Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIDossier thématiqueÉtudesAḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. apr. ...

Dossier thématique
Études

Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. apr. 926/1520) : l’homme et son œuvre, d’après les marques extratextuelles des manuscrits qui la conservent

Abbès Zouache
p. 227-254

Résumés

Cet article traite de la vie et l’œuvre d’Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī. Il s’appuie essentiellement sur les marques extratextuelles des manuscrits conservés dans différentes bibliothèques. Il apparaît qu’al‑Ḥarīrī vécut probablement à Damas ou dans une cité libanaise à la fin du ixe/xve siècle et au début du xe/xvie siècle, et qu’il avait des liens avec le Liban, en particulier avec la région du Chouf, qui était dominée par les Druzes. Il mourut après 926/1520 et est l’auteur de trois livres. Le premier, le Kitāb Muntaab al‑zamān fī taʾrī al‑ulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān, traite de l’histoire des califats. Le second, le Kitāb ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qia al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑salāfiyya, qui est inédit, est un ouvrage de cosmographie et de géographie. Le troisième, intitulé le Kitāb al‑Iʿlām wa‑l‑tabyīn fī urūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā bilād al‑muslimīn, est une histoire abrégée des croisades qui résume le Muntaab al‑zamān.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bianquis 1986‑1989, p. XVII. Voir aussi Bianquis 1995.
  • 2 Je tiens à remercier Frédéric Imbert (Beyrouth), Mohammed Saïd (Koweït City), Mohammed Ibrahim (Le  (...)

1Thierry Bianquis déplorait souvent que, pris par d’autres tâches ou peu soucieux de le faire, les historiens de l’Orient arabe ne consacrassent pas plus de temps à la patiente analyse des textes historiques médiévaux que le passé avait bien voulu nous léguer. Il faisait alors volontiers référence aux grands orientalistes français qui, de Sylvestre de Sacy à Claude Cahen, avaient contribué à faire découvrir aux lecteurs occidentaux la richesse et la diversité de la production historique arabe médiévale. Les travaux de ces savants, rappelait‑il, constituaient autant d’étais sur lesquels tout médiéviste arabisant pouvait s’appuyer pour peu qu’il veillât à essayer de comprendre, au préalable, comment les historiens arabes avaient élaboré le « discours sur leur passé » 1. À ses yeux, seul un rapport direct, permanent et approfondi avec les auteurs arabes et un effort constant de contextualisation de leurs écrits permettait d’éviter d’élaborer les schémas d’interprétation du passé simplistes et erronés qui continuaient à faire foison chez les vulgarisateurs conscients ou inconscients de l’image d’un Orient immuable léguée par les littérateurs européens du xixe siècle. C’est pourquoi il m’a paru tout naturel, dans ce volume d’hommages, de m’attacher à un historien arabe dont le parcours est tout aussi méconnu que son œuvre 2.

  • 3 Cet article, qui est achevé, s’intitule : « La fabrique de l’histoire. Culture historique et méthod (...)
  • 4 Ce troisième article sera intitulé : « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. ap. 926/1520), historien des cro (...)
  • 5 Cahen 1983, à propos duquel voir Zouache 2015. Noter que Thierry Bianquis considérait les croisades (...)
  • 6 Zouache 2015.

2Cet homme, al‑Ḥarīrī, dont nous savons simplement avec quelque certitude qu’il était vivant avant 926/1520, n’a jusqu’ici guère suscité l’attention des chercheurs. Il faut dire qu’il semble avoir été l’un de ces nombreux historiens arabes qui ne marquèrent pas vraiment leur temps par leur érudition et dont nous appréhendons encore mal la culture historique et les méthodes de travail. Je me suis rapidement rendu compte, au fil de la rédaction de l’étude que j’avais décidé de lui consacrer, qu’elle allait très largement dépasser le nombre de pages susceptibles d’être publiées dans un volume d’hommages. J’ai dès lors choisi de la scinder en trois articles. Le premier vise simplement à reconstituer son milieu de vie et à présenter son œuvre. Le deuxième ambitionnera de comprendre comment il concevait et fabriquait l’histoire 3. Enfin, un troisième article sera spécifiquement consacré à l’un de ses ouvrages, le Kitāb al‑iʿlām wa‑l‑tabyīn fī urūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā bilād al‑muslimīn (« Livre de l’instruction et de l’explication quant à l’invasion des pays des musulmans par les maudits Francs »), qui témoigne de l’intérêt que les croisades et les États latins d’Orient continuaient à susciter, au Proche‑Orient, alors que le sultanat mamelouk venait de disparaître et qu’un nouveau pouvoir, ottoman, lui succédait 4. En effet, l’Iʿlām confirme que contrairement à une idée longtemps répandue, la croisade n’y fut en rien un épiphénomène vite oublié après la prise de Saint‑Jean d’Acre par les Mamelouks en 1291 5. Au contraire, ainsi que je l’ai soutenu ailleurs, elle se mua en souvenir et s’ancra dans les mémoires 6.

  • 7 Parmi ses contemporains, ni Ibn al‑Ḥimṣī (m. 934/1527), ni Ibn Ṭūlūn (m. 953/1546), ni al‑Nuʿaymī ( (...)
  • 8 La Spisa 2012, p. 194.

3Il n’est pas aisé de reconstituer, même sommairement, le parcours d’un homme qui ne laissa d’autre trace dans l’histoire que les chroniques qu’il rédigea – qui plus est, il n’y écrit rien sur sa propre vie. En effet, al‑Ḥarīrī ne semble avoir intéressé ni ses contemporains, ni les historiens arabes postérieurs – pas même ceux dont il est presque certain qu’ils le lurent et l’utilisèrent 7. Dès lors, je m’appuierai essentiellement sur les manuscrits de ses œuvres auxquels j’ai pu avoir accès : ils comportent des marques extratextuelles qui permettent de rendre plus solides les hypothèses que l’impression laissée par la seule lecture de ses livres peut conduire à formuler. Lorsque j’ai reproduit et/ou traduit ces marques ainsi que des extraits de ses chroniques, je me suis fixé une règle simple : transcrire le plus fidèlement possible les textes en respectant la langue et les graphies restituées par le copiste. Je me suis donc abstenu de corriger ce que les éditeurs et traducteurs de textes médiévaux ont longtemps considéré comme des erreurs grammaticales ou de vocalisation, qu’ils appréhendaient comme « une forme altérée » d’une langue classique attribuée arbitrairement à des « copistes maîtrisant mal les règles » 8. Sauf absolue nécessité liée à une difficulté de compréhension, je n’ai pas même cédé à la tentation de compléter un texte déficient ou amputé en utilisant des parenthèses ou des crochets.

Muntaḫab al‑zamān fī taʾrīḫ al‑ḫulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān

  • 9 Ms. Beyrouth, Bibliothèque Orientale de l’université Saint‑Joseph, n° 078, fol. 1. Titre un peu dif (...)
  • 10 Ms. Beyrouth, Bibliothèque Orientale de l’université Saint‑Joseph, n° 078, fol. 1. Titre un peu dif (...)
  • 11 Noter qu’il utilise des formules dont faisaient usage certains des historiens sur lesquels il s’app (...)

4Trois ouvrages peuvent être attribués à al‑Ḥarīrī. Le premier est une histoire générale des califats dont les passages conservés concernent essentiellement le Proche‑Orient arabe et musulman (Bilād al‑Šām, Égypte et Iraq). Il est intitulé Kitāb Muntaab al‑zamān fī taʾ al‑ulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān (« Morceaux choisis du temps sur l’histoire des califes, des oulémas et des notables ») 9. Si nous en croyons al‑Ḥarīrī lui‑même, le Muntaab aurait initialement comporté deux parties et se serait étendu jusqu’à son époque 10. La première affirmation est corroborée par les nombreux renvois, dans les passages qui nous sont parvenus, à l’une ou l’autre de ces deux parties 11. En revanche, il est pour l’heure impossible d’étayer la seconde affirmation : aucun de ces passages ne porte sur les premières décennies du xe/xvie siècle, pendant lesquelles al Ḥarīrī était incontestablement vivant.

  • 12 Édition publiée en 1993‑1995 à Beyrouth par Dār Ištār. Désormais citée : Muntaab-Ḫalīfa.
  • 13 Maʿhad al‑maḫṭūṭāt al‑ʿarabiyya bi‑l‑Qāhira, n° 108 al‑Ta’rī, 223 fol. (230 semble‑t‑il à l’origin (...)
  • 14 Al‑Taymuriyya, n° 2405. Je n’ai pu avoir accès à ce microfilm qui, après plusieurs demandes, m’a ét (...)

5En effet, le Muntaab est conservé dans trois manuscrits qui sont tous partiels et non datés. Deux d’entre eux étaient connus d’Iġnāṭiyūs ʿAbduh Ḫalīfa qui en publia, à la fin du xxe siècle, une édition certes seulement en partie critique, mais tout de même utile vu la difficulté à avoir aujourd’hui accès à ces manuscrits 12. En revanche, il ne semble pas avoir eu connaissance d’un manuscrit conservé au Vatican dont le premier feuillet comporte simplement la mention Taʾ al‑arīrī (fig. 1 et 2) et dont une reproduction microfilmée est conservée à l’Institut des manuscrits arabes du Caire 13. Amputé de ses derniers feuillets et peu lisible, ce microfilm est sans doute une copie d’un autre microfilm détenu par la Bibliothèque nationale égyptienne (Dār al‑kutub wa‑l‑waṯāʾiq al‑miṣriyya) 14. Il couvre les années 704/1304‑1305 à 752/1351‑1352.

  • 15 Muntaab-Ḫalīfa, p. 13. En fait, il est très probable que le Muntaab fut achevé dans les premières (...)
  • 16 Sohag, Maktabat Rifāʿa Rāfiʿ al‑Ṭahṭāwī, n° 25 Ta’rī et 169 fol. d’après Zaydān 1998, p. 975 ; n°  (...)
  • 17 Al‑Ḥarīrī, Muntaab, ms. Sohag, fol. 9 ; Muntaab-alīfa, p. 26. Je n’ai pas trouvé trace de cette (...)

6Le deuxième manuscrit, daté sans explication et sans doute par erreur par Iġnāṭiyūs ʿAbduh Ḫalīfa du ixe siècle de l’hégire 15, se trouve à Sohag (Égypte) 16. Il est amputé des premiers et des derniers feuillets et ne comporte pas de nom d’auteur. Le texte débute par la vie du prophète Muḥammad et s’achève par le règne du dernier calife abbasside de Bagdad, al‑Muʿtaṣim (r. 640‑656/1247‑1258). Al‑Ḥarīrī expose son projet après l’entrée en matière. Il explique qu’après avoir lu et constaté les manques d’un ouvrage aujourd’hui disparu, le Kitāb ʿUmdat al‑urafāʾ fī abār al‑ulafāʾ du shaykh Šams al‑dīn Muḥammad b. Aḥmad al‑Zamlakānī al‑Anṣārī al‑Šāfiʿī, il décida de s’en inspirer et de le compléter en réunissant une documentation plus vaste sur « les califes, les princes (al‑mulūk), les émirs, les notables (al‑aʿyān), les vizirs, les oulémas et les poètes » 17.

  • 18 Reproduites dans Muntaab-alīfa, p. 13. Les marques sont datées de 1221/1806‑1807, 1222/1807‑1808, (...)
  • 19 Al‑Ḥarīrī, Muntaab, ms. Sohag, fol. 95 ; Muntaab-Ḫalīfa, p. 85. Texte d’al‑Ḥarīrī :
  • 20 Al‑Būrīnī est l’auteur d’un dictionnaire biographique intitulé Tarāǧim al‑aʿyān min abnā’ al‑zamān. (...)

7Plusieurs marques de lecture et de possession succinctes datant du xixe siècle émaillent les premiers feuillets de ce manuscrit 18. A priori peu utiles dans la mesure où les individus évoqués ne sont pas identifiés, elles n’en confirment pas moins que le Muntaab suscitait un certain intérêt plusieurs siècles après avoir été rédigé. Une annotation, située dans la marge du texte et faisant état des travers du calife omeyyade al‑Walīd (II) b. Yazīd b. ʿAbd al‑Malik (r. 125‑126/743‑744) 19, est plus intéressante en ce qu’elle est signée « al‑Ḥasan al‑Būrīnī » (m. 1024/1615), qui pourrait être un étudiant et biographe damascène du mufti shaféite de Damas Badr al‑dīn Muḥammad al‑Ġazzī (m. 984/1577) 20.

  • 21 196 fol., succinctement décrit par Cheikho 1929, p. 258‑259, qui révèle que le manuscrit appartenai (...)

8Le troisième manuscrit qui conserve le Muntaab est en possession de la Bibliothèque Orientale de l’université Saint‑Joseph de Beyrouth (BO n° 078) 21. Il ne comporte ni marque de lecture ou de possession, ni colophon. A priori, il comportait initialement la deuxième partie de la chronique : le texte préservé débute par le califat fatimide et s’achève brutalement par le récit des événements les plus marquants s’étant déroulés en Orient pendant la première décennie du viiie/xive siècle.

  • 22 Muntaab, ms. Beyrouth, BO n° 078, fol. 1. Les mots peu lisibles car en partie effacés sont placés (...)

9Le premier feuillet livre le titre et le nom de l’auteur (fig. 322 :

  • 23 Inversion de l’ordre des mots, sans doute par le copiste. Lire : الجزء الثاني من كتاب منتخب...
  • 24 Voir infra, le texte reproduit note 31, où al‑Ḥarīrī utilise l’expression ilā waqti‑nā.
  • 25 L’encre étant en partie effacée, la lecture est incertaine et ne me satisfait guère. Iġnāṭiyūs ʿAbd (...)
  • 26 Adaptation de Cor. 3, 173‑174 (Ᾱl ʿImrān) ; Cor. 9, 59 (al‑Tawba) ; Cor 39, 38 (al‑Zumar).

