Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIIVariaReprésentations, sunnanisation et...

Varia

Représentations, sunnanisation et sacralisation de la furūsiyya à l’époque mamelouke (xiiiexvie siècle)

Mehdi Berriah
p. 229-246

Résumés

Cavaliers hors pair, les Mamelouks furent les maîtres incontestés de la furūsiyya à leur époque. Résultat de la combinaison de différentes cultures équestres et guerrières, cet art, que l’on peut qualifier de martial, fut porté à son apogée par les Mamelouks qui en firent, par sa pratique régulière, une distinction sociale comme l’a démontré A. Carayon en 2012. Le présent article tente de faire la lumière sur les enjeux de la furūsiyya. Au‑delà des défilés militaires et des compétitions de furūsiyya qui furent légion sous les Mamelouks, l’engouement pour cet art provenait‑il uniquement de la classe guerrière mamelouke ? À cette époque, l’esprit de la furūsiyya n’avait‑t‑il pas dépassé les frontières sociales ? Les raisons de sa pratique furent‑elles uniquement d’ordre militaire ? Enfin, l’exercice de cet art ne pouvait‑il pas constituer une forme de discours et apporter plus qu’un entraînement militaire et qu’une distinction sociale pour les Mamelouks ? Telles sont les interrogations auxquelles je tente ici d’apporter quelques éléments de réponse à partir de l’analyse serrée et de la confrontation de données tirées des chroniques, des sources didactiques et religieuses.

Haut de page

Entrées d’index

‫فهرس الكلمات المفتاحية:

فروسية, مماليك, تسنين, تقديس, علماء
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Rappel des origines de la furūsiyya
La pratique de la furūsiyya chez les Mamelouks : un critère de légitimité et un outil de propagande
Sunnanisation et sacralisation de la furūsiyya par les oulémas
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Loin d’être synonyme de décadence, l’époque mamelouke est la dernière grande période de l’adab classique. Parmi la production littéraire considérable la caractérisant, la littérature de la furūsiyya occupe une place prépondérante. Il suffit de consulter les catalogues des bibliothèques comme celles d’Istanbul, de la BnF, de la British Library, de la Staatsbibliothek, de l’Escorial ou de Dār al‑kutub al‑miṣriyya, pour se rendre compte de la richesse et de l’abondance de la littérature de la furūsiyya. Celle‑ci demeure encore largement mal connue. Conservée, en grande partie, sous la forme de manuscrits qui « dorment au fond des bibliothèques  », la fragmentation et l’éparpillement de ces textes à travers les différentes bibliothèques du monde rendent la tâche très ardue pour les chercheurs désireux d’analyser cette littérature. L’autre problème est d’ordre linguistique : le mélange de dialecte et d’arabe littéraire ainsi que la technicité du langage se traduisant, en part...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mehdi Berriah, « Représentations, sunnanisation et sacralisation de la furūsiyya à l’époque mamelouke (xiiiexvie siècle) »Bulletin d’études orientales, LXVII | 2020, 229-246.

Référence électronique

Mehdi Berriah, « Représentations, sunnanisation et sacralisation de la furūsiyya à l’époque mamelouke (xiiiexvie siècle) »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVII | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/beo/7761 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.7761

Haut de page

Auteur

Mehdi Berriah

PhD, Université Paris I Panthéon‑Sorbonne mmber17@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search