Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIDossier thématiqueÉtudesHeurs et malheurs du pouvoir fati...

Dossier thématique
Études

Heurs et malheurs du pouvoir fatimide
pendant l’année 388/998‑999

Traduction et commentaire d’un extrait du ayl taʾ Dimašq
d’Ibn al‑Qalānisī (m. 555/1160)
Thierry Bianquis et Abbès Zouache
p. 157-181

Résumés

Cet article présente la traduction commentée d’un extrait du ayl taʾ Dimašq d’Ibn al‑Qalānisī (m. 555/1160). Réalisée par Thierry Bianquis, elle a été revue, complétée et commentée par Abbès Zouache. Les extraits traduits portent sur le gouvernement de Damas par des gouverneurs fatimides en 388/998‑999 : Bišāra al‑Iḫšidī et Ǧayš b. al‑Ṣamṣamā. Y est aussi racontée l’exécution de l’eunuque Barǧawān, l’homme fort du califat fatimide, sur ordre du calife al‑Ḥākim. Ibn al‑Qalānisī s’y révèle un historien scrupuleux mais aussi un littérateur dont l’écriture révèle les talents de conteur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 1

  • 1 Cette introduction est rédigée par Abbès Zouache.
  • 2 Parue à l’IFEAD en 1986‑1989 en 2 volumes sous le titre Damas et la Syrie sous la domination fatimi (...)
  • 3 « Continuation de l’Histoire de Damas ». Ce titre est celui qu’avait retenu H. F. Amedroz, le premi (...)
  • 4 Le manuscrit unicum conservé (Oxford, Bodleian Library, Huntington 125, 188 folios, daté de 1231 ; (...)
  • 5 Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XV, p. 191, notice n° 1749. Cette notice, en partie reprise dan (...)
  • 6 Al‑Ḏahabī, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, XV, p. 150 : « Il mourut en rabīʿ I 555. Je dis : il dépassa les (...)
  • 7 Sur ces évènements, voir Mouton 1995 ; Yared‑Riachi 1997 ; Azhari 1997 ; Zouache 2008.

1Lors de la rédaction de sa thèse d’État sur Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359‑468/969‑1076), qu’il soutint en Sorbonne en 1984 et publia deux ans plus tard 2, Thierry Bianquis s’était largement appuyé sur une chronique désormais communément appelée ayl taʾ Dimašq 3, qui narre l’histoire de Damas et de la Syrie de la deuxième moitié du ve/xie siècle 4 à la mort, un siècle plus tard, de son auteur, « Ḥamza b. Asad b. ʿAlī b. Muḥammad Abū Yaʿlā al‑Tamīmī, connu sous le nom d’Ibn al‑Qalānisī » 5. Certes, ce dernier, qui était né, avait vécu et s’était éteint à Damas, le 7 rabīʿ I 555/18 mars 1160, à plus de quatre‑vingts ans 6, n’était pas contemporain des évènements qui intéressaient prioritairement Th. Bianquis. Il n’avait pas été témoin de la conquête de Damas par les troupes fatimides, des souffrances que les différents gouverneurs fatimides avaient parfois infligées à ses habitants ni de l’installation, dans la seconde moitié du ve/xie siècle, des guerriers turcs venus d’Orient qui l’avaient fait passer sous domination seldjouqide puis bouride 7.

2Cependant, Ibn al‑Qalānisī s’était appuyé sur une documentation riche et variée. Il avait puisé dans les écrits d’historiens antérieurs qu’il n’est pas toujours impossible d’identifier même s’il ne les cite jamais : d’autres chroniqueurs les conservent parfois. En outre, il avait eu accès à des archives administratives que les fonctions qu’il avait successivement occupées lui avaient probablement permis de consulter à sa guise. En effet, ce lettré profondément attaché à sa ville natale n’avait pas dédaigné assumer des responsabilités administratives et se mêler aux cercles du pouvoir. Il avait probablement intégré dès son plus jeune âge l’administration de Damas, parvenant même à y accéder à une position d’autorité (ʿamīd). Résolument impliqué dans la gestion politique de la ville, il y avait même assumé, à deux reprises, la charge de raʾīs.

  • 8 Voir Bibliographie.

3Conscient de la valeur du témoignage d’Ibn al‑Qalānisī et convaincu de la nécessité de mettre à la disposition des chercheurs et des étudiants non arabisants le début du ayl, T. Bianquis décida de le traduire alors même qu’il n’avait pas achevé sa thèse. Il se proposait de compléter les traductions partielles de Hamilton A. R. Gibb et Roger Le Tourneau. En effet, H. A. R. Gibb avait fait paraître, en 1932, une traduction anglaise des passages portant sur les croisades ; trente ans plus tard, R. Le Tourneau avait publié une traduction française couvrant cette fois l’ensemble des années 468‑549/1075‑1154 8.

  • 9 Oxford, Bodleian Library, Huntington 125. Voir supra, note 4.
  • 10 Un manuscrit unicum (Escorial, Cod. 534, 2) conserve une partie des années 414‑415/1023‑1025 du qua (...)
  • 11 T. Bianquis avait déjà œuvré de son vivant à une telle mise à disposition : il n’avait pas hésité à (...)

4T. Bianquis eut recours, pour sa traduction, au manuscrit unicum du ayl taʾ Dimašq 9, ainsi qu’aux deux éditions de référence de Henry Frederick Amedroz (Leyde, 1908) et Suhayl Zakkār (Damas, 1983). Il n’a pas eu le temps d’achever cette traduction ni d’ailleurs celle des Abār Mir d’al‑Musabbiḥī (m. 420/1030), qu’il avait aussi entamée dans les années 1970 10. Cependant, le travail est assez avancé. J’ai bon espoir de le compléter et, ainsi qu’il le souhaitait, le mettre à la disposition des historiens et des étudiants qui ne peuvent lire le ayl dans le texte 11.

  • 12 Parfois simplement appelé Bišāra al‑Ḫādim (par Ibn al‑Qalānisī comme par d’autres auteurs arabes co (...)
  • 13 Ou simplement « Ṣamṣāma », sans article, dans certaines sources arabes. Sur cet homme de pouvoir, q (...)
  • 14 Barǧawān appartenait à l’origine au calife fatimide al‑ʿAzīz (r. 365‑386/975‑996). Il était doté du (...)

5Les extraits traduits ci‑après portent sur le gouvernement (wilāya) de Damas par l’un des eunuques iḫšīdīdes sur lesquels le calife fatimide al‑Ḥākim (r. 386‑411/996‑1021) s’appuya en Syrie, Bišāra al‑Iḫšīdī 12. Ibn al‑Qalānisī s’y étend aussi sur les exactions perpétrées dans la même ville par le berbère kutamite Ǧayš b. Muḥammad b. al‑Ṣamṣāma 13, qui servait les Fatimides et succéda à Bišāra, ainsi que sur la fin tragique de l’homme fort du califat, l’eunuque d’origine slave Abū al‑Fatḥ (ou Abū al‑Futūḥ) Barǧawān. Ce dernier dirigea de fait l’empire fatimide pendant trois ans, de 387/997 à son exécution ordonnée par le calife al‑Ḥākim en rabīʿ II 390/avril 1000 14.

  • 15 Dans la deuxième partie (« La mainmise fatimide sur la Syrie centrale »), chapitres II (« La minori (...)
  • 16 Yaḥyā al‑Anṭākī, Taʾ, p. 240‑243, 245, 249.
  • 17 Voir en particulier Taʾ madīnat Dimašq, X, p. 165‑166 (notice biographique de Bišāra al‑Iḫšīdī)  (...)
  • 18 Al‑Maqrīzī, Ittiʿā al‑unafāʾ, I, p. 291‑292 ; II, p. 12‑18, 25‑30 et passim. D’autres sources son (...)
  • 19 Voir Cheikh‑Moussa et alii 1999 ; Zakharia 1999 ; Zouache 2009.
  • 20 Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XV, p. 191, qui souligne que c’était un adīb (sur le sens de ce (...)

6Thierry Bianquis analyse longuement, dans le premier tome Damas et la Syrie sous la domination fatimide, les récits parfois divergents des parcours de Bišāra, de Ǧayš et de Barǧawān proposés par les chroniqueurs arabes médiévaux les mieux informés 15. Il montre, en particulier, qu’Ibn al‑Qalānisī a une interprétation en partie différente des faits de celles de Yaḥyā d’Antioche (m. 458/1067) 16, d’Ibn ʿAsākir (m. 571/1175) 17 ou d’al‑Maqrīzī (m. 845/1442) 18. Non que ces chroniqueurs eussent forcément disposé de sources originales : ils faisaient simplement des choix selon leur sensibilité et les objectifs (informatifs, esthétiques, idéologiques, etc.) qu’ils s’assignaient 19. Certes, il est parfois difficile, pour l’historien, d’identifier de tels objectifs. De même, il n’est pas aisé de déterminer le degré d’originalité d’une œuvre d’autant plus, comme c’est le cas pour le ayl, lorsque les textes où l’auteur avait puisé ne sont pas conservés. Le ayl présente des variations stylistiques qui s’expliquent sans doute par la richesse inégale du matériau qu’Ibn al‑Qalānisī avait à sa disposition, mais aussi par ses choix. Choix esthétiques, assurément : les extraits présentés ici dénotent les compétences discursives d’un historien dont il faut garder à l’esprit qu’il était profondément lettré, comme Ibn ʿAsākir le rappelle dans la notice biographique qu’il lui consacre 20.

  • 21 Voir infra, note 40. Voir aussi, sur l’exposé oral, à Damas au début du vie/xiie siècle, d’une œuvr (...)

7Ibn al‑Qalānisī s’y révèle un conteur habile, variant les registres de langue (le moyen arabe côtoie la langue classique) et sachant passer du registre réaliste au registre poétique. T. Bianquis l’avait souligné : « la construction du texte incline à penser que celui‑ci avait une destination orale », ce qui ne signifie pas qu’Ibn al‑Qalānisī ne l’avait pas aussi composé pour des lecteurs : à Damas, au vie/xiie siècle comme en d’autres lieux et à d’autres époques, les œuvres historiques et littéraires étaient d’abord déclamées devant des cercles plus ou moins restreints, à la mosquée ou dans d’autres lieux de savoir, avant d’être lues individuellement par ceux qui avaient accès aux copies que l’on en faisait. D’où la présence de transitions « à vocation littéraire », selon l’expression de T. Bianquis, telle celle qui permet de passer du gouvernement de Bišara al‑Iḫšidī à celui de Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma. L’éviction du premier et la nomination du second sont symbolisées par un changement de saison. L’été s’achève ; les violences de l’hiver s’approchent, annonciatrices des exactions dont le nouvel homme fort de Damas allait se rendre coupable 21 : « Ceci intervint alors que l’été démontait ses pavillons et repliait ses étendards après les avoir déployés, l’hiver approchait en compagnie du gel blanc et fendant et de la nuit violentée par le froid ».

  • 22 ayl, fol. 37 v‑28 ; éd. Amedroz, p. 54‑57 ; éd. Zakkār, p. 88‑92.

8D’autres indices dénotent les choix esthétiques et idéologiques d’Ibn al‑Qalānisī et ses talents de conteurs. Ainsi, une fois achevé le récit de la mort de Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma, qui faisait la part belle à l’image et au détail croustillant, les phrases deviennent courtes et sèches et le ton plutôt impersonnel. Ibn al‑Qalānisī évoque alors le regain d’activité des Fatimides en Ifriqiya. L’information est condensée. Il ne s’étend guère, par exemple, sur les acteurs que ce regain implique, même si l’on apprend qu’il est impulsé par Barǧawān, l’homme fort du califat fatimide 22.

  • 23 Mais c’était sans compter sur le calife al‑Ḥākim, qui en ordonnant sa mort allait accéder à la matu (...)

9Comment interpréter une telle rupture stylistique ? Nous ne pouvons nous contenter de l’expliquer par le fait que le littérateur-historien était mal informé, car ne disposant que d’un communiqué dont il avait retrouvé la trace dans les archives de Damas. En effet, il aurait pu, dans ce cas, le réécrire en l’enrichissant stylistiquement. Or il ne le fait pas, comme s’il s’agissait surtout, à ses yeux, de livrer à son auditoire (et à son lectorat potentiel) les clefs indispensables de compréhension d’évènements lointains, dans le temps et dans l’espace, tout en introduisant le personnage de Barǧawān. Ibn al‑Qalānisī réussit donc un tour de force : il informe ses auditeurs et ses lecteurs d’une évolution politique qu’en historien scrupuleux il lui était difficile de passer sous silence, tout en leur annonçant implicitement qu’un nouveau cycle s’ouvrait dont, à première vue, la figure centrale était Barǧawān 23.

  • 24 Ibn al‑Qalānisī n’était en rien original en utilisant ce procédé. Voir en particulier Zouache 2009.
  • 25 Voir mes remarques éparses dans Zouache 2008, en particulier chap. I et V ; Zouache 2009.
  • 26 Ding 2012, en particulier p. 312, s’appuyant sur Marsal 2010, p. 43. Voir aussi les contributions r (...)

