Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIIDossier thématique : Nouveaux iti...Une proposition de relecture de d...

Dossier thématique : Nouveaux itinéraires épigraphiques d’Orient et d’Occident

Une proposition de relecture de deux mots de l’inscription arabe préislamique de Ḥarrān (568-569 ap. J.-C.)

Pierre Larcher et Philippe Cassuto (†)
p. 33-42

Résumés

Parmi les inscriptions préislamiques qui sont à la fois en arabe, en écriture arabe et parfaitement datées figure celle de Ḥarrān, dans le sud de l’actuelle Syrie. C’est une inscription bilingue grec-arabe, datée de 463 de l’ère de la province romaine d’Arabie (106 ap. J.-C.), soit 568-569 de notre ère, la date étant en chiffres nabatéens. Depuis son déchiffrement par Dussaud et Macler (1903), les troisième et quatrième mots de la première ligne sont lus br/n lmw et interprétés comme (Šarāḥīl) « fils de Ẓālim ». Pourtant, en grec, on a (ΣΑΡΑΗΛΟΣ) ΤΑΛΕΜΟΥ/(SARAELOS) TALEMOU. –ΟΥ est clairement le génitif de filiation correspondant à br/n ; -w est non moins clairement le suffixe wāw qu’on trouve dans l’onomastique arabe des inscriptions nabatéennes, ainsi que dans certaines inscriptions préislamiques et des papyri du début de l’ère islamique. Nous proposons de lire br lmw (ẓ et ṭ sont homographes en scriptio defectiva) et de voir dans ce Bar Ṭālimū une arabisation de l’araméen Bar Tâlmi (« fils de Ptolémée », Barthélemy), nom chrétien en cohérence avec le bâtiment, un martyrium dédié à un Saint Jean.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article était sous presse quand nous avons appris la disparition brutale de Philippe Cassuto, a (...)

1Parmi les rares inscriptions préislamiques qui soient à la fois 1) en langue arabe, 2) en écriture arabe et 3) parfaitement datées, figure celle de Ḥarrān, trouvée dans le sud de l’actuelle Syrie. C’est une inscription bilingue grec-arabe, datée de 463 de l’ère de la province romaine d’Arabie, fondée en 106 ap. J.-C., soit 568-569 de notre ère 1.

  • 2 Dussaud et Macler 1903, p. 324-325.

2Depuis sa publication par R. Dussaud et F. Macler 2, la première ligne de cette inscription est lue essentiellement de la même façon. Essentiellement, car la seule divergence porte sur le troisième mot de cette première ligne : faut-il lire br, soit bar, autrement dit comme un araméisme en arabe même, ou bn, soit (i)bn, autrement dit comme l’équivalent arabe de l’araméen bar ? Rappelons au passage que l’araméen/arabe br/bn est le symétrique de l’hébreu/araméen bn/br : la traduction en araméen de la Bible, le Targum, transforme systématiquement le bn hébreu en br, par exemple dans Exode 35,30 Ben Hur devient Bar Hur.

  • 3 Dans les citations nous conservons le système de transcription des auteurs.

3Pour le reste cette première ligne est lue ainsi (en donnant ci-dessous la transcription de ce que Dussaud et Macler donnent pour leur part en écriture arabe classique) 3 :

1. ʾanā Šarāīl bar ālimū banaytu ā al-marūl

4Mais Dussaud et Macler éludent la question qu’on est amené à se poser quand on collationne la partie arabe de l’inscription avec sa partie grecque. En grec, on a en effet (ΣΑΡΑΗΛΟΣ) ΤΑΛΕΜΟΥ/(SARAELOS) TALEMOU : -ΟΣ est évidemment le cas nominatif et –ΟΥ un génitif de filiation, correspondant au br/bn de la partie arabe. On a donc Sarael de (= fils de) Talem. Le wāw, attaché à Ẓālim, quant à lui, est la wāwation bien connue que l’on rencontre à la fois dans l’onomastique arabe des inscriptions nabatéennes, certaines inscriptions préislamiques et encore dans les papyri des débuts de l’ère islamique. Or, Dussaud et Macler traduisent cette première ligne ainsi : 

2. « Moi, Charâḥîl fils de Thâlim, j’ai construit ce marturion ».

