġrib fī ulā l‑Maġrib, éd. Zakī Muammad asan, Le Caire, Maṭbaʿat ǧāmiʿat Fuʾād al‑awwal, 1953.

Ibn Taġrī Birdī, al‑Nuǧūm al‑zāhira fī mulūk Mir wa‑l‑Qāhira, Le Caire, Dār al‑kutub al‑miṣriyya, 1929‑1972, 16 volumes.

Ibn Zūlāq, Abār Sībawayh al‑Mirī, éd. Muḥammad Ibrāhīm Saʿd et Ḥusayn al‑Dīb, Le Caire, Maktabat al‑abḥāṯ al‑ʿilmiyya li‑našr ʿulūm al‑ʿarabiyya, 1933.

Kindī (al‑), Wulāt = Taʾ Mir wa‑wulāti‑hā, dans The Governors and Judges of Egypt, éd. Rhuvon Guest, Leyde, Brill, 1912, p. 3‑298.

Maqrīzī (al‑), al‑Mawāʿi wa‑l‑iʿtibār bi‑ikr al‑ia wa‑l‑āār, éd. Ayman Fuʾād Sayyid, Londres, Muʾassasat al‑furqān li‑l‑turāṯ al‑islāmī, 2002, 4 volumes.

Maqrīzī (al‑), Ittiʿā al‑unafāʾ bi‑abār al‑aʾimma al‑fāimiyyīn al‑ulafāʾ, éd. Ǧamāl al‑Dīn al‑Šayyāl, Le Caire, Wizārat al‑awqāf, 1996.

Maqrīzī (al‑), al‑Muqaffā al‑kabīr, éd. Muḥammad al‑Yaʿlāwī, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1991, 8 volumes.

Samʿānī (al‑), al‑Ansāb, éd. ʿAbd Allāh ʿUmar al‑Bārūdī, Beyrouth, Dār al‑fikr, 1998, 5 volumes.

Suyūṭī (al‑), usn al‑muāara fī taʾrī Mir wa‑l‑Qāhira, éd. Muḥammad Abū l‑Fal Ibrāhīm, Le Caire, Dār iḥyāʾ al‑kutub al‑ʿarabiyya -ʿĪsā al‑Bābī al‑Ḥalabī, 1967, 2 volumes.

Yāqūt, Muʿǧam al‑buldān, Beyrouth, Dār Bayrūt, 1988, 5 volumes.

Références 

Ayyad S.M. 1990, « Regional Literature: Egypt », dans Julia Ashtiany et al., ʿAbbasid Belles Lettres, Cambridge, Cambridge University Press, p. 412‑440.

Bacharach Jere L. 1975, « The Career of Muḥammad Ibn Ṭughj al‑Ikhshīd, a Tenth-Century Governor of Egypt », Speculum 50, p. 586‑612.

Bianquis Thierry 1970, « Les derniers gouverneurs ikhchîdides à Damas », Bulletin dʾÉtudes Orientales 23, p. 167‑196.

Bianquis Thierry 1972, « La prise du pouvoir en Égypte par les Fatimides (357‑363/968‑974) », Annales Islamologiques 11, p. 50‑108.

Casanova Paul 1913‑1919, Essai de reconstitution topographique de la ville dʾal Fousâ ou Mir, Le Caire, Institut français dʾarchéologie orientale.

Dols Michael W. 1992, Majnūn: the Madman in Medieval Islamic Society, Oxford, Clarendon Press.

Dols Michael W. 2006, « Medical Madness », Journal of Muslim Mental Health 1, p. 77‑95.

Dols Michael W. 2007, « Insanity in Islamic Law », Journal of Muslim Mental Health 2, p. 81‑99.

Fuʾād Sayyid Ayman 1998, La capitale de lʾÉgypte jusquʾà lʾépoque fatimide. Al‑Qāhira et al‑Fusā. Essai de reconstitution topographique, Beyrouth, Franz Steiner Verlag.

Guest Rhuvon 1907, « The Foundation of Fustat and the Khittahs of that Town », Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, p. 49‑83.

Rosenthal Franz 2011, Humor in Early Islam, Leyde, Brill.

Sabari Simha 1981, Mouvements populaires à Bagdad à lʾépoque ʿabbasside, ixexie siècles, Paris, Maisonneuve et Larose.

