Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...Détrujillisation

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

Détrujillisation

Manuel Tuñón De Lara
p. 253-255
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « Détrujillisation », revue Esprit, n° 302, janvier 1962, p. 92-95.

Texte intégral

1Six mois après la mort violente de Rafael Leonidas Trujillo, qui fut maître et seigneur de la République dominicaine pendant trente ans, le peuple qui partage avec les Haïtiens l’île américaine où Christophe Colomb débarqua pour la première fois, se trouve à un carrefour de son destin.

2M. Balaguer, mis en place en 1960 par le dictateur, avec le titre de président de la République, est resté à la tête de l’état. Au lendemain de la mort de Trujillo, il fit même rentrer au pays le fils du dictateur, pour prendre le commandement de l’armée. Ce n’est qu’au mois de juillet qu’il remania son gouvernement, afin de faire lever les sanctions prises par l’OEA (Organisation des états américains) en janvier 1961 contre la République dominicaine. Cela tout en affirmant qu’il entendait poursuivre « l’œuvre de réconciliation du généralissime Trujillo ».

3Mais la grande majorité de la population dominicaine ne semblait pas partager cet avis et des manifestations puissantes eurent lieu dans les principales villes du pays. Les dirigeants des partis de l’opposition rentrèrent au pays : Viriato Fiallo (de l’Union civique nationale, libéral modéré), Juan Bosch (du Parti révolutionnaire dominicain, parti de gauche socialisant, dont le leader est un ami du président du Venezuela, M. Betancourt), et Manuel Tavárez (du Parti du 14 juin, parti de gauche qui tendrait vers le « castrisme »). M. Balaguer, qui maintient en place les fonctionnaires d’autorité et les militaires nommés par la dictature, ira, deux mois plus tard, jusqu’à expulser à nouveau MM. Fiallo et Tavárez.

4Le State Department, craignant que la République dominicaine ne devînt un « deuxième Cuba », s’efforça, avec l’appui de plusieurs gouvernements latino-américains, d’installer un régime de compromis, qui serait toujours présidé par M. Balaguer et qui éviterait des heurts révolutionnaires. Les États-Unis firent jouer leur influence pour que l’OEA revînt sur ses sanctions de janvier, sans parvenir pour autant à un succès complet.

5C’était compter sans les frères de Trujillo, Héctor et Arismendi, revenus subitement des états- Unis. En essayant de reprendre entièrement le pouvoir, ils jouèrent le rôle d’apprentis sorciers : l’explosion populaire unanime, l’opposition de l’armée de l’air et les pressions directes de Washington (des croiseurs USA ont patrouillé au large de l’île) mirent en échec le nouveau coup d’état de la famille Trujillo. Rafael, le fils du dictateur, prit la fuite, suivi de ses oncles (on trouva dans une propriété d’Arismendi Trujillo 2 000 fusils et 135 000 cartouches).

  • 1 Mgr Elíseo Pérez Sanchez, vicaire général adjoint de la capitale, qui avait été nommé sénateur par (...)

6Les Dominicains ont alors pris conscience de la gravité de la situation et déclenché des actions massives, non dépourvues de caractère révolutionnaire. MM. Fiallo et Tavárez sont rentrés, accueillis par soixante mille personnes au cri de : « Liberté ! liberté ! ». La population entière exigeait le départ de M. Balaguer comme garantie d’une véritable démocratisation, tandis que les diplomates américains s’inquiétaient de plus en plus de la tournure prise par les événements. Au conseil de l’OEA, M. de Lesseps Morrison, représentant des États-Unis, insistait sur le fait que « la principale menace pour la paix et la sécurité des Caraïbes et le continent américain vient de l’existence du régime fidéliste. » Les États-Unis ont envoyé à Saint-Domingue un représentant du State Department, M. Morales Carrión, tandis qu’une nouvelle commission de l’OEA faisait un autre voyage d’enquête : son président, l’équatorien Escudero, n’hésitait pas à dire qu’il était « favorablement impressionné par les progrès réalisés en vue d’une démocratisation du régime. Trop tard et trop peu pour contenir la colère populaire : la foule a saccagé et pillé des propriétés appartenant à la famille Trujillo et s’est heurtée aux forces de « l’ordre ». C’est ainsi que le 27 novembre, le pays entier était paralysé par une grève générale pour le départ de M. Balaguer et la formation d’un gouvernement démocratique. C’est alors que l’armée –et son « homme fort », le général Echevarría– a sorti les griffes, enjoignant par ultimatum au président Balaguer et aux partis politiques de former une « junta » qui comprendrait notamment, M. Balaguer, un prélat1 et Echevarría lui-même. La ficelle était trop grosse : un homme aussi modéré que M. Fiallo a dénoncé le danger de la dictature militaire, et M. Morales n’a pas caché que sa tâche (c’est-à- dire celle des États-Unis) serait trop compliquée, d’autant plus que les partis politiques, appuyés par des manifestations de rue impressionnantes, ne cessaient de dénoncer la présence de navires américains, considérée comme une intervention et un appui direct à Balaguer et aux militaires.