  • 4 Brockelmann 1908-1913.
  • 5 Merci à M. Sartori qui nous a fourni ces caractères.

5Ce faisant, ils voient très certainement, à l’instar de certains sémitisants comme Brockelmann 4, dans le graphème ظ de l’écriture arabe classique une interdentale sourde emphatique devant être notée ṯ̣ et non une interdentale sonore emphatique, improprement notée ẓ, mais qui devrait être notée ḏ̣ 5.

6Cette prononciation hypothétique peut d’ailleurs tirer argument de l’écriture arabe classique. Si l’on raisonne par analogie, on conclura que ظ est à ط ce que ث est à ت et ذ à د, c’est-à-dire l’interdentale correspondante, le caractère interdental du phonème étant partout marqué par l’adjonction d’un point diacritique dans le graphème. Le raisonnement par analogie ne peut cependant être poussé trop loin, car il ne vaut ni pour ز par rapport à ر , ni pour ض par rapport à ص !

  • 6 Cantineau 1930-1932, t. II, p. 51-52.

7Cantineau 6 transcrit lui aussi l’inscription en écriture arabe classique, mais sans voyelles, soit :

  • 7 Par convention, ʾ note ici le ʾalif.

3. ʾnʾ Šrʾyl br lmw bnyt ʾʾlmrwl 7

8et traduit ainsi :

  • 8 Cantineau ne note pas dans sa traduction le ā long de Šarāḥīl, qu’il note dans sa transcription…

4. « Moi, Šaraḥêl, fils de Ṭalemô, ai bâti ce monument » 8.

  • 9 Par exemple Cantineau 1960, p. 41 ; 1960 [1951-1952], p. 285.

9L’éminent linguiste qu’est Jean Cantineau, pionnier de la phonologie arabe, rejette en effet catégoriquement une éventuelle prononciation ṯ̣ de ḏ̣ 9. Par suite, et bien que Cantineau ne fasse ici aucun commentaire, on peut supposer que, voyant un  t en grec, il lit un  en arabe, à l’exclusion de toute autre possibilité.

  • 10 Littmann 1911.

10Mais, dès auparavant, Littmann 10, tout en transcrivant la première ligne comme Dussaud et Macler en écriture arabe classique, la traduisait ainsi :

  • 11 Littmann traduit comme il transcrit, sans ʾalif et donc sans ā dans Šaraḥīl, mais avec ā dans Ẓālim (...)

5. « Io, Šaraḥīl, figlio di Ẓālim, ho costruito questo martyrion » 11.

  • 12 Hoyland 2017, p. 59.

11Dernier en date, Hoyland, sans poser explicitement la question, ne la pose pas moins implicitement, en écrivant une fois 12 :

And one [inscription] is situated in the Syrian village of Harran, south of Damascus, dated 568 ce […]. It is a bilingual Greek-Arabic inscription – the first time Arabic appears in a monumental context – recording the building of a martyrium for a certain St. John by one Šarahil son of Talimu (in Greek, Saraelos Talemou), evidently an important man in the local Christian community,

  • 13 Hoyland 2017, p. 64.

12mais une autre fois 13 :

In 568 Šarahil ibn Zalim established the church of St. John to the south of Damascus and emblazoned above its doorway the first ever monumental Arabic inscription, taking its place proudly alongside Greek.

  • 14 Mascitelli 2006, p. 183-187.

13La question est : si on lit Ẓālim, comment concilier cette lecture avec le grec ΤΑΛΕΜ ? Cette question, seul Mascitelli 14 la pose explicitement et tente d’y répondre. Il lit en effet la première ligne ainsi, en transcrivant exclusivement le ductus arabe :

6. ʾnʾ šryl bn lmw bnyt dʾʾlmrwl

14mais en traduisant ainsi :

7. « Io Šarāḥīl figlio di Ẓālimw ho costruito questo martyrion ».