1- بسم الحي الأزلي السرمدي الدي لا يدرك وهو
2- بدو وينبوع كل خير به نبتدي بنسخ الجزء من كتاب
3- الثاني 23 منتخب الزمان في تاريخ الخلفا والعلما والاعيان
4- [يشتمل ؟] على تاريخ الخلفا المصريين الفاطميين وبني أيوب
5- والاتراك الي [يومنا 24] هدا علي سبيل الاختصار دون الاسهاب
6- والاكتار تصنيف الفقير الي الله تعالى احمد ابن علي ابن [المعروف/المعروفي 25 ؟] احمد ابن الحريري عفا الله عنه وهو حسبي ونعم الوكيل 26

  • 27 Sur les noms de Dieu, voir Gimaret 1988.

1. Au nom du Vivant, l’Éternel dans le passé, l’Éternel dans le futur, Celui qui est inaccessible,
2. est à l’origine [de toute chose] et est le principe de tout bien 27. Nous débutons la copie de la deuxième partie du Kitāb Muntaab al‑zamān fī taʾrī al‑ulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān,
3. [qui traite] de l’histoire des califes – égyptiens fatimides, ayyoubides et
4. turcs – jusqu’à [nos jours], cela en empruntant la voie du résumé, et non celle des longueurs
5. et de l’accumulation. Il fut composé par le pauvre envers Dieu Très‑Haut Aḥmad b. ʿAlī b. [al‑maʿrūf/al‑Maʿrūfī ?] Aḥmad b. al‑Ḥarīrī, que Dieu lui accorde son pardon. Il me suffit et quel excellent protecteur il est !

ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qiṣaṣ al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑sālifīn

  • 28 Princeton, Princeton University Library, Garrett, ms. n° 561Y, 109 fol. Description succincte du ma (...)
  • 29 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fol. 1. Au haut de ce même feuillet, une main a écrit (sans dout (...)

10Les extraits du Muntaab que ces manuscrits conservent laissent penser qu’al‑Ḥarīrī le scinda d’abord en deux parties distinctes. Cependant, il fit ensuite évoluer son projet, comme le révèle un ouvrage traitant de cosmographie, de géographie et d’histoire préislamique qui peut, sans conteste, lui être attribué. Cet ouvrage est préservé dans un manuscrit unicum encore inédit d’écriture soignée détenu par l’université de Princeton 28. Comme le montre le titre (fol. 1), il s’agit d’un manuscrit autographe (fig. 4 : A29 :

1. أَلجُزْءُ اَلْأَوَّل مِن مُنْتَخَبِ اَلْزَّمَان
2. فِى تاريخ بَدو العَالَم وَالانبيَا وَالخُلفَاء
3. وَالاعيَان تَصْنِيف كَاتِبُه
4. الفَقِير الَى الله تعَالَى
5. احمَد ابن عَلى الحَريرى
6. الشرفى عفَا اللهُ ُ
7. عَنه

1. Première partie des Morceaux choisis du temps
2. concernant l’histoire du commencement du monde, des prophètes, des califes
3. et des notables, composé par son auteur,
4. le pauvre envers Dieu le Très‑Haut
5. Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī
6.‑7. al‑Šarafī, que Dieu lui pardonne !

  • 30 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fol. 109.

11Al‑Ḥarīrī décida donc de compléter le Muntaab. D’ailleurs, le manuscrit s’achève ainsi (fig. 5 : A30 :

1. هَذا اخر الجزء الاول من كتَاب المنتخب ولنبتَدى فىِ
2. الجزء الثَانى من مَولد النَّبى صَلى الله عَليْهِ وسَلم وسيرته
3. ان شَا الله تَعالَى وَالحَمدُ لله تَعالَى وَحْدَهُ
4. وَصَلَّى الله عَلى سَيدنا محمّدٍ وَاله وَصَحبهِ
5. وسَلم

1. Ceci est la fin de la première partie du Kitāb al‑Muntaab. Nous commencerons
2. la seconde partie par la naissance du Prophète – que Dieu le bénisse et le protège – et par sa biographie,
3. si Dieu Très‑Haut le désire. Gloire à Dieu Très‑Haut, l’Unique !
4. Que bénisse notre seigneur Muḥammad, sa famille et ses compagnons,
5. et les protège.

12Le colophon (fol. 109), où il est rappelé que la copie fut réalisée par l’auteur, livre aussi sa date (fig. 5 : B) :

1. وكان الفراغ من نسخه في اواخرِ
2. شهر صفر الخير سَنة ثلث وعشرين
3. وتسعمايه عَلى يد مصنفِه وكاتبه
4. احمَد ابن على ابن الحريرى لطفه الله به

  • 31 Fī awāir šahr afar al‑ayr : stricto sensu « dans la dernière décade du mois béni de ṣafar » qui, (...)

1. Cette copie a été achevée à la fin
2. du mois béni de ṣafar de l’année 923/mars 1517 31,
3. de la main de son compositeur et auteur
4. Aḥmad b. ʿAlī b. al‑Ḥarīrī, que Dieu soit bienveillant pour lui.

  • 32 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fol. 1v‑2 :

13S’il avait bien souhaité intégrer ce nouveau texte au Muntaab, al‑Ḥarīrī ne lui en donna pas moins un titre spécifique. En effet, il explique dans l’incipit qu’il entreprit d’écrire ce volume une fois le Muntaab achevé, après avoir appris qu’un de ses compagnons (aṣḥāb) avait rédigé un livre traitant de la création du monde et d’histoire préislamique. Il prit alors la décision de l’abréger (itaara) et d’en faire la première partie du Muntaab « afin qu’il soit sur la tête du Muntaab comme la couronne sur la tête (li‑yakūn ʿalā raʾs al‑Muntaab ka‑l‑tāǧ ʿalā al‑raʾs) ». Il l’intitula ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qia al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑sālifīn (« Le soutien des savants en matière d’histoire des prophètes et des nations primitives » 32).

  • 33 On le trouve parfois sous une forme plus complète : ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qia al‑nabiyyīn wa‑l‑uma (...)
  • 34 Voir par exemple al‑Ziriklī 2002, VII, p. 17, qui le nomme Muḥammad Mālik al‑Ašrafānī.
  • 35 Wissam Halabi‑Halawi, correspondance privée. La prudence s’impose évidemment tant que les deux text (...)

14Un tel titre pourrait surprendre. En effet, il est très proche de celui d’un ouvrage mal connu, dont le titre est généralement cité sous la même forme ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qia al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑sālifīn 33 et qui est attribué à un auteur druze, ʿAbd al‑Malik al‑Ašrafānī, dont la nisba renvoie à un village de la Ghouta de Damas et qui serait mort après 1070/1659‑1660 34. La ʿUmdat al‑ʿārifīn d’al‑Ašrafānī n’appartient pas à la littérature canonique druze. Cependant, ainsi que le souligne Wissam Halabi‑Alawi, les Druzes lui accordent une importance particulière. D’ailleurs, elle ne serait conservée en totalité que dans des archives privées, d’où les difficultés des non‑initiés à le lire. Selon Wissam Halabi‑Alawi, qui a pu en consulter des extraits, elle contient certes des informations intéressantes sur « l’histoire des grandes familles druzes à l’époque prémoderne », mais non sans relever d’une « construction tardive de l’histoire druze ». En outre, elle semble a priori sans lien avec la ʿUmdat d’al‑Ḥarīrī 35.

  • 36 Noter que l’annotation D, dont la première ligne (le premier mot ?) est effacée, mentionne le nombr (...)
  • 37 Autre lecture possible : ʿAlī b. Tūsī (ou Ṭūsī, si l’on admet que le tā’ serait utilisé à la place (...)
  • 38 Je n’ai pas trouvé mention d’un village nommé ʿĀnūt (ou ʿĀnūṯ) dans la littérature géographique méd (...)

15Pourtant, deux des marques extratextuelles qui se succèdent sur la page de titre du manuscrit (fig. 4 : A‑G) renvoient aussi à un milieu druze 36. Elles laissent penser qu’il fut lu par des hommes (sans doute sunnites) qui étaient en contact avec la communauté druze, à Damas, dans une ville côtière du Liban (Ṣaydāʾ, Beyrouth ?) ou dans la montagne libanaise. La première annotation (fig. 4 : E ; fig. 6), d’une écriture très soignée et que la seconde annotation, plus tardive, aide à comprendre, atteste qu’un certain ʿAlī b. Mūsā 37 al‑ʿĀnūṯī termina la lecture de la ʿUmda le 14 ǧumādā I 965/4 mars 1558, sa nisba renvoyant très probablement au village de ʿĀnūt situé sur la route de Beyrouth à Ṣaydāʾ et appartenant aujourd’hui au district du Šūf 38 :

  • 39 La lecture de ce dernier mot m’a été suggérée par Lahcen Daaif, que je remercie chaleureusement.

1. نظَر في هذا الكتَاب المبارَك داعيا لمالكه بطول
2. البقا وعلو الارتقا العَبْدُ الفقِير الي الله تعال على بن موسي
3. العانوثي المولي بالشوف المعنى الصندَاوي خلافة 39
4. راجيا من المولي اسعَافه تحريراً في اليوم المبارَكْ
5. الرابع عشر من شهر جمادي الاول من شهور سنة 965

  • 40 Voir ci‑après, l’annotation suivante (F), où il est clairement fait référence au cadi de Ṣaydā’. L’ (...)

1. A regardé dans ce livre béni en priant pour que son propriétaire ait longue
2. vie et haute élévation, le pauvre esclave envers Dieu Très‑Haut, ʿAlī b. Mūsā
3. al‑ʿĀnūṯī, substitut [du cadi de Ṣaydāʾ ?] 40 dans le Šūf al‑Maʿnī al‑Ṣandāwī
4. Implorant l’aide du Seigneur, se consacrant à Dieu, le jour béni
5. 14 ǧumādā I, parmi les mois de l’année 965/4 mars 1558.

  • 41 Weber 2014.
  • 42 Je suis ici Firro 1997. Sur le Šūf et ses subdivisions au xvie siècle, voir Salibi 1973 et 2005 ; B (...)
  • 43 Weber 2014, p. 24.

16ʿAlī b. Mūsā al‑ʿĀnūtī assumait donc une fonction d’autorité dans le Šūf al‑Maʿnī al‑Ṣaydānī. Lu al‑Ṣaydāwī, ce dernier terme ferait référence à la ville de Ṣaydāʾ, dont les Mamelouks avaient fait le chef‑lieu des districts du Mont‑Liban situés au sud de la route Beyrouth‑Damas, et qui était au xvie siècle une ville portuaire de première importance 41. Ces districts faisaient partie du Šūf, mot qui désignait généralement, au milieu du xvie siècle, les montagnes situées au sud de Beyrouth. Depuis la fin de l’époque mamelouke, le Šūf était dominé par les Druzes, en particulier par des émirs appartenant à la famille Maʿn, d’où les différentes expressions utilisées dans les sources arabes pour le désigner : « al‑Šūf al‑Maʿnī », « al‑Šūf al‑Maʿnī al‑Ṣaydāwī » ou même « al‑Šūf al‑Ṣaydāwī » 42. Il est probable, comme le suppose Stefan Weber, que Ṣaydāʾ, qui avait des liens administratifs, économiques et culturels très étroits avec Damas, jouait un rôle important dans le dispositif politique et militaire mis en œuvre par les Ottomans pour « contrôler les émirs indisciplinés du Chouf ». Cela n’empêcha pas le chef druze Faḫr al‑dīn al‑Maʿnī (980‑1045/1572‑1635) d’en faire une base de son pouvoir 43.

17La deuxième annotation permet d’éclairer cette première marque de lecture (fig. 4 : F ; fig. 7) :

1. وهذا النايب من اهل السنة
2. والجماعة من قرية عانوث من إقليم
3. الزيتون من بلاد صيدا كانوا في
4. ذلك التاريخ يتعين على كفار الدروز
5. نايب من جانب قاضي صيدا وكانوا
6. اذ ذاك اذل من الكلاب حتي
7. ظهر فخر الدين بن معن فقويـ[ـت]
8. شوكتهم واظهروا الكفـ[ـر] (؟)
9. عن طاعة الـ[ـلَّه]
10. الشرع الشريعة

  • 44 Les sunnites.
  • 45 Une traduction tout à fait opposée est possible dans la mesure où ahara peut aussi signifier « tou (...)

1. C’est le représentant (ʾib) des gens de la Tradition
2. et de la communauté 44 du village de ʿĀnūṯ, du district
3. d’al‑Zaytūn, du pays de Ṣaydāʾ.
4. À cette date, ils surveillaient les Druzes infidèles
5. [en tant que] représentant[s] du cadi de Ṣaydā. Ils étaient
6. alors plus vils que les chiens et ce, jusqu’à
7. ce que Faḫr al‑dīn b. Maʿn apparaisse. Dès lors
8. leur force s’est raffermie, ils ont rendu manifeste l’infidélité (?)
9. [s’éloignant ?] de l’obéissance [à Dieu] 45.
10. La loi est la šarīʿa

  • 46 Il est douteux qu’il puisse renvoyer à al‑Ḥarīrī, mais on ne peut écarter cette hypothèse de façon (...)
  • 47 Sur Faḫr al‑dīn Maʿn, sa famille et les difficultés des historiens à distinguer, dans les sources q (...)
  • 48 Car comme le souligne Wissam Halabi‑Alawi (communication privée), « qualifier les Druzes d’hérétiqu (...)