7La grève s’est poursuivie, bien que M. Balaguer l’eût décrétée illégale et que les tanks eussent patrouillé par les rues de Saint-Domingue (la capitale ne s’appelle plus Ciudad Trujillo). La loi martiale a été proclamée, mais la population n’a pas cédé. D’ailleurs, un soulèvement des militaires libéraux, bien qu’étouffé, a montré que la cohésion de l’armée n’était que relative.

8Depuis la mort de Trujillo, l’état qu’il avait créé est resté debout sans une fissure, la structure économique du pays n’a aucunement changé. La République dominicaine a trois millions d’habitants, dont 70 % de ruraux (le chômage dans les campagnes est de 35 à 40 %). 0,1 % des propriétaires possèdent 30 % des terres et 7 % des familles 60,5 % du revenu national. La famille Trujillo possédait les meilleurs propriétés et « ingenios » de sucre, l’industrie du ciment, la production du tabac, de farine, la « centrale laitière », la centrale électrique, et même la brasserie ! Depuis 1950, les prix ont monté de 180 %, les salaires de 84 %. Les salaires les plus élevés, ceux que verse l’industrie du sucre, ne dépassent pas 6,50 NF par jour.

9Tous les essais, projets et promesses de démocratisation de M. Balaguer, tous les bons conseils des États-Unis et des commissions de l’OEA, ne tenaient aucun compte de la nécessité de modifier cette structure économique et sociale.

10Il y a pourtant quelque chose de plus grave : l’armée créée et choyée par le « Benefactor », est restée en place, la police aussi. Au camp militaire de « La Fortaleza », on pouvait lire jusqu’au mois dernier une gigantesque enseigne au néon : « Trujillo vit toujours dans le cœur de tous les bons Dominicains ». Germán Ornes était le propriétaire du journal El Caribe. Le 25 novembre, il crut le moment venu de réoccuper les locaux de son quotidien ; eh bien, la police l’en empêcha Le lendemain, des paysans essayèrent de s’emparer de quelques têtes de bétail dans une propriété rurale de Rhadames Trujillo ; la police tira sur eux, en tuant une vingtaine. Lorsqu’on connaît ces détails, on comprend mieux la signification politique du général Echevarría, le sens de ses paroles quand il menace de prendre le pouvoir avec l’armée « pour assurer la vie économique de la nation », ou quand il s’adresse à l’OEA pour dire : « les sanctions contre notre pays n’ont plus de raison d’être. » D’après les toutes dernières informations (j’écris ces lignes le 8 décembre), c’est grâce à la médiation d’un diplomate chilien, M. Oyarzun, qu’un accord semble être intervenu pour former sous la présidence de M. Balaguer, un conseil d’état, où sont representés les partis et l’armée, qui gouvernerait jusqu’aux élections de 1962. Cette formule sera-t-elle viable ? On voudrait l’espérer, mais toutes les craintes sont permises. Il est tout de même assez dur à avaler que le dernier homme de paille mis par Trujillo à la tête de « son » état, puisse présider à la démocratisation du pays. Il serait dangereux que des démocrates modérés, par peur d’une révolution « à la Castro », arrêtent les changements et les sanctions inévitables après trente ans de terreur, et ce faisant, attisent le mécontentement populaire d’où résulterait justement ce qu’ils veulent éviter. On peut se demander si l’expérience de Cuba n’a rien appris aux hommes politiques d’Amérique, États-Unis y compris.

Haut de page

Notes

1 Mgr Elíseo Pérez Sanchez, vicaire général adjoint de la capitale, qui avait été nommé sénateur par Trujillo, il y a cinq ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « Détrujillisation »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 253-255.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « Détrujillisation »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bhce.1023

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search