15Il justifie la divergence entre sa transcription et sa traduction ainsi :

Il nome lmw corrisponde all’ A[rabo]C[lassico] Ẓālim (ben attestato anche in safaitico), ma la traslitterazione greca è con t : è vero que in greco manca un grafema per il fonema  del arabo (et sia ζ che θ hanno già altre corrispondenze), ma essendo attestata la variante lm in thamudeno (Hu 309), può darsi che ci si trovi di fronte ad un dialetto arabo in cui  non è encora ben distinto da , fenomeno che sarrebe per l’appunto all’origine dell’ omografia / differenziati solo in seguito dal punto diacritico ?

16De ce panorama, ressort une alternative :

  • ou bien on part du grec où l’on a ΤΑΛΕΜ(ΟΥ) et par suite on lit  en arabe ; le problème est alors onomastique : qu’est-ce qui se cache derrière ce br/n lmw ?
  • ou bien on part de l’arabe : l’écriture archaïque n’ayant pas de points diacritiques d’une part et ne notant pas le ā long à l’intérieur des mots, d’autre part, on lit Ẓālim, nom attesté (cf. infra). Le problème est alors phonétique ou, plus exactement, phono-graphique : comment concilier la lecture Ẓālim avec le grec ΤΑΛΕΜ- ? La réponse la plus durablement apportée consiste à postuler, sinon une confusion entre  et , (ce que seul Mascitelli 15 semble faire), du moins une prononciation ṯ̣ du ẓ : c’est, aujourd’hui encore, l’opinion d’al-Jallad 16 qui tire argument du fait que ce son est toujours transcrit en grec par un t.
  • 17 Larcher 2015, p. 84, n. 2.
  • 18 Ibn Yaʿīš, Šarḥ al-Mufaṣṣal, t. X, p. 146.
  • 19 Cantineau 1960, p. 42.

17Pour notre part, nous nous proposons d’explorer plus avant la piste onomastique, ce qui ne semble pas avoir été fait. Dans un premier temps 17, nous avons pensé contester l’existence même d’un nom propre Ẓālim. Un tel nom n’est pas enregistré dans un dictionnaire classique comme le Lisān al-ʿArab d’Ibn Manẓūr (m. 711/1311) ; le nom commun ālim, dans son sens usuel (« injuste »), semble peu approprié pour devenir un nom propre de personne (arabe ism). Il a cependant fallu nous rendre à l’évidence. Ce nom propre existe bel et bien. Ibn Yaʿīš (m. 643/1245) en donne un exemple dans le Šar al-Mufaṣṣal 18, au chapitre du ʾidġām (assimilation) : ibʿa āliman > ibʿa āliman (envoie Ẓālim !). Détail piquant : cet exemple est connu de Cantineau 19, qui le cite sous la forme ibʿa Ḏ̣âliman > ibʿa Ḏ̣âliman. Il est intéressant de noter que Cantineau, cohérent avec lui-même, tout en connaissant l’existence de ce nom propre, ne le lit pas dans l’inscription de Ḥarrān. Sur le plan étymologique, ce Ẓālim est sans doute à dériver, non de ulm (injustice), mais de alm, qui a, entre autres sens, celui d’éclat des dents, ce qui en fait une qualité, appropriée pour un nom propre.

18Dans un second temps, nous avons regardé s’il existait une famille lexicale lm en arabe même ; il en existe une, celle du verbe alama et de ses dérivés et donc d’un éventuel ālim. Mais le sens de ce verbe (étendre la pâte) semble peu approprié pour un nom propre.

  • 20 Larcher 2017, p. 6, n. 2, et 2018, p. 53, n. 7.

19Dans un troisième temps, une hypothèse a germé dans notre esprit, que nous avons signalée incidemment à deux reprises 20, mais sans la mettre en forme, ce à quoi nous allons maintenant nous employer.

  • 21 Histoire de rappeler que Bar Tâlmi est aussi banal en araméen que… Durand en français !

20Nous proposons de lire Bar Ṭālimū et de voir dans ce Bar Ṭālimū l’arabisation de l’araméisation, Bar Tâlmi (בר-תלמי), de l’hébreu Ben Tôlmi (בן-תולמי). On donne de ce nom une double étymologie, soit étrangère (« fils de Ptolémée »), soit locale (« fils du sillon », ou mieux peut-être, « du rang ») 21. Il est, via le grec Βαρθολομαίος (et le latin Bartholomaeus), à l’origine de notre Barthélemy (et de ses correspondants dans les différentes langues européennes).

