Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIIDossier thématique : Nouveaux iti...Une proposition de relecture de d...

Dossier thématique : Nouveaux itinéraires épigraphiques d’Orient et d’Occident

Une proposition de relecture de deux mots de l’inscription arabe préislamique de Ḥarrān (568-569 ap. J.-C.)

Pierre Larcher et Philippe Cassuto (†)
p. 33-42

Résumés

Parmi les inscriptions préislamiques qui sont à la fois en arabe, en écriture arabe et parfaitement datées figure celle de Ḥarrān, dans le sud de l’actuelle Syrie. C’est une inscription bilingue grec-arabe, datée de 463 de l’ère de la province romaine d’Arabie (106 ap. J.-C.), soit 568-569 de notre ère, la date étant en chiffres nabatéens. Depuis son déchiffrement par Dussaud et Macler (1903), les troisième et quatrième mots de la première ligne sont lus br/n lmw et interprétés comme (Šarāḥīl) « fils de Ẓālim ». Pourtant, en grec, on a (ΣΑΡΑΗΛΟΣ) ΤΑΛΕΜΟΥ/(SARAELOS) TALEMOU. –ΟΥ est clairement le génitif de filiation correspondant à br/n ; -w est non moins clairement le suffixe wāw qu’on trouve dans l’onomastique arabe des inscriptions nabatéennes, ainsi que dans certaines inscriptions préislamiques et des papyri du début de l’ère islamique. Nous proposons de lire br lmw (ẓ et ṭ sont homographes en scriptio defectiva) et de voir dans ce Bar Ṭālimū une arabisation de l’araméen Bar Tâlmi (« fils de Ptolémée », Barthélemy), nom chrétien en cohérence avec le bâtiment, un martyrium dédié à un Saint Jean.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Parmi les rares inscriptions préislamiques qui soient à la fois 1) en langue arabe, 2) en écriture arabe et 3) parfaitement datées, figure celle de Ḥarrān, trouvée dans le sud de l’actuelle Syrie. C’est une inscription bilingue grec-arabe, datée de 463 de l’ère de la province romaine d’Arabie, fondée en 106 ap. J.-C., soit 568-569 de notre ère .

Depuis sa publication par R. Dussaud et F. Macler , la première ligne de cette inscription est lue essentiellement de la même façon. Essentiellement, car la seule divergence porte sur le troisième mot de cette première ligne : faut-il lire br, soit bar, autrement dit comme un araméisme en arabe même, ou bn, soit (i)bn, autrement dit comme l’équivalent arabe de l’araméen bar ? Rappelons au passage que l’araméen/arabe br/bn est le symétrique de l’hébreu/araméen bn/br : la traduction en araméen de la Bible, le Targum, transforme systématiquement le bn hébreu en br, par exemple dans Exode 35,30 Ben Hur devient Bar Hur.

Pour le reste cette première...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Larcher et Philippe Cassuto (†), « Une proposition de relecture de deux mots de l’inscription arabe préislamique de Ḥarrān (568-569 ap. J.-C.) »Bulletin d’études orientales, LXVII | 2020, 33-42.

Référence électronique

Pierre Larcher et Philippe Cassuto (†), « Une proposition de relecture de deux mots de l’inscription arabe préislamique de Ḥarrān (568-569 ap. J.-C.) »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVII | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/beo/6532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.6532

Haut de page

Auteurs

Pierre Larcher

Professeur, Aix Marseille Université, laboratoire IREMAM (UMR 7310) pierre.larcher@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Philippe Cassuto (†)

Professeur, Aix Marseille Université, laboratoire IREMAM (UMR 7310)

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search