Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...Du « cri de Yara » à la Sierra Ma...

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

Du « cri de Yara » à la Sierra Maestra

Manuel Tuñón De Lara
p. 245-250
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, Du « cri de Yara » à la Sierra Maestra, n° 294, avril 1961, p. 539-547

Texte intégral

Introduction historique

  • 1 Les capitaux espagnols accumulés à Cuba seront plus tard à l’origine de la poussée capitaliste en E (...)

1Cuba n’a pas accédé à l’indépendance en même temps que les autres colonies espagnoles du continent américain : elle était, avec Porto Rico et les Philippines, le dernier fleuron de la couronne impériale espagnole. Le xixe siècle avait connu la transformation de Cuba en une grande plantation de sucre, production qui dépassa vite en importance celle du tabac, et qui utilisait la main-d’œuvre servile. Il y avait une classe de propriétaires créoles qui vivait très aisément, en partageant les richesses du pays avec les hommes d’affaires espagnols1. Quelques révoltes d’esclaves et de serfs avaient créé un sentiment de crainte chez les propriétaires créoles qui, plus éclairés, auraient pu prendre la direction d’un mouvement d’indépendance. C’est seulement dans la deuxième moitié du siècle que la nécessité de réformes se fit sentir un peu partout. D’ailleurs, la Guerre de Sécession qui entraîna aux États-Unis l’abolition de l’esclavage, devait faire comprendre aux créoles la nécessité de réformes essentielles à Cuba.

2Depuis longtemps les États-Unis portaient un intérêt particulier aux Antilles. Leurs investissements dans l’industrie du sucre avaient acquis une importance de premier ordre et le commerce extérieur de Cuba se faisait surtout avec les États-Unis. En 1850, un tiers du commerce d’exportation et d’importation (8 millions et 12 millions de dollars respectivement) était fait avec l’Amérique du Nord. Entre 1850 et 1860, les exportations de Cuba vers les États-Unis étaient quatre fois supérieures aux exportations vers l’Espagne. À partir de 1857, les importations venant des États-Unis dépassaient aussi celles qui venaient des ports espagnols, et la flotte marchande américaine qui accostait dans les ports cubains était deux fois plus nombreuse que la flotte espagnole allant aux Antilles.

3La diplomatie des États-Unis n’avait jamais caché son intérêt pour Cuba et la question avait été posée pour la première fois en 1823 par le secrétaire d’état John Quincy Adams dans une lettre adressée au ministre américain en Espagne. C’est l’époque où fut formulée la « doctrine de Monroe », qui devait servir plus tard aux États-Unis pour aider à l’expulsion des Espagnols des Antilles. À plusieurs reprises (la dernière en 1869) le gouvernement américain avait proposé au gouvernement espagnol de lui acheter Cuba, mais sans succès. En 1858, le sénateur Stephen A. Douglas exprimait à la Nouvelle-Orléans le point de vue américain : « C’est notre destin de posséder Cuba et ce serait une folie même de débattre cette question. Cuba appartient par nature au continent américain ».

4L’importance économique de l’île augmentait de plus en plus ; la production de sucre était à l’indice 1 600 en 1850 (base 100 pour 1786) ; la production de tabac avait triplé de 1820 à 1850.

5Le système d’impôts établi par la métropole, la cupidité des hauts fonctionnaires et des militaires « aux colonies », ainsi que le peu d’attention portée par les autorités espagnoles à la culture (152 écoles publiques et 84 écoles privées pour une population de 1 407 000 habitants), dont la raison essentielle était l’état arriéré de la métropole elle-même, devaient contribuer à la formation d’un esprit de révolte dans les élites cubaines. La révolution espagnole de septembre 1868 (qui renversa Isabelle II) réveilla les espoirs de ces élites. Mais le capitaine-général, Lersundi, mis en place par les gouvernements de droite, empêcha la diffusion du télégramme envoyé à Madrid par les partisans des réformes et qui se terminait par « Vive Cuba libérale espagnole ! ». Lorsque le gouvernement provisoire de Madrid essaya de comprendre, il était déjà trop tard : le 10 octobre 1868, au village de Yara, dans la province d’Oriente, la première guerre pour l’indépendance venait de commencer, sous la direction de Carlos Manuel de Céspedes, dont le premier geste fut de décréter symboliquement la libération des esclaves noirs. À Madrid, les intérêts des gros propriétaires s’avéraient plus forts que la bonne volonté de quelques hommes politiques et les gouvernements libéraux maintenaient leur intransigeance.

