Navigation – Plan du site
Ouvrages de linguistique

Alain Girod, Emad Aziz, Grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui, Ellipses, Paris, 2016, 199 p.

Catherine Pinon
Référence(s) :

Alain Girod, Emad Aziz, Grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui, Ellipses, Paris, 2016, 199 p.

Texte intégral

1La Grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui de A. Girod et E. Aziz est composée de 26 chapitres (187 pages) précédés d’un sommaire et complétés par deux index, un index des notions et un index des mots arabes donnés en transcription. Une bibliographie aurait également été la bienvenue.

  • 1 Les principes pédagogiques de cette méthode visant à commencer l’apprentissage de l’arabe par l’égy (...)

2La présentation assez succincte (1 page) rappelle les objectifs des auteurs, à savoir « combler l’absence de grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui en langue française » mais aussi « présenter quelques pistes de ce qui pourrait être une grammaire de transfert d’un dialecte arabe vers l’arabe écrit contemporain 1 » (p. 3). On comprend donc rapidement que l’élaboration de cet outil destiné avant tout aux étudiants francophones cherche à répondre à leurs besoins en grammaire, mais aussi à les aider lors d’un apprentissage simultané de l’égyptien et de « l’arabe écrit contemporain ». Les auteurs font en effet le choix de nommer « le dialecte égyptien : “égyptien” et l’arabe écrit contemporain : “arabe” » (p. 3). Nous regrettons que l’introduction de l’ouvrage ne soit pas davantage développée, car le souci de présenter l’arabe égyptien de manière réaliste et en lien avec les autres variétés de la langue est bien présent : E. Aziz et A. Girod présentent l’égyptien et l’arabe écrit contemporain comme « deux niveaux de langue [qui] s’interpénètrent constamment et constituent les deux aspects principaux de l’arabe “total” qu’utilisent les Égyptiens selon les circonstances » (p. 3). Ils insistent sur le fait que l’égyptien est une langue bien vivante, en constante évolution ; ils souhaitent ainsi rendre compte, dans leur grammaire, de la richesse de la langue palpable à travers la multiplicité des emplois. Toutefois, d’un point de vue strictement linguistique, il peut paraître exagéré de déclarer que la révolution du 25 janvier 2011 a entraîné des changements linguistiques notables en intégrant « à l’arabe oral égyptien » le lexique et les tournures journalistiques. Cette évolution des dialectes de plus en plus en prise avec la variété standard de la langue est une réalité sociolinguistique des dernières décennies, mais la réduire à un seul événement politique ne nous semble ni juste, ni nécessaire. On regrette donc qu’une introduction si courte aborde autant de questions fondamentales qui auraient mérité d’être davantage développées, et qui l’ont par ailleurs été de manière fort pertinente par A. Girod dans ses travaux précédents.

3Les principes pédagogiques de cette méthode visant à commencer l’apprentissage de l’arabe par l’égyptien avant de passer à l’arabe écrit contemporain ont été présentés par A. Girod dans un article publié dans le BEO XLVI (1994) intitulé « Le Nil et l’océan. Du dialecte égyptien vers l’arabe écrit contemporain » p. 43-52. Cet article fait suite à un compte-rendu d’expérience menée aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan, publié par A. Girod et F. Imbert dans la revue L’Arabisant, n° 27, 1989, p. 40-46.

4Au niveau formel, l’ouvrage est rigoureusement construit et utilise une transcription cohérente explicitée au premier chapitre. Très peu de coquilles subsistent, la mise en page est claire et l’ensemble bien rédigé. Le point fort est certainement le recours systématique à des exemples traduits proposés en graphie arabe et en transcription. La majeure partie des exemples est accessible en version audio téléchargeable, ce qui est indispensable pour les étudiants. On déplorera juste que la qualité de l’enregistrement ne soit pas optimale.

