Navigation – Plan du site

Résumés

L’objectif de l’article est d’étudier en quoi la conception que se fait Ibn Ǧinnī de la racine trilitère diffère de celle de la majorité des grammairiens arabes. Les pages 7 à 17 des aā’i dans lesquelles il traite de la différence entre le qawl et le kalām permettent de répondre à cette question. C’est pourquoi nous les avons traduites et commentées. La conclusion à laquelle nous sommes parvenus est qu’Ibn Ǧinnī reste strictement trilitéraliste. Pour lui aucun des segments de la racine n’est saillant, rien qui ressemble à l’étymon de la théorie des matrices et des étymons. Son originalité consiste à mettre en cause la linéarité de la racine en étudiant les relations sémantiques entre les différentes réalisations permutées des deux racines qu’il examine : qwl et klm.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Préliminaires
De la différence entre le kalām « discours » et le qawl « parole, dit »
Traduction commentée 
Conclusion

Aperçu du début du texte

Préliminaires

À l’issue des nombreuses présentations de la TME  que G. Bohas a effectuées dans divers pays arabes, sous forme de conférences, communications, tables rondes, il s’est toujours trouvé quelqu’un pour déclarer solennellement : « Tout cela est déjà dans Ibn Ǧinnī. » Pour beaucoup de chercheurs, en matière de religion et de grammaire, tout a déjà été dit et il faut toujours s’efforcer de nier l’originalité du neuf pour le ramener à l’ancien. Si la discussion se poursuit un peu, le passage crucial d’Ibn Ǧinnī cité à ce propos est toujours le même : le début du chapitre sur la différence entre le qawl et le kalām dans les aāʾi. C’est pourquoi nous avons décidé de procéder à la traduction  et à l’étude des pages 5 à 17 des aāʾi . Mais avant, il convient de rappeler sommairement comment s’effectue l’organisation du lexique au sein de la TME. Dans ce cadre théorique, le lexique s’organise en trois niveaux :

1) La matrice : (µ) combinaison, non ordonnée linéairement, d’une p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bohas et Ahyaf Sinno, « Ibn Ğinnī et la théorie des matrices et des étymons (TME) », Bulletin d’études orientales, XLVI | 2018, 353-367.

Référence électronique

Georges Bohas et Ahyaf Sinno, « Ibn Ğinnī et la théorie des matrices et des étymons (TME) », Bulletin d’études orientales [En ligne], XLVI | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/beo/6423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.6423

Haut de page

Auteurs

Georges Bohas

Professeur émérite à l’ENS-Lyon / UMR 5191 ICAR
georges.bohas@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Ahyaf Sinno

ICAR, ENS Lyon et Université Saint Joseph (Beyrouth)
ahyaf.sinno@usj.edu.lb

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page