6Cette guerre dura dix ans : en 1877, le président du gouvernement provisoire cubain, M. Estrada Palma, tombait aux mains des Espagnols. En 1878, un autre dirigeant du mouvement d’indépendance, M. Máximo Gómez, signait avec le général Martínez Campos, « la paix de Zanjón ». Cependant, des chefs, devenus populaires pendant la guerre, tels que Maceo et Moncada, n’acceptèrent pas cette trêve et recommencèrent en 1879 les hostilités. Ce fut l’époque de « la guerra chiquita » (la petite guerre), qui devait durer un an. Et le gouvernement espagnol, après de nombreuses hésitations, accorda la liberté aux esclaves.

7Néanmoins, les conditions pour un nouvel effort d’indépendance mûrissaient de plus en plus. Des travailleurs déjà libres (notamment ceux de l’industrie du tabac) et des intellectuels rejoignaient les rangs des partisans de l’indépendance ; ceux-ci n’étaient plus un groupe d’élite, mais la majorité de la population. Le poète José Martí réussit en 1881 à quitter l’Espagne (où il était en exil forcé) ; il s’établit à Tampa (États-Unis) et visita plusieurs pays de l’Amérique centrale et des Antilles pour jeter les bases d’une nouvelle lutte d’indépendance. Neuf ans plus tard, il avait formé le Parti révolutionnaire cubain et comptait avec la collaboration de personnalités telles que Máximo Gómez et Maceo, cependant qu’à Cuba de petits groupes de partisans livraient toujours des escarmouches contre l’armée espagnole. Les hommes politiques de Madrid ne comprenaient pas, sauf de rares exceptions, l’importance spirituelle et matérielle des changements qui s’opéraient dans la conscience cubaine.

8L’inévitable arriva : une nouvelle guerre d’indépendance commença, le 24 février 1895, par le « Cri de Baire ». Cette fois, c’était le signal d’un soulèvement d’une ampleur inconnue. La réaction de Madrid fut : « donner jusqu’au dernier homme et jusqu’à la dernière peseta pour la guerre », selon la phrase de M. Sagasta, alors président du Conseil. Seules quelques voix clairvoyantes (celles de Pi y Margall, de Labra, d’Iglesias...) osaient dire la vérité à une opinion espagnole égarée par la propagande officielle et par la méconnaissance des problèmes coloniaux.

9Martí meurt en mai 1895, mais déjà Maceo avait débarqué à la tête de 6 000 partisans. Ceux-ci étaient appuyés par l’ensemble de la population paysanne. En juillet 1895 » le général Martínez Campos, nommé à nouveau capitaine-général de Cuba par Cánovas (l’homme fort de la Restauration, de nouveau à la tête du gouvernement espagnol), écrivait à ce dernier dans un rapport confidentiel : « Même si les insurgés sont vaincus, étant donné que l’ensemble du pays ne veut pas nous payer, ne peut plus nous sentir, avec ou sans réformes, en accordant le pardon ou en exterminant les gens, mon opinion sincère et loyale est que dans une douzaine d’années nous aurions une autre guerre ».

  • 2 Une note signée le 4 avril 1897 par le secrétaire d'État M. Elney, disait : « Les États-Unis désire (...)

