Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...Les grèves en Espagne

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

Les grèves en Espagne

Manuel Tuñón De Lara
p. 259-260
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « Les grèves en Espagne », revue Esprit, n° 307, juin 1962, p. 985-987.

Texte intégral

1Un jour du mois d’avril, les ouvriers d’un puits de charbon du bassin asturien, dit « La Nicolasa », ont attiré l’attention des rares Espagnols qui, en dépit de la censure, sont au courant des événements : ces mineurs avaient signé un contrat collectif de travail, mais la direction de l’entreprise n’appliquait pas les clauses de la convention et le salaire hebdomadaire était égal ou inférieur à celui d’avant la signature du contrat. Le 17 avril, les mineurs de « La Nicolasa » décident la grève.

2Le fait peut paraître insolite, car la grève est interdite et punie par le Code pénal espagnol, les syndicats officiels sont mis en place pour empêcher ce genre d’actions. Pourtant d’antres grèves ont eu lieu cette année au Pays basque et aux chantiers navals de Carthagène, aux manufactures métalliques madrilènes, aux aciéries de Sagunto, toutes ces grèves ayant trait à la question des conventions collectives et au salaire minimum réclamé par les ouvriers : de 120 à 160 pts par jour (le Secrétariat diocésain de Bilbao estimait, dans une note adressée aux paroisses il y a deux mois, que le salaire minimum ne pouvait être inférieur à 137 pts).

3La direction de la mine « La Nicolasa » pensa que l’affaire serait vite tranchée par le licenciement des ouvriers. Grave erreur ! En 24 heures, les localités du bassin minier étaient inondées de tracts appelant à la grève : l’agitation gagna vite Mieres, Turón, Sama, La Peignera, Pola, Sotrobio et d’autres localités. Et le lundi 23 avril, la grève paralysait les mines des bassins d’Aller, du Caudal et du Nalón, c’est-à-dire 85 % des charbonnages asturiens.

460 000 ouvriers en grève, réclamant le salaire minimum de 157 pts, voilà qui est de nature à inquiéter les autorités. Les milieux officiels de Madrid comprirent qu’ils se trouvaient devant une situation grave. On avait déjà envoyé aux Asturies des renforts de la Police armée ; mais le lundi 23, le gouvernement se rendait compte qu’un choc violent, au moment même où il veut voiler son totalitarisme pour entrer clans le Marché commun, aurait des effets politiques néfastes. Il combina donc son action ; d’un côté on expédia dans les Asturies, deux « tercios » (bataillons) de la Garde civile, des brigades de la police politique, etc. De l’autre côté on conseilla au gouverneur civil des Asturies d’employer la manière douce, tout on arrêtant les « meneurs » ; en même temps l’Organisation syndicale organisait un voyage des « syndicalistes » asturiens à Madrid afin de conclure un compromis avec le ministre du Travail, et dépêchait aux Asturies son vice-secrétaire, M. Marcos Chacón.

5La censure ne laissa pas filtrer un seul mot sur la grève dans la presse et à la radio, mais des tracts circulaient dans Madrid, les nouvelles se répandaient de bouche à oreille.

6Du 23 au 29 avril, la grève paralysa toutes les mines des Asturies ; elle s’étendit à la très importante usine « Duro-Felguera » et à quelques entreprises d’Oviedo, où le gouverneur essayait d’amadouer les femmes des grévistes. Chaque matin, les mineurs se présentaient à la mine, prenaient leurs lampes et descendaient ; acte symbolique, puisqu’un quart d’heure plus tard ils remontaient à la surface, laissaient leurs lampes et partaient. À la fin de la semaine, la direction des entreprises interdit cette descente symbolique. Personne ne travaillait, mais les familles ouvrières pouvaient toujours acheter à crédit dans les économats ouvriers ; cependant, vers le milieu de la semaine, les entreprises, d’accord avec le gouvernement, retiraient aux ouvriers les cartes des économats. À partir de ce moment, le spectre de la famine pesa sur les foyers ouvriers des Asturies ; faute de vrais syndicats, sans une caisse de résistance, les grévistes se voient ainsi poignardés dans le dos et les agents gouvernementaux peuvent agir sur les hésitants.

7Que disaient les patrons ? Ils se plaignaient à leur tour : la production charbonnière est en crise. On produit trop en Europe et les charbons espagnols ne sont pas de première qualité. Puis, il est très difficile d’améliorer la productivité car l’outillage est très ancien ; enfin, le charbon fourni à l’état –notamment pour les chemins de fer– est vendu à des prix fixes et très favorables à l’acheteur. Les patrons oublient, naturellement, de dire que les sociétés minières ont augmenté leurs dividendes cette année.

