Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Études

Le personnage du fakir (faqīr) comme « prêtre »
des classes populaires dans l’islam indo-pakistanais

De Garcin de Tassy à l’anthropologie historique contemporaine
Marc Gaborieau
p. 255-272

Résumés

Les premiers travaux sur les musulmans indiens, au début des années 1830, ont insisté sur le soufisme et le culte des saints ; ils ont mis en exergue les fakirs (arabe faqîr), membres de confréries « hétérodoxes », comme prêtres des classes populaires. Les recherches ethnologiques menées en Inde, au Népal et à Sri Lanka depuis 1960 ont précisé les rôles de ces « fakirs de campagne » – affiliés à l’ordre des Madârî dans le Nord et à celui des Rifâʿî dans le Sud – comme mendiants, ordonnateurs du culte des saints, faiseurs de miracles et prêtres funéraires. Des investigations historiques récentes sur les armées de l’Inde du Sud à l’époque moghole, puis coloniale, ont insisté sur la présence de soufis, rattachés aux ordres Naqshbandî et Rifâʿî, comme des sortes d’aumôniers militaires ; ils étaient souvent appelés Padre, terme portugais qui désignait à l’origine les prêtres catholiques. L’article conclut que ces soufis, à la campagne comme aux armées, devenus des intermédiaires indispensables entre les fidèles et Allâh, remplissaient bien la fonction de prêtres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le monde des fakirs
Les fakirs de campagne : approches ethnologiques
Au Népal central
Aux portes de Delhi : les Meo du Haryana et du Rajasthan
À Sri Lanka
Les fakirs aux armées : approches historiques
Un aperçu du xviie siècle : les fakirs des armées mogholes
Au cœur de l’Inde britannique : les fakirs des armées coloniales
Considérations finales
Épilogue

Aperçu du début du texte

Pendant mon premier séjour au Népal (1963‑1968), je me suis converti de l’islamologie à l’ethnologie . J’ai entamé une recherche sur une « caste »  de musulmans fabricants de bracelets de verre (Gaborieau 1977a et 1993a). Ils formaient une infime minorité dans un contexte majoritairement hindou : ils étaient dispersés dans quarante‑six villages sur 500 kilomètres à vol d’oiseau dans les montagnes du Népal central et occidental. En juillet 1964, j’ai exploré les premiers de ces villages, dans les districts de Gorkha et de Tanahun. Visitant le village de Mulâbârî dans ce dernier district (Gaborieau 1977a, p. 66, n° 13), j’ai remarqué un petit groupe d’habitations situées nettement à l’écart. J’ai demandé : « Qui sont ces gens, là‑bas ? ». « Ce sont des fakirs ! » Cette réponse allait de soi pour mes interlocuteurs musulmans ; elle était énigmatique pour moi. En effet pour les observateurs extérieurs, la minorité musulmane formait une seule caste. Pour les intéressés, au contraire, il ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Gaborieau, « Le personnage du fakir (faqīr) comme « prêtre »
des classes populaires dans l’islam indo-pakistanais », Bulletin d’études orientales, XLVI | 2018, 255-272.

Référence électronique

Marc Gaborieau, « Le personnage du fakir (faqīr) comme « prêtre »
des classes populaires dans l’islam indo-pakistanais », Bulletin d’études orientales [En ligne], XLVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/beo/6122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.6122

Haut de page

Auteur

Marc Gaborieau

CNRS et EHESS, UMR 8564 – CEIAS
marc.gaborieau-de-rosa@orange.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page