Skip to navigation – Site map
Dossier thématique
Études

Le personnage du fakir (faqīr) comme « prêtre »
des classes populaires dans l’islam indo-pakistanais

De Garcin de Tassy à l’anthropologie historique contemporaine
Marc Gaborieau
p. 255-272

Abstracts

Abstract: In the early 1830s, the first studies on the Indian Muslims emphasized Sufism and the cult of the Muslim Saints; they singled out the fakirs (arabic faqîr), members of “heterodox” Sufi orders, as priests of popular classes. Since 1960, ethnological enquiries in India, Nepal and Sri Lanka have detailed the roles of these “country fakirs” – who are affiliated to the Madârî order in the North, and to the Rifâʿî order in the South – as religious mendicants, organizers of the cult of Saints, miracle-mongers and funerary priests. Recent research on South Indian armies, during the Mughal period and in colonial times, has stressed the presence of Sufis, of the Naqshbandî and Rifâʿî orders, as kinds of army chaplains: they were often called Padre, a Portuguese word which designated originally Catholic priests. The conclusion of this article is that these Sufis, who had become indispensable intermediaries between the faithful and Allâh, fulfilled the function of priests.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2022.
Read it

Outline

Le monde des fakirs
Les fakirs de campagne : approches ethnologiques
Au Népal central
Aux portes de Delhi : les Meo du Haryana et du Rajasthan
À Sri Lanka
Les fakirs aux armées : approches historiques
Un aperçu du xviie siècle : les fakirs des armées mogholes
Au cœur de l’Inde britannique : les fakirs des armées coloniales
Considérations finales
Épilogue

First lines

Pendant mon premier séjour au Népal (1963‑1968), je me suis converti de l’islamologie à l’ethnologie . J’ai entamé une recherche sur une « caste »  de musulmans fabricants de bracelets de verre (Gaborieau 1977a et 1993a). Ils formaient une infime minorité dans un contexte majoritairement hindou : ils étaient dispersés dans quarante‑six villages sur 500 kilomètres à vol d’oiseau dans les montagnes du Népal central et occidental. En juillet 1964, j’ai exploré les premiers de ces villages, dans les districts de Gorkha et de Tanahun. Visitant le village de Mulâbârî dans ce dernier district (Gaborieau 1977a, p. 66, n° 13), j’ai remarqué un petit groupe d’habitations situées nettement à l’écart. J’ai demandé : « Qui sont ces gens, là‑bas ? ». « Ce sont des fakirs ! » Cette réponse allait de soi pour mes interlocuteurs musulmans ; elle était énigmatique pour moi. En effet pour les observateurs extérieurs, la minorité musulmane formait une seule caste. Pour les intéressés, au contraire, il ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marc Gaborieau, « Le personnage du fakir (faqīr) comme « prêtre »
des classes populaires dans l’islam indo-pakistanais »
Bulletin d’études orientales, XLVI | 2018, 255-272.

Electronic reference

Marc Gaborieau, « Le personnage du fakir (faqīr) comme « prêtre »
des classes populaires dans l’islam indo-pakistanais »
Bulletin d’études orientales [Online], XLVI | 2018, Online since 01 January 2022, connection on 04 August 2020. URL: http://journals.openedition.org/beo/6122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.6122

Top of page

About the author

Marc Gaborieau

CNRS et EHESS, UMR 8564 – CEIAS
marc.gaborieau-de-rosa@orange.fr

Top of page

Copyright

© Institut français du Proche-Orient

Top of page
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals