Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Éditorial

Texte intégral

1L’histoire du bergsonisme en Asie de l’Est, et notamment au Japon, est des plus fascinantes et des plus emblématiques dans l’histoire globale de la philosophie, à la fois par un profond renouveau actuel et par un retour non moins profond à son point d’origine, contemporain de Bergson lui-même — à la fois donc dans le plus nouveau, aujourd’hui et dans ce qui est déjà, selon le mot de Yasuhiko Sugimura, une « tradition », inattendue et fondamentale.

2Les essais du dossier édité par Yasushi Hirai montrent les questions spéculatives les plus saillantes et les étapes marquantes de ce dialogue, dès les premières lectures de Zhang Junmai en Chine, et de Tanabe et Nishida au Japon. On est frappé ici par le partage (qui était resté implicite en Europe, et qui est explicite en Asie !) de l’intérêt pour la philosophie de Bergson avec celui pour la phénoménologie, ou pour la philosophie de la vie, mais aussi par les affinités philosophiques qui les ont motivées, ainsi que les distances liées à la question centrale du néant. Le lien entre l’intuition bergsonienne et l’expérience du néant est une nouvelle facette du défi philosophique du 20e siècle dans son ensemble. Si la profondeur et l’ampleur de ces lectures ont établi une « tradition », il s’agit aussi d’une tradition vivante, très présente dans le débat le plus actuel, et que ce numéro de Bergsoniana renouvelle encore dans chacune de ses contributions : la philosophie du néant, du sujet, ainsi que la philosophie du vivant, de la technique et l’esthétique architecturale, la théorie du temps et de la mémoire. De plus, en fouillant dans l’histoire de la circulation du bergsonisme au Japon, mais aussi en Chine, en Corée et dans d’autres pays comme le Vietnam, plusieurs documents inédits ont aussi affleuré, qui seront publiés dans les prochains numéros de la revue. Il s’agit donc bien d’un dossier exceptionnel, au cœur du « global Bergsonism » et des humanités globales en général.

3Dans la section Textes, nous sommes très heureux, impressionnés, conscients de la responsabilité et de l’importance de présenter les traductions inédites et très attendues de trois textes méconnus du jeune Patočka sur Bergson, qui jusqu’à présent n’avaient été disponibles qu’en tchèque. Dans ce cas aussi, la phénoménologie et la Lebensphilosophie de Simmel représentent des voies d’entrée vers l’œuvre de Bergson, que Patočka justifie par la proximité avec les motifs philosophiques de ces courants. A souligner le relief de ces nouvelles sources patočkiennes, l’essai de Débora Morato Pinto considère l’intérêt de Patočka pour Bergson à la lumière des perspectives ouvertes par Renaud Barbaras. Ces dernières contributions encouragent une relecture du bergsonisme dans la philosophie de l’Europe Centrale, ainsi que du rôle de plus en plus reconnu joué par Bergson dans l’élaboration de la phénoménologie asubjective de Patočka.

4Encore une fois nous remercions l’InSHS du CNRS pour son soutien à l’International Research Network Un chapitre dans l’histoire globale de la philosophie : nouvelles perspectives sur le bergsonisme (2021-2025), qui a permis de soutenir la réalisation de ce numéro. Nous tenons à remercier en particulier Yasushi Hirai et les membres du projet Bergson au Japon pour la coordination de l’événement à l’origine du dossier Nothingness and Intuition. Pour le dossier de textes de Patočka, nous sommes très reconnaissants au Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico du Ministrère de la Science, la Technologie et l’Innovation du Brésil pour le soutien à la traduction, ainsi qu’aux Archives Jan Patočka et en particulier à Ivan Chvatík pour nous avoir octroyé les droits de publication. Ce numéro n’aurait pas été possible sans la soigneuse attention à tous les aspects rédactionnels d’Emily Herring. Nous remercions enfin toutes les autrices et les auteurs, les expertes et les experts qui ont contribué à réaliser ce nouveau recueil. Le large spectre des questions qu’il suscite à partir des dialogues entre différentes traditions, entre Orient et Occident, et au sein des différents caractères de la philosophie européenne, ne peut qu’encourager à ouvrir de nouvelles perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caterina Zanfi et Frédéric Worms, « Éditorial »Bergsoniana [En ligne], 3 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bergsoniana/1254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bergsoniana.1254

Haut de page

Auteurs

Caterina Zanfi

Articles du même auteur

Frédéric Worms

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search