8Le gouvernement espagnol tenait sa réunion hebdomadaire le vendredi 27 avril. Il se plia aux exigences des patrons et, promit une augmentation de prix du charbon (50 pts par tonne) afin de permettre un certain relèvement des salaires.

9Tandis qu’à Madrid les tractations continuaient, et qu’aux Asturies la police arrêtait une cinquantaine d’ouvriers accusés « d’inciter à la grève et de diffuser des tracts communistes », les premiers signes de solidarité apparaissaient dans d’autres régions : à Bilbao, le jeudi 26, les 2 500 métallos de l’entreprise « Basconia », arrêtaient le travail, et aux mines de plomb de Linares (Andalousie) l’agitation croissait en dépit de l’arrestation de quelques mineurs et de l’arrivée des forces de la Police armée.

10Tout semblait indiquer que les travailleurs étaient organisés et prêts à poursuivre leur lutte, tout en déclarant –pour des raisons qu’on comprend aisément– qu’il s’agissait d’une grève professionnelle. Cette idée fut surtout répandue par les services gouvernementaux.

11Le lundi 30 avril, les mineurs refusèrent de reprendre le travail, en déclarant qu’ils ne pouvaient pas se satisfaire de vagues promesses ; ils voulaient voir traduites leurs revendications par un décret ou un arrêté publié dans le « Bulletin officiel ». À partir de ce moment-là, la grève prenait un caractère d’épreuve de force et, en dépit de son origine professionnelle (vérité ou prétexte, ou les deux en même temps), sa portée politique n’était plus contestable.

  • 1 L’université de « l’Opus Dei » à Pampelune est –cela est décidé depuis quelques semaines– subventio (...)

12Le fait dominant de cette seconde semaine de grève (troisième pour quelques milliers d’ouvriers), c’était la poussée des grèves de solidarité et pour le salaire minimum, dans les plus importantes concentrations ouvrières du pays (sauf en Catalogne). Le 2 mai, les 3 000 ouvriers de la « Compagnie Auxiliaire des Chemins de Fer » de Beasain –qui avaient déjà fait une grève de plusieurs semaines cet hiver– ont arrêté le travail, ainsi que les ouvriers des chantiers maritimes Euskualduna à Bilbao. Le lendemain, avec l’entrée dans la grève des travailleurs de la « Dow Chemical » et de la sidérurgique « Echevarría », on comptait plus de 15 000 grévistes à Bilbao, où l’agitation gagnait les hauts-fourneaux. Dans le sud du pays, 5 000 mineurs des charbonnages de Peñarroya et les 2 200 des mines de Linares entraient dans la grève, ainsi que plusieurs ateliers des aciéries de Sagunto (Valence). Sans aucun doute, on était en présence d’un vaste mouvement combiné et organisé. À Léon, les 5 000 mineurs de Villablino de El Bierzo débrayaient à leur tour. Des estimations modérées faisaient monter le nombre des grévistes à un peu plus de 100 000. Le gouvernement, décontenancé, montra alors son vrai visage et décréta l’état d’exception aux Asturies et dans deux provinces basques, Vizcaya et Guipúzcoa : il consigna dans leurs casernes la Garde civile et la Police armée et envoya de nouveaux renforts dans les bassins miniers. Le ministre de l’Information communiqua à la presse (qui rompait le silence pour la première fois après deux semaines de grève) que « cette situation anormale du travail » obéissait aux « consignes venues de l’extérieur ». Cependant, bravant la police, plus de 1 000 étudiants parcouraient les rues de Madrid aux cris de « Opus no, Asturias sí »1.

13Quelle que soit l’issue de ce mouvement de grève, il est le plus important qui ait eu lieu en Espagne depuis la Guerre civile. Il fait la preuve de l’échec social du régime (le divorce des intellectuels date déjà de six ou sept ans) et des fruits portés par le travail difficile mais courageux des organisations de l’opposition. Il relègue à l’arrière-plan les querelles banales sur la restauration de la monarchie et même sur le Marché commun, apanage de quelques minorités de gens aisés. Vingt-trois ans, jour pour jour, après l’écrasement dans un bain de sang de la République espagnole, la nouvelle génération, les ouvriers asturiens, basques, andalous, les étudiants de Madrid crient à la face des généraux que s’ils ont vaincu ils n’ont jamais convaincu.

Haut de page

Notes

1 L’université de « l’Opus Dei » à Pampelune est –cela est décidé depuis quelques semaines– subventionnée au même titre que les universités de l’état. Les étudiants et la plupart des professeurs universitaires s’indignent de ce privilège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « Les grèves en Espagne »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 259-260.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « Les grèves en Espagne »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bhce.1027

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search