21Pour un hébraïsant, il s’agit de l’impossibilité d’avoir une consonne non vocalisée en début de mot. Deux possibilités existent : soit supprimer la lettre initiale, Ptolémée voit son P initial supprimé, devenant Tâlmi, soit ajouter un ʾalef prosthétique, Plato devenant Aplato, cette dernière solution étant utilisée dans les noms très courts, Lato ne faisant pas sens pour les locuteurs. L’étymologie locale est populaire et ajoutée postérieurement. La tradition préfère la lecture Tâlmi pour Ptolémée, sans doute pour le différencier du roitelet Talmay qui régna sur Geshour (2 Samuel 3,3).

22Pour un arabisant, il est une raison de préférer la première étymologie à la seconde : en arabe même le pt de Ptolémée donne bien , comme le montre un magnifique exemple, celui de la ville grecque de Ptolémaïs en Cyrénaïque, dont le nom arabe est Ṭulmayṯa, le  s’expliquant sans doute par le fait que l’arabisation s’est réglée sur le radical du génitif (Ptolémaïd-os).

  • 22 Le tau n’est pas emphatique en hébreu et araméen.

23On retrouve en arabe toutes les lettres de l’araméen, moins une : on a en effet le B, le R, le T 22, le L et le M ; seule manque le yôd. Soulignons un point : en hébreu, on a Tôlmi, avec wâw inscrit ; on sait que, dans ce rôle, il est une mater lectionis notant un ô long ou un û long ; lui correspond souvent en arabe un ʾalif (cf. le célèbre exemple de šalôm/salām), mais l’écriture arabe archaïque ne note pas le ʾalif à l’intérieur d’un mot : salām est ainsi noté slm (et non comme dans l’écriture classique slʾm) ; mais en araméen on a Tâlmi, sans mater lectionis inscrite (qui devrait être un ʾalef), l’araméen ne notant pas le â long à l’intérieur des mots, tout comme l’écriture arabe archaïque, ce qui, nous semble-t-il, constitue un argument supplémentaire en faveur de notre hypothèse.

  • 23 Avner, Nehmé et Robin 2013.

24Plus problématique est l’absence du yôd ou plus exactement de son correspondant arabe, le ʾ. D’autant plus d’ailleurs que la wāwation est parfaitement compatible avec l’existence d’un ʾ final. On en a un exemple avec l’inscription dite de Thaʿlabah publiée par Avner, Nehmé et Robin 23, où l’on a ʿdyw (ʿAdiy-ū).

  • 24 Oliva 2000, p. 36, n. 51.
  • 25 Il va sans dire (mais mieux en le disant) que ce roi n’a rien à voir avec notre Bar Tâlmi !

25Mais dans le cadre d’une arabisation de Bar Tâlmi, -i peut parfaitement être pris pour un suffixe, de gentilice ou peut-être de génitif, et par suite Bar Tâlmi réanalysé en Bar Tâlm + i et, par suite encore, ce supposé suffixe -i être remplacé par la wāwation. Cette wāwation est la suffixation d’un -w, peut-être un ancien nominatif, mais qui s’est tout à la fois généralisé (on le trouve ici dans la position d’un génitif) et restreint à une partie des noms propres (on ne le trouve pas dans Šarāḥīl). Si l’on penche pour une origine casuelle de la wāwation, un parallèle peut certainement être fait avec ce qui s’est passé à date ancienne en akkadien : Oliva 24 cite ainsi « Talmu=šarri [...] and Talmi=Šarruma (king of Aleppo, ca. 1345 BC) » 25.

  • 26 Les auteurs remercient Christian-Julien Robin de leur avoir fourni la photo de l'inscription de Ḥar (...)

26Une lecture Bar Ṭālimū, arabisation de Bar Tâlmi, serait en cohérence avec le contexte de l’inscription, tant au sens strict, c’est-à-dire textuel, qu’au sens large, c’est-à-dire extra-textuel. Cette inscription, comme elle le dit elle-même, est celle d’un martyrium/martyrion, autrement dit d’un sanctuaire chrétien : une magnifique croix, en son centre, en sépare les parties grecque et arabe (fig. 1)26.