10L’exposé des évènements ifriqiyens participe de la dynamique narrative. Elle constitue un autre type de transition que celle qui avait été auparavant centrée sur le changement de saison, moins littéraire et plus strictement informative. Ensuite, alors qu’un nouvel évènement tragique est raconté, le ton devient moins impersonnel, le style plus travaillé - cela est souvent vrai, dans l’ensemble du ayl, lorsque les évènements narrés concernent directement Damas. Les dialogues donnent chair aux personnages et accentuent l’effet de réel 24. Ibn al‑Qalānisī fait aussi alors plus volontiers montre de son goût pour la prose rimée et assonancée (saǧʿ), par ailleurs révélé de manière plus éclatante encore par les pages du ayl qui portent sur son époque 25. Là encore, il ne faut évidemment pas rejeter l’idée suivant laquelle il avait désormais recours à des textes plus riches, mieux écrits, qu’il reproduit au moins partiellement ou dont il s’inspire fortement, même s’il est difficile de savoir dans quelle mesure et jusqu’à quel point il s’en détache, les transforme, les réécrit. À vrai dire, cela importe peu : toute écriture médiévale était marquée par l’emprunt, qui n’obérait ni la créativité ni la subjectivité 26.

  • 27 Par exemple l’opposition ʿadl et son antonyme ulm (infra, note 41) concernant Ǧayš, ou, toujours à (...)
  • 28 La défense du respect de l’ordre religieux, politique et social est une constante du ayl. Voir Bia (...)
  • 29 ayl, fol. 39 ; éd. Amedroz, p. 57 ; éd. Zakkār, p. 93, et la traduction du passage ci‑dessous.

11D’ailleurs, la conception du monde d’Ibn al‑Qalānisī affleure dans le récit de la mort de Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma comme dans celui de l’exécution de Barǧawān. Les mots utilisés semblent autant d’outils visant à justifier la fin de Ǧayš, qui est d’ailleurs explicitement célébrée comme découlant d’une décision divine 27. Lorsqu’il raconte la mise à mort de Barǧawān, Ibn al‑Qalānisī agence la narration de manière à conduire le lecteur à célébrer le triomphe de l’ordre religieux, politique et social auquel il était tant attaché 28. Comment s’étonner dès lors du bref constat qui achève le récit 29: « Les affaires publiques se redressèrent grâce à un traitement mieux ciblé. La confusion et les troubles, dont on craignait le développement, prirent fin ».

  • 30 Le concept, très souvent discuté et commenté par les traductologues et les philosophes, est exposé (...)
  • 31 Note de Thierry Bianquis.

12Comme tous les traducteurs le savent, traduire est un acte éminemment personnel, qui relève de la réécriture et de la création. Le texte ici présenté est donc le plus fidèle possible à celui laissé par Thierry Bianquis, dont la traduction a été revue et parfois complétée, toujours avec le souci de respecter son évidente ambition d’en faire autant que possible une « survie » de l’original 30. La translittération a été modifiée et l’annotation actualisée, les notes rédigées par T. Bianquis étant suivies, afin de faciliter leur identification, par la mention [NdTB] 31. Le texte traduit est reproduit en Annexe A dans l’édition de Suhayl Zakkār. Le récit par al‑Maqrīzī (m. 845/1442) de la mort de Barǧawān est reproduit en Annexe B.

Traduction

  • 32 3 janvier 388/23 décembre 998.

13Gouvernement (wilāya) du qāʾid Bišāra al‑Iḫšīdī pendant l’année 388 32 et le motif (sabab) qui a provoqué cela et la situation qui en est résultée pour lui.

  • 33 Voir Canard 1961 ; Bianquis 1986‑1989, I. Résumé commode des évènements dans Garcin 1995.
  • 34 Éd. Amedroz : « Sulaymān ». Il s’agit du fils du conquérant kutamite de Damas : Bianquis 1986‑1989  (...)
  • 35 Éd. Amedroz : Falāǧ.
  • 36 Selon al‑Maqrīzī, Ittiʿā, II, p. 43, Abū Tamīm Salmān mourut le 8 ǧumādā II 391/5 mai 1001. Il est (...)
  • 37 Šawwāl 388 : 26 septembre‑24 octobre 988.

14La décision avait été prise par Barǧawān al‑Ḥākimī, en Égypte, d’expédier Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma en Syrie. Celui‑ci avait mission de réparer ce qui avait été mis à mal lors des événements, d’administrer les provinces (tadbīr al‑aʿmāl), de remettre en ordre les affaires publiques, et de défendre le pays contre les maux provoqués par les Byzantins, qui avaient envahi certaines régions (aʿmāl33. L’analyse de la situation et les principes de la bonne politique poussèrent alors Barǧawān à confier le gouvernement de Damas au ʾid Bišāra al‑Iḫšīdī après l’expulsion (iǧ) du ʾid Abū Tamīm Salmān 34 b. Ǧaʿfar b. Falāḥ 35 hors de la cité, comme il a déjà été raconté 36. Celui‑ci partit, arriva à Damas, entra dans la ville et s’installa dans le palais des gouverneurs (qar al‑wulāt), lundi mi‑šawwāl de l’année 388 37. Il eut le projet de poursuivre la construction de celui‑ci selon la coutume des gouverneurs. Puis ledit gouverneur, le ʾid Bišāra, repartit avec Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma mener le jihad contre les Byzantins. Lorsqu’Allah eut permis de remporter la victoire sur ceux‑ci et que les musulmans, victorieux, eurent pu se réjouir de leur succès, Bišāra le gouverneur rentra avec les autres. Subitement l’ordre vint d’Égypte de démettre le ʾid Bišāra du gouvernement de Damas et de confier celui‑ci au ʾid Ǧayš b. Muḥammad b. al‑Ṣamṣāma.

Explication des motifs de cela et de ce à quoi aboutit la situation et quelle fut son issue

  • 38 « Place frontière ».
  • 39 Voir ayl, éd. Zakkār, p. 82‑86, partiellement traduit dans Canard 1961, p. 297‑300.

15Ce qui a été rapporté précédemment quant au motif de l’expédition du ʾid Ǧayš quittant l’Égypte pour la Syrie (al‑Šām) à la tête de son armée, est suffisant pour dispenser qu’on y revienne. Il en est de même pour la reconquête du aġr 38 de Tyr, l’écrasement de l’armée byzantine, le retour à Damas et l’éviction de Bišāra de son gouvernement 39.

  • 40 Ce passage, qui n’a guère d’autre utilité que d’exposer le choix fourni de termes dont dispose l’au (...)

16Ceci intervint alors que l’été démontait ses pavillons et repliait ses étendards après les avoir déployés, l’hiver approchait en compagnie du gel blanc et fendant et de la nuit violentée par le froid 40.

  • 41 Village situé dans les environs de Damas, au Nord de cette ville.
  • 42 Ou plus simplement « interdire tout abus de pouvoir / oppression / injustice / inéquité » (al‑manʿ (...)

17Ǧayš demanda au peuple de Damas (ahl Dimašq), nous l’avons mentionné, d’évacuer Bayt Lahyā 41 et on répondit favorablement à sa requête. Alors il s’y s’installa et s’engagea à prêter une grande attention à la pratique de l’équité (ʿadl), supprimer les dépenses imposées (rafʿ al‑kalaf), adopter une excellente conduite à l’égard des administrés et s’abstenir de tout abus de pouvoir 42.

  • 43 Terme désignant les membres de la milice urbaine de Damas. Voir Bianquis 1986‑1989, I, p. 243‑246, (...)
  • 44 Éd. Zakkār : al‑Bāhirī al‑ʿAlawī ; éd. Amedroz : al‑Nāhirī al‑ʿAlawī.
  • 45 La scène est un motif assez récurrent dans les textes narratifs arabes médiévaux. L’invitation à un (...)

18Il s’intéressa aux chefs des a 43, les plaçant aux premières places, se faisant entourer par un groupe d’entre eux. Il se mit à leur offrir chaque jour un banquet, auquel ils étaient conviés pour manger chez lui. À toute occasion, il leur témoignait des marques exagérées de familiarité et d’affection. Quand ces manières eurent duré un certain temps, il convoqua ses ʾid‑s et les principaux officiers de son armée (wuǧūh aṣḥābi‑hi) et leur donna l’ordre de se tenir en alerte et d’être prêts à accomplir ce que leur service allait leur réclamer. Ils devaient se préparer à exécuter ce qu’un pli cacheté par son propre cachet leur ordonnerait de faire. Il divisa la ville en sections et il écrivit à chaque ʾid par quel point il devait y pénétrer pour passer au fil de l’épée les dévoyés. Puis il posta dans le bain de sa maison deux cents Maghrébins (maġāriba) armés d’épées. Il donna l’ordre à celui qu’on nommait al‑Nāhirī al‑ʿAlawī 44, un de ses proches et de ses hommes de confiance, de convoquer les chefs des a à un repas. Lorsqu’ils auraient mangé et qu’ils se lèveraient pour aller dans le salon de réception (maǧlis) où ils avaient l’habitude de se laver les mains, on verrouillerait sur eux la porte. Ceux qui auraient été installés dans le bain seraient chargés de passer au fil de l’épée leurs hommes, car chacun des chefs qui venait était accompagné d’un groupe de a en armes 45.

  • 46 Sic, et non pas al‑Dahāqīn, ce dernier terme renvoyant dès lors à une origine iranienne. Un des man (...)

19La compagnie (qawm) se présenta comme à son accoutumée et Ǧayš expédia immédiatement les plis cachetés à ses ʾid‑s. Il s’installa avec les chefs pour manger. Lorsqu’ils eurent fini, il se leva et se retira dans sa chambre. Eux se levèrent et se rendirent au salon de réception. Les valets verrouillèrent la porte de la salle. Il se trouvait là douze hommes, dont le chef était celui qu’on connaissait sous le nom d’al‑Duhayqīn 46.

  • 47 La Ġūṭa était constituée des terres irriguées et cultivées entourant Damas en aval des gorges de Ra (...)

20Il sortit pour aller au bain. On passa au fil de l’épée leurs hommes et on les tua jusqu’au dernier. Ils étaient environ deux cents. Les ʾid‑s montèrent à cheval et ils entrèrent dans la ville. Ils y tuèrent un grand nombre de personnes. Ils taillèrent des brèches dans la muraille de tous les côtés. Ils ouvrirent les portes et les jetèrent au loin. Les Maghrébins s’installèrent dans les maisons des Damascains. On dépêcha dans la Ġūṭa et dans le Marǧ un ʾid appelé Naṣrūn qui reçut l’ordre de passer au fil de l’épée les a qui s’y trouvaient. On dit qu’il en tua mille tant ils étaient nombreux 47.

  • 48 Al‑muāli fī al‑maāll. Zakkār propose en note 1 p. 89 de lire al‑masāli, « des hommes en armes » (...)
  • 49 Stricto sensu : « leurs cous » (riqāba‑hum).

21Ǧayš rentra à Damas et y défila. Les habitants imploraient son secours, son pardon et sa compassion. Il les épargna et disposa des hommes sûrs 48 aux carrefours et dans les quartiers, puis il revint immédiatement au palais. Il invita les chérifs d’une façon si gracieuse qu’ils y crurent. Lorsqu’ils furent présents, il fit sortir les chefs des a et leur fit couper la tête 49 devant eux. Il donna l’ordre que la dépouille de chacun des chefs soit crucifiée au carrefour de son quartier. Une fois cela terminé, il arrêta les chérifs et les fit transférer en Égypte. Il s’empara de leurs biens et de leur fortune. Il imposa la population de la ville pour cinq cent mille dinars.

  • 50 Comme nombre d’autres chroniqueurs (note suivante), Ibn al‑Qalānisī utilise la racine H L K, qui co (...)
  • 51 Zakkār place ici en note 2 p. 89 le récit de la mort de Ǧayš proposé par al‑Maqrīzī dans l’Ittiʿā (...)

22C’est alors qu’intervint l’ordre d’Allah Très‑Haut, ordre contre l’exécution duquel ne prévaut aucune défense, et dont on ne peut repousser l’arrivée : Ǧayš périt. La cause de sa mort fut une fistule qui surgit dans son anus. Il ne cessa de crier au secours contre la douleur, souhaitant la mort, demandant à se tuer lui‑même, mais il en était incapable et on ne lui en donna pas les moyens. Il réclamait qu’on le tuât, mais on ne le tua pas et il périt 50 dans cet état 51.

  • 52 Voir la correction apportée par l’auteur fol. 39 v [NdTB].
  • 53 Amedroz place à cet endroit, en note 1 p. 54, un texte d’al‑Ḏahabī (m. 748/1348) : « Ibn ʿAsākir ra (...)

23La durée de ce gouvernement et des troubles fut de neuf mois 52. On rapporte que le nombre des a qui avaient été tués aurait atteint trois mille 53. La nouvelle de son décès parvint en Égypte et on confia son poste à son fils, Muḥammad b. Ǧayš.

  • 54 Ou « comme en Syrie », le vocable employé, al‑Šām, pouvant désigner le pays comme la ville de Damas (...)
  • 55 Les auteurs égyptiens font une description bien moins flatteuse de la conduite des affaires par Bar (...)
  • 56 « Barǧawān fit partir une ambassade comprenant le Patriarche de Jérusalem, Oreste, et son propre se (...)

24La situation s’était consolidée en Égypte comme à Damas 54. Barǧawān avait attiré à lui les Orientaux (Mašāriqa), les faisant venir de diverses contrées. Il réunit autour de lui environ trois mille de ces hommes. Barǧawān analysait les affaires, au palais d’al‑Ḥākim, durant toute la journée et jusqu’au milieu de la nuit ; parfois il dépassait minuit. Il accordait à l’action politique ce qui lui revient de droit 55. Devant lui, officiait Ibn Abī al‑ʿAlāʾ Fahd b. Ibrāhīm 56 qui expédiait les ordres et veillait à leur bonne exécution.

