Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...« Noël Salomon : Recherches sur l...

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

« Noël Salomon : Recherches sur le thème paysan dans la « comedia » au temps de Lope de Vega (Bordeaux) – La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle, d’après les « Relaciones topográficas » (Paris)

Manuel Tuñón De Lara
p. 317
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « Noël Salomon : Recherches sur le thème paysan dans la “comedia” au temps de Lope de Vega (Bordeaux) – La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle, d’après les “Relaciones topográficas” (Paris) », revue Esprit, n° 361, juin 1967, p. 1132-1133.

Texte intégral

1Les travaux de Noël Salomon sont des essais d’histoire littéraire totale : ils ne se bornent pas à étudier les textes classiques, mais partent des témoignages et des documents de l’histoire réelle pour aller vers les textes, saisir leur sens et essayer de définir le système d’influences réciproques entre la littérature et la « circonstance » historique. Noël Salomon a établi une typologie du paysan dans la Comedia : le paysan comique ou sot, le paysan utile ou exemplaire, le paysan pittoresque ou lyrique, le paysan libre et digne. Chacune de ces figures est illustrée par des documents sur la société rurale de l’époque et sur la structure sociale.

2Cette manière d’envisager les choses nous mène à une étude du théâtre de l’époque –« aristocratique dans ses origines et fondamentalement urbain dans son développement »–, du public madrilène des corrales des XVIe et XVIIe siècles, et à une autre étude sur l’importance de la campagne castillane pendant la première période de la « décadence ».

3Si le « paysan sot » est dessiné en fonction des exigences du « marché théâtral », le paysan « utile et exemplaire », par opposition à la décadence de la Cour, exprime l’idée du retour à la campagne et l’idéalisation du paysan. À partir de la crise agraire de 1580, on trouve une véritable légion de textes d’économie qui veulent réhabiliter l’agriculture. Cette tendance idéologique s’exprime à travers de nombreuses comedias, notamment Saint Isidore le laboureur et Le villageois dans son coin de Lope de Vega. Le thème du lyrisme paysan manifeste le conflit entre « le style lyrique populaire inspiré de la poésie orale chantée et dansée par le peuple des campagnes », et le lyrisme « savant » expression poétique ou dramatique nourrie par les souvenirs rigides et compassés de la littérature écrite de la Renaissance ou de l’Antiquité. Salomon, en s’appuyant sur une foule d’exemples, estime que Lope de Vega devint maître « dans le merveilleux travail de fondre le populaire et le savant », en « s’identifiant à ce que la conscience sociale a d’actif et de créateur ».

4Le paysan libre ou « authentique » étudié par Salomon dans la dernière partie de son œuvre est celui qui brise les conventions théâtrales pour se présenter tel qu’il est. Il apparaît dans la comedia espagnole du XVIIe siècle sous quatre formes ou motifs essentiels : le paysan aisé, la promotion sociale du paysan, la dignité du villageois et le conflit entre les nobles et les paysans. Salomon explique le trait original du paysan de la Castille et du Léon qui n’avait jamais connu le vrai servage, qui « avait le sentiment d’être un homme avant ses frères d’Aragon ou du Midi de la France ». Cela nous fait penser aux paroles qu’Antonio Machado avait entendues de la bouche des paysans d’un pays qui fut celui du Cid : nadie es más que nadie –personne n’est plus que personne– l’une des racines de l’humanisme espagnol. À l’appui de sa thèse, Salomon cite de nombreux textes : Peribáñez et le commandeur d’Ocaña de Lope, L’alcalde de Zalamea de Calderón, etc. En passant, il apporte des éléments historiques sur la décadence des hidalgos remplacés par les paysans riches, la diversification sociale dans les campagnes, etc.

5Pour Fuenteovejuna, il fait une étude serrée en apportant des précisions sur le soulèvement réel qui inspira Lope de Vega, celui de 1476. Il est particulièrement impressionnant de lire des textes de l’époque racontant les réponses unanimes des villageois sous la torture.

6Mais si l’apport historique de Salomon, qui a travaillé sur des documents ensevelis sous la poussière au monastère de l’Escorial et ailleurs, est de premier ordre, nous voudrions plutôt insister sur un autre aspect de son œuvre qui nous semble essentiel ; du comportement de ces paysans de Castille se dégage nettement leur sentiment d’être des hommes, de posséder des qualités qui ne le cèdent en rien à celles des seigneurs. C’est le sentiment de la dignité, de l’honneur. Salomon nous prévient, avec raison, que le sentiment d’égalité de ces hommes n’a rien à voir avec celui qu’exprimera la bourgeoisie française en 1789 ; il s’agit d’une revendication chrétienne. Il me semble intéressant de souligner ce trait, cette affirmation de la subjectivité chrétienne, étrangère bien entendu à la formidable structure du pouvoir de l’église espagnole à la même époque. Ces paysans revendiquent leur droit à l’honneur, cet « honneur des humbles » que nous ne retrouverons plus dans la littérature espagnole avant l’œuvre de Galdós, à la fin du xixe siècle. Et cet honneur n’est pas la renommée, la réputation, l’aspect extérieur de l’honneur dépendant des apparences : cette conscience déformée de l’honneur est parvenue jusqu’à nos jours et a été exprimée magistralement par Lorca dans Yerma et surtout dans La maison de Bernarda Alba.

7Le professeur Salomon arrive à la conclusion que certaines valeurs humaines et populaires exprimées dans la comedia du XVIIe siècle, dépassent de loin la « circonstance » historique de leur temps, qu’elles sont des « constantes » de trois siècles de l’histoire de l’Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « « Noël Salomon : Recherches sur le thème paysan dans la « comedia » au temps de Lope de Vega (Bordeaux) – La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle, d’après les « Relaciones topográficas » (Paris) »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 317.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « « Noël Salomon : Recherches sur le thème paysan dans la « comedia » au temps de Lope de Vega (Bordeaux) – La campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle, d’après les « Relaciones topográficas » (Paris) »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1071

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search