18Cette inscription, qui a été écrite par une autre main que celle de l’auteur de la marque précédente, ne comporte pas de date. Le démonstratif haā paraît désigner ʿAlī b. Mūsā al‑ʿĀnūtī 46. Il y apparaît comme un des représentants dans le Šūf du cadi de Ṣaydāʾ , qui y exerçait une autorité religieuse avant que Faḫr al‑dīn Maʿn (980‑1045/1572‑1635) n’y établît sa suzeraineté 47. Les Druzes y sont opposés aux sunnites (ahl al‑sunna wa‑l‑ǧamāʿa). Ils sont même traités d’infidèles et de chiens, ce qui plaide pour une datation tardive (fin du xviiie ou au début du xixe siècle ?) de l’annotation 48

Kitāb al‑Iʿlām wa‑l‑tabyīn fī ḫurūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā diyār al‑Muslimīn

  • 49 Une copie microfilmée est conservée à la Bibliothèque Nationale égyptienne (Dār al‑kutub, al‑Taymūr (...)
  • 50 Zouache, à paraître (b).
  • 51 Zouache, à paraître (b).

19De telles marques sont précieuses. Celles apposées sur le manuscrit a priori unique et autographe de l’Iʿlām, qui est conservé à Paris (BnF, ms. Arabe 2234, fol. 117‑146) – le sont tout autant 49. J’ai déjà signalé que l’Iʿlām est la plus ancienne histoire des croisades en arabe qui nous soit parvenue. Elle débute à l’arrivée des Francs et s’achève par la prise de Saint‑Jean d’Acre par les Mamelouks. Je reviendrai plus en détail sur son contenu dans l’essai où je m’attacherai à la conception des croisades d’al‑Ḥarīrī 50. Pour l’heure, retenons que ce n’est qu’un abrégé du Muntaab, ou plutôt sa réécriture. À première vue, al‑Ḥarīrī (qui ne signale pas qu’il résume un texte qu’il avait précédemment écrit) se contente de copier cette première œuvre en l’expurgeant des passages qui ne concernent pas les croisades. Pourtant, une comparaison attentive des deux textes montre qu’il le réécrit en effectuant parfois des modifications linguistiques, en supprimant certains segments et en en ajoutant d’autres 51.

  • 52 Hirschler 2014, p. 41 et note 28 : « marginal work ».
  • 53 Amari 1881, p. 686. La première édition de la Biblioteca arabo-sicula date de 1857. Le passage trad (...)
  • 54 Si ce ne sont quelques mentions ici ou là, par exemple : Sivan 1985, note 28 p. 37 ; ʿAwa 1999 et (...)
  • 55 Désormais citée : Iʿlām-Zakkār. Une autre édition (par Riz Allāh Aḥmad) plus confidentielle encore (...)
  • 56 Quelques lignes lui sont consacrées dans Cobb 2014, qui le qualifie de « short treatise » (réminisc (...)

20Tout ceci ne fait en rien, à mes yeux, de l’Iʿlām l’œuvre mineure que les rares spécialistes des croisades en ayant eu connaissance ont eu tendance à décrire, probablement parce qu’ils avaient constaté qu’ils n’y trouveraient pas les informations originales qu’ils cherchaient 52. C’est sans doute pourquoi si, au milieu du xixe siècle, Michele Amari en traduisit un court extrait dans sa monumentale Biblioteca arabo-sicula 53, il n’est jamais vraiment sorti de l’oubli 54. L’édition qu’en fit paraître Suhayl Zakkār (qui ignorait l’existence du Muntaab) à Damas en 1981 est restée plutôt confidentielle 55. Encore aujourd’hui, l’Iʿlām n’est que rarement évoqué par les chercheurs 56.

  • 57 La pièce la plus ancienne date de 714/1314‑1315, la plus récente (l’Iʿlām) de 926/1520. Description (...)

21Le manuscrit de la BnF qui le conserve fait partie d’un maǧmūʿ dont chaque pièce est indépendante 57. L’écriture est aussi appliquée et gracieuse que celle du manuscrit de la ʿUmda, ce qui laisse penser qu’ils constituaient pour al‑Ḥarīrī une mise au net définitive (mubayyaa). Dans les deux cas, le titre est d’ailleurs soigneusement mis en page sur le premier feuillet : disposition triangulaire et encadrement marqué par des bouts de lignes formés de trois points en triangle ; emploi de caractères de taille décroissante et de l’encre rouge ; vocalisation (figs. 4 et 8). Le nom de l’auteur est ainsi décliné à la suite du titre (fig. 8) : احمد ابن على الحَرِيرى Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī.

  • 58 Awāir šawwāl, expression souvent vague qui devrait théoriquement correspondre aux dix derniers jou (...)

22En revanche, son nom apparaît sous la forme « Aḥmad b. ʿAlī b. al‑Ḥarīrī » dans le colophon (fol. 146), qui est daté de fin šawwāl 926/début octobre 1520 58, ce qui montre qu’il vécut au moins encore près de trois ans après l’achèvement de la ʿUmda (fig. 9) :

1. نجزَ الكتاب وَالحَمد للهِ وَحْدَهُ على يَد مُصنفِهِ وكاتبِهِ
2. فقير عفوا الله تعالى احمَد بن على بن الحريري في اوَاخر شوال سنة ست وعشرين وتسعمايَه

1. Ce livre a été achevé – louange à Dieu seul – par la main de son compositeur et auteur,
2. [le] pauvre, que Dieu très haut lui pardonne, Aḥmad b. ʿAlī b. al‑Ḥarīrī, les derniers jours de šawwāl de l’année 926/début octobre 1520.

  • 59 Certaines marques sont reproduites dans Iʿlām-Zakkār, p. 56. Les lectures diffèrent parfois des mie (...)

23Le premier feuillet du manuscrit comporte aussi plusieurs annotations. Aucune n’est datée, mais elles semblent toutes postérieures à sa composition (fig. 8 : A‑F59. Dans la partie supérieure, au bord de la marge gauche, une main anonyme a tenu à rappeler qu’il s’agissait d’un manuscrit autographe (fig. 8 : A) :

بخطّ مولفه رحمه الله

« Écrit par la main de son auteur, que Dieu lui accorde sa miséricorde ».

24Au bord de la même marge gauche, sous l’annotation précédente, une attestation de lecture a été apposée par un certain Ḥāǧǧ Muḥammad b. Maḥmūd (fig. 8 : B) :

1. طالعه أحوج خلق الله اليه
2. الحاج محمد بن محمود أصلح الله
3. حاله

1. A lu [ce livre] la créature de Dieu, celui qui a le plus besoin de Lui
2. al‑Ḥāǧǧ Muḥammad b. Maḥmūd – que Dieu améliore
3. sa condition.

  • 60 Il aurait dès lors souhaité se corriger. Cette hypothèse ne peut être étayée par une étude des encr (...)

25Légèrement à droite du titre et disposée perpendiculairement au sens normal du texte, une inscription non datée à la tonalité religieuse et dont, à première vue, certains mots semblent avoir été rayés par son auteur lui‑même 60, est tout aussi anonyme (fig. 8 : C) :

  • 61 Voir Cor., 2, 14 (al‑Baqara) ; Cor. 33, 41‑42 (al‑Azāb) ; Cor., 3, 41 (Āl ʿImrān) ; Cor., 76 (al‑I (...)
  • 62 Il serait possible de lire, si l’on supposait que l’auteur avait omis d’écrire la hamza finale : ال (...)

1. قال صلي الله عليه وسلم
2. من لم يذكرني في دعاوه
3. فلم يقبل دعايه [الـ ...] [Xا] 61
4. الخط 62 باقى والعبد [X] فاني
5. والعبد خاطي والرب غافر

  • 63 Cf. Cor., 2, 14 (al‑Baqara) ; Cor., 33, 41‑42 (al‑Azāb) ; Coran, 3, 41 (Āl ʿImrān) ; Coran, 76 (al (...)
  • 64 La lecture الخطء (ci‑dessus, note 59) conduirait à traduire le segment : « l’erreur demeure ».

1. Il dit – que la prière et le salut de Dieu soient sur Lui :
2. celui qui ne m’a pas cité dans sa prière,
3. et bien, [Dieu] n’a pas agréé sa prière [X] 63
4. L’écrit demeure 64, l’esclave [X] n’est que de passage
5. L’esclave est pêcheur, le Seigneur pardonneur.

  • 65 Deux hadiths sont mêlés, dont celui parfois dit « de la miséricorde (al‑rama) », simplement déclin (...)

26Une autre annotation, située au bord droit de la marge droite du feuillet et perpendi-culaire au titre, s’inscrit dans le même registre religieux. Elle reproduit des extraits de hadiths magnifiant la miséricorde divine et appelant chacun à être bon avec son prochain (fig. 8 : D65 :

1. قال صلى الله عليه وسلم انما
2. يرحم لله من عباده الرحما ارحموا من في الأرض
3. يرحمكم من [في] السما

1. Il dit – que la prière et le salut de Dieu soit sur lui – :
2. Dieu est miséricordieux envers ses esclaves compatissants ! Soyez compatissants envers ceux qui sont sur terre !
3. Ceux qui sont aux cieux seront compatissants envers vous.

  • 66 Lecture incertaine. Je n’ai pas réussi à identifier les vers (comme précédemment, j’ai conservé la (...)
  • 67 Différentes lectures sont possibles, dans la mesure où le tā’ marbūa ne dispose pas de point diacr (...)
  • 68 Al‑ʿAydarūs, al‑Nūr al‑sāfir, p. 263, 317, 318, 341.
  • 69 Voir al‑Muḥibbī, ulāat al‑āar, I, p. 207, 457 ; al‑ʿAydarūs, al‑Nūr al‑sāfir, loc. cit. ; Ibn al (...)
  • 70 Masarwa 2017.
  • 71 Sur son dīwān, intitulé Rawat al‑muštaq wa bahǧat al‑Nuššāq, voir Bosworth 1989 et Masarwa 2017.
  • 72 Masarwa 2017, p. 181‑182, selon lequel il descendait probablement « from the Nogaic‑Kipchak clan of (...)
  • 73 Les dates suivantes sont avancées : 985/1577 ; ḏū al‑ḥiǧǧa 986/30 décembre 1578‑28 janvier 1579 ; m (...)

27Enfin, une autre main a tenu à citer sous le titre les vers de deux poètes (fig. 8 : E et F). Il est difficile d’identifier le premier d’entre eux, qui est simplement, semble‑t‑il, nommé Ibn Zayn 66. Le second, « al‑Ustāḏ Māmiyh 67 b. al‑Rūmī », a laissé plus de traces. Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAbd Allāh al‑Rūmī al‑Dimašqī, aussi dit al‑Inkišārī ou al‑Inqišārī 68, parfois surnommé « Māmiyh (ou Māmayya, ou Māmiyyah) le poète », naquit à Constantinople 69. Il s’installa dans sa jeunesse à Damas, où il exerça différentes fonctions militaire (janissaire) et civile (traducteur dans l’administration ottomane) 70. Les auteurs arabes s’entendent généralement pour dire que c’était un poète reconnu de son vivant 71, même s’ils évoquent aussi parfois les moqueries que pouvait lui valoir son ascendance non arabe et non musulmane 72. En revanche, ils divergent quant à la date de sa mort, qui serait survenue vers 985‑988/1577‑1580 73. Il fut enterré dans sa ville d’adoption, au cimetière de Bāb al‑Farādis.

Un historien syrien ?

28Les différents manuscrits des œuvres d’al‑Ḥarīrī permettent d’affirmer qu’il vécut au moins jusqu’en 926/1520. Où ? nous l’ignorons. Les différentes formes sous lesquelles son nom apparaît, qui sont synthétisées dans ce tableau (Tableau 1), ne disent rien de précis sur ses origines :

  • 74 Gilsenan 1996, p. 189‑192 et passim ; Rivoal 2002, p. 9.
  • 75 Ainsi que le rappelle Suhayl Zakkār : Iʿlām‑Zakkār, p. 57. Cependant, des individus portant la même (...)

29Il est difficile de rien déduire de la nisba « al‑Šarafī » (stricto sensu : « l’honorable ») qu’al‑Ḥarīrī s’attribue sur la page de titre du manuscrit de la ʿUmda. Par‑delà le rattachement auquel elle peut renvoyer, le vocable devrait a priori dénoter l’appartenance à une haute ou noble lignée ou plus simplement à une famille dont la morale était reconnue par tous. D’ailleurs, de longue date, les musulmans sunnites du Nord Liban comme les Druzes usent de ce terme pour caractériser un tel homme ou une telle famille 74. Quant à la nisba al‑Ḥarīrī, dont il n’est pas inutile de rappeler qu’elle dérive du mot arīr (soie) et indiquait souvent que l’individu la portant travaillait et/ou marchandait la soie ou que quelqu’un dans son ascendance l’avait fait ; elle était, à la fin du Moyen Âge, largement répandue dans le Bilād al‑Šām, notamment dans sa partie méridionale 75.

  • 76 Geoffroy 1995, http://books.openedition.org/ifpo/2377.
  • 77 Il pousse des cris d’orfraie lorsqu’il relate des turpitudes prêtées au calife omeyyade al‑Wālid (I (...)
  • 78 Voir dans Zouache, à paraître (a), la comparaison détaillée entre son traitement dans le Muntaab ( (...)
  • 79 Voir Muntaab, ms. Beyrouth, BO 78, fol. 18 (an 408 H.), référence au prédicateur Muḥammad b. Ismāʿ (...)
  • 80 Cela est moins vrai de la ʿUmda, où l’ensemble des territoires habités sont notamment décrits, qu’i (...)
  • 81 Notamment ceux qui concernent les croisades du viie/xiiie siècle. Voir par exemple Iʿlām, BnF, ms.  (...)

30D’autres indices plaident pour une origine syrienne de notre auteur, dont on peut légitimement se demander s’il n’était pas shaféite non pas parce que le shaféisme resta « jusqu’à l’époque ottomane » l’école dominante en Égypte et en Syrie 76, mais parce qu’il témoigne d’un intérêt constant, dans le Muntaab, pour les savants qui s’en réclamaient. Relevons aussi que s’il se risque parfois à blâmer vertement l’attitude peu orthodoxe d’un personnage dont il retrace le parcours ou d’un autre 77, al‑Ḥarīrī paraît peu porté au rigorisme sunnite qui conduisait, par exemple, certains des auteurs sur lesquels il s’appuie à vilipender les califes fatimides ou les minorités hétérodoxes de Syrie 78. Il semble plutôt bien connaître ces communautés, en particulier, dans la montagne libanaise, les ismaéliens du Wādī al‑Taym et les Druzes, à propos desquels il apporte des informations sinon forcément originales, du moins intéressantes 79. D’ailleurs, au‑delà de ces communautés, la deuxième partie du Muntaab et l’Iʿlām 80 dénote un tropisme syrien assez marqué, en particulier lorsque les croisades sont racontées, même si al‑Ḥarīrī est loin de négliger les combats qui se déroulèrent en Égypte 81.