  • 57 Basile II le Bulgaroctone, empereur byzantin de la dynastie macédonienne de 963 à 1025.
  • 58 Le vocable muwādaʿa est ici utilisé comme synonyme de hudna, muhādana, etc., avec un sens général, (...)

25Barǧawān envoya à Basile, le roi des Byzantins 57, un message par l’inter-médiaire d’Abū al‑ʿAlāʾ, l’invitant à conclure une trêve (muhādana) et à une récon-ciliation (muwādaʿa 58). Il lui fit porter des dons, ouvrant ainsi la voie à un rapprochement et à l’estime réciproque. Basile fit le meilleur accueil à cet envoi et une trêve pour dix ans fut décidée. Basile envoya en contrepartie des dons comme la coutume le veut.

  • 59 Tribu arabe hilalienne.
  • 60 Actuelle al‑Marǧ, au Nord‑Est de la Libye.
  • 61 Abū al‑Ḥasan Yānis al‑Ḫādim al‑Ṣaqlabī al‑ʿAzīzī, personnage important à Fusṭāṭ ‑ Le Caire où, en p (...)
  • 62 Ainsi qu’il a déjà été souligné en introduction, ces quelques phrases assez laconiques constituent (...)

26Les rapports avec les Arabes des tribus s’améliorèrent. Barǧawān traita bien les Banū Qurrāʾ qu’il conduisit à faire montre d’obéissance 59. Une armée fut envoyée à Barqa 60 puis à Tripoli d’occident qui fut occupée. Yānis al‑Ṣaqlabī 61 en fut nommé gouverneur 62.

  • 63 Éd. Amedroz, p. 55 : wa al‑ʿaāʾ li‑ġayr mustaaqqi‑hi ; éd. Zakkār : wa al‑ʿaāʾ li‑ġayr mustaaqq (...)
  • 64 Abū al‑Faḍl Zaydān al‑Ṣaqlabī al‑ʿAzīzī (m. en ḏū al‑ḥiǧǧa 393/octobre 1003 selon al‑Maqrīzī), qui (...)

27Barǧawān, dans le souci de protéger al‑Ḥākim, lui interdisait de monter à cheval en dehors des heures prévues pour cela et de faire un don à quelqu’un qui n’y avait pas droit 63. En agissant ainsi, il croyait le faire agir dans un juste but politique afin de protéger la personne, le prestige et les finances d’al‑Ḥākim. Celui‑ci pensait en secret que c’était par pure méchanceté à son égard et par désir de l’entraver. Il y avait auprès d’al‑Ḥākim un eunuque, appelé Zaydān al‑Ṣaqlabī 64 qui lui était attaché en particulier et qui le confortait dans ses plaintes à propos de Barǧawān. Al‑Ḥākim lui racontait ce qu’il cachait au secret de son âme. Zaydān renchérissait dans ses charges contre Barǧawān pour exciter al‑Ḥākim contre celui‑ci. Il lui dit :

  • 65 L’eunuque noir Abū al‑Misk Kāfūr al‑Iḫšīdī, d’abord maître du pouvoir en Égypte en tant que régent (...)
  • 66 Voir les commentaires (ainsi que les références citées en note) dans Assaad 1974, p. 66‑67.

– Barǧawān désire atteindre, lui‑même, la position qu’avait atteinte Kāfūr al‑Iḫšīdī et te donner le rôle que Kāfūr avait réservé au fils iḫšīdite en faisant barrage autour de toi et en limitant le pouvoir de ton bras 65. Le mieux serait que tu le tues et que tu exerces ton autorité, seul 66.

28Al‑Ḥākim répondit :

  • 67 Dans la plupart des sources, en rabīʿ II 390/mars‑avril 1000 [NdTB]. Dans Damas et la Syrie sous la (...)
  • 68 La prière de la mi‑journée [NdTB].
  • 69 Šukr al‑ʿAḍūdī, un proche compagnon de Barǧawān.
  • 70 Port et arsenal sur le Nil, à l’ouest du Caire, créé après la fondation du Caire en 969. Voir Coope (...)
  • 71 Le plus souvent, les auteurs arabes situent simplement la mise à mort « dans le palais du Caire » ( (...)
  • 72 Dans tout le passage, l’auteur utilise le terme ādim/adam, qui peut se traduire par le terme vagu (...)
  • 73 Le cortège qui devait accompagner al‑Ḥākim à la chasse était très long à rassembler et à ordonner. (...)
  • 74 Amīn al‑dawlaAbū Muḥammad Ḥasan b. ʿAmmār, officier kutamite parvenu au sommet de l’État fatimide e (...)
  • 75 D’autres versions laissent entendre qu’al‑Ḥākim, désorienté et choqué par l’assassinat auquel il ve (...)
  • 76 Abū ʿAbd Allāh al‑Ḥusayn b. Ǧawhar (m. 401/1010) était souvent désigné comme ʾid al‑quwwād ; voir (...)
  • 77 La prière du début de la nuit.
  • 78 Al‑tadīr, introduction d’une lettre officielle dans laquelle le destinataire et l’expéditeur sont (...)

« – Si c’est là ton avis, et ce que tu considères comme la meilleure solution, alors je veux que tu m’aides à y parvenir.
Zaydān lui promit son aide. Un certain jour d’un des mois de l’année 389 67, Zaydān conseilla à al‑Ḥākim qu’il envoie chercher Barǧawān, à l’heure du uhr 68, après qu’il soit parti pour sa maison et que les gens se soient séparés de lui, sous prétexte de monter à cheval afin d’aller à la chasse. Al‑Ḥākim l’attendrait dans le jardin situé dans le palais. Lorsque Barǧawān se présenterait, qu’il donne l’ordre de le tuer.
Al‑Ḥākim envoya chercher Barǧawān pour monter à cheval et il dit à Zaydān :
« – Je veux que tu disposes des serviteurs des deux côtés du jardin ; quant à moi je me tiendrai à la porte. Toi, tu seras devant moi. Quand Barǧawān se présentera, j’entrerai dans le jardin, il me suivra et tu marcheras sur ses traces. Quand je lancerai un regard en ta direction, frappe‑le d’un coup de couteau dans le dos. Arrête les serviteurs s’ils veulent marcher vers lui.
Alors qu’ils échangeaient ces paroles, Barǧawān entra et dit à al‑Ḥākim.
« – Ô Prince des Croyants (amīr al‑muʾminīn), la chaleur est ardente. Les faucons ne chassent pas par un temps pareil !
Al‑Ḥākim répondit :
« – Tu as raison. Alors entrons dans le jardin nous y passerons une heure, puis nous sortirons.
Barǧawān envoya avertir Šukr 69, qui était parti à cheval, de rejoindre le cortège qui se dirigeait sur al‑Maqs 70, lieu situé à l’extérieur du Caire, et de s’arrêter près d’al‑Qanṭara 71. On lui dit :
« – Lorsque notre Maître sortira du jardin, il te suivra.
Šukr s’y conforma. Al‑Ḥākim pénétra dans le jardin, suivi par Barǧawān ; Zaydān se tenait derrière lui. Barǧawān était un eunuque à la peau claire, parfait de visage. Zaydān hâta le pas et le frappa entre les omoplates avec un couteau qui ressortit par sa poitrine. Barǧawān dit :
« – Ô, Maître, tu m’as trahi !
Al‑Ḥākim cria :
« – Esclaves, coupez‑lui la tête !
De nombreux serviteurs 72 se précipitèrent et l’achevèrent. Les chefs des eunuques se précipitèrent sur leurs chevaux pour rejoindre les chevaux de parade et les mules du cortège 73, ainsi que les rapaces, et ils les firent tous revenir.
Šukr leur demanda :
« – Qu’est-ce qui justifie cela ?
Mais ils ne répondirent pas. Les gens comprirent qu’il se passait quelque chose d’imprévu. Šukr rentra avec le cortège ; les soldats avaient dégainé [fol. 38v] leur épée. Ils n’étaient pas au courant de ce qui s’était passé, mais ils s’inquiétaient d’un stratagème qui aurait été ourdi contre al‑Ḥākim par al‑Ḥasan b. ʿAmmār 74. La plupart d’entre eux revinrent à leurs logements, revêtirent leurs armes et se postèrent à la porte du palais. Les Maghrébins et les Orientaux s’étaient séparés. Šukr avait fait cerner le Palais par les Turcs et les Orientaux. Sur les créneaux du Palais, les eunuques brandissaient épée et bouclier. L’affaire prenait de l’ampleur. Les ʾid‑s, les notables de l’État (šuyū al‑dawla), et le vizir Abū al‑ʿAlāʾ se réunirent à la porte du Palais de l’Émeraude. Lorsqu’al‑Ḥākim vit que la confusion gagnait, il apparut au belvédère au‑dessus de la porte et salua la foule (al‑nās75. Les assistants sautèrent de cheval à terre et baisèrent le sol face à lui. Les trompettes et les tambours retentirent. On ouvrit la porte du Palais. On convoqua les responsables de la correspondance et on leur remit un billet écrit de la main d’al‑Ḥākim et destiné à Šukr et aux grands ʾid‑s. Il y disait :
« –  J’ai eu à reprocher à Barǧawān des affaires qui m’ont forcé à décider sa mise à mort. Demeurez dans l’obéissance ! Conformez‑vous à ce qui repose sur vos nuques depuis le jour où la bayʿa a été proclamée [en ma faveur] !
Lorsque ce texte leur eut été lu, ils baisèrent le sol et dirent :
« – L’autorité est à Notre Maître !
On convoqua al‑Ḥusayn b. Ǧawhar, qui était un des notables de l’État 76. Il reçut l’ordre de faire disperser les gens, et le fit. Al‑Ḥākim rentra à son palais et les ʾid‑s dans leurs demeures. On craignait une reprise des désordres entre Orientaux et Maghrébins. La nouvelle du meurtre de Barǧawān se répandait. Masʿūd al‑Ḥākimī se rendit à cheval à la maison de Barǧawān et opéra une saisie sur tous les biens qui lui avaient appartenus.
Al‑Ḥākim tint séance à l’heure du dernier ʿišāʾ 77 et fit appeler al‑Ḥusayn b. Ǧawhar et le vizir Abū al‑ʿAlāʾ Fahd b. Ibrāhīm. Il donna l’ordre au vizir de convoquer tous les secrétaires des dīwān‑s et les percepteurs. Abū al‑ʿAlāʾ le fit et quand ils furent présents, il les fit avancer [vers al‑Ḥākim] qui leur dit :
« – Fahd qui est là était hier secrétaire de mon esclave Barǧawān. Aujourd’hui, c’est mon vizir. Écoutez‑le et obéissez‑lui. Suivez les instructions qu’il vous donnera, car il a la prééminence sur vous. Montrez‑vous économes tant à l’égard des perceptions dans les provinces qu’en épargnant les finances publiques.
Fahd baisa le sol, puis ils baisèrent le sol et dirent :
« – Écoute et obéissance aux les ordres de Notre Maître !
Al‑Ḥākim dit à Fahd :
« – Tu es digne d’éloges à mes yeux et je suis satisfait de toi. Ces secrétaires sont mes serviteurs, reconnais leurs droits, améliore leurs procédures, protège leur vie privée et augmente la rétribution et la sécurité de celui qui mérite une telle augmentation, donne l’ordre d’écrire à l’ensemble des gouverneurs des pays et des provinces pour les informer des motifs qui ont contraint à mettre à mort Barǧawān.
Fahd écrivit, après l’adresse 78, un texte qui devint un modèle courant pour ce type de communication :
« – Ceci ayant été dit, Barǧawān, durant un temps, donna satisfaction au Prince des Croyants, celui‑ci l’employa à son service, ensuite il déclencha sa colère et il le tua. Le Prince des Croyants vous informe de cela afin que vous le sachiez et que vous vous fixiez comme règle de conduite de mériter la louange dans votre service. Votre doctrine doit être de suivre la voie droite de l’obéissance et du bon conseil, et de traiter avec rigueur les affaires qui sont de votre ressort et examiner avec soin les situations toujours nouvelles du public (ǧumhūr) qui se présenteront devant vous, si Allah le veut. »

29Les lettres comportant ce texte furent transmises. Les affaires publiques se redressèrent grâce à un traitement mieux ciblé. La confusion et les troubles dont on craignait le développement prirent fin.

Annexe A : Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl taʾrīḫ Dimašq, éd. Suhayl Zakkār, Dār iḥsān li‑l‑ṭibāʿa wa‑l‑našr, 1983, p. 87‑92

30ابن القلانسي، ذيل تاريخ دمشق، تحقيق سهيل زكار، دار إحسان للطابعة والنشر، دمشق، 1988، ص 87ـ92.