Shoshan Boaz 2003, « The State and Madness in Medieval Islam », International Journal of Middle‑East Studies 35, p. 329‑340.

Zakharia Katia 1997, « Le statut du fou dans le Kitāb ʿUqalāʾ al‑maǧānīn dʾal‑Nīsābūrī, modalités dʾune exclusion », Bulletin dʾÉtudes Orientales 49, p. 269‑288.

Haut de page

Notes

1 Voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 337 (trad. p. 135).

2 Bianquis 1972, p. 56.

3 Rosenthal 2011, p. 14-15.

4 Ayyad 1990, p. 428.

5 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 22-23, où lʾauteur introduit son récit par raʾaytu (« jʾai vu »).

6 Ibn Zūlāq, Abār, p. 16.

7 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.

8 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.

9 Ibn Zūlāq, Abār, p. 25. Sur cette mosquée, voir Casanova 1913-1919, p. 59.

10 Ibn Zūlāq, Abār, p. 21. Je nʾai trouvé aucun renseignement sur ce quartier.

11 bn Zūlāq, Abār, p. 23.

12 Ibn Zūlāq, Abār, p. 49.

13 Ibn Zūlāq, Abār, p. 35. Sur ce quartier, voir Casanova 1913-1919, carte I, D-E 4. Cf. Guest 1907, p. 72-73.

14 Ibn Zūlāq, Abār, p. 45, 46.

15 Al-Maqrīzī, al-Mawāʿi, IV, p. 473 ; à lʾépoque de Yāqūt, on y trouvait les libraires, les vendeurs de papier et de produits de luxe comme lʾébène. Yāqūt, Muʿǧam, III, p. 145.

16 Ibn Zūlāq, Abār, p. 27.

17 Ibn Zūlāq, Abār, p. 30.

18 Ibn Zūlāq, Abār, p. 35. Sur Muḥammad b. ʿAlī b. Muqātil (m. 350/961), voir Ibn Saʿīd, al-Muġrib, p. 179, 189, 197-198 ; Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm, III, p. 328.

19 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.

20 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28.

21 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37. Sur la diète prescrite aux fous par la médecine islamique médiévale, voir Dols 2006, p. 81-82.

22 Voir Zakharia 1997, p. 280-282.

23 Ibn Mākūlā, al-Ikmāl, II, p. 232 ; al-Ḏahabī, Taʾ, XXVI, p. 185 ; al-Samʿānī, al-Ansāb, II, p. 24 ; Ibn Ḥaǧar, Lisān, V, p. 400 ; al-Suyūṭī, usn, I, p. 402.

24 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26-27.

25 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.

26 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17, 42.

27 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18. Sur Abū Hāšim al-Maqdisī (Ismāʿīl b. ʿAbd al-Wāḥid), voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 86-88 (trad. p. 115-117). Sur Ibn al-Ḥaddād, voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 331-337 (trad. p. 126-136).

28 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18.

29 C.H. Becker et F. Rosenthal, « al-Balādhurī », EI2, I, p. 1001.

30 Ibn Zūlāq, Abār, p. 21.

31 Sʾil faut prendre à la lettre les paroles de Sībawayh, qui déclara plus tard quʾil était tombé de huit étages : quatre aériens et quatre souterrains. Ibn Zūlāq, Abār, p. 22.

32 Sur ʿAbd Allāh b. al-Walīd, qui était né en 273/886-887, voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 180-187 (trad. p. 146-156).

33 Ibn Zūlāq précise plus loin quʾil tenait son bâton dans sa main gauche. Ibn Zūlāq, Abār, p. 22.

34 Ibn Zūlāq, Abār, p. 21-22.

35 Ibn Zūlāq, Abār, p. 22.

36 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

37 Il sʾagit sans doute de lʾhôpital construit par Ibn Ṭūlūn en 259/872-873. Voir al-Kindī, Wulāt, p. 216.

38 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26.

39 Ibn Zūlāq, Abār, p. 25.

40 Ibn Zūlāq, Abār, p. 22, 28.

41 Ibn Zūlāq, Abār, p. 25.

42 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

43 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28-29.