10En effet, en janvier 1896, les forces insurgées arrivaient aux faubourgs de La Havane. C’est alors que Cánovas envoie le général Weyler à Cuba pour y mener une répression aussi féroce qu’inefficace et gagner la triste réputation de fondateur des premiers camps de concentration. Un an plus tard, l’armée espagnole n’avait pas réussi à éteindre les foyers de la rébellion. Par contre, les États-Unis (dont les investissements à Cuba atteignaient en 1896 la somme de 50 millions de dollars) s’intéressaient de plus en plus à ce litige ; Mac Kinley, élu président, était prêt à passer à l’action et adressa plusieurs notes violentes au gouvernement de Madrid2. Il attendra pourtant que les positions de l’Espagne soient encore plus faibles. Au début de 1898, le général Blanco, qui avait remplacé Weyler, écrivait à Sagasta, nouveau chef du gouvernement, après l’assassinat de Cánovas : « L’armée est épuisée et les hommes anémiques, remplissant les hôpitaux, n’ont plus de forces pour combattre ; ils peuvent à peine tenir leurs armes ». Le gouvernement espagnol, suivant le Conseil de SS Léon XIII, avait octroyé l’autonomie à Cuba en novembre 1897. Trop tard : les Cubains entendaient continuer la lutte jusqu’à l’indépendance totale.

11À ce moment se produisit un étrange incident : malgré une situation assez tendue entre l’Espagne et les États-Unis, le gouvernement de Washington prit la décision d’envoyer deux croiseurs de la flotte à La Havane, « comme preuve d’amitié » ; c’étaient les navires « Maine » et « Montgomery ». Le gouvernement espagnol s’inquiéta pourtant de ce geste d’amitié inattendu, d’autant plus que les bateaux américains ne manifestaient pas le moindre désir de lever l’ancre. Le 15 février 1898, une nouvelle défrayait la presse et inquiétait les chancelleries : le croiseur « Maine » avait fait explosion dans le port de La Havane : 266 hommes de son équipage y avaient trouvé la mort. La presse américaine, notamment la « chaîne » Hearst, s’empara de l’affaire pour injurier l’Espagne et demander la déclaration de guerre ; le gouvernement de Washington accusait, à son tour, après une enquête d’une semaine, menée sans participation d’experts espagnols : le « Maine » avait explosé par percussion d’une mine espagnole. (Une contre-enquête espagnole, menée un peu plus tard, concluait à une explosion interne, ce qui, soixante ans plus tard, n’est plus mis en doute par aucun historien sérieux). Washington parlait, dans la même note adressée à Madrid, de la nécessité d’arriver à la paix à Cuba. La situation était mûre pour l’intervention américaine et le gouvernement de Madrid comprit vite que les choses allaient vers un aboutissement dramatique. Une note espagnole aux puissances européennes n’obtint que des réponses courtoises, et la démarche du ministre M. Moret pour une médiation du Saint-Siège (Moret proposait de rendre Cuba et de garder Porto-Rico et les Philippines) devait également échouer.

12Dans son message au Congrès du 11 avril 1898, le président Mc Kinley disait que la situation à Cuba « est une menace constante sur notre paix... elle porte préjudice à notre commerce, à nos affaires, à notre peuple, par la destruction de la prospérité et la dévastation de l’île. »

13Le 19 avril, le Congrès autorisait le président Mc Kinley à déclarer la guerre, au nom de « la liberté et de l’indépendance de Cuba ». Le 21 avril, les relations diplomatiques étaient rompues. C’était la guerre. Une semaine plus tard, la flotte espagnole du Pacifique fut coulée à Cavite par les canons américains, nettement supérieurs. À Cuba, des troupes américaines débarquaient et renforçaient les positions des nationalistes commandés par le général Calixto García. Deux mois plus tard, le reste de la flotte espagnole était coulé à son tour en essayant une sortie téméraire du port de Santiago. C’était la fin d’une domination qui datait de quatre siècles, du premier voyage de Christophe Colomb. Mais Washington n’était pas intervenu pour rien ; son gouvernement exigeait de l’Espagne non seulement l’indépendance de Cuba, mais aussi le transfert de la souveraineté sur Porto-Rico et les Philippines, qui passaient ainsi du vieil empire espagnol au jeune empire américain. La conférence de la paix dura deux mois ; le 10 décembre 1898, le traité de Paris fut l’acte de décès de l’empire « où le soleil ne se couchait jamais ».

