Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...Huit ans de prison pour Cerón

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

Huit ans de prison pour Cerón

Manuel Tuñón De Lara
p. 231-232
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « Huit ans de prison pour Cerón », Revue Esprit, n° 281, février 1960, p. 302-304.

Texte intégral

  • 1 Cf. Esprit, déc. 1959, p. 737.

1Trois ans de prison n’étaient pas suffisants. D’ailleurs M. Julio Cerón n’était pas radié du corps diplomatique et d’autres catholiques de gauche, tels que M. Rincón « risquaient » de retrouver tout de suite la liberté. On estima donc dans les hautes sphères du pouvoir franquiste qu’il fallait réviser la sentence du Conseil de Guerre du 9 novembre contre M. Julio Cerón et ses amis1.

2Le 23 décembre, 24 heures après le départ du président Eisenhower venu prêcher « la paix dans la liberté », Julio Cerón et ses amis étaient traduits devant le Conseil suprême de Justice militaire, et accusés de « rébellion militaire » par le procureur, le colonel Rafael Díaz de Llanos. Voici le curieux raisonnement de ce monsieur :

Il existe un délit de rébellion armée qui suppose la désobéissance collective aux organismes centraux de l’État et le soulèvement en armes contre ce dernier. Mais, de quelles armes s’agit-il ? La loi ne le dit pas. Il est donc indiscutable qu’il s’agit également des armes guerrières et des armes dialectiques. Surtout lorsque celles-ci sont beaucoup plus dangereuses pour l’État que celles-là. Qui pourra mettre en doute que, parfois, un tract a plus de pouvoir destructeur qu’un fusil, un appareil de télévision plus qu’une mitrailleuse ?

La guerre permanente entre l’Espagne et le communisme, dit le procureur, est un axiome qui n’a pas besoin de preuve.

Le fait d’aider le communisme est un délit d’aide à la rébellion. C’est le cas de la grève, car une grève ne saurait pas être pacifique. Peut-il y avoir des grèves pacifiques ? s’écria le colonel Diaz de Llanos.

3M. José Maria Gil Robles, ancien dirigeant de la CEDA (Confédération Espagnole des Droites Autonomes), ancien ministre des gouvernements de droite de la République en 1934-35, défenseur de M. Julio Cerón, n’eut pas trop de peine à démolir « l’argumentation » du procureur qui, ainsi que plusieurs membres du tribunal, ne cachait pas son énervement pendant l’heure et demie que dura le plaidoyer. M. Gil Robles déclara d’abord sa conviction de l’honorabilité de M. Julio Cerón : « Il est un homme d’honneur, un caballero, ce qui a été largement prouvé par son comportement avant, durant et après le procès ».

4M. Gil Robles démontra facilement que M. Cerón n’avait pas eu de relations avec des communistes. Bien au contraire ; ses qualités de chrétien et de démocrate sont encore une preuve de son éloignement du communisme. En expliquant le comportement de M. Cerón et de ses amis, les semaines précédant le 18 juin, M. Gil Robles dut faire des appréciations politiques d’ordre général, comme celle-ci :

Naturellement, M. Cerón et ses amis ont été obligés de diffuser clandestinement leurs écrits, parce que il n’y a pas de moyen légal pour exprimer un désaccord sur une question politique.

5Il volatilisa, en la qualifiant de grotesque, l’analogie entre la plume et le fusil comme arme de rébellion. Et l’affirmation de l’état de guerre contre l’Espagne et le communisme lui fit dire :

Comment est-il possible qu’on parle ainsi vingt ans après la fin de la guerre ? Mais.ne nous dit-on pas chaque jour que l’Espagne vit en paix, qu’elle jouit d’une paix comme on n’en avait pas connue depuis longtemps ?

6En ce qui concerne les relations internationales il fit état non seulement des visites de MM. Nixon et Mc. Millan en URSS, du voyage de M. Krouchtchev en Amérique, etc., « qui ne sont pas des délits de rébellion », mais aussi des relations commerciales entre l’URSS et l’Espagne par l’intermédiaire de pays tiers.

7Le Conseil suprême de Justice militaire n’a rendu son verdict que le 26 décembre. Le temps pour ses membres de passer la veillée de Noël en famille, et pour Cerón et ses amis dans la prison de Carabanchel. Voici, l’étrange sentence : dans son premier attendu, le tribunal écarte le délit de rébellion militaire, mais dans le second qualifie l’action des accusés « d’opération criminelle tendant à exciter à la réalisation d’actes en vue de changer illégalement l’organisation de l’état et à remplacer le gouvernement de la Nation ». Et tout cela se réfère à l’article 163 du Code pénal ordinaire. C’est-à-dire que le Tribunal militaire écarte le délit passible du Code de Justice militaire et juge d’après la législation ordinaire pour un délit qui n’a pas été imputé aux prévenus par l’accusation. On est entièrement sur le terrain de l’arbitraire. Il ne faut pas s’étonner si M. Julio Cerón est condamné à huit ans de prison, MM. Diez Yagüe et Gómez Ovejero à six ans (au lieu de deux ans dans le premier Conseil de Guerre), M. Ortega à quatre ans (au lieu d’un an) et si tous les acquittés du 9 novembre se voient infliger des peines de trois ans à un an.

8Il y a encore plus. Le Conseil suprême a décidé de renouveler les poursuites contre l’avocat et écrivain catholique M. Ignacio Fernández de Castro, le rédacteur de la revue catholique El Ciervo M. Juan Masana, et l’avocat de Madrid, M Carlos Morán, appartenant à l’Association espagnole de coopération européenne.

9« L’affaire Cerón » n’est pas qu’un déni de justice comme tant d’autres sous la dictature subie par l’Espagne. Elle a une signification bien plus profonde. (Ce n’est pas un hasard si, pour la première fois en Espagne, le procès a été enregistré sur une bande magnétique). Le régime croit le moment arrivé de frapper durement les croyants qui ne sont plus dupes de la confusion, longtemps entretenue, entre religion et franquisme. Des ministres intégristes (plusieurs membres de « l’Opus Dei »), des généraux, certains membres de la hiérarchie qui semblent n’avoir rien compris aux dernières cent-cinquante années de l’histoire d’Espagne, s’obstinent à exciter les rancunes et les haines. Si un jour l’évolution de l’Espagne n’est pas aussi paisible que l’opposition l’a voulu, il ne faudra pas que ceux qui approfondissent les haines aujourd’hui, gémissent hypocritement. M. Gil Robles a dit devant le Conseil de Justice militaire : « N’oubliez pas le texte biblique : On vous jugera suivant la règle dont vous usez pour juger les autres ».

Haut de page

Notes

1 Cf. Esprit, déc. 1959, p. 737.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « Huit ans de prison pour Cerón »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 231-232.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « Huit ans de prison pour Cerón »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bhce.1000

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search