  • 82 Voir les développements que je consacre à cet auteur, à son œuvre et à sa célèbre famille dans Zoua (...)
  • 83 Zouache, à paraître (a).

31Il faut aussi souligner que Damas apparaît comme la ville qu’al‑Ḥarīrī connaît le mieux et qui l’intéresse le plus. C’est aussi de cette ville qu’était issu le shaykh Šams al‑dīn Muḥammad b. Aḥmad al‑Zamlakānī al‑Anṣārī al‑Šāfiʿī, dont nous avons vu qu’al‑Ḥarīrī s’en s’inspira pour rédiger le Muntaab, et qui était peut‑être actif dans la première moitié du ixe/xve siècle 82. Plus largement, il s’appuie dans l’ensemble de ses ouvrages, sur des chroniques et des dictionnaires biographiques rédigés par des auteurs syriens ou accordant une grande place au Bilād al‑Šām 83.

  • 84 L’utilisation du Muntaab par Istifānus Duwayhī avait été soulignée par une main anonyme (sans dout (...)

32Enfin, les différentes annotations que nous avons envisagées corroborent l’idée d’un ancrage syrien, et plus précisément damascène ou libanais d’al‑Ḥarīrī : comme nous l’avons vu, elles laissent penser que ses ouvrages y furent lus ou circulèrent soit à Damas, soit dans les montagnes ou dans les villes de la côte libanaise proches de cette ville, dans des milieux sunnites en lien avec la communauté druze. Il n’est d’ailleurs pas anodin que seuls des historiens d’époque ottomane originaires des Monts Liban font usage du Muntaab, tel le patriarche et historien maronite Istifānus Duwayhī (1629‑1704) dans son histoire de la Syrie de la première croisade à 1699, le Taʾ al‑azmina, et dans son histoire maronite, Ta’rī al‑mawārina 84.

  • 85 Iʿlām-Zakkār, p. 57. Sur cette confrérie, voir De Jong 1978 ; Chih 1988, en particulier p. 182‑183. (...)
  • 86 Al‑Muḥibbī, ulāat al‑aar, I, p. 248‑249. Voir aussi al‑Ġāzī, Dīwān al‑Islām, III, p. 307 ; Kaḥḥā (...)

33Dans l’introduction de l’édition de l’Iʿlām, Suhayl Zakkār se demandait, mais sans s’étendre, s’il ne fallait pas le voir comme le grand‑père d’un shaykh soufi homonyme qui appartenait à la confrérie al‑Ḫalwatiyya 85. En effet, Muḥammad al‑Amīn al‑Muḥibbī (m. 1111/1699) consacre une notice biographique du ulāat al‑aar fī aʿyān al‑qarn al‑ādī ʿašar à « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī al‑ʿAssālī al‑Šāfiʿī, cheikh de la Ḫalwatiyya en Syrie », qui s’installa à Damas et y mourut « pendant la nuit du vendredi 18 ḏū al‑ḥiǧǧa 1048/23 mars 1639 ». Al‑Muḥibbī précise que le père de ce shaykh était d’origine kurde (kurdī al‑al) et qu’il avait quitté Ḥarīr, un petit bourg du Kurdistan irakien, pour s’installer dans le village de ʿAssāl, situé dans les environs de Damas, où son fils était né 86.

  • 87 Voir par exemple Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 109 (al‑Šayḫ Aḥmad al‑Aʿqaf al‑Ḥarīrī Šihāb al‑dīn Aḥma (...)
  • 88 Geoffroy 1995, [En lignehttp://books.openedition.org/ifpo/2402 : « L’hétérodoxie de ʿAlī al‑Ḥarīr (...)
  • 89 Je remercie Wissam Halabi‑Halawi d’avoir attiré mon attention sur ce personnage. Voir Firro 2000 ; (...)

34D’autres hypothèses peuvent être émises, qui ne seraient pas mieux documentées. Ainsi, il est difficile d’établir un lien entre notre auteur et l’ordre soufi al‑Ḥarīriyya fondé par le cheikh Abū Muḥammad ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. 645/1248), qui était encore actif à Damas au viiie/xive siècle et dont les adeptes se voyaient parfois accorder la nisba al‑Ḥarīrī 87. En effet, les sources ne disent rien sur cet ordre à la fin du sultanat mamelouk et au début de l’époque ottomane 88. De même, rien n’interdit de supposer qu’un lien (filial ou autre) unissait notre chroniqueur et Šaraf al‑dīn ʿAlī al‑Ḥarīrī (aussi dit al‑Ǧarīrī), originaire du village de Buṭma, dans le Šūf, et assassiné en 880/1475‑1476 près d’al‑Qaymariyya. Cependant, rien n’indique dans ses écrits que notre chroniqueur était druze alors que Šaraf al‑dīn ʿAlī est considéré comme l’un des disciples du réformateur druze Ǧamāl al‑dīn ʿAbd Allāh (m. 884/1479), qui est généralement nommé par les membres de la communauté druze « al‑Amīr Sayyid » 89.

  • 90 D’ailleurs, dès l’entame du Muntaab (ms. Sohag, fol. 9 et Muntaab-Ḫalīfa, p. 26), il explique que (...)
  • 91 Zouache, à paraître (a).

35Ainsi donc, en l’état de nos connaissances, il faut se résoudre à voir en Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (ou Aḥmad b. ʿAlī b. al‑Ḥarīrī) un de ces hommes cultivés de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque ottomane qui, très probablement à Damas ou dans une ville proche, disposait d’une bibliothèque ou d’un accès à une bibliothèque suffisamment riche pour lui permettre de faire œuvre d’historien. En effet, même si, ainsi que nous le verrons dans le deuxième volet de la trilogie que nous lui consacrons, il reproduit essentiellement quelques grands historiens médiévaux (en particulier al‑Masʿūdī, m. 345/956 ; Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, m. 654/1256 ; Ibn Ḫallikān, m. 681/1282 et al‑Ḏahabī, m. 748/1348 90), il semble avoir eu directement ou indirectement accès à un large éventail de sources qu’il mêle au gré de ses choix 91.

36Il est difficile de savoir pourquoi il décida d’écrire ses ouvrages : les marques extratextuelles apposées sur les manuscrits de ses œuvres que nous avons envisagées n’apportent pas d’explication, et lui‑même ne s’étend guère sur ses motivations. Il déclare simplement avoir cherché à compléter la ʿUmda d’al‑Zamlakānī (Muntaab) en résumant les chroniques et dictionnaires biographiques de quelques grands auteurs médiévaux, d’abréger le texte écrit par un de ses amis (ʿUmda) ou de faire œuvre brève, sans plus de précision (Iʿlām).

  • 92 Zouache 2009, p. 196.

37Certes, de telles déclarations peuvent nous paraître bien conventionnelles. Nous sommes d’autant plus tentés de les voir comme des précautions rhétoriques qu’au Moyen Âge, la plupart des littérateurs – parmi lesquels il faut compter les historiens – affirmaient volontiers qu’ils coulaient leurs pas dans ceux de leurs prédécesseurs. C’était le cas des plus illustres d’entre eux, même lorsqu’ils avaient pour ambition de dépasser les plus brillants de leurs inspirateurs 92. Al‑Ḥarīrī était‑il de ces hommes ? Pour peu qu’il les ait rédigés, la disparition des passages du Muntaab portant sur son époque ne permet pas de répondre de manière définitive à cette question. Tout au plus peut‑on constater qu’il ne se considérait pas comme l’égal des grands historiens sur lesquels il s’appuie et qu’il se contente, certes en les discutant parfois, de les résumer.

  • 93 Les formules qu’il utilise sont alors stéréotypées même si dans l’Iʿlām elles ont le goût de l’excu (...)
  • 94 Cahen 1986, p. 181, à qui j’emprunte l’expression « chroniques brèves ».

38À dire vrai, al‑Ḥarīrī fait montre d’une véritable obsession de la brièveté dans ses différentes œuvres. Il y rappelle très régulièrement son choix de ne pas s’étendre, semblant même s’excuser de ne pas raconter un fait ou la vie d’un personnage qui auraient mérité plus amples développements 93. On se demande, dès lors, s’il n’était pas un de ces nombreux hommes cultivés qui cherchèrent, par conviction ou parce qu’ils en tiraient du prestige, à donner accès à un savoir historique à des hommes et des femmes dont il pensait peut‑être qu’ils seraient rebutés par la lecture de chroniques et de dictionnaires biographiques du fait de leur longueur voire de leur complexité. Il y avait longtemps qu’en Orient le genre de la « chronique brève » avait essaimé 94. De grands savants s’y étaient volontiers adonnés. D’autres hommes les imitaient : des anonymes qui jouaient un rôle tout aussi substantiel qu’eux dans la diffusion du savoir historique. Al‑Ḥarīrī était probablement l’un d’entre eux.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Abū Dāwud, Sulaymān b. al‑Ašʿaṯ, Sunan, éd. Muḥammad Muḥī al‑dīn ʿAbd al‑Ḥamīd, Beyrouth, Ṣaydāʾ, al‑Maktabat al‑ʿAṣriyya, s.d., 4 vol.

ʿAydarūs (al‑), Muḥī al‑dīn, al‑Nūr al‑sāfir ʿan abār al‑qarn al‑ʿāšir, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 1405 H.

Buḫārī (al‑), Muḥammad b. Ismāʿīl, Muḥammad b. Ismāʿīl, aī, éd. Muḥammad Zuhayr b. Nāṣir al‑Nāṣir, Beyrouth, Dār Ṭūq al‑Naǧāt, 1422 H., 9 vol.

Būrīnī (al‑), Ḥasan b. Muḥammad, Tarāǧim al‑aʿyān min abnāʾ al‑zamān, éd. Ṣalāḥ al‑dīn al‑Munaǧǧid, Damas, 1959‑1963, 2 vol.

Ḏahabī (al‑), Muḥammad b. Aḥmad, Taʾrī al‑Islām d’al‑Ḏahabī, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām al‑Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑Kitāb al‑ʿArabī, 1993, 52 vol.

Duwayhī (al‑), Istifānūs, Taʾrī al‑azmina, 1095‑1699, éd. Ferdinand Taoutel, Al‑Machriq 44, 1950.

Duwayhī (al‑), Isṭifānūs, Taʾrī al‑āʾifa al‑mārūniyya, éd. Rašīd al‑Ḫūrī al‑Šartūnī, Beyrouth, al‑Maṭbaʿa al‑Kāṯūlīkiyya li‑l‑Abāʾ al‑Yasūʿiyyīn, 1890.

Ġāzī (al‑), Naǧm al‑Dīn, al‑Kawākib al‑sāʾira bi‑aʿyān al‑miʾa al‑ʿāšira, éd. Ḫalīl Manṣūr, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 1997, 3 vol.

Ġāzī (al‑), Šams al‑dīn, Dīwān al‑Islām, éd. Sayyid Kasrawī Ḥasan, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 1990, 4 vol.

Ḥarīrī (al‑), ʿAlī b. Aḥmad, Kitāb muntaab al‑zamān fī taʾrī al‑ulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān, ms. Beyrouth, Université Saint‑Joseph, Bibliothèque Orientale, n° 78.

Ḥarīrī (al‑), ʿAlī b. Aḥmad, Kitāb muntaab al‑zamān fī taʾrī al‑ulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān, éd. Iġnāṭiyūs Abduh Ḫalīfa, Beyrouth, Dār Ištār, 1993‑1995, 2 t. en 1 vol.

Ḥarīrī (al‑), Aḥmad b. ʿAlī, ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qia al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑sālifīn, ms. Princeton University Library, Garrett n° 561Y.

Ḥarīrī (al‑), Aḥmad b. ʿAlī, al‑Iʿlām wa‑l‑tabyīn fī urūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā bilād al‑muslimīn, éd. Suhayl Zakkār, Damas, Maktabat Dār al‑Mallāḥ, 1981.

Ḥarīrī (al‑), Aḥmad b. ʿAlī, al‑Iʿlām wa‑l‑tabyīn fī urūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā bilād al‑muslimīn, éd. Mahdī Rizq Allāh Aḥmad, Alexandrie, Dār al‑Daʿwa (Min Ḏaḫāʾir Turāṯinā), 1986 (non consulté).

Ḥumaydī (al‑), ʿAbd Allāh, Musnad, éd. Ḥasan Salīm Asad al‑Darānī, Damas, Dār al‑Saqā, 1996, 2 vol.

Ibn ʿAsākir, ʿAlī b. al‑Ḥasan, Taʾrī madīnat Dimašq, éd. ʿUmar b. Ġarāma al‑ʿAmrawī, Beyrouth, Dār al‑Fikr, 1995‑2000, 80 volumes.

Ibn al‑Aṯīr, ʿIzz al‑dīn, al‑Kāmil fī al‑taʾrī, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑Kitāb al‑ʿArabī, 1997, 10 vol.

Ibn al‑Ǧawzī, ʿAbd al‑Raḥmān b. ʿAlī, al‑Muntaam fī taʾrī al‑umam wa‑l‑mulūk, éd. Muḥammad ʿAbd al‑Qādir ʿAṭā et Muṣṭafā ʿAbd al‑Qādir ʿAṭā, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 1992, 19 vol.

Ibn Ḫallikān, Aḥmad b. Muḥammad, Wafayāt al‑aʿyān wa anbāʾ abnāʾ al‑zamān, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1968‑1972, 8 vol.