31ولاية بشارة الإخشيدي القائد لدمشق في سنة 388 والسبب الداعي إلى ذلك وما آلت إليه الحال

32لما تقرر الحال بمصر مع برجوان الحاكمي على تجهيز جيش بن الصمصامة إلى الشام لتلافي ما حدث فيه وتدبير الأعمال وتسديد الأحوال والرفع لشر الروم الواصلين إلى أعماله اقتضت الحال والسياسة رد ولاية دمشق بعد اخراج القائد أبي تميم سليمان بن جعفر بن قلاح منها على ما تقدم الذكر له إلى القائد بشارة الإخشيدي. فسار ووصل إليها ودخلها ونزل في قصر الولاة بها وشرع في البناء فيه على عادة الولاة في ذلك في يوم الاثنين النصف من شوال سنة 388. وتوجه القائد بشارة الوالي المذكور مع جيش ابن الصمصامة إلى الجهاد في الروم فلما أظفر الله بهم ونصر عليهم وانكفأ المسلمون منصورين ظافرين مسرورين وعاد بشارة الوالي في الجملة صادف الأمر قد ورد من مصر بصرف القائد بشارة عن ولاية دمشق واقرارها على القائد جيش بن محمد ابن الصمصامة.

33شرح السبب في ذلك وما انتهت إليه حاله وكان ماله

34قد تقدم شرح السبب في اخراج القائد جيش في العسكر من مصر إلى الشام ما كفى وأغنى وما كان منه في التدبير في افتتاح ثغر صور وكسر عسكر الروم والعود إلى دمشق وصرف بشارة عن ولايتها.

35واتفق ذاك وقد قوض الصيف خيامه وطوى بعد النشر اعلامه والشتاء قد أقبل بصره وهريره وقرة زمهريره فالتمس من أهل دمشق على ما تقدم ذكرها خلاء بيت لهيا. فأجيب إلى ما طلب فنزل فيها وشرع في التوفر على استعمال العدل ورفع الكلف واحسان السيرة والمنع من الظلم وأشخص رؤساء الأحداث وقدمهم واستحجب جماعةً منهم وجعل يعمل لهم السمط في كل يوم يحضرهم للأكل عنده ويبالغ في تأنيسهم واستمالتهم بكل حال. فلما مضت على ذلك برهة من الزمان أحضر قواده ووجوه أصحابه وتقدم إليهم بالكون على أهبة واستعداد لما يريد استخدامهم وتوقع لما يوصل إليهم من رقاعه المختومة بخاتمه والعمل به. وقسم البلد وكتب إلى كل قائد يذكر الموضع الذي يدخل فيه ويضع السيف في مفسديه ثم رتب في حمام داره مائتي راجل من المغاربة بالسيوف وتقدم إلى المعروف بالناهري العلوي وكان من خواصه وثقاته بأن يراعي حضور رؤساء الأحداث الطعام فإذا أكلوا وقاموا إلى المجلس الذي جرت عادتهم بغسل أيديهم فيه أغلق عليهم بابه وأمر من رتب في الحمام بوضع السيف في أصحابهم. وكان كل رجل منهم يدخل ومعه جماعة من الأحداث معهم السلاح وحضر القوم على رسمهم فبادر جيش بالرقاع إلى قواده وجلس معهم للأكل فلما فرغوا نهض فدخل في حجرته ونهضوا إلى المجلس وأغلق الفراشون بابه وكانت عدتهم اثني عشر رجلاً يقدمهم المعروف بالدهيقين وخرج من بالحمام فوضعوا السيف في أصحابهم فقتلوهم بأسرهم وكانوا تقدير مائتي رجل، وركب القواد ودخلوا البلد وقتلوا فيه قتلاً ذريعاً وثلموا السور من كل جانب وفتحوا أبوابه ورموها وأنزل المغاربة دور الدمشقيين وجرد إلى الغوطة والمرج قائداً يعرف بنصرون وأمره بوضع السيف في من بها من الأحداث فيقال إنه قتل ألف رجل منهم لأنهم كانوا كثيرين. ودخل دمشق فطافها فاستغاث الناس وسألوا العفو والابقاء فكف عنهم ورتب أصحاب المصالح في المحال والمواضع وعاد إلى القصر في وقته فاستدعى الأشراف استدعاء حسن معه ظنهم فيه فلما حضروا أخرج رؤساء الأحداث فضرب رقابهم بين أيديهم وأمر بصلب كل واحد منهم في محلته حتى إذا فرغ من ذلك قبض عليهم وحملهم إلى مصر وأخذ أموالهم ونعمهم ووظف على أهل البلد خمسمائة ألف دينار.

36وجاءه أمر الله تعالى الذي لا يدفع نازله ولا يرد واصله فهلك وكان سبب هلاكه ناسور خرج في سفله ولم يزل يستغيث من الألم ويتمنى الموت ويطلب أن يقتل نفسه فلا يتمكن ولا يمكن ويسئل في قتله فلا يقتل إلى أن هلك على هذه الحال وكانت مدة هذه الولاية والفتنة تسعة شهور وقيل إن عدة من قتل من الأحداث ثلاثة ألف رجل.

37وانتهى الخبر إلى مصر بهلاكه فقلد ولده محمد بن جيش مكانه. وقد استقامت الأمور بمصر والشام واستمال برجوان المشارقة واستدعاهم من البلاد فاجتمع عنده منهم تقدير ثلاثة ألف رجل وكان يواصل النظر في قصر الحاكم نهاره أجمع إلى أن ينتصف الليل ويجاوز الانتصاف ويوفي السياسة حقها وبين يديه ابن أبي العلاء فهد بن إبراهيم من يمشي الأمور ويحسن تنفيذها.

38وراسل برجوان بسيل ملك الروم على لسان ابن أبي العلاء ودعاه إلى المهادنة والموادعة وحمل إليه هدايا سلك فيها سبيل التألف والملاطفة فقابل بسيل ذلك منه بأحسن قبول وتقررت الموادعة عشر سنين وأنفذ بسيل في مقابلة الهدية ما جرت به عادة مثله.

39وصلحت الحال مع العرب وأحسن إلى بني قرة وألزمهم شرائط الطاعة وسير عسكراً إلى برقة وطرابلس الغرب فأخذها وعول في ولايتها على يانس الصقلبي. وكان لفرط إشفاقه على الحاكم يمنعه من الركوب في غير وقت ركوبه والعطاء لغير مستحقه وفعل وذاك يفعله من باب السياسة والحفظ لنفسه وهيبته وماله وهو يسر ذلك في نفسه إنه من الإساءة إليه والتضييق عليه. وكان مع الحاكم خادم يعرف بزيدان الصقلبي وقد خص به وأنس إليه في شكوى ما يشكوه من برجوان إليه واطلاعه على ما يسره في نفسه له وزاد زيدان في الحمل عليه والاغراء به وقال له فيما قال:

إن برجوان يريد أن يجري نفسه مجرى كافور الإخشيدي ويجريك مجرى ولد الإخشيدي في الحجر عليك والأخذ على يدك والصواب أن تقتله وتدبر أمرك منفرداً به.
فقال له الحاكم :
« – إذا كان هذا رأيك والصواب عندك فأريد منك المساعدة عليه.
فبذلها له فلما كان في بعض أيام شهور سنة 389 أشار زيدان على الحاكم بأن ينفذ إلى برجوان في وقت الظهر بعد انصرافه إلى داره وتفرق الناس عنه للركوب إلى الصيد وأن يقف له في البستان الذي داخل القصر فإذا حضر أمر بقتله فأرسل إليه بالركوب وقال :
« – أريد أن ترتب الخدم في جانبي البستان فإني أقف على بابه وأنت بين يدي فإذا حضر برجوان دخلت البستان وتبعني وكنت في أثره فإذا نظرت إليك فأضره بالسكين في ظهره وواقف الخدم أن يضعوا عليه.
فبينما هما في الحديث إذ دخل برجوان فقال للحاكم :
« – يا أمير المؤمنين الحر شديد والبزاة في مثله لا تصيد.
فقال :
صدقت ولكنا ندخل البستان ونطوف فيه ساعةً ونخرج.
وأنفذ برجوان إلى شكر وكان قد ركب بأن يسير مع الموكب إلى المقس والمقس ظاهرة القاهرة ويقف عند القنطرة فإن مولانا يخرج من البستان ويتبعك ففعل ودخل الحاكم البستان وبرجوان خلفه وزيدان بعده وكان برجوان خادماً أبيض اللون تام الخلقة فبدره زيدان فضربه بين أكتافه بسكين اطلعها من صدره فقال :
« – يا مولانا غدرت.
فصاح الحاكم :
« – يا عبيد خذوا رأسه.
وتكاثر الخدم عليه فقتلوه وخرج الخدم الكبار مسرعين على ظهور الخيل إلى الجانب وبغال الموكب والجوارح فردوا جميعها فقال لهم شكر :
– ما السبب في ذلك !
فلم يجيبوه فجاء الناس من هذا الحادث ما لم يكن في الحساب وعاد شكر بالموكب وشهر الجند سيوفهم وهم لا يعلمون ما الخبر غير إنهم خائفون على الحاكم من حيلة تتم عليه من الحسن بن عمار ورجع أكثرهم إلى دورهم فلبسوا سلاحهم ووافوا إلى باب القصر وتميز المغاربة والمشارقة وأحدق شكر ومن معه من الأتراك والمشارقة القصر وعلا على شرف القصر الخدم في أيديهم السيوف والتراس وعظم الأمر واجتمع القواد وشيوخ الدولة وأبو لعلاء الوزير على باب القصر الزمرد. فلما رأى الحاكم زيادة الاختلاط ظهر من منظرة على الباب وسلم على الناس فترجلوا عن دوابهم إلى الأرض وقتلوها بين يديه وضربت البوقات والطبول وفتح باب القصر واستدعى أصحاب الرسايل وسلمت إليهم رقعة قد كتبها الحاكم بيده إلى شكر وأكابر القواد يقول فيها :
« – إنني أنكرت على برجوان أموراً أوجبت قتله فقتلته فألزموا الطاعة وحافظوا على ما فيها في رقابكم من البيعة المأخوذة.
فلما قرئت عليهم قبلوا الأرض وقالوا :
« – الأمر لمولانا.
واستدعى الحسين بن جوهر وكان من شيوخ الدولة فأمره بصرف الناس فصرفهم وعاد الحاكم إلى قصره وكل من القواد إلى داره والنفوس خائفة من فتنة تحدث بين المشارقة والمغاربة وشاع قتل برجوان وركب مسعود الحاكمي إلى داره فقبض على جميع ما فيها من أمواله. وجلس الحاكم وقت العشاء الأخير واستدعى الحسين بن جوهر وأبا العلاء بن فهد بن إبراهيم الوزير وتقدم إليه بإحضار سائر كتاب الدواوين والأعمال ففعل وحضروا وأوصلهم إليه وقال لهم :
« –  إن هذا فهداً كان أمس كاتب برجوان عبدي وهو اليوم وزيري فاسمعوا له وأطيعوا ووفوه شروطه في التقدم عليكم وتوفروا على مراعاة الأعمال وحراسة الأموال.
وقبل فهد الأرض وقبلوها وقالوا :
« – السمع والطاعة لمولانا.
وقال لفهد :
« – أنا حامد لك وراض عنك وهؤلاء الكتاب خدمي فأعرف حقوقهم وأجمل معاملتهم وأحفظ حرمتهم وزد في واجب من يستحق الزيادة بكفايته وأمانته. وتقدم بأن يكتب إلى سائر ولاة البلاد والأعمال بالسبب الواجب لقتل برجوان.
فكتب بما نسخته بعد التصدير وما جرت العادة بمثله في الخطاب :
« – أما بعد فإن برجوان أرضى أمير المؤمنين حيناً فاستعمله ثم أسخطه فقتله وأعلمك أمير المؤمنين ذاك لتعلمه وتجري على سننك الحميد في خدمته ومدهبك الرشيد في طاعته ومناصحته وتسديد ما قبلك من الأمور وطالعه بما يتجدد لديك من أحوال الجمهور إن شاء الله ».

40ونفذت الكتب بذاك واستقامت الأحوال على سنن الصواب وزال ما خيف من الاختلال والاضراب.

Annexe B : récit de l’exécution de Barǧawān par al‑Maqrīzī, Ittiʿāẓ al‑ḥunafāʾ bi‑aḫbār al‑aʾimma al‑fāṭimiyyīn al‑ḫulafāʾ, vol. I, éd. Ǧamāl al‑dīn al‑Šayyāl, Le Caire, al‑Maǧlis al‑aʿlā li‑l‑šuʾūn al‑islāmiyya, Laǧnat iḥyāʾ al‑turāṯ al‑islāmī, 1967, p. 25‑29

41المقريزي، اتعاظ الحنفاء بأخبار الأئمة الفاطميين الخلفاء، تحقيق جمال الدين الشيال، القاهرة، المجلس الأعلى للشئون الإسلامية - لجنة إحياء التراث الإسلامي، 1967، ص 25 – 26.

42وفي سادس عشر من ربيع الآخر أنهد الحاكم إلى برجوان عشية يستدعيه للركوب معه إلى المقس، فجاء بعد بطء وقد ضاق الوقت إلى القصر، ودخل بالموكب ورؤساء الدولة والكتاب إلى الباب الذي يخرج منه الحاكم إلى المقس ؛ فلم يكن بأسرع من خروج عقيق الخادم وهو يصيح : قتل مولاي ؛ وكان عقيق عيناً لبرجوان في القصر وقد جعله على خزاناته الخاصة. فاضطرب الناس وبادروا إلى باب القصر الكبير فوقفوا عنده ؛ وأشرف عليهم الحاكم. وقام زيدان، صاحب المظلة، فصاح بهم : من كان في الطاعة فلينصرف إلى منزله ويبكر إلى القصر المعمور ؛ فانصرف الجميع. وكان قتل برجوان في بستان يعرف بدويرة التين والعناب كان الحاكم فيه مع زيدان. فجاء برجوان ووقف مع زيدان. فسار الحاكم حتى خرج من باب الدويرة، فعاجل زيدان وضرب برجوان بسكين كانت في خفه، وابتدره قوم، وقد أعدوا له السكاكين والخناجر، فقتل مكانه، وحزت رأسه وطرح عليه حائط.