14Les troupes espagnoles quittèrent le territoire cubain le 1er janvier 1899. Le commandement de l’île revint au général américain Leonard Wood, chef des forces militaires américaines d’occupation. Sous la protection des forces américaines, une assemblée constituante se réunit à La Havane en novembre 1900 ; cette assemblée avait été élue par tous les Cubains sachant lire et écrire, ayant servi la nation les armes à la main et possédant un capital minimum de 250 pesos. Ces conditions restrictives avaient été imposées par le général Leonard Wood. Il n’est donc pas étonnant que sur une population de plus d’un million d’habitants le nombre des votants ne dépassa pas 40 000. La Constitution fut votée le 21 février 1901, mais la convocation de l’assemblée (faite aussi par Wood) lui donnait également la tâche d’établir, « d’accord avec le gouvernement des États-Unis, tout ce qui concerne les relations entre ce gouvernement et le gouvernement de Cuba ». Le 25 février 1901, le Sénat américain votait par 43 voix contre 20 l’amendement Platt, destiné à figurer comme annexe à la Constitution cubaine, qui limitait la souveraineté nationale cubaine au profit des États-Unis, auxquels était reconnu « le droit d’intervenir pour sauvegarder l’indépendance cubaine et pour soutenir un gouvernement stable capable de protéger les vies humaines, les propriétés et les libertés... ». L’amendement Platt accordait aussi aux États-Unis le droit d’établir des bases militaires et navales, et le droit de veto sur les traités et engagements internationaux du gouvernement cubain. Il y eut naturellement des réactions populaires contre l’amendement Platt : le 2 mars, plus de 15 000 personnes manifestaient dans les rues de La Havane ; le vieux général Massó dirigeait aussi ce mouvement d’opposition, mais le courant proaméricain était alors très fort, d’autant plus que les troupes des États-Unis occupaient toujours l’île ; ce courant était représenté notamment par Estrada Palma, dont nous avons déjà parlé pour sa participation à la première guerre d’indépendance.

15D’ailleurs, Cuba n’avait pas le choix, car le 2 mars 1901, le général Wood informait M. Méndez Capote, président de l’Assemblée constituante, qüe « les États-Unis continueraient d’occuper l’île jusqu’à la formation d’un gouvernement cubain et à la promulgation d’une Constitution qui devrait reprendre dans un additif les dispositions de l’amendement Platt... »

16L’Assemblée n’accepta pas de bon gré la proposition des États-Unis ; elle nomma une commission pour se rendre à Washington « dans le but de connaître la véritable portée de l’amendement Platt », et, pendant tout le mois de mai, elle hésita. Enfin, dans sa séance secrète du 28 mai, elle accepta, par 15 voix contre 14, d’intégrer l’amendement Platt dans la constitution cubaine. Toutefois la décision de l’Assemblée comportait : « La République de Cuba, dans l’exercice de sa souveraineté, convient avec les États-Unis que les dispositions suivantes, interprétées conformément aux déclarations faites par le secrétaire à la Guerre M. Root, contenues dans le rapport de la commission envoyée à Washington, devront être les bases essentielles d’un traité entre les deux pays. »

17Le général Wood refusa carrément cette interprétation et exigea l’adoption du texte intégral de l’amendement tel qu’il avait été voté par le Congrès américain. Encore une fois, les Cubains n’avaient pas le choix. Le 12 juin, l’amendement Platt était ajouté à la Constitution, sans changement ni modification, par 16 voix contre 11.

18Le 31 décembre 1901, Estrada Palma était élu président, appuyé par les éléments modérés et par le général Wood lui-même, contre le général Bartolomé Massó, candidat de la tendance nationaliste « exaltée ». Cette élection présidentielle était en réalité une bataille pour ou contre l’amendement Platt ; dans ces conditions, on ne peut s’étonner de voir le général Wood révoquer M. Gener, maire de La Havane et partisan de Massó. Celui-ci retira sa candidature une semaine avant l’élection.

19Le 11 décembre 1902, un traité de commerce était signé entre Cuba et les États-Unis. En échange des concessions dans les tarifs douaniers pour le sucre cubain, les États-Unis se voyaient accorder des taux préférentiels pour leurs exportations vers Cuba.