44 Sur ce personnage, voir al-Maqrīzī, al-Muqaffā, VII, p. 225.

45 Des échanges houleux lʾopposèrent ainsi dans la cour de la grande mosquée à un certain al-Wāsiṭī, qui défendait le caractère non créé du Coran et la vision de Dieu au jour du Jugement. Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.

46 Ibn Zūlāq, Abār, p. 19.

47 Sur ce savant muʿtazilite, mort vers 400/1009-1010, voir Ibn Ḥaǧar, Lisān, VI, p. 117.

48 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18.

49 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

50 Cf. Dols 2007, p. 93.

51 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

52 Ibn Zūlāq, Abār, p. 24.

53 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18.

54 Dols 1992, p. 362-363.

55 Ibn Zūlāq, Abār, p. 52.

56 Cor. 3, 104 ; 31, 17 ; etc. Voir Cl. Cahen et M. Talbi, « Ḥisba », EI2, III, p. 503.

57 La présence musulmane à Tinnīs, ville du Delta traditionnellement chrétienne, se renforça considérablement à partir du ive/xe siècle. Voir J.-M. Mouton, « Tinnīs », EI2, X, p. 570.

58 Ibn Zūlāq, Abār, p. 24-25.

59 Ibn Zūlāq, Abār, p. 27.

60 Ibn Zūlāq, Abār, p. 48.

61 Il fut plus tard à la tête de la délégation égyptienne qui partit négocier la reddition de Fusṭāṭ avec Ǧawhar. Son frère Aḫū Muslim se vit confier par Kāfūr le commandement dʾune armée protégeant le pèlerinage de 354/965, et exerça également pour lui la charge de gouverneur de Syrie-Palestine. Voir Bianquis 1972, p. 56-57, 68, 73.

62 Ibn Zūlāq, Abār, p. 58.

63 Ibn Zūlāq, Abār, p. 31, 43, 51.

64 Ibn Zūlāq, Abār, p. 42. Sur ce cadi, qui fut en charge des biens de mainmorte à Fusṭāṭ en 331/942-943, voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 265-266 (trad. p. 159).

65 Ibn Zūlāq, Abār, p. 40.

66 Ibn Zūlāq, Abār, p. 38-39.

67 Ibn Zūlāq, Abār, p. 51.

68 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32.

69 Ibn Zūlāq, Abār, p. 31.

70 Ce personnage servit plus tard dʾintermédiaire lors des négociations entre Ǧawhar et les Égyptiens. Bianquis 1972, p. 62-63, 68, 73. Il accompagna également le calife al-Muʿizz (r. 341-365/963-975), arrivé au Caire, lors dʾune visite de la campagne environnante à lʾoccasion de la rupture des digues. Al-Maqrīzī, al-Mawāʿi, II, p. 538.

71 Ibn Zūlāq, Abār, p. 40.

72 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.

73 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.

74 Ibn Zūlāq, Abār, p. 37.

75 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.

76 Ibn Zūlāq, Abār, p. 31.

77 Voir Sabari 1981, p. 103.

78 Ibn Zūlāq, Abār, p. 23.

79 Ibn Zūlāq, Abār, p. 36.

80 Ibn Zūlāq, Abār, p. 43.

81 Voir M. Canard, « Ibn Killis », EI2, III, p. 864.

82 Ibn Zūlāq, Abār, p. 44.

83 Fuʾād Sayyid 1998, p. 67-68.

84 Allusion au Coran (Cor. 21, 52).

85 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28.

86 Sur ce personnage, voir supra.

87 Voir Zakharia 1997, p. 283.

88 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26-27.

89 Ibn Zūlāq, Abār, p. 48. Sur ce personnage, voir Bianquis 1970, p. 172-174. ; Bianquis 1972, p. 67.

90 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.

91 Ibn Zūlāq, Abār, p. 50, 51.

92 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32-33. Ce dernier devint plus tard, en 363/973, intendant des finances égyptiennes (āib al-arāǧ) pour le compte des Fatimides. Al-Maqrīzī, Ittiʿā, I, p. 144.

93 Sur ce titre, voir C.E. Bosworth, « Khāzin », EI2, IV, p. 1214-1215.

94 Ibn Zūlāq, Abār, p. 30.

95 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32-33, 46.