43وسبب ذلك أن برجوان لما بلغ النهاية قصر في الخدمة، واستقل بلذاته وأقبل على سماع الغناء ؛ وكان كثير الطرب شديد الشغف به، فكان يجمع المغنين من الرجال والنساء بداره فيكون معهم كأحدهم، ولا يخرج من داره حتى يمضى صدر من النهار ويتكامل الناس على بابه، فيركب إلى القصر، ولا يمضى إلا ما يختار من غير مشاورة؛ فلما استبد بالأمر تجرد الحاكم للنظر.

44وكان برجوان من استبداده يكثر من الدالة على الحاكم، فحقد عليه أموراً، منها أنه قال بعد قتله إنه كان سيىء الأدب جدا، والله إني لأذكر وقد استدعيته يوما ونحن ركبان فصار إلي ورجله على عنق دابته وبطن خفه قبالة وجهي، فشاغلته بالحديث ولم أره فكرةً في ذلك. وغير ذلك مما يطول شرحه.

45وأنهد الحاكم بعد قتل برجوان فأحضر كاتبه فهد بن إبراهيم في الليل وأمنه، وقال : أنت كاتبي وصاحبك عبدي، وهو كان الواسطة بيني وبينك ؛ وجرت منه أشياء أنكرتها عليه فجازيته عليها بما استوجبه ؛ فكن أنت على رسمك في كتابك آمناً على نفسك ومالك.

46فكانت مدة نظر برجوان سنتين وثمانية أشهر غير يوم واحد. وبرجوان بفتح الباء الموحدة وسكون الراء وفتح الجيم والواو وبعد الألف نون.

47وبكر الناس إلى القصر فوقفوا بالباب، ونزل القائد أبو عبد الله الحسين بن جوهر القائد وحده إلى القصر وأذن للناس، فدخلوا إلى الحضرة، وخرج الحاكم على فرس أشقر، فوقف في صحن القصر قائماً، وزيدان عن يمينه وأبو القاسم الفارقي عن يساره، والناس قيام بين يديه ؛ فقال لهم بنفسه من غير واسطة : إن برجوان عبدي، استخدمته فنصح فأحسنت إليه ؛ ثم أساء في أشياء عملها فقتلته ؛ والآن فأنتم شيوخ دولتي وأشار إلى كتامة وأنتم عندي الآن أفضل مما كنتم فيه مما تقدم. والتفت إلى الأتراك وقال لهم : أنتم تربية العزيز بالله وفي مقام الأولاد، وما لكل أحد عنيد إلا ما يؤثره ويحبه، فكونوا على رسومكم، وامضوا إلى منازلكم، وخذوا على أيدي سفهائكم. فدعوا جميعا وقبلوا الأرض، وانصرفوا.

48وأمر بكتابة سجل أنشأه أبو منصور بن سورين كاتب الإنشاء، قرىء بسائر الجوامع في مصر والقاهرة والجيزة والجزيرة، نصه بعد البسملة :

49من عبد الله ووليه، المنصور أبي علي، الإمام الحاكم بأمر الله، أمير المؤمنين، إلى سائر من شهد الصلاة الجامعة في مساجد القاهرة المعزية ومصر والجزيرة : سلام عليكم معاشر المسلمين المصلين في يومنا هذا في الجوامع، وسائر الناس كافة أجمعين، فإن أمير المؤمنين يحمد إليكم الله الذي لا إله إلا هو، ويسأله أن يصلي على جده محمد خاتم النبيين وسيد المرسلين وعلى أهل بيته الطاهرين. أما بعد ؛ فالحمد لله الذي قال، وقوله الحق المبين : «لَوْ كَانَ فِيهِمَا آلَهِةٌ إِلاَّ اللهُ لَفَسّدَتَا، فَسُبْحَانَ اللهِ رَبِّ الْعَرْش عَمَّا يَصِفُونَ لاَ يُسْأَلُ عَمَّا يَفْعَلُ، وَهُمْ يُسْأَلُون» يحمده أمير المؤمنين على ما أعطاه من خلافته، وجعل إليه فيها دون بريته من الضبط والقبض، والإبرام والنقض. معاشر الناس، إن برجوان كان فيما مضى عبداً ناصحا، أرضى أمير المؤمنين حينا، فاستخدمهم كما يشاء فيما يشاء، وفعل به ما شاء كما سبق في العلوم وجاز عليه في المختوم. قال الله عز وجل : «وَلَوْ بَسَطَ اللهُ الرِّزْقَ لعِبَادِهِ لَبَغَوْا في الأَرْضِ، وَلكِنْ يُنَزِّلُ بِقَدرٍ مِا يَشَاءُ، إِنَّهُ بِعِبَادِهِ خَبِيرٌ بَصِيرٌ» ولقد كان أمير المؤمنين ملكه، فلما أساء ألبسه النقم، لقول الله تعالى : «فَلَمَّا آسَفُونَا انْتَقَمْنَا مِنْهُمُ» وقوله عز وجل : «إِنَّ الإِنْسَانَ لَيَطْغَى»، أن رآه استغنى فحظره أمير المؤمنين عما صبا إليه، ونزعه ما كان فيه ؛ وتمت مشيئة الله عز وجل، ونفذ قضاؤه وتقديره فيه. «وَكَانَ ذَلِكَ في الْكِتَابِ مَسْطُوراً» فأقبلوا معاشر التجار والرعية على معايشكم واشتغلوا بأشغالكم، فهو أعود لشأنكم ؛ ولا تطغوا في أمر أنفسكم فلأمير المؤمنين الرأي فيه وفيكم. فمن كانت له منكم مطالبة أو حاجة فليمض إلى أمير المؤمنين بها، فإنه مباشر ذلك لكم بنفسه، وبابه مفتوح بينكم وبينه. والله «يَخْتَصُّ برَحْمَتِهِ مَنْ يَشَاءُ وَاللهُ ذُو الْفَضْلِ الْعَظِيمِ» وأنتم رعايا أمير المؤمنين المفتحة لها أبواب عدله وإحسانه وفضله. والله يريده فيما يريده ويعتمده من الخير لمن أطاعه من الأنام، والحماية لحمى الإسلام ؛ «عَلَيْهٍ تَوَكَّلْتُ وَإِلَيْهِ أُنِيبُ» والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته. وكتب يوم الجمعة لثلاث بقين من شهر ربيع الآخر سنة تسعين وثلاثمائة. وصلى الله على سيدنا محمد وآله الطيبين الأخيار وسلم تسليما.

50وكتبت سجلات على نسخة واحدة، وأنفذت إلى سائر النواحي والأعمال.

Haut de page

Bibliographie

Instruments de travail

Encyclopaedia of Islam Online (EI Online): New Edition, Leyde, Brill, 1955‑2005 (EI2).

Encyclopaedia of Islam Online (EI Online): Third Edition, 2007‑ (EI3).

Kazimirski, Albert de Biberstein, 1860, Dictionnaire arabe-français, Paris, Maisonneuve et Cie, 2 vol.

Mawrid Reader: Arabic dictionary interface, [en ligne] http://ejtaal.net/aa/.

Sources

Anṭākī (al-), Yaḥyā, Taʾ, al‑maʿrūf bi‑ilat aʾ Ūtīāʾ, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām al‑Tadmurī, Tripoli, Ǧarrūs Press, 1990.

Baudelaire, Charles, 1923, Tableaux parisiens. Deutsche Übertragung mit einem Vorwort über die Aufgabe des Übersetzers von Walter Benjamin, Heidelberg, Verlag von Richard Weißbach, « Die Drucke des Argonautenkreises », 5.

Ḏahabī (al-), Šams al‑dīn, Taʾ al‑islām wa wafāyāt al‑mašāhīr wa‑l‑aʾlām, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām al‑Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑ʿarabī, 1993, 52 vol.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑dīn, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, Le Caire, Dār al‑ḥadīṯ, 2006, 18 vol.

Dawādārī (al‑), Abū Bakr b. ʿAbd Allāh b. Aybak, Kanz al‑durar wa ǧāmiʿ al‑ġurar, Beyrouth, Deutsches Archaeologisches Institut, 1960‑1994, 9 vol.

Ibn al‑ʿAdīm, Zubdat al‑alab fī taʾ alab, éd. Sāmī al‑Dahhān, Damas, PIFD, 1954, 2 vol., éd. Ḫalīl Manūr, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1996.

Ibn al‑ʿAdīm, Buġyat al‑alab fī taʾ alab, éd. Suhayl Zakkār, Damas, 1988, 11 vol.

Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, éd. ʿUmar b. Ġarāma al‑ʿAmrawī, Beyrouth, Dār al‑fikr, 1995‑2000, 80 vol.

Ibn al‑Aṯīr, ʿIzz al‑dīn, al‑Kāmil fī al‑taʾ, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām al‑Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑ʿarabī, 1997, 11 vol.

Ibn al‑Fuwaṭī, Kamal al‑dīn ʿAbd al‑Razzāq, al‑maʿrūf bi‑Ibn al‑Fuwaṭī al‑Šaybānī, [Talī] Maǧmaʿ al‑ādāb fī muʿǧam al‑alqāb, éd. Muḥammad al‑Kāim, Téhéran, Muʾassassat al‑ṭibāʿa wa‑l‑našr, Wizārat al‑ṯaqāfa wa‑l‑iršād al‑islāmī, 1995, 6 vol.

Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Abū al‑Faḍl Aḥmad, Rafʿ al‑ir ʿan quāt Mir, éd. ʿAlī Muḥammad ʿUmar, Le Caire, Maktabat al‑Ḫānǧī, 1998.

Ibn Ḫallikān, Šams al‑dīn Aḥmad, Wafayāt al‑aʿyān wa anbāʾ abnāʾ al‑zamān, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1971‑1994, 7 vol.

Ibn Ḫalṣūn, Kitāb al‑aġiya (Le livre des aliments), éd. et trad. Suzanne Gigandet, Damas, Presses de l’Ifpo, 1996, publié sur OpenEdition Books le 08 avril 2015. [en lignehttp://books.openedition.org/ifpo/5490.

Ibn Kaṯīr, Ismāʿīl, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, Beyrouth, Dār al‑fikr, 1986, 15 vol.

Ibn Muyassar, al‑Muntaqā min Abār Mir li‑Ibn Muyassar. Intaqā‑hu Taqī al‑dīn Amad b. ʿAlī al‑Maqrīzī, éd. Ayman Fuʾād Sayyid, Le Caire, IFAO, 1981.

Ibn al‑Qalānisī, Abū Yaʿlā Ḥamza b. Asad, ayl taʾ Dimašq, ms. University of Oxford, Bodleian, Huntington 125 ; éd. Henry F. Amedroz, History of Damascus, 363‑555 A.H., Leyde, Brill, 1908 ; éd. Suhayl Zakkār, Damas, Dār iḥsān li‑l‑ṭibāʿa wa‑l‑našr, 1983 ; trad. Roger Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154, Damas, IFD, 1952 ; trad. Hamilton Alexander R. Gibb, The Damascus chronicle of the Crusades (selected passages for years 490‑555/1097‑1160), Londres, Luzac, 1932.

Ibn al‑Ṣayrafī, ʿAlī b. Munǧib, al‑Išāra ilā man nāla al‑wizarā, éd. ʿAbd Allāh Muli , BIFAO 25, 1924, p. 49‑112 ; éd. Ayman Fuʾād Sayyid, Le Caire, al‑Dār al‑miṣriyya al‑lubnāniyya, 1990.

Ibn Taġrībirdī, Yūsuf, al‑Nuǧūm al‑zāhira fī mulūk al‑Qāhira, Le Caire, Dār al‑kutub, Wizārat al‑ṯaqāfa wa‑l‑iršād, 1963, 16 vol.

Ibn Ẓāfir, Abār al‑duwal al‑muqaiʿa, éd. André Ferré, Le Caire, IFAO, 1972.

Maqrīzī (al‑), Ṭaqī al‑Dīn, Ittiʿā al‑unafāʾ bi‑abār al‑aʾimma al‑fāimiyyīn al‑ulafāʾ, éd. Ǧamāl al‑dīn al‑Šayyāl (vol. I) et Muḥammad ilmī (vol. II et III), Le Caire, al‑Maǧlis al‑aʿlā li‑l‑šuʾūn al‑islāmiyya, Laǧnat iḥyāʾ al‑turāṯ al‑islāmī, 1967‑1973, réimpr. 1996.

Maqrīzī (al‑), Ṭaqī al‑Dīn, al‑Mawāʿi wa‑l‑iʿtibār bi‑ikr al‑ia wa‑l‑āār, éd. Ayman Fuʾād Sayyid, Londres, Muʾassassat al‑furqān li‑l‑turāṯ al‑islāmī, 2002, 4 vol. ; éd. Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1418 H., 4 vol.

Maqrīzī (al‑), Ṭaqī al‑Dīn, Kitāb al‑Muqaffā al‑kabīr, éd. Muḥammad al‑Yaʾlawī, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1991, 8 vol.