5En réalité, la Grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui est à mi-chemin entre une grammaire méthodique et un cours de langue. La longue expérience des auteurs dans l’enseignement leur a permis d’acquérir une réelle connaissance des besoins des étudiants mais aussi de leurs erreurs les plus fréquentes. C’est pourquoi ce livre fleurit de conseils et de mises en garde, de contre-exemples et de “curiosités” qui montrent bien que toutes les productions de la langue ne sont pas systématisables par des règles absolues. Il propose aussi des listes lexicales (par exemple les couleurs dans le ch. 8 « l’adjectif » ou l’expression de l’heure dans le ch. 15 « les chiffres » ; on s’attendrait, de fait, à en trouver d’autres dans cette grammaire, comme celle des particules qui régissent le subjonctif p. 118). Pour l’ensemble des chapitres, on note une réelle volonté d’amener les étudiants à éviter les erreurs les plus fréquentes.

6Les auteurs choisissent de commencer par présenter la transcription (ch. 1) en insistant sur la nécessité de l’utiliser de manière rigoureuse et en rappelant qu’il s’agit d’un outil utile à la bonne prononciation du lexique ainsi qu’à sa mémorisation. L’alphabet arabe est ensuite judicieusement présenté dans deux graphies, nasī et ruqʿa, ce qu’on ne peut que saluer car la graphie est souvent totalement omise des manuels ou grammaires de l’arabe, bien qu’elle constitue une difficulté réelle de l’arabe. D’ailleurs, le très bref chapitre consacré à la graphie arabe de l’égyptien est excellent : non seulement il intègre la variation, réalité fondamentale de l’arabe, mais encore présente-t-il les problèmes posés par l’écriture de l’arabe de manière franche là où ces phénomènes sont souvent éludés :

7Ces rapports entre graphie et prononciation, qui constituent une difficulté pour l’apprenant, ne sont pas négligés par les auteurs qui, dans le chapitre consacré à la détermination et l’indétermination (ch. 7), donnent des exemples pour tous les cas de prononciation de l’article. Au niveau phonologique, on constate qu’ils ont le souci de synthétiser les informations à travers la présentation de 3 règles propres aux phénomènes d’accentuation (ch. 3) ainsi que 5 règles phonétiques (ch. 4). Ces chapitres sont intéressants car ils font le lien avec l’oral, souvent absent des grammaires mais pourtant incontournable, surtout lorsqu’il s’agit d’un dialecte.

8La présentation de certains faits s’accompagne parfois de considérations d’ordre sociolinguistique qui peuvent éclairer les étudiants sur les phénomènes de variation. Concernant l’ordre des mots dans la phrase, on apprend que « en égyptien de la vie quotidienne, l’ordre des mots du noyau de la phrase est très majoritairement » sujet + verbe, participe ou attribut mais que « dans certains contextes dans les débats télévisés par exemple, en arabe [mais les auteurs voulaient certainement dire ici « égyptien »] oral soutenu, une tendance à l’inversion semble se développer » (p. 143). Cette mise en rapport de la syntaxe avec les niveaux de langue et les contextes de production est intéressante et mériterait parfois d’être développée, notamment à propos de l’accord de certains pluriels qui peuvent se faire soit au féminin singulier soit au pluriel : « il ne faut cependant pas négliger les facteurs socioculturels qui sont déterminants dans cette variabilité » (p. 46). 

9Dans cette grammaire didactique, le point de vue choisi pour aborder l’égyptien est très clairement la langue française : le chapitre sur les prépositions commence par l’absence de prépositions (par opposition à leur présence en français) ; le fait de consacrer dans le chapitre « verbes » une partie au « verbe avoir » là où on s’attendrait plutôt à trouver son équivalent arabe du côté des possessifs ou de la phrase nominale en est aussi un exemple, tout comme le test de substitution proposé pour les complétives (p. 178), les mises en garde concernant la concordance des temps (p. 179) ou encore le chapitre sur les conditionnelles qui s’ouvre ainsi : « didactiquement, à partir du français, on considèrera qu’il y a 3 types de condition en égyptien » (p. 189). On peut même relever une remarque sur la différence de conjugaison entre les locuteurs d’un dialecte maghrébin et l’égyptien (p. 112), prouvant une fois encore que les auteurs s’appuient sur une longue expérience de l’enseignement de l’arabe à un public francophone, parfois locuteur d’un dialecte du Maghreb.