Figure 1 − Photo de l’inscription entière.

Figure 1 − Photo de l’inscription entière.

In situ © Photo C.-J. Robin.

Figure 2 − Fac-similé de Grohmann (1971, p. 17).

Figure 2 − Fac-similé de Grohmann (1971, p. 17).

D’après Schroeder (1884, pl. 1).

27La partie grecque de l’inscription dit d’abord la même chose que la partie arabe, en ce qui concerne le nom du constructeur, l’objet de la construction et la date de construction. Mais dans la partie grecque, celle-ci est donnée en lettres grecques et par référence au système de l’indiction, tandis que dans la partie arabe elle est donnée en chiffres nabatéens. Cela vient rappeler que nous sommes à la fois ici dans l’imperium romanum, mais dans une partie peuplé d’araméophones et d’arabophones.

28Mais la partie grecque de l’inscription dit aussi deux autres choses que ne dit pas la partie arabe. Elle dit d’abord que ΣΑΡΑΗΛΟΣ ΤΑΛΕΜΟΥ est phylarque, autrement dit chef de tribu. Šarāḥīl étant un nom sudarabique, on pourrait imaginer un groupe tribal ayant migré du sud vers le nord de la péninsule arabique, devenu chrétien, son chef construisant ce martyrium en témoignage de sa foi. Dans ce contexte, Bar Ṭālimū, arabisation de Bar Tâlmi tout en ayant la forme d’un patronyme, au sens anthropologique du terme (arabe nasab), et étant compris comme tel comme le montre le génitif de filiation du grec, pourrait être un nom de baptême : Bar Tâlmi/Barthélemy est particulièrement vénéré en milieu araméen, où il est surnommé « l’Apôtre des Araméens ».

  • 27 Mascitelli 2006.

29Mais la partie grecque de l’inscription dit aussi et surtout que ce martyrium est celui de Saint Jean (ΤΟΥ ΑΓΙΟΥ ΙΩΑΝΝΟΥ/TOU HAGHIOU IOANNOU), sans autre précision. Il ne s’agirait ni de l’évangéliste, ni du Baptiste, mais selon Mascitelli 27, il pourrait s’agir de Jean l’Hésychaste (454-558), dit encore de Mar/Saint Saba, du nom du monastère de Judée où il finit sa vie.

  • 28 Dussaud et Macler 1903.

30Or, cette indication est entièrement absente de la partie arabe de l’inscription, du moins telle que lue par les épigraphistes l’ayant étudiée. Dussaud et Macler lisent, « en désespoir de cause », ainsi 28 :

8. baʿd mafsad / īnaʾiin / nʿm

31et comprennent :

9. « après (ce qui est) corrompu, alors (la) prospérité ».

  • 29 Littmann 1911.

32C’est Littmann qui va proposer une relecture de la partie finale de l’inscription. Littmann lit 29 :

10. baʿd mafsad / aybar / bi-ʿām

33et comprend :

11 . « un anno dopo la spedizione di Khaybar ».

  • 30 Dussaud et Macler 1903.
  • 31 Robin 2006, p. 332-336.

34Cette lecture sera reprise jusqu’à aujourd’hui, bien qu’en 2006 Robin l’ait contestée et soit revenu pour la quatrième ligne à la lecture de Dussaud et Macler 30 et pour la fin de la deuxième ligne et la troisième ligne se soit fondé sur le texte grec. Robin propose en effet de lire 31 :

12. bʿd mqsd / nyn / nʿm (i.e. baʿd muqaddas anān niʿam)

35et de comprendre comme :

13. « en l’honneur de saint (?) / Jean / Grâces ».

  • 32 Macdonald 2009, 2010 ; Robin 2006.