Miskawayh, Abū ʿAlī Aḥmad, et Abū Šuǧāʿ al‑Rūḏrāwarī, Taǧārib al‑umam wa taʿāqub al‑himam, éd. Abū al‑Qāsim Imāmī, Téhéran, Dār Surūš, 2000, réimpr. 2002, 7 vol. (le vol. 7 couvrant les années 369‑393/979‑1002 est la « Continuation » (ayl) du Taǧārib par al‑Rūḏrāwarī).

Musabbiḥī (al‑), Muḥammad b. ʿUbayd Allāh, Abār Mir, éd. Ayman Fuʾād Sayyid et Thierry Bianquis, Le Caire, IFAO, 1978 ; éd. William Millward, Le Caire, al‑Hayʾa al‑miṣriyya al‑ʿāmma li‑l‑kitāb, 1980.

Ṣafadī (al‑), Ṣalāḥ al‑dīn, al‑Wāfī bi‑l‑wafayāt, éd. Aḥmad Arnāʾū et Turkī Muṣṭafā, Beyrouth, Dār iḥyāʾ al‑turāṯ, 2000, 29 vol.

Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Yūsuf b. Qizuġlī, Mirʾat al‑zamān fī tawārī al‑aʿyān, éd. Muḥammad Barakāt et alii, Damas, Dār al‑risāla al‑ʿālamiyya, 2013, 23 vol.

Sulamī (al‑), Alī b. Ṭāhir, Kitāb al‑ǧihād, éd. et trad. Niall Christie, The Book of the Jihad of ʿAli ibn Tahir al‑Sulami (d. 1106), Farham, Surrey, Burlington/Ashgate, 2015.

Études

Amabe Fukuzo 2016, Urban autonomy in medieval Islam. Damascus, Aleppo, Cordoba, Toledo, Valencia and Tunis, Leyde, Boston, Brill.

Anheim Étienne, Chastang Pierre, Mora‑Lebrun Francine et Rochebouet Anne 2015, L’Écriture de l’histoire au Moyen Âge. Contraintes génériques, contraintes documentaires, Paris, Garnier.

Assaad Sadik A., 1974, The Reign of Al‑Hakim bi Amr Allah (386/996‑411/1021): A Political Study, Beyrouth, Arab Institute for Research and Publishing.

Azhari Taef K. 1997, The Saljūqs of Syria during the Crusades, 463‑549 A.H./1070‑1154 A.D., Berlin, Schwarz.

Bacharach Jere L. 1975, « The Career of Muḥammad Ibn Ṭudhj al‑Ikhshīdī, a Tenth Century Governor of Egypt », Speculum 50, p. 586‑612.

Bériac Françoise 1988, Histoire des lépreux au Moyen Âge. Une société d’exclus, Paris, Éditions Imago.

Bianquis Thierry 1985, « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au xie siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », in Castrum 3. Guerre, fortification et habitant dans le monde méditerranéen au Moyen Âge. Actes du colloque de Madrid (24‑27 novembre 1985), Rome, EFR, p. 59‑66.

Bianquis Thierry 1986‑1989, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359‑468/969‑1076). Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, Damas, IFEAD, 2 vol.

Bianquis Thierry 1992, « Le chevalier de la steppe, l’ânier de village, le cavalier de la citadelle, trois personnages de la transition en Syrie au xie siècle », Actes du colloque Bilâd al‑Shâm, Ammân, 1992, t. I [en arabe], p. 429‑444, et t. II [en français], p. 91‑104.

Bianquis Thierry 2003, « Regards clairs des élites, suivisme aveugle des masses, un truisme pour les ʿulamāʾ arabes médiévaux », in Denise Aigle (dir.), Autour du regard : Mélanges Gimaret, Louvain, Paris, Peeters, p. 226‑245.

Bianquis Thierry 2004, « Cavaliers turcs et civils sunnites dans l’historiographie arabe classique », in Véronique Bouillier & Catherine Servan‑Schreiber (éd.), De l’Arabie à l’Himalaya : chemins croisés ; en hommage à Marc Gaborieau, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 335‑355.

Bramoullé David 2010, « Le réseau portuaire du califat fatimide en Méditerranée (969‑1171) : une difficile mise en œuvre », in Damien Coulon, Christophe Picard et Dominique Valérian (dir.), Espaces et réseaux en Méditerranée (viexvie siècle), II, Paris, Bouchène, p. 45‑73.

Bramoullé David 2016, « L’émirat de Barqa et les Fatimides : les enjeux de la navigation en Méditerranée centrale au xisiècle », REMMM 139, p. 51‑70.

Cahen Claude 1965, « Note d’historiographie syrienne : la première partie de l’histoire d’Ibn al‑Qalānisī », in George Makdisi (dir.), Arabic and Islamic studies in honor of Hamilton AR. Gibb, Leyde, Brill, p. 156‑167.

Canard Marius 1961, « Les sources arabes de l’histoire byzantine aux confins des xe et xie siècles », Revue des études byzantines 19, p. 284‑314.

Cheikh‑Moussa Abdallah, Toelle Heidi et Zakharia Katia 1999, « Pour une re‑lecture des textes littéraires arabes : éléments de réflexion », Arabica 46, p. 523‑540.

Cooper John 2014, The Medieval Nile: Route, Navigation, and Landscape in Islamic Egypt, Le Caire, New York, The American University in Cairo Press.

Christie Niall 2014, « Ibn al‑Qalānisī », in Alex Mallett (dir.), Medieval Muslim Historians and the Franks in the Levant, Leyde, Boston, Brill, p. 7‑28.

Ding Leticia 2012, « La réécriture entrelacée. Le Merveilleux dans le Chevalier Silence de Jacques Roubaud », CRMH 23, Pour une poétique de l’exemplum courtois, p. 311‑332.

Garcin Jean‑Claude 1995, États, sociétés et cultures du monde musulman medieval (xexve siècle). Tome I, L’évolution politique et sociale, Paris, PUF.

Demaitre Luke 2007, Leprosy in Premodern Medicine. A Malady of the Whole Body, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Gil Moshe 1997, A History of Palestine, 634‑1009, Cambridge, CUP. 

Ǧīlāwī Nadā ʿAbd al‑Razzāq Maḥmūd 2008, Ibn al‑Qalānisī : sīratu‑hu wa manhaǧu‑hu fī kitābi‑hi Ḏayl taʾrīḫ Dimašq. Dirāsa talīliyya, Bagdad, Dār al‑šuʾūn al‑ṯaqāfiyya.

Goitein Shlomo D. 1983, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, IV, Daily Life, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

Hanna Nelly 1991, Habiter au Caire : la maison moyenne et ses habitants aux xviie et xviiie siècles, Le Caire, IFAO.

Khadduri Majid 1955, War and Peace in the Law of Islam, Baltimore, The John Hopkins Press.

Marsal Florence 2010, Jacques Roubaud. Prose de la mémoire et errance chevaleresque, Rennes, PUR.

Mouton Jean‑Michel 1995, Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides, 468‑549/1076‑1154, Le Caire, IFAO.

Raulet Gérard 2014, « L’atelier du traducteur. Benjamin et les Tableaux parisiens », Revue italienne d’études françaises 4. [En ligne] http://journals.openedition.org/rief/656.

Sanders Paula 1994, Ritual, Politics and the City in Fatimid Cairo, Albany, State University of New York Press.

Sayyid Ayman Fu’ād 2007, al‑Dawla al‑fāimiyya fī Mir. Tafsīr ǧadīd, Le Caire, al‑Hayʾa al‑miṣriyya al‑ʿāmma li‑l‑kitāb [1re éd. 1992].

Yared‑Riachi Mariam 1997, La politique extérieure de la principauté de Damas (468‑549 H /1076‑1154), Damas, IFEAD, 1997.

Van Gelder Geert Jan. H., God’s Banquet: Food in Classical Arabic Literature, New York, Columbia University Press.

Zakharia Katia 1999, « Uways al‑Qaranī, visage d’une légende », Arabica 46, p. 230‑258.

Zouache Abbès 2008, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, Damas, Ifpo.

Zouache Abbès 2009, « Dubays b. Ṣadaqa (m. 529/1135), aventurier de légende. Histoire et fiction dans l’historiographie arabe médiévale (vie/xiie‑viie/xiiie siècles) », Bulletin d’Études Orientales 58, p. 87‑130.

Zouache Abbès 2015, « Les croisades en Orient. Histoire, mémoires », Tabularia « Études » 15, p. 75‑119.

Zouache Abbès 2018, « Compte‑rendu de : Niall Christie (éd. & trad.), The Book of the Jihad of ʿAli ibn Tahir al‑Sulami (d. 1106), Farnham, Survey, Burlington/Ashgate, 2015 », CCM 19, p. 387‑390.

Haut de page

Notes

1 Cette introduction est rédigée par Abbès Zouache.

2 Parue à l’IFEAD en 1986‑1989 en 2 volumes sous le titre Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359‑468/969‑1076). Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, et disponible sur OpenEdition Books à l’adresse suivante : DOI : 10.4000/books.ifpo.6437.

3 « Continuation de l’Histoire de Damas ». Ce titre est celui qu’avait retenu H. F. Amedroz, le premier éditeur de la chronique en 1908. Voir Cahen 1965, p. 164 : « […] le véritable titre attesté tant par le manuscrit que par Sibṭ b. al‑Jauzī, Abū Shāma, Ibn Khallikān, et, en remplaçant “mudhaiyal” par “tadhyīl”, par al‑ʿAẓīmī, est “Dhail al‑Taʾrīkh al‑Dimashqī” qui pourrait se traduire non pas par “suite de l’Histoire de Damas” mais “suite damasquine de l’Histoire” et référer à une œuvre antérieure de n’importe quelle date et quel genre […] ». Il s’agissait, pour Claude Cahen, de montrer ses doutes quant à l’idée émise par H. F. Amedroz suivant laquelle la chronique d’Ibn al‑Qalānisī était une continuation d’une « Histoire » de Hilāl al‑Ṣābī (m. 448/1056). Il est vrai que les auteurs arabes qui citent la chronique d’Ibn al‑Qalānisī se contentent souvent de donner le titre de Taʾ (Histoire). Il n’est pas possible, dans ce bref article, de revenir sur la question épineuse des sources sur lesquelles Ibn al‑Qalānisī s’est appuyé pour rédiger les pages qui portent sur la fin du ive/xe siècle et le ve/xie siècle. Soulignons simplement que malgré l’apport de Canard 1961, Cahen 1965, Bianquis 1986‑1989 et Ǧilāwī 2008, elle n’est toujours pas réglée en ce début de xxie siècle.

4 Le manuscrit unicum conservé (Oxford, Bodleian Library, Huntington 125, 188 folios, daté de 1231 ; très brève description à l’adresse suivante : https://www.fihrist.org.uk/catalog/manuscript_11033) couvre les années 363‑555/973‑1160. Il est amputé des premiers feuillets, de sorte qu’il est impossible de savoir avec certitude quand la chronique débutait.

5 Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XV, p. 191, notice n° 1749. Cette notice, en partie reprise dans celle du Taʾ al‑islām d’al‑Ḏahabī (XXXVIII, p. 158‑159), est la principale source sur la vie d’Ibn al‑Qalānisī. Le travail le plus complet sur cette dernière est celui de Ǧilāwī 2008, en arabe et encore mal diffusé, même s’il est utilisé dans Christie 2014. Voir aussi l’introduction par H. F. Amedroz (1908) et S. Zakkār (1983) de leur édition du ayl taʾ Dimašq.

6 Al‑Ḏahabī, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, XV, p. 150 : « Il mourut en rabīʿ I 555. Je dis : il dépassa les quatre‑vingts ans ». Mais voir al‑Ḏahabī, Taʾ al‑islām, XXXVIII, p. 159 (il meurt à plus de quatre‑vingt‑dix ans). On considère généralement qu’il serait né autour de 465/1073 (voir par exemple Christie 2014, p. 10). La date est possible, mais délicate à affirmer sans conjectures. Noter que selon Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, LXII, p. 9‑10, son fils Naṣr Allāh naquit en 497/1103‑1104 et « mourut le 1 muḥarram 531/29 septembre 1136 alors que son père, le ʿamīd Abū Yaʿlā b. al‑Qalānisī al‑Kātib, était toujours vivant ».

7 Sur ces évènements, voir Mouton 1995 ; Yared‑Riachi 1997 ; Azhari 1997 ; Zouache 2008.

8 Voir Bibliographie.

9 Oxford, Bodleian Library, Huntington 125. Voir supra, note 4.

10 Un manuscrit unicum (Escorial, Cod. 534, 2) conserve une partie des années 414‑415/1023‑1025 du quarantième volume d’une chronique qui paraît avoir remonté aux temps les plus anciens. Le manuscrit comporte une partie littéraire (éd. Ḥusayn Naṣṣar, Le Caire, 1984) et une partie historique qui a fait l’objet de deux éditions, toutes deux parues au Caire à deux ans d’intervalle, l’une par Ayman Fuʾād Sayyid et Thierry Bianquis (1978), l’autre par William Millward (1980).

11 T. Bianquis avait déjà œuvré de son vivant à une telle mise à disposition : il n’avait pas hésité à confier les passages déjà traduits à qui le lui demandait. Mathieu Tillier se chargera quant à lui d’achever la traduction des Abār d’al‑Musabbiḥī.

