Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXVIIVariaSyntaxes des conditionnelles part...

Varia

Syntaxes des conditionnelles partielles en man de l’arabe écrit contemporain

Manuel Sartori
p. 247-279

Résumés

Sur le modèle de la distinction entre interrogations totales d’une part et interrogations partielles d’autre part, Pierre Larcher propose de distinguer entre conditionnelles totales d’un côté, représentées par les opérateurs de supposition ʾiā, ʾin et law appliqués à une phrase p, et conditionnelles partielles de l’autre, représentées par les noms de conditions man (« qui, quiconque »), (« quoi »), matā (« quand »), ʾayna, ʾayna-mā (« où que »), mahmā (« quoi que »), etc. La grande majorité des grammaires récentes de l’arabe écrit contemporain présente la syntaxe de ces conditionnelles partielles comme équivalente à celle des systèmes hypothétiques en ʾin de l’arabe classique, soit ʾin faʿala … faʿala ou ʾin yafʿal … yafʿal. Or un détour par la presse arabe contemporaine montre bien d’autres réalités. Cette étude exhibe et analyse cette grande diversité syntaxique qui touche non seulement l’apodose, mais également la protase de ces conditionnelles et en montre une innovation : la « déneutralisation » de faʿala qui peut dès lors être interprété comme un passé de forme et de sens dans la protase, suite au fait que yafʿalu et sa-yafʿalu peuvent s’y employer comme présent et futur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Ce que donnent à lire les grammaires modernes
L’exemplier
Protase en sa‑/sawfa yafʿalu
Protase positive : sa‑/sawfa yafʿalu
Protase négative : lan yafʿala
Protase en yafʿalu
Protase positive : yafʿalu
Protase négative : lā yafʿalu
Protase en yafʿal
Protase positive : yafʿal
Protase négative : lam yafʿal (I)
Protase en faʿala
Protase positive : faʿala
Protase négative : lam yafʿal (II)
Protase en kāna yafʿalu
Conclusion

Aperçu du texte

Qui a bu boira, Qui vole un œuf vole un bœuf, Qui vivra verra… Ces quelques aphorismes français sont composés d’un pronom relatif nominal (ici qui, mais ce peut aussi être quiconque ) et de formes verbales de différentes valeurs temporelles (passé, présent ou futur). Parfois alors catégorisés comme des relatives indéfinies en grammaire du français , ils le sont en anglais comme indefinite conditional, le rapport entre les deux verbes étant de fait semblable à celui observable au sein des conditionnelles traditionnelles en si ou if . Concernant l’arabe, Larcher propose de les appeler, en français et sur le modèle des interrogatives, des conditionnelles partielles .

Pour rendre ces aphorismes , l’arabe utilise normalement la forme « classique  » des systèmes conditionnels à savoir celle des systèmes potentiels en ʾin  avec pour modèle ʾin faʿala faʿala, c’est‑à‑dire deux ī, ou ʾin yafʿal  yafʿal  et donc deux muāriʿ maǧzūm. Dans les systèmes en ʾin de l’arabe classique, il est a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Sartori, « Syntaxes des conditionnelles partielles en man de l’arabe écrit contemporain »Bulletin d’études orientales, LXVII | 2020, 247-279.

Référence électronique

Manuel Sartori, « Syntaxes des conditionnelles partielles en man de l’arabe écrit contemporain »Bulletin d’études orientales [En ligne], LXVII | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/beo/7835 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.7835

Haut de page

Auteur

Manuel Sartori

Professeur, Aix‑Marseille Université, laboratoire IREMAM (UMR 7310) manuel.sartori@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search