36Robin admet lui-même que sa lecture pose beaucoup de problèmes. Il faut admettre d’abord que la préposition bʿd a conservé ici un sens attesté en dédanite. Il faut admettre ensuite une métathèse de q et de d : il aurait été intéressant d’en appuyer l’hypothèse en recherchant si on ne trouvait pas d’autres exemples d’un tel lapsus calami. Il faut admettre enfin qu’un ā long puisse être noté à l’intérieur d’un mot et par une mater lectionis autre qu’un ʾalif. Mais un linguiste dirait que l’absence de l’article (comme en syriaque) et l’antéposition de l’adjectif (comme dans la partie grecque de l’inscription) reflète le contact de langues caractéristique de la région, se traduisant ici dans la langue de l’inscription par un mélange de traits, allant au delà du seul araméisme bar. Notons par parenthèse que notre proposition de lecture donne sur ce point raison à Macdonald contre Robin 32.

37Une proposition de lecture reste une proposition : son seul sens est sa réfutabilité.

Haut de page

Bibliographie

Al-Jallad Ahmad 2019, A Manuel of Historical Grammar of Arabic. Notes on key issues in phonology and morphology, version 2019-1 [En ligne] https://leidenuniv.academia.edu/AhmadAlJallad

Avner Uzi, Nehmé Laïla et Robin Christian 2013, « A rock inscription mentioning Tha‘laba, an Arab king from Ghassān », Arabian Archeology and Epigraphy 24, p. 237-256.

Brockelmann Carl 1908-1913, Grundriss der vergleichenden Grammatik der semitischen Sprachen, Berlin, Reuther & Reichard et New York, Lemcke & Buechner, 2 volumes.

Cantineau Jean 1930-1932, Le Nabatéen I Notions générales, écriture, grammaire et II Choix de textes, Lexique, Paris, Leroux.

Cantineau Jean 1960 [1951-1952], « Le consonantisme du sémitique », dans Études de linguistique arabe, Mémorial Jean Cantineau, Paris, Klincksieck [extrait de Semitica, vol. IV (1951-1952), p. 79-94].

Cantineau Jean 1960, Cours de phonétique arabe, Paris, Klincksieck.

Dussaud René et Macler Frédéric 1903, Mission dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Paris, Imprimerie nationale et Ernest Leroux.

Hoyland Robert 2017, « The Birth of Arabic in Stone », in Blair Sheila et Bloom Jonathan, By the Pen and what They Write: Writing in Islamic Art and Culture, Yale University Press, p. 50-67.

Grohmann Alfred 1971, Arabische Paläographie. II. Das Schriftwesen. Die Lapidarschrift, Vienne, Böhlaus.

Ibn Manūr, Muḥammad b. Mukarram, Lisān al-ʿArab, éd. Yūsuf ayyā, Beyrouth, Dār Lisān al-ʿArab, sans date, 4 volumes.

Ibn Yaʿīš, Muwaffaq al-dīn, Šar al-Mufaṣṣal, Le Caire, ʾIdārat al-Maṭbaʿa al-munīriyya, sans date, 10 volumes.

Larcher Pierre 2015, « Épigraphie et linguistique : l’exemple du graffito arabe préislamique du Ǧabal ’Usays », Romano-Arabica 15, Graffiti, Writing and Street Art in the Arab World, p. 79-98.

Larcher Pierre 2017, Syntaxe de l’arabe classique, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, collection Manuels.

Larcher Pierre 2018, « Une relecture critique du chapitre XVII du ’Īā d’al-Zaǧǧāǧī », in Cassuto Philippe, Edzard Lutz et Sartori Manuel, Case and Mood Endings in Semitic Languages – Myth or Reality ?/Désinences casuelles et modales dans les langues sémitiques – Mythe ou réalité ?, Abhandlungen für die Kunde des Morgenlandes 113, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 45-67.

Littmann Enno 1911, « Osservazioni sulle iscrizioni di Ḥarrân e di Zebed », Rivista degli Studi Orientali 4, p. 193-195.

Macdonald Michael  2009, « A note on New Readings in Line 1 of the Old Arabic Graffito at Jabal Usays », Semitica et Classica 2, p. 223.

Macdonald Michael 2010, « The Old Arabic graffito at Jabal Usays: A new reading of line 1 », in Macdonald Michael (dir.), The Development of Arabic as a Written Language. Papers from the Special Session of the Seminar for Arabian Studies held on 24 July, 2009, Supplement to the Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, volume 40, Oxford, Archaeopress, p. 141-143.