10L’idée de « grammaire de transfert d’un dialecte arabe vers l’arabe écrit contemporain », avancée en quatrième de couverture, est intéressante à bien des niveaux. Elle explicite enfin les passages qui peuvent se faire d’une variété d’arabe à l’autre au lieu de les exclure mutuellement, comme c’est souvent le cas dans les grammaires. Cependant, les 18 éléments de grammaire de transfert présents dans l’ouvrage sont souvent trop brefs et sur certains points inexistants (notamment p. 46-47 à propos de l’accord de l’adjectif où l’on s’attendrait à ce que les noms dits « non doués de raison » ou encore les collectifs soient mentionnés, ce qui permettrait d’éclairer l’usager sur l’origine de la diversité des accords). On aurait souhaité que les auteurs développent davantage leur méthode en présentant de manière systématique les principales différences phonétiques, morphologiques et syntaxiques entre l’égyptien et ce qu’ils nomment « l’arabe écrit contemporain ». Si l’on trouve la totalité des pronoms relatifs en arabe standard (p. 173), pourquoi les pronoms sujets et compléments ne sont-ils pas donnés alors qu’on indique qu’ils sont au nombre de 13 (p. 74 et p. 76) ? Parfois, la remarque est d’ordre métalinguistique (« les grammaires orientalistes à l’instar des grammaires arabes nomment le sujet de la phrase nominale « thème » = mubtada’ et l’attribut « information » ou « propos » = abar », p. 150). Il nous semble que cette idée de « grammaire de transfert » doit être développée, car ces éléments de transfert sont vraiment utiles aux étudiants en leur fournissant des règles systématiques leur permettant de passer d’une variété à l’autre, voire au français (cf. notamment l’interrogatif p. 85 ou les complétives p. 179).

11Cet ouvrage est en fait davantage un appui à l’apprentissage de l’arabe égyptien à destination des étudiants qu’une grammaire descriptive exhaustive, ce qu’elle ne prétend pas être mais ce que le titre pourrait laisser entendre. Le chapitre consacré au « nom, genre et nombre » (ch. 6) en constitue un bon exemple : on n’y trouve pas la description rigoureuse du genre et du nombre en égyptien, mais plutôt ce qui diverge d’une base que l’on comprend être, par défaut, le masculin singulier. L’organisation du chapitre est la suivante : 1. le féminin (p. 31-33), sous lequel il est fait mention du masculin, de règles d’accord, de nisba, de noms d’unités et de collectifs ; 2. le duel ; 3. le pluriel. Cette grammaire revêt en effet bien souvent la forme d’une méthode : c’est le cas du chapitre consacré au verbe (ch. 18), un passage très didactique clairement adressé à « vous », lecteur étudiant l’égyptien. Le contenu est certes tout à fait adapté aux étudiants, mais est-ce le lieu d’une grammaire ? Une remarque comme : « en égyptien, les rapports de sens entre la forme I et les formes dérivées d’une part, et d’une forme dérivée à une autre d’autre part, ne sont pas niables mais leur utilisé pour l’apprentissage ne me semble pas avérée » (p. 134) a-t-elle sa place dans une grammaire ? À la lecture de ce livre, nous avons souvent eu le sentiment que les choix didactiques étaient parfois faits au détriment de la rigueur linguistique que l’on s’attendrait à trouver dans une grammaire. En voici plusieurs exemples qui ont retenu notre attention :