Ibn Ḥanbal, Aḥmad, Musnad, éd. Šuʿayb al‑Arnaʾūṭ et alii, Beyrouth, Muʾassasat al‑Risāla, 1993‑2001.

Ibn al‑Ḫaṭīb, Lisān al‑Dīn, Aʿmāl al‑Aʿlām fī‑man būyiʿa qabla al‑itilām min mulūk al‑islām wa‑mā yataʿallaq bi‑alika min al‑kalām, t. 1 et 2, éd. Sayyid Kasrawī Ḥasan, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 2003, 2 vol. en 1.

Ibn al‑Ḥimṣī, Aḥmad b. Muḥammad, awādi al‑zamān wa wafayāt al‑šuyū wa‑l‑aqrān, éd. ʿAbd al‑ʿAzīz Fayyāḍ Ḫarfūš, Beyrouth, Dār al‑Nafāʾis, 2000, 3 t. en 1 vol.

Ibn al‑ʿImād, Šaarat al‑ahab fī abār min ahab, éd. Maḥmūd al‑Arnāʾūṭ & ʿAbd al‑Qādir al‑Arnāʾūṭ, Damas, Dār Ibn Kaṯīr, 1986, 11 vol.

Ibn Kaṯīr, Ismāʿīl b. ʿUmar, al‑Bidāya fī al‑nihāya, Beyrouth, Dār al‑Fikr, 1986, 15 vol.

Ibn Ṭūlūn, Šams al‑dīn al‑Ṣāliḥī, Mukāfahat al‑illān fī awādi al‑zamān, éd. Ḫalīl al‑Manṣūr, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 1998.

Ibn Ṭūlūn, Šams al‑dīn al‑Ṣāliḥī, al‑Lamaʿāt al‑barqiyya fī al‑nukat al‑taʾrīiyya, Damas, Maktabat al‑Qudsī wa‑l‑Budayr (Rasāʾil taʾrīḫiyya), 1348 H.

Ibn Ṭulūn, Šams al‑dīn al‑Ṣāliḥī, Iʿlām al‑warā bi‑man waliya nāʾiban min al‑Atrāk bi‑Dimašq al‑Šām al‑kubrā, éd. Muḥammad Aḥmad Duhmān, Damas, Dār al‑Fikr, 1984 (1re éd., 1964) ; éd. ʿAbd al‑ʿAẓīm Ḥāmid Ḫaṭṭāb, Le Caire, Maṭbaʻat Ǧāmiʻat ʻAyn Šams, 1973 ; trad. H. Laoust, Les gouverneurs de Damas sous les Mamlouks et les premiers Ottomans (658‑1156/1260‑1744). Traduction des Annales d’Ibn ūlūn et dIbn Ǧumʿa, Damas, IFD, 1952.

Ibn Wahb, Abū Muḥammad ʿAbd Allāh, al‑Ǧāmiʿ fī al‑adī, éd. Muṣṭafā Ḥasan Ḥusayn Muḥammad Abū al‑Ḫayr, Riyad, Dār Ibn al‑Ǧawzī, 1995.

Muḥibbī (al‑), Muḥammad Amīn, ulāat al‑aar fī aʿyān al‑qarn al‑ādī ʿašar, Beyrouth, Dār Ṣādir, s.d., 4 vol.

Muslim b. al‑Ḥaǧǧāǧ, Abū al‑Ḥusayn, al‑Musnad al‑aī, éd. Muḥammad Fuʾād ʿAbd al‑Bāqī, Beyrouth, Dār Iḥyā al‑Turāṯ al‑ʿArabī, 1954, 5 vol.

Nābulusī (al‑), ʿAbd al‑Ġānī Ismāʿīl, al‑Tufa al‑nābulusiyya fī al‑rila al‑arābulusiyya, éd. Heribert Busse, Le Caire, Maktabat al‑Ṯaqāfat al‑Dīniyya, s.d. (réimpr. de l’éd. Beyrouth, Orient‑Institut, 1971).

Nuʿaymī (al‑), ʿAbd al‑Qādir b. Muḥammad, al‑Dāris fī taʾrī al‑madāris, éd. Ibrāhīm Šams al‑Dīn, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, 1990, 2 vol.

Instruments de travail

Amari Michele 1881, Biblioteca arabo‑sicula. Versione Italiana, Volume Secondo, Ermanno Loescher, Torino & Roma.

Brockelmann Carl 1937‑1949, Geschichte der arabischen Literratur. Supplementbänden, Leyde, Brill, 3 vol. et 3 suppléments.

Cheikho Louis 1913‑1929, Catalogue raisonné des manuscrits historiques de la Bibliothèque Orientale de l’Université Saint‑Joseph, Beyrouth, Mélanges de l’Université Saint‑Joseph, vol. VII.

De Slane Baron 1883‑1895, Catalogue des manuscrits arabes (Bibliothèque Nationale), Paris, Imprimerie Nationale.

āǧǧī alīfa 1941, Kašf al‑unūn ʿan asāmī al‑kutub wa‑l‑funūn, Bagdad, Maktabat al‑Muṯannā, 6 vol.

izānat al‑turā, s.d., Fihrist maḫṭūāt (Fahāris al‑maḫṭūāt al‑islāmiyya fī al‑maktabāt wa‑l‑izānāt wa marākiz al‑maūāt fī al‑ʿālam, taštamil ʿalā maʿlūmāt ʿan amākin wuǧūd al‑maḫṭūāt wa‑arqām ifihā fī al‑maktabāt wa‑l‑azāʾin al‑ʿālamiyya, Riyadh, Markaz al‑Malik Fayṣal.

Kaḥḥāla ʿUmar b. Riḍā, s.d. (réimpr. de l’éd. de Damas 1957‑1961), Muʿǧam al‑muʾallifīn, Beyrouth, Dār Iḥyāʾ al‑Turāṯ al‑ʿArabī, 15 t. en 8 vol.

Mach Rudolf & McChesney Robert D. 1977, Catalogue of Arabic Manuscripts (Yahuda Section) in the Garrett Collection Princeton University Library, Princeton, N.J., Princeton University Press.

Murādī (al‑), Muḥammad Ḫalīl b. ʿAlī, Abū al‑Faḍl 1988, Silk al‑durar fī aʿyān al‑qarn al‑ānī ʿašar, Beyrouth, Dār al‑Bašāʾir al‑Islāmiyya & Dār Ibn Ḥazm, 4 vol.

Vajda Georges 1940‑1969, Notices de manuscrits arabes rédigées par Georges Vajda. Notices des manuscrits Arabe 2055 à 2399, Paris, BnF, 9 chemises.

Zaydān Yūsuf 1998, Fihrist maḫṭūāt maktaba Rifāʿa Rāfiʿ al‑ahāwī, vol. 3, Le Caire, Maʿhad al‑maḫṭūṭāt al‑ʿarabiyya.

Ziriklī (al‑) Ḫayr al‑dīn 2002, al‑Aʿlām, Beyrouth, Dār al‑ʿIlm li‑l‑Malāʾīn, 15e éd.

Études

ʿĀbid Mufīdah Ḥalīm 2001, al‑Tanūiyyūn fī Lubnān : mawāfiquhum al‑siyāsiyya, taālufātuhum al‑ʿaskariyya, dawruhum al‑dīnī wa‑l‑aārī, Beyrouth, Ǧāmiʿat al‑Lubnāniyya.

Abu‑Izzedin Nejla M. 1993, The Druzes. A New Study of Their History, Faith and Society, Leyde – New York – Köln, Brill (1re éd. 1984).

Abu‑Husayn Abdul‑Rahim 1985, Provincial Leaderships in Syria, 1575‑1650, Beyrouth, AUB.

Abu‑Husayn Abdul‑Rahim 1992, « Problems in the Ottoman Administration in Syria during the 16th and 17th Centuries: the Case of the Sanjak of Sidon‑Beirut », IJMES 24, p. 665‑675.

ʿAwa Muḥammad Muʾnis 1999, al‑ʿAlaqāt bayn al‑Šarq wa‑l‑Ġarb fī al‑qarnayn VI‑VI H. : XII‑XII M. : al‑urūb al‑alībiyya, Le Caire, ʿAyn al‑Dirāsāt wa‑l‑Buḥūṯ al‑Insāniyya wa‑l‑Iǧtimāʿiyya.

ʿAwa Muḥammad Muʾnis 2004, al‑Tanīmāt al‑dīniyya al‑arbiyya fī Mamlaka Bayt al‑Muqaddis al‑lātīniyya : Taʾrī al‑urūb al‑alībiyya, Le Caire, Dār al‑Šurūq.

Bakhit Muhammad Adnan 1982, The Ottoman Province of Damascus in the Sixteenth Century, Beyrouth, Librairie du Liban.

Bāšā (Al‑) Muḥammad Ḫalīl 2010, Muʿǧam aʿlām al‑Durūz fī Lubnān, al‑Muḫtāra, al‑Dār al‑Taqaddumiyya, 2 vol.

Bianquis Thierry 1986‑1989, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359‑468/969‑1076). Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, Damas, Ifead, 2 vol.

Bianquis Thierry 1995, « Historiens arabes face à islam et arabité du xie au xxe siècle », in Chevallier, Dominique (dir.), Les Arabes et l’histoire créatrice, Paris, p. 41‑58.

Bianquis Thierry 2008, « Iqtiād. La confrontation Est‑Ouest en Méditerranée aux viie/xiie et viiie/xiiie siècles », in Beatrice Gruendler (dir.), Classical Arabic Humanities in their own terms. Festschrift for Wolfhart Heinrichs on his 65th birthday presented by his students and colleagues, Leyde et Boston, Brill, p. 148‑164.

Bosworth Clifford Edmund 1989, « Janissary Poet of Sixteenth‑Century Damascus: Mâmayya al‑Rûmî », in C.E. Bosworth et al. (éd.), The Islamic World: From Classical to Modern Times. Essays in Honor of Bernard Lewis, Princeton, The Darwin Press, p. 451‑466.

Cahen Claude 1940, La Syrie du nord et la principauté franque d’Antioche au temps des croisades, Paris, Geuthner.

Cahen Claude 1983, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, Aubier.

Cahen Claude 1986, « L’historiographie arabe : des origines au viie s. H. », Arabica 33, p. 133‑198.

Cheikh‑Moussa Abdallah, Toelle Heidi et Zakharia Katia 1999, « Pour une re‑lecture des textes littéraires arabes : éléments de réflexion », Arabica 46, 523‑540.

Chih Rachida 1998, « Cheminements et situation actuelle d’un ordre mystique réformateur : la Khalwatiyya en Égypte (fin xve siècle à nos jours) », Studia Islamica 88, p. 181‑201.

Christie Niall 2001, « The Origins of Suffixed Invocations of God’s Curse on the Franks in Muslim Sources for the Crusades », Arabica 48, p. 254–66.

Cobb Paul 2014, The Race f Paradise. An Islamic History of the Crusades, Oxford, Oxford University Press.

Daher Massoud & Malczycki Matt W. (trad.) 2010, « The Lebanese Leadership at the Beginning of the Ottoman Period: A Case Study of the Maʿn Family », in Peter Sluglett & Stefan Weber (éd.), Syria and Bilad al‑Sham under Ottoman Rule. Essays in Honour of Abdul‑Karim Rafeq, Leyde, Brill, p. 323‑345.

De Jong, Frederick 1978, « Khalwatiyya », Encyclopaedia of Islam, New Edition, Leyde, Brill, IV, p. 991‑993.

Falā Salmān Ḥamūd 2004, « al‑Shayḫ Muḥammad al‑Ašrafānī », al‑ʿAmāma 60.
URL : http://www.al-amama.com/index.php?option=com_content&task=view&id=519.

Firro Kais M. 1997, « al‑Tanūkhī », Encyclopaedia of Islam, New Edition, Leyde, Brill, X, p. 192.

Firro Kais M. 2000, « al‑Shūf », Encyclopaedia of Islam, New Edition, Leyde, Brill, IX, p. 494.

Firro Kais M. 2001, « The Druz Faith: Origin, Development and Interpretation », Arabica 58, fasc. 1/2, Les Nusayris et les Druzes : deux communautés ésotériques à la périphérie doctrinale de l’Islam, p. 76‑99.

Firro Kais M. 2013, « Druze (Durūz) », Encyclopaedia of Islam, THREE, [En ligne] http://dx.doi.org.acces.bibliotheque-diderot.fr/10.1163/1573‑3912_ei3_COM_26097.

Geoffroy Éric 1995, Le soufisme en Égypte et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers Ottomans. Orientations spirituelles et enjeux culturels, Damas, Ifead. [En lignehttp://books.openedition.org/ifpo/2342.

Gilsenan M. 1996, Lords of the Lebanese Marches. Violence and Narrative in an Arab Society, Berkeley, Los Angeles, University of California Press.

Gimaret Daniel 1988, Les noms divins en Islam. Exégèse lexicographique et théologique, Paris, Éd. du Cerf.

Halabi‑Halawi Wissam 2007, « Les Druzes dans les chroniques arabes médiévales : une narration éclatée », Studia Islamica 104/105 (dossier Chroniques médiévales islamiques : temps, narration, usage), p. 103‑132.

Halabi‑Halawi Wissam 2016a, Le druzisme au ixe/xve siècle. Entre hagiographie sayyidienne et réalités sociales, thèse université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne.

Halabi‑Halawi, Wissam, 2016b, « L’arbitrage et la médiation des cheikhs religieux chez les Druzes du Gharb au ixe/xve siècle », in Mathieu Tillier (dir.), Arbitrage et conciliation dans l’Islam médiéval et moderne, Remmm 140, p. 101‑120.

alīfa ʿIṣām 1992, « al‑Taqsīmāt al‑idāriyya li‑šamāl Lubnān awāʾil al‑qarn al‑sādis ʿašar (925/1519) », al‑Maǧalla al‑taʾrīiyya al‑ʿarabiyya li‑l‑dirāsāt al‑ʿumāniyya 5‑6, p. 177‑185.