20Les investissements américains dans la production du sucre s’accrurent massivement : MM. Havemeyer, Atkins et Rionda créèrent l’« American Sugar Refining », et l’« United Fruit Company » acheta à bas prix en 1901 ses 70 000 premiers hectares de terres. C’est à la même époque que M. William Van Home obtint du général Wood la concession des chemins de fer cubains et que M. Frank Steinhart –secrétaire privé du général Wood– recevait l’intéressant cadeau de la concession des tramways, l’« Havana Electric Comp. » l’« American Tobacco Comp. » contrôlait en 1903 90 % de l’exportation de tabac. Enfin, de 1901 à 1905, 13 000 citoyens des États-Unis devenaient propriétaires à Cuba.

21En outre, le gouvernement américain se réservait en 1903 la base militaire de Guantánamo. En 1934, l’amendement Platt cessait d’être en vigueur, mais la base de Guantánamo était toujours occupée par les « Marines » pour le modique loyer de 280 dollars par mois.

  • 3 Harold U. Faulkner, American Political and Social History.

22De 1906 à 1909, Cuba avait connu une nouvelle intervention américaine sous le commandement du général Charles E. Magoon. C’est à partir de cette période que la corruption gagna les mœurs politiques. Plus tard, ce fut l’époque des exorbitants profits à l’occasion de la Première Guerre mondiale. Un historien américain, Harold U. Faulkner a écrit : « Vers le milieu des années 20, il y avait peu de choses de valeur à Cuba qui ne fussent pas dans les mains des financiers américains ; cette propriété était contrôlée, dans une grande mesure, par la National City Bank de New York, qui dominait directement la « General Sugar Company », les Chemins de fer « consolidados », les immenses exploitations de sucre de la compagnie « Cuba » et d’autres compagnies, et par l’intermédiaire de ses vingt-quatre succursales bancaires finançait les agriculteurs du pays exploitant la canne à sucre.3 »

23En 1917, nouvelle intervention américaine pour imposer la réélection du président conservateur M. Menocal. 2 000 « marines » restèrent à Cuba jusqu’en 1919.

24La crise économique de 1929-1932, ainsi qu’une certaine maturité des élites populaires, devait être à l’origine d’un vaste mouvement contre la dictature du général Gerardo Machado, « le boucher ». Ce furent pourtant les étudiants cubains qui formèrent le groupe de choc principal qui renversa Machado, le 12 août 1933, et portèrent au pouvoir un gouvernement présidé par M. Grau San Martín qui, pendant cent jours, entreprit des transformations démocratiques : la journée de huit heures, l’autonomie de l’Université et surtout l’abrogation de l’amendement Platt, grâce évidemment aux dispositions favorables de l’administration Roosevelt. Mais les États-Unis gardaient la base de Guantánamo. Ce fut aussi le moment de l’établissement des « quotas » de sucre dont on a tellement parlé ces dernières années. À la suite de la dépression économique, le « New Deal » remplaça la libre concurrence par la répartition de quotas aux pays exportateurs de sucre. Cette mesure apporta un soulagement momentané à l’économie cubaine. Il faut pourtant remarquer que le quota était établi sur la base de la période 1925-1933 où les exportations cubaines furent plus basses. D’ailleurs les « quotas » étant établis unilatéralement par les États-Unis, une situation d’étroite dépendance était créée. C’est seulement en 1960 qu’on s’est rendu compte de la fragilité de ce genre d’exportation, qui consacrait en fait le monopole commercial des États-Unis.

25Cependant, le gouvernement de Grau San Martín fut vite remplacé par celui d’un ancien sergent, Fulgencio Batista. Jusqu’en 1940, les différents gouvernements cubains furent inspirés par Batista. En 1940, la situation internationale dans le continent américain encourage une certaine libéralisation. Une nouvelle assemblée constituante vote une Constitution moderne et avancée ; des élections présidentielles sont convoquées, mais Batista, exploitant la nécessité d’une union nationale, trouve l’appui de tous les groupes, depuis les modérés jusqu’aux communistes, pour se faire élire. Plus tard, il devra céder la place à M. Grau San Martín, élu en 1944, dont le gouvernement libéral sera beaucoup plus modéré que celui des « cents jours » en 1933. Puis ce sera le tour de M. Prio Socarrás, un autre libéral partisan des réformes. Mais la bonne volonté de ces gouvernants se brisait sur les structures semi-coloniales du pays et la dépendance économique envers les États-Unis ; plus que jamais, était vraie la phrase de Martí : « Le pays ne doit dépendre ni d’un seul produit ni d’un seul marché ». Ces libéraux, qui gouvernaient à La Havane sous l’œil attentif de l’ambassadeur américain (l’ancien ambassadeur des États-Unis à Cuba M. Earl E.T. Smith, a dit devant une sous-commission du Sénat, le 30 août 1960 : « Autrefois, l’ambassadeur américain était l’homme le plus important de Cuba, après le président, et parfois il était plus important que le président lui-même »), n’avaient pas le courage, pas la force non plus, de s’attaquer aux structures archaïques des campagnes où la moitié des hommes étaient analphabètes et où les trois-quarts des maisons avaient une toiture de paille. En même temps, de 1944 à 1958, les hommes d’affaires américains avaient investi à Cuba 700 millions de dollars, dont 548 avaient été transférés à nouveau aux États-Unis sous la forme de profits.