Mascitelli Daniele 2006, L’arabo in epoca preislamica: formazione di una lingua, Arabia Antiqua 4, Rome, L’Erma di Bretschneider.

Oliva Juan 2000, « The Alalakh Tablet *432 from level VII reconsidered », Studi Epigrafici e Linguistici sul Vicino Oriente Antico 17, p. 31-41.

Robin Christian-Julien 2006, « La réforme de l’écriture arabe à l’époque du califat médinois », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, vol. LIX, p. 319-364.

Schroeder Paul 1884, « Epigraphisches aus Syrien », Zeitschrift der deutschen morgenländischen Gesellschaft, Bd 38, p. 530-534.

Haut de page

Notes

1 Cet article était sous presse quand nous avons appris la disparition brutale de Philippe Cassuto, auquel m’unissaient près de trente ans de collaboration scientifique et d’amitié. On me permettra d’associer à la mémoire de la dédicataire de ce numéro du BEO, notre collègue et amie Solange Ory, celle de Philippe. P.L.

2 Dussaud et Macler 1903, p. 324-325.

3 Dans les citations nous conservons le système de transcription des auteurs.

4 Brockelmann 1908-1913.

5 Merci à M. Sartori qui nous a fourni ces caractères.

6 Cantineau 1930-1932, t. II, p. 51-52.

7 Par convention, ʾ note ici le ʾalif.

8 Cantineau ne note pas dans sa traduction le ā long de Šarāḥīl, qu’il note dans sa transcription…

9 Par exemple Cantineau 1960, p. 41 ; 1960 [1951-1952], p. 285.

10 Littmann 1911.

11 Littmann traduit comme il transcrit, sans ʾalif et donc sans ā dans Šaraḥīl, mais avec ā dans Ẓālim, le ʾalif étant suscrit dans sa transcription.

12 Hoyland 2017, p. 59.

13 Hoyland 2017, p. 64.

14 Mascitelli 2006, p. 183-187.

15 Mascitelli 2006.

16 Al-Jallad 2019, p. 43-44.

17 Larcher 2015, p. 84, n. 2.

18 Ibn Yaʿīš, Šarḥ al-Mufaṣṣal, t. X, p. 146.

19 Cantineau 1960, p. 42.

20 Larcher 2017, p. 6, n. 2, et 2018, p. 53, n. 7.

21 Histoire de rappeler que Bar Tâlmi est aussi banal en araméen que… Durand en français !

22 Le tau n’est pas emphatique en hébreu et araméen.

23 Avner, Nehmé et Robin 2013.

24 Oliva 2000, p. 36, n. 51.

25 Il va sans dire (mais mieux en le disant) que ce roi n’a rien à voir avec notre Bar Tâlmi !

26 Les auteurs remercient Christian-Julien Robin de leur avoir fourni la photo de l'inscription de Ḥarrān et de les avoir autorisés à la reproduire.

27 Mascitelli 2006.

28 Dussaud et Macler 1903.

29 Littmann 1911.

30 Dussaud et Macler 1903.

31 Robin 2006, p. 332-336.

32 Macdonald 2009, 2010 ; Robin 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 − Photo de l’inscription entière.
Crédits In situ © Photo C.-J. Robin.
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre Figure 2 − Fac-similé de Grohmann (1971, p. 17).
Crédits D’après Schroeder (1884, pl. 1).
URL http://journals.openedition.org/beo/docannexe/image/6532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Larcher et Philippe Cassuto (†), « Une proposition de relecture de deux mots de l’inscription arabe préislamique de Ḥarrān (568-569 ap. J.-C.) »Bulletin d’études orientales, LXVII | 2020, 33-42.

Référence électronique

Pierre Larcher et Philippe Cassuto (†), « Une proposition de relecture de deux mots de l’inscription arabe préislamique de Ḥarrān (568-569 ap. J.-C.) »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVII | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/beo/6532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.6532

Haut de page

Auteurs

Pierre Larcher

Professeur, Aix Marseille Université, laboratoire IREMAM (UMR 7310) pierre.larcher@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Philippe Cassuto (†)

Professeur, Aix Marseille Université, laboratoire IREMAM (UMR 7310)

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search