Harris William 2012, Lebanon. A History 600‑2011, Oxford, OUP.

Heywood Colin 2005 (1re éd. 1994), « An unsolved murder in the Marmara (Notes on the Bodl. MS. Turk. d. 32) », in Colin Heywood et Colin Imber (éd.), Studies in Ottoman history in honour of Professor V.L. Ménage, Istanbul, The Isis Press, p. 91‑106.

Hirschler Konrad 2014, « The Jerusalem Conquest of 492/1099 in the Medieval Arabic Historiography of the Crusades: From Regional Plurality to Islamic Narrative. », Crusades 13, p. 37-76.

Hodgson Marshal G.S. 1962, « Al‑Darazî and Ḥamza in the Origin of the Druze Religion », JAOS 82.1, p. 7‑20.

Hodgson Marshal G.S. 1965, « Al‑Darazī », Encyclopaedia of Islam, New Edition, Leyde, Brill, II, p. 136‑137.

Holt Peter Malcom et Lewis Bernard 1962, Historians of the Middle East, Oxford, OUP.

El‑Hibri Tayeb 1999, Reinterpreting Islamic Historiography. Hārūn al‑Rashīd and the Narrative of the ʿAbbāsid Caliphate, Cambridge, CUP.

Judd Steven 2008, « Reinterpreting al‑Walīd b. Yazīd », JAOS 28/3, p. 439‑458.

Kaidbey Naila s.d., « Muhammad Malik al‑Ashrafani. A Seventeenth Century Druze Historian », s.l., URL : http://www.druzeheritage.org/popups/2.pdf.

La Spisa Paolo 2012, « Perspectives ecdotiques pour textes en moyen arabe », in Liesbeth Zack & Arie Schippers (éd.), Middle Arabic and Mixed Arabic : Diachrony and Synchrony, Leyde, Brill, p. 187‑208.

Hinds Martin et Ménage Victor 1991, Qasr Ibrim in the Ottoman Period: Turkish and Further Arabic Documents, Londres, Egypt Exploration Society.

Hirschler Konrad 2014, « The Jerusalem Conquest of 492/1099 in the Medieval Arabic Historiography of the Crusades : From Regional Plurality to Islamic Narrative », Crusades 3, p. 37‑76.

Marino Brigitte 2000, « Les territoires des villes dans la Syrie ottomane (xviexviiie siècle) : une esquisse », BEO 52, La ville en Syrie et ses territoires : héritages et mutations, p. 263‑277.

Masarwa Alev 2017, « Performing the occasion: The chronograms of Māmayya ar‑Rūmī », in Stephan Conermann & Gul Sen (éd.), The Mamluk‑Ottoman Transition: Continuity and Change in Egypt and Bilād al‑Shām in the Sixteenth Century, Göttingen, Bonn University Press, V&R unipress, p. 177‑206.

Munaǧǧid (Al‑), Ṣalāḥ al‑Dīn 1956, « al‑Muʾarriḫūn al‑dimašqiyyūn wa āṯaruhum al‑maḫṭūṭa min al‑qarn al‑ṯāliṯ al‑hiǧrī ilā nihāyat al‑qarn al‑ʿāšir », Maǧallat Maʿhad al‑Maḫṭūāt al‑ʿArabiyya 2, p. 23‑145.

Munaǧǧid (Al‑) Ṣalāḥ al‑Dīn 1964, al‑Muʾarriūn al‑dimašqiyyūn fī al‑ʿahd al‑ʿumānī wa āaruhum al‑maḫṭūa, Beyrouth, Dār al‑Kutub al‑Ǧadīd.

Munaǧǧid (Al‑) 2006, Ṣalāḥ al‑Dīn, Muʿǧam al‑muʾarriūn al‑dimašqiyyūn wa āaruhum al‑maḫṭūa wa‑l‑mabūʿa, Beyrouth, Dār al‑Kitāb al‑Ǧadīd (1re éd., 1978).

Olsaretti Alessandro 2005, Trade, Diplomacy and State Formation in the Early Modern Mediterranean: Fakhr al‑Dīn II, the Sublime Porte and the Court of Tuscany, MA Thesis, McGill University.

Pfeifer Helen 2015, « Encounter after the Conquest : Scholarly Gatherings in 16th Century Ottoman Damascus », IJMES 47/2, p. 219‑239.

Rivoal Isabelle 2002, « Penser l’identité communautaire et les frontières sociales », in François Pouillon (éd.), Lucette Valensi à l’œuvre. Une histoire anthropologique de l’Islam méditerranéen, Saint‑Denis, Bouchène, p. 115‑132.

Salibi Kamal S. 1973, « The Secret of the House of Maʿn », IJMES 4, p. 272‑287.

Salibi Kamal S. (éd.) 2005, The Druz : Realities & Perceptions, Londres, Druze Heritage Foundation.

Salati Marco 1994, « Un documento di epoca mamelucca sul waqf di ʿIzz al‑Dīn Abū l‑Makārim Ḥamza b. Zuhra al‑Ḥusaynī al‑Isḥāqī al‑Ḥalabī (ca. 707/1307) », Annali di Ca’ Foscari XXXIII/3 (Serie orientale 25), p. 97‑137.

Sharkas Hikmat 1976, Badr al‑Din al‑Ghazzi (904/1499–984/1577) and His Manual on Islamic Scholarship and Education, al‑Durr al‑Nadīd, Cambridge, Harvard University Press.

Sivan Emmanuel 1985, Interpretations of Islam: Past and Present, Princeton, N.J., Darwin Press.

Weber Stefan 2014, « La fabrique d’une ville portuaire ottomane. Les acteurs du développement urbain de Sidon entre le xvie et le xviiie siècle », in Wolfgang Kaiser (éd.), La loge et le fondouk. Les dimensions spatiales des pratiques marchandes en Méditerranée. Moyen Âge – Époque moderne, Paris, Karthala, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (« L’atelier méditerranéen »), p. 21‑70.

Winter Stefan 2015, « Fakhr al‑Dīn Maʿn », Encyclopaedia of Islam, Three, [En ligne] http://dx.doi.org.acces.bibliotheque-diderot.fr/10.1163/1573-3912_ei3_COM_26097.

Zouache Abbès 2009, « Têtes en guerre au Proche‑Orient. Mutilations et décapitations, vevie/xiexiie siècle », in Abbès Zouache (dir.), La guerre dans le monde arabo‑musulman médiéval. Perspectives anthropologiques, AnIs 43, 2009, p. 75‑119.

Zouache Abbès 2015, « Les croisades en Orient. Histoire, mémoires », Tabularia 15, p. 75‑119.

Zouache Abbès, à paraître (a), « La fabrique de l’histoire. Culture historique et méthode de travail d’Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. ap. 926/1520) ».

Zouache, Abbès, à paraître (b), « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. ap. 926/1520), historien des croisades ».

Haut de page

Notes

1 Bianquis 1986‑1989, p. XVII. Voir aussi Bianquis 1995.

2 Je tiens à remercier Frédéric Imbert (Beyrouth), Mohammed Saïd (Koweït City), Mohammed Ibrahim (Le Caire) et Wissam Halabi-Alawi (Paris) pour leurs conseils avisés ou les informations qu’ils ont bien voulu me transmettre.

3 Cet article, qui est achevé, s’intitule : « La fabrique de l’histoire. Culture historique et méthode de travail d’Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. ap. 926/1520) ».

4 Ce troisième article sera intitulé : « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. ap. 926/1520), historien des croisades ». Je projette aussi de publier une traduction de l’Iʿlām.

5 Cahen 1983, à propos duquel voir Zouache 2015. Noter que Thierry Bianquis considérait les croisades comme une période charnière dans l’histoire de l’Orient arabe, pendant laquelle les Européens avaient progressivement pris le pas sur les Orientaux en Méditerranée grâce à leur puissance économique. Voir Bianquis 2008.

6 Zouache 2015.

7 Parmi ses contemporains, ni Ibn al‑Ḥimṣī (m. 934/1527), ni Ibn Ṭūlūn (m. 953/1546), ni al‑Nuʿaymī (m. 927/1521) ne lui consacrent de notice biographique, ni ne dressent son portrait, pas plus que les historiens libanais (voir infra, n. 82) qui font usage de sa chronique la plus longue (le Muntaab). Noter que Ḥāǧǧī Ḫalīfa ne le cite pas dans le Kašf al‑unūn. Al‑Munaǧǧid 1956 et 2006 n’en fait pas mention parmi les historiens damascènes dont il a dressé la liste. Il est vrai que si, comme nous le verrons, les indices qui plaident pour un ancrage syrien et damascène d’al‑Ḥarīrī sont nombreux, rien ne permet de le démontrer de façon absolument certaine.

8 La Spisa 2012, p. 194.

9 Ms. Beyrouth, Bibliothèque Orientale de l’université Saint‑Joseph, n° 078, fol. 1. Titre un peu différent dans le passage de la ʿUmda reproduit infra, note 31 : Muntaab al‑zamān fī ta’rī al‑ulafā’ wa‑l‑umarā’ wa‑l‑aʿyān. Les ʿulamā’ sont remplacés par les ʿumarā’ (« les émirs »).

10 Ms. Beyrouth, Bibliothèque Orientale de l’université Saint‑Joseph, n° 078, fol. 1. Titre un peu différent dans le passage de la ʿUmda reproduit infra, note 31 : Muntaab al‑zamān fī ta’rī al‑ulafā’ wa‑l‑umarā’ wa‑l‑aʿyān. Les ʿulamā’ sont remplacés par les ʿumarā’ (« les émirs »).

11 Noter qu’il utilise des formules dont faisaient usage certains des historiens sur lesquels il s’appuie, comme Ibn ʿAsākir (m. 571/1176), Ibn al‑Aṯīr (m. 630/1233) ou al‑Ḏahabī (m. 748/1348). Cf. par exemple Muntaab, ms. BO n° 78, fol. 73 ; Ibn ʿAsākir, Ta’rī madīnat Dimašq, I, p. 68 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, IV, p. 51, VIII, p. 249 ou X, p. 43 ; al‑Ḏahabī, Ta’rī, XLIV, p. 495.

12 Édition publiée en 1993‑1995 à Beyrouth par Dār Ištār. Désormais citée : Muntaab-Ḫalīfa.

13 Maʿhad al‑maḫṭūṭāt al‑ʿarabiyya bi‑l‑Qāhira, n° 108 al‑Ta’rī, 223 fol. (230 semble‑t‑il à l’origine), copie de « Vatican, Ms. F. 588 » (sic). Selon ʿAbd al‑Badīʿ 1956, p. 59, le Muntaab est attribué par erreur, à la fin du manuscrit, au célèbre littérateur arabe Abū Muḥammad al‑Qāsim b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. 516/1122). Je n’ai pu vérifier cette information, les derniers feuillets étant manquants dans le microfilm qui m’a été fourni.

14 Al‑Taymuriyya, n° 2405. Je n’ai pu avoir accès à ce microfilm qui, après plusieurs demandes, m’a été annoncé perdu (été 2017).

15 Muntaab-Ḫalīfa, p. 13. En fait, il est très probable que le Muntaab fut achevé dans les premières décennies du xe/xvie siècle.

16 Sohag, Maktabat Rifāʿa Rāfiʿ al‑Ṭahṭāwī, n° 25 Ta’rī et 169 fol. d’après Zaydān 1998, p. 975 ; n° 86 Ta’rī et 177 fol. d’après ʿAbd al‑Badīʿ 1956, p. 265 ; 237 fol. d’après Iġnāṭiyūs ʿAbduh Ḫalīfa, ibid. Le microfilm (n° 524 al‑Ta’rī) du Maʿhad al‑maḫṭūṭāt al‑ʿarabiyya bi‑l‑Qāhira semble avoir été perdu. Zaydān (ibid.) considère que l’auteur, « inconnu », vivait au viiie siècle de l’hégire ; il date le manuscrit du même siècle. ʿAbd al‑Badīʿ le date plus justement du xe siècle de l’hégire.

17 Al‑Ḥarīrī, Muntaab, ms. Sohag, fol. 9 ; Muntaab-alīfa, p. 26. Je n’ai pas trouvé trace de cette ʿUmda chez les historiographes arabes ni dans les catalogues de manuscrits arabes que j’ai consultés. Sur al‑Zamlakānī, voir infra, note 80.

18 Reproduites dans Muntaab-alīfa, p. 13. Les marques sont datées de 1221/1806‑1807, 1222/1807‑1808, et 1233/1817‑1818.

19 Al‑Ḥarīrī, Muntaab, ms. Sohag, fol. 95 ; Muntaab-Ḫalīfa, p. 85. Texte d’al‑Ḥarīrī :

وكان الوليد خليعاً ماجِناً قليل المُبالاة بالدين يَرتكب أُموراً عظيمةً بِخرق الشريعَة وإظهار المناكر والقبائح فمن ذلك قوله فقُل لله يمنعُني طَعامي / وقُل لله يمنعُني شَرابي.

Les vers sont cités (sous différentes formes) par de nombreux auteurs médiévaux. Même forme dans deux des sources d’al‑Ḥarīrī : Ibn ʿAsākir, Ta’rī madīnat Dimašq, LXV, p. 304, et Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’at al‑zamān, XI, p. 289. L’annotation :

خذله الله بين الأموات وقبحه الله من يتجاهر بالأفعال الذميمات كيف يصلح خليفة على الانام وليس من حظ في الإسلام فعليه ما يستحق من القدير الجبّار ولا زال مخلداً في النار واسكنه وأمثاله دار البوار جهنّهم يصلونها وبئس القرار كتبه حسن البوريني.

20 Al‑Būrīnī est l’auteur d’un dictionnaire biographique intitulé Tarāǧim al‑aʿyān min abnā’ al‑zamān. Sur al‑Būrīnī et al‑Ġazzī, voir l’introduction de l’édition des Tarāǧim par Ṣalāḥ al‑dīn al‑Munaǧǧid, I, p. 5‑47 ; al‑Ziriklī 2002, III, p. 289 ; Sharkas 1976 ; Pfeifer 2015.