12- à propos des deux accords possibles « asatza kwayyesīn » et « asatza kwayyesa », les auteurs expliquent que « dans ce dernier exemple, la terminaison en « a » du nom semble exercer une attraction phonique entraînant l’accord de l’adjectif au féminin singulier » (p. 46). Ils font de nouveau appel à ce phénomène d’attraction phonique concernant le verbe alors que cela ne fonctionne plus : « il-asatza di betʿallem ʿarabi = ces professeurs enseignent l’arabe. Dans ce dernier exemple, la terminaison en « a » du nom, bien qu’au masculin pluriel, pourrait exercer une attraction phonique entraînant l’accord du démonstratif et du verbe au féminin singulier » (p. 146).

13- « le présent (ou inaccompli en arabe) » (p. 111). Il s’agit d’une identification entre forme verbale aspectuelle et temps du discours qui est techniquement fausse et mérite un éclaircissement à destination des étudiants, surtout dans une grammaire où la distinction entre temps et aspect devrait être rigoureusement établie.

14- « pour former le subjonctif, on enlève le « be- » du présent. (Les tirets ne sont utilisés ci-dessous que pour mettre en évidence les rapports entre subjonctif et impératif) » (p. 114). D’ailleurs, dans le chapitre 18 consacré au verbe, les auteurs choisissent de considérer que l’impératif va servir de forme de base pour construire les autres temps et commencent donc par l’impératif. C’est la démarche méthodique et didactique de l’enseignant, certes très efficace auprès des étudiants, mais une tout autre présentation aurait pu être adoptée dans le cadre d’une grammaire.

15- « la phrase nominale (phrase sans verbe) » (p. 148), titre qui peut étonner le linguiste, entre en contradiction avec la remarque suivante : une phrase (ou proposition) composée d’un « sujet » suivi d’un verbe est considérée en arabe comme une phrase nominale, malgré la présence du verbe. La phrase verbale est une phrase qui respecte l’ordre verbe + sujet. La phrase verbale est très peu utilisée en égyptien de la vie quotidienne. Elle est davantage utilisée en égyptien oral soutenu (p. 150).

16- « comme l’adjectif épithète, la proposition qualificative épithète suit le nom qu’elle qualifie. a. Si ce nom est déterminé, elle est introduite par l’ « article » elli qui est invariable » (p. 171). Ici encore, le choix que font E. Aziz et A. Girod est celui d’explications avant tout pédagogiques dictées par la méthode qu’ils ont éprouvée tout au long de leur carrière que le lecteur ignore certainement. Dans ce cas, on peut se demander pourquoi ils refusent de parler de proposition relative au profit de « proposition qualificative épithète » (p. 171). D’un point de vue pratique, un étudiant qui cherche « pronom relatif » ne le trouvera pas dans l’index. Il trouvera bien « proposition relative », à côté de « proposition qualificative épithète ».

17En résumé, cette Grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui, qui s’apparente davantage à une méthode non pas fondée sur l’étude de textes mais ordonnée comme une grammaire, constitue un outil précieux pour tous ceux qui apprennent l’égyptien aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Les principes pédagogiques de cette méthode visant à commencer l’apprentissage de l’arabe par l’égyptien avant de passer à l’arabe écrit contemporain ont été présentés par A. Girod dans un article publié dans le BEO XLVI (1994) intitulé « Le Nil et l’océan. Du dialecte égyptien vers l’arabe écrit contemporain » p. 43-52. Cet article fait suite à un compte-rendu d’expérience menée aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan, publié par A. Girod et F. Imbert dans la revue L’Arabisant, n° 27, 1989, p. 40-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Pinon, « Alain Girod, Emad Aziz, Grammaire de l’arabe égyptien d’aujourd’hui, Ellipses, Paris, 2016, 199 p. », Bulletin d’études orientales [En ligne], Comptes rendus (depuis 2012), Ouvrages de linguistique, mis en ligne le 21 mars 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/beo/6482

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page