26Toutefois, la démocratie libérale cubaine inquiétait certains milieux, qui préféraient « la poigne de fer » de Fulgencio Batista. C’est ainsi que, quelques jours avant l’élection présidentielle de 1952, Fulgencio Batista, dont l’influence dans l’Armée était toujours très forte, réussit un coup d’état. L’opinion publique, un peu désabusée par l’impuissance des gouvernements Grau et Socarrás, ne réagit pas ou réagit très peu. C’est seulement quelques années plus tard, lorsque la dictature de Batista atteignit au paroxysme des crimes, de la terreur et de la corruption, que des intellectuels et des étudiants jetèrent les bases du combat national contre la tyrannie.

27Le 26 juillet 1953, un jeune avocat de 26 ans, à la tête d’un groupe de jeunes gens, essayait de prendre d’assaut la plus grande caserne de la province d’Oriente, la caserne Moncada ; ce jeune homme s’appelait Fidel Castro. Emprisonné et traduit devant les tribunaux, il présenta lui-même sa défense : il accusa le dictateur et son gouvernement d’être illégaux et ennemis de la liberté. Dans ce discours, Fidel Castro parle pour la première fois de la nécessité de bouleverser la structure agraire du pays, de créer des coopératives dans les campagnes, d’entreprendre une réforme démocratique de l’enseignement, etc.

28Condamné à quinze ans de prison, Fidel Castro fut envoyé en octobre 1953 à l’établissement pénitentiaire de l’île des Pins. Mais en 1955, Batista, qui venait de se faire réélire par les procédés qui lui étaient habituels, accepta une proposition d’amnistie faite par le Congrès, et Fidel sortit de prison le 2 mai 1955. Deux mois plus tard, il gagnait le Mexique, prêt à recommencer la lutte.

29Le reste est assez connu : la nuit du 2 décembre 1956, Fidel débarquait sur une plage de la province d’Oriente à la tête de 82 hommes. Les troupes de Batista décimèrent rapidement le groupe. Une semaine plus tard, une douzaine seulement avaient réussi à gagner le sommet Turquino dans la Sierra Maestra : ces hommes étaient Fidel Castro, Raúl Castro, Ernesto Guevara (le « Che »), Camilo Cienfuegos, Calixto García, Faustino Pérez, Calixto Morales, Universo Sánchez, Eugenio Almejeiras Ciro Redondo, Juan Almeida et René Rodríguez.

30Deux ans plus tard, cette douzaine d’hommes, devenue « l’armée rebelle » et appuyée par les « guajiros » des campagnes, les ouvriers des « ingenios », les étudiants et par l’immense majorité de la nation cubaine mettait en déroute l’armée professionnelle de Batista.

Haut de page

Notes

1 Les capitaux espagnols accumulés à Cuba seront plus tard à l’origine de la poussée capitaliste en Espagne à partir de 1900.

2 Une note signée le 4 avril 1897 par le secrétaire d'État M. Elney, disait : « Les États-Unis désirent coopérer avec l'Espagne pour pacifier immédiatement l'île de Cuba ».

3 Harold U. Faulkner, American Political and Social History.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « Du « cri de Yara » à la Sierra Maestra »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 245-250.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « Du « cri de Yara » à la Sierra Maestra »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1009

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search