21 196 fol., succinctement décrit par Cheikho 1929, p. 258‑259, qui révèle que le manuscrit appartenait à la famille libanaise maronite Khazen. Le manuscrit est inégalement lisible : l’encre est parfois effacée ; les mots manquants et les confusions sont assez nombreux. En particulier, des évènements datant de l’époque mamelouke sont insérés à la suite du récit des aventures de Šīrkūh en Égypte au milieu du vie/xiie siècle (fol. 39v‑40). Cheikho, qui date (à raison me semble‑t‑il) le manuscrit du xvie siècle ou du xviie siècle, explique avoir « vainement cherché à savoir quel est l’auteur de cet ouvrage ». Il suppose qu’il était syrien, ce qui, comme nous le verrons, est très probable, et qu’il vivait « au xive ou au xve siècle », ce qui ne l’est pas du tout. Il a été induit en erreur par le fait qu’en 698/1299, un cheikh nommé Ḥasan Ibn al‑Ḥarīrī, dont Cheikho pense que c’était « son parent », était au côté du sultan Kitbuġā (ou Kutbuġā) pendant une prière à la mosquée de Hama. Noter qu’El‑Hibri 1999, p. 69, affirme aussi que le Muntaab fut rédigé au xive siècle.

22 Muntaab, ms. Beyrouth, BO n° 078, fol. 1. Les mots peu lisibles car en partie effacés sont placés entre crochets. Voir aussi la restitution (en partie différente de la mienne) du texte dans Muntaab-Ḫalīfa, p. 247.

23 Inversion de l’ordre des mots, sans doute par le copiste. Lire : الجزء الثاني من كتاب منتخب...

24 Voir infra, le texte reproduit note 31, où al‑Ḥarīrī utilise l’expression ilā waqti‑nā.

25 L’encre étant en partie effacée, la lecture est incertaine et ne me satisfait guère. Iġnāṭiyūs ʿAbduh Ḫalīfa (Muntaab-Ḫalīfa, n° 3, p. 247), qui avait d’abord lu al‑maʿrūf, choisit finalement al‑Maġribī, sans doute d’après Brockelmann (GAL, Suppl. II, p. 406). La lecture me semble peu plausible et n’avait d’ailleurs pas été retenue par Cheikho 1929, p. 258‑259.

26 Adaptation de Cor. 3, 173‑174 (Ᾱl ʿImrān) ; Cor. 9, 59 (al‑Tawba) ; Cor 39, 38 (al‑Zumar).

27 Sur les noms de Dieu, voir Gimaret 1988.

28 Princeton, Princeton University Library, Garrett, ms. n° 561Y, 109 fol. Description succincte du manuscrit dans MachMcChesney 1977, p. 377‑378.

29 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fol. 1. Au haut de ce même feuillet, une main a écrit (sans doute récemment et au crayon mine) les deux premiers mots du titre : ʿUmdat al‑ʿārifīn.

30 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fol. 109.

31 Fī awāir šahr afar al‑ayr : stricto sensu « dans la dernière décade du mois béni de ṣafar » qui, en 923, s’étendait entre le 14 et le 23 mars 1517.

32 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fol. 1v‑2 :

اَمَّا بَعْدُ فَاني لمَا صنَفتُ كتابى الذِى سميته منتخب الزمَان فِى تارِيخ الخلفَا وَالامرَا وَالاعيَان وَهو من مَولد نبينا محمَّد صَلى الله عليه وسلم الى وَقتنا رايتُ بَعض اصحَابنَا جَمَع كِتابًا من يَوم خَلق الله تعالَى الدُّنيَا وَذكر فيه وَصْف السمَوات والاَرضين وَالاقَليم وكرة الارض وَالبحَار والجبَال والانهَار وَالعيُون ومَا في الارض مِن العَجايب والامم وَالبلدَان وَالمَداين وَالانبيَا من ادَم الي ظهُور سَيّدنا محمَّد صَلي الله عليه وسَلم فَعزمتُ بعَون الله تَعالَى ان اختصرَهُ فِى بعض حجمهِ مَع قلة ذهنِى وَوَهن قريحَتى وقصُور علمِى وَسبحتُ علي منوالهِ من بدو العَالم الى ظهُور الاسْلَام ليَكون على رَاسِ المنتخب كالتَاج عَلى الرَّاسِ وَسمَّيته عمدَة العَارفين فىِ قصَصِ النَّبيين وَالامَم السَّالفين عَلى حَسب الاختِصَار دُون الاستهَابِ والاكثَار وَعَلى اللهِ اعتَمِد وَلَهُ اَسال وَبهِ استَعِين وَهو حسَبِى ونعم الوكيل المَعِين.

Noter que concernant le premier mot du titre, la fata paraît à première vue être portée par la première consonne, ce qui conduirait à le lire ʿamda (« confiance »). Mais le copiste (al‑Ḥarīrī lui‑même) l’a probablement déportée sur la droite du fait de la longueur de la barre inférieure de la lettre mīm du mot al‑ʿālam situé juste au‑dessus.

33 On le trouve parfois sous une forme plus complète : ʿUmdat al‑ʿārifīn fī qia al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑sālifīn al‑makūrīn fī ikmat rabb al‑ʿālamīn. Ce livre est censé comporter trois parties. Abu‑Izzedin 1993, note 8 p. 236, le décrit ainsi : « Among the contents of parts one and two are lives of prophets, ancient philosophers, legendary figures, companions of the Prophet and Imāms. Part three is a history of the Druze faith at the time of its propagation. Ashrafānī had access to a wide range of sources, among them some now lost, such as the first volume of Ibn Sbāṭ’s History and an Arabic Lexicon attributed to Sayyid ʿAbdallāh al‑Tanūkhī. It is interesting to note among his sources collections containing precepts and sayings of Pythagoras, Plato, Hermes, and other sages ». Voir aussi Kaidbey, s.d. ; Halabi-Halawi 2016 a.

34 Voir par exemple al‑Ziriklī 2002, VII, p. 17, qui le nomme Muḥammad Mālik al‑Ašrafānī.

35 Wissam Halabi‑Halawi, correspondance privée. La prudence s’impose évidemment tant que les deux textes n’auront pas été soigneusement comparés. Je tiens à nouveau à remercier Wissam Halabi-Alawi, qui m’a fourni une aide précieuse, en particulier concernant la ʿUmdat al‑ʿārifīn d’al‑Ašrafānī, à laquelle je n’ai évidemment pas pu avoir accès.

36 Noter que l’annotation D, dont la première ligne (le premier mot ?) est effacée, mentionne le nombre de feuillets (112) du manuscrit : [...] عدد أوراقه / مائة و[ا]ثني عشر ورقه / والله اعلم .

37 Autre lecture possible : ʿAlī b. Tūsī (ou Ṭūsī, si l’on admet que le tā’ serait utilisé à la place du ā’).

38 Je n’ai pas trouvé mention d’un village nommé ʿĀnūt (ou ʿĀnūṯ) dans la littérature géographique médiévale. Le voyageur soufi ʿAbd al‑Ġānī b. Ismāʿīl al‑Nābulusī (m. 1143/1731) passa dans ce village qu’il évoque dans al‑Tufa al‑nābulusiyya, p. 35‑36. Sur la « collectivité locale » actuelle de ʿĀnūt, qui « se situe dans le Caza (district) du Chouf, l’une des subdivisions administratives de la Mohafazah du Mont‑Liban », à 50 km de Beyrouth, voir les données rassemblées sur le site internet du Centre de ressources sur le développement local au Liban (Localiban) : http://www.localiban.org/article2293.html.

39 La lecture de ce dernier mot m’a été suggérée par Lahcen Daaif, que je remercie chaleureusement.

40 Voir ci‑après, l’annotation suivante (F), où il est clairement fait référence au cadi de Ṣaydā’. L’expression al‑muwallā bi… ilāfatan renvoie, stricto sensu, à la délégation d’un pouvoir ; elle est utilisée dans des actes juridiques mamelouks et surtout ottomans (xvie‑xviie siècle) pour désigner le substitut/représentant du cadi. Voir Salati 1994, p. 99 et note 7 (référence à Hinds et Ménage 1991, p. 25), 100, 101 ; Heywood 2005, p. 96 ; Mallat 2007, p. 385 note 303.

41 Weber 2014.

42 Je suis ici Firro 1997. Sur le Šūf et ses subdivisions au xvie siècle, voir Salibi 1973 et 2005 ; Bakhit 1982 ; alīfa 1992 ; Marino 2000 ; Abu‑Husayn 1985 et 1992 ; Abū ʿIzz al‑dīn 1995‑2002, I, index ; Olsaretti 2005 ; Daher 2010, p. 330‑335 et passim ; Halabi‑Alawi 2016 a.

43 Weber 2014, p. 24.

44 Les sunnites.

45 Une traduction tout à fait opposée est possible dans la mesure où ahara peut aussi signifier « tourner le dos à quelque chose, abandonner ». Les Druzes dès lors auraient abandonné l’impiété qui les éloignait de l’obéissance de Dieu. Cependant, une telle utilisation d’ahara est plus rare, et le contexte conduit à choisir l’interprétation que je propose.

46 Il est douteux qu’il puisse renvoyer à al‑Ḥarīrī, mais on ne peut écarter cette hypothèse de façon absolument certaine.

47 Sur Faḫr al‑dīn Maʿn, sa famille et les difficultés des historiens à distinguer, dans les sources qui s’y rapportent, ce qui relève de la légende et de l’histoire, voir Winter 2015 (avec une bibliographie à jour) ; Halabi‑Alawi 2016 a.

48 Car comme le souligne Wissam Halabi‑Alawi (communication privée), « qualifier les Druzes d’hérétiques et de chiens est un phénomène tardif dans la littérature régionale ».

49 Une copie microfilmée est conservée à la Bibliothèque Nationale égyptienne (Dār al‑kutub, al‑Taymūriyya, n° 2286). Voir al‑Ziriklī 2002, I, p. 179 ; ʿAbd al‑Badīʿ 1956, p. 23. La izānat al‑Turā, XIV, p. 157, n° 12317, fait état d’un manuscrit conservé au Markaz al‑Malik Fayṣal li‑l‑Buḥūṯ wa‑l‑Dirāsāt al‑Islāmiyya (R n° 2234/1 fb) à Riyad, sans préciser – ce qui me semble très probable – s’il s’agit ou non d’une copie numérique du ms. de la BnF.

50 Zouache, à paraître (b).

51 Zouache, à paraître (b).

52 Hirschler 2014, p. 41 et note 28 : « marginal work ».

53 Amari 1881, p. 686. La première édition de la Biblioteca arabo-sicula date de 1857. Le passage traduit porte sur l’année 585/1189‑1190.

54 Si ce ne sont quelques mentions ici ou là, par exemple : Sivan 1985, note 28 p. 37 ; ʿAwa 1999 et 2004, note 240.

55 Désormais citée : Iʿlām-Zakkār. Une autre édition (par Riz Allāh Aḥmad) plus confidentielle encore a été publiée en Égypte en 1986. Je n’ai pas réussi à y avoir accès.

56 Quelques lignes lui sont consacrées dans Cobb 2014, qui le qualifie de « short treatise » (réminiscence de De Slane 1883‑1895, p. 392, qui utilise le même terme dans sa description sommaire du ms. BnF Ar. 2234 ?) sur les guerres franques et souligne fort justement qu’il témoigne de la persistance, au Proche‑Orient, d’une « mémoire ancienne des croisades ». ʿUmar ʿAbd al‑Salam Tadmurī y fait régulièrement référence dans l’annotation de certaines éditions des chroniques et dictionnaires biographiques qu’il a publiées en nombre depuis une vingtaine d’années (par exemple le Ta’rī al‑islām d’al‑Ḏahabī).

57 La pièce la plus ancienne date de 714/1314‑1315, la plus récente (l’Iʿlām) de 926/1520. Description (succincte) du maǧmūʿ dans De Slane 1883‑1895, p. 392, et Vajda 1940‑1969, dossier « Renseignements généraux concernant le manuscrit Paris, Bibl. Nat. Arabe 2234 », pagination manuscrite 1‑7. Noter que chaque pièce est d’une main différente.

58 Awāir šawwāl, expression souvent vague qui devrait théoriquement correspondre aux dix derniers jours du mois de šawwāl, qui en 926 s’étala du vendredi 14 septembre au vendredi 12 octobre 1520. Si le copiste avait eu l’intention d’utiliser cette expression avec son sens précis, le manuscrit aurait donc été terminé entre le 2 et le 12 octobre 1520.

59 Certaines marques sont reproduites dans Iʿlām-Zakkār, p. 56. Les lectures diffèrent parfois des miennes.

60 Il aurait dès lors souhaité se corriger. Cette hypothèse ne peut être étayée par une étude des encres utilisé (j’ai travaillé sur une copie numérique du manuscrit), mais je n’ai pas l’impression que les mots aient été rayés après la rédaction de l’inscription par un individu ayant souhaité manifester son désaccord.

61 Voir Cor., 2, 14 (al‑Baqara) ; Cor. 33, 41‑42 (al‑Azāb) ; Cor., 3, 41 (Āl ʿImrān) ; Cor., 76 (al‑Insān) ; etc. De nombreux hadiths rappellent aussi l’utilité et l’obligation de mentionner le nom de Dieu, en particulier à la fin de chaque prière.

62 Il serait possible de lire, si l’on supposait que l’auteur avait omis d’écrire la hamza finale : الخطء (« l’erreur » ou « la faute »).

63 Cf. Cor., 2, 14 (al‑Baqara) ; Cor., 33, 41‑42 (al‑Azāb) ; Coran, 3, 41 (Āl ʿImrān) ; Coran, 76 (al‑Insān) ; Cor., 25 (al‑Furqān) ; etc. De nombreux hadiths rappellent aussi l’utilité et l’obligation de mentionner le nom de Dieu, en particulier à la fin de chaque prière.

