Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...En Espagne : conflit entre les sy...

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

En Espagne : conflit entre les syndicats et l’Action catholique

Manuel Tuñón De Lara
p. 239-240
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « En Espagne : conflit entre les syndicats et l’Action catholique », revue Esprit, n° 292, février 1961, p. 287-288.

Texte intégral

  • 1 Des élections pour des délégués ouvriers auprès des entreprises, sans aucun pouvoir de décision.

1Ceux qui suivent de près les événements espagnols1 ne sauraient s’étonner de la lettre adressée par le cardinal-primat, Mgr Plá y Deniel, au ministre-secrétaire du « Mouvement », M. Solís. On se souviendra que le manifeste des HOAC (Fraternités ouvrières d’action catholique) pour le 1er mai avait été interdit par la censure et que le congrès de la Jeunesse ouvrière catholique avait été passé sous silence par la presse du régime à la seule exception de quelques journaux catholiques. Peu avant les élections syndicales1 le cardinal-primat s’était adressé aux HOAC pour leur rappeler qu’elles ne sont pas un syndicat, ni une confrérie, et qu’elles devaient travailler au sein des syndicats. Cela laissait prévoir des candidatures HOAC aux élections syndicales. Ces élections furent, encore une fois, l’occasion de toutes sortes d’irrégularités et tous les genres de pression furent mis en œuvre pour faire élire les candidats officiels.

2Les directions de l’HOAC et de la Jeunesse ouvrière catholique (JOC) s’adressèrent par la suite au ministre-secrétaire pour protester. Le ministre feignant d’ignorer l’existence des HOAC et de la JOC, écrivit une lettre au cardinal-primat. Celui-ci a saisi l’occasion pour poser d’emblée le problème des relations entre l’état et les associations de l’Action catholique et pour se faire l’interprète d’une opinion de plus en plus répandue dans les milieux catholiques espagnols.

3Le cardinal-primat déclare, bien entendu, adhérer encore une fois aux principes de la « Croisade nationale », mais son point de vue sur ces principes diffère entièrement de celui du gouvernement. Il rappelle qu’en 1954, un évêque osa écrire que les syndicats phalangistes ne se conformaient pas à la doctrine sociale de l’église ; plus tard, en 1956, ce fut le cardinal-primat en personne et deux archevêques qui dirent au chef de l’état qu’à leur avis, « les ouvriers de nos diocèses n’ont pas une représentation assez authentique au sein des syndicats espagnols ».

4Le primat prend la défense des HOAC, en s’appuyant sur l’article 34 du Concordat de 1953, et il ajoute que, « l’apostolat des HOAC doit comprendre nécessairement la propagation de la doctrine sociale de l’église ; les HOAC doivent s’occuper des questions sociales ». Il ajoute : « Cela pourrait entraîner un véritable conflit entre l’église et l’état... L’état actuel des relations entre l’état et les HOAC est extrêmement dangereux. Des exemples récents de conflits entre l’église et l’état dans quelques nations, qui ont eu des graves répercussions dans l’ordre civil, ont commencé par des conflits entre l’état et les associations de l’Action catholique. »

5Au delà de cette querelle syndicale, la lettre du cardinal pose les problèmes des libertés et du respect aux garanties individuelles et sociales. Voici quelques passages de cette lettre : « Lorsque la loi d’Organisation syndicale fut promulguée, et même à la première législature des Cortès, on disait officiellement que l’Espagne avait un régime totalitaire et que ce régime était le seul convenable pour notre pays. Aujourd’hui, personne n’ose en Espagne et ailleurs, hors du monde soviétique, s’appeler totalitaires. Mais il ne suffit pas de repousser le nom, il faut repousser tout ce qu’il signifie. »

6C’est une vérité très simple, mais sur laquelle on ne saurait jamais trop insister. Il serait souhaitable aussi que le cardinal et d’autres membres de la hiérarchie catholique comprennent enfin que le mot de « Croisade » qu’ils emploient encore pour nommer la Guerre civile heurte, la sensibilité de la moitié des Espagnols (dont de nombreux catholiques) et représente un anachronisme de plus en plus inadmissible pour les jeunes générations.

Haut de page

Notes

1 Des élections pour des délégués ouvriers auprès des entreprises, sans aucun pouvoir de décision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « En Espagne : conflit entre les syndicats et l’Action catholique  »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 239-240.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « En Espagne : conflit entre les syndicats et l’Action catholique  »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bhce.1006

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search