Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...Est-il possible de dialoguer en E...

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

Est-il possible de dialoguer en Espagne ?

Manuel Tuñón De Lara
p. 286-288
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « Est-il possible de dialoguer en Espagne ? », revue Esprit, n° 326, mars 1964, p. 467-470.

Texte intégral

1On se souvient que le débat entre les « 102 » intellectuels espagnols et le ministre de l’Information, Fraga Iribarne, avait été ouvert sous le signe du dialogue. En effet, l’immense majorité des Espagnols semblent s’accorder sur ce point : le redressement spirituel du pays exige l’ouverture d’un libre dialogue, la fin de toute forme del manichéisme, que la raison se substitue à l’invective et à la menace.

  • 1 Cf. « La “subversion” en Espagne », Esprit, janvier 1964, p. 90.

2Malheureusement, les idées du gouvernement sur le dialogue –s’il en a– sont trop limitées, et nos lecteurs connaissent la suite de l’affaire dite des intellectuels. Nous avons déjà souligné les premières réactions officielles aux déclarations de l’abbé mitré de Montserrat, Mgr Aureli Escarré1. Ces réactions étaient relativement sages ; cependant, des méthodes moralement et politiquement inadmissibles, semblent l’emporter à nouveau dans les milieux officiels où la haine et l’esprit de parti se révèlent plus forts que le respect des nombreux courants de l’opinion qui n’épousent pas les points de vue gouvernementaux.

3Le numéro de El Español dirigé contre Mgr Escarré a été suivi de déclarations injurieuses contre le prélat catalan faites par un chevronné de « l’activisme » franquiste : le RP Pérez de Urbel, de la basilique de la Vallée des Morts. Quelques jours plus tard, un groupe de vandales a saccagé le local « Casal de Montserrat », à Barcelone, tandis que la police fermait le local de l’association culturelle catalane « Omnium ».

4L’opinion catalane a réagi contre cette offensive –d’ailleurs très maladroite– : une foule de plus de mille personnes, parmi lesquelles on remarquait plusieurs prêtres, a manifesté devant le « Casal » d’abord, puis par les rues de Barcelone jusqu’à la place de Catalogne aux cris de « Vive l’abbé Escarré ! », « Vive la liberté », « Montserrat ! Montserrat ! ». Quelques jours plus tard, plus de 500 étudiants ont adressé une lettre à l’évêque-archevêque de Barcelone, Mgr Modrego, pour protester contre l’utilisation par El Español de citations tronquées de la hiérarchie, ainsi que des injures du RP Pérez de Urbel, en ajoutant : « Il ne s’agit pas de faits isolés : ceux-ci s’insèrent dans la pratique, déjà traditionnelle de la part des autorités, qui consiste à utiliser les valeurs religieuses pour justifier leur comportement politique. »

5Le Bulletin du Sanctuaire de Montserrat a publié une note rédigée par l’abbé coadjuteur, rappelant :

  • que le RP Aureli Escarré est toujours l’Abbé de Montserrat, avec tous les honneurs et les prérogatives de cette charge ;

  • qu’un dignitaire ecclésiastique a le droit d’exprimer son opinion personnelle, ce droit ayant été rappelé par les derniers papes.

6La note se termine ainsi : « Les moines de Montserrat, qui aiment leur abbé comme un père dans la vie monastique, souffrent des offenses dont il a été l’objet et se joignent à lui, pour les excuser dans la charité du Christ. »

7Les autorités ne semblent pourtant pas relâcher leur répression ; c’est ainsi que la fermeture des locaux de l’« Omnium culturel » a été suivie par celle de l’« Association d’art dramatique de Barcelone ». Ces mesures ont coïncidé avec des amendes frappant l’acteur Pablo Garsaball, pour avoir envoyé une couronne décorée du drapeau catalan à l’enterrement de l’actrice María Vila, et à l’écrivain M. Tasis, pour avoir fait une conférence en langue catalane. D’autre part, l’imprimeur de la revue du monastère, Serra d’Or, a été sommé de cesser l’impression de cette publication (le gouvernement n’a pas le droit de l’interdire, d’après le Concordat de 1953).

8Les couches les plus diverses de la population réagissent contre ce comportement des pouvoirs publics. Au cours d’une conférence du directeur de l’Institut de l’hispanité tenue à Tarrasa, une quarantaine de maires ont marqué leur désapprobation des violentes critiques de l’orateur contre Mgr Escarré. Même dans un banquet de militaires, des voix se sont élevées pour défendre le père abbé.