64 La lecture الخطء (ci‑dessus, note 59) conduirait à traduire le segment : « l’erreur demeure ».

65 Deux hadiths sont mêlés, dont celui parfois dit « de la miséricorde (al‑rama) », simplement décliné sous la forme al‑rāimūn yaramu‑hum al‑Ramān, iramū man fī al‑ar yaramu‑kum man fī al‑samā’ (al‑Ḥumaydī, Musnad, I, p. 503, n° 602) ou sous une forme plus complète : al‑rāimūn yaramu‑hum al‑Ramān, iramū ahl al‑ar yaramu‑kum ahl al‑samā’, wa‑l‑raim šuǧna min al‑Ramān, man waala‑hā waalat‑hu wa man qaaʿa‑hā battat‑hu (Aḥmad b. Ḥanbal, Musnad, XI, p. 33, n° 6494) ; al‑rāimūn yaramu‑hum Allāh, iramū ahl al‑ar yaramu‑kum ahl al‑samā’, al‑raim šuǧna min al‑raman, man qaaʿa‑hā qaaʿa‑hu Allāh, wa man waala‑hā waala‑hu Allāh (Ibn Wahb, al‑Ǧāmiʿ fī al‑adī, p. 220, n° 146), etc. Le second hadith est aussi diversement transmis. Voir par exemple al‑Buḫārī, aī, II, p. 79, n° 1284 ; VIII, p. 133, n° 6655 ; IX, p. 115, n° 7377 ; IX, p. 133, n° 7448 (ihi rama ǧaʿala‑hā Allāh fī qulūb ʿibādi‑hi, wa‑innamā yaramu Allāh min ʿibādi‑hi al‑ruamā’) ; Abū Dāwud, Sunan, III, p. 193, n° 3125 (inna‑hā rama waaʿa‑hā Allāh fī qulūb man yašā’, wa‑innamā yaramu Allāh min ʿibādi‑hi al‑ruamā’) ; Muslim, aī, II, p. 635, n° 623 (ibid.) ; Ibn Māja, Sunan, I, p. 506, n° 1088 (al‑rama allatī ǧaʿala‑hā Allāh fī Banī Ādam, wa innamā yaramu Allāh min ʿibādi‑hi al‑ruamā’). Voir aussi Cor. 21, 107 (Anbiyāʾ), 21 : 107.

66 Lecture incertaine. Je n’ai pas réussi à identifier les vers (comme précédemment, j’ai conservé la graphie et les erreurs ; voir aussi la transcription dans Iʿlām-Zakkār, p. 56, en partie non conforme au texte du ms.) :

من لم يكن يوماً لقولك يفهم / الراي انك معه لا تتكلم

كم كلمة ردت علي من قالها / ان لم يكن اهلً لها المتكلم

من باع في سوق الكناسه جوهراً / واراد ربحاً لا يغوي ويغنم

67 Différentes lectures sont possibles, dans la mesure où le tā’ marbūa ne dispose pas de point diacritique : Māmayyah ; Māmayya, Māmiyyah ; Māmiyya, Māmiyh, etc. Masarwa 2017, p. 181‑182, souligne d’ailleurs que les copies de son dīwān (voir ci‑après, note 71) qu’elle a pu consulter contiennent différentes variantes : Māmāya (ماماية), Māmaya (مامية), Māmiyh (ماميه).

68 Al‑ʿAydarūs, al‑Nūr al‑sāfir, p. 263, 317, 318, 341.

69 Voir al‑Muḥibbī, ulāat al‑āar, I, p. 207, 457 ; al‑ʿAydarūs, al‑Nūr al‑sāfir, loc. cit. ; Ibn al‑ʿImād, Šaarat al‑ahab, X, p. 451, 580, 595 ; al‑Ġāzī, al‑Kawākib, III, p. 45‑46 ; Ḥaǧǧī Ḫalīfa, Kašf al‑unūn, I, p. 809 ; al‑Murādī 1988, I, p. 196 ; al‑Ziriklī 2002, V, p. 268 ; Kaḥḥāla s.d., VIII, p. 280 ; Bosworth 1989 ; Masarwa 2017.

70 Masarwa 2017.

71 Sur son dīwān, intitulé Rawat al‑muštaq wa bahǧat al‑Nuššāq, voir Bosworth 1989 et Masarwa 2017.

72 Masarwa 2017, p. 181‑182, selon lequel il descendait probablement « from the Nogaic‑Kipchak clan of the Māmiyh ».

73 Les dates suivantes sont avancées : 985/1577 ; ḏū al‑ḥiǧǧa 986/30 décembre 1578‑28 janvier 1579 ; muḥarram 987/28 février-29 mars 1579 ; ḏū al‑ḥiǧǧa 987/19 janvier‑17 février 1580 ; muḥarram 988/1er février-17 mars 1580. Masarwa 2017, considère qu’il mourut en 985/1577 ou 987/1579.

74 Gilsenan 1996, p. 189‑192 et passim ; Rivoal 2002, p. 9.

75 Ainsi que le rappelle Suhayl Zakkār : Iʿlām‑Zakkār, p. 57. Cependant, des individus portant la même nisba sont aussi signalés dans d’autres pays de l’Orient arabe, notamment en Iraq et en Égypte.

76 Geoffroy 1995, http://books.openedition.org/ifpo/2377.

77 Il pousse des cris d’orfraie lorsqu’il relate des turpitudes prêtées au calife omeyyade al‑Wālid (II) b. Yazīd b. ʿAbd al‑Malik (r. 125‑126/743‑744), à vrai dire, sans guère d’originalité (mais voir sur ce point Judd 2008). Un instant, al‑Ḥarīrī devient lecteur et se détache de sa posture d’historien, n’hésitant pas à vouer, si ce qu’il a lu « est vrai », au malheur le calife et la communauté (umma) l’ayant agréé et lui ayant obéi. Voir Muntaab, ms. Sohag, fol. 95‑96, ainsi restitué par Iġnāṭiyūs ʿAbduh Ḫalīfa in Muntaab‑Ḫalīfa, p. 58‑59 :

وله أخبار كثيرة لا يليق ذكرها من المجون والخلاعة على الشراب واتخاذ القيان وارتكاب الفجور والمناكر. وأنا أستغفر لله من ذلك وأعوذ الله [96] من خليفة يقبل مثل هذا فإن كان هذا صحيحاً فويل له ولأمة رضيت بإمامته وعملت بطاعته. وكانت ولايته سنة وشهرين وثلاثة عشر يوماً.

Noter cependant qu’al‑Ḥarīrī fait preuve d’un certain goût pour les anecdotes croustillantes (ce en quoi, là encore, il n’est guère original parmi les historiographes arabes médiévaux).

78 Voir dans Zouache, à paraître (a), la comparaison détaillée entre son traitement dans le Muntaab (ms. Beyrouth, BO n° 078, fol. 7 et passim) du règne du calife fatimide al‑Ḥākim (386‑411/996‑1021) et de la naissance de la communauté ismaélienne du Wādī al‑Taym, et celui d’Ibn al‑Ḫaṭīb (m. 776/1374 ; Aʿmāl al‑ʿalām, p. 241) et d’Ibn Ṭūlūn (m. 953/1546 ; al‑Lamaʿāt al‑barqiyya, p. 51). Al‑Ḥarīrī est le seul à ne pas multiplier les formules imprécatoires vouant al‑Ḥākim aux gémonies (laʿana‑hu Allāh, etc.). Il réserve de telles imprécations aux Francs, du moins dans l’Iʿlām, dans la lignée de nombre de chroniqueurs de l’époque des croisades (sur ce dernier point, voir Christie 2001).

79 Voir Muntaab, ms. Beyrouth, BO 78, fol. 18 (an 408 H.), référence au prédicateur Muḥammad b. Ismāʿīl Naštakīn (ou Nuštakīn ; « Taštakīn » dans le ms.) al‑Darazī, sur lequel voir Hodgson 1962 et 1965 ; Firro 2013. Noter que le Muntaab ne semble généralement pas connu des historiens analysant les sources arabes qui relatent la naissance du druzisme (par exemple HalabiHalawi 2007 ; Firro 2011). Sur les Ismaéliens du Wādī al‑Taym, voir la note précédente.

80 Cela est moins vrai de la ʿUmda, où l’ensemble des territoires habités sont notamment décrits, qu’ils fassent ou non partie du Dār al‑islām.

81 Notamment ceux qui concernent les croisades du viie/xiiie siècle. Voir par exemple Iʿlām, BnF, ms. Ar. 2234, fol. 134v, 135v‑136, 137 (combats à Damiette). L’intérêt pour le Bilād al‑Šām méridional peut aussi s’expliquer par le fait qu’après les années 1150, les combats les plus importants et les plus âpres s’y concentrèrent. Suhayl Zakkār (Iʿlām-Zakkār, p. 57) souligne aussi l’importance de la Syrie méridionale dans le récit d’al‑Ḥarīrī.

82 Voir les développements que je consacre à cet auteur, à son œuvre et à sa célèbre famille dans Zouache, à paraître (a). La nisba al‑Zamlakānī renvoie à un village de la Ghouta de Damas, Zamlkā, dont la famille était originaire.

83 Zouache, à paraître (a).

84 L’utilisation du Muntaab par Istifānus Duwayhī avait été soulignée par une main anonyme (sans doute celle de L. Cheikho) à la suite du dernier feuillet du manuscrit beyrouthin (BO n° 078). L’éditeur du Ta’rī al‑azmina, F. Taoutel, fait aussi régulièrement référence au Muntaab. Noter que d’autres auteurs maronites y ont recours plus tardivement, dont en particulier Anṭūniyūs Abī Ḫaṭṭār al‑ʿAynṭūrīnī (m. 1821) et l’émir Ḥaydar al‑Šihāb (m. 1835). Voir Muntaab-Ḫalīfa, p. 15 ; Lewis et Holt 1962, p. 220.

85 Iʿlām-Zakkār, p. 57. Sur cette confrérie, voir De Jong 1978 ; Chih 1988, en particulier p. 182‑183. À l’heure où je mets la dernière main à cet article (été 2017), le volume 7 (2016) du Journal d’Histoire du Soufisme consacré à la Ḫalwatiyya n’est pas encore paru.

86 Al‑Muḥibbī, ulāat al‑aar, I, p. 248‑249. Voir aussi al‑Ġāzī, Dīwān al‑Islām, III, p. 307 ; Kaḥḥāla s.d., II, p. 5 ; al‑Bābānī al‑Baġdādī 1951, II, p. 448.

87 Voir par exemple Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 109 (al‑Šayḫ Aḥmad al‑Aʿqaf al‑Ḥarīrī Šihāb al‑dīn Aḥmad b. Ḥāmid b. Saʿīd al‑Tanūḫī al‑Ḥarīrī).

88 Geoffroy 1995, [En lignehttp://books.openedition.org/ifpo/2402 : « L’hétérodoxie de ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. 645/1248) est en effet patente et a exposé plusieurs fois ce shaykh à la condamnation à mort ; quoi qu’il en soit, sa voie ne laisse aucune trace à l’époque qui nous concerne ».

89 Je remercie Wissam Halabi‑Halawi d’avoir attiré mon attention sur ce personnage. Voir Firro 2000 ; Halabi-Halawi 2016 b.

90 D’ailleurs, dès l’entame du Muntaab (ms. Sohag, fol. 9 et Muntaab-Ḫalīfa, p. 26), il explique que pour pallier les manques de la ʿUmda d’al‑Zamlakānī, il résuma directement « de nombreux livres comme le Mir’at al‑zamān de Sibṭ b. al‑Ǧawzī, les Wafayāt al‑aʿyān d’Ibn Ḫallikān, le Ta’rī d’al‑Masʿūdī, et d’autres encore » :

أما بعد فاني طالعت كتاب عمدة الظرفاء في أخبار الخلفاء للشيخ شمس الدين محمد بن أحمد الزملكاني الأنصاري الشافعي، رحمه الله، فوجدته في غاية الاختصار ووجدته عرياً عن ذكر الملوك والأمراء والوزراء والأعيان والعلماء والشعراء فحذوت حذوه واتّبعت أثره ونسجت على منواله وجمعت فيه ما قدّرني الله تعالى من ذكر الخلفاء والملوك والأمراء والأعيان والوزراء والعلماء والشعراء وبعض قصصهم وأيامهم ونوادرهم وأخبارهم على حسب الطاقة والاستطاعة، واختصرته من عدة كتب كمرآة الزمان ووفيات الأعيان لابن خلكان وتاريخ المسعودي وغيرهم [...].

91 Zouache, à paraître (a).

92 Zouache 2009, p. 196.

93 Les formules qu’il utilise sont alors stéréotypées même si dans l’Iʿlām elles ont le goût de l’excuse au lecteur (sur ce point : Zouache, à paraître (b)). Voir par exemple Muntaab, ms. BO n° 078, fol. 1, 44, 72v, 73, 77 ; ʿUmda, Garrett, ms. n° 561Y, fol. 1v‑2, 24, 58, 98v ; Iʿlām, BnF, ms. Ar. 2234, fol. 11, 16, 17, 23v, 117v (Iʿlām-Zakkār, p. 79, 86, 87, 97).

94 Cahen 1986, p. 181, à qui j’emprunte l’expression « chroniques brèves ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Figure 2
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Figure 3
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 4
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Figure 5
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 6
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 7
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 8
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Figure 9
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6011/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abbès Zouache, « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. apr. 926/1520) : l’homme et son œuvre, d’après les marques extratextuelles des manuscrits qui la conservent »Bulletin d’études orientales, LXVI | 2018, 227-254.

Référence électronique

Abbès Zouache, « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. apr. 926/1520) : l’homme et son œuvre, d’après les marques extratextuelles des manuscrits qui la conservent »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/beo/6011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.6011

Haut de page

Auteur

Abbès Zouache

CNRS, USR 3141 – CEFAS et UMR 5648 – CIHAM
abbes.zouache@cefas.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search