Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Études

De l’hypothèse fatimide à l’évidence seldjoukide

Des traces matérielles des xiexiie siècles à Raḥba-Mayādīn (Syrie)
Marie‑Odile Rousset
p. 197-226

Résumés

En 1976, Thierry Bianquis accepta de co-diriger les fouilles de Raḥba-Mayādīn. Il souhaitait notamment découvrir si les Fatimides, bien qu’ayant eu un pouvoir effectif assez bref sur Raḥba, avaient laissé des traces matérielles de leur domination dans les confins orientaux de leur empire. La réponse à cette question s’est avérée négative. En revanche, la documentation issue des fouilles a permis de mettre en évidence certaines caractéristiques du peuplement de la vallée de l’Euphrate aux xie-xiie siècles, période très mal connue car peu représentée dans l’archéologie et les monuments syriens. À ce moment-là, l’architecture domestique et la production céramique de Raḥba sont particulières. Elles dénotent une forte influence de l’Iran oriental qui pourrait être la trace, dans la culture matérielle, de l’arrivée voire de la fixation des Seldjouqides dans la région.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Mayādīn et Raḥba
Raḥba, de l’indépendance à l’arrivée des Seldjoukides
Le plan de la ville
Un habitat particulier
Un atelier de céramiques glaçurées
Les ratés de cuisson
Les productions
Glaçures et décor incisé
Glaçures à décor peint à l’engobe
Glaçure à décor peint en vert et brun
Datation
Modèles et diffusion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Lorsque Thierry Bianquis décida de co‑diriger les fouilles de Raḥba‑Mayādīn avec Qassem Toueir, en 1976, l’une de ses motivations était la possibilité de découvrir si les Fatimides, bien qu’ayant eu un pouvoir effectif assez bref (quelques années seulement) sur Raḥba avaient laissé des traces matérielles de leur domination dans les confins orientaux de leur empire. Après quelques années de terrain, le caractère aléatoire et fastidieux de la recherche archéologique n’avait laissé que peu d’illusions à T. Bianquis sur l’apport de la discipline à l’étude de cette question. En revanche, son exploitation des sources écrites avait mis en évidence le fort impact sur la politique régionale d’une dynastie jusque‑là peu connue, celle des Mirdāsides, qui a gouverné Raḥba et sa région entre 1009 et 1067 .

La fouille de Raḥba-Mayādīn reste encore de nos jours une référence pour la connaissance des périodes s’étalant entre le ixe et le xive siècle dans la moyenne vallée de l’Euphrate. Sa contribut...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie‑Odile Rousset, « De l’hypothèse fatimide à l’évidence seldjoukide », Bulletin d’études orientales, XLVI | 2018, 197-226.

Référence électronique

Marie‑Odile Rousset, « De l’hypothèse fatimide à l’évidence seldjoukide », Bulletin d’études orientales [En ligne], XLVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/beo/5935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.5935

Haut de page

Auteur

Marie‑Odile Rousset

CNRS, UMR 5133 – Archéorient
marie-odile.rousset@mom.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page