12 Parfois simplement appelé Bišāra al‑Ḫādim (par Ibn al‑Qalānisī comme par d’autres auteurs arabes comme Ibn al‑ʿAdīm, Zubda, éd. Manṣūr, p. 87). Il fut notamment gouverneur de Tibériade avant d’être envoyé à Damas par le calife fatimide al‑Ḥākim, qui le nomma à nouveau à Tibériade (peut‑être le 4 rabīʿ I 390/14 janvier 1000). Voir la notice biographique que lui consacre Ibn ʿAsākir Taʾ madīnat Dimašq, X, p. 165‑166 ; al‑Maqrīzī, Ittiʿā al‑unafāʾ, I, p. 219 ; Bianquis 1986‑1989, I, passim ; Gil 1997, p. 366 et note 20, p. 368, index p. 925. Noter que comme le souligne T. Bianquis (1986‑1989 I, p. 239), la chronologie de sa carrière est incertaine, les sources différant quant à ses dates de nomination. Ibn ʿAsākir affirme par exemple que l’édit le nommant gouverneur de Damas fut lu à la grande mosquée le 7 raǧab 388/5 juillet 998 alors qu’al‑Maqrīzī le fait entrer dans cette ville avec Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma le 4 raǧab/2 juillet.

13 Ou simplement « Ṣamṣāma », sans article, dans certaines sources arabes. Sur cet homme de pouvoir, qui fut plusieurs fois gouverneur de Damas ainsi que d’autres villes syriennes et dont un portrait généralement très péjoratif est dressé dans les sources narratives, voir Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XII, p. 345‑346 (« Ǧayš b. Muḥammad b. Ṣamṣāma Abū al‑Fatḥ al‑Qāʾid, Ibn Abī Muḥammad al‑Maġribī al‑Kutamī ») ; Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, XVIII, p. 126 (« Ǧayš b. Muḥammad b. Ṣamṣāma ») ; al‑Ḏahabī, Taʾ al‑islām, XXVII, p. 196 et note 2 (nombreuses références citées par l’éditeur) ; al‑Ḏahabī, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, XII, p. 511‑512 (« Ǧayš b. Muḥammad, Ibn Ṣamṣāma, al‑amīr al‑kabīr, ʾib Dimašq, Abū al‑Fatḥ al‑Maġribī ») ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, IV, p. 204 (quelques phrases à l’occasion de sa mort) ; Bianquis 1986‑1989, II, index, s. v.

14 Barǧawān appartenait à l’origine au calife fatimide al‑ʿAzīz (r. 365‑386/975‑996). Il était doté du titre de wāsia (terme renvoyant peu ou prou au pouvoir d’un vizir), et, comme Ibn al‑Qalānisī le raconte, fut assassiné sur ordre du calife al‑Ḥākim. De nombreux auteurs arabes lui consacrent une notice biographique (voir infra, note 52). La plupart sont utilisées et analysées dans Bianquis 1986‑1989, index ; Gil 1997, p. 369 note 22 ; EI2 et surtout EI3, s. v. (par Bernard Lewis et Paul E. Walker).

15 Dans la deuxième partie (« La mainmise fatimide sur la Syrie centrale »), chapitres II (« La minorité d’al‑Ḥākim, la répression des révoltes urbaines en Syrie ») et III (« La prépondérance des tributaires mise en cause »). Même si des textes qui n’étaient alors disponibles qu’à l’état manuscrit ou dans des éditions très partielles ont été depuis publiés (en particulier le Taʾ madīnat Dimašq d’Ibn ʿAsākir, le Mirʾāt al‑zamān de Sibṭ b. al‑Ǧawzī et la Buġyat al‑alab fī taʾ alab d’Ibn al‑ʿAdīm), Damas et la Syrie fatimide demeure l’ouvrage de référence sur cette période.

16 Yaḥyā al‑Anṭākī, Taʾ, p. 240‑243, 245, 249.

17 Voir en particulier Taʾ madīnat Dimašq, X, p. 165‑166 (notice biographique de Bišāra al‑Iḫšīdī) ; LXII, p. 422‑423 (notice biographique de Waḥīd Abū al‑Ġarīb). Ibn ʿAsākir cite ʿAbd al‑Munʿim b. ʿAlī b. al‑Naḥwī dans les deux notices.

18 Al‑Maqrīzī, Ittiʿā al‑unafāʾ, I, p. 291‑292 ; II, p. 12‑18, 25‑30 et passim. D’autres sources sont intéressantes sur les évènements contés par Ibn al‑Qalānisī, en particulier Miskawayh/al‑Rūḏrāwarī, Taǧārib al‑umam, VII, p. 269‑270 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VII, p. 479 ; Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾat al‑zamān, XVIII, p. 160‑161 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al‑aʿyān, I, p. 270‑271 ; al‑Ṣafadī, al‑Wāfī, X, p. 69 ; al‑Ḏahabī, Taʾ al‑islām, XXVII, p. 148. Voir aussi infra, les références citées en notes, ainsi que celles, égyptiennes, énumérées dans Sayyid 2007, note 6 p. 162‑163.

19 Voir Cheikh‑Moussa et alii 1999 ; Zakharia 1999 ; Zouache 2009.

20 Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XV, p. 191, qui souligne que c’était un adīb (sur le sens de ce terme au vie/xiie siècle, voir EI3, « Adab, c », par T. Bauer) qui composa une « Histoire » (Taʾ) ; l’essentiel de la notice est consacré à la citation de vers d’Ibn al‑Qalānisī. Voir aussi Christie 2014.

21 Voir infra, note 40. Voir aussi, sur l’exposé oral, à Damas au début du vie/xiie siècle, d’une œuvre (qui n’était pas à prétention historique), les remarques de Niall Christie en introduction de l’édition du Kitāb al‑ǧihād d’al‑Sulamī (m. 500/1106), p. 5‑8, sur laquelle voir mon compte‑rendu dans Zouache 2018.

22 ayl, fol. 37 v‑28 ; éd. Amedroz, p. 54‑57 ; éd. Zakkār, p. 88‑92.

23 Mais c’était sans compter sur le calife al‑Ḥākim, qui en ordonnant sa mort allait accéder à la maturité : infra, note 61.

24 Ibn al‑Qalānisī n’était en rien original en utilisant ce procédé. Voir en particulier Zouache 2009.

25 Voir mes remarques éparses dans Zouache 2008, en particulier chap. I et V ; Zouache 2009.

26 Ding 2012, en particulier p. 312, s’appuyant sur Marsal 2010, p. 43. Voir aussi les contributions réunies dans Anheim et al. 2015. La parenté du texte d’Ibn al‑Qalānisī (qui fut souvent utilisé par les auteurs postérieurs) avec d’autres textes est évidente. Par exemple, on retrouve les supplications de Ǧayš b. al‑Ṣamṣāma dans les Siyar aʿlām al‑nubalāʾ d’al‑Ḏahabī ou l’Ittiʿā d’al‑Maqrīzī (voir infra, note 50).

27 Par exemple l’opposition ʿadl et son antonyme ulm (infra, note 41) concernant Ǧayš, ou, toujours à son propos, l’utilisation de la racine H L K pour figurer sa mort (infra, note 49).

28 La défense du respect de l’ordre religieux, politique et social est une constante du ayl. Voir Bianquis 1986‑1989, II, p. 573 ; Bianquis 1985, 1992, 2003, 2004 ; Zouache 2015.

29 ayl, fol. 39 ; éd. Amedroz, p. 57 ; éd. Zakkār, p. 93, et la traduction du passage ci‑dessous.

30 Le concept, très souvent discuté et commenté par les traductologues et les philosophes, est exposé par Walter Benjamin dans la préface de sa traduction en allemand des Tableaux parisiens de Charles Baudelaire (Heidelberg, 1923). Voir Raulet 2014.

31 Note de Thierry Bianquis.

32 3 janvier 388/23 décembre 998.

33 Voir Canard 1961 ; Bianquis 1986‑1989, I. Résumé commode des évènements dans Garcin 1995.

34 Éd. Amedroz : « Sulaymān ». Il s’agit du fils du conquérant kutamite de Damas : Bianquis 1986‑1989 I, p. 233.

35 Éd. Amedroz : Falāǧ.

36 Selon al‑Maqrīzī, Ittiʿā, II, p. 43, Abū Tamīm Salmān mourut le 8 ǧumādā II 391/5 mai 1001. Il est cependant possible qu’il ne s’éteignit que l’année suivante. Voir Miskawayh/al‑Rūḏrāwarī, Taǧārib al‑umam, VII, p. 283 ; al‑Anṭākī, Taʾ, p. 240 ; Ibn al‑Qalānisī, ayl, éd. Zakkār, p. 41, 77, 79, 81 et les extraits traduits ci‑après ; Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XXI, p. 460‑461 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VII, p. 365, 477, 481 ; al‑Dawādārī, Kanz al‑durar, VI, p. 195, 271 ; al‑Ḏahabī, Taʾ al‑islām, XXVII, p. 139 (notice très succincte) ; al‑Maqrīzī, Ittiʿā, I, p. 253 ; II, p. 7‑15, 43 ; Bianquis 1986‑1989 I, p. 233 et note 6.

37 Šawwāl 388 : 26 septembre‑24 octobre 988.

38 « Place frontière ».

39 Voir ayl, éd. Zakkār, p. 82‑86, partiellement traduit dans Canard 1961, p. 297‑300.

40 Ce passage, qui n’a guère d’autre utilité que d’exposer le choix fourni de termes dont dispose l’auteur pour décrire le froid, confirme l’impression qu’il s’agit d’une transition à vocation littéraire, entre deux récits, occupant chacun une veillée. La construction du texte incline à penser que celui‑ci avait une destination orale [NdTB].

41 Village situé dans les environs de Damas, au Nord de cette ville.

42 Ou plus simplement « interdire tout abus de pouvoir / oppression / injustice / inéquité » (al‑manʿ alā al‑ulm). Al‑ulm est, comme il était d’usage au Moyen Âge, vu comme l’antonyme d’al‑ʿadl (voir R. Badry & B. Lewis, EI2, s. v. « Ẓulm »).

43 Terme désignant les membres de la milice urbaine de Damas. Voir Bianquis 1986‑1989, I, p. 243‑246, II, p. 671‑673 et index (s. v. « Aḥdāṯ ») ; Zouache 2008, p. 384‑392 (références plus récentes citées note 315 p. 385) ; Amabe 2016 ; M. S. Gordon, EI3, « Aḥdāth ».

44 Éd. Zakkār : al‑Bāhirī al‑ʿAlawī ; éd. Amedroz : al‑Nāhirī al‑ʿAlawī.

45 La scène est un motif assez récurrent dans les textes narratifs arabes médiévaux. L’invitation à un banquet et l’arrestation et/ou l’exécution des invités y est parfois décrite avec une certaine délectation. Voir par exemple Bianquis 1986‑1989, II, index, s. v. « Banquet, banquet‑piège ». Plus généralement, sur les banquets, voir Van Gelder 2000, résumé dans le court article du même auteur « Banquets » de l’EI3.

46 Sic, et non pas al‑Dahāqīn, ce dernier terme renvoyant dès lors à une origine iranienne. Un des manuscrits du Taʾ de Yaḥyā al‑Anṭākī, comportait « al‑Duhatqīn », corrigé par l’éditeur d’après Ibn al‑Qalānisī. Voir Yaḥyā al‑Anṭākī, Taʾ, I, p. 240 et note 5.

47 La Ġūṭa était constituée des terres irriguées et cultivées entourant Damas en aval des gorges de Rabwa, le Marǧ, plus à l’est, formant une zone de pâturage et de culture extensive marquant la transition avec la steppe : voir N. Élisséeff, EI2, s. v. « Ghūṭa ».

48 Al‑muāli fī al‑maāll. Zakkār propose en note 1 p. 89 de lire al‑masāli, « des hommes en armes » [NdTB].

49 Stricto sensu : « leurs cous » (riqāba‑hum).

50 Comme nombre d’autres chroniqueurs (note suivante), Ibn al‑Qalānisī utilise la racine H L K, qui connote la damnation dans l’au‑delà.

51 Zakkār place ici en note 2 p. 89 le récit de la mort de Ǧayš proposé par al‑Maqrīzī dans l’Ittiʿā al‑unafāʾ : « Il était atteint de l’éléphantiasis (ou lèpre tuberculeuse, ǧuām), qui s’étendit jusqu’à faire tomber ses cheveux. Il suintait une humeur de son corps qui devint noir, puis les traits de son visage disparurent. Tout son corps fut infesté de vers et dégagea une puanteur générale. Il criait : Malheur à vous ! Tuez‑mois ! Libérez‑moi ! Cela dura jusqu’à son décès, le dimanche neuf rabīʿ I 390/18 février 1000. Il avait été en poste à Damas seize mois et seize jours » [NdTB]. Voir al‑Maqrīzī, Ittiʿā al‑unafāʾ, II, p. 32‑33. Comparer aussi à Ibn ʿAsākir, Taʾ madīnat Dimašq, XI, p. 345 ; Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, XVIII, p. 126 (il provoquait une telle peur à Damas que les pieux hommes le vouaient aux gémonies, jusqu’au moment où Allāh lui infligea l’éléphantiasis) ; al‑Ḏahabī, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, XII, p. 513 (en partie proche de l’Ittiʿā d’al‑Maqrīzī : « Il disait à ses compagnons, aṣḥāb : Tuez‑moi ! Malheur à vous ! Libérez‑moi de la vie ! »), et l’extrait du même auteur traduit ci‑après, note 52. Sur la traduction du vocable utilisé par al‑Maqrīzī, ǧuām, par « éléphantiasis » ou « lèpre tuberculeuse », voir Kazimirski 1860, I, p. 260 ; Bériac 1988, p. 38, 42 ; Ibn Ḫalṣūn, « Introduction », Kitāb al‑aġiya, [en lignehttp://books.openedition.org/ifpo/5503, § 70 ; Demaitre 2007, p. 86‑99.