96 Ibn Zūlāq, Abār, p. 55.

97 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 32, où Kāfūr pris à parti se cache derrière un bouclier.

98 Ibn Zūlāq, Abār, p. 41-42.

99 Voir Bianquis 1972, p. 59.

100 Ibn Zūlāq, Abār, p. 33.

101 Ibn Zūlāq, Abār, p. 29.

102 Ibn Zūlāq, Abār, p. 26.

103 Ibn Zūlāq, Abār, p. 28, 48.

104 Bacharach 1975, p. 595.

105 Ibn Zūlāq, Abār, p. 46.

106 Dʾorigine irakienne, al-Māḏarāʾī fut vizir du Ṭūlūnide Hārūn b. Ḫumārawayh, puis directeur des finances dʾÉgypte à plusieurs reprises lors de lʾintermède abbasside. Il assura enfin la régence pendant quelques mois après la mort dʾal-Iḫšīd en 334/946. H.L. Gottschalk, « al-Mādharāʾī », EI2, V, p. 957.

107 Ibn Zūlāq, Abār, p. 46.

108 Bianquis 1972, p. 56.

109 Voir Ibn Zūlāq, Abār, p. 32.

110 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 28.

111 Ibn Zūlāq, Abār, p. 42-43.

112 Voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ, p. 332 (trad. p. 127).

113 Ibn Zūlāq, Abār, p. 33.

114 Ibn Zūlāq, Abār, p. 38. Il critiqua aussi le aīb de la grande mosquée car il percevait un salaire dʾun pouvoir injuste. Ibn Zūlāq, Abār, p. 49.

115 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32.

116 Ibn Zūlāq, Abār, p. 32, 51.

117 Ibn Zūlāq, Abār, p. 52-53. Voir Bianquis 1972, p. 62. Sur Ǧaʿfar b. al-Faḍl b. al-Furāt, voir D. Sourdel, « Ibn al-Furāt », EI2, III, p. 791.

118 Ibn Zūlāq, Abār, p. 52.

119 Ibn Zūlāq, Abār, p. 49. Le prédicateur commettait dʾailleurs des erreurs lors de la récitation du Coran et se rendait coupable de faux témoignages en justice.

120 Ibn Zūlāq, Abār, p. 41.

121 Ibn Zūlāq, Abār, p. 18, 34-35, 36.

122 Ibn Zūlāq, Abār, p. 34.

123 Ibn Zūlāq, Abār, p. 34.

124 Ibn Zūlāq, Abār, p. 33.

125 Ibn Zūlāq, Abār, p. 35, 42, 44.

126 Shoshan 2003, p. 335.

127 Voir par exemple Ibn Zūlāq, Abār, p. 35. Voir Zakharia 1997, p. 277-280.

128 Ibn Zūlāq, Abār, p. 36. Sībawayh demeura le familier du prince jusquʾau jour où une bataille de polochons qui faillit mal tourner le mit en fuite.

129 Ibn Zūlāq, Abār, p. 50-51.

130 Sur ce personnage, voir al-Ḏahabī, Siyar, XVI, p. 484-488 ; Bianquis 1972, p. 58.

131 Ibn Zūlāq, Abār, p. 53-54.

132 Ibn Zūlāq, Abār, p. 43.

133 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.

134 Muḥammad Ibrāhīm Saʿd et Ḥusayn al-Dīb, « Introduction », dans Ibn Zūlāq, Abār, p. 10.

135 Réd. « Ibn Zūlāq », EI2, III, p. 1003-1004.

136 Ibn Zūlāq, Abār, p. 17.

137 Voir les exemples donnés par Shoshan 2003, p. 335-338.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les quartiers nord de Fusṭāṭ.
Crédits Dʾaprès P. Casanova.
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/5575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Tillier, « Un « Alceste musulman » : Sībawayh le fou et les Iḫšīdides »Bulletin d’études orientales, LXVI | 2018, 117-139.

Référence électronique

Mathieu Tillier, « Un « Alceste musulman » : Sībawayh le fou et les Iḫšīdides »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/beo/5575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.5575

Haut de page

Auteur

Mathieu Tillier

Université Paris-Sorbonne, UMR 8167 – Orient et Méditerranée
mathieu.tillier@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search