9La tradition veut que le 23 janvier, fête de Saint Raymond de Peñafort, patron des étudiants en Droit, ceux-ci organisent une parodie de jugement à laquelle assistent les étudiants et les professeurs des autres facultés. Ce « jugement bouffe » a été cette année une satire violente et directe du régime, accueillie par des ovations.

10À l’Université, l’agitation grandit et, le 3 février, les étudiants en Droit se sont mis en grève. Neuf d’entre eux ont été arrêtés et inculpés pour avoir distribué des tracts, organisé la manifestation en faveur des « scouts » de Montserrat et déchiré un immense portrait de Franco.

11Tout récemment, 407 prêtres et religieux appartenant à tous les diocèses de la Catalogue se sont solidarisés avec Mgr Escarré, en déclarant notamment dans une lettre : « Nous nous identifions totalement à votre courageuse prise de position. »

12L’obstination officielle à refuser le vrai dialogue, dont les preuves les plus récentes, sinon les plus frappantes, sont la dérobade de M. Fraga après la seconde lettre de 188 intellectuels, l’interdiction de quelques cours du professeur Aranguren et d’une conférence du romancier L. Salinas, la campagne scandaleuse poursuivie par El Español, les ravages de la censure de presse dans les publications non conformistes, etc., a provoqué une lettre de vingt-cinq personnalités catholiques dont les premiers signataires sont les professeurs de l’Université Jiménez Fernández, Aguilar Navarro et J. de Parga adressée à M. Fraga Iribarne. Après avoir constaté l’absence d’une information méritant ce nom en Espagne, on y critique sévèrement les procédés du ministre :

Nous croyons voir, dans votre réponse aux intellectuels, un style et des procédés politiques que nous aimerions voir effacés pour toujours. Le ton discriminatoire et partisan d’autrefois reste très vif dans cette lettre... Vous avez l’habitude de « classer » la personne avant de commencer à considérer les faits. Vous évoquez l’activité d’un intellectuel, au cours de la guerre, vous avez tendance à exposer avec une précision presque policière les antécédents de quelques victimes présumées de mauvais traitements.

L’intellectuel espagnol doit être jugé comme intellectuel, bien sûr, mais aussi comme quelqu’un d’intégré à la société... Étant donné qu’il n’y a pas de moyens constitutionnels permettant le dialogue politique et l’expression du désaccord, l’intellectuel se voit obligé –le prêtre aussi– de combler cette lacune en assumant la tâche pénible de patriar, de dénoncer, d’élever la voix pour empêcher que le silence soit total.

Vous parlez, monsieur le ministre, de dialogue et vous l’acceptez. Mais il y a quelque chose qui nous rappelle les vieilles cartes octroyées par les princes de l’ancien régime. Il s’agit d’un « dialogue » que vous tolérez et réglementez discrétionnairement, en l’absence de tout statut juridique. Notre société a besoin d’un dialogue institutionnalisé, réglementé juridiquement et non d’un dialogue qui ne serait qu’une formule de politesse.

13Le gouvernement est sans doute bien loin de partager ce point de vue. Une revue qui s’appelle justement Cahiers pour le dialogue (dirigée par l’ancien ministre, M. Ruiz-Giménez) a vu mutilés ou entièrement supprimés une bonne partie des textes où l’on essayait d’engager ce dialogue, tandis que les autorités tolèrent (encouragent, pour dire la vérité sans fard) des publications pamphlétaires où les 188 intellectuels sont qualifiés d’ânes : « On ne dialogue pas avec les ânes. »

14Depuis quelque temps, l’attention des milieux universitaires se porte sur des travaux juridiques et sociologiques cherchant à relancer et renouveler la doctrine de l’état de droit. Ce n’est pas un hasard si la censure de presse a tronqué ces derniers temps de nombreux textes où s’exprimait cette ligne de réflexion. Le dialogue que demandent M. Jiménez Fernández et d’autres personnalités catholiques, celui dont parlait Bergamín – « libre et public, sans censure préalable et sans tergiversations postérieures » – s’insère dans l’armature juridique d’un état de droit. En somme, le dialogue doit être un droit de chaque personne individuelle ou collective, et non une grâce accordée sous conditions par le Pouvoir.

Haut de page

Notes

1 Cf. « La “subversion” en Espagne », Esprit, janvier 1964, p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « Est-il possible de dialoguer en Espagne ? »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 286-288.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « Est-il possible de dialoguer en Espagne ? »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bhce.1055

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search