52 Voir la correction apportée par l’auteur fol. 39 v [NdTB].

53 Amedroz place à cet endroit, en note 1 p. 54, un texte d’al‑Ḏahabī (m. 748/1348) : « Ibn ʿAsākir rapporte [dans le Taʾ al‑islām] : l’imam Abū al‑Ḥasan b. al‑Musallim m’a rapporté d’après un de ses shaykhs […] qu’Abū Bakr al‑Ḥuramī al‑Zāhid avait surpris une charge de vin destinée à Ǧayš et qu’il l’avait répandue à terre, près de Bayt Lahyā. Il fut convoqué devant Ǧayš qui l’interrogea sur des passages du Coran, du hadith et du fiqh et qui le trouva savant sur ces points. Il inspecta ses moustaches et ses ongles, et les trouva bien taillés. Il fit examiner par quelqu’un son ânesse et il la trouva bien rasée. Il lui dit alors : “Va‑t’en ! Je n’ai pas trouvé chez toi ce dont j’aurais eu besoin pour te condamner”. Lorsque Ǧayš atteignit le stade ultime dans sa maladie de la lèpre, vomissant tout ce qu’il avait dans son ventre au point qu’il demandait à ses compagnons “Tuez‑moi, délivrez‑moi de cette vie !” sous l’effet de la violence de la douleur qui le tenaillait, il leur dit : “J’ai eu une vision : le peuple de Damas tout entier décochait sur moi des flèches, ils manquaient leur cible, sauf un homme dont la flèche m’atteignit. Si je divulguais son nom le peuple de Damas le vénérerait”. Ils comprirent qu’il s’agissait d’Ibn al‑Ḥuramī dont les invocations à Allah contre lui l’avaient atteint. L’ascète vécut encore quarante ans après la mort de Ǧayš » [NdTB].

54 Ou « comme en Syrie », le vocable employé, al‑Šām, pouvant désigner le pays comme la ville de Damas.

55 Les auteurs égyptiens font une description bien moins flatteuse de la conduite des affaires par Barǧawān. Voir Bianquis 1986‑1989, I, p. 249‑253.

56 « Barǧawān fit partir une ambassade comprenant le Patriarche de Jérusalem, Oreste, et son propre secrétaire, Ibn Abī al‑ʿAlāʾ Fahd b. Ibrāhīm, qui, lui, était un copte d’extraction paysanne » : Bianquis 1986‑1989, I, p. 250.

57 Basile II le Bulgaroctone, empereur byzantin de la dynastie macédonienne de 963 à 1025.

58 Le vocable muwādaʿa est ici utilisé comme synonyme de hudna, muhādana, etc., avec un sens général, afin de renvoyer à une cessation d’hostilité pendant une période déterminée. La paix l’emporte alors. Les relations entre les belligérants deviennent pacifiques. Voir Khadduri 1955, p. 163, 203 et passim.

59 Tribu arabe hilalienne.

60 Actuelle al‑Marǧ, au Nord‑Est de la Libye.

61 Abū al‑Ḥasan Yānis al‑Ḫādim al‑Ṣaqlabī al‑ʿAzīzī, personnage important à Fusṭāṭ ‑ Le Caire où, en particulier, il dirigea la police (mutawallī al‑šura) et aurait laissé son nom à une āra (al‑āra al‑yānisiyya). Voir surtout al‑Maqrīzī, Ittiʿā, II, p. 5, 17, 34, 269 et passim ; al‑Maqrīzī, ia, éd. Beyrouth, II, p. 252 ; III, p. 32, 342 ; Bianquis 1986‑1989, I, p. 208, 250, 268 ; Sayyid 1992/2007, p. 85 ; Bramoullé 2016, p. 57.

62 Ainsi qu’il a déjà été souligné en introduction, ces quelques phrases assez laconiques constituent une transition vers un nouveau cycle narratif, centré sur la mort de Barǧawān et l’accession d’al‑Ḥākim à la maturité. Comparer le récit qui suit à celui, certes assez proche de celui d’Ibn al‑Qalānisī mais non sans compter des informations originales, proposé par al‑Maqrīzī, Ittiʿā, II, p. 25‑26, reproduit en Annexe B. Voir aussi Miskawayh/al‑Rūḏrāwarī, Taǧārib, VII, p. 273‑275 ; Ibn al‑Ṣayrafī, al‑Išāra, éd. Muḫiṣ, p. 85‑86 ; éd. Sayyid, p. 57‑58 ; Ibn Muyassar, Abār Mir, p. 181 ; Ibn Ẓāfir, Abār, p. 60 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, p. 270‑271 ; al‑Dawādārī, Kanz, XVIII, p. 160‑161 ; al‑Maqrīzī, ia, II, p. 4. Bianquis 1986‑1989, I, p. 167‑168, reconstitue et analyse l’exécution de Barǧawān d’après les différentes versions des principales sources arabes. Il montre que « par cet acte, le jeune imam se proclama adulte ».

63 Éd. Amedroz, p. 55 : wa al‑ʿaāʾ li‑ġayr mustaaqqi‑hi ; éd. Zakkār : wa al‑ʿaāʾ li‑ġayr mustaaqqa [NdTB].

64 Abū al‑Faḍl Zaydān al‑Ṣaqlabī al‑ʿAzīzī (m. en ḏū al‑ḥiǧǧa 393/octobre 1003 selon al‑Maqrīzī), qui fut au service la demi‑sœur d’al‑Ḥākim, Sitt al‑Mulk (m. 415/1024‑1025) et āib al‑mialla (Porte‑parasol) des califes fatimides al‑ʿAzīz et al‑Ḥākim, est le plus souvent nommé Raydān al‑Ṣaqlabī par les auteurs arabes. Comme Yānis al‑Ṣaqlabī, il marqua la topographie cairote et fut gouverneur de Barqa (sans doute nommé deux ans après Yānis). Selon al‑Maqrīzī, « al‑Raydāniyya était un jardin de Raydān al‑Ṣaqlabī, l’un des eunuques d’al‑ʿAzīz bi‑Llāh Nizār b. al‑Muʿizz », à l’extérieur des murailles de Fusṭāṭ ‑ Le Caire. Voir aussi Ibn Ḫallikān, Wafayāt I, p. 279 ; V, p. 375 ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm IV, p. 123 ; al‑Ṣafadī, al‑Wāfī, X, p. 69 ; al‑Maqrīzī, Ittiʿā, I, p. 90, 291 ; II, p. 2, 9 et passim ; al‑Maqrīzī, ia, III, p. 248 ; Bianquis 1986‑1989 I, p. 252, 253 ; Bramoullé 2016, p. 57.

65 L’eunuque noir Abū al‑Misk Kāfūr al‑Iḫšīdī, d’abord maître du pouvoir en Égypte en tant que régent des fils du Muḥammad b. Ṭuġǧ al‑Iḫšidī (m. 334/946), devint souverain indépendant de 355/966 à 357/968. Voir Bacharach 1975 ; EI2, s. v. (par A. S. Ehrenkreutz).

66 Voir les commentaires (ainsi que les références citées en note) dans Assaad 1974, p. 66‑67.

67 Dans la plupart des sources, en rabīʿ II 390/mars‑avril 1000 [NdTB]. Dans Damas et la Syrie sous la domination fatimide (voir supra, note 49), T. Bianquis avait choisi de retenir que « selon les sources, le meurtre eut lieu le 16 ou 25 rabīʿ II 390/mars‑avril 1000 ». Outre les 16 rabīʿ II 390/26 mars 1000 et 25 rabīʿ II 390/4 avril 1000 (en particulier Yaḥyā al‑Anṭākī, Taʾ, p. 249), on trouve les dates du 26 ou du 27 rabīʿ II 390/5 ou 6 avril 1000 (Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, p. 270 ; Ibn Muyassar, Abār Mir, p. 381, qui parle de la nuit). Al‑Dawādārī, Kanz, VI, p. 265, se contente d’un vague « en 389 » de l’hégire ; al‑Ḏahabī, Taʾ al‑islām, XXVII, p. 196, évoque mi‑ǧumādā I 390/fin avril 1000. D’autres auteurs ne prennent pas même la peine de dater l’évènement, tel Ibn Kaṯīr, Bidāya, XI, p. 327, 375. Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, p. 270, souligne l’incertitude quant aux dates avancées (outre le 26 rabīʿ II, il évoque mi‑ǧumādā I).

68 La prière de la mi‑journée [NdTB].

69 Šukr al‑ʿAḍūdī, un proche compagnon de Barǧawān.

70 Port et arsenal sur le Nil, à l’ouest du Caire, créé après la fondation du Caire en 969. Voir Cooper 2014, p. 193 et les cartes de Sanders 1994, p. 190, ainsi que Bramoullé 2010, p. 59.

71 Le plus souvent, les auteurs arabes situent simplement la mise à mort « dans le palais du Caire » (ainsi Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, p. 270, et al‑Ṣafadī, al‑Wāfī, X, p. 69). Selon al‑Maqrīzī, Ittiʿā, II, p. 25, il eut lieu dans un « jardin (bustān) appelé Duwayra où on trouvait des figues et des jujubes (ʿunnāb), et où al‑Ḥākim se trouvait avec Zaydān ». Le mot duwayra renvoie généralement à une maisonnette rurale, mais aussi à une propriété de villégiature et, dans un autre contexte, à un établissement soufi (voir Goitein 1983, p. 56‑57 ; Hanna 1991, p. 68).

72 Dans tout le passage, l’auteur utilise le terme ādim/adam, qui peut se traduire par le terme vague de « serviteur » mais qui en général signifie plus précisément « serviteur-eunuque » [NdTB].

73 Le cortège qui devait accompagner al‑Ḥākim à la chasse était très long à rassembler et à ordonner. Dès lors, on le formait bien avant que le jeune imam soit prêt au départ [NdTB].

74 Amīn al‑dawla Abū Muḥammad Ḥasan b. ʿAmmār, officier kutamite parvenu au sommet de l’État fatimide en šawwāl 386/octobre 996 et dont les auteurs arabes racontent qu’une rumeur lui attribuait la volonté d’assassiner le calife. Ce dernier l’avait destitué et attribué ses fonctions à Barǧawān le 27 šaʿbān 387/4 septembre 997 (destitution) et le 27 ramaḏān/22 septembre de la même année (attribution). Voir Bianquis 1986‑1989, I, p. 62, 219, 222‑231 et index, s. v. 

75 D’autres versions laissent entendre qu’al‑Ḥākim, désorienté et choqué par l’assassinat auquel il venait d’assister, fut poussé par Raydān/Zaydān al‑Ṣaqlabī à se présenter à la foule.

76 Abū ʿAbd Allāh al‑Ḥusayn b. Ǧawhar (m. 401/1010) était souvent désigné comme ʾid al‑quwwād ; voir Bianquis 1986‑1989, I, p. 254 : « Al‑Ḥākim confia la direction de l’administration civile au secrétaire de Barǧawān, Fahd b. Ibrāhīm, le faisant vizir sans lui accorder le titre. Le chef de l’administration militaire était le grand ʾid, al‑Ḥusayn b. Ǧawhar, personnage falot qui semblait écrasé par le souvenir du grand homme qu’avait été son père. Il avait préséance sur Fahd […] mais en réalité n’exerçait aucun pouvoir et se contentait de figurer dans les cérémonies où le protocole exigeait sa présence ». Aux références aux sources arabes citées note 4, ajouter Miskawayh/al‑Rūḏrāwarī, Taǧārib al‑umam, VII, p. 274, 276 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VII, p. 481 ; Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Rafʿ al‑ir, p. 248 ; Ibn al‑Fuwaṭī, Maǧmaʿ al‑ādāb, III, 324 (cite un extrait de Hilāl al‑Ṣābī) ; al‑Maqrīzī, ia, IV, p. 74‑75.

77 La prière du début de la nuit.

78 Al‑tadīr, introduction d’une lettre officielle dans laquelle le destinataire et l’expéditeur sont désignés avec l’ensemble de leurs noms et de leurs titres et où leurs rapports réciproques de souveraineté et d’allégeance sont définis. Cette partie est distinguée du contenu informatif ou normatif de la lettre par l’expression stéréotypée ammā baʿd, traduite ici par « ceci ayant été dit... » [NdTB].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Bianquis et Abbès Zouache, « Heurs et malheurs du pouvoir fatimide
pendant l’année 388/998‑999 »
Bulletin d’études orientales, LXVI | 2018, 157-181.

Référence électronique

Thierry Bianquis et Abbès Zouache, « Heurs et malheurs du pouvoir fatimide
pendant l’année 388/998‑999 »
Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/beo/5737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.5737

Haut de page

Auteurs

Thierry Bianquis

Université Lumière Lyon 2, UMR 5648 – CIHAM
 

Abbès Zouache

CNRS, USR 3141 – CEFAS et UMR 5648 – CIHAM
abbes.zouache@cefas.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search